Navigation – Plan du site
Articles

Londres : métropole globale

London, a global metropolis ?
Manuel Appert
p. 113-117

Résumés

La capitale du Royaume-Uni vient de connaître une nouvelle phase de croissance urbaine mettant fin à près de 50 ans de déclin démographique et économique. Londres solidarise aujourd’hui une vaste région métropolitaine polycentrique dans laquelle les dynamiques spatiales prennent appui sur des structures spatiales et réseaux héritées et nouveaux. Ce bref article entend faire le point sur les mutations contemporaines de Londres dans le contexte de métropolisation et de constitution d’une Global City-region.

Haut de page

Texte intégral

1La capitale du Royaume-Uni est entrée dans une nouvelle phase de croissance urbaine depuis les années 1980. Croissance économique d’abord, puis croissance démographique avec la mise en place d’un puissant courant d’immigration internationale. La base économique de la ville s’en est trouvée bouleversée et sa structure sociale modifiée. Cœur d’une aire urbaine de près de 12 millions d’habitants dans les années 1960, Londres solidarise aujourd’hui une vaste région métropolitaine polycentrique dans laquelle les dynamiques spatiales prennent appui sur des structures spatiales héritées ou nouvelles. Ce bref article entend faire le point sur les mutations contemporaines de la région métropolitaine de Londres.

De la ville impériale à la métropole globale

2Le passage d’une société fordiste à une société post-fordiste, le nouveau contexte d’ouverture des marchés, de concurrence exacerbée et les innovations technologiques congruentes ont conduit à l’actuelle « économie d’archipels » (Veltz, 2000), dans laquelle les « îles » métropolitaines, telles que Londres et New York, fonctionnent en réseau pour encadrer l’économie mondiale (Sassen, 1991 ; Taylor, 2004).

3Capitale du Royaume-Uni et ancienne capitale impériale, Londres figure aux premiers rangs des îles à vocation de commandement mondial, rôle qu’elle esquissait dès le 18esiècle et que les récentes mutations économiques n’ont fait que conforter. Par ces fonctions, Londres remodèle la hiérarchie urbaine, nationale et internationale. Depuis les années 1980, la métropole s'est inscrite et a donné une impulsion à un réseau planétaire de villes qui transcende aujourd’hui les frontières nationales.

Recomposition des pouvoirs à l’échelle mondiale

4Depuis les années 1970, à mesure que l'économie s'internationalisait, les fonctions de contrôle des grandes firmes s'aggloméraient dans un petit nombre de sites, niches au cœur des pays les plus avancés, puisque c'est sur ces derniers que l'investissement transnational se recentrait depuis la fin des accords de Bretton Woods (Sassen, 1991). Les plus grandes métropoles des pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique ont ainsi pu, par accumulation de compétences, d’infrastructures et par une masse critique, concentrer ces activités d’encadrement de l’économie mondialisée. Les savoir-faire dans les domaines du commerce, du négoce et de l’assurance assurent à Londres un rôle de marché mondial outre son rôle de commandement économique (sièges sociaux), d’innovation culturelle, scientifique et d’administration nationale. Londres est une ville-capitale de rang global avec pour hinterland le monde et non plus le seul Royaume-Uni.

Londres, marché global

5Londres est devenue la première place bancaire par la concentration de près de 550 banques étrangères (C.O.L., 2001). La capitalisation boursière du marché des actions de la métropole est équivalente à celle des principales bourses européennes combinées. Qui plus est, le London Stock Exchange est la bourse la plus internationalisée au monde bénéficiant des accumulations historiques et des liens que le Royaume-Uni a tissés au cours des deux derniers siècles. Le marché des dérivés se classe également en tête (en volume) et le LIFFE reste le premier marché européen. La métropole est par ailleurs, de très loin, le premier marché des changes, avec un chiffre d’affaires équivalent à 460 milliards d’euros échangés quotidiennement, plus que New York et Tokyo réunies. Premier marché pour les métaux (Metal Exchange) et l’affrètement maritime, la métropole est enfin le marché de l’assurance et de la réassurance le plus important au monde en termes de revenus. Même si le Royaume-Uni n’est plus une grande puissance, l’accumulation capitaliste lui a permis de conserver de grands groupes à l’échelle mondiale lesquels disposent d’un quartier général dans la métropole. Ils sont loin d’être isolés, puisque près du tiers des plus grandes compagnies européennes a élu domicile à Londres. Londres reste en effet le lieu privilégié des projets de localisation de quartiers généraux (Cushman et Wakefield, 2004). Enfin, les entreprises londoniennes sont les plus connectées avec leurs homologues étrangères, ce qui révèle le degré d’internationalisation de Londres à l’échelle mondiale (Taylor, 2002, 2004).

Croissance soutenue et recomposition de la base économique

6La confirmation du rôle global de Londres a relancé le dynamisme de la région et a précipité une restructuration économique interne. Espace de production de services sophistiqués (advanced producer services), les services spécialisés nécessaires aux entreprises multinationales (assurances, droit, comptabilité et fiscalité, conception, publicité et relations publiques) et les nouveaux instruments financiers indispensables au management planétarisé y ont connu une expansion rapide. La présence des grands groupes a été centrale dans la floraison de ces activités (Hamnet, 2003). C’est finalement toute la région urbaine qui a vu la nature de ses emplois changer et son organisation interne modifiée par une concentration et une diffusion sélectives des activités à différentes échelles.

Une croissance économique à nouveau soutenue

7La croissance du Produit Urbain Brut du Grand Londres a connu une accélération rapide à la fin des années 1980 et au cours des années 1990. D’un point de vue relatif, la croissance londonienne est restée supérieure à celle du Royaume-Uni durant la quasi-totalité des deux derniers cycles économiques (graphique 1) grâce à sa spécialisation dans les activités à forte valeur ajoutée.

 Graphique 1 - La croissance économique du Grand Londres par rapport à celle du R-U, 1971-2007 (R-U=0)

 Graphique 1 - La croissance économique du Grand Londres par rapport à celle du R-U, 1971-2007 (R-U=0)

8L’évolution de la ventilation de la croissance entre les différentes régions administratives qui composent la métropole révèle que le South East et l’East, les deux régions limitrophes au Grand Londres, sont encore plus performantes. Ces deux régions combinent en effet une dynamique propre et partagent les retombées (par diffusion) de la croissance du Grand Londres.

Recomposition de la base économique de la région métropolitaine

9Si globalement le nombre d’emplois a augmenté dans la même proportion dans la région métropolitaine que dans le reste du pays, tant le déclin de l’industrie que l’essor des services y ont été largement plus marqués. L’emploi industriel est désormais résiduel dans le Grand Londres. Après l’industrie lourde, ce fut ensuite au tour de l’industrie manufacturière de s’effondrer dans les années 1970-1990. Au total, entre 1981 et 2001, l’emploi industriel a reculé de 61% dans le Grand Londres et de 43 % dans le reste de la région (tabl. 1).

Tableau 1 - Evolutions comparées de l’emploi par secteur d’activité de 1981 à 2001

Grand Londres

Reste de la région métropolitaine

Région

métropolitaine

G.B.

Secteur d’activité

milliers

%

milliers

%

milliers

%

%

Industrie

- 66

- 61

- 218

- 43

- 586

- 53

- 37

Autres secteurs « manuels »

- 149

- 20

+ 100

+ 22

- 50

- 4

+ 11

Services aux entreprises

+ 511

+ 66

+ 342

+ 132

+ 852

+ 82

+ 68

Santé, éducation, gouvernement

- 49

- 6

+ 55

+ 13

+ 9

+ 2

+ 24

Services aux personnes

+ 210

+ 33

+ 181

+ 52

+ 389

+ 39

+ 33

Total

+ 156

+ 5

+ 456

+ 23

+ 612

+ 12

+ 12

Source : d’après C.O.L. / L.S.E., 2003

10À l’inverse, le secteur des services a plus que compensé les pertes d’emplois industriels. Au total, près de 1,2 millions d’emplois ont été créés dans la région. Parmi les secteurs les plus dynamiques figurent les services aux entreprises, reflet du rôle de ville mondiale. Le Grand Londres représente 65 % du gain total de la région dans ce secteur. Cependant, la dynamique semble plus importante dans les périphéries métropolitaines (+132 %) dans la mesure où elles bénéficient des délocalisations du Grand Londres et d’atouts propres (prix du foncier, proximité des aéroports...). Globalement, Londres et sa région présentent une structure professionnelle plus qualifiée que la moyenne nationale. Cependant, tous les sous-espaces de la région ne participent pas au même degré à cette tertiarisation sophistiquée. La partie Est de la région semble être restée à l’écart de cette dynamique.

Élévation des qualifications et des revenus mais maintien de la précarité

11Le recouvrement quantitatif des pertes d’emplois industriels masque une transformation de la structure professionnelle et un accroissement des déséquilibres socio-spatiaux. Les mutations économiques engendreraient une « dualisation » de la structure socio-professionnelle et des revenus (Sassen, 1991) et un accroissement corrélatif des inégalités (Fainstein et al., 1992). Cependant la polarisation n’est à Londres lisible ni dans la structure socio-professionnelle, ni dans la distribution des revenus, du moins en termes absolus (Hamnett, 1994, 2003). Les revenus londoniens et la qualification des emplois sont inégaux par le gonflement des catégories supérieures aux côtés desquelles subsistent les catégories laissées pour compte de la métropolisation.

Des spécialisations professionnelles et des laissés pour compte

12Londres souffre comme de nombreuses métropoles des pays développés du spatial mismatch (Ghorra-Gobin, 2003). Cela signifie qu’une partie de la population résidente ne dispose pas des qualifications nécessaires pour occuper les emplois très qualifiés générés par le développement du secteur tertiaire supérieur. Il s’ensuit un chômage structurel et une baisse significative du taux d’activité dans certains quartiers à l’Est et au Sud de Londres. L’estuaire de la Tamise, du centre de Londres aux rivages de la Mer du Nord, accumule désormais les handicaps professionnels, physiques et géographiques liés à son ancienne spécialisation industrialo-portuaire alors que l’Ouest londonien bénéficie des délocalisations d’activités à haute valeur ajoutée (R&D, back office de la City, TIC, etc.) et d’un environnement de qualité (fig. 1).

Figure 1 - Part des emplois hautement qualifiés par Local Authority en 2001

Figure 1 - Part des emplois hautement qualifiés par Local Authority en 2001

Une prospérité globale qui masque des poches de précarité résistantes

13La géographique sociale du pays est souvent résumée par le fameux North-South divide, qui oppose la région londonienne prospère aux espaces en déclin du Nord de l’Angleterre (Hall, 1989b ; Dorling et Thomas, 2004). Cependant avec la métropolisation, l’hétérogénéité infra-régionale du Sud-Est de l’Angleterre deviendrait-elle que l’opposition entre grandes régions serait moins pertinente. Les arrondissements de l’Inner East London (Tower Hamlets, Hackney, Newham, Barking and Dagenham et Southwark) enregistrent en effet des niveaux de précarité équivalents aux local authorities les plus défavorisées du Nord du pays (fig. 2). Toutefois, la géographie de l’inégalité est fort stable dans le temps : « la carte du degré de précarité que l’on dresse aujourd’hui serait proche de celle que dessinait Charles Booth à la fin du 19esiècle » (Travers et al., 2000, p. 29).

Figure 2 - Indice composite de précarité en 2004

Figure 2 - Indice composite de précarité en 2004

Retour de la croissance démographique

14Durant la dernière période intercensitaire (1991-2001), le fameux North-South divide est resté très prégnant car la croissance démographique relativement rapide des régions du Sud, dans la mouvance londonienne, a contrasté avec la stagnation du Nord du R-U. Les régions East et South East qui composent avec Le Grand Londres la région métropolitaine enregistrent un taux de croissance décennal supérieur à 5 % entre 1991 et 2001. C’est donc toute la région métropolitaine qui croît de concert. Tel n’a pas toujours été le cas, puisque jusque dans les années 1980, la population du Grand Londres diminuait au profit des régions voisines (tabl. 2).

15Cette croissance récente semble davantage le fait de la partie interne de la ville (Inner London) que de ses banlieues proches (Outer London). En effet, c’est dans le centre et le péricentre que l’immigration internationale est la plus forte, et c’est aussi dans cet espace que le croît naturel est le plus important. L’immigration rajeunirait la population du Grand Londres, dans la mesure où les étrangers sont plutôt de jeunes actifs. Le solde positif des migrations internationales compense aujourd’hui le solde resté fortement négatif des migrations internes. Le Grand Londres serait finalement entré dans une phase de ré-urbanisation qui n’induirait pas un mouvement de retour des populations périphériques vers le centre mais plutôt d’un mouvement centripète (attraction) à l’échelle internationale, qui, en rajeunissant localement la population, compenserait l’exode de plus en plus massif des Londoniens vers les périphéries.

Tableau 2 - Evolution de la population du grand Sud-Est Anglais, 1961-2001

Tableau 2 - Evolution de la population du grand Sud-Est Anglais, 1961-2001

Source : O.N.S., 2001

Une Global city region

16Le contexte de métropolisation tend à gommer le schéma de la ville monocentrique. Si le processus de dispersion est ancien à Londres, les tendances récentes révèlent la pérennité du phénomène. Les processus d’attraction, de concentration et de diffusion des emplois et des populations internes à la métropole rendent de plus en plus floues les limites de la région.

Une région métropolitaine en formation dès le milieu du 20e siècle

17La métropole londonienne a connu de profondes et rapides recompositions internes dont l’extension spatiale dépasse le seul Grand Londres (Hall, 1989a ; Shepherd, 1989). Le phénomène est relativement ancien compte tenu de la précocité de la périurbanisation (Hall, 1997a et b ; Champion, 2001) et de la politique de déconcentration urbaine menée depuis 1944. Face à l’extension tentaculaire de Londres, le plan Abercrombie de 1944 puis le Greater London Development Plan de 1969 ont organisé une déconcentration massive de l’agglomération via la création d’une ceinture verte (1947) et des restrictions à l’urbanisation à l’intérieur de l’agglomération compensées par la création de villes nouvelles à une distance de 30 à 100 km du centre. Cette politique d’aménagement volontariste à l’échelle régionale menée conjointement à la modernisation des réseaux ferroviaires et à la construction d’un réseau autoroutier radioconcentrique - resté inachevé dans l’agglomération - a dessiné le squelette sur laquelle s’est constitué l’actuel quart Sud-Est de l’Angleterre (Appert, 2004, 2006).

  • 1 “...many of the agglomeration economies arising from the concentration of high level activities and (...)

18Par son attraction, la métropole a absorbé un hinterland économique d’environ 100 km de rayon. La déconcentration et la redistribution interne des activités ont en effet été telles que des pôles secondaires lointains (parfois des edge cities) ont atteint une taille critique susceptible de contrebalancer l’attraction de l’agglomération centrale. Un mouvement centripète s’est alors développé des banlieues du Grand Londres vers les villes à proximité de la M25 et le long des radiales qui y convergent (Slough, Bracknell, Reading…). Dans cet espace, la division infra-métropolitaine du travail et la participation aux économies d’agglomération sont des facteurs de solidarisation (Hall et Pain, 2006). En effet, selon N. Buck et al. (2002, p. 18), « plusieurs types d’économies d’agglomération résultant de la concentration d’activités sophistiquées et d’une main d’œuvre qualifiée (…) sont disponibles dans un espace plus vaste1» que le seul Grand Londres. Ces auteurs ajoutent que ces économies d’agglomération réalisées en périphérie contribuent désormais de façon significative aux économies d’agglomération métropolitaines.

  • 2 “…alliances of geographically distinct but proximate urban centers working together in order to har (...)
  • 3  Sur la base d’une analyse des similitudes entre les unités spatiales de référence, ces deux auteur (...)

19Ces mesures mettent en évidence une des raisons d’être de la Global City-Region (Scott, 2001), soit « l’association de districts géographiques disjoints mais constitués de centres urbains fonctionnant ensemble dans le but de maximiser le bénéfice d’une interdépendance économique2» (Scott, 2001, p. 4). Selon ce principe, la région fonctionnelle peut être définie par l’espace polarisé par le Grand Londres, homogène en interne et différent du reste de l’Angleterre3(Dorling et Thomas, 2004), participant à la dynamique économique et démographique d’une métropole devenue Mega City-Region (Hall et Pain, 2006).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

APPERT M., 2004, Métropolisation, mobilités quotidiennes et forme urbaine : le cas de Londres, Géocarrefour, Vol. 79, n° 2, p. 109-118.

APPERT M., 2006, Maîtrise de la mobilité quotidienne dans la métropolisation : le cas de Londres, Recherche Transport Sécurité, n°92, p. 187-200.

BUCK N. et al., 2002, Working capital. Life and labour in contemporary London, London, Routledge, 408 p.

CHAMPION T., 2001, The continuing urban-rural population movement in Britain: Trends, patterns, significance, Espace, Populations, Sociétés, n°1-2, p. 37-51.

C.O.L. - Corporation of London, 2001, The global powerhouse, London, C.O.I., n.p. Présentation flash : http://www.cityoflondon.gov.uk/Corporation/flash/global_powerhouse/

C.O.L. / L.S.E., 2003, London’s place in the UK economy 2003, London, L.S.E., Corporation of London, 114 p.

CUSHMAN & WAKEFIELD, HEALEY & BAKER, 2004, European cities monitor 2004, London, C.W.-H.B., 44 p.

DORLING D., THOMAS B., 2004, People and places. A 2001 Census atlas of the UK, Bristol, The Policy Press, 202 p.

FAINSTEIN S. et al. (eds.), 1992, Divided Cities: New York and London in the Contemporary World, Oxford, Blackwell, 294 p.

G.L.A., 2008, London economy today – n°73, London, G.L.A.-economics, 16 p.

GHORA-GOBIN C., 2003, Géographie et aire culturelle : témoignage et perspective, Géocarrefour, Vol. 78, n° 1. p. 33-41.

HALL P., 1989a, London 2001, London, Unwin Hyman, 226 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HALL P., 1989b, Urban and regional planning, London, Unwin Hyman, 318 p.
DOI : 10.1007/978-94-009-8857-6_9

HALL P., 1997a, Planifier les bassins métropolitains, Metropolis, n°104/105, Bassin Parisien 2015.

HALL P., 1997b, The future of the metropolis and its form, Regional Studies, vol.31, p. 211-220.

HALL P., PAIN K., 2006, The polycentric metropolis, learning from mega-city region in Europe, London, Earthscan Publications, 224 p.

HAMNETT C., 1994, Socio-economic change in London: professionalisation not polarisation, Built Environment, vol.20, p. 192-203.

HAMNETT C., 2003, Unequal city: London in a global era, London, Routledge, 292 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SASSEN S., 1991, The global city, New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 398 p.
DOI : 10.1002/9780470693681.ch11

SCOTT A.J. (ed.), 2001, Global City Regions. Trends, Theory, Policy, Oxford, Oxford University Press, 468 p.

SHEPHERD J., 1989, Paris et Londres : deux dynamiques spatiales, Cahiers du CREPIF, n°26, p. 31-43.

TAYLOR P.J., 2002, London in the world city network, Planning in London, 42, p. 29-31.

TAYLOR P.J., 2004, World City  Network: a global urban analysis, London, Routledge, 242 p.

TRAVERS T., WHITEHEAD C., HOLMANS A., GORDON I., 2000, Housing in London: Future Perspectives, London, London School of Economics Discussion Paper Number 4, 66 p.

VELTZ P., 2000, Mondialisation, villes et territoires. L’économie d’archipel (3e édition), Paris, PUF, 264 p.

Haut de page

Notes

1 “...many of the agglomeration economies arising from the concentration of high level activities and skills in the metropolis are readily available to business accross a much broader region.”

2 “…alliances of geographically distinct but proximate urban centers working together in order to harvest the benefit of mutual cooperation.”

3  Sur la base d’une analyse des similitudes entre les unités spatiales de référence, ces deux auteurs résument le fonctionnement socio-économique de l’Angleterre à une opposition entre la méga région métropolitaine de Londres et un archipel nordique regroupant les villes en déclin du Nord de l’Angleterre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre  Graphique 1 - La croissance économique du Grand Londres par rapport à celle du R-U, 1971-2007 (R-U=0)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5872/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 1 - Part des emplois hautement qualifiés par Local Authority en 2001
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5872/img-2.png
Fichier image/png, 73k
Titre Figure 2 - Indice composite de précarité en 2004
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5872/img-3.png
Fichier image/png, 81k
Titre Tableau 2 - Evolution de la population du grand Sud-Est Anglais, 1961-2001
Légende Source : O.N.S., 2001
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5872/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Appert, « Londres : métropole globale », Géocarrefour, Vol. 83/2 | 2008, 113-117.

Référence électronique

Manuel Appert, « Londres : métropole globale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/2 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 26 juin 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/5872 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.5872

Haut de page

Auteur

Manuel Appert

Maître de conférences Université de Lyon, UMR 5600. Université Lumière Lyon II, campus Porte des Alpes, faculté GHHAT, 5 Avenue Pierre Mendès France, 69679, Bron manuel.appert@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page