Navigation – Plan du site
Articles

La fermeture municipale de rues publiques à Londres : le cas des Gating Orders à Camden

The closure of public streets by municipal authorities in London : the case of Gating Orders in Camden
Lila Lakehal
p. 129-139

Résumés

Dans le contexte anglais actuel marqué par un impératif de lutte contre l’insécurité, les politiques urbaines mises en œuvre dans chaque borough londonien sont fortement influencées par le principe de prévention de la criminalité par l’urbanisme, ou Designing out Crime. Cette tendance est renforcée par la lutte contre l’anti-social behaviour, forme de délinquance aux contours diffus qui semble appeler un traitement territorialisé des problèmes. Cet article, issu d’un travail de recherche réalisé dans le cadre d’un mémoire de Master 1 de géographie, vise à décrire et à analyser la procédure inédite du Gating Order, ou « décret de fermeture », mise en œuvre dans le borough londonien de Camden, pionnier en matière d’urbanisme « situationnel ». Ce dispositif consiste en la fermeture municipale de certaines rues publiques jugées criminogènes. Cet exemple nous permettra d’esquisser l’hypothèse d’une certaine banalisation de la sécurisation et de la fermeture d’espaces publics en Angleterre, au nom de la lutte urbanistique contre la criminalité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il se fonde sur un travail de recherche effectué en 2007 dans le cadre d’un mémoire de Master 1 de (...)

1Cet article vise à apporter une contribution au débat sur la sécurisation et la privatisation des espaces publics en Angleterre1, à travers l’étude de la fermeture municipale de rues publiques à Camden, un borough (arrondissement) situé au nord-ouest de l’inner London. On s’intéressera à l’institutionnalisation de cette pratique par la procédure de Gating Order (ou « décret de fermeture » municipal), créée par le Clean Neighbourhoods and Environment Act de 2005 (« Loi sur les quartiers propres et le cadre urbain ») et mise en œuvre par Camden dans un but de réduction de la criminalité et de l’anti-social behaviour (ou « incivilités », cf. infra) dans certains quartiers du borough.

2Que signifie la fermeture municipale d’une rue publique ? Cette question nous mènera à décrire les principes et les modalités de la fermeture municipale de rues publiques, ainsi que les implications juridiques d’une telle procédure sur le statut public de la rue. L’angle d’approche retenu ici est la perspective institutionnelle et légale de ce nouvel outil au service des boroughs. On soulignera d’emblée l’originalité du Gating Order à Camden : il ne consiste ni en la privatisation d’espaces publics, ni en la fermeture d’espaces résidentiels privés, mais bien en la fermeture publique d’espaces publics – procédure inédite s’il en est tant la fermeture physique d’espaces urbains semble être, d’après la littérature sur le sujet, l’apanage d’acteurs privés.

3Les rapports entre urbanisme et lutte contre l’insécurité, promus par la tendance de l’urbanisme « situationnel », ont été notablement traités depuis une vingtaine d’années sous l’angle de l’étude du phénomène des gated communities,ou « lotissements fermés » (Blakely, Snyder, 1997), d’abord nord-américaines (McKenzie, 1996 ; Le Goix, 2003), puis sud-américaines, européennes, asiatiques... (Blandy, 2007). À ce titre la quatrième conférence du réseau de chercheurs « Private Urban Governance and Gated Communities » (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, du 5 au 8 juin 2007)2 témoigne de la diversité des approches et des terrains désormais étudiés par la communauté scientifique. Les travaux afférant aux gated communities fondent la fermeture de l’espace résidentiel sur la quête de sécurité des résidants qui choisissent ce produit immobilier, mais aussi sur un désir de distinction sociale, et sur des contraintes de gestion d’espaces privatifs (éviter les free-riders) (Glasze et alii, 2005).

4Le thème de l’« urbanisme sécurisant » a été promu par J. Jacobs (1961) et approfondi par O. Newman (1972) dans son ouvrage de référence Defensible Space: Crime Prevention Through Urban Design. Le traitement spatialisé de la délinquance a certes pour forme archétypale la gated community, mais de nombreux auteurs (Davis, 1990 ; Billard et al., 2005 ; Capron, 2006) tendent à mettre au jour la diffusion de la privatisation de l’espace à d’autres formes urbaines que les gated communities (Benit-Gbaffou et al., 2006), ainsi qu’à d’autres espaces que les Etats-Unis, telles les communes françaises (Charmes, 2005). Certains auteurs concluent à un phénomène contemporain de « normalisation de l’urbanité privée » (García Sánchez, 2004).

  • 3  12 entretiens semi-directifs approfondis ont été menés avec des urbanistes, des architectes, des p (...)

5On cherchera donc, sur le terrain de Camden, borough londonien, à mettre en évidence une forme inédite de sécurisation de l’espace urbain : la fermeture publique de rues publiques par Gating Order, dans le contexte plus général de la promotion britannique de l’urbanisme « situationnel »et du traitement spatialisé de l’anti-social behaviour. Dans ce but, on se fonde sur une série d’entretiens semi-directifs avec des acteurs impliqués dans la gestion municipale, la planification, les transports et la voirie, réalisés au cours de deux séjours de terrain en février et en avril 20073. La seconde source principale d’informations est un corpus associant documents juridiques et documents d’aménagement employés par Camden (lois, planning guidance, permis de construire, guides de « bonnes pratiques », etc.). Il nous faut à présent présenter Camden et replacer les discours et pratiques du borough dans le cadre du Designing Out Crime en Angleterre, puis étudier plus précisément le cas du Gating Order. Enfin on cherchera à analyser les enjeux, les ambiguïtés et les contradictions qui sous-tendent cette politique urbaine.

La promotion de l’urbanisme sécurisant, en Angleterre et à Camden

Présentation de Camden

  • 4  D’après le « Portrait de Camden » édité par la municipalité, d’après une estimation de l’ONS (Offi (...)
  • 5  Cet indice synthétique comprend sept indicateurs : le revenu, l’emploi, la santé, l’éducation, la (...)

6Camden, borough de Londres, est situé au nord-ouest de l’inner London, compte environ 227 500 habitants4 en 2007, ce qui le place au 8ème rang sur 14 boroughsintra-muros (fig. 1). Il est caractérisé par une grande diversité, à la fois socio-économique et ethnique, d’un quartier à l’autre. D’après l’« indice de dénuement » (indice of deprivation)5 calculé en 2004, il est la 21ème collectivité la plus défavorisée d’Angleterre et le 8èmeborough le plus pauvre du Grand Londres, qui en compte 33. Camden Town, par exemple, fait partie des 2 % des quartiers les plus défavorisés d’Angleterre. D’après le recensement de 2001, 27 % de sa population est d’origine étrangère. La population de ce borough est donc plutôt populaire, même si certains quartiers, tels Hampstead et Primrose Hill, figurent parmi les quartiers les plus aisés de Londres. Politiquement, le Conseil municipal est dominé depuis mai 2006 par une coalition entre Libéraux démocrates et Conservateurs.

Figure 1 : Le Grand Londres et ses boroughs.

Figure 1 : Le Grand Londres et ses boroughs.

7Ce borough offre un terrain d’investigation privilégié pour traiter des questions de sécurisation des espaces urbains, en tant que municipalité « modèle » dans l’action contre l’anti-social behaviour par des mesures urbanistiques. Elle reprend de nombreux préceptes du Designing out crime (ou lutte « situationnelle » contre le crime), expérimente de nouvelles actions, invente ses propres solutions et diffuse des best practice (« bonnes pratiques ») à l’usage des autres boroughs. Elle fait ainsi figure de borough pionnier dans la mise en place du dispositif de Gating Orders : en mai 2007, Camden était le seul borough à avoir mené une procédure de Gating Order à son terme. Ses politiques urbaines dirigées contre la délinquance sont fortement ancrées, et ce notamment parce que ce borough connaît des problèmes importants d’incivilité dans certains « points chauds » (cf. infra), en comparaison d’autres arrondissements londoniens.

Le contexte actuel des politiques municipales à Londres : la mise en pratique des principes du Designing Out crime

8En Angleterre, les questionnements en matière de sécurisation des espaces résidentiels ont notamment porté sur le développement des gated communities, dont le nombre est estimé à plus de 1 000 (Atkinson et al., 2004, pour l’ODPM). Le rapport de 2004 conclut à un essor rapide de ces enclaves résidentielles sur le territoire britannique, mais aussi à la carence juridique nationale sur ce sujet qui mène chaque collectivité à choisir sa politique – l’exemple de Camden permettra d’illustrer ce point.

  • 6  Pour une revue approfondie de la littérature anglaise sur ces sujets et une analyse de la rhétoriq (...)

9Plus généralement, le thème de la sécurisation des espaces en Grande-Bretagne est en partie couvert par l’analyse critique du discours de la « Renaissance urbaine » (Urban Renaissance) développé par le New Labour.6 Le développement d’un argumentaire sécuritaire et l’implication subséquente des services d’urbanisme dans la lutte contre l’insécurité, étayée par divers dispositifs de surveillance de l’espace urbain, public comme privé (caméras CCTV, gated communities…), seraient au cœur d’une stratégie de gentrification implicite (Fyfe, 1998 ; Colomb, 2006). Un « urbanisme revanchard » (revanchist urbanism, Smith, 1996) semblerait envahir les conceptions actuelles de l’aménagement des villes britanniques et menacerait le caractère authentiquement public des espaces publics en en excluant certaines catégories de population (Minton, 2006). Néanmoins dans le cadre de nos recherches, on n’a pu approfondir la corrélation entre la multiplication des outils urbanistiques de lutte contre la criminalité et une éventuelle gentrification des quartiers concernés par ces mesures : on ne reprendra donc pas à notre compte toutes les conclusions politiques et idéologiques de cette littérature britannique, mais on s’intéressera à l’interprétation et aux modalités locales de mise en œuvre de l’agenda plus large promu par la « Renaissance urbaine », dans un borough particulièrement sensible à ce discours.

10La lutte contre l’insécurité apparaît comme un objectif majeur de toute autorité locale anglaise, car elle fonde la création de « communautés plus sûres » (safer communities). Les mesures qui oeuvrent en faveur d’une réduction de la criminalité sont de natures diverses ; mais force est de constater l’importance du rôle pris par les discours et les pratiques conférant à l’urbanisme et à l’aménagement la tâche de réduire l’insécurité dans les « points chauds » de la capitale (hotspots). À cet égard, on peut même estimer qu’avec la question de l’occupation de sol, la sécurisation de l’espace urbain par des mesures urbanistiques est un des rôles-clés assignés aux services de planning (aménagement) des autorités locales.

11Les politiques urbaines anglaises actuelles ont largement repris les principes du defensible space développés par Oscar Newman, certaines notions issues du travail de J. Jacobs, ainsi que la théorie de la « syntaxe urbaine » promue par Bill Hillier, et les ont relayés à toutes les échelles de gouvernement : le lien entre aménagement urbain et prévention de la criminalité est pris pour acquis par les autorités publiques. De nombreux documents officiels émis par le gouvernement, en particulier par le Ministère chargé de l’aménagement (ex- Office of the Deputy Prime Minister ou ODPM, aujourd’hui Communities and Local Government Department), portent sur cette thématique, à l’instar du guide Safer Places: The Planning System and Crime Prevention (« Des lieux plus sûrs : aménagement et prévention de la criminalité ») publié en 2004, qui identifie divers attributs des « lieux plus sûrs » du fait de leur conception par la municipalité ou les promoteurs. Des conseils pratiques (guidance) sont régulièrement prodigués aux concepteurs d’espaces urbains de sorte qu’ils intègrent cet impératif de sécurisation.

Une orientation récente, la lutte contre l’anti-social behaviour

12La lutte contre la criminalité et la délinquance a en partie renouvelé son objet avec l’apparition du concept d’anti-social behaviour ; on pourrait traduire cette expression par « comportements anti-sociaux » ou « incivilités », mais elle est très idiosyncrasique : il s’agit d’une catégorie propre au discours du New Labour, créée par la « Loi sur la criminalité et le désordre » (Crime and Disorder Act) de 1998 et approfondie dans la « Loi sur les comportements anti-sociaux » (Anti-social behaviour Act) de 2003. On notera ici que la loi de 1998 a conféré aux autorités locales la responsabilité de formuler une stratégie explicite de réduction de la criminalité à l’échelle de leur territoire et de travailler en étroite collaboration avec la police. Les « délits anti-sociaux » recouvrent de nombreuses attitudes jugées agressives ou contraires au bien public : la consommation de drogues ou d’alcool dans des lieux publics, le vandalisme, les graffiti, l’abandon de voitures, les comportements d’intimidation, le tapage, etc. sont autant de nuisances provoquées par ceux que l’on appelle, selon l’expression consacrée par la presse, les neighbours from hell, ou « voisins infernaux ». Il est intéressant de remarquer que c’est à cette catégorie de délits très large et difficilement définissable, tant elle s’applique à des situations différentes, que s’adresse la plupart des mesures d’aménagement « sécurisant » : en effet, les comportements jugés « anti-sociaux » sont combattus par des politiques d’une part ciblées contre certains individus (toxicomanes, enfants bruyants…), d’autre part territorialisées, dans la mesure où ces comportements consistent souvent en des dégradations de l’environnement urbain ou des activités qui trouvent à s’exercer dans des lieux spécifiques.

Un traitement territorialisé des problèmes (sociaux) de délinquance

13On donnera ici quelques exemples de « solutions spatiales » à des problèmes d’anti-social behaviour, toutes mises en œuvre à Camden. Dans les aires concernées par des cas d’ivresse sur la voie publique, il existe des « Controlled Drinking Zones » (CDZ, « Zones de contrôle de la consommation d’alcool »), périmètres au sein desquels il est interdit de consommer de l’alcool en public sous peine de sanctions, qui vont de la confiscation du produit consommé à l’anti-social behaviour order. Si une personne est prise en flagrant délit de « comportement anti-social », elle peut en effet se voir assigner un « ASBO » : cela signifie qu’elle est tenue de ne pas récidiver dans le périmètre que la police lui aura spécifié, sous peine d’emprisonnement. En effet, les anti-social behaviour orders associent l’attitude d’une personne à un espace particulier, lieu d’exercice de son « mauvais » comportement. On comprend donc pourquoi la fermeture d’une allée dépend étroitement de la manifestation d’anti-social behaviour dans cet endroit précis : c’est ainsi que des résidants chercheront à fermer au public une rue dans laquelle certains individus consomment régulièrement de la drogue, par exemple. À cet égard, les types d’espaces les plus visés par ces politiques sont les petits passages à l’abri des regards, les arrière-cours, ou les rues isolées, comme celles situées à proximité d’une voie ferrée, par exemple. Ainsi selon B. Hillier, ces espaces isolés, mal reliés au réseau viaire, favoriseraient les délits (1998).

14D’un point de vue sémantique, ces politiques urbaines de prévention du crime s’assortissent d’un discours fort sur la community (communauté) et le neighbourhood (quartier): c’est en effet à l’échelle locale que cette lutte est la plus efficace, estime-t-on dans les municipalités. Pour préserver la cohésion et le sense of community, il faut que tous les habitants du quartier soient impliqués dans cette lutte. Par conséquent, c’est aux résidants qu’il revient d’identifier des situations d’anti-social behaviour récurrentes et localisées dans l’espace, de les signaler à la municipalité puis de proposer une solution « physique », matérielle au problème, comme la fermeture d’une rue jugées trop « accessible » à une population indésirable. L’implication des habitants dans la lutte contre le crime et l’anti-social behaviour par des mesures territorialisées, de proximité, intervient également dans la mise en place d’aires de Neighbourhood Watch, périmètres de surveillance de voisinage assurée par les riverains d’une rue.

La promotion de la fermeture comme solution à l’anti-social behaviour

15La sécurisation des espaces peut passer par leur fermeture : une constante des discours des politiques urbaines anglaises semble bien être la promotion de la fermeture, notamment physique, d’espaces et de rues résidentielles jugées vulnérables à des actes criminels. Celle-ci peut passer par l’emploi de dispositifs de sécurité « doux » (soft) de contrôle technique de l’espace, comme la CCTV (Close Circuit Television, caméras de surveillance ; Fyfe, 1998) ou le digicode, mais elle peut aller jusqu’à une fermeture matérielle de l’espace (gating). Ainsi, au chapitre « Appropriation de l’espace », attribut fondamental des « lieux plus sûrs », le guide Safer Places..., fait-il remarquer :

  • 7 “Sensitive placement and appropriate selection of physical barriers — gates, fences, walls and hedg (...)

« Une bonne localisation et un choix approprié de barrières physiques – portails, grilles, murs et haies – créent des lieux sûrs et attractifs. Les hautes grilles et tout dispositif qui empêche activement tout accès sont très appropriés dans les lieux vulnérables au crime, comme l’arrière des bâtiments. » (Safer Places…, 2004,  p. 30, trad. Lakehal).7

16Le guide Safer Places.... justifie même, à demi-mot, l’existence de gated communities, les considérant comme un moyen parmi d’autres de sécuriser l’espace résidentiel et de revaloriser les biens immobiliers dans certains quartiers. Ainsi, dans le guide, un paragraphe spécifie-t-il ce point de vue :

  • 8  “Gated communities may increase the sustainability and social mix of an area by making housing mor (...)

« Les gated communities peuvent augmenter le caractère durable et la mixité sociale d’un quartier en rendant le logement plus attractif là où des problèmes de criminalité et d’image mèneraient autrement à l’échec du lotissement. Le gouvernement croit, cependant, qu’il vaut mieux qu’un nouveau lotissement soit intégré dans une plus large communauté et que la fermeture d’un lotissement soit considérée comme le dernier recours. » (Safer places…, op. cit., p. 31).8

17À partir de ces principes nationaux, chaquecollectivité donne à l’urbanisme « sécurisant » une acception et une application plus ou moins large : la mise en pratique de cette politique peut aller de simples « conseils » aux particuliers sur l’installation de CCTV, jusqu’au soutien voilé de nouvelles gated communities. Néanmoins, comme l’avait pointé le rapport de 2004 pour l’ODPM (Atkinson et al.), la législation nationale ne préconise pas clairement la promotion ou le rejet des gated communities, et la plupart des collectivités, désemparées, semblent réticentes à promouvoir leur développement : la mixité sociale, la perméabilité des espaces et la liberté de circulation sont des principes également importants et fondent une certaine méfiance à l’encontre des lotissements fermés. On verra cependant qu’une certaine ambiguïté sur cette question peut exister au niveau local, comme à Camden, où l’on promeut et on pratique la fermeture résidentielle et où l’on peut justifier la création d’une gated community par son caractère temporaire (cf. infra).

18Si les autorités locales semblent rétives à la fermeture totale de lotissements, elles adoptent en général une position plus favorable aux fermetures d’allées résidentielles privées. Par la procédure d’ « alley-gating » ou fermeture d’une allée, des habitants ou une association de résidants d’une rue privée peuvent demander l’extinction du droit de passage et le droit d’ériger un portail. Mais si la rue est une highway, c’est-à-dire qu’elle est soumise à des droits de passage publics, alors le Council est en droit de refuser cette fermeture ; en effet, contrairement à une simple procédure d’installation de grilles à l’entrée d’une maison, ou autour d’un jardin privatif, vouloir fermer une rue peut entrer en contradiction avec sa fonction circulatoire : l’appropriation le dispute avec le mouvement (Charmes, Sander, 2006). La procédure de « stopping up » est plus radicale : elle permet de faire disparaître la rue privée comme axe circulatoire et la transformer en cul-de-sac lorsque une association de résidants ou un promoteur veulent construire un lotissement sur une rue existante (section 116 du Highway Act de 1980). Là encore, ce cas de figure n’est accepté que pour une rue privée sur laquelle s’exercent des droits de passage privés.

19Cependant, ce principe général d’intangibilité des rues publiques se trouve mis en cause par l’existence des Gating Orders, nouveaux outils de sécurisation de l’espace public à disposition des collectivités locales.

Les Gating Orders, ou décrets municipaux de fermeture de rues publiques à Camden

Principes généraux

  • 9  Loi amendée par le Highways Act 1980 Regulations 2006.
  • 10  L’apparent pléonasme de cette expression est désiré, pour faire la distinction entre rue publique (...)

20Le Gating Order a été créé en 2005 par le Clean Neighbourhoods and Environment Act (« loi sur les quartiers propres et le cadre urbain »). Cette loi insère en effet plusieurs sections (sections 129A à 129G) dans le Highways Act de 1980 (« Loi sur la voirie »)9, la loi qui fonde la législation générale sur le statut des rues publiques et privées. Elle offre ainsi aux autorités locales la possibilité d’ériger une barrière physique (portail, grille…) devant un ou plusieurs points d’entrée de la rue publique, afin de restreindre l’accès du public à celle-ci. Par cette procédure nouvelle, une « rue publique »10 (public highway), propriété du Council qui en assure l’entretien et soumise normalement aux droits de passage du public (public rights of way), peut être fermée physiquement au public. Grâce à l’installation de portails ou de grilles, dont seuls les résidants, les services d’entretien, les services d’urgence, et la police détiennent la clef, on cherche à réduire les manifestations d’anti-social behaviour. Cette autorisation de « fermeture » ou « gating » s’applique en effet aux rues qui semblent « attirer des comportements anti-sociaux » (Clean Neighbourhoods and Environment Act 2005, 1ère partie, § 5). Les services de la municipalité doivent s’assurer que le quartier souffre d’un taux de criminalité ou d’anti-social behaviour élevé et que la fermeture d’une rue qui pose particulièrement problème contribuerait certainement à le réduire. Cependant la restriction de l’accès à ces rues ne supprime pas leur statut public : elles demeurent des highways à savoir des rues publiques possédées et entretenues par la municipalité.

21En mars 2006, un guide de conseils (Guidance relating to the making of Gating Orders) à l’usage des personnels municipaux devant savoir employer un Gating Order à bon escient, préconise de prendre en considération, avant de choisir le décret de fermeture, d’autres moyens de gérer les problèmes d’insécurité d’un quartier ou d’une rue, mais de ne pas particulièrement envisager le décret de fermeture comme le dernier recours. Suite à la décision de fermer une rue, une période de publicité de la mesure est obligatoire de manière à connaître les éventuelles objections des résidants, voisins ou associations et se traduit par un avis de fermeture («Notice of Intention to make an order for the Gating of a Highway »), spécifiant la localisation de cette dernière, les horaires de fermeture prévus et les personnes non concernées par la restriction de l’accès (résidants de la rue, police, urgences…) qui doivent disposer des clefs du portail. Le décret peut être amendé voire supprimé si le taux de criminalité diminue ou que les manifestations d’anti-social behaviour cessent. En effet, le guide conseille que les municipalités reconsidèrent tous les ans le bien-fondé de la fermeture et évaluent l’efficacité du dispositif sur la réduction des problèmes de criminalité et d’anti-social behaviour et son impact sur la vie quotidienne des résidants et de la « communauté ».

Les cas de Gating Orders à Camden

22Le Council de Camden, dans ses documents officiels, met souvent l’accent sur le fort taux de criminalité et d’anti-social behaviour du borough. D’après les statistiques de la police métropolitaine, les crimes et délits à Camden s’élèvent à 49 pour 1 000 habitants, alors que la moyenne nationale (en l’occurrence Angleterre et Pays de Galles) est de 26 pour 1 000 habitants en 2006. Cependant, de l’aveu même des employés du Council, ce borough ne souffre pas tant de criminalité en tant que telle que d’importants problèmes d’anti-social behaviour. Une localisation des quartiers les plus sujets à ce type de problèmes a été réalisée par la municipalité, qui a ainsi identifié trois hotspots, ou points chauds, dans l’arrondissement :

23– au Nord-Est de l’arrondissement, Camden Town, quartier centré autour de son marché quotidien, Camden Town Market, connaît des problèmes de trafic de drogue causés par le rôle de « plaque tournante » joué par le marché ;

24– au Nord-Ouest, Kilburn, zone assez pauvre du borough, connaît également ces problèmes de drogue ;

25– Holborn au Sud, quartier plutôt marchand et touristique, souffre de problèmes d’image, estiment ses commerçants, à cause de la mendicité et de problèmes d’ivresse sur la voie publique.

Figure 2 : Les rues publiques fermées à Camden

Figure 2 : Les rues publiques fermées à Camden
  • 11  Avril 2007.

26À ce jour, on compte deux véritables Gating Orders dans le borough de Camden11, auxquels on peut ajouter une décision de 2005 très similaire dans sa procédure et son application à un Gating Order : le tableau ci-dessous (tab. 1) récapitule les principales caractéristiques de chaque rue fermée de l’arrondissement.

 Tableau 1 : Les rues publiques fermées à Camden en 2007.

 Tableau 1 : Les rues publiques fermées à Camden en 2007.

27Cette rapide description du dispositif général des décrets de fermeture et de leur application à Camden permet à présent de saisir les enjeux et les implications qui sous-tendent cette politique urbaine. La fermeture municipale de rues publiques n’est pas sans faire question et semble reposer sur des postulats qu’il nous faut ici mettre au jour.

Le « décret de fermeture » de rues publiques, une procédure inédite en question

Le postulat de rues « criminogènes » traitables par la fermeture

  • 12  “Back (or side) alleys where they are demonstrably the source of crime in built up areas (…) The w (...)

28Nombreuses sont les remarques, critiques et objections que l’on peut porter contre la procédure de Gating Order mise en place à Camden.Tout d’abord, cette procédure repose sur l’idée que des rues, des espaces peuvent en soi être criminogènes. Ce postulat est tout à fait explicite dans le guide à l’usage des municipalités (Home Office, 2006) : « on peut démontrer que certaines ruelles situées à l’arrière ou sur le côté des bâtiments sont la source de la criminalité dans certains quartiers… le passage en tant que tel facilite la persistance de la criminalité »12 (Home Office, 2006, p. 2).

29En outre le présupposé selon lequel la conception de l’environnement urbain peut lutter efficacement contre la criminalité et la délinquance est un véritable impensé à Camden : il n’est pas questionné au sein de la municipalité, qui n’a jamais organisé d’évaluation de ses dispositifs urbanistiques de lutte contre l’insécurité. On remarquera en effet ici que les décrets de fermeture ne sont pas une mesure urbanistique de prévention (comme l’éclairage), mais de traitement des problèmes d’insécurité : il s’agit de faire disparaître le lieu du délit pour faire disparaître le délit ; or certains agents de la voirie des boroughs de Westminster nous ont ainsi fait part de leur crainte que le crime ne « se déplace » dans d’autres rues adjacentes, et justifient ainsi leur refus de recourir au Gating Order. D’un point de vue conceptuel plus général, le traitement spatial de problèmes sociaux fait question (Poupeau, Tissot, 2005), et la multiplication des mesures spatialisées et visibles de lutte contre l’insécurité est susceptible d’occulter l’action sur les causes de la criminalité.

30Plus sûrement, on peut relever le déplacement sémantique opéré dans la rhétorique officielle : par métonymie, on vise les personnes qui se livrent à des actes criminels ou « anti-sociaux », à travers le « contenant » spatial de leurs activités illégales, à savoir la rue. Le Gating Order créé légalement et implicitement une distinction franche entre résidants et « indésirables » ou intrus, à savoir les personnes qui s’adonnent à des activités criminelles ou « anti-sociales » : toxicomanes, trafiquants de drogue et sans abri, principalement, mais également tout le public potentiel de cet espace anciennement public.

La suspension des droits de passage publics, une restriction de la liberté de circulation ?

31La fermeture de l’espace public conduit à une restriction de l’accès à la rue et remet en cause le principe de liberté de circulation dans les lieux publics. Elle semble ainsi servir les intérêts privés des résidants, souvent constitués en association, qui ont plaidé en faveur de la fermeture de la rue auprès de la municipalité. La restriction du droit de passage a été bien identifiée par quelques opposants aux Gating Orders, s’exprimant suite à la notification publique des « décrets de fermeture » dans le borough de Camden. En avril 2007, de nombreuses plaintes avaient été déposées auprès du Council pour empêcher la fermeture des rues. Elles provenaient d’habitants du quartier mécontents de voir leur droit de passage nié au bénéfice de la sécurité des seuls résidants de la rue. Une voix plus originale s’éleva cependant durant cette période de publicité de la mesure : celle de l’association de marcheurs britannique The Ramblers (« Les Promeneurs »), qui s’est officiellement opposée à ces Gating Orders pour divers motifs : le caractère parfois pittoresque de ces ruelles maintenant condamnées, le rallongement du trajet pour certains publics vulnérables comme les personnes âgées, obligées de faire un détour, mais aussi le raisonnement fautif qui consiste à penser que les rues sont par nature criminogènes. À ce titre on peut aussi mettre en question la prise en charge publique des travaux et de l’entretien de la rue par la municipalité (cf. tab. 1), alors même que le bénéfice de l’usage de la rue est désormais essentiellement privé, réservé aux résidants. Cette remarque renforce l’idée d’une sorte de « privatisation publique » de la rue fermée par Gating Order.

32Au cœur de la protestation figure une objection fondamentale : aucun taux de criminalité aussi élevé soit-il ne doit pouvoir justifier l’extinction des droits de passage du public. En effet, la fermeture de la rue n’est que la matérialisation physique d’une fermeture légale. Cela signifie que le droit de passage public (public rights of way), qui fonde en droit la liberté de circulation, est mis à mal par le Gating Order. Ce concept de droit de passage, à la jonction entre droit et espace, est une clef de voûte de l’organisation légale de la voirie et plus essentiellement de la mise en œuvre concrète de la liberté de circuler des personnes. Les rights of way définissent le droit du public à « passer et repasser » dans une rue (to pass and repass), par opposition aux droits de passage privés (private rights of way). Une rue publique ou public highway est ainsi normalement soumise à un droit de passage du public (public rights of way), comme l’indique le tableau 2.

Tableau 2 : Distinction entre les rues publiques et les rues privées en Angleterre.

Tableau 2 : Distinction entre les rues publiques et les rues privées en Angleterre.

33Or, avec la mise en place de Gating Orders, la règle coutumière de la rue « publique un jour, publique toujours » (once a highway, always a highway) se trouve remise en cause : l’extinction des droits de passage dans la rue n’est certes pas définitive, mais peut l’être si les délits ne diminuent pas dans le quartier. S’il est relativement aisé de fermer une rue ou du moins d’éteindre les droits de passage publics qui s’exercent sur une rue privée, dans la mesure où la rue appartient à des particuliers, résidants ou association de résidants (comme dans les cas d’alley-gating, cf. supra), il semble plus délicat de fermer une rue publique, caractérisée par (1) une propriété et une gestion municipales ; (2) un droit de passage public. Ici, la rue publique est à proprement parler fermée et non privatisée ; néanmoins, étant donné que seuls les résidants de la rue (et certains services) en détiennent les clefs et y ont accès, on peut voir dans la procédure de Gating Order une semi-privatisation de l’espace public. Même si la procédure de Gating Order est employée avec retenue pour l’instant (en avril 2007, seul le borough de Camden s’en était servi à Londres), son usage peut être généralisé ; dans ce cas, la définition même d’une rue publique ne s’en trouverait-elle pas durablement et sévèrement altérée ?

34En outre, cette mesure de Gating Order paraît moins anodine qu’il n’y paraît en tant qu’elle transforme le statut légal de l’espace qu’elle enclôt : elle fait entrer la rue dans le domaine du droit pénal, car l’interdiction de pénétrer dans la rue pour le public non résidant le place en situation de contrevenant potentiel, s’il tente de s’introduire dans la rue. Il devient ainsi possible d’être intrus dans un espace public. Eu égard au caractère très récent des premiers Gating Orders, le cas de figure ne s’est pas encore présenté mais il est tout à fait envisageable.

La mise en concurrence d’objectifs contradictoires : la fermeture contre la perméabilité ?

  • 13  “Planning for safer places can present the need to deal with competing priorities.”

35Les discours et les pratiques des services d’urbanisme de la municipalité soulignent l’opposition latente entre deux types d’objectifs difficilement conciliables dans la prévention de la criminalité par l’urbanisme : la liberté de circulation et l’impératif de sécurisation des espaces urbains, notamment publics. Ainsi, remarque-t-on dans le guide Safer Places… : « L’aménagement de lieux plus sûrs peut mener à gérer des priorités concurrentes. » (Safer Places…, op. cit., p. 14).13 Le principe de libre accessibilité et la promotion plus générale des espaces publics sont notamment énoncés dans le Plan de Londres (ou London Plan, Greater London Authority, 2004, p. 174). Dans le tableau ci-dessous (tab. 3), on a tenté de systématiser cette opposition latente entre la préoccupation de la circulation et du mouvement, comme gages de sécurité, et la tentation de la fermeture.

Tableau 3 : La mise au jour de « priorités concurrentes » dans l’agenda promu par le Ministère de l’Aménagement (analyse du discours du guide Safer Places…, 2004).

Tableau 3 : La mise au jour de « priorités concurrentes » dans l’agenda promu par le Ministère de l’Aménagement (analyse du discours du guide Safer Places…, 2004).

36Cette ambiguïté à l’échelon national est saillante dans les documents officiels et internes de la municipalité de Camden, car la politique locale doit se conformer à la politique gouvernementale en la matière. Il est intéressant de noter que cette opposition latente recoupe la principale division entre deux visions théoriques de l’urbanisme situationnel : celles de J. Jacobs et de O. Newman. À ce sujet, à la suite de J. Jacobs, B. Hillier observe que les espaces les plus sûrs sont ceux qui sont accessibles et ouverts à tous, naturellement surveillés, au contraire des culs-de-sac ou des rues isolées (1998).

37La possible contradiction entre les deux objectifs est mise en exergue par la question controversée des gated communities. Ainsi, dans ses « conseils d’aménagement » (Planning Guidance) publiés en 2006, la municipalité de Camden a-t-elle émis de nombreuses réserves à l’encontre du développement de gated communities (Planning Guidance, 2006, « Designing safer environments », § 16.11, p. 69), accusées de menacer la perméabilité et l’accessibilité des espaces. Au nom du principe de surveillance naturelle, garant de la réduction de la criminalité, il est recommandé de renforcer l’éclairage et l’emploi de caméras de surveillance. Néanmoins, des autorisations (temporaires, cf. infra) sont accordées à des résidants ou promoteurs désirant créer une gated community : les décisions d’aménagement en la matière, parfois contradictoires, différentes selon les cas, montrent bien une hésitation de la municipalité dans la hiérarchisation de ses principes d’action. La tension entre l’impératif d’accessibilité et la fermeture des espaces ne connaît pas de résolution et il apparaît que selon les personnels chargés de mettre en œuvre des principes d’aménagement sécurisant, les interprétations divergent fortement.

38En effet, le Gating Order est une mesure qui est du ressort des services de la voirie (highways engineers) ; or, parallèlement, les services d’urbanisme (planning officers) accordent ou refusent des permis de construire demandés par des résidants pour installer des portails à l’entrée de rues ou de lotissements. D’après des entretiens menés avec des membres de ces deux services, il semble qu’il y ait très peu de coordination inter-sectorielle et que les critères sur lesquels ces employés se fondent pour prendre une décision soient très différents, selon leur service de rattachement. Les ingénieurs responsables de la voirie s’attachent presque exclusivement à la question des droits de passage : aussi peut-il leur arriver d’accepter et de mettre en œuvre une procédure de stopping up (cf. supra)destinée à permettre l’installation d’un nouveau lotissement, si la rue privée ne remplit pas de fonction circulatoire et que sa transformation en cul-de-sac ne pose pas de problème… là où les services d’urbanisme s’opposeraient à l’installation d’une gated community au nom du principe de mixité sociale. Inversement, si les aménageurs ne voient pas d’inconvénient à sécuriser un ensemble résidentiel estimé « vulnérable », les ingénieurs préposés à la voirie pourraient protester contre l’extinction de public rights of way. Les critères de la fermeture sont apparus très vagues et à géométrie variable, selon la personne en charge du dossier. On a pu s’apercevoir que des urbanistes de Camden ne connaissaient pas même l’existence des Gating Orders. Au total, plusieurs principes, plusieurs méthodes, plusieurs dispositifs légaux coexistent sans grande cohérence. Eu égard à l’importance de cette question de fermeture, surtout lorsqu’elle touche l’espace public, on est en droit de se demander pourquoi la concertation sur ces thèmes est aussi peu développée au sein même du Council ; cependant ce caractère discrétionnaire des politiques municipales est en partie justifié par l’absence de législation nationale précise sur ces questions. Au total, la tension entre stratégies concurrentes observée à Camden révèle peut-être plus généralement des contradictions internes fortes de la théorie de l’urbanisme sécurisant.

La fermeture temporaire, un moyen de cautionner la sécurisation des espaces publics ?

39Comme on l’a vu, les Gating Orders ne sont pas destinés à être définitifs et les droits de passage dans la rue publique sont comme suspendus, dans l’attente d’une éventuelle réduction de la criminalité. Ce trait est présenté comme un avantage comparatif de la procédure : d’après l’ingénieur responsable des Gating Orders à Camden, le caractère temporaire de la mesure lui donne toute sa force. Au contraire de la fermeture pérenne qu’implique une procédure de stopping-up, qui supprime définitivement les droits de passage de la rue en supprimant la rue (privée), grâce au Gating Order le Council semble détenir l’entière maîtrise de ses choix d’aménagement : ainsi, dans l’hypothèse où le taux de criminalité diminuerait dans l’aire concernée, le Gating Order pourrait être levé et le portail retiré.

40On remarquera que cette légitimation de la fermeture par son caractère temporaire concerne également la politique de Camden à l’égard des gated communities. Camden, comme la plupart des collectivités locales, en l’absence de législation claire sur le sujet, tente d’éviter le développement de lotissements fermés sur son territoire et présente ce type de développement fermé comme un dernier recours ; néanmoins, la municipalité a créé une clause temporelle de remise en cause de l’enclosure : la création d’une gated community ne se justifie au préalable que par un taux de criminalité ou d’anti-social behaviour très élevé dans le quartier, et après deux ans d’existence de l’enclave résidentielle, la fermeture doit être levée si le taux de criminalité a diminué entre-temps (Planning Guidance, 2006, p. 69).

41Cette mesure de limitation dans le temps de l’enclosure, qui concerne aussi bien les Gating Orders que les gated communities, serait-elle un moyen de contrebalancer une politique de soutien implicite à la fermeture ? Cependant, le caractère temporaire de la procédure de Gating Order suffit-il à en faire un expédient, une « méthode douce » de lutte contre le crime par l’urbanisme, au même titre que la CCTV ou l’amélioration de l’éclairage ? Pour l’instant, étant donné le caractère très récent de ces mesures, aucun portail n’a encore été supprimé ni aucune rue rouverte, mais la municipalité n’a pas fixé de seuil de criminalité jugé acceptable pour décider de la réouverture, ce qui peut laisser augurer une certaine pérennité de la fermeture. On peut se demander si la durée théoriquement temporaire des Gating Orders et des gated communities ne tend pas à faire de la fermeture matérielle une solution de facilité plutôt qu’un dernier recours.

Vers une banalisation de la fermeture comme solution à l’insécurité ?

42La municipalité, en promouvant la fermeture de certains espaces comme solution à des problèmes de délinquance, n’ouvre-t-elle pas la voie à une banalisation de la fermeture et de la sécurisation ? En effet, dans la mesure où les Gating Orders prennent place dans des rues publiques, un processus de légitimation de la fermeture est en cours et on peut imaginer que certains résidants ou promoteurs immobiliers vont pouvoir considérer la fermeture comme une mesure anodine et réclamer du Council la permission de fermer un lotissement ou une rue. On ne peut pour l’instant s’avancer sur cet éventuel effet d’entraînement, mais on peut tout de même souligner que cette sorte de mimétisme des pouvoirs publics par rapport à des stratégies de sécurisation souvent privées fait question et contribue à banaliser l’acte de fermeture. Pour l’instant, l’envoi de signaux contradictoires de la part de la municipalité – le rejet de principe des gated communities, la fermeture municipale de rues publiques – semble brouiller les pistes. En tout cas, on peut avancer ici l’hypothèse d’une banalisation de la fermeture comme moyen de lutte contre la criminalité, voire d’une sorte de fuite en avant des politiques de sécurisation de l’espace en Angleterre. On soulignera que les contradictions dans les discours et les pratiques locales observées au niveau des boroughs, à travers le cas de Camden, relaient la tension sous-jacente aux discours de la « Renaissance urbaine » : la stratégie répressive de contrôle des espaces publics le dispute avec l’objectif affiché de promotion des espaces publics.

De nouveaux métiers au croisement entre urbanisme et pouvoirs de police, signes de la confusion des genres ?

43Une sorte de « durcissement » des politiques urbaines des municipalités se matérialise à travers les partenariats de plus en plus étroits entre la police et les services d’urbanisme : ainsi, à Camden, le Council requiert qu’une « étude d’impact de la criminalité » (crime impact assessment) soit incluse dans la partie « Design » de tout projet de lotissement de plus de dix unités résidentielles : elle a pour rôle de démontrer que toute incidence du crime dans le quartier a été traitée par des moyens urbanistiques (Planning Guidance, 2006, § 16.10, p. 70). Un urbaniste et un agent de police se rendent ainsi sur place de conserve pour établir ce rapport, selon des méthodes quantitatives (statistiques) et qualitatives, fondées sur des critères plus subjectifs comme le « sentiment d’insécurité » (fear of crime). Ces synergies inédites s’appellent les « Community Safety Partnerships » (« Partenariats de la sécurité de la communauté ») et regroupent autour d’une même table aménageurs et agents de police. Enfin, de nouveaux postes mixtes requièrent à la fois des compétences en urbanisme et en répression du crime et se situent au croisement des deux champs : par exemple, au sein des services d’urbanisme de Camden, le « Police Architectural Liaison Officer » (ou « Agent de police chargé de la coordination architecturale »), ou encore le « Crime Prevention Design Advisor » (ou « Conseiller en aménagement sécurisant ») prennent en charge des fonctions hybrides tout à fait inédites.

Conclusion. Au nom de la lutte contre l’anti-social behaviour, vers un contrôle généralisé de l’espace public ?

44Le cas du Gating Order mis en œuvre par Camden représente une forme très avancée de dispositif urbanistique « sécurisant ». Dans la mesure où il est à même de provoquer la « mutation » légale d’une rue publique, il marque peut-être une rupture, un saut qualitatif par rapport aux mesures traditionnelles de contrôle et de sécurisation de l’espace urbain. En effet, on considère généralement que les rues publiques sont sujettes aux mesures « douces » comme la mise en place de caméras, le désir de fermeture physique de l’espace demeurant l’apanage des stratégies privées, individuelles (résidants) comme commerciales (promoteurs). Or, ici il s’agit bien de la fermeture publique d’espaces publics : l’autorité locale légitime ainsi les pratiques parfois reprochées aux acteurs privés, à l’instar de la création de gated communities. Les Gating Orders seraient-ils alors symptomatiques d’une sorte de fuite en avant des politiques de sécurisation de l’espace ? Il semble en tout cas que la lutte contre l’anti-social behaviour puisse justifier toutes sortes de politiques d’aménagement, depuis le contrôle territorialisé, spatialisé, de comportements et d’individus, jusqu’à la plus radicale expression, la fermeture. La tension entre usage public et usage privé de la rue et la question du contrôle de l’espace apparaissent d’autant plus importantes que les rues sont censées assurer une fonction circulatoire dans la ville, qui entre en contradiction avec toute idée de fermeture. À ce titre, la politique métropolitaine de promotion des espaces publics (avec le lancement en 2002 du programme de création de « 100 espaces publics » pour l’horizon 2012) s’oppose directement au type d’action architecturale promue par le Gating Order. Il semble que rien ne permette de dédouaner la puissance publique d’éventuelles critiques sur ces mesures, à l’instar des réserves qu’on avance généralement à l’encontre des gated communities, créées par des acteurs privés.

45Au terme de cet article, on soulignera l’apport d’une lecture juridique des espaces urbains : on se fonde ici sur les travaux de S. Blandy (2006, 2007). Le droit, sous-jacent à l’espace des rues, donne un contenu très précis aux catégories de « rues publiques » et « rues privées », grâce au concept de « droit de passage » qui discrimine les espaces selon le critère de circulation permise ou interdite.

46On indiquera également la porosité des catégories de « public » et « privé » dans la mesure où nous avons ici affaire à une stratégie urbaine tout à fait hybride, à travers cette fermeture publique de rues publiques, au nom d’objectifs individuels ou collectifs de réduction de la criminalité dans le quartier – à ce sujet, il pourrait être intéressant de se pencher sur l’éventuelle instrumentalisation des municipalités par les associations de résidants, depuis la création des Gating Orders. La configuration de cette politique urbaine, inédite, met au jour un certain continuum entre les stratégies publiques et privées, ou du moins un jeu de circulation généralisé des objectifs et des pratiques traditionnellement assignés à telle ou telle catégorie d’acteurs ; dès lors peut-être ce continuum constitue-t-il la marque caractéristique, s’il en est, des politiques urbaines anglaises.

Haut de page

Bibliographie

ATKINSON R., BLANDY S., FLINT J., LISTER D., 2004, Gated Communities in England, London, Office of the Deputy Minister, 56 p.

BLAKELY E. J., SNYDER M. G., 1997, Fortress America, Gated Communities in The United States, Washington D.C., Cambridge, M.A., Brookings Institution Press & Lincoln Institute of Land Policy, 210 p.

BLANDY S., 2007, The role and exclusionary impact of law in creating and maintaining spaces of private governance. Article présenté à la quatrième Conférence internationale “Private urban governance and gated communities” (PUGGC), Paris, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 5-8 juin, non publié.

BLANDY S., 2006, Gated communities in England: historical perspectives and current developments, GeoJournal, n° 66, p. 15-26.

CAMDEN, 2006, Planning Guidance.

CAPRON G. (dir.), 2006, Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Belin Bréal, 288 p.

CHARMES E., 2005, La Vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L’Harmattan, 220 p.

CHARMES E., SANDER A., 2006, La rue entre réseau et territoire : avant-propos. Flux n° 66-67, octobre 2006-mars 2007, p. 4-7.

COLOMB C., 2006,Le New Labour et le discours de la « Renaissance Urbaine » au Royaume-Uni. Vers une revitalisation durable ou une gentrification accélérée des centres-villes britanniques ? Sociétés contemporaines, 2006/3, n° 63, p. 15-37.

DAVIS M., 1990, City of Quartz: excavating the future in Los Angeles, New York, Verso, 480 p.

FYFE N. (dir.), 1998, Images of the Street: Planning, Identity and Control inPublic Space, London, Routledge, 286 p.

GARCIA SANCHEZ P. J., 2004, La forme privative de l’urbanité : emprise sécuritaire et homogénéisation socio-spatiale à Caracas, L’Espace géographique, n° 2, p. 114-130.

GHORRA-GOBIN C., 2001, Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l´heure globale, Paris, L´Harmattan, 266 p.

GLASZE G., WEBSTER C. J., FRANTZ K. (dir.), 2005, Private Cities: Local and Global Perspectives, Londres, Routledge, 312 p.

GREATER LONDON AUTHORITY, 2004, London Plan, London, G.L.A.

HILLIER B., 1998, The Common Language of Space: a way of looking at the social, economic and environmental functioning of cities on a common basis (http://www.spacesyntax.org/publications/commonlang.html).

HOME OFFICE, 2006, Clean Neighbourhoods and Environment Act 2005. Guidance relating to the making of Gating Orders, 8 p.

JACOBS J., 1961, The Death and Life of Great American Cities, New York, Vintage, 458  p.

LAKEHAL L., 2007, Rues privées, rues fermées et logiques d’acteurs à Londres, mémoire de Master 1 de Géographie, sous la direction de R. Le Goix, Paris, Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne, 163 p., non publié.

LE GOIX R., 2003, Les gated communities aux États-Unis. Morceaux de villes ou territoires à part entière ? Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 492 p.

LE GOIX R., 2002, Les gated communities en Californie du Sud, un produit immobilier pas tout à fait comme les autres, L'Espace Géographique, vol. 31, n° 4,  p.328-344.

MINTON A., 2006, What kind of world are we building ? The Privatization of Public Space. Londres, The Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS), 38 p.

NEWMAN O., 1972, Defensible Space: Crime prevention through Urban Design. New York, MacMillan, 294 p.

Office of the Deputy Prime Minister (ODPM), 2004, Safer Places: The Planning System and Crime Prevention, Londres, ODPM, 108 p.

POUPEAU F., TISSOT S., 2005, La spatialisation des problèmes sociaux, Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/4, n° 159,  p .4-9.

SMITH N., 1996, The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, London, Routledge, 294 p.

SORKIN M., 1992, Variations on a Theme Park : The New American City and the End of Public Space, New York, Hill and Wang, 252 p.

URBAN TASK FORCE, 1999, Towards an Urban Renaissance, London, Spon, 320 p.

Haut de page

Notes

1  Il se fonde sur un travail de recherche effectué en 2007 dans le cadre d’un mémoire de Master 1 de Géographie, intitulé « Rues privées, rues fermées et logiques d’acteurs à Londres », encadré par Renaud Le Goix, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et soutenu en juin 2007 devant Renaud Le Goix et Thérèse Saint-Julien. Ce travail a bénéficié des apports très précieux de Claire Hancock, Perrine Michon, Claire Colomb et Sarah Blandy, ainsi que des échanges avec les chercheurs rencontrés à la quatrième conférence internationale « Private Urban Governance and Gated Communities » (5-8 juin 2007, Institut de Géographie de Paris 1).

2  http://gated.parisgeo.cnrs.fr

3  12 entretiens semi-directifs approfondis ont été menés avec des urbanistes, des architectes, des personnels chargés de la voirie et des transports, appartenant au service de l’aménagement et du cadre urbain (Culture and Environment Directorate) de Camden, ainsi que 4 entretiens avec des membres d’associations de résidants et 3 avec des enseignants-chercheurs de la Bartlett Faculty of the Built Environment, University College London.

4  D’après le « Portrait de Camden » édité par la municipalité, d’après une estimation de l’ONS (Office for National Statistics), produite à la mi-2006. Le dernier recensement britannique date 2001.

5  Cet indice synthétique comprend sept indicateurs : le revenu, l’emploi, la santé, l’éducation, la formation, l’accès au logement, le cadre de vie et la criminalité. Il est développé par l’ODPM.

6  Pour une revue approfondie de la littérature anglaise sur ces sujets et une analyse de la rhétorique de l’Urban Renaissance, on se reportera à l’article de C. Colomb paru dans Sociétés contemporaines (2006).

7 “Sensitive placement and appropriate selection of physical barriers — gates, fences, walls and hedges — create safe places that are also attractive. High fences and landscape that actively impede access are most appropriate in places that are vulnerable to crime, such as the back of dwellings.”

8  “Gated communities may increase the sustainability and social mix of an area by making housing more attractive where problems of crime and image could otherwise lead to the development’s failure. The Government believes, however, that it is normally preferable for new development to be integrated into the wider community and that the gating of developments should only be considered as a last resort.”

9  Loi amendée par le Highways Act 1980 Regulations 2006.

10  L’apparent pléonasme de cette expression est désiré, pour faire la distinction entre rue publique et rue privée.

11  Avril 2007.

12  “Back (or side) alleys where they are demonstrably the source of crime in built up areas (…) The way in itself is facilitating persistent crime.”

13  “Planning for safer places can present the need to deal with competing priorities.”

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Grand Londres et ses boroughs.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5682/img-1.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 2 : Les rues publiques fermées à Camden
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5682/img-2.png
Fichier image/png, 222k
Titre  Tableau 1 : Les rues publiques fermées à Camden en 2007.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5682/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 2 : Distinction entre les rues publiques et les rues privées en Angleterre.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5682/img-4.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 3 : La mise au jour de « priorités concurrentes » dans l’agenda promu par le Ministère de l’Aménagement (analyse du discours du guide Safer Places…, 2004).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5682/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lila Lakehal, « La fermeture municipale de rues publiques à Londres : le cas des Gating Orders à Camden », Géocarrefour, Vol. 83/2 | 2008, 129-139.

Référence électronique

Lila Lakehal, « La fermeture municipale de rues publiques à Londres : le cas des Gating Orders à Camden », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/2 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/5682 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.5682

Haut de page

Auteur

Lila Lakehal

Élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm (E.N.S.), Paris et de l’Institut de Sciences Politiques de Paris (I.E.P.), Double Master Sciences Po/London School of Economics (L.S.E.) en Urban Policy lila.lakehal@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page