Navigation – Plan du site
Articles

L’impérialisme numérique. Une réflexion sur les Peace Parks en Afrique australe

Digital Imperialism : Thoughts on the southern African Peace Parks
Cristina D’Alessandro-Scarpari, Gregory Elmes et Daniel Weiner
p. 35-44

Résumés

Cet article présente une approche théorique de l’impérialisme numérique et une étude de cas, celle des Peace Parks d’Afrique australe, en faisant référence plus particulièrement au Great Limpopo Transfrontier Park. L’impérialisme numérique ici présenté est une conséquence de l’exportation des idéologies de conservation en Afrique australe depuis l’époque coloniale et de leur évolution jusqu’à la période actuelle. La protection de l’environnement passe en effet aujourd’hui par les jeux d’échelles entre le local et le global et par l’usage des SIG comme outils privilégiés de légitimation des discours de participation citoyenne. En montrant les limites de ces pratiques dans le cas étudié, la contribution aboutit à une proposition de cartographie alternative.

Haut de page

Texte intégral

1Cette contribution interroge la mise en place de Systèmes d’information géographique (SIG) spécifiquement conçus pour corroborer la création et la gestion de parcs transfrontaliers en Afrique australe. La Fondation des Peace Parks est, en effet, une structure internationale née dans le but de favoriser l’intégration de grands territoires de protection de l’environnement, situés à cheval sur l’Afrique du Sud et les États limitrophes.

2Depuis sa création, la Fondation a en fait identifié des régions prioritaires dans lesquelles la biodiversité était jugée en danger. Mais, dans le contexte géopolitique de l’Afrique australe, ces parcs et réserves présentent aussi un intérêt géostratégique majeur : ils se localisent en effet en position frontalière sur d’anciennes lignes de front des guerres régionales du temps de l’Apartheid (fig. 1).

3C’est le cas par exemple du Kruger National Park, qui longe la frontière avec le Mozambique : une des régions les plus sensibles du sud du continent africain depuis 1975 pour des raisons politiques (Ellis, 1994) ; le Kruger fait aujourd’hui partie du Great Limpopo Transfrontier Park. De vastes surfaces sont ainsi devenues des parcs transfrontaliers, conçus et gérés avec l’aide de SIG. Ceux-ci ont un rôle central aussi bien dans les discours que dans les pratiques liées à la protection environnementale. Les SIG servent en effet à garantir le statut de ces espaces protégés dans le but de montrer le besoin de conservation et, de plus, à justifier les choix de gestion par le biais du choix des données récoltées et représentées.

4Nous questionnons donc les conséquences de l’usage des SIG dans la protection environnementale et, plus spécifiquement, ce que l’emploi de ces outils engendre dans des contextes africains. Sur ces espaces d’Afrique australe, si marqués par les héritages multiples et bien souvent douloureux de la colonisation et de l’Apartheid, ces instruments techniques sont avant tout des apports occidentaux, chargés de valeurs et de symboles idéologiques propres. À cela s’ajoute le fait que les SIG requièrent des compétences techniques et intellectuelles spécifiques, afin d’être compris, donc maîtrisés, ce qui implique immédiatement l’exclusion de tous ceux qui ne possèdent pas ce bagage de connaissances.

5Le centre de notre propos n’est donc pas une étude des caractéristiques techniques de ces instruments, mais plutôt une réflexion sur les conséquences socio-spatiales de leur application. Une attention particulière sera portée aux acteurs en mesure de participer à la mise en place et à l’utilisation des SIG, aux données que ces instruments produisent et, en négatif, aux informations qui ne sont pas prises en compte et aux actants qui sont exclus de ces transactions. En faisant référence aux actants, nous avons recours ici à une terminologie et à une posture qui sont celles de la sociologie des sciences et des techniques. Mais le domaine dans lequel nous nous situons est aussi celui d’un secteur de la géographie anglo-saxonne qui étudie des situations sociales d’emploi des SIG dans des contextes géographiques donnés et les conséquences socio-spatiales de cette utilisation : GIS and Society.

6Pour ce qui est des Peace Parks d’Afrique australe et du Great Limpopo Transfrontier Park plus spécifiquement, nous arrivons à la conclusion que l’utilisation des SIG engendre un impérialisme numérique, que nous définissons par rapport aux autres formes d’impérialisme et qui présente plusieurs spécificités, et auquel nous proposons un remède qui en atténue les conséquences négatives, la cartographie alternative.

7Nous commençons donc par un aperçu de l’utilisation des SIG dans le domaine de la protection environnementale. Ensuite nous allons restreindre le champ à la protection environnementale en Afrique australe et présenter le cas du Great Limpopo. Nous allons donc définir l’impérialisme numérique qu’il implique, avant de conclure avec la proposition de cartographie alternative.

Les SIG et la protection environnementale

8Cela fait maintenant un certain temps que les SIG sont utilisés dans des projets de protection de l’environnement. Les parcs nationaux qui font appel à ces instruments sont de plus en plus nombreux partout dans le monde. En Europe occidentale (France, Italie, Portugal, etc.), en Amérique du Nord (États-Unis, Canada, etc.), en Australie et en Afrique, pour ne citer que quelques pays ou continents, la protection environnementale a désormais couramment recours au SIG. Ils permettent de stocker des données géographiques, de les mettre à jour en temps réel, de croiser les différentes données pendant les analyses et de les visualiser, ce qui fournit un support précieux pour les recherches scientifiques, mais aussi pour l’aménagement et la gestion des parcs. Néanmoins, au-delà des instruments eux-mêmes et de leurs propriétés techniques, leur application fait désormais aussi l’objet de discours de participation citoyenne (Craig, Harris, Weiner, 2002 ; Ghose, 2004). L’accroissement vertigineux de ces pratiques dites citoyennes utilisant les SIG a mis aussi en évidence les biais de ces processus censés impliquer tous les actants (ou au moins leurs porte-paroles) dans la mise en place et dans la transformation des SIG. Qui est réellement chargé du travail ? Qui va réellement être en mesure d’y participer ? Qui va être réellement autorisé à y prendre part ? Comment ont lieu dans la pratique ces démarches collectives ? A quels résultats donnent-elles lieu ? Une conscience des problèmes et des limites émerge progressivement : il a été notamment démontré que les SIG produits sont le reflet des intérêts politiques et matériels des différents groupes d’acteurs en présence, en fonction de leur pouvoir et de leur capacité à imposer leurs choix (Pickles, 1995 ; Hoeschele, 2000).

9La prolifération de données et d’informations géographiques mises en place par des actants collectifs, autant publics que privés et pour des finalités les plus diverses, pose le problème de la coordination et de la collaboration entre les acteurs qui produisent ces outils, ainsi qu’avec les utilisateurs potentiels. Ce besoin croissant d’interaction est certain, mais les problèmes pratiques qu’engendrent ces processus en découragent bien souvent ou en ralentissent la réalisation (Weiner, Harris, 2003). Les grandes conférences mondiales organisées ces dernières années autour de ces thématiques, et auxquelles participent les plus grandes organisations internationales, témoignent de l’attention et de la préoccupation que suscitent ces thèmes. Si les États-Unis semblent à la tête de ce mouvement scientifique de réflexion, les structures et les organisations internationales impliquées, garantissent au moins l’implication de tous les États riches et puissants de la planète.

10Le Global Spatial Data and Information User Workshop1, qui s’est tenu à New York en septembre 2004, était organisé par le Center for International Earth Science International Network (CIESIN) de la Columbia University, par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), par le Programme Environnement des Nations Unies (UNEP), par l’ Organisation mondiale de la santé (WHO) et par le Consortium for Spatial Information du Consultative Group for International Agricultural Research (CGIAR). Le but de la conférence était d’aborder les conséquences, souvent stratégiques, associées à la diffusion des données et de l’information spatiales, telles que la reproduction et la standardisation des représentations ou l’interopérabilité et la mise en place de structures servant de portails d’information. Les participants à la manifestation ont exprimé à l’unanimité une préoccupation commune : la diffusion de données géographiques numérisées et géo-référencées n’est pas allée de pair avec la capacité de compréhension et d’utilisation pleinement consciente de celles-ci de la part des usagers. Bref, si les cartes numériques et les SIG sont de plus en plus nombreux, cette diffusion n’est pas directement proportionnelle à l’augmentation du nombre de ceux qui sont en mesure de comprendre et donc d’utiliser ces instruments. Dans ces conditions, la participation citoyenne est-elle une réalité ou est-elle plutôt simplement un discours, ou pire, une nouvelle stratégie de justification de la centralisation de la décision et du pouvoir ?

11L’histoire de l’utilisation des SIG pour les inventaires, la gestion et l’analyse de données environnementales est désormais relativement longue. Les SIG ont donné lieu à des applications intéressantes dans le secteur de la protection environnementale (McCusker, Weiner, 2003), que nous n’allons pas illustrer ici, la bibliographie sur ces questions étant désormais importante. Les SIG font figure d’outils performants, non seulement par leurs origines et leur complexité, mais aussi à cause des applications environnementales nombreuses et variées que ces outils peuvent avoir. « Un SIG […] n’est en principe jamais achevé, il est toujours ‘en construction’. Bref, les SIG requièrent des transformations constantes pour remplir les attentes changeantes des acteurs auxquels ils s’adressent » (Harvey, 2001).

12Cela est d’autant plus vrai pour des applications qui concernent le domaine de la protection environnementale. En effet, la protection environnementale engendre assez fréquemment des situations conflictuelles entre les acteurs ou les groupes concernés, c’est-à-dire des dynamiques complexes dont les configurations sont sans cesse changeantes. À cet égard, les SIG se prêtent bien à la visualisation des différents aspects d’un même problème, afin de mieux saisir les évolutions et les conséquences des diverses solutions envisageables. Ils peuvent aussi être utilisés pour produire et manipuler les données en vue d’analyses ultérieures, mais aussi comme base pour les processus de participation citoyenne. En facilitant le croisement de données hétérogènes non seulement en termes de contenu, mais aussi de source (données formelles et informelles, officielles ou non-officielles, scientifiques ou non-scientifiques par exemple), cette technologie est ambivalente. Elle peut contribuer à exacerber des problèmes ou des conflits déjà existants ou en créer d’autres, mais elle peut aussi bien participer à pointer des conflits potentiels et à créer une plate-forme de partage de l’information pour les désamorcer.

Les données géographiques pour la protection environnementale en Afrique australe anglophone

13Notre attention porte donc sur la protection environnementale appliquée à des espaces d’Afrique australe et sur l’intégration du savoir géographique local aux SIG conçus dans et pour ces contextes. Le fait de choisir un exemple sud-africain dans le cadre de cette thématique ajoute, en effet, une dimension particulière à l’étude. Si la protection environnementale prête déjà a priori à controverse dans n’importe quel contexte, entre ceux qui l’encouragent et ceux qui s’y opposent pour les raisons les plus diverses, cet aspect est encore plus accentué en Afrique, où le concept a été importé et imposé depuis la période coloniale (Berdoulay, Soubeyran, 2000 ; Guyot, 2006B).

14En effet, si des pratiques de conservation sont avérées en Afrique australe depuis l’époque précoloniale, ce n’est que pendant la période coloniale qu’elles ont pu être rationalisées à l’aide des sciences et des technologies de l’économie capitaliste, de l’administration et de l’élaboration d’un système légal formel qui en constitue le cadre juridique (Murombedzi, 2003). Dans cette partie du continent, contrairement à ce qui s’est produit en Afrique subsaharienne francophone où la conservation était liée à l’exploitation des ressources forestières, la conservation tire ses origines de la pratique de la chasse et de la volonté de protéger les animaux des agressions humaines. Cet esprit a conduit par exemple à la naissance du Kruger National Park, qui est devenu dès le début une attraction touristique majeure pour les populations urbaines blanches : une demande sans cesse croissante pour plus de structures touristiques d’accueil et pour plus de confort a fait de ce tourisme une fonction principale de ces parcs (Adams, 2004 ; Carruthers, 1995).

15Les parcs nationaux de l’époque postcoloniale prolongent le système colonial en matière de conservation : les habitants sont encore expulsés d’une manière ou d’une autre de leurs terres pour créer des espaces protégés (Ramutsindela, 2004B) et ils sont ainsi confrontés à de nouvelles formes de « colonisation globale » (Adams, Mullighan, 2003, p. 79-107), une forme d’injustice environnementale parmi d’autres (Mac Donald, 2002 ; Cock, fig, 2002). Malgré les transformations des institutions, des procédés et des pratiques de conservation en Afrique australe (Hulme, Murphree, 2001), l’« apartheid vert » continue à être une réalité en Afrique du Sud (Guyot, 2004).

16Dans une période plus récente, la conservation de l’environnement rejoint les préoccupations concernant le développement, en essayant de faire en sorte que l’écologie et l’économie aillent de pair : il s’agit d’aider les populations, à l’aide d’une approche multisectorielle, à trouver des ressources économiques alternatives pour qu’elles ne détruisent plus leur environnement (Adams, McShane, 1996, p. 104). C’est la porte ouverte à la conservation intégrée, dont Estienne Rodary a montré les limites : les résultats sont faibles autant sur le plan économique que dans le domaine écologique et la participation est plus une construction médiatique de légitimation qu’une réalité de terrain (Rodary, Castellanet, Rossi, 2004, p. 121-142 ; Rodary, 2001). Ces nouvelles pratiques amènent de la pauvreté, du chômage et une dépendance accrue, « la restitution des terres n’étant pas pratiquée » (Ramutsindela, 2004B, p. 118 ; Neumann, 1998 ; Tapela, Omara-Ojungu, 1999).

17L’abandon des anciennes pratiques de conservation et le passage à des approches participatives, dont les discours accordent une place centrale aux communautés locales, passe aussi par l’influence des idéologies postmodernes (Attwell, Cotterill, 2000). « La remise en selle spectaculaire du coutumier et des droits ‘communautaires’ dans le secteur de la conservation permet de contourner le gouvernement local (notamment les conseils municipaux et de districts), dont la mise en place est issue du principe de décentralisation et de démocratie représentative » (Giraut, Guyot, Houssay-Holzschuch, 2004). N’est-ce pas une forme de postmodernité territoriale ? La gestion locale des ressources naturelles n’ayant pas été conçue comme une administration technique, mais plutôt doublée d’un souci de « gouvernance », a engendré un véritable changement d’échelle (Blanc-Pamard, Boutrais, 2002) : l’avènement du local a été accompagnée par des dynamiques multiscalaires globales-locales (Ramutsindela, 2004A).

18À partir de cette entrée historique, on peut affirmer que la protection environnementale en Afrique australe comporte et a toujours comporté des choix éthiques, soient-ils implicites ou explicites. Qui protège ? Pourquoi ? Comment ? Qui est admis à participer au processus de décision et de conservation ? Dans des contextes conflictuels comme ceux-ci, l’utilisation de données spatiales numériques comporte un risque de contrôle de la production de la connaissance et de l’action. Il s’agit d’une nouvelle dimension de l’information spatiale numérique, susceptible d’accentuer une forme d’impérialisme numérique, engendré par les instruments techniques dans des contextes africains.

Impérialisme numérique

19En Europe ainsi qu’aux États-Unis, les sciences sociales ont une longue tradition d’étude et d’analyse de l’impérialisme et de la colonisation. De nombreuses et importantes contributions ont montré comment ils ont historiquement transformé la géographie des espaces colonisés. D’autres ont été consacrées aux pratiques disciplinaires de la géographie qui appréhendent ces espaces. Un premier exemple, en ce sens, qui fait figure d’ouvrage fondateur en la matière, est Geography and Empire, publié en 1994 sous la direction d’Anne Godlewska et Neil Smith. Pendant la même année, quelques géographes français publient l’ouvrage Géographie des colonisations (Bruneau, Dory, 1994), qui est d’une certaine manière analogue : bien que ce dernier ait été principalement inspiré par une controverse autour de la géographie tropicale, conduite par quelques tenants de la géographie du sous-développement, il est une référence incontournable pour la bibliographie francophone sur le sujet.

20À cela s’ajoutent des textes qui appartiennent à une autre tradition, plutôt proche de la philosophie ou de la pensée philosophique du politique. Un certain nombre d’études fait ainsi partie d’une tradition théorique d’étude de l’impérialisme et du colonialisme, sous l’angle des fondements conceptuels, idéologiques et historiques de ces deux phénomènes, ainsi que des évolutions et des transformations récentes. Depuis De la colonisation chez les peuples modernes de Paul Leroy-Beaulieu (1874), jusqu’à Annah Harendt (2006), en passant par Antonio Negri (2000), mais aussi par New Imperialism de David Harvey (2003), bien que ce dernier soit l’œuvre d’un géographe, un nombre important de philosophes, historiens et scientifiques des sciences sociales ont analysé le déploiement de l’impérialisme et du colonialisme. Ils se sont aussi interrogés sur la création éventuelle d’un nouveau type d’impérialisme ou de colonialisme pendant la période contemporaine, avec des références à l’impérialisme américain.

21Malgré les différences entre les théories, quelques éléments semblent communs au plus grand nombre d’entre elles. L’impérialisme (et par conséquent le colonialisme) est toujours lié au capitalisme (Harvey, Arendt, Leroy-Beaulieu) et pas seulement dans les conceptions issues de la tradition marxiste. En plus, une certaine confusion terminologique persiste dans l’emploi des termes « colonialisme » et « impérialisme » : cette même remarque s’applique aussi à l’étude de l’impérialisme et du colonialisme de l’époque contemporaine. David Harvey préfère parler de « nouvel impérialisme », Derek Gregory utilise l’expression de « colonialisme actuel », mais cela ne l’empêche pas pour autant d’avoir recours à l’« impérialisme volontaire » en faisant référence à la domination américaine du monde (Gregory, 2004, p. 254). Néanmoins, d’une manière quelque peu différente par rapport aux autres auteurs, Derek Gregory fait le lien entre le colonialisme actuel et l’emploi de la technologie (qu’il appelle « le techno-culturel »). De façon analogue, John Pickles souligne l’ancien lien entre l’empire et la capacité de cartographier : un empire ne peut exister que s’il a été représenté à l’aide de la cartographie ; le sens et les modalités de fonctionnement d’un empire sont présents dans chacune des cartes qui le représentent (Pickles, 2003). L’impérialisme est donc lié à l’emploi des technologies ainsi qu’aux modalités selon lesquelles on représente l’empire à l’aide de la cartographie.

22Dans cette contribution, nous parlons d’impérialisme plutôt que de colonialisme, parce que le colonialisme est historiquement conçu comme la conséquence d’une invasion matérielle d’un espace de la part d’un pouvoir extérieur et d’une présence indéniable de ce pouvoir sur le territoire en question. D’un autre côté, l’impérialisme sert de préparation et de présupposé intellectuel et philosophique, ainsi que de justification à la conquête. L’impérialisme est, dans son essence même, contradictoire. L’impérialisme technologique auquel nous faisons référence ne fait pas exception et présente des caractéristiques similaires. Il s’agit d’un impérialisme car, comme pour les anciennes formes d’impérialisme, les individus qui sont en mesure d’utiliser une technologie (géographique numérique cette fois) sont ceux qui décident en dernière instance de ce qui va être représenté, comment et pour quelles finalités.

23Quelle nouvelle investigation des liens entre la cartographie et les empires est possible à l’aide des technologies géographiques numériques ? Une première réponse est celle apportée par la formulation du digital divide, défini par Jeremy Crampton comme l’ensemble des différentes possibilités d’accès au savoir dans la société de l’information (Crampton, 2003). Mais celle-ci n’est pas à nos yeux la seule conséquence. Nous théorisons l’existence d’un impérialisme numérique, qui couple le digital divide avec l’impérialisme technologique, au moins dans des contextes africains, lorsque des technologies spatiales numériques produites en Occident y sont importées. L’impérialisme comporte, en effet, le contrôle matériel et idéologique de l’espace et il peut prendre plusieurs formes. L’impérialisme numérique est un processus par le biais duquel le contrôle de la production et de l’utilisation de données spatiales numériques augmente le pouvoir détenu par quelques acteurs, afin de mieux contrôler les sociétés, les ressources et les territoires gouvernés. L’impérialisme numérique est comparable aux formes plus conventionnelles d’impérialisme (telles que l’invasion militaire ou le contrôle économique du capital et du commerce), car il déploie un discours de « progrès », afin de masquer la force réelle et les impacts d’un pouvoir et d’une domination extérieurs. Notre exemple sud-africain illustre les différents types de situations que l’impérialisme numérique peut créer.

Les Peace Parks en Afrique australe : un exemple africain d’impérialisme numérique ?

24La protection environnementale transfrontalière est reconnue par l’IUCN et les institutions internationales comme l’instrument actuel le plus performant de protection de la nature. Cette philosophie inspire les TFCA (Trans-Frontier Conservation Areas) ensuite appelés Peace Parks lors de la naissance de la Fondation qui porte le même nom le 1er février 1997.

25Cette fondation a créé pour l’instant une dizaine de parcs entre l’Afrique du Sud et les États voisins, vastes espaces de protection des écosystèmes qui dépassent les frontières des États. Les hommes et les animaux peuvent circuler librement à l’intérieur de ces parcs, au moins en théorie : pour ce faire, l’écotourisme est encouragé et facilité par la réalisation de structures aptes à favoriser sa diffusion (hôtels, routes, etc.). Ces parcs sont conçus comme des réserves de la biosphère, qui disent s’appuyer sur des méthodes participatives dans la gestion des ressources naturelles : la conservation de la nature dont il est question ici est en accord avec les discours locaux et internationaux sur le développement durable (Giraut, Guyot, Houssay-Holzschuch, 2005).

26Une volonté politique affichée de la part des pouvoirs politiques étatiques et de ses leaders (Nelson Mandela figure dans la liste des fondateurs des Peace Parks) et le support des autorités politiques ont fait de ces parcs transfrontaliers des outils géopolitiques puissants (Guyot, 2006A). On assiste ainsi à la mise en discours de la validité du projet (écotourisme, création de structures internationales, modèles mondiaux de la protection de la nature, etc.) à l’échelle mondiale, car les Peace Parks sont partie intégrante du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique). La collaboration entre les gouvernements, les organismes financeurs et le secteur privé est obligatoire pour la mise en place des plans de gestion, de la législation sur l’émigration et le tourisme, pour la prise en charge des intérêts des communautés, ainsi que pour la réglementation concernant l’intervention des vétérinaires.

27Une fois que chacun des espaces est « sécurisé », les projets successifs d’extension, en accord avec le plan fixé en amont, sont mis en place. Cela inclut le recrutement du personnel technique et administratif, la consultation des communautés, la planification des déplacements d’animaux et le développement des infrastructures. Voici comment se déploie la dynamique pour chacun de ces parcs transfrontaliers : le modèle standard est toujours le même.

28La Fondation assure :

29la gestion financière des parcs et le choix des projets à entreprendre à l’aide des financements accordés par les donateurs.

30La mise en place des SIG et la collecte des données : images satellitaires, informations sur la topographie, pour la création et la mise à jour constante d’une base de données écologiques et sociales préliminaire aux opérations successives.

31La planification de l’utilisation des sols, en développant des plans régionaux d’exploitation, des plans d’aménagement des parcs et des zonages.

32La Fondation des Peace Parks supporte ainsi depuis sa création la conservation d’habitats naturels pour des espèces menacées : elle impulse la création d’énormes parcs transfrontaliers en Afrique australe. Aux stratégies de sauvegarde de la flore et de la faune, les Peace Parks ajoutent néanmoins aussi des politiques d’appui à l’écotourisme, comme stratégie de développement des communautés locales vivant aux alentours des zones protégées : l’ambivalence problématique de cette stratégie de gestion a été démontrée (Draper, Wels, 2002).

33Le Great Limpopo Transfrontier Park (GLTP) par exemple, le plus ancien et le plus célèbre parmi les Peace Parks, est une immense étendue (35 000 km²) située entre le nord-est de l’Afrique du Sud, le sud-est du Zimbabwe et le nord-est du Mozambique (fig. 2). Il a été institué par le programme Environnement des Nations Unies (UNEP) et la Banque Mondiale, en collaboration avec les gouvernements des trois États concernés. Il a permis de fusionner trois parcs nationaux préexistants depuis l’époque coloniale : le Kruger en Afrique du Sud, le Gonarezhou au Zimbabwe et le Gaza au Mozambique. Le traité international de création a été signé le 9 décembre 2002.

Fig. 2 – Le Great Limpopo Transfrontier Park

http://www.peaceparks.org/​

34Il est ainsi sous-entendu que le GLTP est censé devenir progressivement une destination de premier choix pour l’écotourisme à l’échelle du monde, à l’aide d’une participation importante du secteur privé dans la mise en place des structures et des services nécessaires. Pour ce faire, les SIG ont une place centrale dans la planification et dans la gestion des Peace Parks, car ces bases de données peuvent être aisément utilisées pour produire une imagerie numérique, qui facilite la visualisation et l’analyse de données spatiales complexes (Woods, Potgieter, 2002).

35Pour faciliter la planification et la gestion de chacune des aires protégées, la fondation des Peace Parks a ainsi recours aux SIG. Ils sont utilisés pour la vulgarisation concernant la protection environnementale transfrontalière, mais aussi pour la planification et la gestion de chacun des parcs. Les SIG sont surtout employés pour stocker les données qui portent sur la géographie physique des espaces concernés et aussi en vue de la mise en place de la planification du zonage touristique. Ils sont aussi utilisés pour surveiller les espèces animales et végétales, pour favoriser si besoin le déplacement des animaux, pour déterminer le tracé et le déplacement des clôtures, pour l’identification, la mesure et la transformation des sites prioritaires et pour cibler des régions d’extension potentielle des parcs, mais aussi pour localiser les groupes humains qui tenteraient de pénétrer à l’intérieur du parc pour en exploiter les ressources et suivre leurs déplacements éventuels, ainsi que pour faciliter, au moins en principe, leur participation aux opérations. Par l’emploi des SIG, la Fondation des Peace Parks affirme impliquer les communautés locales dans la production des données et donc dans le processus de prise de décision concernant les parcs. Il est ainsi dit sur le site Internet que : « la Fondation des Peace Parks a participé au développement de ce parc transfrontalier par le financement de séances de travail, par l’emploi d’un coordinateur du TFCA et d’un officier chargé des relations avec les habitants ainsi que par l’organisation d’un grand nombre de rencontres avec les communautés locales. Le laboratoire SIG de la Fondation a aussi participé a l’ébauche des plans de gestion de la terre et des activités touristiques » 2

36Ces discours d’interaction avec les communautés locales donnent-ils lieu à des actions conséquentes sur le terrain, ou sont-ils de simples instruments de justification et de légitimation de pratiques ? L’étude des SIG mis en place et plus particulièrement du choix des données récoltées, représentées et rendue publiques est particulièrement éclairante à ce sujet : la cartographie devient un outil fondamental de planification et de promotion des Peace Parks tandis que les SIG restent « plutôt silencieux sur les populations à qui ces parcs transfrontaliers devraient apporter un bénéfice » (Spierenburg, Wels, 2006).

37 Les SIG ne sont-ils pas seulement un outil de plus permettant de réduire encore le pouvoir (déjà fort limité) d’individus et de communautés historiquement marginalisés ? Le Kruger National Park, la partie sud-africaine du Great Limpopo Transfrontier Park, donne un excellent exemple de comment un SIG produit dans le laboratoire même du parc et comment les données sur lesquelles il s’appuie ont été utilisées pour des finalités qui font référence aux discours de participation citoyenne et à l’écotourisme, sans prendre en compte les préoccupations et les centres d’intérêt des populations.

38Le parc est en effet pourvu d’un bureau scientifique, qui est chargé des SIG, mais aussi de la télédétection et du programme CyberTracker (des outils qui participent à la collecte d’informations pour les SIG). Ce centre technique concentre son travail de production de SIG autour des thèmes suivants :

39les carctéristiques physiques du parc ;

40la surveillance des feux et des ressources naturelles, le contrôle de l’état de la végétation, des populations de mamifères et de leurs habitats et le monitorage ;

41les infrastructures et les activités du parc.

42Toutes ces données sont accessibles par le biais du site Internet3. Les informations récoltées et le type de données mises à la disposition du public confirment que ces choix sont opérés en fonction des besoins des visiteurs, plutôt que de ceux des populations locales. Si ces SIG font vraiment l’objet de dynamiques de participation citoyenne, les populations locales ont-elles choisi de récolter ces données ? De quelles préoccupations et de quels intérêts ces données sont-elles issues ? Qui a été appelé à décider quelles données choisir et stocker ? À l’échelle locale, les données sociales se réduisent aux campements d’accueil des touristes (Fig. 3).

43Le fait qu’un nombre important de données sur les feux entre 1946 et 2006 soit disponible est un bon exemple de cette démarche. La protection de l’environnement et la prévention des feux étaient en effet au centre des idéologies de conservation dès l’époque coloniale : la nécessité de contrôler le feu a engendré des critères de sélection des feux souhaitables (ceux causés par les autorités du parc) de ceux qui ne le sont pas (Griffiths, Robin, 1997, p. 19-34). C’est ce qui se produit à l’aide de l’Experimental Burn Plots, feux allumés et contrôlés par le parc pour des finalités expérimentales (tester la résistance de la végétation, mesurer les différences selon les saisons et en fonction des changements météorologiques).

Cartographie alternative et pratiques anti-impérialistes

44Dans des cas comme celui dont nous nous occupons ici, en Afrique ou ailleurs, la question de la prise en compte par les SIG du savoir spatial local continue à représenter un des problèmes majeurs, qui découlent de l’utilisation de l’information spatiale numérique pour des finalités environnementales. Puisque nous affirmons que le problème n’est pas technique, mais plutôt politique et géographique, un accès plus large et plus important aux technologies géographiques numériques peut accroître le pouvoir d’action des communautés. La cartographie alternative, celle qui est réalisée en reproduisant les données sélectionnées par les populations locales, peut aider à limiter les effets négatifs de l’impérialisme produits par la technologie spatiale numérique. Cette manière alternative de cartographier à été théorisée par quelques géographes contemporains dans le but de réduire les difficultés que la cartographie formelle rencontre lorsqu’elle s’applique à des espaces conflictuels, lorsqu’elle doit faire face à l’instabilité, aux transformations rapides et lorsqu’elle est confrontée aux réseaux, ainsi qu’à des frontières moins linéaires et plus poreuses (Craig, Harris, Weiner, 2002, Gregory, 2004).

45En prolongeant ces postures théoriques, nous ajoutons que la cartographie alternative (ce qu’on appelle counter-mapping dans le monde anglo-saxon) peut aussi être une procédure anti-impérialiste. En effet, l’impérialisme numérique participe à la déconstruction des relations de pouvoir qui concernent l’information spatiale numérique formelle, scientifique et institutionnelle. Les acteurs institutionnels, qui s’appuient sur l’expertise d’acteurs techniques ou scientifiques, ne sont pas les seuls acteurs aptes à produire des cartes numériques « officielles », c’est-à-dire les seuls garants du savoir que ces données colportent.

46Afin de réduire les conséquences négatives de l’impérialisme numérique, la cartographie alternative donne lieu à une participation citoyenne de collectifs d’humains et de non-humains, dans laquelle les individus ont recours à l’espace et à ses différentes composantes pour alimenter les discours d’appartenance et en support de leur point de vue. Ils se font ainsi les porte-parole des non-humains impliqués. Dans ce cas, la technique peut accroître la stabilité des collectifs. Par ce biais, l’environnement, ce que l’on appelle « nature », est interprété par les populations locales et de ce fait représenté dans un monde numérique, de la même manière que les données produites par les institutions officielles : ces dernières ne bénéficient donc plus d’un statut spécial de légitimité. La participation citoyenne est donc une action de cartographie alternative de la part d’une communauté, qui tente de résister aux éventuelles ingérences impérialistes des procédés classiques de mise en place de SIG conventionnels.

47Puisque les travaux sur la participation citoyenne diffèrent de l’usage que nous faisons de cette littérature, un exemple peut aider à clarifier notre propos. Dans le contexte de la stratégie de contrôle des feux de brousse qui est actuellement appliquée dans le Kruger, à laquelle nous avons déjà fait référence, la division des Services Scientifiques du Kruger est en train de mettre en place un système de gestion des initiatives qui portent sur les feux, afin de donner des directives et de fournir de l’assistance dans les processus de prise de décision pour la gestion des feux. À ce stade, un effort important a été consacré à l’analyse des connaissances produites par les spécialistes du domaine, ainsi qu’à la collecte des données historiques sur le feu, à intégrer à une base de donnée interactive (Woods, Potgieter, 2002, p. 6). Si ce projet est mené à terme, il sera un excellent exemple de participation citoyenne des collectifs par le biais des SIG, car les scientifiques, les techniciens et les communautés locales peuvent collaborer sur un pied d’égalité, en se faisant porte-parole des différents actants liés au feu, animaux, végétation, sols et cycles nutritionnels.

Conclusion

48Cette contribution a donc voulu souligner que des projets se mettent progressivement en place dans le but spécifique de récolter une multiplicité de données hétérogènes à l’échelle locale pour les intégrer à des bases SIG créées et utilisées in situ pour des raisons contextuelles (environnementales dans ce cas).

49La réalisation et l’emploi de ces SIG dans les pays du Sud, et plus spécifiquement en Afrique australe pour ce qui nous concerne, est le support d’une technologie et des valeurs occidentales. L’exemple du Great Limpopo Transfrontier Park veut montrer que derrière les projets et les discours sur la protection environnementale se cachent une réalité et des stratégies qui ne prennent pas encore complètement en compte les besoins des populations locales et leurs valeurs, ou encore les visions et les représentations locales de l’espace. C’est ce que nous avons appelé impérialisme numérique. Nous avons suggéré que la cartographie alternative pouvait être une manière d’éviter les conséquences locales négatives dues à la diffusion de technologies géographiques numériques et à l’accès immédiat à l’information spatiale numérique. L’intégration des savoirs des populations locales, en même temps que l’importation de l’extérieur de connaissances et savoirs professionnels et techniques, sont tous les deux possibles et souhaitables. Leur coordination et la conjonction des connaissances et des compétences est fondamentale pour mettre en place une information spatiale numérique « enracinée » et consciente de la situation locale à laquelle elle se rapporte.

50Comme toutes les autres formes d’impérialisme, l’impérialisme numérique est lui aussi contradictoire. D’un côté, il est issu des pouvoirs mondialisés hégémoniques, de leurs relations et de leurs stratégies : il sert potentiellement à renforcer le contrôle des grandes puissances occidentales sur le reste du monde et plus particulièrement sur les territoires « périphériques ». D’un autre côté, la diffusion mondiale de l’information spatiale numérique constitue aussi une occasion pour la formation progressive d’un lien entre les données géographiques formelles et le savoir local, dans le but d’accroître le pouvoir des communautés, surtout de celles qui sont normalement marginalisées et exclues des infrastructures qui produisent les SIG et donc décident ce qui est important et pertinent à représenter. Les Peace Parks d’Afrique australe peuvent constituer en ce sens un laboratoire intéressant pour des études futures, visant à analyser la nature contradictoire de ces instruments à toutes les échelles, depuis celle du monde jusqu’à la plus locale.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS J.S & MACSHANE T.O., 1996, The Myth of Wild Africa. Conservation without illusions, Berkeley, University of California Press, 266 p.

ADAMS W. & MULLIGAN M. (eds), 2003, Decolonizing Nature: Strategies for Conservation in a Post-colonial Era, London, Earthscan, 240 p.

ADAMS W. M., 2004, Against extinction. The story of conservation, London, Earthscan, 311 p.

ATTWELL C.A.M. & COTTERILL F.P.D., 2000, Postmodernism and African conservation science, Biodiversity and Conservation 9(5), p. 559-577.

BERDOULAY V., SOUBEYRAN O. (dir.), 2000, Milieu, colonisation et développement durable, Paris, L’Harmattan, 406 p.

BLANC-PAMARD C. & BOUTRAIS J., 2002, Les temps de l’environnement: d’un sauvetage technique à une gestion locale en Afrique et à Madagascar, Historiens et géographes, nº spécial Congrès de l’UGI de Durban aout 2002, BART F., BONVALLOT J. & POURTIER R. (eds.), Regards sur l’Afrique, p. 39-58.

BRUNEAU M., DORY D. (dir.), 1994, Géographie des colonisations, Paris, L’Harmattan, 420 p.

CARRUTHERS J., 1995, The Kruger National Park: a social and political history, Pietermaritzburg, University of Natal Press, 170 p.

COCK J. & FIG D., 2002, From Colonial to Community-Based Conservation : Environmental Justice Discourse, in McDonald D.A. (ed.), Environmental Justice in South Africa, Athens/Cape Town, Ohio University Press/UCT Press, p. 131-155.

COMPAGNON D. & CONSTANTIN F. (eds.), 2000, Administrer l’environnement en Afrique, Paris/Nairobi : Karthala/IFRA, 497 p.

CRAIG W., HARRIS T., WEINER D. (dir.), 2002, Community Participation and Geographic Information Systems, London, Taylor and Francis, 412 p.

CRAMPTON J., 2003, The Political Mapping of Cyberspace, Edinburgh, Edinbourgh University Press, 214 p.

DOBSON J.E., FISHER P.F., 2003, Geoslavery Technology and Society Magazine, Vol. 22, n°1, p. 47- 52.

DRAPER M. & WELS H., 2002, Super African Dreams: The Mythology of Community Development in Transfrontier Conservation Areas in Southern Africa, Séminaire Ecotourism and Nature Parks in East and Southern Africa, African Studies Center, Leiden, http://asc.leidenuniv.nl/pdf/paper12112002-draperwels.pdf

ELLIS S., 1994, Of elephants and men : politics and nature conservation in South Africa, Journal of Southern African Studies, vol. 20, n°1, p. 53-69.

ELMES G., 2005, From macrogeography to microgeography and back: Emerging issues for geographical information handling across scales Proceedings AGILE conference, Estoril (Portugal).

ELMES G., EPSTEIN E., SHEPPARD E., TULLOCH D., GIS and Society, in MCMASTER R., USERY L. (dir.), 2004, Research Challenges in GIS, Florida, CRC Press.

GHOSE R., 2004, SIG et participation citoyenne : des projets de revitalisation urbaine aux États-Unis, in ROCHE S. et CARON C. (éds.), Aspects organisationnels des SIG, Paris, Hermès Lavoisier, p. 255-266.

GIRAUT F., GUYOT S. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2004, Les aires protégées dans les recompositions territoriales africaines, L’Information Géographique, nº 4, p. 340-368.

GIRAUT F., GUYOT S. et HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2005, La nature, les territoires et le politique en Afrique du Sud, Annales HSS, Vol. 60, n°4, p. 695-717.

GODLEWSKA A., SMITH N., 1994, Geography and Empire, Oxford, Blackwell, 448 p.

GOODCHILD M. F., 1998, Rediscovering the World through GIS. Prospects for a Second Age of Geographical Discovery GISPlaNET 98, Lisbon.

GORE A., 1992, Earth in the Balance; Ecology and the Human Spirit, Mifflin,Houghton, 416 p.

GORE A., 1998, The Digital Earth: Understanding our planet in the 21st Century, California Science Center, Los Angeles, California, http://www.digitalearth.gov/VP19980131.html.

GREGORY D., 2004, The Colonial Present. Afghanistan, Palestine, Iraq, Oxford, Blackwell, 388 p.

GRIFFITHS T. & ROBIN L. (éds), 1997, Ecology and Empire. Environmental History of Settler Societies, Washington, University of Washington Press, 248 p.

GUYOT S., 2004, Derrière le masque de l’écotourisme, le politique : conservation et discrimination territoriale en Afrique du Sud, Revue Tiers-Monde, t. XLV, n°178, p. 341-363.

GUYOT S. & REY B., 2003, De la conservation du patrimoine naturel à une tentative de développement communautaire, le cas du Maputaland, Afrique du Sud, in COSAERT P. et BART F. (eds.), Patrimoine et développement dans les pays tropicaux, Pessac, DYMSET (Espaces Tropicaux nº18), p. 259-268.

GUYOT S., 2006A, Géopolitique des parcs (trans)frontaliers en Afrique Australe, Les Cahiers d’Outre-Mer, n°234, p. 215-232.

GUYOT S., 2006B, Rivages zoulous. L’environnement au service du politique en Afrique du Sud, Paris, Karthala, 264 p.

HARDT M., NEGRI A., 2000, Empire, Paris, Exils, 560 p.

HARENDT A., 2006, Les origines du totalitarisme (Tome 2 : L’impérialisme), Paris, Gallimard, 1615 p.

HARVEY D., 2003, The New Imperialism, Oxford, Oxford University Press, 288 p.

HARVEY F., 2001, Constructing GIS: actor networks of collaboration, URISA Journal, Vol. 13, n°1, p. 29-37.

HOESCHELE W., 2000, Geographic Information Engineering and Social Ground Truth in Attappadi, Kerala State, India, Annals of the Association of American Geographers, 90(2), p. 293-321.

HULME D. & MURPHREE J. (eds.), 2001, African wildlife & livelihoods: the promise and performance of community conservation, Oxford, Heinemann, 344 p.

KOCH E., 1998, Nature has the power to heal old wounds: War, peace & changing patterns of Conservation in Southern Africa, inSIMON D. (éd), 1998, South Africa in Southern Africa, reconfiguring the region, Cape Town,David Philip, p. 54-71.

LATOUR B., 2006, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 210 p.

LEROY-BEAULIEU P., 1874, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris,Guillaumin, 639 p.

LONGLEY P.A., GOODCHILD M.F., MAGUIRE D.J., RHIND D.W., 2005, Geographic Information Systems and Science, 2nd edition, Chichester (UK), John Wiley and Sons, 536 p.

MAC DONALD D.A. (éd.), 2002, Environmental Justice in South Africa, Cape Town, UCT Press, 352 p.

MCKUSKER B., WEINER D., GIS Representations of Nature, Political Ecology, and the Study of Land Use and Land Cover Change in South Africa, in ZIMMERER K., KARL S., BASSETT T.J. (dir.), 2003, Political Ecology: An Integrative Approach to Geography and Environment-Development Studies, New York, Guilford Press.

MUROMBEDZI J.C., 2003, Pre-colonial and colonial conservation practices in Southern Africa and their legacy today, Paper on line for IUCN Theme on Indigenous and Local Communities, Equity, and Protected Areas (TILCEPA),21 p.

www.iucn.org/themes/ceesp/Publications/TILCEPA/CCA-JMurombedzi.pdf

NEUMANN R.P., 1998, Imposing Wilderness: struggles over livelihood and nature preservation in Africa, Berkeley, University of California Press, 268 p.

PICKLES, J. (ed.), 1995, Ground Truth. The Social Implications of Geographic Information Systems, New-York, The Guilford Press, 248 p.

PICKLES J., 2003, A history of spaces. Cartographic reason, mapping and the geo-coded world, London and New York, Routledge, 256 p.

RAMUTSINDELA M., 2004A, Glocalisation and Nature Conservation Strategies in 21st Century Southern Africa, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, vol. 95, n°1, p. 61-72.

RAMUTSINDELA M., 2004B, Parks and People in Postcolonial Societies. Experiences in Southern Africa, Dordrecht, Kluwer, 185 p.

RODARY E., CASTELLANET C., ROSSI G. (éds.), 2004, Conservation de la nature et développement, l’intégration impossible ?, Paris, GRET – Karthala, 310 p.

RODARY E., 2001, Les espaces naturels : l’aménagement par la participation ? Mise en réseau et territorialisation des politiques de conservation de la faune en Zambie et au Zimbabwe, Thèse de Doctorat, Université d’Orléans.

SAID E.W., 1997, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 428 p.

SHEPPARD E., COUCLELIS H., GRAHAM S., HARRINGTON J.W., ONSRUD H., 1999, Geographies of the information society International Journal of Geographical Information Science, Vol. 13, n°8, p. 797-823.

Spierenburg M. & Wels H., 2006, Securing space, Mapping and fencing in Transfrontier Conservation in Southern Africa, Space and Culture, 9(3), p. 294-312.

TAPELA B.N. & OMARA-OJUNGU P.H., 1999, Towards bridging the gap between wildlife conservation and rural development in post-apartheid South Africa: the case of Makuleke community and the Kruger national Park, South African Geographical Journal, vol. 81, n°3, p. 148-155.

TULLOCH D.L., EPSTEIN E., 2002, Benefits of Community MPLIS: Efficiency, Effectiveness, and Equity, Transactions in Geographic Information Systems, Vol. 6, n°2, p. 195-212.

TULLOCH D.L., SHAPIRO T., 2003, The intersection of data access and public participation: impacting GIS users’ success?, URISA Journal, http://www.urisa.org/Journal/APANo2/Tulloch.pdf.

WEINER, D., HARRIS, T. M., 2003, Community-integrated GIS for Land Reform in South Africa. URISA Journal vol. 15 APA II: 6173, http://www.urisa.org/Journal/APANo2/Weiner.pdf

WOODS D., POTGIETER A. et al., 2002, Fire policy, experiments and experience in the Kruger National Park, Gabarone, South Africa, SAFNet.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/5032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristina D’Alessandro-Scarpari, Gregory Elmes et Daniel Weiner, « L’impérialisme numérique. Une réflexion sur les Peace Parks en Afrique australe », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 35-44.

Référence électronique

Cristina D’Alessandro-Scarpari, Gregory Elmes et Daniel Weiner, « L’impérialisme numérique. Une réflexion sur les Peace Parks en Afrique australe », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 31 mars 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/5032 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.5032

Haut de page

Auteurs

Cristina D’Alessandro-Scarpari

Département de Géographie, Université Lumière-Lyon 2, France. cristina.dalessandro@wanadoo.fr

Gregory Elmes

Department of Geology and Geography, West Virginia University, West Virginia, WV, USA. gelmes@wvu.edu

Daniel Weiner

Department of Geology and Geography, West Virginia University, West Virginia, WV, USA. Daniel.Weiner@mail.wvu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page