Navigation – Plan du site

Le tourisme sur le littoral atlantique de l’Argentine : évolution des pratiques et organisation spatiale

Tourism on the Atlantic coast of Argentina: development and spatial organisation
Nicolas Bernard, Yvanne Bouvet et René-Paul Desse
p. 119-130

Résumés

Avec plus de 3 000 kilomètres de façade littorale, l’Argentine offre de multiples possibilités de développement touristique. Aux premières stations balnéaires de la fin du xixe s., développées sur le modèle européen telle Mar del Plata, ont succédé au xxe s. d’autres balnearios, principalement dans la province de Buenos Aires, à proximité de la capitale.
Depuis 30 ans, ce sont les littoraux patagoniens et même la mythique Terre de Feu qui créent des sites touristiques littoraux tournés vers la nature et les espaces "sauvages" de l’Amérique du sud. Mais si le tourisme apporte une nouvelle dynamique économique, il n’en demeure pas moins fragile dans un pays touché par une forte crise économique, sociale et politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les Porteños ou Portègnes en français sont les habitants de Buenos Aires : littéralement ceux qui (...)

1Avec trois millions de touristes internationaux en 2000, l’Argentine est le quatrième pays récepteur d’Amérique latine, bien loin derrière le Mexique (20 millions) et le Brésil (5,2 millions). Quant aux touristes nationaux, ils étaient au nombre de 20 millions (taux de départ en vacances de 55 %) dont 3 millions franchissaient les frontières de l’État argentin. Du fait du réseau urbain, de la macrocéphalie portègne1 et de l’organisation des transports qui en découle, la concentration des flux touristiques est importante à Buenos Aires (27% des lits touristiques) et sur le littoral (38%).

  • 2  La province de Buenos Aires est l’une des 24 entités autonomes de la République d’Argentine. Elle (...)
  • 3  La province de Buenos Aires, dont la capitale est La Plata, n’intègre pas la ville éponyme comme u (...)

2L’Argentine possède une longue façade maritime, de la Terre de Feu jusqu’à Punta Rasa qui marque l’entrée dans le Rio de La Plata. Le littoral de la Mar Argentino s’étire sur 3 300 km, de 55° de latitude sud en Terre de Feu à 34° sud aux abords du Rio de La Plata. Cet étirement du pays explique la variété des milieux climatiques. Ainsi, les températures moyennes de janvier, le mois le plus chaud, varient de 20°C à Mar del Plata, à 10°C à Ushuaia. Ce vaste espace littoral, tant au niveau de la variété des paysages que de la richesse de la faune marine, est riche de potentialités. Pourtant, il attire peu les flux touristiques, à l’exception des stations balnéaires les plus septentrionales. Les partidos2 de la côte atlantique ne regroupent que deux millions d’habitants, représentant à peine 5 % des Argentins. La population se concentre dans quelques villes comme Mar del Plata (622 000 habitants en 2001) ou Bahia Blanca (275 000 habitants) situées dans la province de Buenos Aires3. Ce littoral atlantique septentrional, principalement voué aux loisirs, est né et s’est développé à l’ombre de la grande métropole voisine, forte de ses 12 millions d’habitants. En un peu plus d’un siècle, ont surgi de San Clemente del Tuyu au nord, à Necochea au sud, une quinzaine de stations balnéaires dont certaines accueillent plus d’un million de touristes comme Mar del Plata ou Villa Gesell. Plus au sud, le réseau urbain s’étiole : seule Comodoro Rivadavia dépasse les 100 000 habitants ; Puerto Madryn atteint 65 000 habitants, Ushuaia 45 000. Les grands pôles émetteurs de l’intérieur, à ces latitudes, deviennent rares alors que Buenos Aires, Cordoba ou Mendoza sont à des milliers de kilomètres de ces littoraux (fig. 1).

Figure 1 : Les espaces touristiques littoraux argentins

Figure 1 : Les espaces touristiques littoraux argentins

3Quant aux rives du Rio de la Plata, entre l’Atlantique et la capitale, elles s’étirent sur près de 300 kilomètres. Elles offrent un littoral plutôt répulsif s’achevant par des baies aux eaux turbides peu propices au développement de stations. Les premières villes balnéaires se sont développées sur les littoraux de l’Atlantique, hors d’atteinte des apports d’alluvions des rios Parana et Uruguay.

4La façade océanique de l’Argentine présente donc une grande variété de pratiques, d’équipements et de produits touristiques, se traduisant par une certaine spécialisation des espaces. Ceci conduit à s’interroger sur les facteurs intervenant dans cette organisation spatiale originale et dans l’évolution des pratiques touristiques : la proximité ou l’éloignement de la capitale fédérale, le gradient climatique nord-sud, le poids du tourisme international en Patagonie et en Terre de Feu, les conséquences de la crise économique que le pays traverse actuellement…

5Une présentation des principales phases d’émergence des lieux touristiques permettra de comprendre l’organisation du littoral atlantique argentin et d’évaluer les incidences des difficultés structurelles et conjoncturelles auxquelles le secteur touristique est aujourd’hui confronté.

Les phases d’émergence des espaces touristiques.

6L’espace argentin se structure le dos à l’Atlantique, ancré au fond du Rio de La Plata. Jusqu’à la fin du XVIIIe s., la conquête de l’espace national ne résulte pas d’une expansion partant du littoral vers l’intérieur mais d’une descente progressive des conquérants espagnols depuis le Haut-Pérou, vers le fleuve Parana et son estuaire. L’Indépendance en 1810 permet le libre commerce avec l’Europe et les premières lignes de chemin de fer, dès 1857, vont organiser l’espace agricole que constitue la Pampa, à partir du port de Buenos Aires. Celui-ci va croître à un rythme soutenu, avec l’arrivée massive d’immigrants. Cette suprématie urbaine ne sera jamais disputée par la suite. Sur le littoral atlantique délaissé vont surgir quelques villes portuaires qui structurent des micro-régions agricoles comme Bahia Blanca, Necochea ou Mar del Plata. Ailleurs, le littoral est vierge d’occupation humaine.

7La Conquête du Désert s’achève en 1879, après le massacre systématique des Indiens. Une grande partie de la future province de Buenos Aires est vouée à l’élevage extensif des bovins et à la culture des céréales. De grandes exploitations au tracé très géométrique se partagent ces espaces. Jusqu’aux années 1930, hormis Mar del Plata, la plupart des partidos côtiers ont délaissé la frange littorale.

8Un examen approfondi du plan cadastral de 1936 du partido du Général Lavalle nous montre une occupation maximum à l’intérieur des terres avec un réseau serré de parcelles de 2 à 3 km de côté. Sur le littoral, le maillage est bien plus large : n’offrant pas de bonnes pâtures, ces espaces côtiers sont considérés comme sans valeur économique. Ainsi, de San Clemente del Tuyu à Mar de Ajo, seulement six propriétaires se partagent 40 km de côte. Durant les années 1930, ces espaces sont éventuellement utilisés par les estancerios pour leurs loisirs, à l’occasion d’un bref moment, un dimanche d’été.

Mar del Plata, l’exception balnéaire de la fin du xixe s.

9A la fin du xixe s., l’Europe constitue un modèle pour la bourgeoisie argentine. Buenos Aires connaît les premières grandes transformations urbanistiques. Au nord de la ville, les quartiers bourgeois s’organisent. Les familles de l’oligarchie s’isolent dans les hôtels particuliers des beaux quartiers. La Belle Époque y trouve ses territoires privilégiés.

10Grâce au chemin de fer, des espaces de loisirs naissent à proximité de la capitale. Un tramway électrique relie le centre à Quilmès. Une petite station balnéaire se développe à quelques encablures du centre-ville, à Costanera Sur. Les classes moyennes viennent y échapper à la chaleur estivale. Plus en amont du Rio de La Plata, quelques îlots de résidences luxueuses se construisent au milieu d’une nature sauvage. Des clubs de régates, qui ressemblent à ceux des bords de la Tamise, sont ouverts à proximité de véritables palais. A la confluence des fleuves Reconquista et Lujan, le Tigre Club attire un public illustre, comme le Prince de Galles ou le Président Julio Roca et une grande partie de l’élite portègne (Bernand, 1997).

11Ces espaces, fortement marqués par la ségrégation sociale, conviennent pour des échappées d’une journée ou de quelques jours. Quant à devenir des lieux de villégiature, ils sont encore trop près de la capitale. L’oligarchie argentine multiplie les longs séjours en Europe, dans les lieux à la mode et notamment au Pays basque. Les facteurs de la création d’une station balnéaire prestigieuse sont alors réunis : la recherche d’une villégiature selon les modèles européens, le chemin de fer qui sillonne peu à peu la Pampa, la présence d’architectes et de corps de métiers du bâtiment, immigrants de fraîche date.

12Le littoral atlantique venté et aux eaux limpides présente alors des centaines de kilomètres vierges. L’essor d’entreprises de salaison à Mar del Plata favorise le développement d’un petit village. Quelques chemins de terre relient ce point de la côte aux principales localités de l’intérieur de la Province. L’extension de la voie de chemin de fer, vers le sud, est décidée. En 1886, l’arrivée du Ferrocaril del Sur permet d’abandonner les chars à bancs peu confortables qui transportaient les premiers estivants. Par la suite, l’initiative d’y installer le premier hôtel reviendra à Pedro Luro, archétype de l’immigrant, successivement ouvrier, cocher puis homme d’affaires. L’hôtel Bristol est inauguré en 1888, deux ans après l’ouverture de la gare. La bourgeoisie portègne peut enfin accéder au littoral atlantique dans des conditions correctes de confort. A 400 kilomètres de la capitale, Mar del Plata devient un pôle de la vie mondaine, voué au culte de l’inutilité et à l’oisiveté ostentatoire (Sebreli, 1974). Pour rentabiliser la ligne, les compagnies ferroviaires se préoccupent de construire et d’administrer d’autres hôtels de luxe. Dans la décennie 1890, les premières villas se dressent le long de la corniche. Ces villas d’été s’inspirent de modes architecturales déjà anciennes en Europe : styles tudor, élizabethain ou normand. La première guerre mondiale marque une rupture dans les habitudes de villégiature. Les classes sociales aisées ne passent plus l’été boréal à Biarritz, grande station à la mode dans les milieux portègnes, et commencent à investir dans la construction de résidences dont la plupart s’inspirent de l’architecture "anglo-normande".

Le tournant des années 1930

13La crise des exportations des productions agro-pastorales des années 1930 va inciter un certain nombre de grands propriétaires terriens à s’intéresser à l’espace littoral de leurs estancias.

14C’est le cas à San Clemente del Tuyu où en 1934 les héritiers de la famille Leloir constituent l’une des premières sociétés foncières du littoral, Las Tierras de San Clemente del Tuyu S.R.P. La même année, le rallye organisé par l’Automovil Club Argentino, permet à quelques hommes d’affaires de découvrir le littoral atlantique. En une dizaine d’années, d’autres sociétés foncières vont faire surgir Mar de Ajo ou San Bernardo. L’alliance propriétaires terriens - hommes d’affaires de Buenos Aires devient inévitable. Ainsi, avant de pouvoir commercialiser les lots, géomètres, et architectes dans les meilleurs des cas, conçoivent le plan général de la station balnéaire. À la demande de l’administration de la province, la Direccion Provincial de Geodesia y Catastro vérifie le tracé des rues, l’existence de routes d’accès et d’espaces publics. Le stade de la commercialisation peut alors commencer. Elle est affaire de Portègnes.

15Les années 1930 sont aussi caractérisées par la diffusion de l’automobile dans les classes aisées et la classe moyenne émergente. Les lignes de cars se multiplient, empruntant notamment la Route n° 2 Buenos Aires - Mar del Plata, bitumée et inaugurée en 1938. Le chemin de fer, année après année, perd sa suprématie. A l’échelle locale, la construction de routes secondaires le long du littoral permet de relier les stations balnéaires naissantes de Miramar, Necochea et les centres urbains de l’intérieur de la province comme Balcarce ou Tandil. Le Péronisme triomphant de la fin des années quarante coïncide avec un début de démocratisation des vacances et la création de nombreux hôtels corporatifs gérés par les syndicats (fig. 2).

Figure 2 : Le littoral touristique de la province de Buenos Aires

Figure 2 : Le littoral touristique de la province de Buenos Aires

Le développement tardif du tourisme en Patagonie.

16Les années 1970 voient émerger quelques destinations plus australes. Au nord de la Patagonie, dans les provinces du Rio Negro et du Chubut, des stations balnéaires se constituent, la plupart du temps greffées sur le tissu urbain d’agglomérations déjà existantes comme Las Grutas ou Puerto Madryn. Elles sont encore accessibles par la route de Buenos Aires et surtout des grandes villes des provinces de l’intérieur comme Cordoba ou Mendoza.

17Au même moment, l’engouement pour l’observation des animaux marins et la découverte d’écosystèmes particuliers va contribuer à faire émerger un tourisme de nature notamment dans la péninsule Valdés. Le classement d’une partie du littoral patagonien en réserves naturelles renforce le prestige de cette destination et suscite des flux de touristes internationaux de plus en plus importants. Plus au sud et plus tardivement (années 1980), Ushuaia devient une destination touristique majeure à caractère parfois mythique. Ce tourisme du bout du monde n’est en rien un tourisme d’aventure. La ville et son aéroport drainent un flux de touristes internationaux à hauts revenus attirés par sa position de fin del mundo, le détroit de Beagle et ses animaux marins et le rêve parfois concrétisé d’une croisière vers l’Antarctique (fig. 1).

Les espaces touristiques atlantiques

18Le long d’un littoral étendu sur plus de 3 000 km et 20° de latitude, l’intensité de l’activité touristique se décline en fonction de la proximité du pôle émetteur principal qu’est Buenos Aires. En prenant en compte les différentes phases de constitution de cet espace touristique et le gradient Nord-Sud d’intensité du phénomène, se dessinent trois entités touristiques sur le littoral argentin (fig. 1) . Tout d’abord, une suite de stations balnéaires dans la province de Buenos Aire qui regroupent 78 % des lits touristiques du littoral argentin, dont certaines accueillent actuellement, à l’année, plus du million de touristes. Puis un chapelet de stations balnéaires isolées dans le sud de la province de Buenos Aires, dans les provinces de Rio Negro et du Chubut (18 % des lits touristiques littoraux). Enfin, le littoral central et méridional de la Patagonie où les distances trop grandes par rapport aux pôles émetteurs septentrionaux, la rigueur du climat et la monotonie des paysages freinent l’émergence de véritables stations balnéaires (4 % des lits touristiques littoraux).

19Plus on s’éloigne de la capitale nationale, plus les flux diminuent et surtout plus l’activité touristique s’internationalise. Ainsi, si les stations balnéaires de la province de Buenos Aires reçoivent un étranger pour mille touristes, la péninsule Valdés en reçoit 200 et la Terre de Feu près de 600 !

Le littoral balnéaire de la province de Buenos Aires

20Le littoral atlantique de la province de Buenos Aires est né du besoin de loisirs et de vacances de la population vivant dans la grande métropole voisine. Bordées de nombreuses plages et cordons dunaires, une vingtaine de stations balnéaires se concentrent entre San Clemente del Tuyu et Necochea, offrant loisirs, mer et soleil aux citadins. De décembre à février, elles accueillent des populations nombreuses, allant jusqu’à trois millions de touristes pour la plus vaste, Mar del Plata. La clientèle est principalement argentine et surtout portègne (8 touristes sur 10).

  • 4  Selon une étude réalisée en 1998, seulement 10 % des touristes, sur les plages de l’Atlantique, se (...)

21La fréquentation de ce littoral tient beaucoup aux conditions d’accès. Avec plus de 35 liaisons quotidiennes, par la route et le chemin de fer, entre Buenos Aires et Mar del Plata, et jusqu’à 15 liaisons routières pour Pinamar et Villa Gesell, l’affluence des habitants de Buenos Aires sur la côte est évidente. Le transport par autocar assure un tiers des arrivées de touristes, le reste étant dû à l’automobile. L’amélioration du réseau routier et particulièrement des routes nationales 2, 11 et 3 facilite les échanges entre la côte et la capitale (fig. 3). Pendant une à trois semaines chaque année, les Argentins viennent profiter de la plage, du soleil, des amis et de la famille4.

Figure 3 : Les transports en commun depuis Buenos Aires

Figure 3 : Les transports en commun depuis Buenos Aires

22L’hébergement touristique repose pour moitié sur la location d’un parc immobilier important (appartements notamment à Mar del Plata, villas à Pinamar). Les résidences secondaires représentent un tiers de l’offre de logements saisonniers. L’emprise spatiale est différente, horizontale dans les stations chic comme Villa Gesell où les maisons se cachent dans les dunes, ou verticale à Mar de Plata avec ses immeubles de tous niveaux rassemblés en front de mer et sur l’avenue Colon. L’hôtellerie offre une gamme étendue d’hébergements pour un touriste sur cinq. Du 5 étoiles à l’hôtel corporatiste, on retrouve tous les types d’hébergements possibles, pour tous les budgets ; Mar del Plata est, avec près de 63 000 lits hôteliers, la station offrant la plus grande capacité d’accueil.

23Les espaces balnéaires de la partie nord du littoral atlantique peuvent se découper en quatre types (fig. 2). Tout d’abord la Costa, de San Clemente del Tuyu à Nuevas Atlantis, est un ensemble d’une dizaine de stations balnéaires modestes et populaires s’étalant sur 40 km de littoral. C’est l’espace le plus proche de la capitale et il est fréquenté depuis une cinquantaine d’années. La clientèle y est populaire, en provenance du Grand Buenos Aires. D’année en année, la plage reste le lieu de retrouvailles et de détente. Archétype de la station balnéaire populaire, San Clemente del Tuyu, à l’extrême-nord du littoral balnéaire de la côte atlantique, est installée sur une immense flèche de sable. Construite sur la dune, dans les années 1940, sa morphologie urbaine associe le plan en damier à des plans urbanistiques plus recherchés. Les promoteurs ont su proposer une trame au caractère rayonnant au centre de la station, organisée autour du casino et de quelques hôtels. Au même niveau, sur la plage, une jetée à l’anglaise permet une activité de pêche. Parallèlement à la mer, mais légèrement en retrait derrière la première rangée d’immeubles, la rue principale concentre les commerces, les hôtels et la restauration (fig. 5).

24Le deuxième ensemble, de Pinamar à Mar del Azul, regroupe des stations plus argentées et développe un tourisme presque mondain. Avec des villas noyées dans les dunes boisées, la plage et la mer sont là pour mettre en valeur la société argentine aisée ; il faut se montrer, particulièrement la nuit dans les night-clubs les plus célèbres de la côte.

  • 5  La formule appart-hôtels est apparue depuis peu à Mar del Plata : il s’agit d’un hébergement inter (...)

25Mar del Plata demeure "la" station balnéaire de l’Argentine par excellence, attirant une clientèle nationale. Elle est bien desservie par route, rail et par voie aérienne. Agglomération de 622 000 habitants, Mar del Plata présente des aspects très divers selon que l’on se trouve ou non sur le front de mer, illustrant très bien les processus de fragmentation sociale en cours en Argentine. Seul le plan orthogonal est commun à l’ensemble des quartiers. Sur la bordure littorale, le front des immeubles est rarement profond, à l’exception de l’hypercentre. Ce liseré de béton s’explique par la rente foncière très élevée en front de mer. Dès les années 1950, la pression du tourisme de masse est telle que les quartiers centraux, en arrière de ce front de mer prestigieux, se densifient. Dans un quadrilatère de 2 km2, les immeubles de 10 à 25 étages occupent les îlots d’un plan en damier régulier. Les densités de populations permanentes sont les plus importantes de la cité. C’est aussi dans ces quartiers centraux que se concentrent la majeure partie des appartements locatifs pour les classes moyennes, les résidences hôtelières (apart hotels 5) et les hôtels de la cité.

26À l’écart de cette agitation, les quartiers qui dominent Playa Grande et le complexe balnéaire de Punta Mogotes, de part et d’autre des installations portuaires, constituent une excroissance de l’espace touristique vers le Sud (fig. 4). Quelques hôtels 4-5 étoiles et restaurants prestigieux alternent avec des immeubles de standing, le tout à proximité du golf. Les valeurs locatives y sont les plus élevées de la station : 1000 $ US mensuels, en haute saison touristique, pour un appartement de trois pièces, 1700 $ US pour une villa de 4 pièces, contre la moitié dans les quartiers de l’hypercentre (valeurs 1998-1999).

Figure 4 : Mar del Plata, ville balnéaire

Figure 4 : Mar del Plata, ville balnéaire

27Durant les années 1950 et 1960, le boom de l’immobilier lié à l’activité touristique va susciter une ségrégation sociale intense, rejetant les catégories populaires vers la périphérie. De nombreux migrants venus des villes moyennes de l’intérieur trouvent un travail dans l’industrie du bâtiment ou directement lié à l’activité touristique, dans le secteur de l’hôtellerie ou de la restauration. Cette main-d’oeuvre nombreuse et peu argentée s’est trouvée condamnée à se loger par ses propres moyens sur des terrains à bon marché, en périphérie. En l’absence de politique de logements sociaux, ces habitants ont su créer des lotissements bon marché (dit economico).

28Les processus classiques de différenciation spatiale liés à la spéculation immobilière vont susciter l’émergence de trois zones bien distinctes (fig. 4) :

29- Le centre-ville densifié concentre l’activité hôtelière, les locations saisonnières et les rues commerçantes. L’aire centrale regroupe 50 % des logements pour seulement le quart de la population de l’agglomération, la différence s’expliquant par la présence de nombreuses résidences secondaires et d’appartements locatifs.

30- Une première couronne entoure ces quartiers centraux, constituée de l’ancienne périphérie de la ville, aujourd’hui occupée par les classes moyennes. Seul le liseré littoral est occupé par une barre d’immeubles. En arrière, les chalets de "style Mar del Plata" ont été construits dans les années 1930, 1940 et 1950 pour accueillir des résidants permanents des classes aisées à proximité des plages, et les plus modestes vers l’intérieur de la ville.

31- Les extensions plus récentes en périphérie accueillent les activités industrielles et artisanales ainsi que les classes populaires. A une station balnéaire, toute en hauteur, succèdent des quartiers périphériques horizontaux où l’autoconstruction peut atteindre jusqu’à 75 % des logements dans les quartiers les plus défavorisés. Délaissés par les autorités municipales et par la spéculation immobilière, ces secteurs sont encore mal intégrés à l’espace urbain : services et infrastructures de base manquent très souvent. Avec la montée de la crise économique, la fragmentation de l’espace urbain s’amplifie. On assiste à une dégradation généralisée des immeubles locatifs en péricentral, à une paupérisation de beaucoup de quartiers périphériques et à l’apparition de poches d’habitat spontané, voire de bidonvilles. Le front pionnier urbain actuel est constitué d’une alternance de ces villas miserias et de barrios privados (lotissement fermé), parfois seulement à quelques centaines de mètres, les uns des autres.

32Au sud-ouest de Mar del Plata, d’autres stations commencent à peine à se développer le long d’un littoral moins urbanisé et médiocrement desservi. Cette côte attire plutôt des touristes originaires du sud de la province de Buenos Aires et des autres régions argentines venant chercher des plages moins ensoleillées mais plus abordables financièrement.

La fonction balnéaire s'estompe progressivement vers le sud

33En comparaison de la province de Buenos Aires, qui regroupe l'essentiel des foyers balnéaires nationaux, le littoral des provinces de Rio Negro, du Chubut et de Santa Cruz n'attire que des flux touristiques secondaires. Si les activités balnéaires représentent l'essentiel des pratiques touristiques sur les rivages de la province de Buenos Aires, la situation est différente sur les côtes de Patagonie. La fonction balnéaire s'y efface progressivement en direction du sud (lorsque se dégradent les conditions climatiques et s'alourdit le poids des distances), tandis que s'affirme l'écotourisme littoral.

34Les côtes septentrionales de Patagonie bénéficient encore de températures estivales relativement élevées, même si le vent vient fréquemment balayer les plages. La température moyenne des eaux côtières y est également agréable car l'influence du courant sud-brésilien s'y fait encore sentir. Ainsi, du Rio Negro jusqu'à la Péninsule Valdés s'égrènent quelques balnearios, certes de modestes dimensions, mais offrant des conditions de séjour et de loisirs de qualité aux populations locales et aux vacanciers venus des villes de l'intérieur.

35Au débouché du Rio Negro, la station El Condor propose aux habitants de la ville de Viedma, située plus en amont sur le fleuve, des équipements touristiques de bon niveau (hôtellerie, casino…). Mais elle ne parvient pas à drainer une clientèle plus large. En effet, les alluvions apportées par le Rio Negro colorent les eaux côtières de façon peu engageante et condamnent la station à un rôle local.

36Au fond du golfe de San Mathias, Las Grutas est la principale station de la province. Elle a connu au cours des années 1980 et 1990 une croissance très soutenue. La station s'étire le long d'une jolie plage de 2,5 km, baignée par les eaux les plus chaudes de toute l'Argentine. Elle présente un bon niveau d'équipement, tant en ce qui concerne l'hébergement touristique (hôtels, campings) que la restauration et les activités de loisirs (nautisme en particulier). Le casino est au centre de l'animation nocturne de la station. Les résidences secondaires se dressent face à la mer, de part et d'autre du cœur de la station.

37Dans la province du Chubut, seule la ville de Puerto Madryn connaît des conditions climatiques, des équipements et un environnement touristique susceptibles d'attirer une clientèle extérieure à la région pour des activités balnéaires. La plage du front de mer est très animée durant la période estivale. Le Golfo Nuevo est un espace propice pour la pratique des sports nautiques. La ville est le premier centre argentin pour la plongée sous-marine. La gamme des loisirs de bord de mer proposée dans la station est donc large. Mais le principal intérêt touristique de la région et de l'ensemble de la province du Chubut est l'écotourisme. Puerto Madryn est la plaque tournante de cette activité pour l'ensemble de la Patagonie argentine. La Péninsule Valdés et le Golfo Nuevo abritent une faune d'une extrême richesse, que le public peut observer dans des conditions très favorables. Les colonies de mammifères marins (lions de mer, éléphants de mer…) et la présence des baleines franches australes de septembre à décembre dans les eaux du golfe engendrent des flux de visiteurs de grande intensité, en provenance de tout le pays et de l'étranger. La fréquentation touristique à Puerto Madryn se répartit de façon équilibrée entre la période estivale (15 décembre/15 mars) durant laquelle se pratiquent les activités balnéaires, nautiques et la visite des réserves naturelles de la région, et le reste de l'année, particulièrement entre septembre et décembre, lorsque les baleines gagnent le golfe pour s'y reproduire (fig. 6). On observe que la fréquentation touristique à Puerto Madryn tend à stagner ou à reculer ces dernières années, après avoir culminé à 153 000 visiteurs en 1998.

Figure 5 : L'évolution de la fréquentation touristique à Mar del Plata au XXe s.

Figure 5 : L'évolution de la fréquentation touristique à Mar del Plata au XXe s.

Figure 6 : Evolution du nombre de touristes à Puerto Madryn de 1993 à 2001 (en milliers)

Figure 6 : Evolution du nombre de touristes à Puerto Madryn de 1993 à 2001 (en milliers)

38A 170 km au sud de Puerto Madryn, la réserve de Punta Tombo abrite une des plus importantes colonies de pingouins de Magellan, que les touristes peuvent observer de très près. 60 000 visiteurs s'y arrêtent chaque année. Au total, une trentaine de réserves sont ouvertes au public sur le littoral de Patagonie argentine, mais seules celles de la province du Chubut enregistrent une fréquentation importante, car elles sont relativement bien desservies au départ de Puerto Madryn.

39Au sud de cette ville, et en dehors des réserves naturelles, l'activité touristique se résume aux balnearios de Playa Union et de Rada Tilly. Playa Union offre, depuis sa création en 1923, ses longues plages à une clientèle de proximité, issue des villes de Rawson et de Trelew et de la vallée inférieure du Rio Chubut. Les résidences secondaires y sont nombreuses, mais la station tend à devenir un lieu de résidence permanent pour les populations travaillant dans les zones urbaines proches. Rada Tilly, à 12 km de Comodoro Rivadavia, est le balneario le plus austral du pays. C'est une élégante petite station de 3 000 habitants, qui s'étire le long d'une plage de 3 km, aux eaux plutôt fraîches.

40Les activités balnéaires des provinces du Rio Negro et du Chubut se limitent donc à des pôles très secondaires, en comparaison de la province de Buenos Aires. Au-delà, dans la province de Santa Cruz, le froid et l'isolement n'autorisent pour ainsi dire plus les activités touristiques littorales. Seul l'extrême sud de la province, autour de la ville de Rio Gallegos et de son aéroport, retrouve un intérêt touristique. La ville est en effet la porte d'entrée de la Patagonie australe. C'est aussi une base de départ vers le Parc national des Glaciers, espace naturel remarquable de 600 000 hectares, et vers la Terre de Feu.

La Terre de Feu, un tourisme du "bout du Monde"

41Avec la Terre de Feu, le tourisme s’inscrit dans un cadre mythique. Partagée entre Chili et Argentine, elle est faite de grands espaces de plaines, de montagnes et de forêts battus par le vent, la pluie et le froid des hautes latitudes australes. Elle demeure quasiment vide d’hommes avec moins de 4 habitants au km2 soit 100 000 personnes au recensement 2001. Deux villes argentines rassemblent l’essentiel de la population, Rio Grande au nord et Ushuaia au sud, point de départ argentin pour l’Antarctique et les îles de l’Atlantique sud.

42Devenue en 1957 capitale de la province argentine de la Terre de Feu, de l’Antarctique et des îles de l’Atlantique sud, Ushuaia en est aussi la capitale économique et administrative, et avec ses 45 000 habitants, le symbole de la présence humaine permanente dans le grand sud. En dix ans, la population de la province a progressé de 45%, gagnant plus de 31 000 habitants, immigrés pour l’essentiel puisque actuellement la plus grande part de la population est originaire d’une autre province de l’Argentine (56%), ou d’un autre pays (14%).

Terre de Feu, terre du tourisme

43Bien que distante de 3 200 km de Buenos Aires (5 heures d’avion dans le meilleur des cas ou plusieurs jours de bus pour les plus téméraires ou les moins argentés), Ushuaia est attirante, en grande partie grâce à la médiatisation de son nom, mais aussi à sa situation. Il n’est besoin de parcourir que quelques kilomètres pour découvrir le Parc national de la Terre de Feu et les paysages, la faune et la flore de la Patagonie fuégienne, le long du Canal de Beagle. Depuis 1998, à une trentaine de kilomètres à l’est d’Ushuaia, la station de ski Cerro Castor offre 15 pistes équipées de 4 remontées mécaniques pour pratiquer les sports d’hiver. Pendant l’été, des agences proposent de naviguer dans les canaux, d’aller à la rencontre de lions de mer, de phoques, de cormorans ou de gagner le Cap Horn. Des croisières sont également organisées jusqu’au continent antarctique, distant de 1 000 km, pour prendre pied sur cette terre et peut être apercevoir une colonie de manchots empereurs.

44La richesse et la qualité des nombreux cours d’eau s’écoulant des contreforts andins font de la Terre de Feu un site de plus en plus fréquenté par les pêcheurs sportifs, à la recherche de truites et de saumons. Il est courant de voir des groupes d’hommes d’âge mûr débarquer à Rio Grande, harnachés de leur matériel de pêche, pour aller écumer les rios fuégiens.

45Même si la fréquentation reste faible, autour de 120 000 touristes en 1999, pour l’ensemble de la province et principalement à Ushuaia, les touristes génèrent une activité économique complémentaire. En 10 ans, on constate une augmentation de 40% du nombre de visiteurs. La ciudad en el fin del mundo est une destination essentiellement internationale et qui le devient de plus en plus. Actuellement, 4 touristes sur 10 sont argentins : leur nombre a augmenté de 25 % au cours des années 1990, alors que le nombre de touristes étrangers a presque triplé durant la même période. Cette fréquentation est surtout le fait d’Américains du nord (25 %) et d’Européens (25 %) (fig. 8).

46Ushuaia a su s’adapter aux besoins, faisant du centre de la ville une succession de boutiques de souvenirs, de tee-shirts et de produits de luxe internationaux détaxés, mais aussi en développant l’offre en matière de restauration et d’hébergement. Avec près de 2 000 lits disponibles dont la moitié de 3 étoiles ou plus, l’équipement hôtelier de la Terre de Feu peut accueillir les trois quarts des visiteurs recherchant un hébergement marchand. L’été concentre les demandes particulièrement de décembre à février (fig. 7). Quant à la saison hivernale, elle attire encore très peu de skieurs, les stations chiliennes concurrençant la quinzaine de pistes ouvertes en juillet et août à Cerro Castor ou sur le glacier Martial.

Figure 7 : Évolution mensuelle des arrivées à Ushuaia en 1998/1999 (en milliers de touristes)

Figure 7 : Évolution mensuelle des arrivées à Ushuaia en 1998/1999 (en milliers de touristes)

Figure 8 : Provenance des touristes en Terre de Feu (1998)

Figure 8 : Provenance des touristes en Terre de Feu (1998)

Ushuaia, porte de l’Antarctique

47Depuis quelques années, le port d’Ushuaia est devenu, avec Punta Arenas au Chili, le deuxième port du continent pour le tourisme antarctique. Si l’Argentine a été pionnière en organisant les premières croisières en janvier 1958, avec une centaine de touristes embarqués d’abord dans un avion militaire DC-4 de Buenos Aires jusque Ushuaia, puis sur deux navires de recherche pour gagner les bases argentines de la péninsule Antarctique, les tour-opérateurs états-uniens ont rapidement pris le contrôle de ce tourisme du grand sud, en armant des bateaux au départ de Punta Arenas et d’Ushuaia. C’est pendant les années 1970 que sont organisées véritablement des croisières à destination de l’Antarctique.

48Avec près de 10 000 passagers pour la saison 1998/1999, l’appel du grand sud permet de réaliser une centaine de croisières de 12 à 20 jours pendant l’été austral, de mi-novembre à mi-mars. Les trois quarts des croisières ont Ushuaia comme port de départ et d’arrivée, offrant une boucle antarctique aux passagers. Le quart restant fait de Ushuaia son port de départ ou d’arrivée, prenant ou laissant les passagers dans un autre port (généralement Port Stanley aux Malouines). Les touristes fréquentant ces croisières sont des touristes étrangers, pour moitié d’entre eux états-uniens et pour un quart européens (Britanniques, Allemands et Suisses - fig. 8). Ces voyages concernent une population à fort pouvoir d’achat, un séjour de dix nuits coûtant au minimum 4 000 $ US par personne, qui s’ajoutent au coût du transfert jusqu’à Ushuaia.

49Les lieux les plus visités par les touristes se trouvent sur la Péninsule Antarctique, avec des excursions dans les îles Shetland du Sud. La demande va croissant pour ce genre d’excursion, de la part d’un public en recherche d’espaces vierges. Cette évolution pose le problème des incidences de la fréquentation touristique sur la faune antarctique et le milieu naturel.

Des difficultés structurelles et conjoncturelles

50Le tourisme littoral argentin se heurte à des difficultés de natures diverses qui freinent son développement et peuvent même, à terme, le compromettre.

Éloignement ou faiblesse des foyers émetteurs

  • 6  La non concordance dans le calendrier, entre l’été dans l’hémisphère sud et la période optimale de (...)

51Tout d'abord, le secteur touristique dépend, pour sa clientèle étrangère, soit de foyers émetteurs éloignés (Europe occidentale, Amérique du nord)6, soit de foyers plus proches mais moins pourvoyeurs de touristes (Chili, Brésil, Uruguay).

52Dans tous les cas de figure, ce que viennent chercher les touristes étrangers n'est pas l'offre balnéaire du pays, car ces visiteurs disposent souvent dans leur pays de plages et d'équipements touristiques d'une qualité au moins comparable, sinon meilleure que celle des stations argentines. Ce qui les attire en priorité, outre la découverte de la capitale Buenos Aires, ce sont les grands sites naturels dont l'Argentine est riche (chutes d'Iguazu - province des Misiones ; le Parc national des Glaciers - province de Santa Cruz ; les régions andines du Nord-ouest, etc.), mais aussi le tourisme "du bout du monde" (Terre de Feu) et le tourisme de sports d'hiver (région de San Carlos de Bariloche - province de Rio Negro) ; Cerro Chapelco (province de Neuquen). Cette dernière activité a connu, dès les années 1970, un grand succès auprès de la riche clientèle brésilienne, ce qui a valu à San Carlos de Bariloche le surnom de "Brasiloche".

53Sur le littoral, rares sont les secteurs attirant de nombreux visiteurs étrangers. Seul, l’écotourisme dans la province du Chubut autour de Puerto Madryn et de la Péninsule Valdés engendre un flux de touristes étrangers conséquent, de l'ordre de 20 % du total des visiteurs (dont 40 % de Latino-américains, 40 % d'Européens, 10 % de Nord-américains, 10 % d'autres origines géographiques).

54Par ailleurs, l'éloignement des grands foyers émetteurs explique le coût élevé de la destination argentine. Seule une augmentation du niveau de vie dans les pays latino-américains voisins sera en mesure d'accroître sensiblement la part des visiteurs étrangers "proches" et de constituer un réservoir de clientèle intéressant.

La concurrence uruguayenne et brésilienne

55Le tourisme littoral argentin est également victime de la concurrence de l'Uruguay et du Brésil, qui proposent des foyers touristiques balnéaires de haut niveau d'équipement (Uruguay), de grande qualité esthétique et dotés de conditions climatiques particulièrement favorables (Brésil, en particulier la frange côtière du sud de l’État de Rio de Janeiro, du nord de l’État de São Paulo et le littoral de l’État de Santa Catarina). Une clientèle argentine issue des classes aisées fréquente ces espaces depuis déjà plusieurs décennies, pour fuir l'engorgement des stations balnéaires de la province de Buenos Aires. Mais la crise actuelle, bien qu'elle n'affecte pas de la même manière toutes les classes sociales, remet en cause cette tendance. La suppression de la parité dollar-peso a fait considérablement baisser le taux de départ des Argentins à l'étranger. En outre, les difficultés économiques et financières que traverse le pays modifient grandement les pratiques touristiques des classes moyennes, laminées par la décomposition de l'économie nationale.

La pollution des eaux côtières

56Une autre menace peut compromettre, à terme, l'activité touristique dans quelques secteurs de la façade atlantique : il s'agit de la pollution des eaux côtières, dont les origines sont diverses (urbaines, industrielles, pétrolières…). Certes, le littoral argentin présente dans l'ensemble une qualité des eaux côtières que bon nombre de pays industrialisés pourraient lui envier. Rappelons que sur une grande partie de ce littoral, l'occupation et les activités humaines sont fort réduites, en particulier dans les provinces de Patagonie. Même la façade atlantique de la province de Buenos Aires n'est urbanisée que sur 16 % de son linéaire côtier. Il n'en demeure pas moins vrai que certains foyers de tourisme balnéaire sont affectés par une dégradation de la qualité des eaux de baignade.

57Deux stations sont particulièrement concernées par le phénomène : Mar del Plata et Puerto Madryn. La ville de Mar del Plata, qui accueille chaque année des centaines de milliers d'estivants, concentre de nombreuses activités industrialo-portuaires, dont un important dépôt pétrolier. Les effluents de cette grande agglomération ne subissent pas un traitement satisfaisant et leur rejet en mer est à l'origine d'une pollution bactériologique préoccupante. De même, la mauvaise gestion des décharges urbaines est une source de contamination des eaux côtières. Les analyses de l'eau de mer témoignent régulièrement de la gravité de la situation, mais les autorités se gardent bien de diffuser la totalité des résultats et les professionnels du tourisme ne semblent pas vouloir y regarder de trop près. A terme, un renforcement de cette pollution ou une prise de conscience chez les vacanciers des dangers d'une telle situation pourrait écarter de la ville une partie de sa clientèle.

58A Puerto Madryn, la situation est tout aussi préoccupante. L'importante activité industrielle de cette ville portuaire est à l'origine d'une forte pollution du Golfo Nuevo, espace abrité où les eaux se renouvellent peu. L'énorme usine d'aluminium ALUAR, les entreprises de traitement du poisson, les fabriques de matériaux de construction sont à l'origine de rejets polluants. L'insuffisance du réseau de collecte des eaux usées contribue également à la dégradation de la qualité des eaux côtières. Ici aussi, les analyses montrent la gravité de la situation. L'activité balnéaire risque, tôt ou tard, de souffrir de cette évolution. Dans l'immédiat, les menaces sont bien réelles pour la faune marine qui fréquente le golfe et qui représente, nous l'avons souligné, un intérêt touristique de premier ordre.

59D'autres stations atlantiques sont concernées par la dégradation de la qualité des eaux de baignade. L'activité des ports pétroliers de Bahia Blanca, de Comodoro Rivadavia ou de Rio Gallegos affecte de la même manière la qualité des eaux, situation préjudiciable aux stations balnéaires et aux espaces naturels situés à proximité. Mais partout, les mesures tardent à venir et on peut déplorer une relative indifférence des élus locaux, des responsables techniques et même de la clientèle touristique à l'égard du problème. Seuls quelques scientifiques et militants d'associations de défense de l'environnement semblent avoir pris la mesure du problème et dénoncent sans relâche la gravité des pollutions.

La crise économique

60Si, dans les premières années de la dictature militaire (1976-1983), les grands groupes nationaux et multinationaux ont profité de mesures favorables à leur expansion, très vite les déséquilibres structurels ont surgi de nouveau et la crise économique s'est accélérée. Dans les années 1980, le PIB argentin a reculé de 14 %. Dans la décennie suivante, la croissance reprend, appuyée fortement par les capitaux étrangers qui profitent de la privatisation de la plupart des infrastructures (+ 30 % de croissance du PIB entre 1991 et 1997). La déréglementation du travail et la recherche de gains de productivité dans les entreprises ne font qu'augmenter le chômage et le sous-emploi. La crise financière mexicaine de 1995 puis brésilienne de 1998 fragilisent l'économie argentine. À la fin de l’année 2001, le pays s’enfonce rapidement dans une dépression économique dramatique, que les premiers mois de 2002 ne feront que confirmer : le PIB recule de 18 % au cours du premier semestre 2002 et le chômage grimpe dans le même temps à 25 % de la population active (+ 15 à 20% de travail à temps partiel), entraînant une paupérisation accélérée. Les nupos (nuevos pobres, les "nouveaux pauvres" argentins) ont fait leur apparition : 47 % des 37 millions d’Argentins vivent désormais sous le seuil de pauvreté (fixé au-dessous de 168 dollars de revenus mensuels, début 2004).

61Dans ce contexte extrêmement difficile, où les privations de toute nature sont à l’ordre du jour, le secteur du tourisme est particulièrement affecté. Les départs en vacances ont connu un niveau exceptionnellement bas en janvier et février 2002 (chute de 60%). Ce sont surtout les stations balnéaires populaires de la côte atlantique qui ont subi les effets négatifs de cette évolution. Les séjours en bord de mer se sont alors considérablement réduits. Le nombre d'appartements et de résidences secondaires récemment mis en vente à Mar del Plata illustre l'ampleur du marasme.

Conclusion

62Avec un littoral de plus de 3 000 kilomètres, l’Argentine offre de vastes potentialités touristiques. Les principales concentrations balnéaires se sont développées à l’ombre de la grande métropole, au rythme de la mise en place des voies de communication et des phases d’essor économique. Si la structure spatiale des principales stations présente de nombreuses variantes dans le détail, elles ont en commun des tissus urbains récents et en damier, ainsi qu’un front de mer constitué d’une muraille élevée d’immeubles. Se hiérarchisant en fonction de leurs clientèles, ces stations diffèrent fortement de leurs homologues européennes par une fragmentation urbaine exacerbée.

63Depuis vingt ans, l’activité du tourisme sur ce littoral nord connaît une lente détérioration. La baisse brutale des revenus dans les années 1980, puis la montée rapide du chômage en période de croissance économique, enfin les crises successives de 1995 et 2001-2002 ont engendré un réel marasme puis un effondrement de la consommation touristique. Les restrictions bancaires ayant été partiellement levées en fin de l’année 2002, les stations balnéaires de la côte atlantique, et notamment Mar del Plata, ont connu une fréquentation record, durant les deux dernières saisons touristiques 2002-2003 et 2003-2004 : la crise économique et la dépréciation du peso interdisant les vacances à l’étranger pour le haut des classes moyennes et les classes aisées. Si les taux de remplissage des différents modes d’hébergement sont corrects, la consommation touristique est fortement en baisse : l’offre a évolué en fonction d’une clientèle désargentée qui a appris à consommer moins et différemment.

64Le Secrétariat au tourisme annonçait dès l’été austral 2002 une augmentation très sensible des entrées de Chiliens, attirés par la faiblesse de la devise argentine. Mais cette fréquentation inattendue n’a pas profité aux stations balnéaires de la côte atlantique. Il s’agit plutôt d’un tourisme "opportuniste", basé sur des courts séjours devenus bon marché et motivés par la perspective d’achats intéressants. Quant aux touristes nord-américains et européens, la destination "Argentine" est devenue financièrement accessible avec la fin de la parité peso/dollar. Les voyagistes, comme à l’accoutumée, ont privilégié les destinations vers la Patagonie, la Terre de Feu et les Andes, désertées par les Argentins eux-mêmes, mais proposent très rarement les stations de la côte atlantique.

65Dans un pays où les acteurs institutionnels sont traditionnellement très discrets, la sortie de crise dans le secteur du tourisme sera difficile. A l’échelle des stations, la privatisation des services publics a signifié la détérioration rapide des réseaux d’assainissement et d’eau potable. La faiblesse des taux d’imposition des entreprises et des particuliers ne permet pas de rentrées fiscales conséquentes. Il n’est pas rare, notamment dans des stations balnéaires à la mode (Pinamar, Villa Gesell), d’emprunter un front de mer inachevé, plus proche de la piste que du boulevard.

66A l’échelle des Provinces et de l’Etat fédéral, l’absence de politique de marketing depuis des décennies ne permet pas de faire connaître suffisamment la destination "Argentine". A l’heure où l’élite des touristes internationaux cherche de nouvelles destinations originales pour se démarquer de la masse, des campagnes publicitaires dans les grands pôles émetteurs, à l’instar de pays aussi différents que la Tunisie, la Thaïlande ou l’Irlande, permettraient peut-être de remédier à ce manque. Encore faudrait-il segmenter cette promotion en produits touristiques clairement identifiés : écotourisme, tourisme urbain, pêche, trekking….

Haut de page

Bibliographie

BARRIO A. , ROLDAN M., 1999, Report on Antartic tourism numbers through the port of Ushuaia, 1998/99, Instituto fueguino de turismo, 21 p.

BERNAND C., 1997, Histoire de Buenos Aires, Fayard, Paris, 432 p.

BERNARD N., BOUVET Y., DESSE RP. , 2004 à paraître, Les espaces récréatifs sur les rives du Rio de la Plata (Argentine, Uruguay), Bulletin de l’Association des Géographes Français, 10 p.

BERTONCELLO R., 1992, Configuracion socio-spatial de los balnearios del partido de la Costa (Provincia de Buenos Aires), Departamento de Geografia de la Universidad de Buenos Aires, y Centro de Estudios de Poblacion - CENEP.

BOUVET Y. , COCCARO J.-M. , DESSE R.-P. , 2001, A l’ombre d’une métropole : le littoral touristique de la province de Buenos Aires (Argentine), La Géographie, n°1503, Paris, p. 39-54.

BOUVET Y., DESSE R.-P., MORELL P., VILLAR M. C., 2003, Mar del Plata, archétype de la station balnéaire au service d’une métropole, Cahiers d’Outre-Mer, n°223, Bordeaux, p. 281-300.

BOUVET Y., 2002, Les pêcheurs du bout de la Terre : les pêcheurs artisans d’Ushuaia, Cahiers Nantais, mélanges Jean Chaussade, n°55-56, juillet 2001, Nantes, p. 51-56.

DE LUCA A., DE LA TORRE C., 1999, El turismo en Ushuaia, informe estadistico, Municipalida de Ushuaia, subsecretaria de turismo, 90 p.

MANTERO J.-C. et al., 1999, Encuesta a turistas, encuesta a residente, en centros turisticos del litoral atlantico, Centro de Investigaciones turisticas, Faculdad de ciencias economicas y sociales, Universidad Nacional de Mar del Plata, 210 p.

ROTOLO M., 1997, Transformaciones urbanas en Mar del Plata. Un aporte a las estrategias de regulacion en las intervenciones urbanisticas, Revista interamericana de Planificacion, vol. XXXIX, n° 113, SIAP, cuenca Ecuador.

ROYANT A., 1999, Protection et gestion du littoral de Mar del Plata, mémoire de Maîtrise, Département de Géographie, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 167 p.

ROYANT A., 2000, Les systèmes de gestion du littoral en Argentine et en France : tentative de comparaison, mémoire de D.E.A, Département de Géographie, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 95 p.

SCHLÜTER R., PRIETO L., PRIETO M., 1997, Areas protegidas y turismo en Argentina, Centro de Investigaciones y Estudios Turisticos, Buenos Aires, 77 p.

SEBRELI J.-J., 1974, Mar del Plata, el ocio represivo, Ed. Leonardo Bushi, Buenos Aires.

Site internet : Instituto Nacional de Estadistica y Censos : www.indec.mecon.gov.ar

De nombreuses statistiques sont disponibles sur ce site officiel, pour le tourisme international en Argentine (enquêtes de 1996) et pour le nombre de lits touristiques par province (enquêtes de 1999).

Haut de page

Notes

1  Les Porteños ou Portègnes en français sont les habitants de Buenos Aires : littéralement ceux qui habitent le port.

2  La province de Buenos Aires est l’une des 24 entités autonomes de la République d’Argentine. Elle est découpée en 134 partidos.

3  La province de Buenos Aires, dont la capitale est La Plata, n’intègre pas la ville éponyme comme un observateur étranger pourrait le penser.

4  Selon une étude réalisée en 1998, seulement 10 % des touristes, sur les plages de l’Atlantique, se baignent réellement ; 90% d’entre eux préfèrent rester sur le sable (MANTERO, 1999).

5  La formule appart-hôtels est apparue depuis peu à Mar del Plata : il s’agit d’un hébergement intermédiaire entre l’hôtel et la location de vacances, alliant l’offre de petits appartements équipés et de services hôteliers en commun (réception, centrale de réservation, service d’entretien, salon…).

6  La non concordance dans le calendrier, entre l’été dans l’hémisphère sud et la période optimale des vacances dans l’hémisphère nord (juillet-août), joue en défaveur de ces contrées australes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les espaces touristiques littoraux argentins
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 2 : Le littoral touristique de la province de Buenos Aires
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 3 : Les transports en commun depuis Buenos Aires
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 4 : Mar del Plata, ville balnéaire
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-4.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 5 : L'évolution de la fréquentation touristique à Mar del Plata au XXe s.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-5.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Figure 6 : Evolution du nombre de touristes à Puerto Madryn de 1993 à 2001 (en milliers)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-6.png
Fichier image/png, 4,2k
Titre Figure 7 : Évolution mensuelle des arrivées à Ushuaia en 1998/1999 (en milliers de touristes)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-7.png
Fichier image/png, 4,0k
Titre Figure 8 : Provenance des touristes en Terre de Feu (1998)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/635/img-8.png
Fichier image/png, 7,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Bernard, Yvanne Bouvet et René-Paul Desse, « Le tourisme sur le littoral atlantique de l’Argentine : évolution des pratiques et organisation spatiale », Géocarrefour, vol. 79/2 | 2004, 119-130.

Référence électronique

Nicolas Bernard, Yvanne Bouvet et René-Paul Desse, « Le tourisme sur le littoral atlantique de l’Argentine : évolution des pratiques et organisation spatiale », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/2 | 2004, mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 23 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/635 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.635

Haut de page

Auteurs

Nicolas Bernard

Groupe d’Études des Littoraux d’Amérique Latine (GELAL)
Université de Bretagne Occidentale
UMR 6554 LETG – CNRS
Faculté des Lettres et Sciences sociales – Victor SEGALEN
Département de Géographie
20, rue Duquesne CS93837
29 238 BREST cedex 3

Yvanne Bouvet

Groupe d’Études des Littoraux d’Amérique Latine (GELAL)
Université de Bretagne Occidentale
UMR 6554 LETG – CNRS
Faculté des Lettres et Sciences sociales – Victor SEGALEN
Département de Géographie
20, rue Duquesne CS93837
29 238 BREST cedex 3
Courriel : yvanne.bouvet@univ-brest.fr

René-Paul Desse

Groupe d’Études des Littoraux d’Amérique Latine (GELAL)
Université de Bretagne Occidentale
UMR 6554 LETG – CNRS
Faculté des Lettres et Sciences sociales – Victor SEGALEN
Département de Géographie
20, rue Duquesne CS93837
29 238 BREST cedex 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page