Navigation – Plan du site

Migrations forcées et grands travaux hydrauliques en Chine : le cas du barrage des Trois Gorges

Forced migrations and large development schemes in China. The case of the Three Gorges dam
Florence Padovani
p. 27-34

Résumés

Le présent article aborde la question des migrations forcées en Chine suite à la construction de grands ouvrages hydrauliques. Le cas du barrage des Trois Gorges a été choisi comme représentant un phénomène important en Chine, mais non unique. Inséré dans un programme d’étude franco-chinois sur le bassin du Yangzi, l’éclairage porté sur le barrage situé en amont du fleuve permet de mieux comprendre les transformations importantes en cours dans la municipalité autonome de Chongqing et en aval. La relation avec le fleuve est vue non plus simplement comme une source de danger mais comme une possibilité de désenclaver les provinces de l’Ouest. L’amélioration de cette voie de communication permet d’imaginer autrement le développement et l’urbanisation de cette zone. Mais la contrepartie est le déplacement de presque deux millions d’habitants.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a bénéficié de l’aide financière procurée par l’Université John Hopkins, qui m’a permis de résider dans son centre de Nankin pendant l’année 2002-2003.

Texte intégral

1Les grands mouvements de population occasionnés par les travaux d’aménagement du territoire sont depuis les années 1980 un sujet de préoccupation pour les organisations inter-nationales comme la Banque mondiale ou les Nations Unies*. Très impliquées dans le financement d’opérations nécessitant le déplacement de population, elles ont mené en conjonction avec d’autres organismes, depuis deux décennies, une réflexion sur l’impact social des grands travaux de développement1. Les migrations forcées représentent un véritable défi pour les pays émergents. Leurs gouvernements souhaitent développer et moderniser leur économie, ce qui les oblige à effectuer de grands travaux qui impliquent des mouvements de population importants. C’est ce qui fait dire à Michael Cernea que c’est le "compagnon pervers du développement"2. On ne saurait minimiser le prix à payer qui serait un simple effet secondaire comparativement aux bénéfices fournis au niveau national. Les gouvernements eux-mêmes en reconnaissent unanimement les conséquences importantes dans les domaines économique, politique et social pour leurs pays. Sous l’influence des recherches menées au niveau international, les politiques locales se sont infléchies. C’est ainsi qu’en Chine les textes officiels ont progressivement fait plus volontiers référence aux migrations programmées ou aménagées pour désigner la politique de la fin du XXe s., par opposition aux migrations forcées de l’ère maoïste3. Au-delà d’une simple référence à un discours "politiquement correct", il semble qu’il y ait une réelle prise de conscience de la nécessité d’intégrer les déplacés dans la politique de mise en valeur du territoire national. Le gouvernement affiche une volonté de profiter de ces travaux pour améliorer le niveau de vie dans les zones pauvres. En d’autres termes, il s’agirait de transformer une calamité en une chance, pour les personnes affectées, d’obtenir un niveau de vie décent.

2Le barrage des Trois Gorges nous fournit un cas d’espèce intéressant, puisqu’il a polarisé les critiques nationales et internationales, notamment sur la question des déplacements de population. En même temps, un grand barrage est toujours un objet de fierté nationale qui s’accommode mal des critiques4.

3Pour satisfaire des besoins énergétiques toujours plus importants, le gouvernement chinois a déjà eu recours à l’exploitation de ses énormes ressources hydrauliques. Tous les fleuves et affluents du territoire chinois d’une certaine importance ont été aménagés. Le barrage des Trois Gorges est le plus visible et celui qui implique le plus grand nombre de personnes à déplacer. Parmi les grands travaux, les barrages et les réservoirs sont sûrement les plus marquants, puisque le chiffre des personnes concernées par un seul projet est énorme5. Ce phénomène permet de mettre plus aisément en lumière l’impact social de ces projets que dans le cas du tracé d’une nouvelle ligne de chemin de fer par exemple, où la zone affectée par les migrations s’étale sur plusieurs milliers de kilomètres. La distance alors dilue les problèmes6.

4Cet article se propose donc d’analyser le barrage des Trois Gorges en utilisant à la fois les études faites par les chercheurs occidentaux, qui ont travaillé sur des cas similaires à travers le monde, et les chinois qui ont l’avantage d’une bonne connaissance de leur pays. A ces études s’ajoutent nos propres enquêtes de terrain et l’analyse de sources de première main. Après une discussion du concept de "migration" en Chine et de ses spécificités actuelles, nous étudierons les transferts de populations tels qu’ils sont planifiés et pratiqués dans la région des Trois Gorges.

Figure 1 : Carte administrative de la région des Trois Gorges.

Figure 1 : Carte administrative de la région des Trois Gorges.

Différentes formes de migrations en Chine

5Les grandes migrations, telles que nous les entendons ici, présentent plusieurs caractéristiques : elles sont tout à la fois programmées de longue date, encadrées par une organisation complexe, forcées et irréversibles. Les populations concernées font l’objet d’une attention toute particulière du gouvernement et des divers échelons de l’administration chargés de mener à bien le transfert. Les migrants sont déplacés à l’intérieur des frontières de la Chine selon des programmes imaginés par le gouvernement central et répondant à des motivations souvent très éloignées des préoccupations des personnes affectées. C’est précisément cet aspect organisationnel qui permet de faire la différence avec les réfugiés confrontés à des catastrophes naturelles ou des guerres. Ces réfugiés sont aussi très différents des migrants économiques partis chercher fortune dans les grandes villes (Solinger, 1995). Les vagues de migrations qui déferlent sur les mégapoles chinoises depuis les années 1980 sont constituées en majorité de paysans quittant volontairement leur terre pour tenter leur chance ailleurs. Ils sont eux aussi organisés, mais de manière informelle, grâce aux liens familiaux. La grande différence entre ces deux groupes de migrants tient au fait que dans un cas il y a possibilité de rentrer si les choses tournent mal, alors que dans l’autre la coupure est irrévocable. Le grand exode qui a lieu chaque année au moment du nouvel an chinois est là pour nous prouver l’importance des liens qui subsistent entre les migrants économiques et leur terre natale, selon un mouvement continuel de va-et-vient entre le monde rural et le monde citadin. En ce qui concerne les migrants forcés la coupure avec le passé est irrémédiable. Ils doivent en faire le deuil et compter sur le gouvernement pour assurer leur avenir. On comprendra aisément que dans ces conditions l’adaptation au nouvel environnement sera très différente d’un groupe à l’autre.

6Ajoutons que le premier groupe est constitué majoritairement de jeunes hommes, alors que le second comprend tous les membres de la famille. Ceci nécessite la construction de structures complexes prêtes à prendre en charge les nouveaux arrivants comme des écoles, des hôpitaux… ; ce n’est pas le cas pour les migrants économiques, qui doivent s’insérer eux-mêmes dans une organisation préexistante et souvent lutter pour faire valoir leurs droits.

7Il existe donc des similitudes entre ces deux groupes de migrants. Toutefois, au cours de cette étude, nous soulignerons plutôt les différences qui font des déplacés un ensemble à part.

8Dans le cas des Trois Gorges, les populations affectées sur le site du barrage lui-même sont peu nombreuses, mais c’est en amont que l’incidence est la plus forte car, à plusieurs centaines de kilomètres du site, des villages et des villes sont touchés par la montée des eaux. La création du réservoir cause l’ennoiement de terres jusque-là utilisées par l’agriculture, de petites exploitations minières ou des usines (essentiellement des cimenteries et de petites unités de produits chimiques). C’est donc l’équilibre de toute une zone qui s’en trouve perturbé.

9Depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1950, les travaux hydrauliques ont été nombreux. On compte 70 000 barrages sur tout le territoire (dont 22 104 de grande taille7) et environ 83 387 réservoirs (Zhongguo shuili nianjian, 2002, p. 530). Jusque dans les années 1980, le principal objectif était l’irrigation afin d’améliorer les rendements de l’agriculture et la prévention des inondations. À la fin des années 1970, seulement 3% des barrages fournissaient de l’électricité. La Chine étant productrice de pétrole et de charbon, le gouvernement n’avait pas mis l’accent sur le développement des centrales hydrauliques. Au cours de la décennie 1980, la politique énergétique de la Chine changea et l’accent fut mis sur la production d’électricité hydraulique. Il s’agit à la fois d’une réflexion menée par le gouvernement chinois sur la dépendance énergétique et dans une certaine mesure sur la nécessité de développer une source d’énergie "propre". Cependant, les cen-trales thermiques restent à ce jour les principales productrices d’électricité en Chine (environ 70% de la production d’électricité nationale) (Zhongguo shuili nianjian, 2002, p. 530)8.

10Les nombreux barrages et réservoirs que nous venons d’évoquer ont nécessité des déplacements de population importants. Des structures administratives ont été spécialement créées pour planifier et organiser les migrations. Au sein du ministère des Ressources hydrauliques, un bureau chargé des migrations a été mis en place. Les autorités ont reconnu l’existence de problèmes spécifiques liés aux personnes déplacées en créant une classification administrative qui apparaît dans les statistiques comme "les migrants des réservoirs". Même identifiées par l’administration, ces personnes restent encore aujourd’hui des abstractions comptables9. Jusqu’à récemment, les déplacements de population étaient considérés uniquement en réponse à des impératifs macro-économiques, l’impact social étant absent de la planification. La prise en compte de la composante sociale lors de l’élaboration du projet est récente (Shi Guoqing, 2000), puisqu’elle remonte au milieu des années 1990, ce qui fait du cas du barrage des Trois Gorges une première à plus d’un titre.

Le projet du barrage des Trois Gorges

11Nous ne détaillerons pas les étapes qui ont précédé l’approbation du projet par le VIIe plénum de l’Assemblée nationale populaire en avril 1992, décrites dans d’autres études (Sanjuan et Béreau, 2001), et nous nous concentrerons sur les transferts de population à partir du moment où les travaux ont débuté.

12Le site des Trois Gorges est sur le cours moyen du Yangzi, lequel a, dans cette zone, cinq affluents principaux. Ceci implique que le réservoir, d’une superficie de 632 km2, aura des conséquences sur des terres très éloignées du fleuve principal. 452 km2 de terres seront ennoyées le long des affluents du Yangzi, ce qui représente la perte d’une surface totale de 1 084 km2. En plus de la désorganisation des activités liées à l’eau (pêche, transport), qui sont pour les riverains des moyens traditionnels de gagner leur vie ou d’améliorer leur ordinaire, des terres fertiles sont perdues. Rien que pour la municipalité autonome de Chongqing, on estime les pertes à 23 800 ha de terres arables et 5 000 ha de vergers. Elles sont difficiles à compenser dans une zone où les bonnes terres font cruellement défaut. La région des Trois Gorges est constituée de collines et de montagnes10. Les pentes raides sont peu propices à l’agriculture intensive, laquelle provoque chaque année des glissements de terrain souvent meurtriers.

13L’année 1993 marque la première phase de déplacement de population afin de dégager le site du barrage. Sandouping, situé dans la préfecture de Zigui (province du Hubei), fut vidée progressivement de ses quelques milliers d’habitants (50 000 entre 1993 et 1996 d’après les chiffres officiels). Cette première phase de migration se déroula sans problème majeur, d’une part parce que la province du Hubei avait déjà une bonne expérience des transferts de population, avec notamment la construction du barrage de Gezhouba11, d’autre part parce que le nombre de personnes déplacées était limité.

14En 1994, les travaux de terrassement ont débuté et trois ans plus tard le Yangzi était dévié de son lit naturel. En 2003, la structure en béton du barrage était achevée, juste à temps pour l’ouverture du XVIe congrès12. Le premier juin au matin, la mise en eau débuta et fut arrêtée à la cote 135 m trois semaines plus tard. En 2006, les eaux monteront à nouveau pour atteindre 156 m. D’après le projet initial, les turbines seront prêtes à fonctionner au maximum de leur capacité en 2009, date à laquelle le niveau de 175 m sera atteint13. À chaque montée des eaux correspond une étape dans la migration. Ce calendrier pourrait se trouver accéléré, puisque, pour parer à des problèmes de navigation entre Gezhouba et les Trois Gorges, le niveau a été surélevé à la cote 139 m à la fin du mois d’octobre 2003. Si quatre mètres en plus ne représente pas un grand défi technique, les transferts de population sont par contre une véritable lutte contre le temps. Quatre préfectures vont être touchées et plus de 1 000 personnes devront déménager plus vite que prévu initialement14.

Le difficile travail du transfert

15L’évacuation des populations menacées par la formation du réservoir est la tâche la plus importante et la plus difficile que doivent mener à bien les deux autorités provinciales riveraines. La prise en charge de ce transfert est une lourde opération qui s’étalera dans le temps entre 1993 et 2006, et dans l’espace. La province du Hubei, où est situé le barrage, et la municipalité autonome de Chongqing sont les deux entités administratives qui doivent mener à bien cette tâche. Si la première avait déjà une certaine expérience de ce type de travail, ce n’est pas le cas pour la seconde. Elle a été créée en prélevant une partie du territoire de la province du Sichuan le 14 mars 1997 afin de la charger du transfert de population. Elle est placée directement sous l’autorité du gouvernement central. Sa taille la fait plus ressembler à une province qu’à une municipalité : 82 403 km2 avec une population de 30 millions d’habitants. Sur les vingt préfectures qui sont touchées par la montée des eaux, seize sont sur le territoire de Chongqing et 80% de la population déplacée est originaire de Chongqing. Chongqing et la province du Hubei gèrent de manière indépendante le transfert de leur population et elles n’ont à répondre de leurs décisions qu’auprès du Conseil des affaires d’État à Pékin. Les relations entre les deux entités territoriales ne se font que par l’intermédiaire de Pékin. (annexe 1). Notons qu’une structure spéciale du ministère des Ressources hydrauliques a été mise en place pour gérer les migrations. La Commission pour l’établissement du barrage des Trois Gorges est directement placée sous l’autorité du Conseil des affaires d’État (la plus haute autorité administrative du pays). Cette commission est divisée en plusieurs branches (22 au total), dont l’une est chargée des questions de migration. Le ministère des Ressources hydrauliques reste impliqué dans le projet, mais pour la partie technique uniquement, puisqu’il contrôle la production d’électricité au niveau national.

16Comme dans les cas précédents de construction de barrages, celui des Trois Gorges touche essentiellement une population rurale, pauvre et souvent peu éduquée. Les paysans forment la majorité des migrants, auxquels il faut ajouter environ 40% de population non rurale15. Ceci est un phénomène nouveau si l’on compare avec les travaux hydrauliques précédents. Cette nouvelle donne implique que le relogement ne signifie pas seulement fournir des terres agricoles ; il faut créer de nouvelles villes, des infrastructures modernes et donner des emplois aux citadins. La diversité du statut des migrants et de leurs besoins rend la tâche du déplacement encore plus complexe.

17Le travail de transfert a commencé en amont avec le recensement des terres et des populations incluses dans le périmètre du réservoir. Dans un second temps vient l’évaluation des terres et des maisons, et le calcul des indemnités. Dans un troisième temps, les cadres des différents bureaux des services de l’immigration doivent trouver un lieu d’accueil satisfaisant. Enfin, le transfert proprement dit peut se faire, aboutissement d’un long travail préparatoire qui est souvent minimisé dans le calendrier des opérations, tel qu’il est présenté.

18Dès la première étape, des difficultés apparaissent : le nombre des personnes devant déménager oscille entre 1,3 et 2 millions. L’une des causes possibles de cette différence est que les plans se sont basés sur des statistiques datant de 1985, auxquelles est appliqué un coefficient incluant le nombre de naissances (un enfant par famille) et de décès, or il semble que la croissance de la population ait été plus forte (2,2%) (Qi Ren, 1998, p. 50-62). En deux décennies, le chiffre de la population s’est considérablement modifié ! À ceux-ci s’ajoutent tous les "hors statistiques"16. Ce qui signifie que le budget qui a été prévu sur la base de 800 000 migrants, puis revu à la hausse pour inclure 1,3 million de personnes, ne suffit pas pour indemniser décemment toutes les personnes concernées. Il y a donc un risque que ces populations n’arrivent pas à retrouver le niveau de vie qu’elles avaient avant de bouger, alors que la politique est d’améliorer leur condition. La paupérisation de ces populations est le risque numéro un selon les études de la Banque mondiale17.

19Pour ce qui est de la seconde étape, qui est le calcul des indemnités, elle est cruciale pour la réussite du transfert de population. Elle est pourtant très compliquée, parce que chaque préfecture a son propre mode de calcul, ce qui fait que d’un bout à l’autre du réservoir pour une maison comparable tant au niveau des matériaux de construction que de la taille, les différences peuvent aller du simple au double. Ainsi, par exemple, dans la préfecture de Yunyang18   (Chongqing), qui est l’une des plus pauvres du réservoir, l’indemnité par mètre carré pour un bâtiment en briques ou en béton est de 300 yuans au siège de la préfecture, 225 dans les chefs-lieux et 180 en zone rurale. Dans la préfecture voisine de Zigui (Hubei), qui est considérée comme le modèle, où l’on emmène volontiers les déléga-tions, les indemnités sont respectivement de 480, 200 et 150. Ici encore, les chiffres ont été calculés en fonction des données de 1992 ; toutes les améliorations ou les changements survenus après ne sont pas pris en compte19. Ce phénomène a poussé les administrations locales à n’entreprendre aucune transformation et l’entretien des routes a été réduit au strict minimum.

20Enfin le choix d’un bon emplacement pour accueillir les migrants se révèle plus difficile que prévu. Dans le plan originel, seulement 725 500 personnes auraient dû être déplacées loin de leur village (Li Boning in Dai Qing, 1998, p. 39-50). Cette évaluation a été faite en 1991. En 1999, le gouvernement central a reconnu qu’un nombre important de déplacés devrait quitter leur province d’origine, à cause de la mauvaise évaluation du nombre de migrants faite au départ, mais aussi parce que l’environnement dans la zone du réservoir ne supporte pas une utilisation plus intensive du sol. Devant les risques de glissement de terrain, une loi a été adoptée en 2001, qui limite l’usage des terres à des fins agricoles20, ce qui implique que le gouvernement doit trouver de nouvelles terres parfois très éloignées et y envoyer plus de personnes que prévu21. Ceci concerne surtout Chongqing, puisque le Hubei a réussi à trouver les terres nécessaires pour tous les migrants sous sa juridiction, et qu’il accueille même un certain quota de migrants venus de Chongqing.

Conclusion

21Les dirigeants chinois tiennent la réalisation du barrage des Trois Gorges comme la priorité du début du XXIe s. Ils ont aussi défini une nouvelle politique d’aménagement du territoire en tenant compte des populations déplacées. Il ne s’agit plus de contraindre par la force mais de promouvoir un développement durable pour les gens touchés par ces grands travaux. Le gouvernement tente de les persuader que c’est une chance de vie meilleure qui s’offre à eux. Il est vrai que, pour les habitants de Yunyang par exemple, il y a peu d’espoir de voir leur préfecture se développer de façon spectaculaire sans une intervention extérieure. Mais le développement économique n’est pas le seul argument qui permette une bonne politique migratoire.

22Les disparités de traitement des migrants d’une préfecture à l’autre et dans leur lieu d’accueil sont énormes. Certains font les grands titres des journaux, comme ceux de Yunyang, qui furent en partie relogés dans la municipalité de Shanghai (sur l’île de Chongming). D’autres arriveront bientôt à Shanghai, ce qui serait une chance pour eux22. Cette mégapole, qui attire entre 3 et 6 millions de migrants économiques, devient l’asile pour ces déplacés des Trois Gorges de manière tout à fait légale et planifiée. Mais évitent-ils pour autant le phénomène de marginalisation et la difficulté d’adaptation à un monde entièrement nouveau ? Il est trop tôt pour apporter une réponse claire, d’autant que le processus migratoire est toujours en cours. Réussite ou échec de cette nouvelle politique ? Seuls les migrants eux-mêmes pourront apporter une réponse, sûrement en demie-teinte. Même si le processus est aujourd’hui beaucoup moins autoritaire qu’autrefois, les migrants sont peu consultés et mal informés sur leur avenir. D’autre part, ils ne sont pas bien préparés aux nouvelles conditions de vie qui les attendent. Le grand défi pour eux est qu’ils sont difficilement adaptables à un monde moderne de compétitivité. Comment intégrer des personnes avec un niveau d’études très bas dans des villes où le taux de chômage des jeunes diplômés s’élève chaque année et où les entreprises d’État débauchent à un rythme accéléré ? Ici se posent des questions plus générales sur l’évolution de l’économie et de la société chinoise dont les migrants forcés pourraient bien être parmi les victimes.  

23On peut considérer que le barrage des Trois Gorges est donc un miroir assez fidèle de la société chinoise actuelle, qui est tirée par des forces contradictoires entre de grands pôles de développement comme Shanghai et des zones qui restent très arriérées, comme celle du réservoir des Trois Gorges. Le grand tort des plans qui ont programmé les travaux du barrage a été de minimiser l’impact humain et de considérer que l’on trouverait toujours de la place pour ces déplacés. En la matière, l’histoire des précédents déplacements de population ne semble pas avoir apporté beaucoup de leçons.

Photo 1 : Un village construit à flanc de montagne dans le district de Zigui

Photo 1 : Un village construit à flanc de montagne dans le district de Zigui

Photo 2 : Siège d'une banque dans la nouvelle préfecture de Zigui

Photo 2 : Siège d'une banque dans la nouvelle préfecture de Zigui

Photo 3 : Ville nouvelle typique le long du Yangzi, Wanzhou (district de Wanzhou)

Photo 3 : Ville nouvelle typique le long du Yangzi, Wanzhou (district de Wanzhou)

Photo 4 : Photo prise au siège du district de Kaixian indiquant sur le mur la hauteur maximale de l'eau (175 m)

Photo 4 : Photo prise au siège du district de Kaixian indiquant sur le mur la hauteur maximale de l'eau (175 m)
Haut de page

Bibliographie

Ouvrages en langues occidentales

Cernea M., For a New Economics of Resettlement : a Sociological Critique of the Compensation Principle (Article non encore publié).

Cernea M., Janvier 1997, Hydropower Dams and Social Impacts : A sociological Perspective, Environment Papers, Social Assessment Series N° 044, The World Bank.

Cernea M. et McDowell C., 2000, Risks and Reconstruction. Experiences of Resettlers and Refugees, Washington, The World Bank.

Chatman D., 2002, Before the Deluge. The Vanishing World of the Yangse’s Three Gorges, New York, MacMillan.

Fisher W. F., 2001, Grands barrages, flux mondiaux et petites gens, Critique internationale, Vol 13, p. 123-138.

Fuggle R. et Smith WT., 2000, Experience with Dams in Water and Energy Resource Development in the People’s Republic of China, WCD Country Review Paper.

Gransow B., Mai 2002, Social Assessment of Resettlement in China, paper presented at the International Symposium on Resettlement and Social Development, Nanjing.

Leng M., Printemps 1999, The battle of Sanmenxia – Population relocation during the Three Gate Gorge Hydropower Project, Chinese Sociology and Anthropology, Vol 31, n°3.

Li B., 1998, General plan for Population Resettlement, in DAI Q., The River Dragon Has Come ! The Three Gorges Dam and the Fate of China’s Yangzi River and Its People, Armonk, New York, M.E Sharpe, p. 39-50.

Lieberthal K. et Oksenberg M., 1998, Policy Making in China. Leaders, Structures, and Process, Princeton, Princeton University Press.

Louis E. R.(ed), 1988, Managing the Chinese Environment, Studies on Contemporary China, Oxford University Press, Oxford.

Jun J., 2000, Displacement, Resettlement, Rehabilitation, Reparation and Development - China Report, Contributing paper, World Commission on Dams.

Jun J., Mai 1999, Villages dammed, villages repossessed : a memorial movement in northwest China, American Ethnologist, Vol 26, n°2, p. 324-343.

Qi R., 1998, Is Developmental Resettlement Possible ?, in DAI Q., The River Dragon Has Come ! The Three Gorges Dam and the Fate of China’s Yangzi River and Its People, Armonk, New York, M.E Sharpe, p. 50-62.

Sanjuan T. et Béreau R., 2001, Le barrage des Trois Gorges - entre pouvoir d’Etat, gigantisme technique et incidences régionales -, Hérodote, n°102, p. 19-56.

Shapiro J., 2001, Mao’s War Against Nature – Politics and the Environment in Revolutionary China, Cambridge, Cambridge University Press.

Solinger D. J, 1995, The Floating Population in The Cities : Chances for Assimilation ?, in Davis D. S, Urban Spaces in Contemporary China - The Potential For Autonomy and Community in Post-Mao China, London, Cambridge University Press, p. 113-139.

Varna C.V.J, 2000, WCPU. Green Power 2, 2nd International Conference, Accelerated Develop-ment of Hydro Power Resources in the 21st Century, Proceedings, Yichang.

Wei Y., Mai 1999, Special Report : Major problems and hidden troubles in relocation of the Three Gorges project, (publié en ligne : www.probeinternational.org ).

World Bank, 1994, China : Xiaolandi Resettlement Project, Report N° 12527-CHA.

YI S., 1998, The World’s Most Catastrophic Dam Failures : The August 1975 Collapse of the Banqiao and Shimantan Dams, in Dai Qing, The River Dragon Has Come ! The Three Gorges Dam and the Fate of China’s Yangzi River and Its People, Armonk, New York, M.E Sharpe, p. 25-38.

Ouvrages en chinois

Changjiang sanxia gongcheng jianshe yimin tiaoli, 2001, (Règlements régissant les migrations dans le cadre du projet des Trois Gorges sur le Yangzi), publié par le Conseil d’Etat.

Huang J., 1999, Changjiang  sanxia dili (La géographie des Trois Gorges sur le Yangzi), Chongqing, Chongqing chubanshe.

LEI H., 2002, Zhongguo sanxia yimin (Les migrations dans les Trois Gorges en Chine), Chongqing, Chongqing daxue chubanshe.

LI P., 2003, Li Peng Sanxia riji - zhongzhi hui hong tu (Le journal de Li Peng sur les Trois Gorges - l’union des forces pour un magnifique dessein), Pékin, Zhongguo sanxia chubanshe.

Nongcun yimin anzhi zhengce, 2000, (Suitable Policy for Rural Resettlement), Wanzhou, Wanzhou yimin kaifaqu yiminju.

QI R., 1996, "Discussing the issue of Development-Oriented Resettlement with Mr Li Boning" in DAI Q., XUE W., Shuide Changjiang : Fazhanzhang de Zhongguo nengfou cheng dan sanxia gongcheng (À qui appartient le fleuve Yangzi ? La Chine en développement peut-elle entreprendre le projet des Trois Gorges ?), Hong Kong, Oxford University Press, p. 53-71.

SHI G., 2000, Shuiku yimin jianli tanfang – Jianyi ruhe zuohao shuiku yimin zongjian gongzuo (Enquête sur les migrants des réservoirs, contrôle du travail effectué par les inspecteurs en charge des migrants des réservoirs), Shuili fuqiong ji kuqu fazhan dong tai (Analyse sur la pauvreté et le développement dans le cadre des travaux hydrauliques et des réservoirs), Vol 2, p.1-6.

SHI G. (ed), 2001, Zhongguo yimin zhengce yu shijian, (La politique d’immigration en Chine et la pratique), Yinchuan, Ningxia renmin chubanshe.

Song Y., 2000, Changjiang sanxia gongcheng yimin gongzuo shiyong dituce (Atlas pratique concernant le travail d’immigration du projet des Trois Gorges sur le Yangzi), Pékin, Beijing guotu ziyuan yaogan gongsi.

Tian F. and LIN F., 1986, Zhongguo renkou qianyi, (Les migrations de population chinoise), Beijing, Zhishi Press.

Wang Z., 2002, Sanxia dayimin (La grande migration des Trois Gorges), Chengdu, Sichuan renmin chubanshe.

Sanxia gongchen yimin zhengci fagui xuanpian, (Sélection de règlements et de lois au sujet de la politique de migration dans les Trois Gorges), 1997, Pékin, Zhongguo sanxia chubanshe.

Ying x., 2001, Dahe yimin shangfang de gushi, (L’histoire des pétitions des migrants du grand fleuve), Beijing, Sanlian shudian.

Yunyang xianzhi, 1999, (Records of Yunyang Préfecture), Chengdu, Sichuan renmin chubanshe.

Zhang B. (éd.), 1999, Kaifaxing yimin lilun yu shijian, (La théorie du développement durable appliquée aux migrations et la pratique), Pékin, Zhongguo sanxia chubanshe.

Zhang L., 1999, Shijie zhi ba, (Le barrage du siècle), Pékin, Zuojia chubanshe.

Zhao W., 1999, Sanxia gongcheng yu renju huanjing jianshe, (Recherche sur le développement durable de la population dans le cadre de la construction du projet des Trois Gorges) Beijing, Zhongguo jianzhu gongye chubanshe.

Zhongguo shuili nianjian, 2002, (Annuaire statistique hydraulique de Chine), Beijing State Statistics Press, Pékin, Zhongguo shuili shuidian chubanshe.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Organigramme des structures gouvernementales impliquées dans le travail de déplacement de population pour le barrage des Trois Gorges

Annexe 2

Les principaux textes législatifs concernant les migrants des Trois Gorges

_ Le premier texte est une révision de la constitution (adoptée en 1982 et révisée en 1998) stipulant que le sol appartient à l’État ou à une entité collective mais ne peut en aucun cas être considéré comme propriété collective. (article 10)

_ La loi sur l’acquisition des terres (adoptée en 1986 et révisée en 1998) spécifie les procédures légales et les critères de compensation dans le cas de déplacement de population. Il indique qu’il y a nécessité de consulter les communautés affectées.

_ La loi sur l’eau (adoptée en 1988) vise à ajuster la politique de l’État en ce qui concerne les grands travaux pour prévenir les désastres, l’utilisation de l’eau…

_ Plusieurs règlements adoptés en 1991 intitulés " Règlements concernant les indemnités suite à l’acquisition de la terre et aux migrations pour faire place à des travaux hydrauliques et à la construction de réservoirs ".

_ Deux textes plus spécifiques concernent les Trois Gorges

o Loi sur les migrants des réservoirs, dans laquelle il est spécifié que les usines hydroélectriques devront faire don de 0,001 yuan par kilowatt produit à un fonds venant en aide aux migrants. (1981)

o En 1993, le Conseil des affaires d’État formula un règlement sur les migrations dues au projet du barrage des Trois Gorges.

o En 1999, le Conseil des affaires d’État promulgua "Deux règlements sur la politique de migration".

Le Conseil des affaires d’État prépare la majorité des textes adoptés par l’Assemblée nationale populaire, mais ce n’est pas le seul organe autorisé à le faire. Le ministère des Ressources hydrauliques l’a fait à plusieurs reprises. Les autorités administratives locales peuvent aussi légiférer. C’est ainsi que chaque province mais aussi les préfectures et les villages peuvent établir leurs propres règlements. À ce jour, il y a 25 textes adoptés au niveau central, et plus de 300 aux niveaux inférieurs qui ont tous trait aux questions liées aux migrations dans les Trois Gorges. À cette pléthore de textes s’ajoute le fait que toute contestation est quasiment impossible.

Haut de page

Notes

1 Référence est ici faite aux travaux de la Commission mondiale sur les barrages et à ceux du Comité international sur les barrages, les fleuves et les hommes. Pour une analyse détaillée de l’action de ces organismes, cf. Fisher, 2001.
2 Michael Cernea, non publié, communiqué à l’auteur "For a new economics of resettlement : a sociological critique of the compensation principle".
3 La dénomination officielle du bureau chargé des migrations est "Bureau des migrations et du développement", marquant le souci des cadres d’allier les deux éléments.
4 En 1992, quand le projet du barrage fut approuvé Li Peng, alors Premier ministre et fervent promoteur du barrage, il déclara : "il va montrer au reste du monde que le peuple chinois a de grands desseins et les capacités de mener à bien le plus grand chantier hydraulique au monde", cité par J. Shapiro, 2001, p. 64.
5 Selon la Banque mondiale, chaque année 4 millions de personnes sont déplacées par la construction de 300 grands barrages ; dans le même temps 6 millions le sont à cause du développement des infrastructures urbaines. Cernea, 1997, p. 6).
6 Cf. l’étude de B. Gransow, 2002, portant sur une voie de chemin de fer dans la province du Shandong.
7 Un grand barrage, d’après la définition donnée par la Commission internationale des grands barrages, a une hauteur de plus de 15 m. comprise entre les fondations et la crête, et/ou possède un réservoir d’une capacité de plus de 3 millions de mètres cubes.
8 Dans le cadre de cette diversification, deux centrales nucléaires produisent environ 1% de la capacité nationale d’électricité.
9 En 1986, le gouvernement chinois reconnaissait que 70% des 10,2 millions de "migrants des réservoirs " vivaient encore dans une situation d’extrême pauvreté (Tian Fan, 1986). En 1994, la Banque mondiale estimait que 46% des déplacés n’avaient pas été bien relogés (World Bank, 1994).
10 Les plaines et les vallées représentent 4,3% de la surfa-ce totale, les collines 21% et les montagnes 74% (Huang, 1999, p. 16).
11 Le barrage de Gezhouba est situé à 38 km en aval des Trois Gorges. Les travaux commencèrent en 1970 et furent achevés en 1989. Gezhouba nécessita le déplacement de 10 000 familles, qui reçurent des terres dans les environs d’Yichang. Ce barrage permit de former nombre de techniciens et ingénieurs qui travaillèrent ensuite sur le site des Trois Gorges.
12 "La conclusion de ce projet constitue le plus beau cadeau fait au Parti à l’occasion du XVIe congrès. (…) Cela montre l’esprit conquérant du peuple chinois et la supériorité du système socialiste." Déclaration de Li Peng lors de l’ouverture du XVIe congrès. Associated Press, 06/11/2002.
13 Projet expliqué par Wang Rushu, ingénieur en chef, in Varna, 2000, II1-II14).
14 "Sanxia shuiku shuiwei jiang taisheng zhi 139 mi" [Le niveau d’eau du réservoir des Trois Gorges va grimper jusqu’à 139 m.], Zhongguo sanxia gongcheng bao (www.ctgpc. com.cn/news).
15 Estimation à laquelle je suis parvenue en comparant différentes statistiques et en faisant des échantillonnages sur le terrain. Il est très difficile de parvenir à un pourcentage précis tant les chiffres divergent d’une source à l’autre.
16 D’après l’article 29 du Règlement sur les migrations dues au projet du barrage des Trois Gorges, toute construction bâtie après 1992 n’est pas indemnisée, toutes les person-nes qui ont changé de statut après cette date fatidique ne sont pas prises en compte. Lors de mes enquêtes, j’ai recueilli plusieurs témoignages de personnes n’ayant aucun recours ; le groupe d’inspection a tout pouvoir décisionnaire et, pour les personnes privées, il est impossible de porter plainte. Comme me le disait un cadre, il s’agit d’un projet d’État et non d’une vulgaire transaction commerciale, aucun tribunal ne peut accepter une plainte contre l’État. (annexe 2).
17 "The Impoverishment Risks and Reconstruction Model (IRR)", in Cernea et McDowell, 2000, p. 11-55). Selon ce modèle, les risques sont les suivants : sans terre, sans travail, sans toit, marginalisation, insécurité alimentaire, hausse de la mortalité, perte d’accès aux propriétés collectives et enfin désarticulation du groupe.
18 La préfecture de Yunyang est celle qui va perdre le plus de terres et en conséquence le nombre de ses déplacés est équivalent au nombre total de migrants pour le Hubei.
19 Au siège de la préfecture de Yunyang, l’élargissement de la rue principale avait été décidé avant 1992, mais il fut impossible de réaliser les travaux parce que l’indemnité ne prendrait pas en compte le nouveau tracé de la route. Il fallut donc attendre encore plusieurs années avant que la route ne soit réaménagée dans le cadre du déménagement de la ville.
20 L’article 25 des Règlements régissant les migrations dans le cadre du projet des Trois Gorges sur le Yangtsé stipule qu’il est interdit de cultiver sur des pentes de 25% et plus. Ces zones doivent être reboisées.
21 Des migrants ont été (et continuent d’être) envoyés dans douze provinces différentes : Sichuan, Hubei, Hunan, Anhui, Jiangxi, Jiangsu, Zhejiang, Shanghai, Fujian, Guangdong, Hainan et Shandong.
22 Les quelques entretiens que j’ai pu avoir laissent percer des sentiments moins enthousiastes. L’isolement sur l’île, que l’on ne peut atteindre que par bateau en ce moment, y est sûrement pour beaucoup.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte administrative de la région des Trois Gorges.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/504/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Photo 1 : Un village construit à flanc de montagne dans le district de Zigui
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/504/img-2.png
Fichier image/png, 232k
Titre Photo 2 : Siège d'une banque dans la nouvelle préfecture de Zigui
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/504/img-3.png
Fichier image/png, 235k
Titre Photo 3 : Ville nouvelle typique le long du Yangzi, Wanzhou (district de Wanzhou)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/504/img-4.png
Fichier image/png, 429k
Titre Photo 4 : Photo prise au siège du district de Kaixian indiquant sur le mur la hauteur maximale de l'eau (175 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/504/img-5.png
Fichier image/png, 281k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/504/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Padovani, « Migrations forcées et grands travaux hydrauliques en Chine : le cas du barrage des Trois Gorges », Géocarrefour, Vol. 79/1 | 2004, 27-34.

Référence électronique

Florence Padovani, « Migrations forcées et grands travaux hydrauliques en Chine : le cas du barrage des Trois Gorges », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/1 | 2004, mis en ligne le 23 août 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/504 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.504

Haut de page

Auteur

Florence Padovani

Centre de recherche sur la Chine moderne et contemporaine (EHESS). Académie des Sciences Sociales de Shanghai
7/622 Huaihai Zhonglu, Shanghai. 200020 République populaire de Chine
E.mail : fulansi(AT)voila[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page