Navigation – Plan du site

Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question

Lyon's political figures and its rivers, regeneration in question
Claire Gerardot
p. 75-84

Résumés

Les opérations visant à réhabiliter le Rhône et la Saône dans la traversée de l’agglomération lyonnaise, qui répondent à une forte demande sociale, sont souvent présentées comme étant en rupture avec la période dite de "fonctionnalisation industrielle" des fleuves. L’examen des fondements de cette "nouvelle politique" née à Lyon au tournant des années 1980 invite à un propos plus nuancé. Le changement accompagnant cette évolution est ainsi beaucoup mois radical et profond qu’il n’y paraît au premier abord. Dans sa dimension cognitive, la "reconquête" des fronts d’eau lyonnais apparaît ainsi plus comme une entreprise de recyclage que comme une véritable rupture : un savoir nouveau diffus se construit dans - et reconstruit - un savoir ancien hérité, des enjeux sont reformulés, adaptés, reconvertis, les objectifs de "reconquête", loin d’exister seuls, venant se greffer sur d’autres, préexistants. L’examen des pratiques révèle de la même façon que celles-ci ne se transforment que lentement et partiellement. D’un point de vue normatif, la "reconquête" du Rhône et de la Saône s’apparente ainsi davantage à une politique de compromis qu’à une véritable "nouvelle politique" locale : reprise et réorientation de pratiques urbaines en place, ajustement plus ou moins cohérent d’intérêts économiques et sociaux divergents, les différents conflits d’intérêts liés à la "reconquête" étant loin d’être explicitement tranchés. Surtout, on entrevoit toute la complexité d’un projet dont l’ambition pourrait dépasser la seule perspective d’une reconquête fluviale pour s’apparenter à une véritable reconquête de la Cité. Dans sa dimension symbolique, la "reconquête" du Rhône et de la Saône semble en effet propice à toutes sortes de constructions rhétoriques où le fleuve urbain reconquis, mythifié, devient prétexte à dire l’avènement d’une nouvelle identité urbaine, instrument de la construction d’une nouvelle conscience territoriale.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en place en 1981 par F. Collomb d’une commission interne à la Communauté Urbaine de Lyon (COURLY) chargée d’étudier les possibilités de développement de l’agglomération près de l’eau, la commission "Lyon ville fluviale", marque le point de départ, à Lyon, de la "reconquête" du Rhône et de la Saône. Les deux fleuves font dès lors l’objet d’une réflexion nouvelle quant à leur lien avec la ville, ce que confirme J. Moulinier, adjoint chargé de l’urbanisme, à l’occasion d’un colloque organisé quatre ans plus tard à Lyon, à l’initiative notamment de cette commission, sur le thème "Ville et fleuve" ; retraçant la prise de conscience de l’agglomération lyonnaise au regard de "l’enjeu majeur que représentent ces espaces", il insiste en effet sur la nécessité de créer en la matière "une nouvelle politique" (1985, p. 9-11).

2Elus, techniciens, architectes, paysagistes, chercheurs ou simples citoyens n’ont, depuis, de cesse de célébrer le changement radical intervenu dans les fondements des interventions sociales, notamment publiques, en ce domaine et la question est devenue, en quelques décennies, un enjeu politique entouré d’une telle force d’évidence, qu’à l’instar du constat plus général fait par P. Lascoumes au sujet de "l’environnement" et de ses "problèmes", "il paraît presque impossible d’apporter la contradiction à ce projet, devenu "impératif médiatique" (1994, p. 7).

  • 1  Nouveaux usages, nou-veaux aménagements (plus légers, plus soucieux du cadre de vie et de l’enviro (...)

3Pourtant, si les indicateurs sont multiples, qui pointent une nouvelle façon d’aborder la relation ville/fleuve1, comme tout processus, cette redéfinition de la politique fluviale lyonnaise est loin d’être totale et linéaire. On ne saurait trop, dès lors, souligner le danger qu’il y a à tomber dans une caricature opposant la période dite de "fonctionnalisation" du Rhône et de la Saône à Lyon, marquée par la domestication et l’exploitation industrielle des fleuves, à celle de leur "reconquête". En tant que construit social, l’émergence de nouveaux fondements de l’intervention publique locale sur les fronts d’eau, loin de prendre la forme d’un débat d’idées consensuel et tranché, est davantage le fruit de compromis, de contradictions, de stratégies plus ou moins conscientes.

  • 2  On se limitera ici à la question de la reconquête en milieu urbain dense (espace central de l’aggl (...)
  • 3  Ces trois dimensions sont jugées indissociables de toute action publique par les chercheurs en ana (...)
  • 4  Ce constat est le fruit de recherches inachevées. Les entretiens avec les acteurs concernés, notam (...)

4La façon dont les élus lyonnais envisagent aujourd’hui la présence des deux fleuves dans la traversée de la ville2 semble en effet témoigner de ce que la production de nouvelles matrices cognitives, normatives ou symboliques3 suppose, pour les acteurs concernés, une transformation de leurs représentations et de leurs pratiques qui n’a rien de l’évidence4.

La dimension cognitive de la "reconquête" : la confrontation d’un savoir ancien et d’un savoir nouveau

5La "reconquête" du Rhône et de la Saône est portée par un ensemble plus ou moins ordonné de valeurs. Interroger sa pertinence comme "nouvelle politique" peut donc, dans un premier temps, consister à interroger la forme plus ou moins élaborée de connaissance qui l’accompagne. Quelle évaluation fait-on de la situation actuelle ? Qu’est-ce qui, aujourd’hui, apparaît comme désirable ? Qu’est-ce qui, au contraire, ne l’est pas ou ne l’est plus ? Pourquoi ? Autrement dit, que souhaite-t-on désormais pour le Rhône et la Saône dans la traversée de Lyon ?

Le maintien d’une logique rentière

  • 5  Préambule de R. Fulchiron, président de la Commission des Activités fluviales et conseiller commun (...)

6Lyon "entend bien redonner à ses fleuves la place qu’ils méritent : une des toutes premières, sinon la première, dans l’environnement urbain". Ainsi s’ouvre le Schéma d’aménagement des berges de la Saône et du Rhône, dit "Plan Bleu", adopté le 28 janvier 1991 par le Conseil de la COURLY ; un document sans valeur juridique, compris comme "une véritable charte des relations que Lyon veut désormais entretenir avec ses cours d’eau"5. De fait, l’expérience lyonnaise révèle de façon indubitable l’affirmation progressive d’un nouveau regard porté sur le Rhône et la Saône dans leur traversée de la ville : comme dans de nombreuses autres villes, de nouvelles préoccupations ont émergé, qui dépassent la simple satisfaction des besoins prioritaires ou les seuls aménagements liés à une valorisation économique et sectorielle du cours d’eau, pour privilégier l’usage collectif et les  fonctions de milieu ou de cadre de vie.

  • 6  "Lyon ville fluviale : une qualité historique", Bulletin Municipal, 26/07/81.
  • 7  Préambule de H. Chabert, adjoint à l’urbanisme de Michel Noir, au Plan Bleu de 1991.

7Une nouvelle valeur, s’appuyant sur des contenus essentiellement culturels (symboliques, perceptifs, récréatifs…), est ainsi reconnue à l’eau urbaine. On (re)découvre "la joie simple du canut allant, avec sa fenotte et ses gones savourer un fromage blanc à l’île Barbe"6, le plaisir de la flânerie ou des jeux de boules au bord de l’eau, le monde complexe de connivences cachées et de résonances harmoniques qui existe entre l’homme et l’eau, le monde des eaux ayant toujours trouvé dans l’esprit humain une résonance non utilitaire d’une richesse extrême (Bachelard, 1942). Bref, on (re)découvre les caractères de bien collectif du fleuve urbain, c’est-à-dire de bien non susceptible d’appropriation privée et dispensant ses services simultanément de façon indivisible pour tous. Longtemps confiné presque exclusivement dans ses aspects de bien individualisable, soumis à la logique de gestion privée et source de richesses matérielles - productions agricoles, industrielles, trafic - susceptibles de procurer des profits immédiats, il devient source de richesses immatérielles et de satisfactions biologiques ou esthétiques et, en tant que tel, doit participer au bien-être des citadins, devenir "un élément essentiel de la qualité de vie et de la ville"7. Mettre en valeur les espaces fluviaux de la ville relève dès lors de l’intérêt général.

  • 8  COURLY, 1998, Orientations d’aménagement des berges du Rhône et de la Saône, 71 p.

8Si symbolique soit-elle, cette affirmation n’occulte cependant pas la prégnance durable de valeurs héritées de la période dite de "fonctionnalisation industrielle" des fleuves, sur laquelle on tend pourtant à jeter l’anathème avec force. Loin de consacrer la primauté de l’être sur l’avoir appelée de ses vœux par R. Passet (1979), cette redéfinition de la connaissance que l’on a du fleuve en milieu urbain, de sa place et de son rôle, entérine, sous couvert d’un langage mobilisateur, la représentation du fleuve comme rente au service de la ville. Ainsi, la reconnaissance d’un intérêt général à prendre en compte ne signifie pas que les intérêts particuliers ne soient plus d’actualité : ceux-ci, longtemps dominants, ne font que s’estomper. "Les fleuves [ayant] toujours joué un rôle économique dans l’histoire de Lyon", l’économie du fleuve demeure ainsi une préoccupation importante de la "reconquête", comme en témoigne la troisième partie de la seconde mouture du Plan Bleu8, consacrée aux fleuves comme supports de l’activité économique. De même, si une valeur intrinsèque semble désormais reconnue aux fleuves, ceux-ci demeurent avant tout perçus comme créateurs de valeur. La logique de rente subsisterait donc et ne ferait que s’élargir d’une conception étroite axée sur l’économie à une conception plus large où tous les enjeux urbains seraient pris en compte.

Les fleuves comme réceptacles des enjeux urbains montants

  • 9  Schéma Directeur de l’Agglomération Lyonnaise, Rapport, Lyon, Syndicat d’Etudes et de Programmatio (...)

9Le Schéma Directeur de l’Agglomération Lyonnaise adopté en 19909 et issu de la réflexion prospective Lyon 2010, Un projet d’agglomération pour une métropole européenne, fournit une bonne illustration de cette agrégation d’informations s’opérant autour de la nécessaire "reconquête" du Rhône et de la Saône. Le chapitre V consacré aux politiques prioritaires de développement pour l’agglomération associe ainsi systématiquement celles-ci aux nouveaux enjeux urbains issus de la substitution de choix qualitatifs comme moteurs du développement aux objectifs de croissance des années 1960.

10Le tourisme urbain d’abord : parmi les points forts à valoriser pour "construire et promouvoir l’image de Lyon ville touristique", le tourisme fluvial (circuits sur la Rhône et le Saône, haltes, points d’information, services) apparaît ainsi aux côtés d’atouts déjà bien établis tel le tourisme culturel, gastronomique ou religieux. Les loisirs et les sports, ensuite, les espaces nautiques des fleuves venant s’ajouter aux espaces de loisirs de plein air et de détente dont dispose déjà l’agglomération, en tant que "ressources sous-exploitées". Le cadre de vie et les paysages, encore, dans la mesure où la mise en valeur des quais et des bas-ports et, plus largement, du paysage des berges des deux fleuves, constitue l’une des options proposées pour "améliorer la qualité du cadre de vie, embellir la ville" et "mettre en valeur les paysages". L’image de la ville, enfin : la valorisation des sites fluviaux de "l’arc des fleuves" doit en effet permettre, au même titre que le travail sur l’axe Est-Ouest, de structurer l’agglomération, de rendre "la métro-pole urbaine plus lisible", mais également "plus attractive" grâce à une "implantation harmonieuse des équipements de prestige autour de [cet] axe".

11Ces différents exemples montrent bien que, loin d’exister seuls, les objectifs de "reconquête" des fleuves viennent en fait se greffer sur d’autres, préexistants, la valeur protéiforme potentielle du fleuve urbain pouvant prendre corps dans tous les aspects de la vie urbaine : patrimonial (mise en valeur du patrimoine naturel et culturel lié à la présence des fleuves), social (amélioration des usages récréatifs des fleuves et de leurs berges, recherche d’une nouvelle convivialité autour de l’eau), économique (réflexion sur une nouvelle économie du fleuve), écologique, morphologique et urbanistique (continuités longitudinales et transversales à renforcer, développement urbain en liaison intime avec ses fleuves), esthétique… Les fleuves deviendraient ainsi le réceptacle d’enjeux urbains reformulés et recyclés, confirmant cette remarque de P. Lascoumes selon laquelle "tous les discours portant sur la "nouveauté" des problèmes et des politiques sont d’abord là pour occulter l’essentiel, à savoir qu’il s’agit d’abord d’entreprises de recyclage. C’est-à-dire de conversion-adaptation du "déjà-là" de l’action publique" (1994, p. 23).

Dynamique des représentations et rationalisation du discours

12Les représentations des élus sont, de ce point de vue, extrêmement significatives. Si les mots et images par lesquels ils cherchent à forger des représentations expriment également les leurs (fonction métalinguisitique ou expressive du discours), le choix des mots qui en sont le vecteur constituent un excellent révélateur, non seulement de l’état de ces représentations, mais plus encore de leur dynamique (Rosemberg, 2000, p. 44). Or le vocabulaire qui émerge au tournant des années 80 témoigne de façon exemplaire de cette confrontation d’un savoir ancien et d’un savoir nouveau, la superposition du second au premier, assimilé, produisant une formulation (expression et mise en forme) hésitante. Oscillant perpétuellement entre deux pôles lexicaux contradictoires, celui de "rente" et celui de "patrimoine", il révèle que le fleuve est tantôt "capital précieux", "richesse", "porteur de plus-value", donc à "rentabiliser", "optimiser" et dont il faut "tirer parti", tantôt "patrimoine fluvial" ou "patrimoine naturel", héritage collectif à "réhabiliter", "revaloriser".

13Les incohérences discursives révèlent de la même façon la dynamique de représentations qui se transforment lentement. D’où l’ambivalence d’un discours qui peut renvoyer indifféremment à l’identité locale ou à l’image de ville internationale, à la tradition ou à la modernité, d’un Plan Bleu qui, lorsqu’il s’agit d’envisager les différentes activités possibles sur l’eau (cafés, restaurants, commerces…), préconise comme principal critère que les bateaux-supports de ces activités renouent avec la tradition ("Navires du Mississipi, sampans et pagodes flottantes sont à proscrire ; en revanche, renouer avec la tradition des "Mouches" nées à Lyon au XIXe s. ou des "plates" semble fortement recommandable", 1991, p. 47-48), mais qui, quelques pages plus loin, envisage la création d’une ligne de navigation régulière par catamaran, reliant, dans le cadre des transports en commun de la COURLY la Cité Internationale à Gerland.

14Tout le discours vise, semble-t-il, à résoudre la contradiction déjà évoquée entre remise en cause de l’approche fonctionnaliste et fait que l’approche patrimoniale n’en constitue finalement qu’un avatar (patrimonialisation du fleuve au service d’une norme paysagère imposée par l’ambition internationale des villes), du moins à la rendre supportable grâce à la "rationalisation" qu’il opère. Celle-ci prend en effet précisément appui, comme l’a montré C. Flament (in Rosemberg, 2000, p 47), "sur la culture qui est niée par les pratiques". Ainsi doit-on interpréter la référence répétée au passé, à la tradition, alors que l’on annonce les mutations à venir. Lorsque R. Fulchiron, au regard du "tableau peu digne de la métropole internationale" offert par les espaces fluviaux lyonnais, souligne, pour légitimer leur remise en valeur, que "l’agglomération lyonnaise était en train de perdre une de ses caractéristiques essentielles depuis plus de 2 000 ans" (préambule du Plan Bleu de 1991), il tente, plus ou moins consciemment, de résoudre la contradiction existant entre une pratique nouvelle visant à conformer la ville au standard - bien flou du reste - de la nouvelle norme paysagère imposée par les ambitions internationales des villes et une représentation sociale qui condamne la perte d’identité de ces espaces, attribuée aux pratiques de la seconde moitié du XXe s.

15Le changement des représentations attachées à la présence des fleuves en milieu urbain est donc loin d’être aussi profond qu’on le laisse parfois entendre. Les ressources que l’on conçoit comme liées aux fleuves se sont diversifiées, investissant largement le champ du cognitif et de l’imaginaire, mais le fleuve urbain demeure une rente. Et le caractère parfois contradictoire des représen-tations des élus lyonnais, dans la mesure où elles sont l’écho déformé d’un savoir nouveau diffus qui se construit dans - et reconstruit - un savoir déjà-là, révèle en fait leur lente et difficile transformation.

La dimension normative de la "reconquête" : l’ajustement d’intérêts divers10

  • 10  Cet axe de recherche est le moins avancé de tous. C’est pourquoi la question des normes de résulta (...)

16Si la "reconquête" du Rhône et de la Saône à Lyon est portée par de nouvelles valeurs, celles-ci ne deviennent opérationnelles que lorsqu’elles commencent à s’inscrire dans des pratiques plus ou moins contraignantes. Il faut donc également interroger les normes par lesquelles elle transite : des règles de conduite sont-elles fixées ? des principes d’action définis ? un encadrement des pratiques sociales mis en place ?

Une politique de compromis

17Les deux Plans Bleus, même s’ils ne disposent pas du caractère juridique d’opposabilité au tiers comme d’autres documents d’urbanisme, fournissent, dans la mesure où, en tant qu’outils prospectifs et incitatifs, ils proposent des actions et fixent des orientations d’aménagement, un tableau relativement exhaustif de la "reconquête" comme somme d’intérêts à protéger. A leur lecture, celle-ci apparaît comme étant fondamentalement une politique de compromis. Ces deux textes s’efforcent en effet de combiner des intérêt divergents, voire contradictoires : la protection contre les crues et l’accès aux fleuves, la protection des espaces fluviaux et le développement des activités nautiques, la notion d’espace public et l’appropriation des berges par des activités portuaires ou touristiques, les nombreux usages des bords de l’eau et la circulation dans l’agglomération, la pêche et le développement des activités nautiques motorisées…

  • 11  PELLETIER J., Vers une nouvelle rencontre de Lyon avec ses fleuves, Le Rayon Vert, 05/11/90.

18Deux constats s’imposent. D’abord, le fait que le processus de "reconquête" ait été mis en lien avec l’émergence et le développement des idées écologiques (Plan Bleu, 1998, p. 10) a pu diffuser l’idée erronée selon laquelle la politique lyonnaise en matière de reconquête de ses fleuves viserait de façon exclusive, du moins de façon dominante, la protection des espaces fluviaux naturels et de la qualité des milieux de vie, la réhabilitation des "espaces fluviaux dénaturés par les grands aménagements" (p. 11). Souvenons-nous simplement que la question de la qualité des eaux du Rhône et de la Saône n’était pas traitée dans le premier Plan Bleu : J. Pelletier, professeur de géographie à Lyon II, conseiller technique de l’Agence d’urbanisme et responsable du "Plan Bleu" dont il a piloté l’étude, n’hésitait pas alors à donner pour ambition à ce document "de recenser tous les projets capables de rapprocher les Lyonnais de leurs cours d’eau et d’en susciter d’autres dans le respect des grands aspects de l’environnement", tout en soulignant que les "problèmes de pollution [devaient] être traités dans un autre cadre"11. Souvenons-nous encore du traitement que ce même document réservait aux deux dernières "zones naturelles" identifiées dans le secteur intra-muros et situées sur les deux rives du Rhône dans sa partie amont : en rive droite, le secteur du Petit Versailles dans la commune de Caluire ; en rive gauche, "l’espace sauvage" colonisé par une végétation ripariale de saules, peupliers et vernes, situé entre la voie sur berge et le lit mineur du fleuve. Dans les deux cas, ces deux zones sont vouées à être "touchées par deux projets majeurs d’aménagement de la cité", "des modifications très importantes des aspects [étant] programmées très rapidement" (p. 45). Sur la rive gauche, la future Cité internationale doit ainsi "transformer totalement la physionomie du secteur" : recalibrage du lit du fleuve (diminution de la largeur et approfondissement du lit du fleuve, mise à nu des berges pour les remodeler et les revégétaliser, construction d’une digue et de murs guide-eau). La protection des espaces fluviaux naturels est donc loin d’être un objectif dominant autour duquel serait organisée toute la "reconquête" du Rhône et de la Saône dans leur traversée de la ville, au détriment d’autres intérêts qui seraient mis en dépendance par rapport à celui-ci.

19Second constat, les différents conflits d’intérêts liés à la "reconquête" demeurent loin d’être tranchés, d’où le maintien d’oppositions latentes. Le conflit qui oppose de façon récurrente la municipalité M. Noir aux écologistes est révélateur de cet ajustement inégalitaire des différents intérêts sociaux. Le conflit se cristallise notamment autour de l’aménagement des berges du Rhône occasionné par la réalisation de la Cité internationale et du tronçon Nord du périphérique. Deux conceptions de l’environnement s’affrontent à cette occasion : celle des écologistes, menés par E. Tête, seul élu écologiste de la COURLY, qui dénoncent le "crime à la pelleteuse" perpétré contre le fleuve et ses berges et exigent la redéfinition d’objectifs plus conformes aux intérêts des habitants et aux nécessités de la protection de l’environnement, et celle des élus, des architectes et des paysagistes (M. Corajoud pour la Cité Internationale, A. Provost pour le tronçon Nord du périphérique) qui, conscients que " ces travaux contredisent l’objectif général d’aménagement naturel des berges " (Plan Bleu, 1991, p. 71), privilégient l’aspect paysager et décoratif, "ces travaux, apparemment contradictoires avec le principe de mise en valeur des berges, [étant en fait] une occasion peut-être unique de valorisation" (sic) (p. 74).

Une équation instable

20Si le poids attribué aux différents intérêts n’est pas équivalent, il est également instable. Les intérêts liés au cadre de vie sont ainsi très inégalement mis en valeur selon les municipalités. En 1977, dès le début de son premier mandat, F. Colomb met en place une délégation à l’environnement. La qualité du cadre de vie est alors définie comme une préoccupation prioritaire. Mais à cette date, elle ne concerne encore que les espaces verts : l’intégration des fleuves à la politique du cadre de vie n’acquiert pas immédiatement force d’évidence, ce que soulignent alors de nombreux observateurs qui entrevoient les possibilités que pourrait représenter le changement des paysages proches du fleuve. Le Rhône et la Saône ne s’imposent donc pas d’emblée comme écologie fondamentale de la ville. Dans le P.O.S. de 1985, où ils sont pour la première fois considérés comme des "espaces à protéger", c’est au même titre que les jardins, les cours d’immeubles où poussent des arbres, les cimetières ou les vestiges. Même si ces aspects liés à la qualité de vie ont certainement joué un rôle dans la reconversion engagée par la municipalité - des opérations ponctuelles ont d’ailleurs œuvré dans cette direction - , ils ne sont pas primordiaux.

  • 12  C’est sous cette municipalité que voient le jour plusieurs textes fondateurs en matière de prise e (...)

21Il en va différemment sous la municipalité de M. Noir, les fleuves étant entièrement tournés vers des usages dignes d’une "cité belle et agréable à vivre". Cette obsession du "paysagement"12 ne pouvait en effet que se saisir de l’opportunité fournie par la présence des deux fleuves intra-muros : ceux-ci, au même titre que les arbres, en deviennent les outils privilégiés, parfois jusqu’à la caricature. Les préconisations du Plan Bleu de 1991 pour le secteur Rhône intra-muros, comme le vocabulaire emprunté au registre de la décoration intérieure ou du prêt-à-porter, témoignent ainsi d’une tendance à la gadgétisation du paysage fluvial : plantes tapissantes descendant le long des murs, éclairage judicieusement placé, fleurissement des zones en vue, habillage des murs de quais par de la végétation, mise en place de mobilier urbain… Un ensemble de "gadgets" (terme utilisé dans le Plan Bleu), qui révèle que les fleuves et leurs berges sont alors avant tout conçus comme des "paysages" à modeler, des décors à confectionner, au service du cadre de vie.

  • 13  Lyon ville d’eau, Le Progrès, 21/03/85.
  • 14  Cité dans "Lyon ville d’eau", op. cit.
  • 15  Propos de Martine Rivet, secrétaire de la commission Lyon ville fluviale, repris dans Bruno CAUSSE (...)

22L’évolution de la prise en compte des intérêts économiques liés à l’activité portuaire constitue un autre révélateur de cet ajustement instable opéré par la politique de "reconquête". Lors de la journée annuelle d’études organisée par la "Renaissance du Vieux-Lyon" en mars 1985 sur le thème "Lyon et l’eau sur le plan historique, économique et du cadre de vie", M. Laferrère, professeur à l’Université Jean Moulin, "s’inquiéta du fait que les bords des fleuves risquaient de devenir des lieux de détente au détriment de la vie économique"13. Un point de vue qu’aucun des élus et représentants de la COURLY, venus présenter la politique de la ville en matière d’aménagement fluvial et annoncer diverses réalisations (piste cyclable reliant Gerland au parc de Miribel-Jonage, parc des Berges du Rhône) ne contesta, insistant au contraire sur "la nécessité de préserver la vie économique". Et R. Fulchiron de rassurer sur l’avenir du port Edouard-Herriot qui "continuera et renforcera ses fonctions"14. A cette date donc, "pas question de faire seulement un joli paysage"15.

23Avec la municipalité suivante au contraire, les fleuves reconquis peuvent et doivent participer, on l’a vu, à la valorisation esthétique de la ville, ce qui se trouve tout à fait incompatible avec le maintien de la fonction économique secondaire des fleuves au cœur de l’agglomération. S’il existe un relatif consensus au sujet de la disparition du port Rambaud, celle du port Edouard Herriot, souhaitée par M. Noir, suscite une polémique particulièrement violente. Dès son arrivée à la tête de la municipalité, celui-ci fait en effet part de sa volonté de voir cette zone dangereuse et sous-utilisée du point de vue économique déménager pour créer un grand parc d’agglomération de 150 hectares. Le projet est inscrit dans le Plan Bleu de 1991. C’est le début d’un long bras de fer opposant le maire à l’Etat, propriétaire de 95% de l’installation, et à la CNR, concessionnaire du port.

24De nombreux acteurs et rapports soulignent les incohérences économiques, sociales, écologiques et urbaines du projet, les difficultés techniques et financières qu’impliquerait un tel déménagement et plaident en faveur d’une modernisation des structures existantes et d’une spécialisation des installations portuaires dans le trafic de conteneurs. Autant d’arguments négligés par M. Noir qui s’entête dans sa volonté d’obtenir sa "zone verte", allant même jusqu’à paralyser partiellement l’activité du port en bloquant tous les nouveaux permis de construire déposés par les pétroliers et les métallurgistes implantés à Edouard Herriot, à partir de septembre 1989.

25Le Plan Bleu de 1998 conçu sous la présidence de R. Barre constitue de ce point de vue un nouveau revirement, puisque la question du maintien et du développement de l’activité portuaire intra-muros y fait l’objet de développements importants : le port Edouard Herriot est alors présenté comme s’insérant "parfaitement (…) dans la volonté de l’agglomération de développer une activité économique tournée vers ses fleuves et une plate-forme logistique efficace en direction de l’Europe du Sud".

26Un protocole d’accord concernant l’évolution du site a d’ailleurs été signé le 24 mars 1997 entre l’État, le Département, la COURLY, la Ville de Lyon, la CNR et l’Union des Industries Pétrolières, stipulant notamment le maintien du port dans ses emprises actuelles. L’accord prévoit également la réalisation d’un plan d’intégration du port dans le paysage de la ville, une attention particulière devant être portée à la façade portuaire donnant sur le nouveau parc de Gerland.

La distillation des objectifs de "reconquête"

27Cette préconisation, qui sonne comme une contre-partie, est révélatrice. Il s’agit avant tout de distiller au maximum les objectifs de la "reconquête". Certains des objectifs de cette "nouvelle politique" s’intègrent certes par nature dans le cadre de lois nationales : le maintien du libre écoulement des eaux (loi de 1858 à l’origine des zones de servitude hydrologique, loi Barnier de 1995, qui la complète en imposant la création de plans de prévention des inondations), la gestion et l’amélioration de la qualité des eaux ou la protection des milieux et des espèces (loi sur l’eau de 1992, qui institue les nouveaux outils de gestion, à l’échelle des bassins, que sont les SDAGE et les SAGE), la réduction des atteintes paysagères (loi dite "paysage" de 1992 qui met en place l’obligation des études d’impact et contribue de ce fait à la protection des sites et des paysages)… D’autres peuvent être pris en charge dans le P.O.S. au moyen d’un zonage adéquat ou de règles paysagères et architecturales strictes.

28Mais la politique de mise en valeur des espaces fluviaux lyonnais demeure avant tout une politique incitative, pédagogique, symbolique : elle vise à propager les objectifs de la "reconquête", à les distiller au maximum dans un souci modeste de régulation des activités humaines. Tel est par exemple l’effet attendu, au plan de l’intégration souvent difficile dans le paysage, d’un cahier des charges aux prescriptions paysagères pour toute extension des zones activités en bord de fleuve. Tel est, de la même façon, l’enjeu de grands projets urbains situés en des lieux qui offrent la possibilité de repenser la relation ville/fleuve. Les limites d’une telle démarche sont évidentes. Lorsque R. Piano (1995) évoque la façon dont il a conçu la Cité internationale, le Rhône semble tenir un place à part dans sa réflexion, être intégré à sa démarche créatrice. Le rapport au fleuve apparaît comme une composante conceptuelle du projet urbain (vocabulaire, choix architecturaux, réflexion sur la géographie des lieux..). Pourtant, la Cité internationale achevée, le fleuve reste quasiment invisible : parkings, boulevard urbain, flux automobile et/ou barrière végétale le relèguent au rang d’arrière-plan décoratif.

  • 16  On retrouverait ici le même type de conclusions que celles développées par P. Lascoumes dans son o (...)
  • 17  Parmi les grandes orientations du PDU : une meilleure maîtrise du stationnement (or les berges du (...)

29De façon générale, la "reconquête" du Rhône et de la Saône semblerait donc devoir être comprise davantage comme une reprise/réorientation de pratiques urbaines déjà en place, que comme une véritable politique sectorielle16. A la mise en place d’une conception globale élargie de la place des fleuves dans la ville répondrait la volonté d’intégrer la dimension fluviale dans le maximum de politiques urbaines. Dans le Plan Bleu de 1998, Albéric de Lavernée, vice-président du Grand Lyon chargé des Activités fluviales, souligne ainsi qu’il "est apparu de plus en plus clairement que l’objectif global du Plan Bleu était plus ambitieux que son sous-titre 'schéma d’aménagement des berges du Rhône et de la Saône'. Son objet demeure l’aménagement des berges, mais les cours d’eau ont un rôle urbain qui les dépasse largement" (p. 5) La "reconquête" des fleuves lyonnais ne se réduit donc pas à une politique de restauration et de réappropriation des berges : c’est une donnée fédératrice à intégrer à part entière dans toute action urbanistique, ce qui suppose une réelle implication thématique des multiples partenaires ayant accès au fleuve afin de mettre en place un "faisceau de politiques complémentaires et déterminantes". Tel est par exemple le sens des différentes accords signés par Voies Navigables de France : avec le Grand Lyon, en mars 1997 (charte de partenariat pour la restauration, l’entretien et la mise en valeur des quais dans la partie urbaine de l’agglomération ) et en 1998 ("Opération propreté", pour l’élimination des déchets s’accumulant au fil des fleuves), ou avec la Ville de Lyon ("Lyon, en piste" : bas-ports du Rhône interdits tous les dimanches, pendant quelques mois, aux véhicules motorisés)… L’intégration de certaines préconisations du Plan Bleu dans le Plan des Déplacements Urbains adopté en 199717 relèverait également de la même logique.

  • 18  Politique à entendre au sens du terme anglo-saxon policy : ensemble des rapports humains dans leur (...)

30Dans sa dimension normative, la "reconquête" du Rhône et de la Saône à Lyon apparaîtrait donc moins comme une véritable politique18 sectorielle que comme la résultante indirecte d’un ajustement plus ou moins cohérent d’intérêts économiques et sociaux divergents.

La dimension symbolique de la "reconquête" : quelle fonction ?

31La "reconquête" du Rhône et de la Saône s’accompagne enfin, comme toute politique publique en règle générale, de "la production d’images gratifiantes et mobilisatrices destinées à en souligner les utilités sociales, à en résumer brièvement la vocation réformatrice" (Baudouin, 1998, p. 300). De multiples images sont ainsi produites, plus ou moins consciemment, par les acteurs urbains. Nous en avons sélectionné trois, les plus représentatives d’une fonction qui ne saurait en fait se réduire à une seule entreprise de légitimation.

La privation d’Histoire ou le mythe de la "fluvialité" lyonnaise : fonder la "reconquête" comme évidence

32Une image fréquemment produite consiste à faire d’une identité urbaine historique une identité urbaine naturelle. Dans le discours qui accompagne la "reconquête" des fleuves, Lyon s’impose ainsi comme la ville fluviale par essence : c’est la "ville aux deux fleuves", la "ville des ponts, des quais et des bas-ports", la "ville française la plus marquée par la présence de l’eau", bref, la ville de l’exception patrimoniale. Une ville qui a reçu un "don somptueux de la nature", un "don du ciel", une ville qui doit tout aux fleuves : son existence, sa prospérité, mais également sa réputation, son identité, un certain nombre de fêtes et de menus plaisirs, sa forme, sa structure, sa morphologie…

33Une ambiguïté constitutive sous-tend ce type de propositions. D’un côté, les mots y ont bien un sens simple : Lyon dispose de nombreux attributs fluviaux : ponts, quais, bas-ports, joutes, morphologie urbaine spécifique. Mais de l’autre, de telles propositions ont manifestement vocation à signifier autre chose : ces attributs fluviaux deviennent la preuve concrète de ce que l’on pourrait appeler la "fluvialité" lyonnaise, néologisme inévitable pour désigner l’idée que l’on se fait d’une ville fluviale, concept éphémère lié à des contingences limitées. Une ville fluviale est une chose, l’idée que l’on peut s’en faire à l’heure de la "reconquête" du Rhône et de la Saône en est une autre : pour ce savoir confus et nébuleux, mélange spécial de ponts, de quais, de bas-ports et d’animation fluviale, pas d’autre possibilité donc que le néologisme. Ce qui au départ avait un sens, une valeur propre postulant un savoir, un passé, une mémoire devient donc une forme vide, dépourvue de toute contingence historique, que vient emplir le concept mythique de "fluvialité". Ce que ce type de propositions signifie, désigne, fait comprendre et impose tout à la fois, c’est la "fluvialité" lyonnaise.

34On est ici au principe même de la parole mythique telle que l’a définie R. Barthes : non pas un concept, une idée ou un objet, mais un système de communication, un mode de signification, le mythe ne se définissant pas par l’objet de son message, mais par la façon dont il le professe (1957, p. 193). C’est une parole qui se définit par son intention (en l’occurrence, une parole qui impose la "fluvialité" lyonnaise) beaucoup plus que par sa lettre, mais en même temps, cette intention y est en quelque sorte purifiée, éternisée : les attributs fluviaux historiques de Lyon se figent en un considérant éternel destiné à fonder cette "fluvialité" lyonnaise (p. 209). C’est une parole qui transforme l’histoire en nature. Ce que le cas lyonnais fournit au mythe, c’est un réel historique, les relations d’une ville avec ses fleuves, produit historique de l’action humaine. Ce que le mythe restitue, c’est une image naturelle de ce réel, un tableau harmonieux où Lyon est ville fluviale par essence. "Une prestidigitation s’est opérée, qui a retourné le réel, l’a vidé de l’histoire et l’a rempli de nature, qui a retiré aux choses leur sens humain, de façon à leur faire signifier une insignifiance humaine ".

35Evacuer le réel : telle est bien, selon R. Barthes, la fonction du mythe qui "est une parole dépolitisée" : c’est une parole qui a pour charge de fonder une intention historique en nature et en éternité, qui substitue à une causalité naturelle (s’il faut reconquérir les fleuves, c’est parce qu’ils ont un rôle à jouer dans l’avenir de la ville) une causalité artificielle, fausse, mais qui glisse en quelque sorte dans les fourgons de la Nature (il faut reconquérir les fleuves parce que c’est la nature même, l’essence de la ville qui est en jeu). Ce faisant, cette parole donne à l’objectif de " reconquête " une clarté qui n’est pas celle de l’explication, mais du constat. Car en abolissant la complexité des actes humains, en organisant un monde sans contradictions, étalé dans l’évidence, le mythe " fonde une clarté heureuse : les choses ont l’air de signifier toutes seules ".

" L’esprit Plan Bleu " ou le mythe du consensus : susciter l’appropriation collective

36L’idée qu’un consensus très fort existe autour du processus en cours de reconquête des fleuves imprègne très fortement tout le discours qui l’accompagne : consensus des acteurs, mais également de la société civile, autour de ce qui devient rapidement un " courant de pensée ", une " nouvelle philosophie ", un élan irrésistible qui a pour nom " l’esprit Plan Bleu ". On ne peut pourtant, au regard des nombreux conflits persistant entre les différents acteurs ayant accès aux fleuves, des années d’atermoiements et de projets avortés ayant présidé à l’élaboration du Plan Bleu ou encore de la peur persistante d’une certaine frange de la population envers des fleuves dont les dernières crues restent ancrées dans la mémoire collective, que douter de sa solidité effective. Pourquoi dès lors cette mise en scène constante du consensus ?

37On peut ici reprendre les conclusions de M. Rosemberg (2000, pp. 30-33) sur ce sujet. Constatant que la notion de consensus est au cœur de tous les discours accompagnant la publication d’un projet urbain, elle envisage une série d’interprétations possibles. Appliquée à notre objet, la première consisterait à voir dans l’insistance sur les notions de concertation, de participation ou de collaboration une manière d’investir la " reconquête " d’une légitimité collective : c’est le consensus comme " miroir face au monde ". Mais on peut y voir, à l’inverse, un " écran face aux habitants ", un " écran destiné à masquer les enjeux spatiaux et sociaux " de cette " reconquête ", efficace par exemple contre ceux qui s’inquiètent de la norme paysagère imposée progressivement par les ambitions internationales de la ville. " Le consensus évite de questionner les choix qui fondent [la " reconquête "]. Par lui, tous les autres choix possibles sont gommés : [la " reconquête "] s’impose comme une évidence ". Une interprétation que confirmerait le fait que les acteurs disparaissent souvent derrière la ville personnifiée, " donnée comme l’acteur qui impulse spontanément les actions sur l’espace ". C’est Lyon qui part à la " reconquête " de ses fleuves, c’est donc Lyon, et non une équipe, qui nourrit les convictions autour de ce projet, dès lors légitime, incontestable. " Qui produit réellement l’espace, pour qui, pour quoi ? Toutes ces questions sont évacuées par la magie du consensus ".

38Mais selon M. Rosemberg, la fonction du consensus pourrait bien en fait se situer ailleurs, dans une mise en scène visant l’appropriation collective. Mise en scène de l’association des différents acteurs de la reconquête, prêts à mettre en œuvre conjointement leurs compétences pour transformer la ville. Mise en scène du sentiment d’identité, d’appartenance à une ville que l’on veut transformer. C’est donc un véritable sentiment d’appartenance à la ville qui se trouve magnifié par le consensus, afin d’être propagé et partagé (Rosemberg, 2000, pp. 30-35).

L’histoire  ordinaire des relations d’une ville avec ses fleuves ou le mythe de l’âge d’or : dire le désir d’une refondation urbaine

39L’histoire des relations que la ville de Lyon a entretenues avec ses cours d’eau depuis les origines de la cité, quand elle fournit une perspective historique permettant de recadrer le mouvement de " reconquête ", fait l’objet d’un discours très formaté, simple et homogène, propagé aussi bien par les élus ou les médias, que – et ceci est plus étonnant – par les universitaires. Ce récit se fonde sur un schéma narratif et analytique récurrent, dans lequel une relecture historique et critique des relations que la ville a entretenues avec ses fleuves au cours du temps à la lumière déformante de la reconquête en cours aboutit à un découpage du temps historique en trois tranches thématiquement différenciées. La première, qui va des origines de la cité jusqu’au milieu du XIXème siècle, est une période de symbiose, d’osmose, durant laquelle la ville entretient des liens organiques avec ses cours d’eau, supports de toutes les appropriations ; la seconde, une période de rupture, qui correspond globalement aux XIXème et XXème siècles, et qui voit la ville et ses habitants leur tourner progressivement le dos ; la troisième, enfin, une période de réconciliation, entamée dans les dernières décennies du XXème siècle : la ville cherche à retrouver le contact avec ses cours d’eau. Par delà ses variations ponctuelles et ses codifications différentes selon les locuteurs, ce récit relève du mythe, au sens où Paul Veyne l’emploie : récit anonyme et indirect, discours formalisé comme une connaissance diffuse et générale, qui informe à la fois sur une certaine forme de relation à l’espace (nature, fondements, caractéristiques idéales à restaurer) et sur les possibilités et la nécessité de la refonder (1992, p. 34).

  • 19  Techniques, économiques, sociales, politiques, culturelles, climatiques, symboliques…

40Récit sans origine repérable d’abord, dans la mesure où il apparaît totalement indépendant du contexte dans lequel il est énoncé (information, communication, recherche…) ou de la spécificité du milieu dont est issu son locuteur. L’adhésion unanime à ce récit qui se présente comme l’explication, avancée par la société elle-même, du processus de reconquête des fleuves urbains, est d’autant plus problématique que son contenu historique est manifestement suspect. Le vocabulaire est explicite : il ne s’agit pas ici d’une histoire technique, urbanistique, politique ou économique, mais avant tout d’une histoire affective. Les déterminations multiples et complexes19 fondant les rapports qu’une ville peut tisser avec ses cours d’eau (Guillerme, 1983) sont occultées au profit de la seule dialectique contact/rupture. Survol trop rapide d’une histoire longue de plus de deux millénaires, qui entraîne raccourcis, omissions et autres accommodations, dont la plus évidente est sans doute l’identité de traitement souvent réservée à la Saône et au Rhône, pourtant très dissemblables, dans leur relation avec Lyon. C’est ce divorce entre l’adhésion unanime au récit en question et son contenu manipulé qui permet de l’identifier comme mythe.

41Les acteurs y recourent trop régulièrement pour se contenter de le dénoncer sans interroger ce qu’il met en jeu, ce qu’il dit et comment il le dit. On s’aperçoit alors que, comme la plupart des mythes, celui-ci renvoie à un temps primordial auquel on se réfère comme à la matrice des temps présents. A travers cette opposition entre deux figures temporelles, l’une caractérisée par l’absence de moyens techniques et le contact avec un cours d’eau à l’état naturel, l’autre, à l’inverse, par l’existence de moyens techniques et l’absence de contact avec un cours d’eau à l’état artificiel, on retrouve en effet un genre de distinction que connaissent toutes les mythologies qui séparent un état ancien d’un état actuel de l’humanité, mais appliqué aux relations de la ville à ses cours d’eau. La première période, à l’instar – pour l’humanité – de l’Age d’or dans la tradition grecque ou de l’Eden dans la tradition biblique, symboliserait ainsi un état idéal que la ville de Lyon aurait connu dans le passé, mais qu’elle a perdu, un état antérieur à la civilisation, à la transformation de la nature par le travail humain. Cet état de nature, les Lyonnais l’ont perdu, mais ils en gardent la nostalgie.

  • 20  Distinction établie par Hume entre ce qui est, le is, et ce que nous voudrions qui soit, le ought.

42Telle est la fonction textuelle de la troisième phase du récit mythique : dire le désir de s’y fondre à nouveau. Le vocabulaire associé à cette troisième " période " des relations de la ville avec ses cours d’eau prend alors tout son sens : reconquête, reconquérir, renouer des relations, réhabiliter, réaménager, réaction, réapparaître… Ce qui n’a aucun sens au regard de l’histoire des relations de la ville avec ses cours d’eau – puisque celles-ci n’ont jamais disparu, mais se sont simplement transformées, puisque l’on ne cherche pas à " renouer des relations " avec le Rhône et la Saône, mais à en construire de nouvelles – devient pleinement significatif rapporté au contexte textuel dans lequel il s’inscrit, en suggérant que quelque chose qui existait a été perdu et en exprimant le désir de le reconquérir. Une correspondance s’établit de fait entre l’état ancien, donné comme état idéal perdu, et le processus de reconquête, qui symbolise le désir d’y revenir, au moyen d’un repoussoir commun, l’état actuel. Dans cette perspective, le terme même de " reconquête ", avant de renvoyer à une quelconque réalité, est d’abord l’expression d’une " pensée désirante ", pour reprendre un terme mis en place par les psychiatres et repris par A. Berque pour désigner " une forme de pensée où le is se confondant avec le ought20, nous voyons les choses comme nous voudrions qu’elles fussent " (Berque, 1996, p 58).

43Par certains aspects, ce mythe relève donc d’une idéologie anti-moderniste, appliquée à la question de la relation ville/fleuve. Faut-il pour autant n’y voir que l’expression d’un fantasme régressif et dangereux ? En fait, ce récit témoigne de la combinaison inconsciente de connaissances savantes sur l’histoire des rapports entre Lyon, le Rhône et la Saône, autrement dit d’une pensée élaborée, et d’une pulsion identitaire mal contrôlée, structure de base inconsciente de nos jugements dans ce qui touche à la nature, qui nous pousse à associer image de soi et image de la nature. Toute idéologie anti-moderniste est en effet avant tout une idéologie identitaire (Berque, 1996). Ce récit n’aurait donc pas uniquement pour fonction de légitimer les nouvelles orientations d’aménagement envisagées pour les cours d’eau, pas plus, on l’a vu, qu’il n’a pour fonction de replacer l’action publique actuelle sur le long terme. La référence au passé, prétexte à dire l’avènement du lieu, constitue davantage le support à un travail métaphorique inconsciemment motivé par une pulsion identitaire qui revendique et instaure une nouvelle conscience territoriale. " Le mythe, en tant qu’histoire des origines, a essentiellement une fonction d’instauration " (Ricoeur, 1996, p 1045). Le fleuve perdu quitte ainsi le champ de l’histoire et de l’espace vécu pour constituer le support d’un mythe fondateur d’une nouvelle identité urbaine. La référence à la période fonctionnaliste apparaît dès lors moins comme anathème légitimant la rupture orchestrée, que comme signe d’un désir utopique d’appropriation de l’espace. Dans la logique du discours, la remise en cause de cette période qui a conduit la population à " déserter " les espaces bleus de l’agglomération fonctionne comme un catalyseur, disant moins, sous couvert de la référence au passé mythifié, la " relation affective " perdue à l’espace, que le désir d’instaurer cette relation à l’espace. On ne recourt à l’histoire que pour l’intégrer au et dire le présent. La référence à l’histoire et au patrimoine apparaît ainsi comme l’instrument de la construction d’une conscience territoriale urbaine.

  • 21  Opération lancée pour la 1ère fois en juillet 2003.

44Le succès d’une opération comme Lyon guinguettes, organisée pendant trois jours sur les berges du Rhône en centre-ville21, pourrait venir confirmer cette hypothèse, à l’échelle de l’événementiel tout au moins. Autour de buvettes, concerts, transats et autres jeux de boules, cette opération, qui n’avait de pittoresque que le nom et qui aurait tout aussi bien pu s’appeler " Lyon plage ", pour ne pas citer le modèle, a sans doute révélé, davantage que le nouvel engouement des citadins pour leurs rives en elles-mêmes, leurs aspirations et leurs attentes en matière de  recréation et de réinvention du lien social en milieu urbain dense.

Conclusion

45Si changement de " référentiel " il y a dans la façon d’aborder la question de la présence du Rhône et de la Saône au cœur de l’agglomération lyonnaise, les représentations et les pratiques des élus lyonnais et communautaires sont donc loin de se transformer radicalement. Surtout, on entrevoit toute la complexité d’un projet dont l’ambition semble dépasser la seule perspective d’une reconquête fluviale. Dans la mesure où l’enjeu est de produire de la ville, et non seulement de l’espace, ne s’agit-il pas, en effet, de permettre une appropriation matérielle et symbolique de la ville par ses habitants, telle que la ville devienne un nouveau territoire de référence ? Le recours à la thématique du rapport ville/fleuve dépasserait alors les seuls enjeux de la reconquête fluviale pour s’apparenter à une véritable entreprise de reconquête de la Cité.

Haut de page

Bibliographie

Ville et fleuve. Des villes à la reconquête de leurs fleuves : réflexions à partir des exemples de Lyon, Montréal, Torun, Actes du colloque tenu à Lyon les 13-14 mai 1985, 115 p.

BACHELARD G., 1942, L’eau et les rêves, Essai sur l’imagination de la matière, Paris, Librairie José Corti, 221 p.

BARTHES R., 1957, Mythologies, Paris, Le Seuil, 247 p.

BAUDOUIN J., 1998, Introduction à la sociologie politique, Paris, Le Seuil, 326 p.

BETHEMONT J., VINCENT A., 1998, " La revitalisation des fronts d’eau urbains dans la vallée du Rhône ", in Revue de géographie de Lyon, vol. 73, n° 4, p. 331-335.

BRAVARD J-P., LAURENT A-M., DAVALLON J., BETHEMONT J., 1995, Les paysages de l’eau aux portes de la ville, colloque de Lyon, 9-10 décembre 1993, Lyon, PPSH Rhône-Alpes et Centre Jacques Cartier, 331 p.

BERQUE A., 1996, Etre humains sur la terre, Paris, Gallimard, 212 p.

CHALINE C., 1994, Ces ports qui créèrent des villes, Paris, L’Harmattan, 299 p.

C.T.H.S. (éd.), 1989, La ville et le fleuve, Actes du colloque tenu à Lyon dans le cadre du 112ème Congrès National des Sociétés Savantes les 21-25 avril 1987, Paris, 446 p.

GUILLERME A., 1983, Les temps de l'eau. La cité, l'eau et les techniques, Seyssel, Editions Champ Vallon, 259 p.

JOUBERT-MILOT F., 1998, Le Rhône, la Saône et leurs berges à Lyon : du fonctionnalisme à l’écologie urbaine, mémoire de DEA, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 126 p.

LASCOUSMES P., 1994, L’Eco-pouvoir, environnements et politiques, Paris, La Découverte, 318 p.

LUSSAULT M., 1993, Tours, image de la ville et politique urbaine, Tours, Publication de la Maison des Sciences de la ville, Université François Rabelais, 415 p.

MICHELOT J-L., 1994, " L’aménagement du Rhône dans la banlieue lyonnaise : la difficile intégration de fonctions multiples dans les îles de Miribel-Jonage ", A.I.D.E.C., Journées d’études " L’eau et l’utilisation des sols ", Cahier 32, Dijon, p. 159-171.

MULLER P., 2000, Les politiques publiques, Paris, PUF, 127 p.

NEYRET, R., 1981, " Lyon redécouvre ses fleuves : une tentative de réintégration du Rhône et de la Saône dans le tissu économique ", in Le Moniteur (supplément magazine), n° 16, p. 35-36.

PASSET R., 1979, L’économique et le vivant, Paris, Editions de la Petite Bibliothèque Payot, 280 p.

PELLETIER J., 1990, " Sur les relations de la ville et des cours d’eau ", in Revue de Géographie de Lyon, vol. 65, n° 4, p. 233-239.

PIANO, R., CORAJOUD, M., 1995, " Cité Internationale Lyon ", Moniteur Architecture, n° 64, , p. 12-15.

RICOEUR P., 1996, " Mythe, l’interprétation philosophique ", in Encyclopaedia Universalis, vol. 15, Paris, Encyclopaedia Universalis Editeur, p 1044.

ROSEMBERG M., 2000, Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de ville, Paris, Economica, 184 p.

SAWICKI D., 1989, " The Festival Market place as public policy ", Journal of the American planning Association, 55, 3, p. 347-361.

VEYNE P., 1992, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil, 169 p.

VERMEERSCH L., 1998, La ville américaine et ses paysages portuaires entre fonction et symbole, Paris, L’Harmattan, 203 p.

Haut de page

Notes

1  Nouveaux usages, nou-veaux aménagements (plus légers, plus soucieux du cadre de vie et de l’environnement fluvial), nouveaux acteurs, nouvelles techniques, nouveaux discours sur la place du fleuve dans la ville…

2  On se limitera ici à la question de la reconquête en milieu urbain dense (espace central de l’agglomération), dont les problématiques diffèrent de celle en milieu péri-urbain (Bravard et al., 1995 ; Michelot, 1994).

3  Ces trois dimensions sont jugées indissociables de toute action publique par les chercheurs en analyse cognitive des politiques publiques, branche des sciences politiques qui prend en charge la question décisive du sens de l’action publique à laquelle, dans le cadre plus large de nos recherches, nous empruntons méthodes et concepts.

4  Ce constat est le fruit de recherches inachevées. Les entretiens avec les acteurs concernés, notamment, n’ont pas encore été menés. Les premiers résultats présentés ici reposent donc essentiellement sur le dépouillement de sources documentaires. C’est pourquoi certaines conclusions, provisoires, sont présentées au conditionnel et doivent être davantage comprises comme des hypothèses de recherche.

5  Préambule de R. Fulchiron, président de la Commission des Activités fluviales et conseiller communautaire.

6  "Lyon ville fluviale : une qualité historique", Bulletin Municipal, 26/07/81.

7  Préambule de H. Chabert, adjoint à l’urbanisme de Michel Noir, au Plan Bleu de 1991.

8  COURLY, 1998, Orientations d’aménagement des berges du Rhône et de la Saône, 71 p.

9  Schéma Directeur de l’Agglomération Lyonnaise, Rapport, Lyon, Syndicat d’Etudes et de Programmation de l’Agglomération Lyonnaise (SEPAL), 1990, 293 p. Ce SDAU a été annulé par le Tribunal administratif, mais, étant donné que la "reconquête" des fleuves y apparaît pour la première fois dans les objectifs, il demeure une référence intéressante dans notre optique. Les références qui suivent sont extraites des pages 133 (tourisme), 141 (loisirs et sports), 149-150 (cadre de vie, paysage) et 174 (forme et image urbaines).

10  Cet axe de recherche est le moins avancé de tous. C’est pourquoi la question des normes de résultats n’est pas traitée ici. Quant à celle des normes de moyens, elle n’est qu’esquissée, au regard des premiers résultats obtenus (articulation du Plan Bleu avec les autres documents de planification, principes d’actions énoncés), qui n’incluent pas, par exemple, la question des financements.

11  PELLETIER J., Vers une nouvelle rencontre de Lyon avec ses fleuves, Le Rayon Vert, 05/11/90.

12  C’est sous cette municipalité que voient le jour plusieurs textes fondateurs en matière de prise en compte de l’environnement urbain (Plan Bleu, mais également Code de l’Arbre, Charte de l’Ecologie urbaine, Plan Vert) et que les paysagistes font une entrée remarquée sur les grands chantiers de la ville... Toute nouvelle construction, commande publique ou immobilier classique, doit désormais s’intégrer dans l’environnement urbain. Qu’il s’agisse de projets d’aménagement de places, de berges ou de nouvelles voies, le mot d’ordre est celui de l’espace "paysagé", c’est-à-dire qui crée, de façon artificielle, l’impression d’un paysage naturel.

13  Lyon ville d’eau, Le Progrès, 21/03/85.

14  Cité dans "Lyon ville d’eau", op. cit.

15  Propos de Martine Rivet, secrétaire de la commission Lyon ville fluviale, repris dans Bruno CAUSSE, "Lyon entre deux eaux. II.", Le Monde, 07/08/86.

16  On retrouverait ici le même type de conclusions que celles développées par P. Lascoumes dans son ouvrage, L’écopouvoir, Environnement et politiques, au sujet des politiques de l’environnement.

17  Parmi les grandes orientations du PDU : une meilleure maîtrise du stationnement (or les berges du Rhône font partie des espaces à requalifier dans ce sens), l’amélioration des conditions de circulation piétonne et cycliste (or quais et berges constituent des zones adaptées à l’accueil de ces deux modes de déplacement), la réduction de la capacité des grands axes et des nuisances (les quais du Rhône et de la Saône sont précisément identifiés dans le PDU comme des axes sur lesquels des actions prioritaires de requalification doivent être définies).

18  Politique à entendre au sens du terme anglo-saxon policy : ensemble des rapports humains dans leur pouvoir de fabrication du monde, action collective organisée selon un projet de changement.

19  Techniques, économiques, sociales, politiques, culturelles, climatiques, symboliques…

20  Distinction établie par Hume entre ce qui est, le is, et ce que nous voudrions qui soit, le ought.

21  Opération lancée pour la 1ère fois en juillet 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Gerardot, « Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question », Géocarrefour, Vol. 79/1 | 2004, 75-84.

Référence électronique

Claire Gerardot, « Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/1 | 2004, mis en ligne le 23 août 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/567 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.567

Haut de page

Auteur

Claire Gerardot

Université Lumière Lyon 2, CNRS UMR 5600 "Environnement-Ville-Société" 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page