Navigation – Plan du site

Les paysages de l’identité (le cas du Piémont béarnais, à l’est de Pau)

Landscapes and identity: the case of the Bearn piedmont, east of Pau (South-west France)
Guy Di Méo, Claire Sauvaitre et Fabrice Soufflet
p. 131-141

Résumés

L’enquête-entretien permet de mettre en évidence des territorialités individuelles qui se calquent sur l’expérience tant sociale que géographique des personnes interrogées. Ces territorialités renvoient à des combinaisons territoriales peu nombreuses, collectivement construites. Au même titre que les valeurs patrimoniales et économiques, les paysages constituent les médiations symboliques, résolument identitaires, du rapport des hommes et de leurs groupes aux territoires qu’ils s’approprient et qu’ils vivent. L’identité ainsi produite fait l’objet de multiples manipulations idéologiques et politiques qui créent souvent de l’exclusion sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce que l’identité ? Phénomène évolutif de reconnaissance individuelle et collective, elle se façonne dans la durée. Cela vaut aussi bien pour la construction de l’identité du sujet, de l’individu, que pour celle des groupes humains.

2Si l’identité concerne les individus et les groupes, la géographie ne lui est pas étrangère. Souvent, le rapport aux lieux consolide, quand il ne les forge pas directement, des identités sociales que l’on peut dès lors qualifier de socio-spatiales ou de territoriales. Outil de différenciation et de fragmentation des groupes sociaux, l’identité s’enracine fréquemment dans les aires territoriales qu’ils s’approprient. Ce phénomène résulte de deux logiques symétriques. On peut imaginer que l’identité fonctionne socialement comme le moyen de légitimer un groupe dans un espace (territoire) dont il tirera le plus clair de ses ressources et de son pouvoir stratégique. Inversement, le procès identitaire utilise le territoire comme l’un des ciments les plus efficaces de la construction sociale. Le territoire confère aux réalités sociales une consistance matérielle faite de signes et de symboles enchâssés dans des objets, des lieux, des paysages. Le territoire fonctionne alors comme une médiation socio-spatiale capable de favoriser la production de représentations identitaires.

  • 1 - Le vocabulaire et les concepts que nous utilisons dans cet article sont ceux de la géographie soc (...)
  • 2 - Le CAUE des Pyrénées-Atlantiques a sous-traité une partie de ce travail à l’équipe composée par F (...)

3Dans un récent article (Di Méo, 2002), nous avons montré de quelle façon les paysages, promus au rang de symboles territoriaux, contribuent à enrichir les représentations identitaires de groupes sociaux singuliers. C’est à l’approfondissement de cette réflexion que nous allons nous livrer ici1. Le choix du Piémont béarnais, entre Pau et Lourdes, comme territoire expérimental, résulte d’une opportunité : le Conseil régional souhaitait savoir de quelle façon se manifeste, aux quatre coins de l’Aquitaine, le sentiment d’identité territoriale. Dans ce but, il a confié aux Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des départements aquitains la réalisation de "Cahiers d’identité patrimoniale et paysagère"2.

4 Ayant semble-t-il pour "vocation" de devenir, à terme, une condition d’éligibilité aux concours financiers de la Région, "l’identité locale" ou "territoriale", concept plutôt vague, mérite un effort sérieux de définition. C’est dans ce dessein que trois territoires tests ont été retenus afin d’étudier les rapports de l’identité territoriale au paysage et au patrimoine : la vallée du Dropt aux confins de la Gironde, de la Dordogne et du Lot-et-Garonne, le pays Adour-Landes océanes (sud-ouest du département des Landes) et le Piémont béarnais à l’est de Pau. Ces cahiers ont officiellement pour vocation "de contribuer au diagnostic territorial en apportant à chaque responsable un regard sensible, orienté en fonction de ce que sont les transformations locales du paysage, de l’architecture, et de ce que le territoire ambitionne pour son devenir". De telles préoccupations ne sont étrangères ni aux objectifs de l’aménagement et du développement durables (LOADDT de 1999), ni à ceux de la loi sur les paysages de 1993.

5Bien sûr, comme nous allons le montrer dans la première partie de ce texte, l’aire du Piémont béarnais, à l’est de Pau, n’est sans doute pas la zone idéale pour travailler sur le thème des rapports du paysage, du territoire et de l’identité. La consistance territoriale de cet espace est en effet sujette à caution. Rien ne nous interdit cependant, à partir de ce cadre géographique, de nous interroger sur la nature des identités qui s’y expriment. On peut se demander si la sensibilité des habitants aux paysages (quels paysages ?) et les représentations, les images paysagères qu’elle engendre, constituent des preuves de l’appropriation sociale des lieux et de leur mobilisation dans le cadre d’un procès de reconnaissance identitaire collective.

  • 3 - L'enquête a concerné 57 interlocuteurs répartis dans l’ensemble des communes de l’aire d’étude et (...)

6Recueillies par enquêtes-entretiens, les représentations paysagères d’un groupe d’acteurs politiques, économiques, associatifs et notables du cru3, expriment des rapports spatiaux assez peu diversifiés aux échelles locale et régionale. Leur répétition, la récurrence des mêmes évocations, leur cohérence globale témoignent de leur caractère identitaire, tant pour les individus que pour les groupes d’habitants qu’ils forment. Nous nous efforcerons ici de décoder les territorialités et les territoires que ces rapports spatiaux convoquent. Ainsi devrait se dévoiler un faisceau de rapports spatiaux associant les paysages et les territoires vécus par nos acteurs du Piémont. De cet écheveau complexe sortiront peut-être quelques éléments stables, susceptibles de nous faire avancer sur la voie d’une meilleure connaissance de la composante paysagère symbolique des territoires de l’identité.

7Quelques premiers échanges de vues avec les acteurs du Piémont béarnais nous ont permis d’avancer l’hypothèse que les paysages figurent parmi les symboles les plus vivaces de l’identité territoriale. D’emblée, dans nos entretiens, nous avons en effet recueilli une riche palette de représentations spatiales à caractère territorial affirmé, associées à des référents paysagers. Chacun de nos interlocuteurs exposait sa différence en fonction de sa position et de ses itinéraires géographiques, de son expérience socio-spatiale. Très vite pourtant, des valeurs génériques communes, tant paysagères que territoriales ont surgi. A ce jeu, les premières donnaient souvent l’impression de fournir le signe le plus expressif des secondes.

8Ces indications ont abouti à la formulation d’une seconde hypothèse. Elle fait le constat que si la part du sujet reste flagrante en matière de représentation identitaire, de solides constantes, résultantes de fortes déterminations socio-culturelles et d’incontestables effets de lieux, ramènent à quelques cas d’espèces les types de territorialités (en tant que faisceaux de rapports à des paysages et à des territoires affectivement appropriés) qui servent d’armature à ces représentations identitaires. De plus, nous observons que la construction de ces territorialités associe référents paysagers et territoriaux à l’intérieur d’une aire géographique donnée.

9Après avoir campé le contexte géographique de notre étude et son évolution récente, nous ferons appel aux réponses apportées à nos enquêtes pour dresser l’inventaire des paysages de l’identité sur le Piémont et repérer les échelles comme les idéologies territoriales qui leur correspondent. Cependant, que le lecteur ne s’y trompe pas, nous n’avons pas souhaité mettre en regard un paysage objectif, ou prétendu tel, avec son expérience sensible, sa réalité pour soi plus fragile. Nous ne pensons pas que la pertinence, que la signification des paysages emblématiques ou symboliques relève d’une évaluation à l’aune de référents que nous décréterions objectifs. Ils méritent d’être étudiés indépendamment de la description savante de tels référents. Il s’agit en effet de constructions mentales et sociales qui instaurent un lien avec une réalité à vrai dire insaisissable car toujours conditionnée, dans sa lecture, par le prisme déformant d’une subjectivité banale ou réputée scientifique. La présentation que nous faisons du piémont, dans la première partie de ce texte, même si elle utilise les outils de la géographie descriptive classique s’inscrit aussi dans une vision subjective ou, tout au moins, disciplinaire. Nous avons tout de même procédé de la sorte afin de caractériser cet espace et de le rendre intelligible à partir des instruments de la géographie que nous considérons comme les éléments d’un code particulier, partagé par une communauté scientifque, message identifiable, interprétable aussi, à ce titre. Quant à nos enquêtes, elles montrent suffisamment la part de nostalgie et d’imaginaire (individuel et collectif), de remise en ordre mythique de l’espace et du temps (propre à une société située, datée) présidant à ces représentations paysagères et territoriales, pour que l’on évite le piège de les prendre pour le décalque d’un éventuel existant. Ajoutons que ce constat n’interdit nullement, bien au contraire, que des facteurs sociaux et territoriaux récurrents viennent influencer la nature de ces représentations. Nous aurons également l’occasion d’observer ce fait.

Le Piémont béarnais de la Batbielle : un territoire improbable

10La dénomination institutionnelle de "Piémont béarnais" ne remonte qu’à l’extrême fin des années 1990. Elle correspond à la délimitation d’une aire géographique dessinée par défaut entre le Vic-Bilh (nord-est du Béarn), l’agglomération de Pau (à l’ouest), la montagne béarnaise (au sud) et la Bigorre voisine, à l’est (Hautes-Pyrénées) (fig. 1). Il s’agissait de doter d’un cadre juridique un Projet collectif de développement (PCD), soit une procédure de contractualisation des aides publiques au développement accordées par la Région Aquitaine à des regroupements de collectivités locales. Un Syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU) du Piémont béarnais de la Batbielle (nom de la vallée du Gave de Pau aux environs de Nay) fut constitué pour la circonstance. Il se compose de 45 communes appartenant à 6 cantons béarnais. Il comptait en 1999 quelque 37 346 habitants.

  • 4 - Au sens, défini par l’INSEE, d’espace dont la population fréquente de manière privilégiée un même (...)

11Nous allons voir que cette "aire de PCD" ne revêt nullement l’unité et la cohérence d’un bassin de vie, ce qu’aurait pourtant souhaité la Région4. On peut toujours trouver à cet espace, avec un peu d’imagination politique, des racines historiques prestigieuses. On peut y voir l’héritage territorial de l’antique pagus de Batbielle (la "vieille vallée"), un témoin de cette Novempopulanie du IIIe s., "préfiguration de l’Aquitaine" comme se plaisent à le rappeler certains élus. Ce territoire aurait traversé les siècles en remplissant les fonctions successives de vic (XIIIe s.), de baillage (XIVe s.), puis de sénéchaussée (XVIIIe s.). A ceci près que les contours de ces circonscriptions d’ancien régime n’ont jamais véritablement épousé les limites actuelles du SIVU !

Figure 1 : Le piémont béarnais

Figure 1 : Le piémont béarnais

Une périurbanisation soutenue par le progrès des communications

  • 5 - Les deux côtés égaux de ce triangle (longs d’une quarantaine de kilomètres chacun) relient Pau, s (...)

12En réalité, la grande majorité des communes du SIVU de la Batbielle (38 sur 45) se situent dans l’aire urbaine de Pau. C’est dire de quel poids pèse l’influence paloise sur cet espace qui a absorbé la part la plus considérable de sa diffusion urbaine, ceci depuis une bonne trentaine d’années. Pourtant, l’attraction paloise ne s’y exerce pas sans partage. Le Piémont béarnais s’inscrit en effet dans le triangle que forment les trois villes moyennes du piémont des Pyrénées occidentales et centrales : Pau, Tarbes et Lourdes5. En consé-quence, les deux vastes communes orientales de notre périmètre, Ger et Pontacq, se tournent sans ambiguïté vers Tarbes. Les clientèles de Lestelle-Bétharam, de Montaut et de Saint-Vincent s’orientent quant à elles vers Lourdes...

13De Pau à Tarbes, sur l’axe longitudinal du grand piémont pyrénéen, l’autoroute A 64 ("La Pyrénéenne") double depuis une dizaine d’années la RN 117. De Pau à Lourdes, deux tracés routiers majeurs ont grandement contribué à la diffusion de la périurbanisation paloise sur l’aire de la Batbielle. Ils s’orientent approximativement du nord-ouest au sud-est et la traversent en diagonale.

14Le plus septentrional épouse la RN 117 (Pau-Tarbes) jusqu’à Soumoulou, puis s’infléchit vers le sud-sud-est (RD 940) pour desservir Pontacq et Lourdes. Dans la vallée de l’Ousse qu’il emprunte, il a contribué à l’extension de la périurbanisation paloise jusqu’à Soumoulou (seul centre notable du parcours) et Espoey, à mi-distance de Pau et de Tarbes.

15Le plus méridional a porté la diffusion paloise jusqu’aux limites du département des Hautes-Pyrénées et jusqu’au pied de la montagne. Il suit la vallée de Nay que jalonnent de gros bourgs et de petits centres urbains riches en services. Ces agglomérations sont propices à l’accueil de populations nouvelles. Cet axe se compose, entre Pau et Nay (22 kilomètres), de trois routes à peu près parallèles qui suivent le cours du Gave de Pau. Aux routes plus anciennes qui traversent les villages-rues sur les deux rives du cours d’eau (RD 37 sur sa rive gauche, RD 937 sur sa rive droite), s’ajoute depuis un peu plus de dix ans, sur la rive droite, une RD 938 tracée à grand renfort de lignes droites. Bien qu’elle n’offre que deux ou trois voies selon les secteurs, elle met Nay à moins d’un quart d’heure de Pau, ouvrant ainsi la plaine de la Batbielle à la ruée des "navetteurs". Ces nouveaux résidants travaillent pour la plupart dans les communes du pôle palois, ou bien à Bordes (à mi-distance de Pau et de Nay), dans l’usine Turboméca qui emploie 2150 salariés à la production de turbines industrielles (d’hélicoptères en particulier).

16Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas que le "Pays du Grand Pau", récemment créé en application de la loi Voynet de 1999, absorbe à terme cette "aire du PCD" du Piémont béarnais. Fort de 179 communes et de plus de 230 000 habitants, le nouveau "pays" correspond à l’aire urbaine de Pau (définition 1999), à peine agrandie d’une bonne vingtaine de communes rurales limitrophes.

17Les effets de la périurbanisation paloise furent donc les raisons essentielles des changements géographiques et sociaux enregistrés sur le Piémont béarnais au cours des trente dernières années. Dans l’ensemble de la zone, la population a en effet augmenté de près de 20% entre 1975 et 1999, du fait d’un solde migratoire positif. Ce sont les communes les plus proches de Pau, localisées dans les vallées de l’Ousse et plus rarement du Gave qui ont enregistré le mouvement de croissance périurbaine le plus fort. Elles ont connu une progression moyenne du nombre de leurs habitants de plus de 6% par an. L’augmentation de population a été encore très sensible dans toutes les communes qui se trouvent sur le tracé de l’A64, notamment sur le plateau de Ger. Elle reste notable, bien que nettement plus faible, dans la plupart des coteaux et des portions de vallées du sud de la zone, au-delà de Nay et au contact des Hautes-Pyrénées. Au total, l’aire urbaine de Pau qui n’englobait en 1990 que le tiers septentrional de l’espace du Piémont béarnais s’étend en 1999 jusqu’à sa limite méridionale.

Les effets de la périurbanisation

18Traditionnellement, les villages et les bourgs concentraient l’habitat sur les terrasses des vallées (ribères), à l’écart des zones inondables. Sur les coteaux, l’habitat dispersé traduisait au contraire une occupation agricole plus récente (époque moderne) et plus lacunaire de l’espace. Sous l’effet de la périurbanisation, cet habitat des collines, tout en restant dispersé, se densifie et devient plus hétéroclite. En fait, deux types villageois caractérisent depuis le Moyen Âge le Piémont béarnais.

  • 6 - Surtout autour de Bordes où l’usine Turboméca a accentué l’urbanisation, secondairement autour de (...)

19Les villages-rues, surtout nombreux sur les deux rives du Gave de Pau et sur la rive droite de l’Ousse (Soumoulou), constituent un paysage typique. Leur chemin principal, devenu route départementale, forme leur épine dorsale. Il est matérialisé par l’alignement austère des hauts murs qui ceinturent les cours fermées des exploitations agricoles. Même si elle a permis à d’anciennes fermes qui risquaient l’abandon de connaître une nouvelle jeunesse, la périurbanisation a quelque peu détruit ce bel ordonnancement. Ce phénomène s’observe surtout à l’orée des villages où les lotissements tendent à relier les bourgs, d’une commune à l’autre, au point de faire une seule agglomération étirée dans bien des secteurs de la plaine de Nay6. Sur ces marges jointives, les nouvelles maisons aux styles parfois dissonants trônent au centre des parcelles. Dès lors, l’espace public de la rue n’est plus délimité comme jadis par le bâti ; une rupture d’image s’installe.

  • 7 - Il s’agit, de l’ouest à l’est, des bastides de Bruges, de Nay, d’Asson, de Lestelle-Bétharram et (...)

20Plus rares, les bastides et les bourgs serrés (Pontacq) complètent les formes d’agglomération villageoise du Piémont béarnais. Les bastides correspondent à des créations militaires du XIIIe-XIVe s., surtout édifiées ici au débouché stratégique des vallées pyrénéennes7. Elles se singularisent surtout par leur belle place centrale, entourée de maisons à arcades, et par leur plan orthogonal. Bourgs et bastides possèdent des bâtiments, des agencements architecturaux originaux tels que les mairies-halles, les binômes église-abbaye laïque. Le pré-commun (prat) figure quant à lui dans la plupart des communes qui ne disposent pas d’une place centrale. Lieu de vie collective et de rencontre, il enregistre aujourd’hui de multiples signes d’urbanisation ou d’abandon. Le mobilier urbain et les salles des fêtes, des aires de stationnement l’envahissent.

Un espace d’activités secondaires et tertiaires toujours vivant

21Le dernier recensement met en évidence cinq gros bourgs. Le plus solide, Nay (3 204 habitants), se situe à la limite des structures spatiales et des fonctions d’une petite ville. Il s’agit pour les autres de Pontacq (2 603 habitants), de Coarraze (2 065 habitants), de Bordes (1 949 habitants) et de Soumoulou (1 015 habitants) ; tous situés sur l’un des axes routiers majeurs que nous avons cités.

22Ces quelques centres de services fonctionnent parfois comme de petits pôles manufacturiers. Ils captent les actifs des communes voisines. Le plus solide, rayonnant en fait sur tout l’est du Béarn, reste comme on l’a vu plus haut celui de Bordes, aux portes de Pau. La société Turboméca y dresse son usine et fournit du travail, dans les communes d’alentour, à de nombreux sous-traitants embauchant un total de 600 à 700 salariés. Malgré la résistance de ces petits centres, l’économie locale (dominée par l’industrie et l’artisanat traditionnel) a beaucoup perdu de son dynamisme et de son autonomie depuis quelques années. Ce constat fait craindre aux élus que l’aire du Piémont béarnais ne devienne une vaste banlieue-dortoir de l’agglomération paloise. Ainsi, les extractions minières (carrières d’Asson), les industries du textile et de l’ameublement qui animaient jadis les gros bourgs jumeaux de Nay et de Coarraze, ont pratiquement cessé leurs activités. Le tissu artisanal qui comptait plus de 700 entreprises dans l’aire du Piémont béarnais en 1986 n’en recensait plus que 624 en 1998. Les établissements artisanaux se maintiennent surtout dans l’orbite de l’agglomération paloise et des petits centres (Nay et Pontacq pour l’essentiel). Ailleurs, les fermetures se succèdent.

23Deux branches dynamiques se distinguent pourtant dans ce tableau de crise. Celle du bâtiment, soutenue par les nombreuses constructions de pavillons individuels, emploie près de 250 personnes au sein de 72 petites entreprises. Egalement prospère, le secteur agro-alimentaire se concentre surtout aux portes de l’agglomération paloise (laiterie Villecomtal de Rontignon employant 130 personnes) et dans le canton de Nay-Est, notamment sur la zone d’activités de Bénéjacq.

24On pourrait craindre également que la périurbanisation se traduise dans notre zone par une diminution du nombre des commerces et des officines de services, au bénéfice des établissements similaires du pôle urbain palois et de ses zones d’activités. En fait, le commerce de détail semble résister, surtout à Nay, autour d’un marché hebdomadaire réputé. Des regroupements commerciaux fleurissent à Bénéjacq et à Asson (Clos-Saint-Martin). Au total, les 363 commerces de tous ordres et de tous types, rassemblés principalement dans les petits centres déjà énumérés, emploient plus de 830 personnes. Quant aux services proprement dits, ils ont enregistré une nette progression entre 1986 et 1998. Leur diversification se poursuit dans le cadre de 260 établissements générant plus de 650 emplois. A vrai dire, le développement de certains d’entre eux traduit l’implantation d’installations visant la clientèle de toute l’aire urbaine de Pau. C’est le cas de nombreux centres de soins (clinique cardiologique d’Aressy par exemple), de sept maisons de retraite, etc. En revanche, l’offre culturelle s’avère très médiocre.

25Malgré l’urbanisation périphérique des villages, le mitage de l’espace agricole par des constructions éparses, les emprises sur la campagne des nouvelles voies de communications et des zones d’activités, l’agriculture confère toujours leur caractère le plus singulier aux paysages de ce Piémont béarnais de la Batbielle.

Une bonne résistance de l’agriculture

26La mise en valeur agricole remonte véritablement au XIIe s., période où les défrichements s’étendirent largement dans les vallées, formant des essarts au détriment des bois et des landes. A la fin du Moyen Âge, l’activité pastorale (porcins, ovins et bovins) restait néanmoins prépondérante, pratiquée surtout sous les chênaies ou sur les landes. Du XIVe au XVIIe s., une lente progression de la mise en valeur des terres permit aux communautés paysannes de devenir auto-suffisantes, voire de commercialiser quelques surplus. Elles pratiquaient une polyculture vivrière toujours dominée par l’élevage, mais reposant aussi sur les cultures du millet (puis du froment), de l’avoine, de la vigne (plaine de Nay) et des arbres fruitiers. Les châtaignes constituaient une alimentation d’appoint dans ce système de production marqué par l’irrégularité, voire l’insuffisance criante des récoltes.

27Le XVIIe s. fut un moment de grandes transformations agraires et agricoles. Le maïs qui avait fait son apparition un siècle plus tôt dans la plaine de Nay concurrença les cultures de blé et d’avoine, ce qui permit de nourrir une population croissante. Les défrichements de nouvelles terres, réalisés dans les coteaux, ne suffirent plus à des paysans gagnés par l’individualisme qui s’approprièrent alors les communaux. Afin de soustraire leurs champs aux servitudes de la vaine pâture (compascuité au troisième clocher), ils les clôturèrent en plantant des haies (plèch) ou en dressant des murettes de galets. Ainsi, le paysage du bocage se substitua à celui de l’openfield. Sur la terrasse moyenne du Gave de Pau, au pied des coteaux, dans la vallée de l’Ousse et sur le plateau de Ger aux terres plus acides, de vastes étendues de landes (ou lanes) couvraient parfois plus de la moitié de la superficie des finages villageois (cas de Ger, de Pontacq, d’Espoey...). Dans ce pays où la paille manquait, les fougères fauchées à l’automne sur les landes (soutrage) fournissaient une précieuse litière pour le bétail. Les agriculteurs l’utilisaient ensuite comme engrais afin d’enrichir leurs parcelles de culture.

  • 8 - Creusement du canal du Lagoin, sur la vaste terrasse de rive droite du Gave de Pau, dans la plain (...)

28A partir du milieu du XIXe s., la crise s’installa dans ces campagnes. Elle éclata malgré la réalisation de gros travaux d’aménagement hydraulique8 destinés à favoriser l’irrigation des cultures céréalières. Elle tint pour partie à l’abaissement des barrières douanières nationales qui ruina les productions locales. L’exode rural s’installa dans les villages. Le dépeuplement fut aggravé par la saignée de la Première Guerre mondiale. De 1891 à 1954, la population chuta à peu près partout. Dans de nombreuses communes, la superficie des terres cultivées diminua.

29A partir des années 1950, une révolution agricole vit le jour avec l’introduction massive des maïs hybrides américains. Leurs rendements élevés accrurent brutalement le volume des récoltes. Ces nouvelles espèces se sont progressivement imposées sur des exploitations agricoles faisant appel à des techniques modernisées, dotées d’un outillage performant et motorisé (tracteurs en particulier). Leurs repreneurs, souvent de jeunes agriculteurs, s’employèrent à les agrandir en défrichant des landes et en louant des terres. Ils se sont efforcés de regrouper les parcelles, malgré un remembrement difficile en raison du morcellement de la propriété foncière comme de l’exploitation. Partout les landes ont reculé au profit du maïs. Au cours des années 1960, les médiocres prairies naturelles humides (cardèdes) du lit majeur du Gave de Pau se sont effacées devant les semis de maïs et de fourrages. La jachère fut alors abandonnée au profit d’une rotation culturale intensive de maïs et d’herbe. Si la commercialisation de la céréale se développait, l’élevage occupait une place de choix dans les revenus d’exploitation. Il en représentait en effet de 40 à 60% selon les cas. Le Piémont béarnais devenait un pays d’herbe et de maïs aux champs plus étendus que naguère.

30Depuis les années 1980, surtout depuis la réforme de la PAC de 1995, les choses changent quelque peu. Le nombre des exploitations décline encore, essentiellement du fait de la disparition des plus petites. En revanche, le contingent des exploitations de plus de 30 hectares augmente et la surface agricole utile se maintient malgré la périurbanisation. Partout s’étendent les jachères (subventions européennes) et les surfaces labourables consacrées au maïs-fourrage d’ensilage. Sur un fond de croissance généralisée des troupeaux de bovins à viande et plus modestement de chevaux, chaque canton offre une spécialisation particulière : porcs, volailles, chèvres selon les cas.

31Les communes situées à l’est de Pau (cantons de Pau-Est et de Pau-Sud) sont célèbres, depuis longtemps, pour leurs cultures maraîchères. Si la périurbanisation ne remet pas en cause cette spécialité qui fournit en légumes frais le marché de l’agglomération, elle provoque depuis vingt ans son glissement vers l’est. Preuve supplémentaire de l’agrandissement de l’aire urbaine paloise et de l’élargissement des pratiques de consommation qui s’y développent, ce sont désormais les communes du canton de Pontacq, aux limites de l’aire urbaine, qui connaissent l’engouement le plus fort pour le maraîchage.

32Au total, le paysage agricole garde aujourd’hui les marques de l’impulsion donnée lors de la révolution des années 1950 et 1960. Les parcelles remembrées sont plus géométriques que jadis. Le maïs donne l’impression de les occuper en quasi monoculture. Les haies bocagères et les murets ont en partie disparu. Avec les effets de la périurbanisation, les mutations de l’agriculture sont responsables, depuis une trentaine d’années, de l’intense transformation des paysages.

Transformations de l’agriculture et nouveaux paysages agraires

  • 9 - Le casala regroupe autour d’une cour fermée (parquie) la maison d’habitation (casa) et les bâtime (...)

33Dans la plaine de Nay et dans la vallée de l’Ousse, la taille moyenne des parcelles (1,5 hectare) a pratiquement triplé en trois décennies. Le paysage parcellaire n’a pourtant guère changé depuis la révolution agricole du milieu du XXe s. Sur la terrasse moyenne de la rive gauche du Gave de Pau, si les champs sont plus vastes que jadis, les parcelles décrites par S. Lerat (1963) occupent toujours les cardèdes. En revanche, les hautes haies vives de chênes, de bouleaux, de frênes ou de platanes têtards ont à peu près disparu. Près des villages qui jalonnent la moyenne terrasse de rive gauche ou accompagnent le Lagoin sur la rive droite, les murets qui fermaient les petites parcelles proches des casalas9 n’ont pas résisté à la modernisation des exploitations. Ils ont disparu, de même que les hautains de vigne qui ceignaient les potagers et les prés à proximité des exploitations agricoles. Des barbelés, moins visibles dans le paysage, ont remplacé tous ces types variés de clôtures. L’océan de maïs les dissimule.

34Le réseau de haies ne subsiste que ponctuellement, de manière résiduelle, sur la rive droite du canal du Lagoin, au sein des artiguots défrichés au XIXe s. dans les terres humides du pied des coteaux. Les moulins et les canaux d’amenée de l’eau, datant surtout de la fin du XIXe s., perdurent dans le paysage, à côté de granges isolées (bordes) aujourd’hui en ruines. La forêt colonise à nouveau les essarts défrichés, au contact des coteaux.

  • 10 - Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique.

35Zone de divagation du Gave, ponctuellement classée en ZNIEF10, la saligue (sorte de forêt-galerie spontanée à dominante de saules) a beaucoup régressé. L’encaissement relatif du cours d’eau à la suite de différents travaux et prélèvements (gravières), la viabilisation fréquente de ses berges ont réduit la divagation de la rivière et rectifié son tracé sinueux. Responsables de l’abaissement de la nappe phréatique, ces aménagements expliquent la disparition de la saligue par plaques entières. Elle ne se régénère plus.

36Pourtant, ce sont les paysages du plateau de Ger, traversés par l’autoroute A 64, qui ont le plus changé au cours du dernier demi-siècle. Décrit au tournant des années 1950-1960 comme un "espace monotone et stérile de bois et de landes (touyas)" (Lerat, 1963), le plateau ne leur laisse plus, suite aux défrichements qu’il a connus, qu’une superficie de l’ordre de 10% de sa surface. La pratique du chaulage, l’utilisation massive des engrais et de l’outillage agricole moderne expliquent cette évolution rapide, conduite par de jeunes agriculteurs dynamiques. La taille des parcelles se situe entre 2 et 4 hectares. Si des talus plantés les bordent parfois, c’est un paysage de champs ouverts, semé de bosquets et de landes résiduelles qui domine.

37En zone de coteaux, les paysages agraires ont beaucoup moins changé. Les boisements ou bosc (belles futaies de hêtres, plus ponctuellement de chênes et de châtaigniers) occupent le plus d’espace sur les versants des coteaux du Lagoin et de la rive gauche du Gave de Pau, entre Uzos et Nay. Ils s’éclaircissent au sud, vers les Pyrénées. Là, un bocage de petites parcelles adaptées aux caprices du relief s’impose. Les difficultés de la mécanisation de l’agriculture ont préservé ce paysage. Dans le cadre d’exploitations à vocation d’élevage, l’herbe occupe une place d’autant plus prépondérante que l’on se dirige vers le sud, dans les communes d’Asson et d’Arthez-d’Asson (déjà montagnardes) qui se partagent la vallée encaissée de l’Ouzom.

38Comment ces paysages interprétés, comme nous venons de le faire, à l’aide des outils descriptifs classiques de la géographie, paysages à la fois modifiés par la périurbanisation et la révolution agricole, sont-ils perçus par les acteurs du Piémont béarnais ? Lus au travers des représentations sociales et de la sensibilité des individus, constituent-ils un ancrage identitaire, un facteur de territorialisation ? De plus, le bouleversement de ces paysages, induit par la diffusion urbaine, est-il perçu en terme de changement socio-spatial, de transition avancée entre campagne et ville ? Ou bien est-il occulté, nié par des populations composites de vieux résidants et de néos qui réinventeraient le mythe d’une ruralité fantasmée, refuge par rapport à la ville, ses risques, les peurs qu’elle suscite ?

Paysages, identités, territoires : le point de vue des acteurs

39Comment les habitants du Piémont béarnais, notamment les acteurs sociaux les plus engagés dans la vie locale, se représentent-ils cet espace social ? Quelle dimension territoriale, au sens identitaire du terme, lui confèrent-ils ? Plus exactement, dans quelles architectures du territoire le replacent-ils ? Eprouvent-ils une sensibilité particulière pour ses paysages ? Entretiennent-ils avec eux un lien affectif particulier, éventuellement identitaire ? Mettent-ils en relation, de manière étroite ou lâche, leur propre territorialité et ces paysages ? C’est à ces quelques questions que nous allons maintenant tenter d’apporter des réponses.

Des représentations et des identités territoriales multiscalaires (fig. 2)

Figure 2 : Points de vue paysagers, territoires et territorialités des acteurs du Piémont béarnais

Figure 2 : Points de vue paysagers, territoires et territorialités des acteurs du Piémont béarnais
  • 11 - Nous avons posé aux acteurs de notre échantillon douze groupes de questions du type : -Pour vous, (...)

40Les deux tiers des acteurs que nous avons interrogés font état d’un sentiment d’appartenance à une collectivité vivant sur un espace bien identifié11. D’emblée, la prise en compte intuitive d’une identité sociale s’associe donc, chez nos interlocuteurs, à celle d’une identité spatiale. Certains n’hésitent pas à parler d’une "osmose" entre ces deux formes identitaires. D’autres estiment qu’un véritable "rapport physique aux paysages et aux lieux" permet de concrétiser le lien du groupe à son espace. Mais de quel(s) groupe(s) et de quel(s) espace(s) (lieux ou territoires ?) s’agit-il ? Si le sentiment identitaire s’exprime donc avec une indéniable conviction, il n’en demeure pas moins vague, imprécis et pour tout dire multiscalaire. Les espaces, en fait les assemblages de lieux et de territoires auxquels renvoient les couples identité/territorialité révélés par nos enquêtes, relèvent d’une représentation fortement teintée d’imaginaire. Au bout du compte jamais une identité territoriale unique ne ressort ; nous sommes à peu près toujours confrontés à des représentations pluri-identitaires.

41Dans ces conditions, l’identification exclusive à des groupes villageois de résidence reste très minoritaire. Même si elle ne récuse pas l’identité communale, une nette majorité de nos interlocuteurs opte pour des échelles supérieures (trois au total) de référents territoriaux. Cette majorité leur associe de manière consusbstantielle des paysages précis.

42A peine plus nombreux que ceux qui s’identifient principalement à leur village, les acteurs qui se rallient à des univers pluricommunaux privilégient, entre Nay et Pau, la forme identitaire d’un territoire de la plaine de Nay (Batbielle) parcouru par le Gave et le Lagoin. Cet espace intègre souvent des pratiques très concrètes de déplacements quotidiens : résidence-travail-services.

43De façon plus notable, un tiers de notre effectif retient comme territoire principal d’appartenance un échelon infra-départemental plus ample que celui de l’agrégat de deux ou trois cantons. Ce groupe se partage entre l’idée toujours vivante du Béarn (partie orientale du département des Pyrénées-Atlantiques), une aire urbaine paloise plus étroite qui s’étend des confins de la Bigorre (Hautes-Pyrénées) à l’ensemble du Béarn central et, plus rarement mais aussi plus restrictivement, un Béarn montagnard du sud et du sud-est étiré de la vallée d’Ossau à la Bigorre.

44Loin de ne refléter qu’une stricte adhésion culturelle, les deux premières options s’imprègnent de stratégie politique. En effet, les tenants du Béarn se recrutent plutôt dans les rangs d’une droite majoritaire à cette échelle, tandis que les partisans du "Grand Pau" (nom du pays "loi Voynet" qui a finalement été retenu) appartiennent plutôt à la gauche, majoritaire à l’horizon de l’aire urbaine. Au total, le binôme Pau-pays (plus ou moins étendu) structure un bon nombre de territorialités identitaires.

45Toujours est-il qu’au-delà du "pays", le cadre départemental des Pyrénées-Atlantiques ne revêt pas de dimension territoriale et ne suscite guère d’effet identitaire. La région Aquitaine ou l’idée d’Occitanie ne rencontrent pas plus de succès. En revanche, un territoire représenté s’esquisse avec force, partagé par un peu plus de la moitié de notre échantillon. Il se présente en fait selon deux configurations. L’une, relevée par un tout petit groupe d’acteurs, épouse une assise franchement pyrénéenne. Il associe le Béarn et la Bigorre, comme adossés à de mythiques Pyrénées. Cette géométrie reflète le poids du triangle des influences urbaines de Pau, Tarbes et Lourdes, confortées par une sorte d’imaginaire montagnard. L’autre configuration, plus commune, définit plutôt les limites approximatives, jamais précisées, d’un bassin de l’Adour se confondant avec l’extrême sud-ouest de la France, des Pyrénées centrales à l’Atlantique.

46C’est au final entre ces différentes échelles, du local au régional, que se positionnent nos interlocuteurs. Ils vivent donc une pluri-territorialité réelle ou rêvée, identitaire au sens où elle les définit en tant que personnes appartenant à des groupes de reconnaissance commune et d’action. Une tendance majeure se dégage. Plus les acteurs rencontrés appartiennent à de vieilles familles locales, moins ils ont quitté leur univers natal pour vivre ailleurs, ne serait-ce qu’un petit nombre d’années, plus leur identité s’inscrit dans une géographie étroite, comprise entre la commune d’origine et le "pays" (Béarn au maximum). Au contraire, plus les personnes que nous avons interrogées font état d’expériences de vie et d’itinéraires spatio-résidentiels diversifiés, plus leur monde d’appartenance régionale tend à se calquer sur la forme indécise du couple Pyrénées-Océan. Dans ce dernier cas, un schème largement imaginaire, dégagé des péripéties de l’échelle locale, formé de grandes valeurs paysagères génériques, semble fonder l’identité territoriale.

Au coeur des paysages : quels (géo)symboles identitaires ?

47Nous avons demandé aux acteurs du Piémont béarnais ce qui était le plus représentatif de leurs lieux familiers, des aires qu’ils considèrent comme leurs espaces de vie. Les réponses qu’ils nous ont fournies forment trois rubriques plus ou moins mêlées. Elles concernent le paysage, le patrimoine (intégrant des références culturelles) et les activités économiques. L’identité territoriale semble donc reposer sur ce socle à trois pieds auquel il faudrait bien sûr ajouter un faisceau de rapports sociaux dominé par les liens familiaux et communautaires.

48Les représentations paysagères figurent parmi les formes symboliques ou emblématiques les plus communes de l’espace familier de nos interlocuteurs. Dans ce registre, la chaîne des Pyrénées constitue une référence collective particulièrement puissante. Tantôt citée en tant que telle, tantôt indirectement évoquée par des lieux (pics et sommets, cols et vallées, sites et stations comme Cauterets et Gavarnie), elle forme presque toujours l’arrière-plan (qualification fréquente de "rideau") du discours associant de manière implicite les paysages, les territoires et l’identité. D’ailleurs, les principaux points d’observation du paysage préféré des personnes interrogées correspondent à des sites d’où se découvre le panorama de la chaîne : le chemin dit de Henri IV sur la ligne de crête des coteaux du Lagoin, quelques promontoires des collines de rive gauche du Gave (hauteurs de Bruges et d’Arthez), l’oppidum d’Asson au sud de la plaine de Nay, le plateau de Ger et la route pittoresque de Bénéjacq à Lourdes, etc.

49Outre la montagne, deux éléments du relief et de l’hydrographie figurent parmi les signes que retient la sensibilité paysagère d’une plus courte majorité de nos interlocuteurs. Ce sont les cours d’eau, les vallées du Gave de Pau et de ses affluents, de l’Ousse et du Lagoin, celle de l’Ouzom qui descend des Pyrénées. Il s’agit aussi des collines et des coteaux boisés qui encadrent ces vallées. "Pour moi, ce qui est important, c’est l’eau sauvage des gaves" nous déclare l’un des élus les plus influents du secteur. De fait, le lit du Gave, aux îles et aux bras innombrables, forme une sorte de lien symbolique entre les montagnes, les collines et les larges vallées. Sous l’emprise de l’oeil, les cours d’eau dessinent en contrepoint du relief les lignes de force du paysage. Ils contribuent à en déterminer l’unité dans le creuset imaginé du territoire. Ainsi, cours d’eau et formes du modelé charpentent la représentation d’une globalité identitaire des lieux et de leurs paysages.

50Dans les discours que nous avons recueillis, les paysages, les espaces (territoires ?) auxquels ils sont associés, ne sont-ils pas déjà considérés, implicitement, comme des éléments patrimoniaux, collectivement repérés et appréciés, porteurs d’une identité commune ? Quand une personne parle de "mon Béarn à moi", de "ma montagne", n’en est-il pas ainsi ? Quant à l’identité individuelle, sensible à l’association vécue du territoire et du paysage, ne rejoint-elle pas une forme d’identité collective ? Dès lors, on ne s’étonnera guère que des éléments plus strictement patrimoniaux comme l’architecture des maisons traditionnelles ou la forme et la disposition des villages participent aussi à la double construction de la territorialité et de l’identité.

Des représentations identitaires de l’économie incluses dans les paysages

51Au même titre que le binôme territoire-paysage ou que le patrimoine, l’économie locale s’inscrit aussi dans les représentations identitaires de nos acteurs. Or, sa représentation tend ici à se confondre avec un paysage agraire qui en fournit sans doute la forme matérielle la plus visible. C’est en effet l’agriculture, colonisatrice majeure des paysages du Piémont béarnais, qui apparaît de très loin l’activité la plus typique des lieux. Pourtant, elle ne joue plus qu’un rôle économique effacé et rares sont nos interlocuteurs directement impliqués dans son exercice. L’agriculture contribue néanmoins à la construction de l’identité. L’occupation agricole de l’espace devient, dans le discours, un élément très valorisé de distinction socio-spatiale, le moyen de se démarquer des zones urbaines voisines. Le recours au paysage identitaire de la campagne permet de désigner l’autre, l’étranger, la différence, ceux que l’on veut exclure pour mieux se reconnaître. Nos acteurs ne s’identifient-ils pas à la ruralité pour rejeter l’indésirable ? Ou plus simplement pour se distinguer ?

52De plus, la condamnation très répandue de l’évolution des pratiques agricoles et de leurs paysages souligne combien nos interlocuteurs-acteurs tendent à se réfugier dans une représentation traditionnelle du monde des campagnes. Ils regrettent amèrement l’invasion du maïs qu’ils n’hésitent pas à étendre aux coteaux où, pourtant, l’élevage herbager, les bois et le bocage résistent bien. Le recul des haies, l’augmentation du nombre des élevages industriels, l’apparition de nouveaux bâtiments agricoles jugés disgrâcieux, plus encore la marée périurbaine des constructions nouvelles de pavillons résidentiels suscitent également une large réprobation.

Identité rurale, idéologie ruraliste : quelles significations ?

53Au total, les représentations à caractère identitaire que nous révèlent les acteurs du Piémont béarnais, qu’elles soient territoriales, paysagères, patrimoniales ou économiques, mettent à peu près toutes l’accent sur l’identité rurale et sur une rupture avec la ville. Or, la ruralité classique ne correspond plus à la réalité des modes de vie et des espaces de cette petite région frappée par une intense périurbanisation. Derrière les références identitaires que livrent les acteurs du Piémont, leur idéologie apparaît comme décalée de leurs conditions objectives d’existence et de la réalité des mutations de l’espace social. Il faut y voir, y compris pour des périurbains d’assez fraîche installation aux portes de Pau, de Lourdes ou de Tarbes, un certain refus de la ville, une aspiration à vivre dans un cadre réputé rustique, loin des nuisances (réelles ou supposées) et des coûts (taxes, impôts, prix fonciers) de l’urbanité.

54L’univers idéel des représentations identitaires, celles du paysage, du territoire, du patrimoine et de l’économie dominante, est donc modelé par une interprétation ruraliste de la société locale. Il est récupéré à des fins politiques (contrôle et affirmation du pouvoir local) et sociales (refus des "autres", des citadins réputés "dangereux"). Ces représentations identitaires accompagnent de nouvelles ségrégations socio-spatiales. L’idéologie fournit aussi des arguments pour refuser des implantations d’intérêt collectif, jugées à risques ou polluantes. La vision de la ruralité que véhicule une majorité d’acteurs du Piémont béarnais reste donc comme arc-boutée aux images d’une campagne révolue, celle des paysans d’antan. Pourquoi un tel effet rétro ? Pourquoi cette patrimonialisation de tout ce qui nous entoure ? C’est que dans ce recours au "tout patrimoine", les sociétés contemporaines trouvent un refuge. Elles brandissent leurs singularités héritées, réelles ou inventées, sacralisées, comme un rempart dressé devant une mondialisation qui abolirait autrement leur originalité, leur humanité. Mais il y a plus : la prolifération du patrimoine, sa surconcentration en certains lieux et territoires produit une intense valorisation et une distinction de ces espaces sociaux. En renchérissant leurs coûts d’accès, cette plus-value les met à l’abri d’une altérité sociale (immigration, pauvreté, délinquance, etc.) que redoutent leurs habitants. La ruralité fossilisée, contrôlée par de nouvelles classes moyennes bel et bien urbaines, devient une sorte de garantie socio-spatiale, un antidote contre les poisons supposés de la ville, une assurance de valeur des biens.

Conclusion

55Inscrit dans une aire jadis rurale, mais transformée par les effets conjugués de la modernisation agricole et de la périurbanisation, le territoire du Piémont béarnais n’est qu’une construction politique fragile. Il ne s’agit nullement d’un espace vécu autonome, même pour la plupart des acteurs qui ont oeuvré à sa constitution. Ceux que nous avons interrogés dévoilent des territorialités variées, fortement dépendantes de leurs conditions objectives (sociales et géographiques) d’existence. Ces territorialités vécues combinent des entités territoriales bien repérées, de la commune d’origine ou de résidence à l’espace plus flou des Pays de l’Adour.

  • 12 - A l’exclusion de celles qui renvoient à la communauté nationale ou à celle du monde.

56En fait, deux types de territorialités de base12 dominent chez nos interlocuteurs. L’une articule l’univers étroit du village, ou de quelques communes situées autour de l’aire de résidence, avec le territoire plus collectivement reconnu, historique et culturel du Béarn. L’autre forme une composition territoriale où la pratique concrète des lieux tend à s’effacer devant leur imaginaire. Elle associe les Pyrénées et l’Atlantique auxquels elle joint parfois des référents géographiques plus larges, comme les provinces espagnoles voisines.

57Ces territorialités expriment d’incontestables identités, à la fois personnelles et collectives. Elles s’appuient sur des "affordances" (Berque, 1985), des ancrages paysagers qui fonctionnent comme des synecdoques des territoires (Debarbieux, 1995). Ces repères constituent l’expression à la fois visuelle et symbolique des territoires. Ils sont systématiquement présents dans les représentations identitaires des acteurs que nous avons interrogés. Ces derniers parlent d’ailleurs avec une rare éloquence de ces contextes paysagers qui fournissent l’image la plus représentative, pour eux, de leurs espaces de vie, de leur univers le plus familier et le plus intime. Ainsi, dans le creuset de territorialités jouant avec plusieurs échelles de territoires, les éléments paysagers correspondent à des médiations symboliques qui arriment les individus à leurs espaces vécus. Ils forment bien ce lien identitaire, sensible, émotionnel, affectif, tendu entre le sujet, les groupes sociaux et les territoires que combine la territorialité de chacun.

58Quant aux représentations paysagères, qu’elles se manifestent sous l’aspect de vastes panoramas, ou sous celui de points de vue plus étroits mettant en scène le patrimoine, les lieux de vie ou les formes spatiales de l’activité économique, elles résultent toujours d’une intense production idéelle, à la fois idéologique et politique. En ce sens, elles ne se distinguent pas des territorialités et des territoires.

59Les idéologies territoriales et paysagères que révèlent nos enquêtes affichent les traits d’une ruralité tenace, pourtant partout en recul sur notre terrain (paradoxe ?). Elles évoquent une campagne disparue dont les vertus supposées indiquent surtout le refus de la ville d’aujourd’hui ; celui de ses nuisances et de ses dangers représentés, des fréquentations qu’elle impose et que l’on redoute, des groupes sociaux que l’on craint : immigrés, étrangers, jeunes, SDF, délinquants... Il est indéniable que cette idéologie résulte d’une fabrication collective dont les lieux et les contextes sociaux de production dépassent de beaucoup les modestes frontières du Piémont béarnais. Cette idéologie est identitaire, car elle permet de dessiner les grands traits, largement inventés, d’une différence, d’une distinction qui produit de la distance sociale par rapport à d’autres territoires, celui de la ville en l’occurrence.

60Si le poids des représentations sociales, collectivement forgées, exerce un fort impact sur les expressions identitaires que nous avons recueillies, l’opinion plus personnelle et plus libre des sujets-individus que nous avons interrogés perce aussi dans les entretiens. Leur analyse prouve que les représentations dépendent étroitement de l’expérience, tant sociale que spatiale, de chacun. Ainsi, les élus locaux les plus sédentaires, surtout lorsqu’ils appartiennent à une vieille famille de la commune, entretiennent toujours une relation identitaire privilégiée avec les territoires de la localité la plus immédiate : du village au canton et au Béarn. Ils associent ces territoires à des paysages patrimoniaux très précis, eux-mêmes locaux, mais susceptibles de s’étendre jusqu’à la chaîne des Pyrénées. Comme nous le déclare un maire appartenant à cette catégorie : "pour moi (l’identité), c’est une réalité, c’est l’attachement d’un individu à un coin, à un paysage (...) C’est le lien entre l’individu et ses racines". Le cas d’un agriculteur originaire de la commune dont il est maire, mais aussi syndicaliste et gestionnaire du Crédit Agricole est bien différent. Contraint à de fréquents déplacements, il élargit son espace vécu aux horizons des Pays de l’Adour, voire au-delà... Même s’il demeure attaché à la double identité de son village et du Béarn.

61Autre cas, celui d’un artisan, dernier fabricant local des sonnailles destinées au bétail transhumant. Il s’identifie étroitement au Béarn et à ses montagnes. Il vit son rapport identitaire au territoire à travers le prisme paysager de son métier, celui de l’élevage que la montagne accueille sur ses estives. C’est en fonction des enjeux de sa profession, mais aussi en regard de son expérience qu’il construit son identité autour d’une symbolique du territoire. Le paysage lui en fournit l’accès.

62En somme, dans toute représentation identitaire territorialisée, la part du sujet rejoint tôt ou tard celle du social. Inversement, celle-ci se moule sur celle-là. Dans ce rapport dialectique, le paysage, à la fois vécu par chacun et collectivement produit, tient lieu d’articulation. Cependant, derrière le paysage, les ancrages socio-spatiaux les plus abstraits et les plus profonds de nos acteurs nous ramènent à des jeux d’échelles territoriales variées : kaléidoscope complexe, signifié et géré par la territorialité de chacun.

Haut de page

Bibliographie

AURICOSTE I., 2001, Le paysage et la réappropriation des territoires, Actes du colloque international de Saint-Emilion, Patrimoine et paysages culturels, Bordeaux, Confluences, p. 65-69.

BERQUE A., 1985, Médiance : de milieux en paysages, Montpellier, Reclus, 163 p.

Cahier d’Identité Patrimoniale et Paysagère du Piémont béarnais, Bordeaux, URCAUE d’Aquitaine, 54 p.

DEBARBIEUX B., 1995, Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique, L’Espace géographique, n° 2, p  97-112.

DI MÉO G., 2002, L’identité : une médiation essentielle du rapport espace-société, Géocarrefour, vol. 77, n° 2, p. 175-184.

LERAT S., 1963, Les pays de l’Adour : structures agraires et économie régionale, Bordeaux, Union française d’Impression, 578 p.

LUGINBÜHL Y., 1986, Paysage du Boischaut, une identité, Paris, Ministère de l’Environnement, Mission du paysage, 115 p.

Montagnes Méditerranéennes, n° 4, 1996. "Paysage, identité et développement territorial", Publication du Conseil général de l’Ardèche et de l’université de Grenoble I, 116 p.

SANSOT P., 1995, La France sensible, Paris, Payot, 254 p.

SAUTTER G., 2002, Parcours d’un géographe : des paysages aux ethnies, de la brousse à la ville, de l’Afrique au monde, Paris, Edit. Arguments, 708 p.

SOUFFLET F., 2002, Paysages, identités territoriales et espaces de l’aménagement : l’exemple du Piémont béarnais, Pau, TER de Maîtrise Aménagement, 180 p.

Haut de page

Notes

1 - Le vocabulaire et les concepts que nous utilisons dans cet article sont ceux de la géographie sociale que nous développons depuis plusieurs années. Leur définition plus approfondie pourra être consultée chez G. Di Méo, 1998.

2 - Le CAUE des Pyrénées-Atlantiques a sous-traité une partie de ce travail à l’équipe composée par Fabrice Soufflet, Claire Sauvaitre et Guy Di Méo, co-auteurs du présent article.

3 - L'enquête a concerné 57 interlocuteurs répartis dans l’ensemble des communes de l’aire d’étude et soumis à une même grille d’entretien, très ouverte, portant sur leurs pratiques de l’espace et leur imaginaire spatial, leurs paysa-ges familiers, leur sentiment d’appartenance à des groupes et à des lieux, le sens de leur engagement public, sa spatia-lité, leur vision du changement et des collectivités territoriales, etc.

4 - Au sens, défini par l’INSEE, d’espace dont la population fréquente de manière privilégiée un même centre distributeur de services, bourg ou ville.

5 - Les deux côtés égaux de ce triangle (longs d’une quarantaine de kilomètres chacun) relient Pau, son sommet occidental, aux deux autres villes. De direction quasi nord-sud, le troisième côté dépasse à peine une vingtaine de kilomètres entre Tarbes et Lourdes (RN 21).

6 - Surtout autour de Bordes où l’usine Turboméca a accentué l’urbanisation, secondairement autour de Nay et de Corraze qui connaissent leur propre périurbanisation.

7 - Il s’agit, de l’ouest à l’est, des bastides de Bruges, de Nay, d’Asson, de Lestelle-Bétharram et de Montaut.

8 - Creusement du canal du Lagoin, sur la vaste terrasse de rive droite du Gave de Pau, dans la plaine de Nay. Le Lagoin est devenu un élément paysager majeur de ce secteur de la Batbielle.

9 - Le casala regroupe autour d’une cour fermée (parquie) la maison d’habitation (casa) et les bâtiments d’exploitation agricole, notamment la grange (borde).

10 - Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique.

11 - Nous avons posé aux acteurs de notre échantillon douze groupes de questions du type : -Pour vous, quels sont les lieux, l’aire géographique qui vous sont les plus familiers, dont vous vous sentez le plus proche, d’où vous avez le sentiment d’être, de faire partie ? -Qu’évoquent pour vous ces lieux, quelles images vous viennent à l’esprit lorsque, loin de chez vous, vous y pensez ?-A vos yeux, qu’est-ce qui représente, évoque le mieux ces lieux : objets, événements, personnages, paysages, etc. ?-Dans cet espace existe-t-il un (ou plusieurs) paysage(s) que vous appréciez particulièrement ? Pourriez-vous le(s) décrire ?-Au sein de ce(s) paysage(s), à quoi exactement tenez-vous le plus, qu’est-ce qui vous touche le plus et que vous ne voudriez en aucun cas voir disparaître ?-Percevez-vous l’évolution (laquelle) ou au contraire le caractère immuable, intemporel de ces lieux ?-Pouvez-vous indiquer quelques exemples de changements significatifs dans ces paysages ?-Pourriez-vous indiquer des mesures ou réalisations d’un passé plus ou moins récent qui vous semblent heureuses pour l’évolution ou la conservation de ces paysages, voire pour la mise en valeur de leurs lieux ?-Quels lieux montreriez-vous à des amis extérieurs à la région vous rendant visite, quels paysages leur présenteriez-vous ?-Que vous suggère le terme identité, à quelles réalités personnelles, sociales, spatiales l’associez-vous ?

12 - A l’exclusion de celles qui renvoient à la communauté nationale ou à celle du monde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le piémont béarnais
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/639/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 2 : Points de vue paysagers, territoires et territorialités des acteurs du Piémont béarnais
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/639/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Di Méo, Claire Sauvaitre et Fabrice Soufflet, « Les paysages de l’identité (le cas du Piémont béarnais, à l’est de Pau) », Géocarrefour, vol. 79/2 | 2004, 131-141.

Référence électronique

Guy Di Méo, Claire Sauvaitre et Fabrice Soufflet, « Les paysages de l’identité (le cas du Piémont béarnais, à l’est de Pau) », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/2 | 2004, mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/639 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.639

Haut de page

Auteurs

Guy Di Méo

CNRS UMR 5185 ADES
Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3)
Courriel : g.dimeo@ades.cnrs.fr

Claire Sauvaitre

CNRS UMR 5185 ADES
Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3)

Fabrice Soufflet

CNRS UMR 5185 ADES
Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3)

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page