Navigation – Plan du site

Villes de réservoirs sur le Yangzi et sur le Rhône : niveaux fluviaux et gestion des berges à Chongqing et Lyon

Cities and reservoirs on the Yangtse and Rhône rivers: Water levels and bank management at Chongqing (China) and Lyon (France)
Jean-Paul Bravard
p. 49-62

Résumés

Une comparaison est esquissée entre deux villes de confluence fluviale, Chongqing et Lyon. Cette comparaison n’est pas fondée sur la nature du site ni sur le régime hydrologique, fort dissemblables, mais sur la façon d’insérer un tissu urbain, dont la marge fluviale a été constituée et rigidifiée par des siècles d’histoire, dans un grand projet d’aménagement hydraulique. Le cas de Chongqing est extrême puisqu’il s’est agi d’anticiper sur la mise en eau du barrage-réservoir des Trois Gorges situé 600 km à l’aval de la ville, dans des conditions hydrologiques et sédimentaires incertaines ; ce concept de réaménagement total est présenté avec ses limites potentielles qui sont largement de nature technique.  La création du réservoir lyonnais, qui unifia les conditions de navigation du Rhône et de la Saône au début des années 1960, fut insérée dans un linéaire fluvial quasiment "fini" au sens technique du terme, sans que, pour autant, la dévolution des berges ait été fixée à tout jamais. On suggère que la dynamique des relations au fleuve qui est à l’œuvre au bord du Rhône peut faire regretter certains choix faits sur les berges du Yangzi qui pourraient se révéler très contraignants dans le futur si la société chinoise évolue comme la société occidentale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Remerciements
L’auteur a pu bénéficier de l’aide matérielle de l’Académie des Sciences de Chine et de l’IUF à l’occasion d’un voyage d’étude sur le Yangzi organisé par les professeurs Zhang Lei, Liu Hui et Cai Zongxia en juin 2002. Faute de connaître la langue chinoise, l’auteur s’est fié à ses observations faites sur place à Chongqing, ce qui limite sensiblement leur portée. Les informations sur les travaux réalisés à l’amont de Chongqing ont été collectées lors des entrevues avec des responsables organisées par ses collègues de Pékin. Qu’ils en soient tous sincèrement remerciés, de même que MM. E. Doutriaux et A. Khaladi, de la CNR, pour la mise à disposition du document concernant la gestion du barrage de Pierre-Bénite.

Texte intégral

1Les relations entre les villes et les fleuves ont toujours été agitées. Si les cours d’eau ont, dans l’histoire, fréquemment conditionné la prospérité et la croissance des villes, les crues fluviales ont toujours été une contrainte majeure à laquelle les villes se sont adaptées avec plus ou moins de succès. L’année est rythmée par la baisse et la montée plus ou moins aléatoire des eaux ; les hauts quais défendent les bas quartiers, s’érigeant fréquemment en barrières abruptes à l’interface de la terre et de l’eau.

2Il est cependant des situations peu étudiées, celles de villes fluviales où la maîtrise de l’eau se fait aussi par la construction de barrages-réservoirs dont l’objectif est une régularisation des débits et des niveaux permettant de remplir des fonctions comme les échanges commerciaux et la produc-tion énergétique. Tel est le cas de Lyon sur le Rhône et de Chongqing sur le Yangzi. Si l’on fait abstraction des échelles qui ne sont pas sembla-bles, Lyon et Chongqing, toutes deux villes de confluence fluviale, méritent une comparaison quant à la façon dont elles ont traité ou sont en passe de traiter le contact entre le tissu urbain et le cours d’eau aménagé. Au prix de travaux gigan-tesques, Chongqing se prépare à la mise en eau complète du réservoir des Trois Gorges, contrôlé par le barrage d’Yichang ; long de 600 km, ce réser-voir fera sentir son remous jusqu’au cœur de la cité qui doit profondément reconvertir sa morphologie riveraine adaptée à l’hydrologie d’un grand fleuve tropical. Depuis bientôt 40 ans, Lyon possède un linéaire fluvial en grande partie contrôlé par le barrage de Pierre-Bénite construit par la Compagnie nationale du Rhône au cœur du tissu urbain, dans des conditions il est vrai beaucoup moins contraignantes. Le contrôle hydraulique, qui n’est que partiel, se superpose à des aménagements anciens destinés à lutter contre les crues du fleuve le plus puissant de France.

Figure 1 : Écoulement mensuel moyen à Yichang à l’état naturel et après mise en service du barrage des Trois Gorges (Barber et Ryder, 1999).

Figure 1 : Écoulement mensuel moyen à Yichang à l’état naturel et après mise en service du barrage des Trois Gorges (Barber et Ryder, 1999).

Chongqing, de l’hydrologie naturelle à la gestion hydraulique post-barrage

Le Yangzi à l’heure du barrage des Trois Gorges : des hautes eaux de mousson aux hauts niveaux d’hiver

3A l’état naturel, le Yangzi a un régime hydrologique simple, de type unimodal. Le fleuve a ses basses eaux de fin novembre à début mars (7 à 8000 m3/s à Yichang). Le débit s’élève progressivement pour culminer à environ 30 000 m3/s au début du mois de juillet et redescendre ensuite, une fois que les pluies de mousson ont cessé sur le haut bassin.

4Lorsque le barrage d’Ychang sera complètement achevé, en 2009, le régime des niveaux d’eau dans le réservoir bouleversera le comportement du fleuve. En effet, en régime normal (hors périodes de crue), le réservoir sera rempli à la cote 175 m du 31 octobre au 31 décembre ; ce niveau sera ensuite progressivement abaissé à la cote de 135 m atteinte aux environs du 15 juin afin que le réservoir puisse partiellement stocker une ou plusieurs crues de mousson et contribuer à protéger les riverains de l’aval. Ce niveau de 135 m sera maintenu jusqu’au 31 octobre. Pendant les crues, l’eau pourra monter exceptionnellement à la cote 185 m qui est celle du déversoir du barrage d’Yichang. De la mise en eau partielle du réservoir, au mois de juin 2003, à la mise en service de l’ensemble des turbines, les niveaux vont osciller entre 145 m (niveau maximum) et 135 m (niveau estival de gestion des crues) ; ce n’est donc que dans 6 ans que la variation maximale de projet sera effective et qu’il sera possible de juger de l’efficacité des travaux réalisés.

5Le barrage d’Yichang va donc imposer une inversion saisonnière de la cote fluviale, l’hiver devenant la saison des hauts niveaux ; l’été, toujours saison des hauts débits, deviendra la période des bas niveaux. Il est important de faire cette distinction entre hautes eaux et hauts niveaux car le comportement hydraulique sera très particulier dans le réservoir. En effet, pour la cote 175 m, coïncidant avec de faibles débits, le courant sera très lent, surtout à l’aval du réservoir où la section mouillée sera maximale. En revanche, pour la cote 135 m et de forts débits estivaux, les deux tiers amont des gorges (environ) retrouveront un écoulement de type fluvial proche de l’état naturel ; l’aval verra la vitesse du courant augmenter sans pour autant retrouver l’état initial. On peut déduire de ce principe de gestion deux saisons de hauts niveaux à Chongqing (hiver et été), mais deux saisons de maigres, l’une à la fin du printemps (lorsque le niveau du réservoir aura été abaissé et que le fleuve sera encore en attente de la crue de mousson) et l’autre à l’automne pour les raisons inverses.

6Ce comportement hydraulique très particulier se doublera de phénomènes de transit et dépôt sédimentaires nouveaux. La charge de fond arrivant par l’amont à Chongqing pourra transiter normalement en période d’abondance (celle des bas niveaux du réservoir) car les forces tractrices ne seront pas affectées ; la période de hauts niveaux est théoriquement celle du piégeage, mais les faibles débits ne seront pas favorables à la mise en mouvement des galets. Il convient également de prendre en compte l’effet positif de deux grandes retenues qui doivent être construites à l’amont de Yibin (à Leibo) et piéger les sédi-ments du Yangzi (sans ces ouvrages, la durée de vie du réservoir des Trois Gorges serait de 60 ans, selon un responsable de l’environnement de la province de Yibin). La question des sédiments en suspension sera beaucoup plus sensible puisque le transit se fera dans des conditions naturelles, avec des concentrations certes variables, une grand partie de l’année. Le dépôt des fines sera permanent dans le tiers aval du réservoir où le niveau minimum de 135 m limitera les vitesses ; il sera saisonnier plus à l’amont, la durée du processus décroissant vers l’amont jusqu’à s’annuler dans le remous du réservoir un peu au-delà de Chongqing. Le Yangzi et la Jialing, qui confluent dans cette ville, seront en principe affectés par la décantation des fines de la fin du mois d’octobre à la fin du mois de février. Pour lutter contre ces impacts prévisibles, les autorités chinoises ont mis en place un important programme de réduction de l’érosion des sols dans le Sichuan car 47% des sédiments proviendraient de la rivière Jinsha qui conflue avec le Yangzi à Yibin. Depuis 1999, la forêt naturelle est protégée, l’agriculture est interdite sur les pentes supérieures à 25° de sorte que 70 000 ha de la région de Yibin seront convertis à la forêt ou aux bambouseraies. En échange, l’État donne des céréales gratuites aux paysans dépossédés (22,5 q/ha), les exempte de taxes tout en leur laissant sur la terre un bail de "responsa-bilité" de 50 ans avec possibilité de transmission à leurs descendants. Les stations de mesure de l’érosion créées à Xichang au Sichuan montreraient déjà une réduction des apports aux cours d’eau.

L’adaptation préventive des berges à la nouvelle gestion des niveaux fluviaux à Chongqing

7Ancienne capitale du royaume de Ba il y a 3000 ans, ouverte au commerce mondial en 1876, Chongqing ne possédait que 200 000 habitants avant l’invasion japonaise de 1938. Capitale provisoire du Guomindang et du Parti communiste pendant la guerre contre le Japon, durement bombardée, elle a accueilli deux millions de réfugiés et est devenue une grande cité industrielle. Désignée "ville historique" en 1986, aujourd’hui peuplée de 2,2 millions d’habitants, Chongqing est une grande cité de la Chine intérieure, au contact de la Chine du centre et de la Chine de l’ouest. Dans son cadre accidenté qui fait d’elle l’un des "trois fours" de la Chine, "la ville-montagne" est aussi surnommée la "ville des brumes", en partie du fait de la pollution atmosphérique qui la caractérise. En 1997, dans le cadre de la réorganisation territoriale qui a préludé à l’aménagement des Trois Gorges, Pékin a érigé en municipalité placée sous son contrôle direct un territoire de 82 300 km2 dont Chongqing est le centre politique et économique. La population de cette municipalité est de 30 millions d’habitants, urbains à hauteur de 20%.

Le site fluvial : une tête de navigation à l’amont du futur réservoir

Figure 2 : Les berges du Yangzi et de la Jialing à Chongqing

Figure 2 : Les berges du Yangzi et de la Jialing à Chongqing

8La ville de Chongqing occupe un magnifique site de confluence à l’endroit où la Jialing rejoint le Yangzi, dont la largeur est le double de celle de son affluent (photo 1). Le cœur de la ville, qui correspond au district de Yuzhong, est perché sur un plateau en position d’interfluve, à une altitude relative de 150 m par rapport aux deux cours d’eau, de sorte que les quartiers récents s’étagent sur les versants très raides. Le plateau abrite le siège de l’administration, les quartiers de bureau modernes et des quartiers résidentiels alors que la rive gauche de la Jialing, avec les quartiers de Jiangbei et Chang’an, a reçu des industries comme les tissages, la mécanique, l’ameublement et la pharmacie. C’est sur le seul plateau que le grand écrivain Ba Jin situe en 1946 l’action de son roman Nuit glacée ; le héros ne descend au bord du fleuve que pour une courte promenade nocturne. De nos jours, le plateau est traversé par deux autoroutes souterraines qui franchissent la Jialing par deux ponts et le Yangzi par un seul pont ; en complément les deux rives de la Jialing, mieux reliées entre elles que celles du Yangzi, sont raccordées par un pont routier alors qu’à l’aval un téléphérique haut perché, appuyé sur le plateau central, relie les rives des deux cours d’eau. Le site de la confluence est Chaotianmen où se tient le port d’embarquement des passagers ; sa proue domine les deux cours d’eau qui mêlent leurs eaux avant d’entrer dans les gorges.

Photo 1 : La rive droite de la Jialing dans Chongqing. Noter la rampe d’accès au bateau permettant une adaptation à la forte variation du niveau des eaux de la rivière

Photo 1 : La rive droite de la Jialing dans Chongqing. Noter la rampe d’accès au bateau permettant une adaptation à la forte variation du niveau des eaux de la rivière

Des berges autoroutières sur de grands collecteurs d’eau usées

9Même si, pour la cote 175 m, le remous théorique du barrage devrait cesser de se manifester à Danzishi, à 30 km à l’aval de Chaotianmen, le paysage des berges de la ville de Chongqing est déjà quasiment prêt à subir la montée des eaux ; les hauts niveaux attendus seront ceux des crues et non le haut niveau stabilisé que provoquera la mise en eau du réservoir des Trois Gorges en 2009. Les rives de chacun des deux cours d’eau sont aménagées avec des voies rapides sur berges, notamment les voies de Jiangbei et de Jialing le long de la Jialing et la voie du Changjiang (nom donné au Yangzi à Chongqing) en rive gauche du fleuve. Pour quelle raison avoir déjà terminé ces aménagements considérables, sachant que Chongqing ne sera affectée par la remontée des niveaux du réservoir qu’en 2009 ? Il faut prendre en compte le fait que l’un des enjeux majeurs de la mise en eau, même partielle, est la pollution des eaux du réservoir par les rejets industriels et urbains. Dès 1997, la ville de Chongqing, avec l’aide de la Banque Mondiale, a engagé un très important programme (ou CUEP : Chongqing Urban Environmental Project) pour un coût voisin de 500 millions d’euros ; il s’agit avant tout d’un énorme programme de dépollution basé sur la construction d’un réseau de collecte des effluents sur la totalité des rives fluviales. Engagé en 1988, un premier plan prévoyait 21 stations d’épuration ; il a été modifié sur les recomman-dations de la société grenobloise SOGREAH (Moys et al., 2002). Les eaux de la "presqu’île" passent sous les deux cours d’eau et rejoignent les 80 km de collecteurs principaux qui longent le Yangzi à l’aval de l’agglomération et rejoignent deux grande stations dépuration qui ont dû entrer en service en 2003 ; il est prévu qu’entre 1997 et 2005, la part des eaux traitées passera de 5 à 80% des rejets. Ces grands collecteurs ont été placés sous la voirie de berge qui a été redimensionnée pour la circonstance ; un siphon, qui collecte les eaux de la presqu’île, permet de franchir le Yangzi.

10Sur la rive droite du Yangzi, une autoroute est calée à la cote 181 m en contrebas de quartiers modernes ; elle est construite sur un quai de béton dont la base est verticale jusqu’à la cote 175 m et supporte un promenoir puis un plan incliné ; un deuxième promenoir est tracé à la cote 181 m entre la voirie et le fleuve. Les seuls et rares accès au Yangtsé se font dans l’axe de talwegs pentus franchis par un court viaduc, comme au niveau du temple de Liyun. La rive gauche fait l’objet d’une description ci-dessous. Les choses sont un peu moins avancées sur les rives de la Jialing.

11Les rives de la Jialing ont fait l’objet d’un traitement moins élaboré que celles du Yangzi. La rive gauche n’est pas encore aménagée dans le district de Jiangbei ; en 2002, des travaux étaient en cours à hauteur du téléphérique ; à l’amont, la voie sur berge est portée par une digue en partie enherbée ; son extension est programmée jusqu’au pont de Wangjiatuo. La rive droite de la Jialing, au pied des quartiers de la presqu’île, a sa propre voie express ancrée dans le rocher sur des pieux de béton, sans que des liens aient été prévus entre la rivière et les quartiers qui furent riverains du fleuve ; toutes les constructions bordant la voie ont été rasées et sont remplacées par des tours d’habitations modernes construites dans un espace entaillé dans les schistes rouges consolidés (photo 2). Le terre-plein central de la voie express accueillera un train lui-même perché sur une voie construite sur pilotis. Côté rivière, le quai à parement de béton est incliné ; un cours tronçon, protégé par un muret, accueille une promenade arborée dominant la rivière.

Photo 2 : Immeubles en construction à proximité du Yangzi

Photo 2 : Immeubles en construction à proximité du Yangzi

Chaotianmen, la figure de proue de Chongqing

12Le quartier de Chaotianmen sur le site de la confluence, est la "porte qui regarde le ciel" ; il permet l’accostage du King Star, bateau de croisière aux cinq étoiles, et possède le magnifique belvédère de Mingshan ; le 27 juin 2002, le panneau égrainant le compte à rebours de la mise en eau partielle du réservoir indiquait encore 337 jours. Les eaux du Yangzi, qui commençaient à monter car c’était le début des pluies de mousson, se tenaient à la cote 168,50 m (au-dessus du niveau de la mer). En contrebas, le quai moderne du dock Shazui a été construit en béton jusqu’à la cote 181 m ; incliné à 45°, il est formé de marches d’escalier interrompues par un trottoir à la cote 175 m (soit la cote de mise en eau à hauteur du barrage des Trois Gorges). Au sommet des marches, une promenade piétonne éclairée de réverbères se tient au-dessus du niveau des hautes eaux. Ce niveau de circulation est dominé par la masse moderne de Chaotianmen surélevée à la cote 193,50 m, c’est-à-dire au-dessus du niveau des grandes crues (photos 3 et 4) ; de fait, la cote maximale du réservoir des Trois Gorges sera portée à 185 m et il faut tenir compte d’une pente de la ligne d’eau en crue sur les 600 km de parcours en gorge. La dénivellation entre l’étiage actuel du Yangzi et le niveau des crues exceptionnelles tel qu’il est prévu est donc de près de 25 m ! Il faut en effet prendre en compte le fait que le niveau du réservoir sera variable : il sera supérieur ou égal à 175 m en régime de basses eaux hivernales en 2009, mais proche de l’étiage actuel au printemps car le réservoir sera en partie vidé pour pouvoir stocker la crue de mousson et protéger la basse vallée du Yangzi.

Photo 3 : La proue de la confluence du Yangzi et de la Jialing avec la place Chaotianmen, sous la ville moderne. Les berges sont prêtes à la remontée du niveau des eaux

Photo 3 : La proue de la confluence du Yangzi et de la Jialing avec la place Chaotianmen, sous la ville moderne. Les berges sont prêtes à la remontée du niveau des eaux

Photo 4 : L’aménagement de la berge du Yangzi sous Chaotianmen

Photo 4 : L’aménagement de la berge du Yangzi sous Chaotianmen

La rive gauche du Yangzi : protéger tout en ménageant un accès au fleuve

13La berge du Yangzi, en rive gauche du fleuve, a fait l’objet de l’aménagement le plus intéressant car il a été visiblement décidé de ne pas créer de coupure autoroutière et de maintenir des contacts avec le fleuve, comme le révèle un parcours de la confluence au parc de Shanhu. Sur un tronçon, l’ancienne voirie de desserte locale a été maintenue à la cote 181 m, mais elle est surmontée par une voie express calée à 181 m et construite sur pilotis. Le quai qui supporte la voie locale est composite : il peut être formé d’un mur de béton surmonté d’un plan incliné en béton alvéolé et gazonné puis d’un promenoir à 178 m et enfin d’un parapet de protection ; ou bien d’un simple mur incliné surplombant un trottoir à fleur d’eau (photo 5). Les marches d’escalier, des appontements mobiles, des ponts de bateaux assurent l’accès aux petites embarcations et aux unités de croisière en permettant d’adapter les échanges en fonction du niveau très variable de la ligne d’eau. Il est aisé de prévoir le dépôt de limon ou de sable pendant les crues et la période de hauts eaux à 175 m et plus ; des travaux d’entretien réguliers seront nécessaires.

Photo 5 : L’aménagement de la berge du Yangzi au dock Shazui

Photo 5 : L’aménagement de la berge du Yangzi au dock Shazui

14Entre les docks 17 et 18, le vieux quartier fluvial a été partiellement préservé avec sa rangée d’entrepôts, sa gare des bus, ses échoppes d’artisans spécialisés dans les réparations diverses, auxquels on accède en passant sous la voie express. Après destruction d’une rangée de boutiques bordant le fleuve, un jardin public de quartier a été aménagé sur un remblai ; très ombragé, il offre des aires de jeu, une allée avec des tables et des chaises pour une clientèle qui peut commander un petit repas aux marchands ambulants (repas chaud avec bière et thé) ou pour les joueurs de majong. En remontant vers l’amont, on ne peut que suivre la voie express calée à 181 m. La base du versant a été dégagée de tous ses vieux immeubles au profit de tours d’habitations neuves bâties au pied de l'aspic rocheux tenu par des tirants métalliques. Lorsque l’espace manquait, on a construit des bâtiments-écrans qui pastichent le style traditionnel avec leurs coursives et cloisons de bois destinés à masquer la base du rocher ; on distingue alors à l’arrière-plan les maisons anciennes accrochées à la pente.

15Plus à l’amont encore, en face de l’île de Shanhuba et au débouché d’un col qui échancre le plateau, Shanshu, le "parc de l’An 2000" vient d’être créé de toutes pièces. Un monolithe jaune marque l’entrée de cet espace de luxe donnant sur le fleuve, dont le vide contraste avec l’animation du jardin public de quartier. Le tracé élaboré des sentiers permet de cheminer dans la verdure ; un plan d’eau étroit et sinueux évoque le dragon, puis on gagne le "jardin de la méditation" et un très bel amphithéâtre dont la scène est couverte d’un vélum. L’entrée de ce parc clôturé est relativement chère (10 yuan) ; il est vrai que l’on est au pied des quartiers résidentiels aisés, comme Yuzhong. Le promeneur a vue sur le fleuve, mais le Yangzi n’est qu’une scène distante et inaccessible.

Figure 3 : Deux exemples d’aménagement des berges du Yangzi (rive gauche) à Chongqing

Figure 3 : Deux exemples d’aménagement des berges du Yangzi (rive gauche) à Chongqing

… Et si les calculs étaient faux ?

16La question est délicate à poser, mais selon Probe International (Lettre du 5/09/2003), ONG canadienne qui conteste le barrage, elle est pertinente. L’hydrologue Lu Qinkan, expert auprès du Groupe de Contrôle des crues de l’Etude de faisabilité du barrage des Trois Gorges ainsi que 42 experts chinois auraient envoyé une pétition aux autorités de Pékin le 18 mars 2003. Cette pétition porte sur deux points :

17Le premier concerne la hauteur réelle des crues fluviales à Chongqing, indépendamment de la remontée des eaux due à la mise en eau du réservoir. En 1986, l’Office de contrôle des crues de Chongqing a fourni les données officielles sur la crue du Yangzi de 1981. Le débit de 85 700 m3/s enregistré à la station de Xuantanmiao, d’une période de retour de 50 ans, a atteint la cote 193,38 m ; à cette occasion, sept quartiers et 137 000 habitants ont été touchés, 857 usines et 5 322 ha de terres agricoles ont été inondés, ce qui a provoqué une perte économique d’un montant de 20,5 millions euros. Or la politique de relocalisation des habitants a retenu la cote 183,5 m, ce qui n’est que la cote de crue vingtennale (Q20), alors que le Ministère des ressources en eau utilise habituellement la cote des crues cinquantennale et centennale. La cote pour Q20 serait donc inférieure de 10 m à la cote de Q50, ce que les hydrologues considèrent comme "ni légal, ni raisonnable".

18Le second concerne les effets à moyen terme du dépôt de sédiments dans le lit fluvial. A l’échéance de 20 ans, le relèvement du lit devrait être de 2,4 m à Cuntan, à 20 km à l’aval de Chongqing. Ce relèvement, et donc celui de la ligne d’eau, devraient provoquer le relogement de 150 à 200 000 personnes le long du Yangzi, sans compter les effets sur les affluents.

19En outre, le journaliste K. Hoggart mentionne une discussion en cours sur le site officiel de la Commission des Ressources en Eau du Yangzi (lettre de Probe International du 13/09/2003). La question est de savoir si la ligne d’eau du réservoir sera calée horizontalement à la cote 175 m ou si elle aura une pente. Il semble que les présentations officielles se fondent sur une cote constante qui aurait été imposée par l’équipe chargée du relogement des riverains, ceci afin de réduire les coûts. Or certains spécialistes avance-raient la possibilité que la pente moyenne de l’écoulement soit de 0,007%, ou 7 m par 100 km ; d’autre spécialistes envisagent une pente plus faible et concave, logiquement plus forte à l’amont où la section est réduite, mais nulle à l’aval. Quoi qu’il en soit, la cote à Chongqing devrait être plus forte que prévue par le simple effet de la réalisation d’un pente nécessaire à l’écoulement.

20On voit donc toutes l’incertitude qui règne actuellement quant au comportement hydraulique et sédimentaire d’un réservoir aussi vaste et imprévisible. Il n’est pas certain que la surélévation des bas quartiers et de la voirie de la ville soit suffisante.

Gestion des niveaux fluviaux et paysages des berges à Lyon

21Alors qu’une ville fluviale comme Chongqing bénéficie d’une topographie qui, traditionnellement, l’affranchissait largement de la contrainte fluviale, puisque l’interface se jouait en bas de plateau, Lyon s’est développée dans un contexte plus difficile. Fourvière et la Croix-Rousse sont les quartiers primitifs de hauteur, mais depuis l’époque romaine la croissance urbaine a été péri-fluviale dans un espace alluvial instable et naturellement très mal protégé. Il n’est pas étonnant que le front d’eau lyonnais soit entièrement construit, au terme d’une histoire complexe qui a vu évoluer la géométrie des enveloppes fluviales et donc la sévérité des aléas (Bravard, 2004, a et b).

Le paysage des quais-digues ou l’obsession de la crue (XVIe-XIXe s.)

22L’histoire des crues est indissociable de l’histoire du paysage fluvial lyonnais. Le cœur historique a été construit sur la colline de Fourvière qui la domine à l’Ouest, mais la ville romaine s’est rapidement étendue dans la plaine alluviale, sur les deux rives de la Saône et en rive droite du Rhône où se réalisaient les fonctions économiques liées au transport fluvial (entreposage, artisanat), l’espace entre Saône et Rhône étant colonisé vers 10 B.C. On connaît très mal l’occupation antique de la rive gauche du Rhône, mais le fleuve était franchi à l’époque romaine par un pont qui ouvrait l’itinéraire de la voie d’Italie en direction de l’Est. Devenue ville de plaine alluviale dès la fin du 1er s. B.C., Lyon a été exposée aux crues mais aucun témoignage archéologique n’a encore permis de mettre en évidence une protection par des digues, malgré la réalisation de fouilles à proximité des berges antiques. La période hydrologique la plus difficile s’est étendue de la fin du 1er s. B.C. au début du 2e s. A.D. puisque les fouilles archéologi-ques ont montré une réactivation des chenaux anciens, un alluvionnement fin sur une épaisseur de plusieurs décimètres, une augmentation de la taille des particules déposées et des tentatives localisées de remblai artificiel sous le règne de Claude. L’hypothèse retenue par les géoarchéo-logues (Bravard et al., 1997 ; Provansal et al., 1999 ; Arlaud, 2000 ; Salvador et al., 2002) est celle d’une conquête des terres basses dans une période où les crues étaient rares et faibles, et celle d’un retrait de l’habitat ou son adaptation dans les périodes à risque fort. En effet, les données radiocarbone et dendrochrono-logiques démontrent que le plancher alluvial du site de Lyon a été mis en place au 1er Âge du Fer (ca 800-350 B.C.) par le Rhône qui développait un style fluvial en tresses dans un contexte hydro-climatique caractérisé par une hydrologie active et par des périodes de fort transport de charge de fond. Si les Romains ont colonisé cet espace fait de bancs de galets à matrice sableuse et de chenaux à la fin de La Tène, c’est que la période, réputée sèche, était peu active sur le plan hydrologique et fut favorable à l’incision du réseau hydrographique. Ces caractères naturels firent de l’ancien espace de tressage une très basse terrasse fluviale relativement protégée jusqu’à la période de reprise des crues à la fin du 1er s. A.D.

Figure 4 : Eléments de défense et d’aménagement  de Lyon au milieu du XIXe s.

Figure 4 : Eléments de défense et d’aménagement  de Lyon au milieu du XIXe s.

23L’histoire de l’occupation du site alluvial entre la fin de l’époque romaine et le milieu du Moyen Âge demeure obscure et l’on ne sait quelles ont été les interactions entre les cours d’eau et la ville (sans doute partiellement repliée sur les hauteurs), en particulier lors de la très probable crise hydrologique du haut Moyen Âge (Bravard et al., 1992). Face à la ville gallo-romaine en voie de revitalisation au Moyen Âge, localisée sur la très basse terrasse (1er Âge du Fer) exhaussée par les limons de crue et quelques remblais qui forme la presqu’île du site de Lyon, la rive gauche du Rhône était un espace large de plus de 1 km, façonné par la migration du Rhône depuis la Protohistoire, en contrebas d’une basse terrasse atlantique (ca 5000 BP). Ce territoire inondable, relié à la ville par le pont médiéval de la Guillotière, lequel reprend l’emplacement du pont romain, était dévolu à l’agriculture. Les effets de la péjoration hydro-géomorphologique du Petit Âge Glaciaire sont relativement bien connus. Dès le XIIIe s., l’augmentation de la charge solide et du niveau des crues a créé une tendance à l’élargisse-ment du Rhône, comme en témoigne la réponse des édiles qui est l’allongement du pont médiéval de la Guillotière (Burnouf, 1991). Stade ultérieur, la métamorphose du Rhône (passage du style à méandres, qui était celui du Moyen Âge, au style en tresses moderne) est acquise au XVIe s. à l’amont de la ville (Bravard, 1989) ; elle se traduit probablement par l’exhaussement des fonds du Rhône et de la Saône à la traversée de la ville (les sédiments excédentaires entrant dans Lyon proviennent d’un affluent massif centralien de la Saône, l’Azergues, et de l’Ain, un affluent du Rhône).

24La presqu’île étant saturée, la construction d’un nouveau pont sur le Rhône par l’ingénieur Morand (1772-1774) et la construction de quais inaugurent le développement d’un nouveau quartier, celui des Brotteaux, sur la rive gauche du Rhône (fig. 4). Or Lyon a été affecté par de graves inondations durant cette période, notamment en 1754, 1769, 1812 et 1825. C’est dans cette époque de croissance urbaine et de péjoration hydro-climatique que se joue l’avenir du paysage fluvial de la ville. En effet, l’étalement et l’exhaussement de la bande active fluviale à l’approche de Lyon font peser la menace d’un changement de tracé qui éloignerait le fleuve des quais de la presqu’île où est assuré l’essentiel de la fonction commerciale et où est opérée l’évacuation des eaux usées. Dans un premier temps, la digue de la Tête d’Or (1759-69) inaugure la fixation du tracé du Rhône, puis son prolongement aval contraint le fleuve dans un espace réduit à une largeur de 200 m. La menace devient le contournement de la ligne de digues par l’Est. L’entrée de la plaine alluviale est alors fermée à l’amont par la levée de terre du Grand Camp (1836-39), mais celle-ci est rompue par la grande crue d’octobre 1840 (la crue du Rhône inonde la rive gauche et la presqu’île ; après son retrait, la Saône, déborde à son tour et renverse le sens du courant dans la presqu’île). Refaite à l’identique, la levée du Grand Camp est simplement doublée par une digue sommaire reliant les forts de Lyon, ce qui signifie que les Ponts et Chaussées n’ont pas encore pris la mesure du danger ; dans le même temps, et pour bien manifester que le véritable risque est celui d’une défluviation, des travaux sont réalisés pour provoquer un auto-creusement du lit du Rhône et fixer définitivement son talweg (1842-1843). Signe qu’elle n’est pas prête à assurer une protection complète, la ville de Lyon achète aux Hospices civils de vastes terrains mal drainés pour aménager le Parc de la Tête d’Or (1856-1857), alors que les Hospices comptaient sur une digue insubmersible et sur le remblaiement des terrains pour urbaniser la zone et en tirer un meilleur profit. Cette situation ne pouvait qu’être provisoire : en mai 1856, le débit du Rhône atteint plus de 4 100 m3/s, soit une hauteur de 6,60 m au-dessus de l’étiage au pont Morand (Pardé, 1925), et les levées lâchent, provoquant de graves dégâts à plus de 1 800 maisons construites en pisé (terre battue). La loi de 1858 permet de dégager le financement nécessaire à la construction de la « digue insubmersible des Brotteaux » (1857-1859), capable de protéger Lyon contre une crue millénale (Bravard, 1987) ; cette digue et les quais urbains situés à l’aval sont ensuite doublés, du côté du fleuve, par une digue basse et un remblai dont les fonctions sont de bloquer l’érosion latérale et de protéger la ligne de défense contre l’inondation (fig. 5).

25Quant aux berges de la Saône, déjà équipées de quais inclinés ou bâtis en marches d’escalier pour assurer la fonction de déchargement des bateaux, elles sont systématiquement réaménagées au XIXe s. (la première digue-quai est construite en 1538). Des quais droits, empiétant sur la rivière, sont construits au bénéfice de la protection des quartiers riverains (Bethemont et Pelletier, 1990), alors que les fonctions économiques sont repoussées à l’amont (quartier de Vaise) et à l’aval de la presqu’île (port Rambaud).

26La ville contemporaine occidentale hérite donc d’un paysage fluvial marqué par la rectitude des tracés et le calibrage du fleuve selon un gabarit étroit. De semblables conditions se rencontrent de manière remarquable à Toulouse et surtout à Rome où la tentative actuelle de développer des navettes fluviales, à l’imitation de Paris, pourrait se heurter au handicap visuel que constitue la hauteur des quais-digue.

Figure 5 : Les aménagements hydrauliques de la période 1860-2000 à Lyon

Figure 5 : Les aménagements hydrauliques de la période 1860-2000 à Lyon

Figure 6 : Les profils en long du Rhône dans Lyon pour différents débits (source : CNR).

Figure 6 : Les profils en long du Rhône dans Lyon pour différents débits (source : CNR).

Pierre-Bénite et le paysage d’une voie navigable intra-urbaine (1960-1990)

27Lyon intra muros a connu une deuxième phase d’aménagement fluvial (après la construction des quais-digues à la fin des années 1850) en liaison avec l’aménagement du Rhône aval. En effet, la construction d’une chaîne d’ouvrages hydrau-liques par la CNR (Compagnie Nationale du Rhône, créée en 1934) progressait rapidement, suite à la mise en service de l’aménagement de Donzère-Mondragon (1952). La vocation des ouvrages était triple : la production d’énergie, la navigation et l’irrigation, conformément à la loi du Rhône de 1921. Le maillon lyonnais devait jouer un rôle capital en permettant d’unifier les conditions faites à la batellerie de la Saône (péniches adaptées à un courant lent et à gabarit modeste) et du Rhône (grosses unités construites pour un courant rapide). C’est pour supprimer la petite écluse de La Mulatière, qui permettait le passage d’un cours d’eau à l’autre, pour réaliser un grand port unifié (le port Édouard Herriot, en rive gauche du Rhône) et offrir à l’industrie de vastes surfaces en remblai que l’ouvrage de Pierre-Bénite est mis en service en 1966. Le barrage relève en effet le plan d’eau du Rhône et de la Saône et donne à Lyon un paysage hydraulique qui masque entièrement la variabilité saisonnière des débits sans toutefois affecter la gestion des fortes crues qui restent menaçantes.

28Les différents services ont bien planifié les opérations en prévoyant les impacts à venir et en mettant en œuvre des mesures préventives. La question essentielle était de ne pas aggraver le risque de crue à la traversée de Lyon, conformément au cahier des charges de la CNR.

29Deux mesures furent prises :

30- Le dragage des fonds du Rhône à l’entrée dans Lyon fut poursuivi ; il fut continué vers l’aval à la traversée de la ville (1968-1988).

31- La CNR adopta une gestion du barrage permettant de stabiliser la ligne d’eau en basses eaux au cœur de la ville à des cotes comprises entre 161,5 m et 162 m NGF (pour des débits tels que le débit d’étiage de 10 j/an, soit 330 m3/s, et le débit semi-permanent de 820 m3/s). Pour les débits de petites crues, le plan d’eau est abaissé en dessous de 162 m à l’aval d’un point situé à 3 km à l’amont de la confluence car les vannes du barrage sont ouvertes. Au-delà de 3 000 m3/s, les lignes d’eau reprennent leur niveau d’avant aménagement.

32Comme on le voit, le défi posé par la complexité hydraulique était beaucoup moins fort à Lyon qu’à Chongqing, mais le réglage fin des niveaux de la ligne d’eau et de la nappe alluviale s’est avéré très délicat à l’amont de la ville. L’arrêt des pompages d’eau potable près du pont Poincaré et la construction du métro souterrain perpendiculaire-ment à la circulation de la nappe ont relevé le niveau de cette dernière, ce qui a posé des problèmes aux constructions en sous-sol. Il a fallu supprimer un seuil sous-fluvial pour abaisser les niveaux, puis conforter le pont de chemin de fer et réalimenter à l’aide de deux captages le lac de la Tête d’Or menacé d’assèchement. Les impacts sur la nappe, créés par des services techniques municipaux qui n’avaient pas eu de concertation suffisante avec les services de l’État en charge du fleuve, ont révélé la complexité du système fluvial en milieu urbain. Les choses sont aujourd’hui rentrées dans l’ordre.

33Lyon a donc hérité de deux systèmes techniques emboîtés : d’une part un système monumental de quais-digues aux murs sub-verticaux ou verticaux franchissables par des marches d’escalier ou des rampes inclinées en pente douce, d’autre part les « bas-ports », plates-formes remblayées à quelques décimètres au-dessus du niveau moyen imposé par la gestion de l’ouvrage de Pierre-Bénite. Les années 1960 étant aussi celles du tout automobile, le Rhône et la Saône se donnaient à la péniche et à la voiture ; la construction de l’axe Nord-Sud en rive droite du Rhône, l’aménagement de près de 1 700 places de parking sur les bas-ports du Rhône et celle de parkings inondables dans le lit de la Saône en témoigne amplement. Comment entrer dans la phase « post-moderne » qui est celle du retour au fleuve tout en s’accommodant des deux systèmes précédents ? Tel est l’enjeu des politiques fluviales lyonnaises depuis 20 ans.

Le « retour au fleuve », du banc public à la guinguette au bord de l’eau

34Le « retour au fleuve » des Lyonnais est passé par une série d’étapes qui paraissent trop rapprochées dans le temps pour que l’on n’y voie pas la manifestation d’une hésitation, laquelle peut inquiéter si l’on envisage la durabilité des solutions retenues.

35La première étape, qui dure toujours, est la valorisation des bas-ports existants dans la perspective du logement individuel. Elle a débuté de manière spontanée sur la rivière avec l’irruption de péniches désarmées au début des années 1980. D’abord regardées avec suspicion, elles furent vite adoptées et bénéficièrent de dispositions réglementaires leur assurant un statut, en particulier lorsque la Communauté urbaine de Lyon eut obtenu en 1987 la concession pour trente ans des berges de la part du Service de la Navigation Fluviale qui gère le Domaine public. Il ne fait pas de doute que la régulation des niveaux créée par le barrage de Pierre-Bénite facilite l’insertion de ces logements flottants, le paysage reproduisant en plus modeste celui des berges de la Seine à l’amont et à l’aval du barrage éclusé d’Asnières. La résistance des amarres en cas de forte crue a toujours inquiété les autorités et doit faire l’objet de mesures concrètes.

36La deuxième étape de reconquête manifeste le début du rejet du tout automobile à la fin des années 1980. C’est l’aménagement du quai Claude Bernard avec les premiers arbres, des bancs, l’accueil des bateaux de croisière ; la réalisation d’une piste cyclable ouverte à la promenade inaugure la conception longitudinale de la réaffectation des berges rhodaniennes qui triomphe aujourd’hui avec le projet de vélo-route Léman-Méditerranée porté par l’Institution Rhône-Saône. Les bas-ports sont partagés entre les utilisateurs traditionnels, qui sont avant tout les automobilistes (ils travaillent dans la journée dans les quartiers riverains), et les nouveaux usagers qui se glissent dans les interstices ouverts sur le fleuve par la nouvelle politique municipale. L’ouverture de la place Antonin Poncet par un débarcadère censé accueillir une navette fluviale manifestait la double volonté de créer des « transversalités » entre ville et Rhône, et de redynamiser le fleuve à l’époque où s’achevait la Cité internationale.

37La troisième étape est l’amorce de la reconquête totale des bas-ports par les usages ludiques et sportifs. Une des premières manifestations fut la « Fête du Rhône » qu’organisait la CNR au début des années 1990, à l’époque du projet de liaison Rhin-Rhône. Un week-end de septembre, donc dans une période de la semaine où les bas-ports étaient peu fréquentés par les automobilistes, il s’agissait de proposer des activités sportives et culturelles aux Lyonnais, tout en vantant les mérites des aménagements fluviaux. Si la Cour des Comptes mit fin à l’expérience au prétexte que la CNR s’engageait dans une mission qui n’était pas a priori la sienne, il n’en reste pas moins que l’initiative était prémonitoire en ce qu’elle montrait de manière radicale, mais limitée dans l’espace et dans le temps, ce que pouvait devenir les berges du Rhône. Après tout, le fait de donner une fonction ludique aux quais fluviaux avait été anticipé par la construction de la piscine des « bords du Rhône » qui avait fait échapper quelques dizaines de mètres aux parkings à la fin des années 1960. Le dernier avatar de ce scénario est l’opération « Quai des guinguettes » qui se déroule entre la passerelle du Collège et le pont de la Guillotière depuis juillet 2003 en liaison avec l’arrivée d’une étape de la 100e édition du Tour de France. Quoiqu’en aient dit les promoteurs de l’opération, la transformation des bas-ports en plage urbaine ressemble trop à l’opération Paris-Plage pour que ce soit pure coïncidence, mais cette valorisation du bord de l’eau est dans l’air du temps à Lyon depuis une dizaine d’années. La construction d’une piste de skate permanente sous le pont Morand est révélatrice de la tentation de pérenniser la fonction ludique. Cette tendance vient d’être également illustrée par la tenue en mai 2003 du 1er « Lyon River Festival » (alias « Lyon-Hawaï » !), sur le site de la « vague » créée par le seuil placé dans le lit du Rhône sous le viaduc de Théo, le périphérique de contournement nord de Lyon. Premier festival de kayak sur vague en milieu urbain selon les organisateurs, il est révélateur de l’utilisation spontanée d’un spot d’eau vive créé pour toute autre chose, puisque le seuil a simplement pour fonction de relever la ligne d’eau du Rhône et la nappe phréatique du champ captant de Charmy qui alimente l’agglomération en eau potable.

38La quatrième étape, qui a débuté à la même époque que la précédente, pose la question de l’insertion des milieux d’intérêt écologique dans le tissu fluvial intra-urbain. Les deux notions ne sont-elles pas antinomiques ? Si l’on considère les milieux naturels stricto sensu, c’est-à-dire ceux qui sont régis par des processus fluviaux non perturbés (érosion et dépôt de sédiments grossiers, colonisation spontanée par la végétation pionnière, exhaussement par des sédiments fins, évolution progressive vers une végétation arborescente), ils sont devenus fort rares puisque l’on ne compte plus que deux secteurs dans l’agglomération, y compris Miribel-Jonage, le vieux Rhône de Pierre-Bénite à Grigny posant d’autres problèmes. Il s’agit des îlots et des berges du parc de la Feyssine (Villeurbanne), en voie d’évolution rapide, et du Brétillot du quai Augagneur (Lyon). En 1991, le Plan Bleu donnait le ton en décrivant ainsi la berge située sous la voie sur berges de rive gauche en face de Saint-Clair : « … la rive convexe constitue un grand champ de cailloux et de sable que la végétation ripariale de saules, de peupliers et vernes a tendance à envahir de façon exubérante. Cet espace sauvage est en partie colonisé par des habitats précaires bien cachés aux regards… » (p. 45) ; tout en précisant que le banc situé à l’aval d’Interpol serait préservé (p. 74), ce document soulignait le fait que « dans un contexte de centre-ville, elles (les zones demeurées naturelles) ne peuvent être que marginales et marginalisées », ce qui justifiait leur disparition programmée. En 1993, la destruction du très beau site de Saint-Clair, localisé sur un tronçon abandonné du canal de Miribel sous le « Petit Versailles », illustre le triomphe des conceptions fonctionnalistes dans l’espace urbain (il s’agissait de construire le périphérique nord), même si le classement des îles de Miribel-Jonage avait pour vocation de jouer un rôle compensateur (Amzert et Cottet-Dumoulin, 2000) ; à cette occasion, l’exposition organisée à l’Orangerie de la Tête d’Or, qui présentait le projet de voirie et le caractère insalubre et dangereux des brotteaux de Saint-Clair que personne n’entretenait plus, fut un modèle d’hypocrisie médiatique. Le changement de conception s’affirme avec la 2e version du Plan Bleu qui propose l’objectif de « protéger les milieux naturels encore biologiquement riches » ; le site de la Feyssine est retenu, mais il n’est rien dit du Brétillot. Le document reconnaît que l’ensemble des grands travaux réalisés a « considérablement appauvri la diversité et la qualité des milieux naturels de l’agglomération » (p. 21). La fréquentation de la Feyssine et du Brétillot manifeste le besoin de plage et d’eau vive qu’éprouvent les Lyonnais, au risque d’inquiéter les édiles qui déploraient à juste titre des noyades (Plan Bleu de 1991) et ont fait interdire la baignade en juin 2003. Le caractère sauvage des lieux est également favorable à certains comportements transgressifs, lesquels poussent une partie de l’opinion à demander la suppression de ces espaces au nom des bonnes mœurs.

39Si ces deux secteurs résiduels paraissent assurés de pérennité, la question de la réinsertion du végétal (qu’il faut distinguer du naturel) reste en suspend. La présentation des projets de réaménagement des berges du Rhône, au printemps 2003, a posé les enjeux tels qu’ils sont perçus en ce début de décennie. Sur un linéaire de 5 km et une superficie de bas-ports de 8 ha (de la Tête d’Or à Gerland), la ville de Lyon veut donner à la berge de rive gauche du Rhône un double caractère urbain et naturel, « renouer le contact avec le fleuve », créer un « espace de liberté », un espace public « exemplaire » inscrit dans la perspective du développement durable. L’examen des propositions sélectionnées montre la difficulté de l’exercice, tant les données sont contraignantes et le discours des paysagistes n’y change rien. Parmi les projets refusés, l’un voulait rehausser les bas-ports pour les protéger de la crue, proposait de découper le Brétillot en deux ensembles, l’un faisant l’objet d’une « colonisation maîtrisée », l’autre restant « sauvage » ; la berge perreyée proche du fleuve aurait été doublée de gabions accueillant des arbustes (Projet du Groupement « Atelier Ruelle Paysage »). Dans un autre projet, il s’agissait de redoubler le cours du Rhône par une « sorte de contre-canal » creusé dans le bas-port, de faible profondeur, planté d’espèces locales, en somme une « lône » ; cet espace aquatique, mais très domestiqué, se serait opposé au fleuve puissant et naturel avec ses plateaux piétonniers accueillant des jeux, des jardins botaniques, une piste de danse, des guinguettes… (Projet Desvignes). Fut également refusé l’intéressant projet de l’Atelier des paysages Alain Marguerit, avec son concept de « grand lit pour le Rhône » ramenant l’eau courante au pied des quais dans une conception moins aménagiste que la précédente. Le projet finalement retenu, celui du cabinet de paysagistes « In situ », reste de conception classique avec des bas-ports non remodelés, un couvert arboré, des cheminements dessinés au sol et des kiosques à l’abri des crues ; en somme une architecture très urbaine dessinant un parc piétonnier d’aspect linéaire, établi au ras de l’eau et inondable. Comme on le voit, la marge de manœuvre est très limitée et la principale conséquence de ce projet devrait être, à son achèvement en 2006, de supprimer les parkings au profit d’une fréquentation piétonne et cycliste que l’on espère couronnée de succès.

Conclusion

40En 7 ans environ, la municipalité de Chongqing a substitué aux rives anciennes, sans doute animées d’une activité fluviale dense, des quais modernes de différents styles, mais essentielle-ment destinés à assurer une fonction étrangère à la transversalité qui régnait en ces lieux puisque la circulation longitudinale est maintenant privilégiée. Encore peu actif, le trafic automobile sera sans doute intense dans les années à venir. Ce qui frappe aussi le visiteur, c’est l’énorme effort de construction immobilière sur les berges, mais aussi sur le plateau et sur tous les versants visibles : le chantier est gigantesque. A l’exception de quelques accès ménagés ici et là, une coupure irrémédiable est donc créée entre les quartiers urbains et les cours d’eau sur un linéaire de plusieurs dizaines de kilomètres. Les contacts berge/rivière qui viennent d’être aménagés dans l’espace urbain concernent presque uniquement la navigation pour les voyageurs et le site prestigieux de Chaotianmen, l’exception du vieux quartier portuaire de la rive gauche du Yangzi ; les ports de marchandises étant repoussés en périphérie amont et aval. Il est probable que les contraintes imposées par la gestion de l’épuration des eaux et la volonté d’adapter à marche forcée la ville à l’automobile ont pesé si fort que la transversalité ville/fleuve a été négligée, comme ce fut le cas dans les pays occidentaux dans les années 1960-1970, voire plus tard. Il serait intéressant de savoir ce qu’est devenue la population, sans doute nombreuse, qui vivait à l’interface terre/eau ; avec la destruction des bas quartiers remplacés par des immeubles d’un certain standing, elle a sans doute été déplacée en banlieue ; de fait, le parc de l’An 2000 manifeste la nouvelle vocation de Yuzhong, quartier tourné vers le résidentiel pour classes moyennes et supérieures.

41La situation lyonnaise est radicalement différente. Les aménagements hydrauliques des années 1960, d’une ampleur considérable à l’échelle de l’agglomération, ont stabilisé les niveaux du Rhône et de la Saône la quasi-totalité de l’année. De ce fait, les rives de ces cours d’eau, simples plates-formes à usage automobile pendant près de 40 ans, vont permettre de recréer une interface stable entre la ville et la rivière sans toutefois régler l’hypothèque de la crue. Il ne s’agit pas de recréer de la vraie nature dans Lyon car c’est impossible ; il s’agit de redonner vie, de réanimer, dans un décor qui sera moins minéral et brutal.

42Toute la différence est là avec Chongqing où l’aménagement des Trois Gorges crée une instabilité éloignée du comportement naturel du Yangzi et surtout une prise de distance irrémédiable de la ville par rapport à la rivière. La situation y est unique dans la mesure où l’éloignement du barrage d’Yichang, source de beaucoup d’incertitude, ne permet pas un contrôle direct des paramètres hydrauliques. Les enjeux posés à Chongqing sont considérables. Il n’est pas certain que le réaménagement des berges, conçu plus de 10 ans avant la mise en eau du réservoir des Trois Gorges, se révèle adapté lorsque la grande ville chinoise connaîtra à son tour la phase de développement dite « post-moderne », si elle la connaît.

Haut de page

Bibliographie

Amzert M., Cottet-Dumoulin L., 2000, Du "sauvage" à l’inaltérable : les conditions sociales de création d’un espace naturel en milieu urbain : le cas du parc de Miribel-Jonage, Géocarrefour, vol. 75, n°4, p. 283-292.

Arlaud C. (dir.) en collaboration avec Lurol J.-M., Savay-Guerraz S., et Vérot-Bourrély A., 2000, Lyon, les dessous de la presqu'île, Bourse - République - Célestins - Terreaux, sites Lyon Parc Auto, Document d'Archéologie en Rhône-Alpes, n°20, 280 p.

Barber M., Ryder G., 1993, Damming the Three Gorges. What Dam Builders don’t Want to Know, Earthcan publ. Ltd, Londres, 144 p.

BEthemont J., Pelletier J., 1990, Lyon et ses fleuves : des berges perdues aux quais retrouvés, Revue de Géographie de Lyon, vol. 65, 4, p. 300-307.

Bravard J.-P., 1987, Le Rhône du Léman à Lyon, Lyon, La Manufacture, 451 p.

Bravard J.-P. 2004a, Le risque d’inondation dans le bassin du Haut Rhône : quelques concepts revisités dans une perspective géohistorique, in Fleuves et marais, Actes du Colloque "Les fleuves ont une histoire 2", Aix-en-Provence, Avril 2002, éditions du CTHS.

Bravard J.-P. 2004b, Le faconnement du paysage fluvial de Lyon : choix urbanistiques et héritages de l’histoire hydro-morphologique. Madrid, Boll. Ass. Geogr. Esp. (sous presse).

Bravard J.-P., Vérot-BourrélY A., Franc O., Arlaud C., 1997, Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire, Lyon, Documents d'Archéologie en Rhône-Alpes n° 15, Dynamique du paysage, p. 177-201.

Burnouf J. (dir.), 1991, Le pont de la Guillotière. Franchir le Rhône à Lyon, Lyon, Doc. Archéologie en Rhône-Alpes, série lyonnaise n°3, 196 p.

Communauté Urbaine de Lyon, 1991, Plan Bleu. Schéma d’aménagement des berges de la Saône et du Rhône, Lyon, Agence d’Urbanisme, 77 p.

Communauté Urbaine de Lyon, 1998, Orientations d’aménagement des berges du Rhône et de la Saône. Département développement urbain - Service Espace public, 69 p.

Leveau p. (dir.), 1999, Le Rhône (dossier spécial) Gallia, n° 56, p. 1-177.

Moys G., Zhou L., Zhang Z., 2002, The Chongqing urban environment project. Sustainable development of urban environnemental services, Colloque franco-chinois sur la protection et l’utilisation durable de la Ressource en eau, Shanghai-Suzhou, p. 73-85.

Pelletier A., Rossiaud J. (dir.), 1990, Histoire de Lyon. T.I : Antiquité et Moyen-Âge, Horvath éd., Roanne, 478 p.

Pelletier J., 2002, Ponts et quais de Lyon, Lyon, Ed. Lyonnaises d’Art et d’Histoire, 127 p.

Provansal M., Berger J.-F., Bravard J.-P., Salvador, p.G., Arnaud-Fassetta G., Bruneton H., Vérot-Bourrély A., 1999, Le régime du Rhône dans l’Antiquité et au Haut Moyen Âge. Paris, Gallia, 56, p. 13-32.

Salvador p.-G., Vérot-Bourrély A., Bravard J.-P., Franc O., Macé S., 2002, Les crues du Rhône à l’époque gallo-romaine dans la région lyonnaise, inBravard J.-P. et Magny M. (éd.), Les paléoenvironnements fluviatiles et lacustres en France depuis 15 000 ans, Paris, Errance.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Écoulement mensuel moyen à Yichang à l’état naturel et après mise en service du barrage des Trois Gorges (Barber et Ryder, 1999).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 2 : Les berges du Yangzi et de la Jialing à Chongqing
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Titre Photo 1 : La rive droite de la Jialing dans Chongqing. Noter la rampe d’accès au bateau permettant une adaptation à la forte variation du niveau des eaux de la rivière
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-3.png
Fichier image/png, 353k
Titre Photo 2 : Immeubles en construction à proximité du Yangzi
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-4.png
Fichier image/png, 246k
Titre Photo 3 : La proue de la confluence du Yangzi et de la Jialing avec la place Chaotianmen, sous la ville moderne. Les berges sont prêtes à la remontée du niveau des eaux
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-5.png
Fichier image/png, 367k
Titre Photo 4 : L’aménagement de la berge du Yangzi sous Chaotianmen
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-6.png
Fichier image/png, 441k
Titre Photo 5 : L’aménagement de la berge du Yangzi au dock Shazui
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-7.png
Fichier image/png, 403k
Titre Figure 3 : Deux exemples d’aménagement des berges du Yangzi (rive gauche) à Chongqing
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-8.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 4 : Eléments de défense et d’aménagement  de Lyon au milieu du XIXe s.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-9.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 5 : Les aménagements hydrauliques de la période 1860-2000 à Lyon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-10.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 6 : Les profils en long du Rhône dans Lyon pour différents débits (source : CNR).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/532/img-11.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Bravard, « Villes de réservoirs sur le Yangzi et sur le Rhône : niveaux fluviaux et gestion des berges à Chongqing et Lyon », Géocarrefour, Vol. 79/1 | 2004, 49-62.

Référence électronique

Jean-Paul Bravard, « Villes de réservoirs sur le Yangzi et sur le Rhône : niveaux fluviaux et gestion des berges à Chongqing et Lyon », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/1 | 2004, mis en ligne le 23 août 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/532 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.532

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Bravard

Université Lyon 2, CNRS UMR 5600 « Environnement-Ville-Société » et Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page