Navigation – Plan du site
Articles

La suburbanisation des minorités ethniques aisées à Leicester (Angleterre) : la constitution d’une ethnic suburbia

The suburbanisation of affluent ethnic minorities in Leicester (England): the constitution of an ethnic suburbia
William Le Goff
p. 99-111

Résumés

La rhétorique du gouvernement britannique insiste sur la ségrégation croissante des « minorités ethniques » et participe par là même à leur stigmatisation. Notre contribution montre, au contraire, une puissante mobilité résidentielle des populations sikh, hindoue et musulmane depuis près de 30 ans. On assiste même à la constitution d’une « ethnic suburbia » dans la banlieue aisée de la ville de Leicester où s’implantent les ménages de couleur qui veulent bénéficier d’un cadre de vie agréable et des aménités urbaines de qualité au premier rang desquelles des écoles de bonne réputation. Nos résultats de recherche nuancent voire contredisent le discours sur le « repli communautaire » des « minorités ethniques » dans les villes britanniques.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les révoltes urbaines de 2001 suivies par les attentats de Londres en 2005, le gouvernement britannique s’inquiète de la ségrégation croissante des minorités issues du sous-continent indien, et plus précisément de la population musulmane. Cette ségrégation serait le signe de leur volonté de s’exclure du reste de la population et refuser toute intégration à la population d’accueil. On assisterait ainsi à l’effritement du « modèle de gestion multiculturelle » britannique qui aurait laissé se développer des « vies parallèles », synonymes d’évitement social et spatial entre minorités ethniques, en particulier les populations originaires du sous-continent indien, et population majoritaire.

2Or une analyse empirique de la ségrégation permet de confronter les résultats obtenus à la rhétorique gouvernementale qui appelle à la « cohésion sociale ». Deux villes anglaises, Leicester et Bradford, la première, modèle de gestion multiculturelle, la seconde, théâtre des « émeutes urbaines » médiatisées de 2001, ont été l’objet de la déconstruction du discours de la « cohésion sociale » à l’épreuve d’analyse fine de la ségrégation : l’analyse localisée des processus ségrégatifs, à Leicester, nuance le constat d’augmentation de la ségrégation et d’enfermement communautaire. En effet, le gouvernement travailliste stigmatise les comportements sociaux et la ségrégation des minorités ethniques, la ségrégation volontaire conduisant à des comportements déviants comme la délinquance, la violence contre les institutions et le rejet de la société d’accueil. Cette rhétorique suppose d’une part une augmentation objective des niveaux de ségrégation résidentielle des populations originaires du sous-continent indien. Elle suppose d’autre part un lien entre la ségrégation et le rejet total des normes, lois et institutions de la société d’accueil.  

3L’objet du présent article vise ainsi à souligner une situation plus nuancée que celle que le gouvernement travailliste veut bien développer. En effet, nos propos insistent sur les dynamiques puissantes de suburbanisation des ménages originaires du sous-continent indien et financièrement aisés à Leicester. Cette recomposition urbaine s’appuie sur l’émergence puis la consolidation d’une classe aisée d’entrepreneurs indiens et d’une classe moyenne de couleur qui travaille dans le secteur public. Nous proposons le terme d’ethnic suburbiapour qualifier les banlieues aisées où s’implantent en masse les ménages de couleur dont le vœu le plus cher est d’adopter un mode de vie suburbain, de bénéficier des écoles les plus réputées tout en gardant des liens avec leur communauté d’origine lors des festivités religieuses ou en se mariant avec un membre de leur groupe ethnique. Enfin, notre étude utilise comme sources statistiques et cartographiques les recensements de la population dont le dernier (2001) comporte la question de l’appartenance religieuse. Nous avons aussi utilisé les listes électorales qui permettent de montrer que cette ethnic suburbia s’est développée plus précocement qu’il est convenu de le croire, dès le début des années 1980, et à des rythmes et en des lieux bien particuliers.

4L’article présentera tout d’abord une réflexion théorique sur la suburbanisation des minorités ethniques, ce qui permettra de justifier l’emploi du terme ethnic suburbia, et surtout en quoi cette forme socio-urbaine se distingue de l’ethnoburb américaine.

5La seconde partie de l’article portera plus précisément sur le cas de Leicester-Oadby : nous montrerons comment et à selon quelle temporalité l’élite ethnique de la ville s’est implantée dans les quartiers les plus cossus de l’agglomération des Midlands de l’Est.

Suburb, ethnoburb et ethnic suburbia

Suburb et suburbia

6La suburb britannique repose sur le mythe du « stéréotype populaire et universitaire qui est devenu celui de l’enclave résidentielle de la classe aisée » (Harris et Larkham, 1999, p. 6). La réalité sociale et urbaine est beaucoup plus diversifiée. Ainsi, l’ouvrage classique de F.M.L. Thompson, The Rise of Suburbia, affirme d’emblée l’émergence de la suburbia entre 1815 et 1939 (Thompson, 1982). La suburbia repose sur l’idée d’espaces attractifs éloignés du centre ville, véritables marqueurs sociaux de la classe moyenne supérieure. Si les premières concrétisations londoniennes sont antérieures à 1815, leur développement significatif s’étend de 1815 à la Seconde Guerre Mondiale, en même temps que le développement de transports en commun répondant à une demande pressante de la part d’une bourgeoisie locale en pleine expansion. Celle-ci forme une communauté de membres qui se reconnaissent et se soutiennent (Thompson, 1982, p. 12). Contrairement à l’idée répandue, le développement des suburbs après 1945 n’est que leur extension physique et non pas le développement de communautés locales (ou suburbia).   

7Suburb et suburbia sont souvent confondus mais qui renvoient à deux réalités bien distinctes avec chacune une histoire qui les singularise (Harris et Larkham, 1999, p. 8)  

  • 1  Sur cette question appliquée au cas français, lire les développements de B. Marchand, 2001.

8A certains critères objectifs qui définissent la suburb, comme la faible densité, une fonction essentiellement résidentielle, la localisation périphérique etc. se superposent les mythes pour définir la suburbia. Un des mythes véhiculés est celui de la suburb comme réduction locale et incarnation de l’Angleterre éternelle. L’esthétisation régressive du rural et de la morale nationaliste participent au mythe de l’anti-ville1. Ainsi la suburbia correspond en réalité à la vision mythifiée de la suburb. Cette représentation archétypale, quoique scientifiquement non valide, agit puissamment sur les désirs résidentiels des ménages en recherche d’un suburbain idéal, à l’abri des différences et de conflits de classe et/ou de couleur.

  • 2  Nous nous garderons de traiter de la suburbia américaine, d’ailleurs en pleine mutation, car de pl (...)

9Cette représentation est renforcée par la patrimonalisation de ces suburbs qui tendent à être inclus dans des espaces de conservation (Larkham, 1999). C’est seulement ainsi que l’on peut comprendre la suburbia comme la synthèse de la suburb et d’utopia2.  

10Un des traits majeurs de l’évolution de la société britannique est bien son immigration post-coloniale. Aujourd’hui, l’ascension sociale des minorités ethniques qui accèdent à ces suburbias, autrefois réservées aux seuls anglais d’ascendance britannique ne fait l’objet que de rares études significatives.

La fin des « villes chocolat et des banlieues vanille » : les travaux précurseurs des chercheurs américains

11La période fordiste a eu pour corollaire la concentration des populations immigrées dans l’inner city où se situaient les sites industriels. Cette concentration, « le processus d’enclosure raciale dans l’inner city est intimement lié au développement rapide des suburbs métropolitaines » (Manning, 1998, p. 335). Pour les États-Unis des années 1960, on résumait cette situation à la formule « ville chocolat et banlieues vanille ».

12L’arrivée d’afro-américains dans ces banlieues, et surtout de migrants hispaniques et asiatiques travaillant dans les activités commerçantes, constitue le trait marquant de l’évolution des villes américaines et de Washington en particulier : dans les banlieues de cette ville, leur présence a crû de 83,1% entre 1980 et 1990 (Manning, 1998, p. 341). Cette mobilité géographique reflète la dispersion spatiale des activités économiques dans un schéma « polycentrique, de systèmes de production urbains et suburbains très différenciés en matière de distribution, de financement et de consommation des services de la ville post-industrielle » (Manning, 1998, p. 342).

13Cette grande tendance étudiée par nombre de chercheurs américains a été conceptualisée sous le terme d’ethnoburb (Li, 1997). Ce terme, mot-valise qui associe ethnic et suburb, a rencontré assez de succès en Grande-Bretagne pour être repris par des géographes britanniques (Peach, 2002). Si le terme est séduisant et l’étude fort convaincante, nous ne nous l’approprierons pas dans le cas britannique : l’ethnic suburbia qui est l’objet de notre travail n’est en effet pas l’ethnoburb comme on l’entend aux USA.

Ethnoburbetethnic suburbia 

  • 3  Par exemple, contrairement au schéma assimilationniste classique, « New immigrants with higher edu (...)

14L’ethnoburb est un modèle urbain américain qui allie à une configuration spatiale une forme sociale nouvelle : ce modèle repose sur l’hypothèse que, sous l’effet des restructurations économiques et géopolitiques, de l’évolution des politiques nationales d’échanges commerciaux et d’immigration, et selon des contextes locaux relevant de la démographie, de l’économie et de la politique, une nouvelle concentration ethnique a émergé, à savoir l’ethnoburb (Li, 1998a, p. 481). Celle-ci s’oppose au ghetto ethnique, résultat d’un mode de production fordiste et urbain. Les recherches de Li sur Los Angeles s’inscrivent dans un courant de géographie culturelle et dans les débats qui la traversent comme la remise en cause des thèses assimilationnistes de l’École de Chicago3, du lien entre capital social et ségrégation, entre globalisation et développement ethnique.

15La définition précise de l’ethnoburb est la suivante : « les ethnoburbs sont des regroupements ethniques suburbains, à la fois résidentiels et aux fonctions économiques, dans de grandes régions métropolitaines. Le contexte local de l’ethnoburb est défini par un système économique ethnique dynamique du fait d’un grand nombre d’habitants de couleur et de liens très forts avec l’économie mondiale. L’ethnoburb apparaît alors comme un avant-poste du système économique mondial émergeant. L’ethnoburb est composé de communautés multi-ethniques, où l’une d’entre elles a une part prééminente mais ne compte pas forcément pour la majorité. Cependant, leur composition démographique peut changer rapidement, compte tenu des vagues migratoires continues. En outre, la fonction d’avant-poste mondial de l’ethnoburb contribue à créer un certain type de dynamiques de la population. Les circonstances économiques et les dynamiques démographiques nourrissent la stratification sociale de l’ethnoburb »(Li, 1998a, p. 482).

16Les liens économique de l’ethnoburb avec l’Asie l’insèrent dans une économie-monde contemporaine (Li et Al. 2002). Si une des caractéristiques d’emploi est le self-employment lié à l’économie globale (entreprenariat), un des secteurs clés est la FIRE (Finance, Insurance, and Real Estate – Finance, assurances et immobilier). Il ne faut pas non plus oublier l’industrie de l’habillement, de l’ameublement ainsi que les industries agro-alimentaires qui nécessitent une main-d’œuvre peu qualifiée.

17Véritable mosaïque urbaine, l’ethnoburb est un espace où la stratification sociale interne est très poussée. De plus, en prenant en compte le mode de production postfordiste, Li rejoint la thèse de la polarisation sociale de Saskia Sassen : le chercheur analyse la double demande de main d’œuvre, l’une de personnel très qualifié, et l’autre de personnel peu qualifié. Ces polarisations internes ont une dimension spatiale et se reflètent en une microgéographie du logement et du travail.

18Li souligne bien que l’ethnoburb s’oppose en partie à l’enclave ou au ghetto mais coexiste aussi en partie avec eux et lui emprunte certaines caractéristiques. L’ethnoburb n’est pas une « Chinatown suburbaine » (Li, 1998b, p. 2) car « les ethnoburbs sont le produit délibéré de larges évolutions qui s’inscrivent dans l’économie mondialisée et des flux de personnes, alors que les changements au sein des enclaves relèvent des conséquences passives de telles restructurations » (Li, 1998b, p. 8).

19Le tableau ci-dessous tente d’établir un récapitulatif des éléments constitutifs de l’ethnoburb. Nous mettons aussi en évidence en quoi la suburbia ethnique s’oppose à l’ethnoburb.

Tableau n°1 : Caractéristiques de l’ethnoburb et de la suburbia ethnique

Ethnoburb

Suburbia ethnique

concentrations ethniques à la fois de résidence et de travail

Concentration ethnique uniquement résidentielle

Communautés multiethniques avec un froupe dominant sans pour autant qu’il soit majoritaire

Idem

Modèle coexistant avec les ghettos de l’inner city

Idem

Communautés fonctionnelles avec des structures socio-économiques internes intégrées dans des environnements nationaux et internationaux

Communauté organisée en partie autour d’association économique essentiellement régionale

Système ouvert avec des liens économiques, sociaux, informationnels avec la société nationale

Idem

Les ethnoburbs deviennent les « portes d’entrée » de l’immigration, véritable « hub » pour les migrants (4/5e de la première génération) rôle autrefois réservé aux ghettos. La catégorie « chinois » représente 35 pays, 31,3% de Chine, 28,7% de Taïwan, 18,5% d’Indochine, 10,6% de Hong-Kong

La suburbia ethnique n’est pas un espace d’immigration récente

Stratification interne plus marquée au sein de l’ethnoburb que dans le ghetto. Ceci entraîne des conflits de classe à l’intérieur d’un même groupe ethnique, conflits exacerbés par l’arrivée d’une main d’oeuvre immigrante continue dans cet espace

Stratification interne plus simple : hommes d’affaires, cadres du secteur privé et de la fonction publique

Source : Li (1998 a et b) et WLG

De la « dispersion ethnique » à la suburbia ethnique en Grande-Bretagne

  • 4  Le groupe ethnique est ici défini selon la région d’origine, à savoir le Pendjab, le Gujurat, le B (...)

20Le premier article consacré à la classe moyenne originaire du sous-continent indien habitant en banlieue opulente a été écrit en 1978 par S. Nowikowski et R. Ward. Les auteurs ont mené leur étude au sujet de la communauté originaire du sous-continent indien de Manchester entre 1972 et 19734, et ont conclu qu’en dépit d’une dispersion résidentielle et d’un choix de vie suburbain, les interactions sociales des membres de communautés indiennes se limitaient aux réseaux ethniques : le travail, les loisirs ainsi que la vie familiale se déroulaient en compagnie de personnes de même origine.

21Le terme suburbia n’est jamais défini dans cet article et semble n’avoir été utilisé que pour apparaître dans le titre de l’article, pour répondre aux besoins de la rhétorique. Pour les auteurs, elle constitue la banlieue résidentielle de Manchester, distante de deux à six miles du centre-ville où dominent les propriétaires occupants et où la qualité des logements s’améliore en fonction de la distance au centre-ville. Alors que la classe moyenne est socio-économiquement hétérogène, les auteurs affirment qu’« en termes d’espace social, ses membres forment une communauté très soudée » (Nowikowski et Ward, 1978, p. 10) qui leur permet de lutter contre les discriminations dont ils se sentent victimes, en particulier dans la vie professionnelle.

  • 5  La typologie dépend de chaque auteur : en 1982, S. Nowikowski et R. Ward établissent une typologie (...)

22V. Robinson souligne aussi le mouvement de contre-urbanisation de l’élite des minorités ethniques (Robinson, 1998), à des rythmes et en des lieux qui dépendent de sous-catégories qui englobent le terme « classe moyenne indienne »5, de leur date d’arrivée en Grande-Bretagne ainsi que de leur région d’origine.

23Les données empiriques de la 4ème étude du Policy Study Institute (Moddod et al., 1997) montrent une ascension sociale puissante. Dorénavant, les différences entre groupes minoritaires sont tout aussi puissantes que leurs analogies. À la ségrégation verticale (cadres blancs et ouvriers de couleur) s’est substituée une ségrégation horizontale, c’est-à-dire que s’opèrent de puissantes distinctions au sein des grandes catégories socio-professionnelles. Par exemple, les cadres de couleur exercent dans les professions médicales et délaissent l’enseignement (Phillips et Sarre, 1995, p. 82), secteur médical où la discrimination à l’embauche semble la plus faible ou est perçue comme telle car il y est aussi facile de s’installer à son propre compte.

24L’émergence, suivie de l’assise de cette classe moyenne supérieure, est d’autant plus remarquable qu’elle se fait dans un contexte où la mobilité sociale ascendante tend à se bloquer. En effet, dans une société du savoir, la « classe des services » recrute ses membres moins par l’expérience acquise au cours d’une carrière que par un système éducatif socialement sélectif (Gershuny, 1993). On peut même définir cette classe moyenne supérieure comme une véritable élite ethnique telle que Martiniello la définit : « l’élite ethnique désigne un sous-ensemble de la catégorie ethnique d’origine immigrée regroupant les personnes qui connaissent (ou ont connu) une réussite à l’extérieur de l’entité significativement supérieure à la moyenne des personnes de la catégorie ethnique considérée, dans un ou plusieurs domaines de l’activité humaine. » (Martiniello, 1992, p. 93)

25Cette définition comporte plusieurs caractéristiques :

  • petite fraction de la catégorie ethnique ;

  • succès matériel tangible ;

  • définition objective : position mesurable ;

  • elle peut présenter un esprit de corps particulier ;

  • 1ère génération ou générations postérieures.

Les conditions de l’émergence d’une ethnic suburbia en GB

26Dès 1981, la proportion de propriétaires indiens dépasse celui des blancs. En 1988, les Pakistanais reproduisaient le même phénomène (Skellington et Morris, 1992). Le tableau n°2 nous précise le mode d’occupation selon l’ethnicité en 2001. Ce taux élevé de propriétaires-occupants ne reflète ni l’amélioration des conditions de logement ni leur ascension sociale. C’est donc l’accès massif aux banlieues les plus cossues doublé du statut de propriétaire qui est une des particularités de la suburbia ethnique.

Tableau n°2 : Résultats ethnicité/ logement pour l’Angleterre et le Pays de Galles en 2001 (%)

Propriétaires

Locataires dans le public

Locataires dans l’associatif

Locataires dans le privé

Britanniques

71

12

5

8

Indiens

79

5

3

10

Pakistanais

70

9

6

12

Bangladais

38

33

15

10

Ensemble de la population

69

12

5

9

Source : ONS, recensement 2001

27Notre objectif est justement d’analyser le mouvement puissant de suburbanisation des minorités ethniques dans le segment du parc de logement le plus désirable d’une ville moyenne britannique.

Ethnic suburbia à Leicester

28Leicester est une ville des East Midlands qui compte 280 000 habitants. 25,2% de sa population s’est autodéclarée d’ethnicité indienne, 1,5% pakistanaise et 0,7% bangladaise. Une véritable coalition urbaine s’est développée, depuis les années 1960, entre le pouvoir politique local et les minorités. La majorité municipale travailliste s’est renforcée en captant le vote des minorités qui bénéficient du droit de vote, étant citoyens de la couronne britannique. Par conséquent, suite à l’élection de plusieurs conseillers municipaux de couleur, des politiques qui visent les besoins des minorités ethniques, comme l’édification de lieux de culte sikhs, hindous, musulmans, ont été mises en œuvre très tôt et le tissu industriel a été redynamisé par les « Indiens d’Afrique de l’Est », aboutissant à un « modèle d’intégration » selon certains (Singh et Martin, 2002). Les « Indiens d’Afrique de l’est » désignent des Indiens expulsés du Kenya, d’Ouganda à la fin des années 1960 et au début des années 1970 qui se sont implantés en masse à Londres et à Leicester. La carte n°1 indique de fortes concentrations de minorités, en particuliers à Belgrave et Highfields. Oadby, que nous étudierons plus particulièrement, est situé au Sud-Est de la ville.

29La suburbia ethnique de Leicester s’est constituée sur une période relativement longue. J. Rex avançait en 1981 « qu’il fallait s’attendre à un déclin de la ségrégation ethnique là où elle était traditionnellement intense. Cette dynamique serait due d’une part au fait que certains membres des minorités ethniques deviendraient suffisamment prospères pour s’installer en banlieue ; d’autre part du fait des opérations de rénovation menées par les aménageurs. Si cela devait arriver, où iraient s’installer les communautés ethniques ? Voilà le prochain chapitre de la ségrégation ethnique et urbaine » (Rex, 1991, p. 40-41). Les communautés ethniques se sont effectivement relocalisées dans les quartiers résidentiels depuis la fin des années 1970. Cette ethnic suburbia est le produit d’une mobilité résidentielle intra-urbaine. Ce phénomène s’est amplifié au cours des années 1980, 1990 et 2000 mais n’a jamais été mesuré avec précision.  

30Les travaux précurseurs de D. Phillips (Phillips, 1983) ont montré que certains ménages originaires du sous-continent indien partent de l’inner city dégradée pour constituer un regroupement ethnique secondaire où « les ménages des minorités tendent à se relocaliser dans des quartiers adjacents au principal quartier où se concentre le groupe minoritaire» (Phillips, 1983, p. 233) selon un modèle très organisé. Cette dispersion marque non seulement la recherche d’un logement décent, la volonté d’individualiser son mode de vie, mais aussi parfois l’occasion de récréer des familles étendues.

31Elle aboutit à une typologie tripartite de ces ménages dispersés :
– les habitants des quartiers les plus aisés (Stoneygate, North Oadby…), où la valeur d’un logement est supérieure à 14 000 livres (Phillips, 1983, p. 350). « Leur présence dans ces quartiers huppés représente une percée considérable considérant les puissantes contraintes qui pèsent sur l’accès à ces ressources limitées. Elle indique aussi que même les quartiers résidentiels blancs les plus défensifs ne sont pas inaccessibles. (Phillips, 1983, p. 350). Ils représentent 9,7% des dispersés. Cette catégorie de ménages est celle qui est au cœur de notre étude empirique ;
- ceux qui se classent dans le « medium status ». 62% des dispersés logent dans l’habitat d'entre-deux-guerres, situé dans les cercles intermédiaires de la ville (Phillips, 1983, p. 351). Il s’agit de l’habitat le moins enviable après celui de l’ethnic core. Au début des années 1980, D. Phillips craint de voir cet espace péricliter ;
- la population plutôt jeune qui s’installe dans les nouveaux quartiers de Thurmaston, Wigston et Blaby. Ils court-circuitent ainsi la discrimination au logement en n’ayant pas à conclure un marché avec l’ancien propriétaire. Entre 1971 et 1973, 1 100 nouveaux logements sont créés à Oadby et Wigston (Phillips, 1983, p. 351).

Figure 1 : Pourcentage de minorités du sous-continent indien à Leicester (2001, OA)

Figure 1 : Pourcentage de minorités du sous-continent indien à Leicester (2001, OA)

Source : ONS, 2001. Cartographie : W. Le Goff, 2005

Une élite ethnique à Leicester

32Une véritable classe moyenne supérieure ethnique, que l’on pourrait qualifier « d’élite ethnique », s’est constituée à Leicester.

33Une étude qualitative que nous avons menée à Stoneygate (Le Goff, 1998), quartier cossu de Leicester, situé entre l’inner city et Oadby, précise le mode de vie de cette « élite ». Cette étude repose sur l’exploitation de 120 questionnaires semi-directifs auprès d’habitants originaires du sous-continent indien et vivant dans les quartiers périphériques aisés. Les entretiens portaient essentiellement sur les itinéraires résidentiels, les parcours professionnels et les types et lieux de sociabilité des personnes interrogées. Les questionnaires qui faisaient l’objet d’entretiens d’une demi-heure chacun ont permis de souligner un mode de vie suburbain des minorités, l’importance de la proximité des bonnes écoles, les liens maintenus avec la communauté d’origine en particulier lors d’occasions exceptionnelles comme les festivités religieuses. Notons aussi le très faible nombre de mariages mixtes. Pour certains, un système de dépendance est maintenu via l’appartenance à des organisations sociales ethniques. Nous pouvons en outre prendre à notre compte la distinction de Martiniello qui différencie l’élite passive de l’élite active. L’élite passive est celle qui ne joue aucun rôle volontariste dans les organisations et les institutions de la communauté tandis que l’élite active, par sa participation active importante dans la communauté, fait partie du leadership.

34L’élite active se retrouve dans les instances communautaires ou joue un rôle politique local voire national.

Oadby, archétype de la suburbia

35Oadby fait partie de la banlieue aisée du Sud-Est de Leicester (carte 1, pour la localisation des quartiers d’Oadby, carte 3). C’est le village typiquement suburbain où les « suburbains ont sans cesse considéré la valeur de leur environnement résidentiel comme un lieu qui correspond à leur quotidien et où il est satisfaisant de dépenser son argent et son temps à le préserver. Un élément crucial de leur satisfaction dérive de la perception qu’ils ont d’eux-mêmes et de leurs voisins aptes à contrôler ce qui se passe au sein de leur communauté… le contrôle local comporte néanmoins une face sombre. Les habitants de cette banlieue d’élite évoquent toutes sortes de mesures en vue d’exclure de leur communauté ceux qu’ils perçoivent comme différents. Ils s’isolent eux-mêmes des problèmes économiques et sociaux de la plus vaste métropole (Larkham, 1999, p. 242).

36Dans notre étude, le quartier que nous nommons Oadby Grange 2 correspond à ce que la population locale appelle Stoughton Estate South. Les industriels de Leicester s’y sont installés pendant l’entre-deux guerres afin d’y profiter d’une topographie – plus élevée que le centre ville - et d’une localisation – 5 km - évitant la pollution des usines du textile et de la chaussure. Des grandes demeures ont progressivement été construites ; dès la fin des années 1940, le centre sportif et les résidences de l’Université de Leicester se sont installés dans ces grandes propriétés dont l’axe Manor Road était une des rues les plus riches en Europe pendant les années 1920 (Boyton, 1993). Les habitants de ce quartier très bourgeois partagent, avec la communauté villageoise regroupée autour de l’église, un type de grégarisme familial qui veut que les générations d’une même famille se succèdent dans la même maison ou résident à proximité, contribuant au développement urbain de cette banlieue aisée (Boyton, 1993, p. 37). Comme l’ont démontré C. Bonvalet et D. Maison à différentes échelles pour le cas français, « l’urbanisation n’est pas incompatible avec l’existence de réseaux familiaux actifs englobant plusieurs ménages » (Bonvalet, 1998).

37C’est depuis les années 1980 que des maisons ont été agrandies par de ménages indiens. Le village d’Oadby (22 681 habitants en 2001) compte, selon le dernier recensement, une population originaire du sous-continent indien de 29,6 % à Oadby Grange et de 35,9 % à Oadby Uplands.

38Le profil socioprofessionnel d’Oadby se distingue par un très faible taux de chômage de longue durée. Le quartier qui concentre le plus de ménages aisés est celui d’Oadby Grange.

39Le mouvement de suburbanisation des élites ethniques est tel que 22,2% de la population est « indienne », 1,4% « pakistanaise » et 0,2% « bangladaise », ce qui se rapproche clairement des proportions de Leicester (graphique n°1). On peut déjà mettre en avant le facteur « classe professionnelle » qui explique l’implantation de ces minorités à Oadby. En effet, 42,5% de la population originaire du sous-continent indien appartient aux deux catégories les plus élevées de la hiérarchie sociale et seuls 0,6% sont classés comme « ouvriers spécialisés ».

Figure 2 : Pourcentage de minorités originaires du sous-continent indien, 2001

Figure 2 : Pourcentage de minorités originaires du sous-continent indien, 2001

Source : ONS, recensement de 2001, WLG 2005.

40Le marché du logement d’Oadby est inclus dans celui, plus large, du sud-est de l’agglomération de Leicester, comprenant Aylestone, South Knighton, Wigston, Oadby, Narbourough, Blaby et Enderby (Line, 1998, p. 30-33). Les limites administratives importent peu pour ceux qui recherchent un logement dans cet espace désiré où 46% des logements sont des maisons individuelles et 40% des maisons jumelées. De plus et sans surprise, 88,2% des habitants sont propriétaires de leur logement. Les membres des minorités ethniques s’installent dans les espaces où les habitants sont propriétaires de leur logement à plus de 90% : 95,7% des Indiens sont propriétaires de leur logement contre 87,1% des blancs. Les Pakistanais, quant à eux, sont propriétaires à 80,6% et 6,7% sont locataires dans le secteur privé.

41Comme l’indiquent les données du recensement de 2001, les secteurs municipaux et associatifs du logement accueillent une part très faible de locataires appartenant aux minorités ethniques (graphique 1). En effet, peu de ménages modestes d’origine immigrée postulent aux logements sociaux, éloignés des quartiers centraux de Leicester, cependant que les ménages aisés de couleur favorisent la propriété-occupante.

Méthode statistique : l’analyse des noms de famille

42Si le recensement nous donne une image claire et précise de la présence de minorités en 2001, il nous est toutefois difficile de comparer les données intercensitaires dans la mesure où la définition des catégories ethniques a changé entre 1991 et 2001 tout comme les limites administratives (wards et enumeration districts devenus Output Areas).

43Par conséquent, nous avons été amené à travailler sur les listes électorales d’Oadby afin de garder des limites administratives identiques (les codes postaux) sur une période de 24 ans et de catégoriser les ménages selon une variable fixe, à savoir leur appartenance religieuse.

44Nous avons ainsi comparé les listes électorales d’Oadby, celles de 1980 avec celles de 1983, celles de 1983 avec celles de 1986 etc. jusqu’à l’année 2004. Tout ménage qui a déménagé dans l’intervalle des trois années d’écart a été localisable grâce à son adresse. Les déménagements ont été agrégés à l’échelle du code postal et cartographiés selon des cercles proportionnels.

45Les principes essentiels de notre travail sont les suivants.Notre individu statistique est le foyer de résidence. Nous n’avons pas considéré comme changement de propriétaire la décohabitation des enfants ou l’extension d’une famille (accueil des parents, d’oncles et tantes…). De plus, les légères modifications de noms de famille (Kaur ou Singh est tantôt employé comme nom de famille, tantôt comme complément à un nom de famille, et ce pour les mêmes personnes… seule la vérification minutieuse du prénom permet de ne pas se tromper dans le décompte des changements de propriétaires) ont été relevées avec attention. Enfin, la reconnaissance de la religion indiquée par des noms de famille n’est pas chose difficile : les musulmans ont des noms et prénoms très facilement reconnaissables. Les sikhs se reconnaissent par le nom « Singh » pour les hommes et « Kaur » pour les femmes, et en cas de confusion entre un nom hindou et un nom sikh, il nous a suffi de vérifier dans des dictionnaires de noms et prénoms sikhs et/ou hindous (Singh Chilana, 2001)

46L’intérêt de cette méthode est d’appréhender le processus de suburbanisation des riches ménages Asians de Leicesterau cours des 25 dernières années, au-delà de la cartographie décennale que rend possible l’exploitation du recensement. Les catégories de population et les limites géographiques restent fixes, contrairement au recensement. Enfin, il s’agit d’un travail qui se situe entre l’analyse longitudinale et la photographie d’une situation à un moment donné par le recensement.

47L’entrée progressive des minorités ethniques peut se mesurer grâce à l’exploitation des listes électorales. En effet, la part des Hindous, Sikhs et Musulmans dans l’ensemble des transactions immobilières est présentée ci-après.

Mesurer le turnover de propriétaires et l’entrée des Hindous, Sikhs et Musulmans à Oadby

  • 6  Leicester City 1983 Survey, p.  40.

48Notre méthode de travail nous conduit à considérer davantage l’appartenance religieuse que l’ethnicité. À Leicester, ethnicité et religion se recoupent. Alors que seulement 12,75% des Indiens en Angleterre et Pays de Galles sont musulmans, la proportion d’Indiens musulmans atteint 25,24% à Leicester. Cette différence s’explique par la proportion importante d’Indiens expulsés d’Afrique de l’Est et arrivés comme réfugiés politiques entre 1968 et 1972. Une enquête locale menée en 1983 par la mairie de Leicester nous procure un chiffre fiable : 41,6% des Musulmans de Leicester ont pour première langue le Gujurati6, le Gujurat étant une région du Nord-Est de l’Inde.

49Une seule recherche portant sur les groupes religieux à Leicester a été menée. Il s’agit de celle d’un ethnologue qui s’est attaché aux Jains originaires du Gujurat (Banks, 1994).

50La question se pose de l’importance du facteur de l’appartenance religieuse dans l’analyse de l’accès à un bien rare par des minorités ethniques, ici, l’espace résidentiel le plus prestigieux de Leicester. Le travail patient d’exploitation des listes électorales permet ainsi, dans un premier temps, de mesurer et comparer le taux d’arrivée des ménages originaires du sous-continent indien en fonction de l’appartenance religieuse, avec le reste de la population : les figures 3 et 4 indiquent les changements d’occupant d’un logement pour chaque période de trois ans. Ces graphiques portent sur une zone géographique précise, dénommée Oadby Grange 2 par les listes électorales. Il s’agit de la partie nord du ward d’Oadby, la plus aisée du ward qui est lui-même le plus cossu de la commune.

51La figure 3 révèle la variation du nombre total de changement d’occupants selon les périodes entre 1980 et 2004. Le nombre de transactions immobilières est obtenu grâce aux sources électorales. En effet, on considère qu’un changement de nom de résident équivaut à une transaction immobilière. Compte tenu de la structure du parc immobilier – quasiment 90% de propriétaires-occupants – un changement de résident correspond à une transaction immobilière. Le nombre de transactions a d’abord crû, passant de 125 entre 1980 et 1983 à 199 entre 1986 et 1989. Puis l’évolution s’inverse pour la période 1989-1992 (119 transactions) et les années qui suivent affichent une évolution irrégulière quoiqu’avec moins d’amplitude (1995-1998 : 182 transactions ; 1998-2001 : 171 transactions ; 2001-2004 : 147 transactions).

52Le premier élément d’importance que la figure 4 souligne clairement est la chute continue du taux de ménages blancs impliqués dans les transactions immobilières au profit des ménages hindous, sikhs et musulmans. Alors que les ménages blancs représentaient plus de 94% des transactions immobilières, leur taux s’établit à 53,7% entre 1986 et 1989. La période 1995-1998 est celle où le nombre de ménages de couleur entrant à Oadby rejoint celui des ménages blancs. Les ménages blancs ne constituent plus que 27% et 25% des nouveaux entrants pour les périodes 1998-2001 et 2001-2004.    

53Le second élément capital que les figures 3 et 4 éclairent est un nombre de changements irrégulier pour les Sikhs et les Hindous. 141 transactions immobilières sont le fait de ménages hindous pendant les 24 années étudiées, 119 le fait des ménages sikhs. Mais on constate une évolution irrégulière qui, en chiffres bruts, suit les tendances du marché. Par exemple, entre 1986 et 1992, le marché du logement à Oadby Grange semble moribond (60% de transactions en moins), le nombre de nouveaux ménages sikhs passe de 22 pour la période 1986-1989 à 14 pour la période 1989-1992 ; celui des Hindous passe quant à lui de 26 à 12. Néanmoins, la part relative continue d’augmenter pour les Sikhs, passant de 16,18% des nouveaux arrivants à 16,87%.

54L’évolution de l’entrée des ménages sikhs et hindous, en nombre et en pourcentage, est tout à fait fluctuante de 1986 à 2004. Les périodes 1986-1989 et 1998-2001 sont celles qui voient le plus de ménages sikhs s’installer à Oadby Grange 2. Pour les Hindous, il s’agit des périodes 1986-1989 et 2001-2004. Entre ces périodes, on assiste à une alternance de périodes creuses, 1992-1995 pour les Sikhs, 1989-1992 pour les Hindous, et de rebonds modérés.

55La troisième précieuse information que l’on déduit de la lecture des tableaux est l’évolution relative constante de l’entrée des Musulmans dans ce quartier bourgeois. 109 transactions immobilières sont le fait de ménages musulmans en 24 ans. Même si le nombre brut fluctue lui aussi en fonction du marché immobilier local, leur arrivée progressive les place en 2001-2004 comme le groupe le plus important, avec les Hindous, en pourcentage de transactions immobilières.

Figure 3 : Changement d'occupants par groupe religieux à Oadby Grange 2 entre 1980 et 2004

Figure 3 : Changement d'occupants par groupe religieux à Oadby Grange 2 entre 1980 et 2004

 Source : Listes électorales d’Oadby 1980-2004, WLG 2004.

Figure 4 : Changement d'occupants par groupe religieux à Oadby Grange 2 entre 1980 et 2004 (%)

Figure 4 : Changement d'occupants par groupe religieux à Oadby Grange 2 entre 1980 et 2004 (%)

Source : Summerfield C. et Babb P. (ed.) Social Trends 34, ONS, TSO, Londres, 2004

Les transactions immobilières : une évolution locale conforme à l’évolution nationale

56L’évolution du nombre de changement d’occupants à Oadby Grange 2 ressemble beaucoup à l’évolution du nombre de transactions mobilières et immobilières à l’échelle nationale. Le graphique 4, qui rapporte des données notariales à l’échelle de l’Angleterre et du Pays de Galles, montre l’évolution du nombre de transactions entre 1980 et 2002 en Angleterre et Pays de Galles. Les transactions sont « le transfert ou la vente de terrain ou de propriété en pleine propriété ; ou la donation ou le transfert d’un bail d’au moins 21 ans et un jour » (Summerfield et Babb, 2004, p. 240). Ces résultats comptabilisent des transactions non résidentielles. Par exemple, 1,6 millions de transactions ont été effectuées en 2002 dont 1,4 était à vocation résidentielle. Compte tenu de notre méthode de travail, la transaction diffère du turnover car il comprend le nombre de changements de propriétaires et de locataires. Mais on compte très peu de locataires à Oadby Grange 2.

57Cette évolution nationale souligne que « au cours du dernier siècle, le marché du logement et l’économie se sont reflétés l’un l’autre avec exactitude, avec des hauts et des bas qui s’entretiennent » (Summerfield et Babb, 2004, p. 160).

58Les explications de ces fluctuations à l’échelle nationale sont les suivantes : la hausse amorcée au milieu des années 1970 a été stimulée par la libéralisation des crédits immobiliers des années 1980 et par l’arrivée sur le marché du logement de la génération du baby-boom. Le droit à l’achat ainsi que les politiques visant à encourager la population à devenir propriétaire pour la première fois ou la shared ownership ont aussi contribué aux fluctuations indiquées par la figure 5.

Figure 5 : Nombre de transactions mobilières et immobilières en millions, Angleterre et Pays de Galles (1980-2002)

Figure 5 : Nombre de transactions mobilières et immobilières en millions, Angleterre et Pays de Galles (1980-2002)

Source : Summerfield C. et Babb P. (ed.) Social Trends 34, ONS, TSO, Londres, 2004

  • 7  Le Right To Buy est la politique de privatisation du logement public inaugurée par Margaret Thatch (...)

59L’accélération du nombre de transactions au début des années 1980 s’explique en partie par la mise en place du Right To Buy7. 1989 est l’année de l’éclatement de la bulle immobilière avec la hausse des intérêts et la récession économique qui entraînent la chute des transactions immobilières. La reprise qui s’amorce vers la moitié des années 1990 s’explique par les Large Scale Voluntary Transfers (en 2002, 102 000 logements ont été transférés à des associations de logement) et une reprise économique en dents de scie. Cependant, la confiance dans la propriété individuelle s’est érodée en même temps que les prix se sont stabilisés entre 1990 et 1995 (Summerfield et Babb, 2004).

  • 8  Il s’agit de transférer l’ensemble du parc locatif public d’une commune à un organisme de gestion (...)

60Les causes de l’évolution du nombre de changements d’occupants à Oadby Grange 2 sont partiellement celles qui expliquent l’évolution nationale. En effet, les politiques de Right To Buy et de Large Scale Voluntary Transfers8 n’y ont eu aucun effet car on compte près de 100% de propriétaires.

61Par conséquent, l’entrée des minorités à Oadby, dans un contexte de pur marché libre, hors des secteurs où s’appliquent les politiques anti-discriminatoires, s’effectue selon un rythme puissant qui suivent les fluctuations macro-économiques.

62Le facteur financier conditionne l’installation d’un ménage à Oadby. La catégorie « appartenance religieuse » n’est pas un facteur discriminant, les courbes représentant la part de Musulmans, Sikhs et Hindous qui se sont implantés à Oadby se croisent tout au long de la période considérée.

63Leur arrivée n’est donc pas continue et progressive. Elle dépend des conditions offertes par le marché et non d’une « intégration » progressive à la société d’accueil. Il n’existe pas de concordance automatique entre durée de présence dans un pays et suburbanisation. Le processus est moins linéaire que ne peuvent le prévoir les modèles de l’écologie urbaine, modèles toujours utilisés par une partie de la géographie britannique.

Une cartographie de l’arrivée des minorités à Oadby

64Une étude conduite à la fin des années 1990 (B. Line, 1998) souligne le très faible nombre de primo-accédants à Oadby et Wigston. De plus, les arrivants sont motivés par les aires de recrutement des écoles secondaires, la proximité d’axes routiers majeurs (périphérique extérieur, A50, A6) et de gares ferroviaires, l’environnement semi-rural et le prestige des lieux (B. Line, 1998, p.33). Ces raisons sont aussi avancées par les ménages originaires du sous-continent indien pour expliquer leur venue à Oadby.

65Seulement, la cartographie, à l’échelle du code postal, de l’installation des minorités à Oadby va nous permettre de répondre aux questions suivantes :

66S’agit-il d’une simple relocalisation et reconcentration des minorités selon des configurations sociales et spatiales clairement identifiables ? Quels sont les déterminants dans le choix du lieu précis du nouveau logement ?

67La série de cartes de l’entrée des ménages hindous, sikhs et musulmans à Oadby permet de mettre en évidence plusieurs grandes configurations spatiales, et en particulier un gradient géographique « périphérie-centre » (fig. 6).

Figure 6 : Cartographie de l’entrée des ménages hindous, sikhs et musulmans à Oadby (1980-2004)

Figure 6 : Cartographie de l’entrée des ménages hindous, sikhs et musulmans à Oadby (1980-2004)

68Notre travail cartographique prend en compte la totalité du territoire communal. L’ensemble des cartes confirme l’arrivée massive des groupes ethniques à Oadby. Or elle y est plus progressive que dans le quartier d’Oadby Grange 2. En effet, on assiste à une massification croissante de l’arrivée de ces ménages, contrairement à Oadby Grange 2 où le nombre de transactions immobilières fluctuait selon les périodes considérées. Néanmoins, la période 2001-2004 fait exception à la règle car les Sikhs et les Musulmans sont moins nombreux à s’installer dans cette ethnic suburbia que lors de la période précédente.

69Tous les groupes, à des rythmes et des degrés divers, s’installent dans un premier temps dans les quartiers extérieurs de la ville : le nord d’Oadby Grange, Oadby Uplands et Oadby Woodlands. Le vieux centre ville (Oadby Saint Peter’s), avec ses modes d’occupation qui n’intéressent pas les minorités, est délaissé. Cet espace est aussi celui où les résistances villageoises sont les plus fortes à voir entrer des « outsiders » comme l’entend Norbert Elias (Elias et Scotson, 1965). Néanmoins, depuis 1998, les propriétés du centre sont rachetées par tous les groupes minoritaires qui font aussi timidement leur entrée dans le logement social municipal.

70L’installation n’obéit pas à un cloisonnement entre groupes religieux. En effet, ce sont les mêmes quartiers qui sont la cible des nouveaux entrants, quelle que soit leur appartenance religieuse. Ils choisissent aussi bien Oadby Uplands, qui est un ward relativement mixte socialement avec 30,7% de classes supérieures et 18,2% de « routine and semi-routine occupations », que le nord d’Oadby Grange (Oadby Grange 2) où les propriétés mises en vente sont les plus vastes et les plus chères de l’agglomération de Leicester. L’élite ethnique, qui est aussi celle de l’agglomération, s’y trouve d’autant plus à son aise qu’elle s’approprie les espaces résidentiels habituels de la bourgeoisie locale mais aussi les espaces de loisirs, en particulier le terrain de golf. Ces grandes maisons peuvent aussi accueillir les parents et grands-parents comme le préconisent les traditions familiales.   

La construction de nouveaux logements : une opportunité immobilière pour les minorités

71Oadby comptait 18885 habitants en 1981, 19 309 en 1991 et atteignait 22 681 habitants en 2001 soit une croissance de 20% en vingt ans. Nous avons donc choisi de localiser les nouvelles constructions en exploitant là encore les listes électorales (fig. 7). Celles-ci font en effet apparaître les nouveaux codes postaux entre chaque période triennale : un nouveau code postal est créé à chaque nouvelle rue ou extension de rue. Il nous a été ainsi aisé de les recenser pour les cartographier afin de faire apparaître les extensions et les densifications urbaines.

72Nous observons une extension orientale de la commune (Oadby Woodlands), la couleur des carrés s’assombrissant au fur et à mesure que l’on s’approche des limites orientales d’Oadby. La principale exception est constituée par les logements très récents, construits entre 1998 et 2004, qui ont été élevés au sud d’Oadby Grange, à proximité du centre originel. Ce sont ces logements qui ont permis aux ménages de couleur de se rapprocher du centre historique de la commune.   

73Les nouvelles habitations constituent une opportunité immobilière rêvée pour les ménages sikhs, hindous et musulmans qui ont voulu s’installer à Oadby. Les promoteurs ont proposé des produits variés mais de bonne facture, destinés à des couples avec enfants désirant un vaste espace domestique. De plus, ces promoteurs n’ont opéré aucune résistance à l’arrivée de ménages de couleur dans ces quartiers prestigieux, contrairement à des propriétaires qui peuvent se montrer plus hésitants à vendre leur bien à des minorités visibles.  

74La localisation des entrées des ménages hindous, sikhs et musulmans correspond remarquablement à celle des nouveaux codes postaux. Les catégories sociales aisées se sont massivement reportées sur les opérations immobilières d’Oadby Woodlands et celles, plus récentes, du sud d’Oadby Grange, compte tenu de la saturation du marché du nord d’Oadby Grange.  

Figure 7 : les nouveaux codes postaux à Oadby (construction de nouveaux logements)

Figure 7 : les nouveaux codes postaux à Oadby (construction de nouveaux logements)

Conclusion

75L’étude détaillée de l’arrivée de ménages sikhs, hindous et musulmans à Oadby, le quartier le plus aisé de l’agglomération de Leicester, nous a amené à créer un terme nouveau, celui d’ethnic suburbia, pour qualifier l’arrivée massive d’Hindous, de Sikhs et de Musulmans de Leicester dans un quartier autrefois réservé aux classes supérieures blanches. Cette mobilité résidentielle est le fruit d’une détente des discriminations dans le secteur privé de la vente de logements et surtout d’une mobilité sociale ascendante. La suburbanisation des ménages aisés de couleur correspond aussi à la satisfaction de besoins en matière de taille et de confort de logement, au souhait d’offrir un cadre environnemental et social (écoles de bonne qualité, par exemple) agréable à leurs familles ainsi qu’à faire correspondre leur ascension sociale à leur place dans la hiérarchie immobilière. Une enquête ethnographique demande néanmoins à être conduite pour mieux cerner ces stratégies résidentielles ascendantes, à Leicester comme ailleurs. Le lien entre minorités ethniques, ségrégation et pauvreté n’est donc pas établi. La conséquence immédiate pour les politiques publiques est la difficulté de définir des groupes cibles bénéficiaires de l’action publique. Ils sont difficilement définissables par leur ethnicité et leur religion, compte tenu de la diversité interne à chaque groupe. On pourrait même affirmer que la minorité « musulmane », « indienne » etc. n’existe pas puisque les différences sociales, régionales, linguistiques, de caste éclatent ces groupes en dizaines de sous-groupes qui ont leur propre cohérence interne.

76Enfin, l’étude de cette mobilité résidentielle s’oppose au discours actuel porté par le gouvernement britannique, la Commision of Racial Equality et de nombreux rapports gouvernementaux sur la ségrégation ethnique et religieuse en Grande-Bretagne. Selon eux, la ségrégation des Asians irait croissante, jusqu’à aboutir à des « vies parallèles » pour préserver leur intégrité culturelle, et ainsi ne pas s’intégrer à la société nationale. Les Musulmans sont ici particulièrement visés. La réalité est plus subtile, comme nos résultats de recherche ont pu le montrer : les Musulmans participent amplement à la constitution de l’ethnic suburbia en devenant, avec les Hindous, le groupe dont la part est la plus importante parmi les acquéreurs de logement à Oadby. Ce constat de dynamiques centrifuges des minorités en dehors des inner cities britanniques rejoint les résultats de recherche de Ludi Simpson (Simpson, 2004) qui portent sur la ségrégation des minorités ethniques dans l’ensemble des grandes agglomérations britanniques : les niveaux de ségrégation tendraient à diminuer entre 1991 et 2001, et le nombre de wards qui contiennent une population composée de minorités et de la population majoritaire blanche augmente sensiblement.

Haut de page

Bibliographie

AMIN A., 2002, Ethnicity and the Multicultural City : Living with Diversity, Environment and Planning A, Vol. 34, n°6, p. 949-1138.

BANKS M., 1994, Jain way of being, in BALLARD R. (Ed.), Desh Pardesh : The South Asian Presence in Britain, Hurst and Compagny, London, 296 p.

BONTJE M., 2004, From suburbia to post-suburbia in The Netherlands : potential and threats for sustainable regional development, Journal of Housing and he Built Environment, Vol. 19, n°1, p. 25-47.

BONVALET C. et MAISON D., 1998, Proches et parents dans la ville, in PUMAIN D. et MATTEI M.F. (coord.), Données Urbaines 2, Paris, Anthropos, p. 207-216.

BOYNTON H.E., 1993, A Prospect of Oadby, The story of its northern development from 1902 to 1992, Oadby Local History Group, 56 p.

COLEMAN G.E., 1931, Oadby, 1881-1931, Document reproduit par le Leicestershire County Council en 1969.

ELIAS N. et SCOTSON J.L., éd. Française, 2001, Logiques de l’exclusion, Pocket Agora, 342 p.

GERSHUNY J., 1993, Post-industrial Career Structures in Britain,inEsping-Andersen G. (ed.), Changing Classes, Stratification and Mobility on Post-industrial Societies, SAGE, Londres, 262 p. 

HARRIS R. et LARKHAM P., 1999, Changing Suburbs, Foundation, Form and Function, E & FN Spon, Londres, 296 p.

LARKHAM P., 1999, Conservation and Management in UK Suburbs in HARRIS R. et LARKHAM P., 1999, Changing Suburbs, Foundation, Form and Function, E & FN Spon, Londres, 296 p.

LI W., 1997, Spatial Transformation of an Urban Ethnic Community from Chinatown to Chinese Ethnoburb in Los Angeles, thèse de doctorat, Los Angeles, University of Southern California.

LI W., 1998a, Anatomy of a new Ethnic Settlement : The Chinese Ethnoburb in Los Angeles, Urban Studies, Vol. 35, n°3, p. 479-501.

LI W., 1998b, Ethnoburb versus Chinatown : Two Types of Urban Ethnic Communities in Los Angeles, Cybergéo, n°70, p. 1-12.

LI W. et al., 2002, Chinese American Banking and Community Development in Los Angeles, Annals of American Geographers, vol. 92, n°4.

LINE B., 1998, Oadby and Wigston Borough Council, Housing Needs Assessment, De Montfort University, rapport de recherché remis à la mairie de Oadby-Wigston.

MANNING R., 1998, Multicultural Washington D.C. : the changing social and economical landscape of a post- industrial metropolis, Ethnic and Racial Studies, Vol. 21, n°2.

MARCHAND B., 2001, La haine de la ville, ‘Paris et le désert français’ de J.F. Gravier, l’Information Géographique, n°3, p. 234-253.

MARTIN J. et SINGH G., 2002, Asian Leicester, Sutton Publishing, 128 p.

MARTINIELLO M., 1992, Leadership, le pouvoir dans les communautés d’origine immigrée, CIEMI, L’Harmattan, 318 p.

MODOOD T., BERTHOUD R. et al., 1997, Ethnic Minorities in Britain, Diversity and Disadvantage, Policy Study Institute, 448 p.

NOWIKOWSKI S. et WARD R., 1978, Middle Class and British ? An analysis of South Asian in Suburbia, New Community, Vol. 7, p. 1-11.

PEACH C., 2002, Social Geography : new religions and ethnoburbs, contrasts with cultural geography, Progress in Human Geography, Vol. 26, n°2, p. 252-260.

PHILLIPS D., 1998, Black Minority Ethnic Concentration, Segregation and Dispersal in Britain, Urban Studies, Vol.35, n°10, p. 1681-1702.

REX J., 1991, Urban segregation and inner city policy in Great-Britain, in PEACH C., ROBINSON V., SMITH S. (Eds), 1991, Ethnic segregation in cities, Croom Helm, p. 40-41.

ROBINSON V., SMITH S. (Eds), 1991, Ethnic segregation in cities, Croom Helm.

ROBINSON V., 1998, The new middle indian class in Britain, Ethnic and Racial Studies, Vol. 11, n°4, p. 456-473.

Simpson L., 2004, Statistics of racial Segregation : Measures, Evidence and Policy, Urban Studies, Vol. 41, n°3, p. 661-681.

SINGH CHILANA R., 2001, Dictionary of Sikh Names, U.B.S. Publishers’s Distributors Ltd., New Delhi.

SKELLINGTON R. et MORRIS P., 1992, Race in Britain Today, Milton Keynes, The Open University.

SUMMERFIELD C. et BABB P. (ed.), 2004, Social Trends 34, Londres, ONS, TSO.

THOMPSON F.M.L., 1982, The Rise Of Suburbia, Leicester University Press, Leicester, 274 p.

VENKATESH S., 2003, Fin des villes chocolat et banlieues vanille américaines, Le Monde Diplomatique, p. 4.

WHITEHAND J.W.R. et CARR C.M.H., 1999, England Garden Suburbs : Development and Change,in HARRIS R. et LARKHAM P., Changing Suburbs, Foundation, Form and Function, E & FN Spon, Londres, 296 p., p. 76-90.

Haut de page

Notes

1  Sur cette question appliquée au cas français, lire les développements de B. Marchand, 2001.

2  Nous nous garderons de traiter de la suburbia américaine, d’ailleurs en pleine mutation, car de plus en plus dense, accueillant les fonctions de loisirs (funurbia), d’emploi et de consommation. Lire à ce propos Marco Bontje, 2004.

3  Par exemple, contrairement au schéma assimilationniste classique, « New immigrants with higher educational attainment and professional jobs also settled directly in suburbs without ever having experienced life in the inner city» (Li, 1998, p. 479). Ce sont 158 000 Chinois dénombrés en 1990 qui se sont installés à l’est du comté de Los Angeles (San Gabriel Valley où 1/3 de blancs non hispaniques, 1/4 d’hispaniques, 20% d’asiatiques et 5% de noirs).

4  Le groupe ethnique est ici défini selon la région d’origine, à savoir le Pendjab, le Gujurat, le Bengale etc. Ils sont essentiellement hindous et musulmans (40% pour chaque groupe religieux).

5  La typologie dépend de chaque auteur : en 1982, S. Nowikowski et R. Ward établissent une typologie qui comporte quatre classes et non plus trois comme dans leur article de 1978.

6  Leicester City 1983 Survey, p.  40.

7  Le Right To Buy est la politique de privatisation du logement public inaugurée par Margaret Thatcher : chaque locataire de logement social peut acheter le bien qu’il occupe avec des réductions qui sont fonction de sa durée d’habitation dans le logement.

8  Il s’agit de transférer l’ensemble du parc locatif public d’une commune à un organisme de gestion d’immobilier social comme une « association de logements ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pourcentage de minorités du sous-continent indien à Leicester (2001, OA)
Légende Source : ONS, 2001. Cartographie : W. Le Goff, 2005
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-1.png
Fichier image/png, 212k
Titre Figure 2 : Pourcentage de minorités originaires du sous-continent indien, 2001
Légende Source : ONS, recensement de 2001, WLG 2005.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 3 : Changement d'occupants par groupe religieux à Oadby Grange 2 entre 1980 et 2004
Légende  Source : Listes électorales d’Oadby 1980-2004, WLG 2004.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 4 : Changement d'occupants par groupe religieux à Oadby Grange 2 entre 1980 et 2004 (%)
Légende Source : Summerfield C. et Babb P. (ed.) Social Trends 34, ONS, TSO, Londres, 2004
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 5 : Nombre de transactions mobilières et immobilières en millions, Angleterre et Pays de Galles (1980-2002)
Légende Source : Summerfield C. et Babb P. (ed.) Social Trends 34, ONS, TSO, Londres, 2004
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 6 : Cartographie de l’entrée des ménages hindous, sikhs et musulmans à Oadby (1980-2004)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-6.png
Fichier image/png, 441k
Titre Figure 7 : les nouveaux codes postaux à Oadby (construction de nouveaux logements)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/6273/img-7.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Le Goff, « La suburbanisation des minorités ethniques aisées à Leicester (Angleterre) : la constitution d’une ethnic suburbia », Géocarrefour, Vol. 83/2 | 2008, 99-111.

Référence électronique

William Le Goff, « La suburbanisation des minorités ethniques aisées à Leicester (Angleterre) : la constitution d’une ethnic suburbia », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/2 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/6273 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.6273

Haut de page

Auteur

William Le Goff

Chercheur-associé EA Habiter 2076, Université de Champagne-Ardenne. Adresse professionnelle : CES de l’ANRU, 153 rue de Rennes, 75006 Paris wlegoff1@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page