Navigation – Plan du site

La délimitation des États des États-Unis, entre damier et patchwork

Delimiting the states of the United States: from checkerboard to patchwork
Christian Montès
p. 163-174

Résumés

Les limites des États fédérés des États-Unis sont d’abord les héritières de lignes coloniales empreintes de velléités impérialistes et mercantiles qui se prolongent jusqu’aux rives du Pacifique, mais dont les tracés restent peu précis, ce qui alimenta un factionnalisme parfois violent. Elles reposent ensuite sur la conception que les États-Unis indépendants se faisaient de la mise en valeur des territoires bientôt adjoints aux 13 colonies initiales, tôt confiée au Congrès. La taille idéale d’un État fut dans ce cadre considérée d’abord du point de vue politique (permettre à la démocratie - blanche et protestante - de fonctionner) et repose moins sur des considérations économiques, surtout valables pour l’Est du pays (autour du rôle des rivières). Les sociétés locales ont toutefois pesé dans la subdivision ultérieure des très vastes territoires initiaux. Il en résulte un patchwork, palimpseste de logiques successives qui ont créé un ensemble d’aires contiguës fort diverses en décalage par rapport aux logiques métropolitaines réticulaires contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

1Si les frontières extérieures des États-Unis et le dessin de leurs divisions intérieures sont bien connus, il n’en va pas de même des processus ayant conduit à leur donner les contours qu’elles présentent aujourd’hui. Les chercheurs américains se sont en effet étrangement peu intéressés à la question. Pour preuve, la synthèse des processus à l’œuvre reste à écrire. Les rares ouvrages sur la question relèvent de la compilation (Hart, 1897 ; Gannett, 1900 ; Douglas, 1932), y compris les plus récents, le premier écrit à l’occasion du Bicentenaire de l’Indépendance, plus proche de la narration juridique que d’une analyse approfondie (Van Zandt, 1976), le second proposant un recueil de cartes (Smith, 2004). Seuls sont disponibles les excellents condensés de Donald Meinig (1986-1998) et quelques ouvrages concernant un État particulier, axés surtout sur les composantes politiques de la question, autour des thèmes de la constitution de la Nation et des luttes entre les divers groupes d’intérêt (Schwartz, 1978 ; Hemperley et Jackson, 1993).

2Pourtant, outre cet aspect politique, la mise en place progressive des treize colonies fondatrices puis leur extension à l’échelle continentale a donné lieu à d’intéressantes discussions sur la taille idéale d’un État, sur les liens entre les limites politiques et économiques, sur le rôle des fleuves, qui traduisent une vision particulière de l’espace et des limites qu’on lui prête1. Cet article entend donc expliquer le processus incrémental, à la fois théorique et pratique, qui a conduit aux structures territoriales actuelles de la république fédérale que sont les États-Unis. Il entend ensuite s’intéresser aux logiques différentes entre la constitution des limites étatiques et celles que dessine l’influence économique, qui renvoie à l’idée du non recouvrement des espaces (qu’ils soient politiques, économiques ou sociaux) et que l’on retrouve aujourd’hui en France dans la recherche de l’impossible adéquation entre territoires fonctionnels et territoires institutionnels (Vanier, 2002). Il laissera toutefois de côté la constitution des frontières internationales, qui servent certes de limite partielle à plusieurs États, mais qui relèvent de logiques autres. C’est pourquoi il n’emploie pas le terme qui vient pourtant presque immédiatement sous la plume, celui de "frontière" car Michel Foucher a clairement montré que pour qu’il y ait frontière, il faut "une discontinuité géopolitique, à fonction de marquage réel, symbolique et imaginaire" (1991, p. 38) que l’on ne trouve pas intégralement à l’intérieur des États-Unis2. Le terme de limite sera donc ici utilisé, du fait de sa plus grande neutralité.

3Cela n’a pas empêché la constitution des limites internes aux États-Unis d’être un processus relativement long, puisqu’il débuta sous la monarchie britannique, à l’origine des 13 premières colonies, et se poursuivit tout au long du "grand XIXe s." états-unien (de l’indépendance en 1776 à la transformation en États de plein droit des derniers territoires contigus en 1890). Cela permet donc d’opposer deux acteurs bien différents de la fixation des frontières, à savoir le Roi et son entourage au Congrès, c’est-à-dire un processus non démocratique à un processus démocratique (théoriquement tout du moins), mais sans oublier que les lignes tracées par les premiers ont le plus souvent servi de base à celles des suivants. En effet, même si les 13 colonies originelles étaient confinées à une étroite bande côtière à l’Est du continent3, leurs limites est-ouest avaient souvent été prolongées jusqu’au Pacifique (sur les cartes), préfigurant l’idéologie de la "destinée manifeste" proclamée au cours du XIXe s.4 pour justifier la conquête souvent brutale de l’Ouest menée par les États-uniens nouvellement indépendants. En résulte un découpage relativement varié où la simplicité du damier le cède souvent à des formes plus complexes relevant de l’assemblage de morceaux hérités d’histoires nettement distinctes, à l’instar d’un patchwork, dont il s’agit de comprendre les motifs.

4Durant ce processus, les colonies, territoires et États qui portent les noms des États fédérés actuels ont souvent connu des limites successives fort différentes de celles qui les bornent aujourd’hui. Il faut donc toujours préciser la date à laquelle on se réfère : le Territoire du Missouri s’étendait ainsi en 1810 de la frontière avec le "Canada" britannique jusqu’à l’Arkansas. Ce n’est qu’à la fin du XIXe s. que ces limites ont été stabilisées. La fixation des limites suit donc de très près, et cela n’a rien d’étonnant, le mouvement de la Frontier et s’achève logiquement en même temps que la fermeture officielle de cette dernière (1893)5.

L’héritage des limites coloniales

5Ce paragraphe emploie l’adjectif "coloniales" et non pas "britanniques", car ces derniers ne furent pas les seuls en cause. Il faut en effet aussi tenir compte des limites6 des possessions des deux autres principales puissances coloniales de l’Amérique du Nord, l’Espagne et la France. C’est bien l’Espagne qui fut la première puissance coloniale de l’Amérique du Nord, au travers de sa province de Floride dès le début du XVIe s. puis de l’extension au nord du Mexique par la création du Nouveau Mexique au début du XVIIe s. La France posséda quant à elle - nominalement au moins - toute la partie centrale du pays actuel, autour de l’ensemble fluvial Mississippi-Missouri avec des places fortes et de commerce aussi connues que La Nouvelle-Orléans, Saint-Louis ou Fort Pontchartrain d’Etroit (Detroit). Les limites de ces colonies furent elles aussi utilisées - ou disputées - lors de la création des nouveaux territoires américains, avant même l’acquisition de la Louisiane en 1803 puis de la Floride en 1819.

6La constitution des limites des 13 colonies britanniques originelles a, quant à elle, suivi trois logiques principales :

  • - les avantages économiques que l’on pensait en retirer,

    - le pouvoir de leurs dirigeants lorsqu’elles étaient de type "propriétaire"7 et plus tard provinces royales,

  • - la capacité de contrôle et les divisions internes des groupes pionniers lorsqu’elles furent fondées par des groupes religieux.

7Cela explique pourquoi les États du nord-est sont petits alors que ceux du sud-est sont généralement plus vastes. Cela peut paraître paradoxal, car on se demande pourquoi l’Angleterre a autorisé les Pères Pèlerins honnis à accoster sur la côte nord, siège de la future Megalopolis ? Tout tient à l’image que l’on avait alors de la nouvelle colonie. On pensait généralement avoir envoyé les puritains dans la partie la plus inhospitalière du continent8. Les colonies de spéculation étaient quant à elles localisées sur le côte sud-est que l’on considérait comme la plus riche du continent. Comme l’on recherchait surtout du sucre et des épices dans les premières colonies européennes, les lieux les plus chauds des nouvelles colonies étaient considérés comme les plus hospitaliers, ceux dont l’agriculture était la plus prometteuse9. La petite taille des États du Nord-Est vient non seulement de la faiblesse des apports migratoires initiaux (le célèbre Mayflower ne transportait que 102 personnes) mais aussi du processus ultérieur de scission, fort classique dans le cas de groupuscules religieux (ou politiques). La rigidité des nouveaux arrivants était telle (c’est bien pour cette raison qu’ils avaient été expulsés d’Angleterre !) qu’elle parut vite insupportable à une partie de ceux-là même qui la soutenaient initialement. C’est ainsi que le plus petit État de l’Union, le Rhode Island (3 100 km2), fut créé en 1636 par Roger Williams, fuyant les persécutions dont il était l’objet dans la colonie de la Baie du Massachusetts, à Boston. Il baptisa sa nouvelle colonie "libre" du nom approprié de Providence (Mc Loughlin, 1978, p. 9).

8La fixation des limites des colonies, comme celle des frontières, est une opération multiscalaire qui a souvent conduit à des conflits lorsqu’il s’est agi de fixer précisément sur le terrain les lignes tracées sur une carte à petite ou moyenne échelle. Ce phénomène a été renforcé par la multiplication des chartes royales alliée à l’imprécision de la cartographie de l’époque. Lors des premières attributions royales, la faible connaissance des nouvelles colonies a ainsi présidé à un découpage grossier qui couvrait de très vastes portions du nouveau continent. La première colonie de Virginie, fondée en 1606 s’étendait ainsi du 34e au 45e degré de latitude nord avant d’être réduite en 1609, ce qui permit la création en 1629 de la Caroline, qui recouvrait la quasi totalité de la côte sud-est, du 36e au 31e degré de latitude nord. Cette création n’ayant abouti à aucune mise en valeur, la nouvelle Charte qui "recréa" la Caroline en 1665 s’étendait même du 29e degré de latitude nord - c’est-à-dire en pleines possessions espagnoles - au 36°30 nord. Le but était naturellement de contester à l’Espagne la possession de cette portion du continent. En 1712, après une première vague de colonisation, comme il s’avérait que la colonie était bien trop vaste pour pouvoir être gérée depuis un point unique, la Caroline fut subdivisée en deux, Nord et Sud10. Ces processus de subdivision tout comme ceux de fixation des limites sont en fait les révélateurs des tensions de ces nouvelles sociétés, tant internes qu’externes, dont les enjeux ont été soulignés dans une étude de l’État de New York : "La clé des débats frontaliers de [la colonie] de New York réside dans le fait que leur résolution a nécessité de parvenir à harmoniser les discordes entre groupes d’intérêt aux échelles locale, inter-coloniale et anglo-américaine"11.

9Le "factionnalisme", terme que l’on utilise volontiers dans l’analyse la vie politique américaine depuis qu’il a été exprimé par Madison à la fin du XVIIIe s.12, a donc joué à plein lors de la fixation des limites intercoloniales, malgré les tentatives de la monarchie britannique d’y mettre bon ordre au travers de la doctrine exprimé par Lord Clarendon lors de la Restauration monarchique du XVIIe s., qui accordait au roi et à son conseil la haute main sur la résolution de tous les conflits portant sur les limites des colonies nord-américaines (Schwartz, 1979, p. xiii-xiv). L’une des raisons de cet échec partiel était le statut très divers des colonies. Une autre fut la contradiction entre la doctrine Clarendon et la volonté des colons de régler ces questions localement, parfois avec violence, comme dans le cas de la colonie de New York ou plus pacifiquement, comme dans le cas du New Hampshire et du Massachusetts, qui avaient concédé les mêmes espaces à des personnes différentes. En témoigne le nom même de la capitale du New Hampshire, Concord, qui symbolise l’esprit de compromis ambiant. La ville avait été créée en 1733 par le Massachusetts sous le nom de Rumford. Les disputes frontalières entre le Massachusetts et le New Hampshire conduisirent à l’inclusion de la majeure partie du bourg de Rumford dans la nouvelle municipalité de Bow concédée par le New Hampshire, créant de nombreux conflits entre les deux bourgs qui portèrent préjudice à leur économie. Finalement, le 25 mai 1765, un nouveau village-paroisse (parish-town) fut créé sur une partie de la ville de Bow, du nom de Concord. La tradition veut que le nom exprimât "l’unanimité dans les buts et dans l’action qui avait caractérisé les habitants de Rumford pendant leur controverse avec les propriétaires de Bow"13. En 1774, les habitants de Bow obtinrent des terrains dans le Maine (qui faisait alors partie du Massachusetts) où ils créèrent la ville de… Bow, faisant définitivement cesser la controverse entre Bow et Rumford.

10Lorsque la période britannique s’acheva, en 1776, les nouveaux États-Unis se retrouvaient donc avec un lourd héritage de conflits territoriaux encore souvent vivaces. Les limites mêmes des 13 colonies fondatrices n’étaient pas totalement fixées. Le Vermont fut ainsi l’objet de sollicitations concurrentes des États de New York et du New Hampshire, ce qui conduisit à des confusions, particulièrement entre 1777, date à laquelle une partie des colons de ce qui était appelé les New Hampshire Grants s’autoproclamèrent État, jusqu’en 1791 où ils rejoignirent finalement les États-Unis avec le statut d’État fédéré (Morrissey, 1981). La dernière rectification aux limites du Nord-est intervint plus tardivement encore, en 1820, lorsque le Maine devint un État séparé du Massachusetts (Judd et al., 1995, p.172). La raison en était politique, car les habitants du Maine supportaient mal la domination de la lointaine Boston et avaient exprimé dès les années 1780 le souhait d’une gestion plus démocratique que celle de l’aristocratie côtière (l’opposition entre côte et intérieur est une constante aux États-Unis, tout comme celle qui existait entre basses terres et hautes terres). La distance tant physique que sociale était en outre exacerbée par le hiatus qui existait entre le Massachusetts et le Maine, c’est-à-dire l’étroite bande côtière appartenant au New Hampshire où se trouvent les villes de Portsmouth et d’Exeter.

11Toutefois, la principale question à laquelle devait répondre le Congrès était le traitement des territoires inoccupés situés à l’Ouest des Appalaches, jusqu’au Mississippi (voire au-delà) que possédaient - nominalement au moins - plusieurs des 13 colonies. En effet, ces revendications territoriales étaient plus ou moins en concurrence et le tracé de leurs limites étaient souvent fort mal défini (Van Zandt, 1976, p. 4). Face à l’absence de toute doctrine antérieure efficace, il était urgent de définir une nouvelle méthode de résolution de ce futur gisement de conflits. Cette nécessité était renforcée par les arguments des États dépourvus de telles extensions, qui soulignaient que le budget des États-Unis ne saurait être dépensé pour défendre des territoires qui ne bénéficieraient qu’à quelques uns d’entre eux.

12Le Congrès commença par demander le 30 octobre 1779 à tous les États en possession de terres vacantes de ne pas en accorder la concession et de s’abstenir de les mettre en valeur. Les États acceptèrent l’un après l’autre14 de transférer la propriété de ces territoires à l’État fédéral, espaces qui devinrent donc les premiers éléments du domaine public15. Quelles qu’en soient les raisons, ce transfert accordait au Congrès la prise de décision sur la fixation des limites, en faisant un processus fédéral et non pas local. En outre, la Constitution de 1787 accordait à la Cour Suprême la juridiction sur les conflits interétatiques sur cette question, situation qui n’était pas évidente en ces temps de tensions entre fédéralistes et partisans du droit des États16. Mais la transformation à terme des nouveaux territoires en États était au cœur de la vision des Pères fondateurs, qui ne voulaient en aucune manière reproduire le schéma impérial de la Grande-Bretagne exécrée et considéraient donc que les espaces nouvellement adjoints à l’Union devaient bénéficier des mêmes droits que les 13 colonies fondatrices. Les sociétés locales de colons eurent cependant leur mot à dire, car les limites furent souvent le résultat de compromis entre les factions rivales qui parvenaient facilement à exposer leurs arguments - intellectuels et parfois sonnants et trébuchants - aux membres du Congrès.

Le Congrès, créateur des limites de "l’Empire transcontinental"

13L’indépendance des États-Unis signala les débuts d’une vaste expansion territoriale à l’échelle du continent, sous l’égide de la destinée manifeste17 et de la rapide colonisation ou acquisition de territoires qui en multiplièrent plusieurs fois la superficie initiale. Il fallait donc organiser ces territoires "neufs" et s’assurer que leurs intérêts seraient suffisamment pris en considération pour qu’ils ne songent pas à ne pas intégrer l’Union18.

Figure 1 :Les visions opposées des limites du Minnesota, ou l’économie contre la politique

Figure 1 :Les visions opposées des limites du Minnesota, ou l’économie contre la politique

14En conséquence, le premier souci qui animait le Congrès était la stabilité politique et l’équilibre futurs de l’Union bien plus que le futur équilibre économique des nouveaux États. La croyance - fondée sur l’exemple de la Grèce et les écrits de Montesquieu - qu’une république ne pouvait survivre que dans des espaces relativement petits, de manière à être capable de lutter contre les tendances centrifuges dut toutefois céder devant l’union d’intérêts qui souhaitaient contrôler de vastes espaces19. Le texte qui allait régir la forme du contrôle des territoires nouvellement acquis, l’Ordonnance du Nord-Ouest de 1787, a donc prévu la création de trois à cinq États seulement, ce qui permettait aussi aux 13 États originels de conserver la majorité, et donc le pouvoir, au Congrès. La situation fut toutefois bientôt modifiée lorsque de nouveaux territoires s’ajoutèrent à l’Union, d’abord avec l’acquisition de la Louisiane en 1803, puis avec les terres de l’Ouest, acquises ou colonisées avec violence. Selon la loi, le Congrès avait deux obligations quant à la taille des nouveaux territoires : ils devaient tout d’abord être "aptes au gouvernement" et ensuite tenir compte des "affinités géographiques et de la dépendance de leurs parties " (cité in Meinig, 1993, p. 440).

15Les huit premiers nouveaux territoires - qui s’étendaient jusqu’au Mississippi - furent donc dotés d’une taille équivalant grossièrement à celle des plus vastes États originels (environ 130 000 km2, la superficie de l’Angleterre). Leur forme était néanmoins variable, car ils ont suivi des logiques différentes, qui ne s’affranchissaient pas encore totalement des découpages antérieurs. Il faut en effet distinguer deux cas : les territoires non encore réellement colonisés où plus de liberté était laissée au législateur et les territoires déjà en partie mis en valeur où les héritages ont encore joué. Cela permet d’opposer Nord-est et Sud-est.

Le Nord-Est, terre de liberté dans la fixation des limites

16Les trois premiers États découpés à l’intérieur du Territoire du Nord-Ouest20 étaient des rectangles bordés par des rivières et lacs. Donald Meinig considère d’ailleurs l’Indiana comme "le modèle abstrait d’une république états-unienne en construction"21. Un quasi-rectangle (la rivière Ohio lui sert de limite sud) constitué de rectangles (les townships)22, il n’avait à première vue aucune signification géographique. Certes, le Congrès avait pensé à son futur développement économique et avait réservé 5% du résultat net de la vente des terres fédérales au financement public d’infrastructures de transport. C’est ainsi que la Route Nationale23 traverse Indianapolis le long de Washington Street, faisant de la nouvelle capitale une étape importante sur la principale voie intérieure du pays, première phase de la croissance ininterrompue d’Indianapolis.

17Cet exemple montre que la "géographie" qui est prise en compte est économique et non "naturelle", fondée sur l’idée de limites déterminées par des éléments du relief. C’est ce que souligne la divergence d’interprétation du rôle dévolu aux cours d’eau dans les nouveaux territoires24. Une première conception considérait les rivières et leurs vallées comme des unités géographiques - en tant qu’espaces de production - et voulait qu’elles soient situées au centre des États. Les tenants de l’autre conception souhaitaient que chaque État puisse se servir de la rivière, et donc en fasse sa limite25. La rivière était alors le moyen de transport le plus rapide, particulièrement depuis l’arrivée des bateaux à vapeur, face à un réseau de routes encore embryonnaire et très lent. Cela explique pourquoi l’Iowa s’est battu pour obtenir à la fois le Mississippi et le Missouri comme limites. C’est aussi la raison pour laquelle les habitants de St. Paul tenaient fermement à ce que le Minnesota ait une forme nord-sud qui permettrait à son économie d’être basée tant sur l’agriculture que sur la forêt et comprendrait à la fois le cours supérieur du Mississippi et une partie du rivage du Lac Supérieur - ce qui ouvrait de surcroît la possibilité de construire une voie de chemin de fer qui relierait l’Ouest audit lac - et non pas la version rurale est-ouest proposée par les habitants de sa rivale St. Peter où les fleuves seraient limites et non axes structurants (Lass, 1998, p. 121)26.

18Le rôle de la rivière fut plus important encore dans le cas du Missouri, pour lequel elle devait être un "facteur d’unification"27. Cette unification politique était fondée sur l’idéal républicain cher à Jefferson : une démocratie de petits propriétaires agricoles éduqués. Quoi de plus approprié alors qu’un État centré autour d’un fleuve permettant de relier son économie agricole en constitution au reste de l’Union ? Comme les limites nord et sud du Missouri étaient des héritages de la Virginie au sud et du comté de Kent du Tennessee au nord, les "seules" questions étaient celles des limites est et ouest : le Mississippi convenait pour l’est et la rivière Osage pour l’ouest (car au delà commençaient les terres indiennes). Les limites du Missouri suivent donc trois lignes géométriques (d’orientation ouest, nord et sud) et le cours du Mississippi. Le tracé définitif des limites de l’État montre toutefois clairement l’influence des sociétés locales28 qui "modulent le modèle".

Figure  2 : Les limites du Missouri et le poids des sociétés locales

Figure  2 : Les limites du Missouri et le poids des sociétés locales

Conception CM, réalisation Marie-Laure Trémélo, d'après Rafferty et Paullin

19Ce poids se manifeste dans deux "entorses" au modèle. Tout d’abord, une petite adjonction fut effectuée au sud-est - appelée The Bootheel, talon de botte - sous la pression d’un riche propriétaire terrien, J. Hardeman Walker (1794-1860). Fondateur de Caruthersville au Missouri, il usa de sa très grande influence politique - il fut par exemple juge - pour que ses vastes possessions soient régies par le même État. Une seconde extension eut ensuite lieu en 1837 au nord-ouest, à la suite de la pression des colons, attirés par la très grande fertilité des terres. Cette extension fut permise par une transaction appelée Platte Purchase, qui prévoyait un échange de terres avec les Indiens Sauk, Fox et Pottawatomie, auxquels les États-Unis venaient pourtant d’accorder ces terres "à perpétuité"... La carte des densités de l’État en 1840 montre clairement le rapide succès de cet élargissement.

20Dans la même veine, forts de l’expérience de l’Indiana, dont les limites "abstraites" lui permettaient certes de disposer d’une rive sur le lac, mais sans vrai port, les délégués de l’Illinois ont pris soin de négocier une extension de 66 km vers le nord des limites qu’on leur proposait. Cela ajoutait à l’État le port de Chicago, les mines de plomb de Galena, un futur canal et une immense prospérité !

Le Sud-Est et la persistance des héritages coloniaux

21La puissance de ces héritages se traduit d’abord par le rôle classique de ligne de partage joué par les rivières, comme le montre la figure 3.

22En 1750, quatre colonies étaient déjà en place, la Virginie, les deux Carolines et la Géorgie. La création de cette dernière en 1732 répond à la volonté de Londres de protéger le flanc sud de la colonie de Caroline du Sud29. Sa limite ouest avait en outre été prolongée jusqu’au Pacifique, ligne virtuelle qui manifestait une volonté politique : la Grande-Bretagne disputant à l’Espagne et à la France le contrôle du continent, il était bon que ses cartes matérialisent ses ambitions territoriales. Les réalités géopolitiques se chargèrent de préciser la place des uns et des autres. La signature du Traité de Paris de 1763 conduisit la Grande-Bretagne à abandonner toute prétention sur les territoires situés à l’ouest du Mississippi, fleuve qui devint donc la limite ouest de la Géorgie. Quant à sa limite Sud, elle fluctua au gré du sort de la Floride (divisée en deux colonies, Est et Ouest), attribuée à l’Angleterre entre 1763 et le second traité de Paris de 1783, qui la rétrocédait à l’Espagne. La partie située entre la Floride et la Géorgie fut tantôt non attribuée, tantôt adjointe à la Géorgie ou à la Floride de l’Ouest. Le Traité de 1783 ne réglait pas le sort de la frontière Sud. S’y ajoutaient les conflits autour de la limite nord-ouest de l’État, disputée par la Caroline du Nord, autour de l’interprétation de donations antérieures sur les cours d’eau exacts mentionnés.

23Comme, du fait de traités avec les Indiens, le Congrès avait interdit en 1789 la vente des territoires situés à l’ouest des Appalaches, et que parallèlement la mise en valeur de ces territoires conduisait à des tensions entre les nouveaux colons et "l’aristocratie" ancienne, les parties occidentales des anciens États furent rapidement transformées en nouveaux Territoires ou États30. Le Kentucky (1792) et le Tennessee (1796) furent ainsi séparés de la Virginie et de la Caroline du Nord, dont ils ont conservé les limites. Pour ce qui est du Territoire du Mississippi, le gouvernement fédéral s’était accordé avec la Géorgie pour le créer en 1798 au sud-est de l’État, qui en restait cependant propriétaire31. Ce territoire était en quelque sorte le parallèle du Territoire du Nord-Ouest, formé lui par l’abandon par la Virginie de ses territoires situées à l’ouest. Mais cette possession virtuelle se révélant rapidement intenable face à la rapide mise en valeur de ces territoires et à la volonté de leurs élites de s’affranchir d’une tutelle lointaine (les États-Unis ayant été fondés sur l’idée de démocratie directe), la Géorgie céda dès 1802 le reste de ses territoires occidentaux à l’État fédéral pour 1 250 000 dollars32. Ils furent rattachés en 1804 au Territoire du Mississippi. En 1810, la partie Sud de la Louisiane rachetée à la France devint le Territoire d’Orléans. Dès 1812, leurs limites furent modifiées d’une part pour permettre au Mississippi de disposer d’un accès au Golfe du Mexique et d’autre part pour le diviser en deux États, le premier conservant le nom de Mississippi et le second recevant celui d’Alabama. L’achat de la Floride en 1819 permit d’achever la mise en place des limites actuelles - hormis quelques rectifications mineures - de cette partie du pays.

24Les premiers États créés à l’Est du Mississippi suivent ainsi peu ou prou les principes émis par les Pères Fondateurs, mais en tenant encore largement compte des limites coloniales, particulièrement au Sud-est. On pourrait penser qu’au delà du Grand Fleuve, territoire resté largement inconnu des premiers colons britanniques, il serait nécessaire d’adapter les principes fondateurs. C’est bien ce qui s’est produit, mais sans que les logiques générales diffèrent fondamentalement.

Figure 3 : Rivières et formation des Etats du Sud-Est, 1750-1830

Figure 3 : Rivières et formation des Etats du Sud-Est, 1750-1830

Conception CM, réalisation Marie-Laure Trémélo d'après Paullin, 1932

Comment diviser l’Ouest ?

25Certes, qui observe une carte politique des États-Unis remarque que les États créés ultérieurement sont plus vastes et leurs formes tantôt plus complexes, tantôt d’une rare géométrie. Mais, parmi les facteurs essentiels figure encore l’héritage colonial - espagnol cette fois-ci - à côté de la prise en compte de la vastitude des espaces.

26Le Texas (plus étendu que la France) comme la Californie ont en effet hérité de territoires déjà en partie constitué par les Espagnols puis les Mexicains indépendants33. Le Texas est entré dans l’Union en tant qu’État indépendant du Mexique et toutes les tentatives ultérieures de le diviser ont échoué. Outre le "nationalisme" texan bien connu, ces deux États étaient de fait situés dans un environnement plutôt sec et personne ne pensait alors qu’un siècle et demi plus tard ils seraient devenus les États les plus peuplés de la nation. L’argument de la rareté des ressources fut plus généralement utilisé pour justifier l’admission de vastes États dans l’union : le Minnesota obtint 218 000 km2 sous le prétexte qu’il recouvrait de nombreux espaces inutilisables. La géométrie régnait car les nouveaux États étaient, plus encore que les précédents, l’expression de principes républicains sans qu’une attention particulière soit portée aux formes précédentes d’organisation, c’est-à-dire indiennes ou espagnoles ; on prenait seulement quelque peu en compte le réseau hydrographique local, qui servait classiquement de limite (telles les rivières Snake et Columbia). Le rôle des rivières fut toutefois plus modeste que pour l’Est du pays, car l’économie de l’Ouest, espace plus sec hormis l’étroite bande côtière du Nord-Ouest, ne reposait pas sur le transport fluvial comme l’Est, disposant de cours d’eau bien moins nombreux, dont les directions étaient peu utiles (le Golfe du Mexique ou le Pacifique, alors que l’Atlantique régnait alors) : c’est plutôt la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Pacifique qui joua34. La taille finale de ces États varie de 200 000 à 380 000 km2, du fait à la fois du petit nombre d’implantations pionnières et de l’accroissement de la mobilité que le rail permettait. Le processus de constitution des États connut plusieurs étapes, ce que résume l’analyse du Nord-Ouest (fig. 4).

Figure 4 : La constitution des Etats du Nord-Ouest des Etats-Unis, 1850-1870 : le poids des sociétés minières

Figure 4 : La constitution des Etats du Nord-Ouest des Etats-Unis, 1850-1870 : le poids des sociétés minières

Conception CM, réalisation Marie-Laure Trémélo d'après Paullin, 1932

27Si on compare ce processus avec celui du Sud-est vu précédemment, on se rend compte que, bien que les étapes de division se soient succédé bien plus rapidement - en raison essentiellement de la plus grande rapidité des processus de mise en valeur -, les principes généraux ne furent pas très éloignés. En effet, le point de départ était aussi la constitution d’un Territoire très vaste, qui recouvrait plus les intentions impérialistes des États-Unis que la connaissance et la mise en valeur d’un territoire nettement identifié. Les espaces étaient certes déjà connus par les expéditions, officielles ou non qui les avaient arpentés et le système de cadastrage mis en place à la fin du XVIIIe s. – le célèbre système du township - était lui aussi prêt à les "arpenter", mais ils restaient en grande partie des terrae incognitae, au-delà de la Frontier, porteuses des espoirs de nombreux pionniers.

28Ce n’est qu’une fois que les premiers groupes de migrants eurent constitué des sociétés locales que des découpages intervinrent, selon les principes généraux énoncés plus haut, mais aussi selon le poids respectif des communautés pionnières auprès de Washington. C’est ainsi que le très vaste Territoire de l’Oregon, créé en 1848, a été subdivisé avec d’abord la création du Territoire du Washington en 1859, puis de ceux du Montana en 1864 et de l’Idaho en 1868, autour des revendications d’autonomie de sociétés minières - ou plus rarement agricoles - désireuses de ne pas être dirigées depuis la très lointaine côte pacifique, distante de plusieurs journées de voyage au travers de montagnes bien peu praticables. Il en a été de même pour le vaste Nebraska - auxquels furent successivement retranchés le Colorado, le Dakota, et le Wyoming - et l’Utah qui dut faire place au Colorado, Nevada et Wyoming. Le tout en l’espace de sept ans, durant la décennie 1860, celle de forts booms miniers35.

29Dans cet ensemble, le Colorado peut être étudié plus précisément, car il est le premier exemple de limites uniquement "états-uniennes", indépendantes des lignes de partage datant des débuts de la colonisation européenne, qui avaient tout de même perduré trois siècles. Rompant avec ces logiques anciennes en présentant une forme géométrique "pure" (un rectangle), il a été formé en 1861 à partir de territoires déjà établis : l’Utah, le Nouveau Mexique, le Nebraska et le Kansas, dont les délimitations avaient suivi les logiques plus anciennes des Espagnols, Français et Anglais (Noel et al.). La limite entre Nebraska et Kansas suivait en effet la ligne traditionnelle de démarcation entre la Nouvelle Angleterre et la Virginie sur le 40e parallèle. La limite Est de l’Utah suivait quant à elle la frontière traditionnelle entre la Louisiane française et les espaces revendiqués par l’Espagne, et au sud les espaces revendiqués par le Texas36. Le nouveau territoire n’a aucune unité géographique : il est situé en partie dans les Grandes Plaines, en partie dans les Rocheuses37. Il ne dispose par ailleurs d’aucune limite "naturelle" au nord et au sud, car ni la South Platte au nord, ni la rivière Arkansas au sud n’ont été choisies. Le rôle des pionniers fut ici majeur. En effet ces derniers, installés lors de la ruée vers l’or de 1858, avaient créé en octobre 1859 l’immense Jefferson Territory38, qui, bien qu’il n’ait jamais été reconnu par le Congrès, poussa ce dernier à légaliser en la contrôlant cette velléité d’auto-organisation (Noel et al, p. 14). Le nouveau Territoire du Colorado souligne donc avec emphase la dissociation entre le territoire économique et le territoire politique. Ce dès l’origine, car pour survivre à l’éphémère ruée vers l’or qui l’avait créée, Denver, sa capitale politique et économique, dut construire une voie de chemin de fer la reliant au Transcontinental, qui passait au Nord par le Wyoming. Et aujourd’hui, en un complet renversement de situation, l’influence économique de Denver dépasse très largement les limites de son État.

Limites politiques, limites économiques

30De fait, les centralités politique et économique ne sont pas les mêmes : "les limites étatiques ont été dessinées par une histoire capricieuse et un État ne constitue qu’occasionnellement (et donc par hasard) l’unité économique la plus logique soit pour faire de la politique soit pour fournir des services"39.

31Il n’est donc guère étrange que la hiérarchie urbaine nationale ne soit pas fondée sur les capitales d’État40. Ainsi, même si certaines sont la principale ville de leur État, elle doivent souvent céder la primauté à une métropole située dans un État voisin ; Indianapolis est certes la métropole incontestée de l’Indiana, mais elle est soumise au commandement de Chicago ou New York41. Cette situation provient des processus de constitution des limites étatiques, bien plus idéologiques qu’économiques. Donahue avait donc tort lorsqu’il affirmait que le "caprice" était la principale force à l’origine de leur fixation. La dichotomie entre limites politiques et économiques actuelles est aussi liée au fait que même si l’économie a été prise en compte, il s’agissait pour la plupart des États de l’économie préindustrielle. Cela explique largement l’utilisation les rivières comme limites, quand celles-ci étaient les principales artères de la nation. Or, l’avènement du chemin de fer et l’industrialisation eurent tôt fait de rendre cette organisation obsolète. Cette dichotomie est enfin liée au fait que c’est à l’État fédéral qu’a été confié le soin de réglementer le commerce à l’échelle de l’Union42, ce qui, allié au choix du libéralisme économique, a empêché la création de marchés purement "étatiques" internes aux États-Unis.

32C’est ainsi que pendant la période de l’expansion vers l’Ouest, les communautés nouvellement créées (de l’ouest des Grandes Plaines aux Montagnes) qu’elles soient ou non capitales, "étaient largement tributaires des villes plus importantes de la bordure est des Grandes Plaines, telles Minneapolis, Omaha et Kansas City. Ces centres étaient à leur tour dominés par Chicago, Saint Louis et ultimement New York … Au mieux, la ville de l’Ouest pouvait espérer atteindre un statut respectable mais relativement bas dans la hiérarchie métropolitaine générale"43. La figure 5 montre que les zones commerciales diffèrent largement des limites étatiques (Meinig, 1998, p. 298).

Figure 5 : Aires d’influence commerciale et limites étatiques en 1905

Figure 5 : Aires d’influence commerciale et limites étatiques en 1905

33Helena (capitale du Montana) faisait par exemple partie de la zone commerciale de Butte (Idaho) ; le Dakota du Sud était divisé en trois zones commerciales : le nord était contrôlé par Minneapolis-St. Paul (Minnesota), le centre et l’ouest par Sioux Falls (Dakota du Sud), et une petite partie au sud par Omaha (Nebraska), Pierre, la capitale, n’exerçant aucune influence. Même la zone commerciale d’une capitale bien plus importante comme Columbus était loin de couvrir la totalité de l’Ohio, prise en tenaille par celles de Cleveland au nord et de Cincinnati au sud. Globalement, seules 12 capitales disposaient d’une aire d’influence commerciale propre44. L’évolution de l’économie au cours du XXe s. n’a fait qu’accentuer cette dichotomie, les processus de métropolisation ayant succédé à l’ère de l’industrialisation et du chemin de fer étant de plus en plus indépendants des frontières nationales et donc plus encore des subdivisions locales. La métropolisation actuelle repose en outre sur une logique réticulaire, alors que celle des États est zonale.

Conclusion

34Cette analyse tend à montrer que c’est plutôt un patchwork que composent les limites intérieures des États-Unis. La superposition - et parfois la confrontation - des vestiges d’une histoire qui commence à être longue, des idéaux d’une jeune république continentale en formation et des désirs de sociétés locales en essor ne pouvait en effet permettre la réalisation d’un damier parfait à l’échelle des États comme elle avait presque pu le faire à l’échelle locale (le township)45. Le motif de ce patchwork est aujourd’hui familier et accepté. Il a en effet été composé à partir de morceaux de tissu de formes et de provenances peut-être diverses, mais qui ont été rassemblés par un destin commun. Ces limites sont donc aujourd’hui aussi solidement encrées sur les cartes qu’elles sont ancrées dans les esprits des habitants de chaque État des États-Unis. La très grande diversité de leurs superficies a d’ailleurs été traitée dès le départ par un bicamérisme qui fonde la représentation sur la population dans l’une des deux chambres (celle des Représentants) mais accorde deux élus par État dans l’autre (le Sénat). La question qui se pose aujourd’hui est donc plus celle des fonctions des limites interétatiques que celle de leurs tracés ou de leurs éventuelles modifications. Les limites ne servent pas de barrière économique, mais jouent un rôle fort dans deux domaines. Politique d’abord, par la liberté dont les États fédérés disposent par rapport à l’Union, par leur rôle prépondérant lors des campagnes présidentielles (de primaires en grands électeurs). Socio-culturel ensuite, par leurs choix en matière de régulation du fonctionnement de la société et le réel attachement qu’ils suscitent (un Texan n’est pas un Orégonien !). Pour reprendre la définition de Michel Foucher, elles ne sont pas de réelles discontinuités géopolitiques, mais servent de marquage symbolique et réel, créateur d’une identité "fédérée" qui se superpose partiellement à une identité nationale minimal46. En ce sens, certaines d’entre elles deviendraient peut-être peu à peu des "vraies" frontières.

35Pas toujours cependant, comme le montre l’analyse à une échelle plus fine : la petite station de ski de Killington dans le Vermont réclame ainsi son rattachement au New Hampshire, pourtant distant de 56 km (The Economist, 2004). La cause est financière : plutôt que de payer 20 millions de dollars d’impôts annuels (et de ne recevoir en retour que le dixième de la somme), les 1 100 habitants de cette riche et égoïste station préfèreraient rallier un État où l’impôt sur le revenu n’existe pas. S’il est très peu probable que cette sécession soit acceptée par les autorités de l’État, des précédents existent : lorsqu’en 1977, Martha’s Vineyard, station balnéaire de l’élite du Massachusetts, voulut faire sécession, plusieurs États se proposèrent de l’accueillir, et le Vermont en faisait partie. L’attachement à un État put donc pâlir face à des questions financières, attitude plutôt courante à un échelon inférieur de la maille administrative du pays, celle des municipalités. De nombreux quartiers urbains aisés ont demandé à être érigés en municipalité47 pour éviter de payer des taxes à une municipalité pauvre et ont souvent obtenu gain de cause (Staten Island n’a pu en revanche jusqu’à présent obtenir satisfaction et fait toujours partie de la commune de New York), ou ont résisté aux velléités d’annexion d’une ville plus pauvre, à l’image des stars de Beverly Hills (municipalité fondée en 1914) en 1923 face aux appétits territoriaux d’un Los Angeles qui les entoure pourtant complètement. Questions d’échelle et de temporalité…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOUTON N., 1856, The History of Concord, from its first grant in 1725, to the Organization of the City Government in 1853, with a history of the Ancient Penacooks, the whole interspersed with numerous interesting incidents and anecdotes, down to the present period, 1855 ; embellished with maps ; with portraits of distinguished citizens, and views of ancient and modern residences, Concord, Benning W. Sanborn, 786 p.

CARRIER L.A., 1993, Illinois : Crossroads of a continent, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 284 p.

DONAHUE J.D., 1997, Disunited states, New York, Basic Books, 256 p.

DOUGLAS E.M., 1932, Boundaries, areas, geographic centers, and altitudes of the United States and the several states, with a brief record of important changes in their territory and government, Washington, U.S. Government Printing Office, vii-266 p.

EARLE C., 1992, Geographical inquiry and American historical problems, Stanford, Stanford University Press, 556 p.

FOUCHER M., 1991, Fronts et frontières, Paris, Fayard, 2e éd., 692 p.

GANNETT H., 1900, Boundaries of the United States and of the several states and territories, with an outline of the history of all important changes of territory, Washington, U.S. Government Printing Office, 142 p.

HART A.B., 1897, Documents illustrating the territorial development of the United States, 1584-1774, New York, A. Lovell & Co., 28 p.

HEMPERLEY M.M., JACKSON E.L., 1993, Georgia’s boundaries. The shaping of a state, Athens, Carl Vinson Institute of government, University of Georgia, 116 p.

JUDD R.W., CHURCHILL E.A., EASTMAN J.W. (eds.), 1995, Maine : The Pine Tree State, from prehistory to present, Orono, University of Maine Press, xii + 616 p.

KAPLAN A.R., ZIEBARTH M. (eds.), 1999, Making Minnesota Territory, 1849-1858, numéro spécial de Minnesota History, St. Paul, Minnesota Historical Society, 110 p.

LASS W.E., 1998 (1977), Minnesota. A history, 2e édition, New York, London, W.W. Norton and Company, 336 p.

McLOUGLIN W.G., 1978, Rhode Island : A bicentennial history, New York, Norton, xiv - 240 p.

MARSHALL T., 1988, Dissidence et orthodoxie dans l’interprétation de la politique constitution-nelle des États-Unis, Revue française de science politique, vol. 38, n°2, p. 181-207.

MAUMI C., 1999, Thomas Jefferson et le projet du nouveau monde, Géographie et Cultures, n° 32, p. 3-20.

MEINIG D., The shaping of America : A geographical perspective on 500 years of history, New Haven and London, Yale University Press : Vol. 1, 1986, Atlantic America, 1492-1800, 500 p.; Vol. 2, 1993, Continental America, 1800-1867, 636 p.; Vol. 3, 1998, Transcontinental America, 1850-1915, 458 p.

MORRISSEY C.T., 1981, Vermont : A bicentennial history, New York, Norton, xvi - 236 p.

NOEL T.J., MAHONEY P.F., STEVENS R.E., 1994, Historical Atlas of Colorado, Norman and London, University of Oklahoma Press, multipag.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PAULLIN C.O., WRIGHT J.K., 1932, Atlas of the historical geography of the United States, Washington, Carnegie Institution of Washington, American Geographical Society of New York, 162 p.
DOI : 10.1080/00221341508983991

RAFFERTY M.D., 1982, Historical Atlas of Missouri, Norman, University of Oklahoma Press, multipag.

RUIZ J.M., 2004, États-Unis, Amérique du Nord, “hémisphère occidental” : le territoire du système américain selon John Quincy Adams et Henry Clay, Revue française d’études américaines, n°101, p. 5-23.

SCHWARTZ P.J., 1979, The jarring interests. New York’s boundary makers, 1664-1776, Albany, SUNY Press, xiv - 344 p.

SMITH G.A., 2004, State and national boundaries of the United States, Jefferson N.C., Mc Farland & Co.

STELTER G.A., The city and westward expansion: A western case study (Cheyenne), Western Historical Quarterly, 1973, n° 4, p. 187-202.

VAN ZANDT F.K., 1976, Boundaries of the United States and the several states, Geological Survey Professional Paper 909, Washington, D. C., United States Printing Office, ix - 192 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VANIER M., 2002, Recomposition territoriale : la voie française, L’information géographique, vol. 66, n°2, p. 97-112.
DOI : 10.3406/ingeo.2002.2800

X, 2004, Secessionary hopes. Snowballing to freedom, The Economist, 13 mars, p. 53.

Haut de page

Notes

1- A la différence des colonies insulaires tropicales de l’Angleterre, dont les limites étaient marquées dans leur statut d’île, les colonies d’Amérique du Nord disposaient de frontières occidentales considérées comme seulement temporaires.
2- Michel Foucher ne traite d’ailleurs absolument pas des limites internes des États-Unis, mais présente dans son chapitre 13 (L’Amérique du Nord et ses trois États, p.407-430) une synthèse très utile de la constitution des frontières du pays.
3- La faiblesse du nombre de colons en était la principale cause. Le premier recensement états-unien, celui de 1790, n’a compté que 3 900 000 habitants (dont 700 000 esclaves) dans la jeune république.
4- L’expression date de 1845, sous la plume de John O’Sullivan, leader démocrate et influent éditeur. Elle voulait que la domination du continent tout entier revienne "naturellement" aux États-Unis. Présente en filigrane depuis les débuts de la conquête coloniale, exprimée sous une autre manière en 1822 dans la Doctrine Monroe, elle fut particulièrement active durant les années 1840, alors que le pays venait de gagner d’énormes territoires. L’expression ne fit cependant l’objet ni d’une définition très nette ni de l’unanimité de la classe politique et fut peu à peu abandonnée dans les années 1850 au profit de débats internes sur l’esclavage. Il faut dire qu’alors les États-Unis s’étendaient déjà de l’Atlantique au Pacifique. (voir le site //odur.let.rug.nl/~ usa/E/manifest/manifxx.htm).
5- Le terme de Frontier correspond peu ou prou à celui de front pionnier et ne doit pas être confondu avec ceux de border ou de boundary, utilisés pour qualifier les frontières internationales ou les limites intérieures des États-Unis.
6- A la suite de Michel Foucher (1991, p. 409-410) terme de limite est ici encore préféré à celui de frontière en raison du flou de tracés qui relèvent plus du symbole que de la réalité.
7- Les "colonies de propriétaires" étaient octroyées par le roi d’Angleterre à une personne - souvent noble et issue de son entourage immédiat - ou un consortium de personnes qui entendaient en retirer un important profit. William Penn obtint par exemple la Pennsylvanie en guise de paiement des importantes dettes con-tractées par le roi envers son père. Les colonies "royales" étaient directement dirigées par le Roi et son conseil. Il existait aussi des colonies octroyées à des groupes religieux expulsés pour sédition d’Angleterre ou qui la quittaient volontairement.
8- Cf. Earle, 1992, chapitre 3, Why the Puritans Settled in New England. The Problematic Nature of Colonization in North America, 1580-1700, p. 59-87. L’arrivée de nouveaux pionniers fut la principale cause de la croissance urbaine de cette partie des futurs États-Unis. L’essor démographique fut ainsi plus important dans le Nord-est, qui profita de l’arrivée régulière de Puritains expulsés d’Angleterre, que dans le Sud-est, qui suivait lui les préceptes de la religion établie, l’Anglicanisme.
9- New York fait exception à ce modèle, car la ville était intéressante du point de vue stratégique, permettant de relier la partie nord de l’Empire Américain Britannique - le futur Canada - à sa partie sud - les 13 colonies - par les vallées de l’Hudson et de la Mohawk.
10- Là encore, l’imprécision régnait, avec des conséquences parfois comiques : les deux Carolines se sont longtemps disputé l’honneur d’être l’État de naissance du président Andrew Jackson (Schwartz, 1979, p. xi).
11- "The key to New York’s boundary disputes is that their settlement required the successful harmonization of dis-cordant interest groups on the local, intercolonial, and Anglo-American levels" (Schwartz, 1979, p.xii).
12- Il caractérise les groupes de pression de citoyens dont l’action est déterminée par la promotion d’intérêts particuliers au détriment de l’intérêt commun.
13- "The entire unanimity in purpose and action which had characterized the inhabitants of Rumford during the period of their controversy with the proprietors of Bow" (Bouton, 1856, p. 242).
14- L’État de New York fut le premier à le faire le premier mars 1781 et la Géorgie le dernier le 24 avril 1802 (après avoir tenté à plusieurs reprises de vendre certains de ces territoires dans des conditions parfois bien peu honorables, ventes toujours annulées par l’État fédéral, qui finit par les acquérir lui même).
15- Les dettes de guerre du nouveau pays constituèrent une autre raison de ce transfert, car la vente de ces terres devait permettre d’apurer la dette publique (Hemperley et Jackson, 1993, p.31).
16- Cela constitue une modification radicale par rapport aux Articles de la Confédération américaine, qui laissaient une large place aux autorités locales en la matière (sauf dans le cas d’une demande d’arbitrage par le Congrès). On peut d’ailleurs souligner que ce point constituait – et cela n’a rien d’étonnant au vu des multiples conflits "frontaliers" qui avaient émaillé la période coloniale - presque la plus longue section de ces Articles. La Cour Suprême jugea même après 1787 que le Congrès devrait obligatoirement approuver au moins implicitement les accords à l’amiable entre les États. Il était en outre seul juge pour fixer les limites d’un Territoire, mais ne pouvait modifier une limite étatique sans le consentement de cet État.
17- Pour justifier leurs ambitions territoriales tout en refusant l’impérialisme, les dirigeants de la jeune république avaient déjà avancé d’autres concepts, tel celui "d’empire de la liberté" par Thomas Jefferson ou de "système américain" par John Quincy Adams et Henry Clay (Ruiz, 2004).
18- Cela fut facilité par le fait que l‘extension territoriale des États-Unis n’a longtemps compris que des territoires de langue anglaise ou des espaces contrôlés par les Indiens, que les États-uniens n’ont pas un moment considérés comme des possibles détenteurs de réelle territorialité politique : de traités bafoués en négociations fallacieuses, la question fut donc tôt réglée au profit unique des États-uniens.
19- Il n’en reste pas moins que le principe même du fédéralisme repose sur l’idée qu’en multipliant ainsi les "factions", les ambitions rivales se trouvent multipliées et atténuent la concurrence, ce qui permet à la république de fonctionner harmonieusement (Marshall, 1988).
20- L’appellation "Territoires du Nord-Ouest" est trompeuse, car elle concerne des États qui font aujourd’hui surtout partie du Midwest du fait de l’adjonction ultérieure de territoires situées encore plus à l’Ouest.
21- "The abstract model of a constituent American republic" (Meinig, 1993, p. 445).
22- C’est justement parce que le territoire à l’Ouest des 13 colonies fondatrices était encore très largement inconnu que Jefferson imagina ce système géométrique d’organisation des espaces nouvellement mis en valeur (Maumi, 1999).
23- Construite sur fonds fédéraux, elle relia Washington à Saint-Louis (qui fut atteinte vers 1840) en passant par de nombreuses capitales d’État, indiquant que son rôle était politique autant qu’économique.
24- On peut considérer comme anecdotiques les tensions entre États riverains à propos de la délimitation à une échelle très fine de leurs limites fluviales. En effet, il fallait s’entendre sur le tracé exact des cours d’eau et prendre en compte la présence d’îles ainsi que les modifications historiques du tracé. C’est ainsi que la ville de Kaskaskia, fondée par les Français et qui fut la première capitale du nouveau territoire – puis État - de l’Illinois 1809 à 1820, disparut lors de la grande crue du Mississippi de 1881 qui a modifié le cours du fleuve. C’est aujourd’hui Kaskaskia Island, unique portion du territoire de l’Illinois située à l’ouest du Mississippi, où vivaient neuf personnes en 2000 (Carrier, 1993, p. 11).
25- On retrouvera ce type de débat dans la première moitié du XXe s., avec des connotations plus sinistres, entre les tenants du "fleuve-frontière" et ceux de "l’État-fluvial" à propos de la frontière germano-française (cf. Foucher, 1991, p. 23).
26- Les considérations économiques se doublaient d’arrière-pensées politiques. Un État Est-Ouest aurait compris la plupart des agriculteurs et aurait été Républicain, alors que les Démocrates contrôlaient les principales villes ; la présence de deux représentants Démocrates au Congrès assura leur victoire.
27- "unifying factor" (Rafferty).
28- L’emploi du terme "locales" ne signifie pas que ces sociétés étaient pleinement indépendantes. La mise en valeur des nouveaux territoires a en effet largement reposé sur l’injonction de capitaux venus des grandes villes de l’Est ainsi que d’Europe (Grande-Bretagne et Allemagne particulièrement).
29- S’y ajoutait les motivations philanthropiques et commerciales des fondateurs John Percival et James Oglethorpe et de leurs 19 associés (Hemperley, 1993, p. 15). A partir de 1752, la Géorgie devint une colonie royale.
30- La mise en place des institutions territoriales états-uniennes était elle même incrémentale. Ainsi, avant d’obtenir le statut d’État, un espace devait presque toujours passer par deux phases intermédiaires, pendant lesquelles il n’était encore que "Territoire" - avec parfois un passage par le statut de comté d’un État ou Territoire - aux pouvoirs locaux plus limités au profit du Congrès. Ce n’est qu’une fois qu’il avait atteint le seuil de 60 000 habitants qu’il pouvait demander le statut d’État, accordé avec plus ou moins de rapidité en fonction des intérêts politiques et économiques du moment. L’Alaska et Hawaï ne sont ainsi devenus des États qu’en 1959.
31- Cette création avait été aussi permise par l’abandon en 1795 par l’Espagne de ses revendications territoriales au Nord de la Floride.
32- La nouvelle limite ouest de la Géorgie devint alors la rivière Catahoochee au Sud et une "ligne directe jusqu’à Nickajack" au Nord (35e). Sa limite est était la rivière Savannah. Un accord signé en 1805 avec la Caroline du Nord confirma le 35e parallèle comme leur limite.
33- La fixation exacte de leurs frontières est liée aux tentatives des sociétés blanches, anglo-saxonnes et protestantes nouvellement installées de régner sur les espaces les plus vastes possibles, ainsi qu’aux limites de leur pouvoir.
34- Elle est d’ailleurs appelée Atlantic Divide en anglais, soulignant nettement l’océan qui comptait.
35- Outre l’or, l’argent et le cuivre ont été particulièrement importants. En témoigne le surnom du Nevada (Silver State).
36- Cet amoncellement de revendications s’était d’ailleurs traduit par des changements de domination, certaines parties de l’actuel Colorado ayant changé neuf fois de mains…
37- Ce manque d’unité s’est fait sentir jusqu’aux débuts du XXe s. En effet, jusqu’à l’avènement des transports modernes, il était impossible de relier en hiver l’est et l’ouest de l’État, car les routes étaient impraticables et les avions ne parvenaient pas encore à franchir la barrière des Rocheuses.
38- Du 102e au 110e méridien et du 37e au 43e parallèle.
39- "[s]tate boundaries have been drawn by a capricious history, and only occasionally (and then by accident) does a state constitute the most logical economic unit for either making policy or delivering services" (Donahue, 1997, p. 162).
40- Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le choix des capitales n’a pas relevé de la volonté de dissocier le politique de l’économique, mais de logiques complexes où la volonté de centralité le disputait aux compromis politiques. Les villes devenues capitales politiques voulaient toutes devenir des capitales économiques, mais peu y réussirent en raison justement de processus de constitution des limites des États ne relevant pas essentiellement de principes économiques.
41- Cette situation de dépendance souffre "naturellement" de quelques exceptions, au premier rang desquelles on trouve Boston. Mais ce ne sont que des exceptions, la majorité des capitales n’étant que des villes petites (telle la capitale du Vermont, Montpellier, 8 035 h.) ou moyennes.
42- C’est plus largement au nom de cette fonction de régulation du commerce interétatique que la Cour Suprême a pu conférer progressivement de nombreux pouvoirs à l’État fédéral.
43- "stood largely tributary to larger cities on the eastern edge of the Great Plains, such as Minneapolis, Omaha, and Kansas City. These centers were dominated in turn by Chicago, Saint Louis, and ultimately, New York… At best, the western city could hope to achieve a respectable but relatively low status in the general metropolitan hierarchy" (Stelter, 1973, p. 189).
44- Salt Lake City, Denver, Minneapolis-St. Paul, Des Moines, Oklahoma City, Little Rock, Atlanta, Boston, Richmond, Columbus, Indianapolis et Nashville.
45- Il en est allé de même lors de la constitution des départements français en 1790 où la volonté étatique initiale de découper la France en 100 rectangles égaux s’est heurtée aux "réalités" pour donner le patchwork actuel.
46- Les observateurs s’accordent en effet sur la difficulté à trouver une "mentalité nationale (national mind)" aux États-Unis.
47- Les États-Unis possèdent à la fois des municipalités (zones dites "incorporées" proches de nos communes) - mais elles ne couvrent pas la totalité de l’espace - et des zones dites "non incorporées", placées sous le contrôle direct des comtés, échelon intermédiaire entre les États et les municipalités et qui couvrent tout le territoire. De nouvelles municipalités peuvent être créées soit par sécession d’une partie d’une municipalité existante, soit par "incorporation" d’un espace jusqu’alors non incorporé. La procédure doit dans tous les cas être approuvée par les deux-tiers de la population de la future municipalité et par la législature de l’État concerné.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 :Les visions opposées des limites du Minnesota, ou l’économie contre la politique
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/684/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure  2 : Les limites du Missouri et le poids des sociétés locales
Légende Conception CM, réalisation Marie-Laure Trémélo, d'après Rafferty et Paullin
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/684/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 3 : Rivières et formation des Etats du Sud-Est, 1750-1830
Légende Conception CM, réalisation Marie-Laure Trémélo d'après Paullin, 1932
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/684/img-3.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 4 : La constitution des Etats du Nord-Ouest des Etats-Unis, 1850-1870 : le poids des sociétés minières
Légende Conception CM, réalisation Marie-Laure Trémélo d'après Paullin, 1932
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/684/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 5 : Aires d’influence commerciale et limites étatiques en 1905
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/684/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Montès, « La délimitation des États des États-Unis, entre damier et patchwork », Géocarrefour, vol. 79/2 | 2004, 163-174.

Référence électronique

Christian Montès, « La délimitation des États des États-Unis, entre damier et patchwork », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/2 | 2004, mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/684 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.684

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page