Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Bruneau Michel, L’Asie d’entre Inde et Chine, logiques territoriales des États

Philippe Pelletier
p. 30
Référence(s) :

Bruneau Michel, L’Asie d’entre Inde et Chine, logiques territoriales des États, 2006, Paris, Belin, 322 p.

Texte intégral

1Utilisant et développant ses travaux antérieurs, Michel Bruneau, géographe et spécialiste reconnu de l’Asie du Sud-Est, se place dans le temps long et l’espace profond pour  décrire, à la fois dans les grandes lignes synthétiques et dans le menu détail, les logiques territoriales des États situés entre Inde et Chine, dans cet « angle de l’Asie » selon l’expression forgée par Élisée Reclus (1883) et reprise par le sociologue Paul Mus (1977).

2Comme à son accoutumée, il s’appuie sur un très important travail bibliographique pour se lancer dans la modélisation et la théorie. Sa géographie repose sur une utilisation intensive des modèles spatiaux en tant qu’idéaux-types géographiques, avec la déclinaison systématique de binômes comme centre/périphérie ou socle/superposition.

3Se plaçant résolument sur le terrain de la géohistoire et de la géopolitique, tout en s’appuyant sur l’anthropologie, Michel Bruneau se méfie des analyses fixistes qui privilégient souvent un milieu naturel jugé immuable, alors que celui-ci est diversement utilisé et constamment façonné. Il analyse ainsi rétrospectivement la façon dont les savants, et pas seulement les géographes (Gourou, Robequain, Delvert…), ont considéré l’Asie du Sud-Est depuis un siècle et demi. Il en résulte une critique mesurée mais salutaire de l’orientalisme ou d’un concept comme celui d’Asie des moussons.

4Michel Bruneau dégage deux principales logiques territoriales dans le temps long, qui sont exogènes mais qui ont été remodelées et intégrées aux spécificités locales. La première, venue d’Inde, repose sur le modèle d’États segmentaires, ou États-mandala, de type hétérarchique, privilégiant les relations sociales ou économiques horizontales, organisant l’espace de façon polycentrique et flexible, comme une peau de léopard. Elle a notamment façonné la Birmanie,  la Thaïlande, le Laos et l’Insulinde. La deuxième, venue de Chine, repose sur le modèle d’un État unitaire central, de type hiérarchique, quadrillant et homogénéisant son espace intérieur, fonctionnant sur des relations tributaires. Elle a notamment marqué le Viêt Nam et certaines régions du nord de la péninsule indochinoise.

5Les cités-États qui se sont développées le long des côtes malaises et insulindiennes au cours des divers « âges du commerce », de type hétérarchique, se sont fondues dans le modèle indien, que la colonisation britannique a finalement conforté et qui aboutit aux deux types actuels de Singapour et de Brunei.

6Les deux modèles indien et chinois se déclinent de surcroît différemment selon qu’il s’agit d’États plutôt terriens et continentaux (Birmanie, Laos, Cambodge…) ou plutôt insulaires, péninsulaires et maritimes (Malaisie, Indonésie, Philippines…), auxquels s’ajoutent les cas composites (Thaïlande…). Loin de les avoir bouleversés, le système moderne de l’État-nation, colonial et post-colonial s’y est adapté.

7Pour chaque pays, Michel Bruneau nous donne une description détaillée des combinaisons spatiales qui résultent de cette histoire fondue dans les substrats anthropologiques antérieurs. À chaque fois, se dégage une géographie complexe, variée entre les États et à l’intérieur de ceux-ci, où opèrent à différentes échelles les logiques de fragmentation, de cohésion ou de transnationalisation.

8Pour Michel Bruneau, c’est précisément cette structure territoriale mixte, mélangeant et combinant les héritages, disposant de comptoirs portuaires, de métropoles centrales et de périphéries plus ou moins laissées à elles-mêmes, mais toujours utilisables, qui a permis à l’Asie du Sud-Est de se couler, par paliers et de façon différenciée suivant les pays, dans la mondialisation actuelle. Autrement dit, et au risque de frôler un certain spatialisme, c’est leur position et leur composition géographiques qui ont permis à ces sociétés de déployer leur dynamisme ou, à tout le moins, à leurs élites de s’intégrer dans la mondialisation.

9Cette première thèse s’appuie sur les phénomènes désormais connus de transnationalisation (triangles de croissance, espaces transfrontaliers, organisations « régionales » comme l’ASEAN), mais aussi - aspect spécifique de la démonstration concernant cet espace - sur l’analyse de la dynamique urbaine (métropolisation, mégalopolisation, systèmes urbains nationaux). Les villes d’Asie du Sud-Est sont en effet considérées non pas comme incongrues par rapport à ce qui serait une tradition agraire, mais bien comme des atouts, qu’utilisent à fond, par exemple, les réseaux de la diaspora chinoise voire d’une diaspora indienne.

10L’ouvrage se termine sur une comparaison - c’est la seconde thèse, également originale - entre cette Asie du Sud-Est et un autre « angle continental » qui lui ressemblerait : le Sud-Est de l’Europe (les Balkans, le pourtour de la mer Noire, la Grèce…). Même si Michel Bruneau, qui a également effectué des recherches sur cette autre partie du Monde, s’efforce d’éviter tout raccourci en présentant les points de ressemblance et de dissemblance, le résultat prête à discussion. Le détroit des Dardanelles ne semble guère comparable à celui de Malacca. L’angle Sud-oriental de l’Europe, beaucoup moins vaste, a été en outre délibérément très morcelé par les puissances de l’Europe occidentale (Grande-Bretagne et France en particulier), alors que les conséquences territoriales de la rivalité impérialiste ont été, et restent encore, différentes dans l’angle de l’Asie. Le passage à l’échelon politique « régional », avec l’ASEAN ou l’ASEAN + 3 (3 = Chine, Japon, Corée du Sud) d’un côté et l’Union européenne de l’autre part, que nous expose Michel Bruneau, montre précisément les limites d’une comparaison, sans parler des risques de déboucher sur certaines tendances « essentialistes » de l’ancienne géopolitique. Du moins la réflexion et le débat se trouvent-ils stimulés par ces hypothèses, et c’est ce qui importe.

11En tout état de cause, ce livre offre une somme incontournable pour toute recherche sur l’Asie du Sud-est, l’Asie en général et même le Monde par ses apports factuels et théoriques enrichis d’outils aussi précieux et pratiques que sont schémas, cartes, bibliographie abondante, lexique et index.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Pelletier, « Bruneau Michel, L’Asie d’entre Inde et Chine, logiques territoriales des États », Géocarrefour, vol. 84/1-2 | 2009, 30.

Référence électronique

Philippe Pelletier, « Bruneau Michel, L’Asie d’entre Inde et Chine, logiques territoriales des États », Géocarrefour [En ligne], vol. 84/1-2 | 2009, mis en ligne le 02 octobre 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/5552

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page