Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Ville et participation politique au Nord et au Sud

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 104
Référence(s) :

René Schoonbrodt, Vouloir et dire la ville : Quarante années de participation citoyenne à Bruxelles, Bruxelles, Archives d’Architecture Moderne, 2007, 520 pages.  ISBN : 978 2 87143 184 8

Olivier Legros (dir.), Participations citadines et action publique : Dakar, Rabat, Cotonou, Tunis, Jérusalem, Sanaa, Paris-Gap, ADELS-Editions Yves Michel, 2008, 210 pages. ISBN : 978 2 913492 55 4

Texte intégral

1Traitant d’aires culturelles différentes, ces deux ouvrages abordent une thématique commune, la participation des habitants des villes dans la vie locale. Le premier retrace la mobilisation politique d’un groupe d’habitants de Bruxelles organisé dans le cadre d’une association - l’Atelier de recherche et d’action urbaines (ARAU) -, dont la renommée s’est construite au moment de la lutte contre l’autoritarisme du plan d’aménagement des Marolles (quartier populaire situé au cœur de la ville) s’inscrivant dans la logique de la théorie de l’architecture moderne vouée à la fonctionnalité (« zonage mortifère » pour reprendre l’expression utilisée par l’auteur) et dans celle d’une quête du profit à court terme menée par les promoteurs immobiliers. Le second est un ouvrage collectif regroupant sept auteurs ayant chacun mené chacun un travail de terrain sur une ville du Sud (Moyen-Orient ou Afrique noire). L’expérience de Bruxelles est relatée par un des fondateurs de l’ARAU, une riche personnalité, à la fois militant et sociologue, doté de surcroît d’une forte sensibilité architecturale et urbaine. La réflexion de René Schoonbrodt qui repose sur idéal démocratique voué à assurer un subtil équilibre entre la démocratie de représentation et la démocratie de participation, est doublée d’une volonté pédagogique. En effet, le livre n’a pas pour seul objectif de transmettre aux nouvelles générations la mémoire des militants des années 1960 et 1970 (voir notamment les annexes de la page 466 à la page 509), il cherche également à leur insuffler le désir de la mobilisation politique. Il est structuré autour de la distinction faite par les Anciens entre urbs et civitas : la ville n’est pas qu’un simple amas de pierre, elle est également la Cité. On l’a compris, la participation ne remonte pas à Porto Alegre (un cliché trop fréquemment répandu pour ne pas être corrigé) et a connu un certain dynamisme au sein de mouvements sociaux urbains qui, dès la fin des années 1960, ont conduit le célèbre sociologue français Alain Touraine à souligner le rôle des acteurs dans la dynamique urbaine alors que la plupart des travaux de sciences sociales se contentaient de dénoncer la logique du profit des promoteurs. Malgré leurs points d’appui distincts, ces deux ouvrages partagent en fait l’hypothèse ambitieuse (parfois encore contestée) que la ville est un moyen privilégié d’assurer l’intégration sociale.

2Le livre sur l’ARAU et Bruxelles s’organise autour de 20 chapitres abordant différents thèmes comme « rechercher et agir », « intervenir dans la production de la ville », « l’accès versus la mobilité ». La force de l’argumentation réside dans la conjugaison du recours à des travaux de sciences sociales (incluant par exemple Jeremy Bentham, Friedrich Engels, Manuel Castells, Jane Jacobs, Léon Krier, Henri Lefebvre et Pierre Rosanvallon, pour ne citer que quelques-uns) et de l’expérience acquise au cours de la mobilisation des habitants dans le cadre d’un comité de quartiers face au pouvoir politique (le collège des bourgmestre et échevins). Cette dernière  caractéristique, peu présente dans la littérature sur ces questions, s’explique par la personnalité de l’auteur. La clarté du style permet au lecteur de suivre avec aisance au fil des pages la vie politique bruxelloise, les tensions entre l’Etat et la ville, entre les pouvoirs locaux et les habitants (au travers notamment d’illustrations présentant les affiches de l’époque). Ici la participation se comprend comme la capacité des habitants à formuler des contre-projets. L’ARAU ne limite pas d’ailleurs pas son horizon à la seule ville de Bruxelles et se propose même de contribuer à la construction de la conscience européenne en organisant pendant plusieurs années (au cours de la décennie 1980), un « Erasmus urbain ». Il s’agissait d’un programme d’échanges de responsables municipaux dans le but non seulement d’assurer l’acquisition d’une dimension européenne chez les fonctionnaires mais également de faire prendre conscience à l’Union Européenne de l’intérêt des questions urbaines. En Europe, les villes ont précédé les Etats et il importe, de ce fait, que l’UE (voulue par les Etats) et les villes interagissent pour assurer la dynamique de l’ensemble, tout en respectant (bien entendu) le principe de subsidiarité. La réflexion théorique aborde ainsi la question multiscalaire.

  • 1  Cf. le dossier Autrepart n°21, 2002, sous la direction d’Elisabeth Dorier-Apprill et Sylvie Jaglin (...)
  • 2   Michèle Leclerc-Olive, 2006, « Coopération : contrainte ou développement ? », Dictionnaire des mo (...)

3L’ouvrage dirigé par Olivier Legros – en prolongement d’un séminaire de jeunes chercheurs - est a priori différent dans la mesure où il est principalement centré sur les programmes urbains émanant d’organisations internationales (PNUD ou Banque Mondiale) dont l’injonction principale a trait à la participation. Ce choix se lit aisément au niveau des références bibliographiques incluant essentiellement des travaux récents et faisant ainsi abstraction de la richesse de la production antérieure, en dehors de l’illustre article d’Arnstein (1969). Ici il s’agit moins du désir des habitants de participer à la décision politique que d’un souhait des organisations internationales d’amorcer un processus de démocratisation du gouvernement urbain tout en prenant ses distances par rapport à un Etat jugé lointain, peu efficace ou tout simplement corrompu. Ce principe a été clairement énoncé lors de la Conférence des Nations unies, Habitat II à Istanbul en 1996 et dans le cadre de nombreuses autres manifestations1. Le chapitre sur la participation menée à Jérusalem se distingue de ce cadre théorique et revêt ainsi un caractère paradoxal. Ici la participation résulte d’une demande explicite du pouvoir municipal israélien : elle devient un moyen d’éviter la représentation des populations palestiniennes dans les rouages du pouvoir local. Cette observation surprend quand on privilégie habituellement l’hypothèse d’une complémentarité entre les deux et non une substitution de l’un par l’autre. Les différents chapitres sont bien construits et l’analyse présente soigneusement les enjeux, un signe de la qualité du travail d’observation ainsi que des entretiens menés auprès des acteurs engagés. Le chapitre conclusif de l’ouvrage en synthétise de manière pertinente les apports, notamment lorsqu’il aborde le problème du « statut » des structures délibératives inscrites dans le système coutumier, comme par exemple l’‘âqil à Sanaa. Comment alors expliquer le positionnement des associations répondant aux exigences des financements internationaux face à la structure ancestrale ? Peut-on imaginer un processus de modernisation allant jusqu’à inclure par exemple des femmes ? La question rejoint ici les préoccupations de M. Leclerc-Olive2 dont la recherche souligne en permanence l’ambivalence des programmes des agences internationales en raison de l’ambiguïté de leur notion -pourtant fondamentale- de « société civile ». Comment dépasser cette contradiction ?

4Outre leur contribution manifeste au débat sur la participation – un débat récurrent dans toutes les démocraties -, ces deux ouvrages présentent l’intérêt de mettre en évidence la richesse de la question locale qui, à l’heure de la globalisation de l’économie, de l’intensification des relations transnationales et de la mondialisation (rapide) des idées, peut difficilement continuer à se présenter dans un simple rapport de soumission à l’Etat. Travailler sur la participation en apportant un nouvel éclairage sur la ville est susceptible de contribuer à une théorisation du récent couple « local-global ».

Haut de page

Notes

1  Cf. le dossier Autrepart n°21, 2002, sous la direction d’Elisabeth Dorier-Apprill et Sylvie Jaglin, et notamment, à propos de l’influence des Etats-Unis sur la formulation des programmes, C. Ghorra-Gobin « Les prescriptions de la Banque Mondiale et la culture politique américaine », 169-179.

2   Michèle Leclerc-Olive, 2006, « Coopération : contrainte ou développement ? », Dictionnaire des mondialisations, Paris, A. Colin, 79-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Ville et participation politique au Nord et au Sud », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 104.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Ville et participation politique au Nord et au Sud », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 22 janvier 2009, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6802

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRS, directeur de recherche et professeur à l’Institut d’Etudes Politiques, Paris et à l’Université de Paris IV   

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page