Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Vies citadines, sous la direction de Elisabeth Dorier-Apprill et Philippe Gervais-Lambony

Philippe Chaudoir
p. 162
Référence(s) :

Dorier-Apprill E. et Gervais-Lambony P. (dirs.), 2007, Vies citadines, Paris, Belin, 267 p., (coll. Mappemonde).

Texte intégral

  • 1  Virginie Baby-Collin, Claire Bénit-Gbaffou, Isabelle Berry-Chikhaoui, Florence Bouillon, Guénola C (...)
  • 2  L’équipe réunit, en effet, géographes, sociologues, anthropologues et une sociolinguiste.

1L’ouvrage « Vies citadines », coordonné par Elisabeth Dorier-Apprill et Philippe Gervais-Lambony, rassemble les contributions de quinze chercheurs et enseignants-chercheurs 1 venus de tous horizons, autant géographiques que disciplinaires 2. Il est issu de trois ans de rencontres organisées lors d’un séminaire itinérant, de Paris à Marseille en passant par Johannesburg ou Istanbul.

2L’ouvrage, loin d’être  une simple juxtaposition de contributions, est particulièrement intéressant du point de vue de sa construction. Il repose sur un chapitre inaugural (Fragmentations) auquel il confronte, dans une mise en perspective critique, neuf dimensions des pratiques urbaines, déclinées en verbes d’actions ou en descriptions de situations spécifiques : Mobiliser, Voisiner, Bouger - s’ancrer, Parler, Imprévu – mixité - rencontre, Détourner, Fêter, Flâner, Mémoires.

  • 3  Ainsi que l’affirment les auteurs dans le propos liminaire.

3Chacune de ces parties renvoie, de fait, à la première, de manière à mettre en débat la question de la dissolution de la ville dans l'urbain. En réaction à un discours pessimiste sur une ville en crise et fragmentée, le projet affirme la volonté « de travailler sur ce qui fait la ville plutôt que sur ce qui la défait »3 et de rendre compte d’une « théorie bousculée par le terrain ». Ce parti pris implique, pour les auteurs, une approche délibérément orientée vers les acteurs de l’espace urbain, analysés dans leur diversité, de manière à confronter, par le biais d’un travail de terrain, les pratiques, les représentations, les identités et toutes les formes d’appropriation, aux dimensions globalisantes de la fragmentation.

4La structure de l’ouvrage est foisonnante, avec ses entrées multiples, et elle invite à une lecture buissonnière, « en flâneur », comme en résonance avec les parcours de nos « vies citadines ». D’autant que de nombreux renvois, d’une dimension à l’autre, entraînent à de fréquents allers et retours. Dans le même ordre d’idée, chaque chapitre est mis en perspective avec de nombreux exemples détaillés, sous la forme d’encadrés (77 au total) qui, à la fois, construisent une véritable articulation avec les développements théoriques, donnent à l’ouvrage une grande richesse descriptive mais rendent parfois la lecture un peu heurtée. À cet égard, on regrettera également la rareté des illustrations et d’une cartographie qui serait parfois bien utile.

5D’autant que l’approche qui est développée couvre un champ géographique extrêmement large et s’appuie sur une volonté comparatiste qui permet une lecture très transversale entre villes du Nord et villes du Sud. Si l’Asie est absente, de Berlin à Marseille, de Caracas à Los Angeles, de Johannesbourg à Brazzaville ou au Caire, l’Afrique (nord et sub-saharienne), les Amériques du Nord et Latine et l’Europe sont évoquées avec une grande richesse descriptive et analytique.

  • 4  Sauf le chapitre « Parler » confié à la socio-linguiste Cécile Van de Avenne.

6Ecrits à plusieurs mains 4, chacun des chapitres apporte un éclairage spécifique et complémentaire.

7Le second chapitre (Mobiliser) articule la question des échelles territoriales, notamment à travers les notions de quartier et de communauté, aux formes de la mobilisation politique et de la démocratie participative.

8Dans « Voisiner », il s’agit d’abord d’interroger la mort supposée du voisinage comme ancrage territorial. À l’inverse, les auteurs mettent en évidence comment celui-ci, malgré les contraintes et les limites qu’il suppose, peut constituer une ressource essentielle à l’expression de nos citadinités contemporaines.

9Le chapitre « Bouger et s’ancrer » concerne les mobilités urbaines, notamment sous le prisme de l’analyse des discontinuités dans les parcours résidentiels.

10La ville, objet de discours, mais également lieu d’émergence de pratiques langagières, est analysée dans le chapitre « parler ». Les questions d’identités et les processus d’intégration sont particulièrement mis en évidence dans leur lien avec les pratiques langagières urbaines.

11Mais la ville est également faite d’imprévus et de rencontre. C’est l’objet du sixième chapitre qui met en perspective ce dont, précisément, est faite la ville dans sa mixité : un croisement des possibles et de cadres socialement déterminés.

12Le chapitre consacré au détournement interroge, cette fois, les marges dans leur rapport conflictuel à l’ordre urbain mais également dans la manière où, en tant que ressources, elles participent de la construction de la ville.

13À ce titre, le chapitre sur la fête met en œuvre une dialectique proche, en mettant en évidence tout autant le caractère de rupture vis-à-vis du quotidien qu’elle suppose que la manière dont elle s’inscrit dans une mise en scène de la ville.

14La flânerie est une autre manière de construire un regard sur la ville, ordinaire ou exceptionnelle, et elle constitue, pour les auteurs, un véritable indice de citadinité. Peut-être, à cet égard, manque-t-il une figure dans l’ouvrage, celle du regard et de la pratique flâneuse du touriste.

15Enfin, avec le chapitre « Mémoires », ce parcours s’achève sur la manière dont la ville, celle des citadins et celle des édiles, construit une représentation, souvent entachée d’oubli, de son passé urbain.

16Au total, le lecteur adhère à la promenade et à ses méandres, au risque, parfois de certaines redondances. Pour autant, le propos est ambitieux (mais humble) et l’on ressort de cet ouvrage convaincu du fait que la ville, complexe certes, n’est encore dissoute.

Haut de page

Notes

1  Virginie Baby-Collin, Claire Bénit-Gbaffou, Isabelle Berry-Chikhaoui, Florence Bouillon, Guénola Capron, Élisabeth Cunin, Sophie Didier, Élisabeth Dorier-Apprill, Bénédicte Florin, Philippe Gervais-Lambony, Boris Grésillon, Sonia Lehman-Frisch, Christian Rinaudo, Cécile Van den Avenne, Dominique Vidal.

2  L’équipe réunit, en effet, géographes, sociologues, anthropologues et une sociolinguiste.

3  Ainsi que l’affirment les auteurs dans le propos liminaire.

4  Sauf le chapitre « Parler » confié à la socio-linguiste Cécile Van de Avenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chaudoir, « Vies citadines, sous la direction de Elisabeth Dorier-Apprill et Philippe Gervais-Lambony », Géocarrefour, Vol. 83/2 | 2008, 162.

Référence électronique

Philippe Chaudoir, « Vies citadines, sous la direction de Elisabeth Dorier-Apprill et Philippe Gervais-Lambony », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/2 | 2008, mis en ligne le 22 décembre 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/5522

Haut de page

Auteur

Philippe Chaudoir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page