Navigation – Plan du site

Éditorial : agricultures, durabilité et territoire

Claire Delfosse
p. 167-170

Texte intégral

1L’agriculture est au cœur de nombreux débats qui questionnent notre société : l’alimentation et la sécurité alimentaire, l’environnement et les ressources énergétiques, le patrimoine rural et sa protection, la mondialisation… Elle se trouve aussi impliquée dans la redéfinition des métiers, des savoirs et des compétences. Elle fait l’objet de politiques et de règlements contradictoires. Ni les acteurs institutionnels, supranationaux et locaux, ni les politiques adoptées ou en cours d’élaboration ne font l’impasse sur la durabilité des activités agricoles. Ces questions trouvent leur place aujourd’hui dans le lien entre agricultures, durabilité et territoire.

2Les contributions à ce numéro éclairent, chacune à sa manière, toute la complexité de cette relation. Elles sollicitent plusieurs échelles dans leurs approches, varient les angles d’attaque et les zones géographiques, ainsi que les méthodes (regards synthétique, analytique et épistémologique). Certes, la plupart des contributions est due à des géographes, mais l’agronomie et la sociologie sont aussi convoquées. Et ce qui domine dans ces regards, c’est l’entrée agricole comme étalon à partir duquel sont discutés la durabilité et ses liens au territoire. C’est aussi le filtre environnemental qui est le plus souvent mobilisé.

3Les trois premiers articles de ce numéro analysent la question des liens entre agricultures, durabilité et territoire à travers l’entrée produit (le café, le vin, la viande) et cela à trois échelles différentes : celles du continent Sud américain pour le café, de la France pour la viticulture et d’une région du Sud du Brésil pour la viande.

4Jean-Christian Tulet explique d’emblée que la production de café peut être considérée comme la pire ou la meilleure des agricultures, selon le mode d’exploitation. L’auteur oppose dans un premier temps deux systèmes de production : le mode de production brésilien des fazendas qu’il qualifie d’activité prédatrice, et un système « paysan » qui domine dans le reste de l’Amérique latine. Cette dernière forme de caféiculture concerne de petits exploitants en faire-valoir direct et est combinée avec d’autres types de production agricole. Dans les deux cas, l’auteur retrace l’histoire de la constitution de ces modes de culture, liées à la colonisation de l’espace, au mode de peuplement, aux politiques des États. Après avoir décrit ces systèmes, il revient sur les effets de la révolution verte (spécialisation, nouvelles variété…), fortement remise en cause dans les travaux qui analysent les questions de durabilité agricole. Jean-Christian Tulet précise que pour ce qui concerne la caféiculture, elle demeure une activité peuplante, puisqu’elle ne peut être mécanisée. Il montre les modes de résistance et d’adaptation à ce modèle, qui ne fait que rarement disparaître la diversité végétale ou la diversité agricole. Il souligne l’ingéniosité, les bricolages et ajustements des paysans dans le système familial. Des formes de résistance à l’intensification apparaissent aujourd’hui. L’existence d’une caféiculture « résiduelle » qui ne constitue plus un des principaux revenus, qui se combine à l’émigration rurale et qui donne à la caféière un aspect de friche, l’illustre. L’agriculture biologique en est une autre forme. Ce mode de production rencontre du succès auprès des producteurs, entre autres parce qu’il réhabilite des savoirs et des pratiques des agriculteurs locaux face aux savoirs des techniciens. Somme toute, cet article montre que la durabilité économique et environnementale est possible, mais pas toujours réalisée, et se double d’une durabilité sociale. Le café, comme tous les produits alimentaires, n’est pas à l’abri des crises. Des initiatives se développent afin de se démarquer sur un marché international difficile. Cela passe par l’affirmation de l’origine, de la spécificité du terroir, mais aussi par l’émergence du café durable. Cette formule permet de rassembler sous un même nom plusieurs types de certification répondant aux demandes des consommateurs des pays développés en termes de qualité.

5L’article de Sylvaine Boulanger à travers l’étude du cas de la viticulture en France souligne l’importance de la qualité et de sa perception dans l’évolution des pratiques et politiques agricoles. La période de la modernisation, l’avènement de cette agriculture que l’on qualifie habituellement de conventionnelle, se sont fondés sur l’amélioration de la productivité, mais aussi sur la qualité sanitaire des récoltes permettant de produire un vin de qualité, et cela sans prendre en compte les effets de ces modes de production sur le milieu physique (le terroir) et humain. Or, la perception de ce qu’est un vin de qualité a changé : le consommateur recherche certes une boisson saine pour lui-même, mais également un produit sain pour l’environnement. L’évolution de la réglementation, le contexte de concurrence accrue par la mondialisation de la production viticole, la nécessaire prise en compte de l’environnement, la pression sociale, voire les convictions personnelles, encouragent les agriculteurs à se tourner vers des pratiques plus durables. Plusieurs formes de viticulture se réclament de la viticulture durable : la viticulture raisonnée, biologique ou biodynamique. Toutes n’ont pas la même implication, ni la même vision des liens entre durabilité et agriculture. Les modifications de pratiques agricoles concernent essentiellement le volet environnemental. Toutefois, ces nouvelles formes d’agriculture revêtent également un aspect social : elles contribuent à « requalifier », « réhabiliter » des savoirs des viti-viniculteurs, antérieurs à la modernisation de l’agriculture, et ainsi à redonner confiance aux viticulteurs en ce moment de crise. Revenir à des pratiques agricoles plus durables revêt des enjeux en termes de paysage et de possibilité de développement. La question de la durabilité réinterroge également la notion de terroir, sa propre durabilité et son poids dans la qualité du vin.

6Ce sont également ces questions sur les liens entre qualité du produit et milieu qui amènent des acteurs agricoles à réfléchir à la durabilité du territoire qu’étudient Claire Cerdan et Delphine Vitrolles. Les auteurs présentent l’exemple de l’indication géographique viande « do Pampa Gaucho da Campanha Meridional ». Cet article analyse ainsi un des consensus autour desquels semblent se réunir un bon nombre de chercheurs et d’acteurs : l’obtention d’une IG (indication géographique) serait un moyen d’associer agricultures, durabilité et territoire. Souvent dans le cadre des négociations et des travaux sur le développement durable, la question du rôle des IG est invoquée. Après avoir analysé les modes de production de la viande dans la Pampa, les auteurs montrent combien cette production est marginalisée et comment le système Pampa lui-même est fragilisé. Dans ce contexte, l’obtention d’une IG pour la viande de la Pampa peut constituer une chance. Toutefois, cette IG sert à conquérir un marché mondial pour un petit club d’éleveurs. Il reste que le dossier de demande d’IG a mis en relief la valeur patrimoniale de cette production, réinterrogeant les dimensions historique et identitaire de la production de viande bovine non intensive. La revendication de l’ancrage passe aussi par la mise en valeur de la Pampa, elle-même érigée en terroir au titre de la biodiversité… Cela amène les acteurs à prendre conscience du rôle local de leur production, des effets de leurs pratiques sur l’environnement et les enjeux que représente la préservation de l’écosystème Pampa. Ainsi, dans cet exemple, la question du développement durable intervient a posteriori comme argument, comme une façon de trouver des alliés (ONG environnementaliste) et de justifier une IG. Il est intéressant de noter que plus que le dossier d’IG, c’est cette question du développement durable qui permet aux acteurs de s’ancrer et peut-être indirectement d’insuffler du développement local.

7Suivent deux contributions qui ont une entrée territoire et qui abordent ainsi l’articulation entre politiques nationales et territoires locaux ; toutes deux soulignent les effets de la libéralisation de l’agriculture à l’échelle locale. L’article de Cécile Faliès montre le foisonnement des projets (IG, agro-tourisme…) autour du développement durable susceptible de reposer sur l’agriculture et leur difficile compatibilité avec une agriculture fondée sur l’exportation de contre-saison et sur de grandes exploitations intensives. Analysant plus précisément un espace métropolitain du Chili, un espace rural en voie de périurbanisation, mais voué à l’agriculture intensive et polluante, elle souligne les tensions, les contradictions entre une agriculture rêvée par des citadins aisés, la fonction environnementale et de cadre de vie qu’ils lui attribuent, et les nécessités de la production agricole. La multifonctionnalité d’une exploitation ou des exploitations d’un territoire ne donne pas forcément lieu à du développement durable, pris dans toutes ses composantes : économiques, environnementales et sociales. Si nous revenons sur le rôle des labels, des certifications, sur la façon dont ils sont appropriés dans les pays émergents, on voit ici qu’ils sont utilisés cette fois encore à des fins de conquête de marchés internationaux plus que de lien local. Dans l’exemple du Chili, l’espace local sert d’image. Les IG et la certification de qualité sont loin d’être partout un facteur de mobilisation des acteurs locaux et de développement « rurable ». La multiplicité de projets, d’acteurs, locaux isolés et extra-locaux, qui paraissent juxtaposés, voire concurrents et non fédérateurs, ne génère pas de développement local et encore moins durable (la dimension humaine et sociale étant très largement oubliée dans ces projets). Cet exemple met également en relief les injonctions contradictoires entre l’international, le national et le local en termes de politique agricole, mais aussi d’aménagement du territoire, ainsi que la contradiction même entre différentes politiques. On sait notamment combien dans les espaces périurbains les politiques d’aménagement et d’urbanisme sont importantes et que parfois (voire souvent) elles entrent en contradiction avec les besoins de l’agriculture pour se maintenir. Cet exemple illustre également le poids des acteurs intervenant à l’échelle internationale sur le local (en particulier des pays développés sur le local des pays en développement et émergents) : en termes de normes sanitaires et environnementales, ainsi qu’en termes de protection de la nature, voire en termes de désirs de nature (que ce soit pour la protection ou pour le développement touristique). La difficile articulation des temporalités des acteurs, réussite immédiate, patrimonialisation ou prise en compte de la préservation d’un espace constitue un frein au développement local. Ainsi, la conclusion de Cécile Faliès est-elle mitigée. Certes une multiplicité de projets se revendiquent du développement durable, mais ils ne conduisent pas forcément à un développement rurable. L’article suivant montre encore plus fortement la difficulté de mise en œuvre au niveau local des liens entre agricultures, durabilité et territoire.

8Cyril Roussel étudie l’évolution de l’agriculture dans la montagne druze en Syrie. Il aborde les liens entre agricultures, durabilité et territoire à travers la structure sociale et communautaire de cette société rurale. Il souligne que même si les sphères politique et économique jouent un rôle, le secteur agricole au Proche Orient demeure « encore largement contraint par les rapports sociaux ». Le poids des réseaux communautaires continue à régir les rapports entre producteurs et commerçants et notamment à subordonner les premiers aux seconds. Le débouché commercial permet ainsi d’entrer sur les marchés urbains, nationaux et internationaux qui, pour l’instant, semblent être les seuls rentables. La maîtrise des marchés explique l’évolution de l’utilisation des différents espaces de la montagne druze. L’existence de débouchés lucratifs pour les pommes et poires contribue à la conquête agricole des terres d’altitude, au prix d’aménagements conséquents (création de terrasses), alors que la plaine autrefois valorisée est désormais délaissée ou plutôt laissée aux petits producteurs de plus en plus marginalisés. Cette nouvelle forme d’agriculture est loin de répondre aux injonctions de durabilité : l’arboriculture fruitière d’altitude est le fait de grandes exploitations intensives, dont on est loin de mesurer les effets sur l’environnement. En revanche l’agriculture de plaine est marginalisée ainsi que les populations qui y habitent, contribuant à l’accélération de l’exode rural. Ces orientations agricoles, libéralisation, intensification, spécialisation, qui sont dénoncées dans les rapports de la FAO et de l’OCDE, sont loin d’avoir disparu. L’auteur montre également combien les normes sanitaires imposées par les pays importateurs contribuent à cette spécialisa-tion et à renforcer les grandes exploitations. Il met ainsi l’accent sur l’antagonisme qui oppose la demande internationale et l’aspiration au développement durable.

9Les deux contributions suivantes analysent la question des réseaux locaux dans les pays développés (Suède, France) et leur rapport à la durabilité de l’agriculture et des territoires. Camille Hochedez, par l’étude de deux systèmes de livraison de paniers de fruits et légumes biologiques dans la région de Stockholm, revient sur un consensus qui traverse politiques et travaux scientifiques sur la durabilité, celui du nécessaire développement des circuits courts rapprochant les consommateurs (de plus en plus souvent qualifiés de « consom-acteurs ») et producteurs. Il s’agit là, par le biais des réseaux, d’établir de nouvelles formes de gouvernance alimentaire et territoriale, rapprochant ville et campagne. L’auteur essaie d’évaluer, dans un pays aux maigres atouts agricoles (pays faiblement avantagé du point de vue naturel et agriculture fortement concurrencée par les autres agricultures européennes), mais pays de référence par ses réflexions et actions en faveur de l’environnement (avec une agriculture biologique très développée et un centre reconnu en biodynamie), les effets des réseaux de vente de paniers sur le développement rural durable. Camille Hochedez élabore une grille d’évaluation qui accorde une grande part aux indicateurs qualitatifs et qui repose sur un important travail de terrain fondé sur des observations et entretiens. Cette évaluation ne peut se faire qu’à différentes échelles. L’auteur souligne que si les deux réseaux contribuent à la diversification agricole, leur ancrage local ainsi que leurs effets sur le développement local sont différents.

10L’article de Véronique Van Tilbeurgh et ses collègues s’inscrit dans les travaux qui s’interrogent sur l’évolution du métier d’agriculteur en lien avec l’évolution des territoires ruraux et périurbains, de la société rurale et des injonctions environnementales. Les auteurs, des sociologues, essaient d’évaluer, en fonction d’une typologie d’éleveurs laitiers établie a priori (les exploitations diversifiées, les environnementalistes, les intensives, les opportunistes), le lien entre agriculteur et territoire à travers les réseaux d’exploitants et l’univers cognitif des éleveurs. Par l’entrée réseaux, les auteurs analysent comment les éleveurs, suivant le type d’agriculture, entendent ou non et ensuite prennent en compte ou non les attentes des non agriculteurs ou des acteurs agricoles d’amont et d’aval dans leurs pratiques. Cette recherche permet de réinterroger le territoire dans sa dimension « milieu naturel », les uns (les exploitations intensives et les opportunistes) le considèrent dans une opposition « propre, sale », les autres comme une « ressource pour améliorer les conditions de travail des humains et de la vie du cheptel ». Elle considère également le territoire sous l’angle de cadre de vie à travers l’étude des relations de voisinage notamment, ainsi que sous celui de l’esthétique dans sa fonction paysagère. Deux catégories s’opposent aux deux autres pour tous ces éléments. Elles se distinguent également du point de vue de la perception de la « vivabilité » des exploitations, de leur possibilité de transmission ; des éléments importants à prendre en compte dans des pays comme la France où on s’interroge sur la capacité de la société à installer de nouveaux agriculteurs.

11La dernière contribution, écrite par un collectif de chercheurs géographes de l’Ouest, au caractère à la fois épistémologique et de manifeste, revient sur deux points essentiels. Le premier tient au fait que même dans une région connue ou à l’image d’agriculture modernisée, intensive…, le résultat de la modernisation-intensification menée depuis les années soixante mérite d’être nuancé. La dénonciation consensuelle de cette forme d’agriculture doit être discutée. Cette politique était certes conçue sans nécessairement prendre en compte les territoires, il reste que sa mise en œuvre n’a pas toujours été a-territoriale. Il faut tenir compte des actions menées par certains hommes et acteurs syndicalistes, en faveur du développement local, de leurs actions sociales... Par ailleurs, même dans les régions d’agriculture intensive, il y a eu des résistances, des formes d’agriculture dites alternatives existent depuis un certain nombre d’années ; celles-ci ne sont pas seulement le fait des espaces ruraux et agricoles marginalisés, mais aussi des campagnes vivantes, termes chers aux géographes de l’Ouest. Le deuxième point de cet article vise à souligner combien dans l’évolution de l’histoire de la géographie rurale, des géographes ruralistes ont considéré les différents aspects de l’agriculture, ses liens au rural et cela avant même les mots d’ordre de l’analyse de la multifonctionnalité de l’agriculture ou de ses liens au développement durable. Il reste, comme le soulignent les auteurs et cela permet de réconcilier une géographie qui traitait de l’agriculture et des filières et une géographie plus centrée sur le rural, que « l’entrée durabilité oblige de plus en plus les chercheurs à poser la question du partage sur le long terme d’un territoire soumis au caractère évolutif de la mixité spatiale et sociale des campagnes encore imprégnées d’agriculture intensive ».

12Ces articles enfin discutent un certain nombre de lieux communs. Claire Cerdan et Delphine Vitrolles, Cécile Faliès montrent que les signes de qualité ou les produits dits de terroir n’impliquent pas nécessairement un développement durable des territoires ruraux. De même, Camille Hochedez déconstruit l’ancrage territorial de certains circuits courts pour en conclure que les circuits fondés sur Internet ne sollicitent pas le lien local. L’association agricultures, durabilité et territoire est à mettre en parallèle avec un autre lieu commun, celui de la patrimonialisation de l’agriculture. Souvent impulsée par les acteurs territoriaux, elle est un moyen d’inscrire l’agriculture dans la durée : elle réactive la profondeur historique, mais pour quel avenir et pour qui ? (Tulet, Faliès, Cerdan et Vitrolles). Sylvaine Boulanger et Véronique Van Tilbeurgh réinterrogent la notion de terroir et la représentation du milieu naturel à l’aune du développement durable. Les auteurs montrent que le consensus autour de la durabilité n’est plus aussi évident, que surtout il ne se réduit pas à l’aspect environnemental. Les textes pointent, par ailleurs, les résistances locales, nationales aux modèles (Tulet, Roussel). Ils démontrent qu’évaluer les effets d’un concept flou (celui de la durabilité) est délicat. Nous constatons aussi - est-ce un effet de mode ou quelque chose de « durable » - que les méthodes d’investigation mises à l’œuvre dans ces articles se recentrent sur les acteurs et prennent en compte la dimension temporelle. Finalement ce numéro interroge de façon parfois explicite (Geneviève Pierre et al.) le rôle du chercheur dans l’analyse des mots d’ordre politiques et sociétaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Delfosse, « Éditorial : agricultures, durabilité et territoire », Géocarrefour, Vol. 83/3 | 2008, 167-170.

Référence électronique

Claire Delfosse, « Éditorial : agricultures, durabilité et territoire », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 23 février 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6844

Haut de page

Auteur

Claire Delfosse

Université de Lyon UMR 5600 Université Lumière Lyon II campus Porte des Alpes, faculté GHHAT 5 Avenue Pierre Mendès-France 69500 BRON, claire.delfosse@univ-lyon2.fr 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page