Navigation – Plan du site
Archives des appels à contribution

Quelle Europe vingt ans après la chute du Mur ?

Appel à contribution pour Géocarrefour, vol. 84, parution automne 2009
Assessing Europe Twenty Years after the Fall of the Iron Curtain
Emmanuelle Boulineau

English version : see below

Les territoires d’une nouvelle Europe

1989-2009 : Voici 20 ans que le Mur de Berlin a chuté sous la pression de sociétés en demande de retour dans l’Europe. Les élargissements de l’Union européenne de 2004 et de 2007 ont concrétisé cette attente. Mais ils ont aussi révélé de nouveaux enjeux de la construction européenne car le passage à 27 membres ne va pas de soi. Comment se construit cette nouvelle Europe dans sa dimension territoriale ? Au-delà des impératifs de sécurité qui continuent de prévaloir au jour le jour et donnent à la notion d’Europe de multiples facettes, ces vingt dernières années ont donné lieu à de nombreuses recompositions spatiales dont L’Union européenne est l’épicentre, sans en être forcément la force d’impulsion. S’interroger sur cette Europe vingt ans après la chute du Mur, c’est aussi questionner ce qui relève de l’européanisation et/ou de la mondialisation dans les dynamiques spatiales européennes.

L’Europe centrale et orientale a mis au défi l’Union européenne (UE) de construire la cohésion d’un espace sous la devise « unie dans la diversité ». Cette devise renvoie dans sa dimension géographique à la dialectique entre cohésion et fragmentation des territoires européens. A mesure que l’Europe s’élargit, la diversité inhérente à cette nouvelle amplitude spatiale conduit à la différenciation des espaces, elle-même porteuse de cohésion ou de fragmentation.

Du côté de la fragmentation, l’apparition de nouveaux États depuis 1989 en montre l’actualité. A l’échelle des régions, les disparités entre régions pauvres ou riches, centrales ou périphériques interrogent la cohésion interne des États-membres pour recomposer autrement la géographie de l’Europe. Les identités en Europe, elles aussi multiples et mouvantes, peuvent être porteuses de fragmentation. Le dilemme entre approfondissement et élargissement est aujourd’hui dépassé car la construction européenne concerne moins une différence de degré d’intégration qu’une différence de nature des identités spatiales et sociales à prendre en compte.

Dans le champ de la cohésion, le terme s’est dans un premier temps appliqué à la cohésion économique et sociale pour devenir cohésion territoriale dans les textes officiels de l’UE. Cette insistance sur la dimension territoriale s’appuie sur la convergence, comme dynamique de similitude, et sur l’intégration dans des territoires et des réseaux. Les instruments et les politiques européennes sont pilotés par en haut, mais les dynamiques ascendantes, qu’elles soient politiques, entrepreneuriales ou autres, viennent renforcer ou contrecarrer cette recherche de cohésion.

Hypothèses et questionnements

Le présent dossier souhaite explorer cette hypothèse du double mouvement de cohésion et de fragmentation. Il vise à dépasser les approches monographiques nationales ou régionales, dans l’idée que le tout européen ne se réduit évidemment pas à la somme de ses parties. Il vise à privilégier les analyses comparatives et les entrées thématiques pour raisonner sur les dynamiques et les configurations spatiales de l’Europe, du local au global. Plusieurs axes de réflexion sont proposés.

Après la chute du Mur de Berlin et les élargissements de 2004 et 2007, que reste-t-il de la scission Europe de l’Est /Europe de l’Ouest ? Il s’agira de s’interroger sur les discontinuités spatiales, nouvelles, dépassées ou bien encore réactivées au sein de l’Union européenne. De nouvelles fractures apparaissent-elles l’Europe centrale et l’Europe balkanique par exemple ?

Qu’apportent les pays d’Europe centrale et orientale à la construction européenne ? L’approche géographique privilégie la question des identités territoriales, des modes de gouvernance ou encore des situations spatiales dans l’ensemble continental. La réflexion vaut pour les nouveaux États membres mais aussi pour les Balkans, dont de nombreux pays candidatent à l’entrée dans l’UE.

Quelles nouvelles architectures spatiales se dessinent ? Quelles en sont les logiques ? La dynamique des réseaux, qu’ils soient urbains ou de transports par exemple, transcende les entités étatiques et mérite réflexion. Le processus incontestable de convergence économique au niveau des États se décline-t-il dans les espaces nationaux en termes de cohésion territoriale ? Quelles sont les incidences spatiales de la réorganisation des filières et des productions économiques dans une Europe ancrée aussi dans la mondialisation ? La question démographique et ses incidences sur l’organisation spatiale de l’Europe reste encore insuffisamment explorée. Les résultats des scrutins européens traduisent-ils ces nouvelles dynamiques ?

Dans quelle mesure les politiques européennes sont-elles un levier de cohésion territoriale ? On pourra à cet effet dresser un bilan des programmes de pré-adhésion à forte dimension spatiale (ISPA, SAPARD) et explorer les nouvelles orientations des politiques de cohésion, d’aménagement du territoire européen ou les mesures concernant l’environnement. Les perspectives de comparaison sont ouvertes entre les nouveaux États membres d’Europe centrale et orientale et les élargissements des années 1980 aux pays méditerranéens.

Délais et consignes

Les demandes d’information peuvent être à adresser à Emmanuelle Boulineau, responsable scientifique du numéro. Les contributions en anglais sont encouragées afin de rassembler des points de vue multiples sur le sujet. Les articles, de 40.000 signes et blancs, respectant les normes éditoriales disponible sur le site geocarrefour.org sont attendus pour le 1er mars 2009. Ils seront envoyés à Emmanuelle Boulineau (emmanuelle.boulineau@ens-lsh.fr) et à la revue : geocarrefour@revues.org. Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. L’objectif est que le dossier paraisse à l’automne 2009, ce qui implique un respect strict des délais de soumission.

Assessing Europe Twenty Years after the Fall of the Iron Curtain

1989-2009: twenty years ago, the Iron Curtain fell under the pressure of societies seeking a return to Europe. The 2004 and 2007 enlargements of the European Union (EU) have fulfilled this expectation. However, the enlargement to 27 member states has also revealed new challenges for European construction. What are the spatial implications for constructing a new Europe? Security requirements, political agendas, and political choices are still shaping what Europe means. Yet in the last twenty years, many spatial changes have occurred, whether stimulated by the EU or not. Assessing Europe twenty years after the fall of the Iron Curtain addresses the issues of European spatial dynamics driven by Europeanisation and/or Globalisation.

After the EU enlargements, territorial diversity is increasing and leading to spatial differentiation. Central and Eastern European countries challenge the European Union to implement spatial cohesion under its motto “united in diversity”. In its geographical dimension, this motto reflects the tension between cohesion and fragmentation within European space.

The emergence of new modern states in Europe since 1989 shows that spatial fragmentation is a relevant issue. On the regional scale, increasing disparities between poor and wealthy regions, central and peripheral areas sometimes threaten national cohesion.  Diversification and changes in European identities also create fragmented spaces. The construction of Europe reflects more the nature of existing territorial identities than the degree of integration in the EU. In this respect, the dilemma between enlargement and deepening is now irrelevant.

In terms of EU rhetoric, the notion of cohesion was first applied to the social and economic spheres then to territorial cohesion. This territorial dimension relies on two incentives: first, the ‘convergence objectives’ impulse  dynamics of similarity, and, secondly, the cohesion policy aims to develop territorial and network integration. European policies and instruments reflect top-down mechanisms but bottom-up dynamics -whether  political, economic or else- tend to strengthen or to hinder this cohesion.

Issues and questions

The present special issue seeks to explore the hypothesis of a double movement of cohesion and fragmentation in Europe. Authors will try to avoid monographical approaches (at national or regional level for instance) preferring comparative analysis and thematic focus, from local to global scale. Some suggested themes for papers are:

- After the fall of the Iron Curtain and the 2004 and 2007 enlargements, what remains of the gap  between Eastern and Western Europe? What kind of new spatial discontinuities are emerging?

- What do Central and Eastern European countries –be they new member states or candidate states from the Balkans- bring to the European construction?

- What are the new spatial organisations in Europe and their patterns? The reduction of inequalities between member states is real, but what about disparities within member states? In Europe, what are the consequences of the spatial reorganisation of the economic sphere in a globalised world? What are the territorial stakes of demographic issues?

 - To what extent do EU policies foster  territorial cohesion in Europe? Pre-accession programs (PHARE, SAPARD…), European spatial planning, environment policies are relevant issues. Papers (submissions) comparing new member states and previous enlargements are welcomed.

Papers deadline: 1st March 2009

Please submit your proposal to emmanuelle.boulineau@ens-lsh.fr (Assistant professor, University of Lyon, ENS LSH) and geocarrefour@revues.org before 1st December 2008.

Author guidelines: http://geocarrefour.revues.org/index1017.html