Navigation – Plan du site

L’utilisation des sols et les dommages causés par les excès d’eau et les inondations dans le bassin moyen du Yangzi

Land use and damages due to excess water and flooding in the middle Yangtse river basin
Hui Liu
p. 19-26

Résumés

Au cours de ces dernières décennies, les dommages causés par les excès d’eau et les inondations se sont multipliés dans le bassin moyen du Yangzi. Cet article entend montrer comment la mutation de l’utilisation des sols a aggravé les dommages dus aux inondations. Par une analyse des relations entre l’ampleur des crues, la fonction de régulation du débit jouée par les lacs naturels et l’utilisation des sols (par la mutation des superficies en eau et des terres cultivées), on constate que l’utilisation des sols est un des facteurs cruciaux pour comprendre l’intensification des dommages dus aux inondations. Certaines mesures nouvelles concernant l’utilisation des sols pour lutter contre les inondations ont été proposées. L’auteur analyse enfin les possibilités de réalisation de ces mesures et les problèmes nouveaux qui se posent.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Le Yangzi, le plus grand fleuve de Chine et le troisième du monde par sa longueur et son débit, joue un rôle très important dans le développement socio-économique du pays et possède les particu-larités bien marquées des grands fleuves mondiaux : des caractères naturels uniques et une position géographique avantageuse ; 40% du PNB et de la population de la Chine se concentrent dans les vallées du Yangzi, qui n’occupent pourtant que 18% de la superficie totale du pays. Ce fleuve est aussi très riche en ressources hydrauliques puisqu’il dispose à lui seul de plus de 36% de la totalité des ressources en eau douce de la Chine. Mais, depuis les années 1990, les excès hydrologi-ques du Yangzi ont fréquemment provoqué des inondations catastrophiques et ils ont souvent atteint des records historiques, causant d’immenses pertes en vies humaines et de graves dégâts pour la population locale dans le bassin moyen du fleuve.

  • 1 Weihu zaotian : construire des digues pour arracher des terres cultivées (étendre les terres cult (...)

2Le cours moyen du Yangzi, qui va d’Yichang, à la sortie des Trois Gorges, à Hukou, au confluent du Yangzi et du lac Poyang (fig. 1), et traverse les provinces du Hubei, du Hunan et du Jiangxi, est long de 955 km et draine une superficie de 645 104 km2, comprenant la plaine de Jianghan et les régions lacustres de Dongting et de Poyang. Il s’agit d’un grand ensemble de plaines alluviales de faible altitude, sur lesquelles s’est développé un réseau hydrographique très dense, avec de nombreux affluents, des bras principaux et secondaires, des lacs et des marais, etc. Cette grande région fluviale peut se diviser en trois parties relativement indépendantes : la plaine de Jianghan, celle du lac Dongting et celle du lac Poyang. Les alluvions deposées au fond du lit des cours d’eau et des lacs, ainsi que la progression des terres mises en valeur au détriment des marais lacustres (weihu zaotian1), entraînent des difficultés de drainage et l’aggravation des conséquences des inondations dans cette région fluviale. On estime que 70% de l’augmentation des inondations sont causés par une utilisation incorrecte des sols (Zu, Wang et Yu, 2002) : les inondations sont en effet en relation directe avec leur utilisation.

Figure 1 : Le cours moyen du Yangzi

Figure 1 : Le cours moyen du Yangzi
  1. Les caractéristiques des inondations catastrophiques dans le cours moyen du Yangzi

    1. Des inondations saisonnières

3Les inondations sont saisonnières et ont lieu du mois de mai au mois d’août. Les raisons en sont les suivantes :

4- Le cours moyen du Yangzi se trouve dans la zone des moussons subtropicales où les précipitations annuelles varient entre 1 100 et 1 500 mm, et sont très concentrées en été.

5- Le taux de variation annuelle des précipitations est faible, entre 15 et 20%. Par contre, le taux de variation mensuelle des précipitations en été est très fort puisqu’il atteint 65%. En mai, juin et juillet 1954, les précipitations dans la région du lac Dongting ont été respectivement doublées, quadruplées et triplées par rapport aux précipitations moyennes pour la même période, et le total des précipitations entre avril et septembre 1954 a été de 1 500 mm, un total supérieur aux précipitations moyennes annuelles. Dans la province du Hunan, 76,3% des inondations ont  lieu en été, 14,8% en automne, 8,2% au printemps et 0,7% en hiver (Li et Li, 1998). Dans la province du Jiangxi, 75% des inondations ont lieu en été, 17,5% au printemps, très peu en automne et en hiver (Huang, 2000).

    1. Des inondations de plus en plus fréquentes

6D’après les statistiques dont nous disposons, une inondation catastrophique du Yangzi avait lieu en moyenne une fois tous les 28 ans avant le XIVe s. Mais la fréquence a été d’une fois tous les six ou sept ans après le XVe s., tous les quatre ou cinq ans depuis le début du XXe s. et enfin tous les quatre ans depuis 1949 (Jiao, 1998). Dans les seules années 1990, on en a compté quatre inondations (1991, 1996, 1998 et 1999), soit une tous les trois ans. La fréquence des inondations a ainsi beaucoup augmenté.

    1. Le débit moyen et le haut niveau de l’eau

7Depuis les années 1980, les inondations présentent une caractéristique bien marquée : le débit moyen et le niveau de l’eau se sont élevés. En comparant les inondations de 1954 et de 1998, on peut voir que les précipitations et le débit en 1998 sont inférieurs à ceux de 1954, mais le niveau de l’eau dans le cours moyen du Yangzi est partout plus élevé que celui de 1954. Les niveaux sur une distance de 360 km ont battu les records historiques, par exemple les cotes à Jianli, à Lianhuatang et à Luoshan sont de 1,75 m plus élevées que celles de 1954 (tab. 1) (Zu, Wang et Yu, op. cit.).

Tableau 1 : Comparaisons des inondations du Yangzi en 1954 et 1998

Lieu

1954 (A)

1988 (B)

B-A

Précipitations (mm)
Débit (m3/s)

Vallée moyenne du Yangzi *
Yichang
Luoshan
Hankou

674
66 800
79 900
76 100

577
63 600
68 600
72 300

- 97
- 3 200
- 11 300
- 3 800

Volume des crues
(109 m3) **

Yichang
Luoshan
Hankou

1 380
1 774
1730

1 330
1 613
1 739

- 50
- 161
-9

Niveau des crues (m)

Shashi
Jianli
Lianhuatang
Luoshan
Jiujiang
Hankou

44,67
36,57
33,95
33,17
22,08
29,73

45,22
19,31
35,80
34,95
23,0
29,43

0,55
1,74
1,85
1,78
0,95
- 0,3

Notes : * les précipitations totales du 10 juin au 24 août ; ** les crues maximales pendant 30 jours.

    1. Diminution des pertes en vies humaines, mais augmentation des dommages économiques

8Pendant le XXe s., trois inondations catastrophiques ont eu lieu dans la vallée du Yangzi. 145 000 personnes ont été noyées en 1931, 33 000 en 1954 et 1 562 en 1998 (Zu, Wang et Yu, ibid.). En raison de la croissance des activités économiques dans la vallée du Yangzi, les pertes causées par les inondations sont devenues considérables : 108,981 milliards de yuans en 1998, dont 32,9 milliards dans la province du Hunan, 37,681 milliards dans le Jiangxi et 38,4 milliards dans le Hubei (Zu, Wang et Yu, ibid.). Entre 1991 et 2000, six inondations ont été enregistrées dans la province du Hunan, qui ont causé 32,54 milliards de yuans de dommages économiques dans la région du lac Dongting, soit 5,42 milliards par an, qui correspondent respectivement à 5 fois et 17 fois les dommages économiques totaux et annuels enregistrés en moyenne entre 1931 et 1990 (Li, Yang et Xu, 2001). Si nous comparons les dommages dus aux inondations en 1954 et en 1998 dans la région du lac Dongting (province du Hunan), le nombre de morts a diminué de 381, mais les dommages économiques ont augmenté de 17,6 milliards de yuans (Peng et Mao, 2000).

  1. Le rôle de l’utilisation des sols dans les catastrophes dues aux inondations dans le cours moyen du Yangzi

9Les catastrophes liées aux inondations dans le cours moyen du Yangzi sont liées à des facteurs naturels et humains. Le défrichement des forêts dans le bassin supérieur du fleuve et la construction de digues permettant la conquête et la mise en valeur des marais lacustres dans le bassin moyen sont les principales causes d’aggravation des inondations. La réduction de la capacité de régulation et de retention des lacs, qui est en relation directe avec l’utilisation des sols, est un facteur crucial à l’origine de l’intensitification des inondations.

    1. Le défrichement et l’utilisation incorrecte des bassins de retenue rendent difficiles la dérivation des eaux

10Sur le cours moyen du Yangzi, la capacité d’évacuation des eaux est insuffisante lors des grandes crues. Il faut donc disposer  de bassins de retenue avec des digues qui puissent faire baisser le niveau des crues après leur ouverture et assurer leur passage en toute sécurité. Dimensionnés sur la base de l’ampleur des inondations de 1954, les bassins de retenue et les volumes d’évacuation des crues ont été définis lors de réunions portant sur la protection contre les crues, tenues dans la moyenne et la basse vallées du Yangzi en 1972 et 1982 (tab. 2). Cependant, depuis 1949, presque tous les bassins de retenue ont été défrichés sans limite en raison de la rareté de leur mise en eau effective, de la croissance démographique et d’un manque de planification dans l’utilisation des sols. De plus en plus, des populations dispersées et des bourgs se sont installés dans les bassins de retenue. Surtout depuis 1978, année du lancement des réformes et de l’ouverture, une partie des bassins de retenue ont été developpés pour en faire des zones d’exploitation économique et la plupart se sont transformés en d’importantes zones industrielles pour l’agro-alimentaire. Avec l’accélération du développement économique local, les investissements en biens immobiliers dans les bassins de retenue se sont developpés de façon croissante. Le bassin de retenue de Jingjiang  ne comptait que 170 000 personnes en 1952. Maintenant, il en possède 500 000 ; de nombreuses entreprises sont présentes et la valeur des biens immobiliers se monte à 5,4 milliards de yuans (Liu, 1999). Actuellement, on compte 510 000 hm2 de terres cultivées et 4,8 millions d’habitants dans tous les bassins de retenue du Yangzi réunis. Au regard d’une telle situation, une dérivation des crues risque d’entraîner la perte d’un grand nombre de vies humaines et de biens. En fait, le bassin de retenue n’existe que de nom, sans que sa fonction primitive se soit maintenue, ce qui rend plus difficiles la protection par des digues, la lutte contre les crues et les dommages dus aux inondations.

Tableau 2 : Les bassins de retenue dans la vallée moyenne du Yangzi

Bassin de retenue

Terres cultivées (104 hm2)

Population

Volume planifié de dérivation des crues (108m3)

Volume de dérivation des crues en 1954 (108m3)

Jingjiang

3,62

490 000

54,0

62,0

Chenglingji

23,67

2 340 000

320,0

450,0

Wuhan

14,37

1 313 000

68,0

344,0

Hukou

9,34

657 000

50,0

167,0

Total

51,00

4 800 000

492,0

1 023,0

Source : Wu, 1999

    1. La progression des terres agricoles sur les marais lacustres (weihu zaotian) réduit la superficie des lacs et diminue leur fonction de régulation du débit du fleuve

11Les lacs, nombreux sur le cours moyen du Yangzi, sont des réservoirs naturels qui jouent un rôle dans la  régulation du débit des crues et ils sont une composante très importante du système de protection. La progression des terres agricoles aux dépens des marais lacustres sur le cours moyen du Yangzi ne date pas d’hier. Avec la croissance démographique, le développement économique et les guerres, on recense trois temps forts dans cette histoire. Le premier correspond au milieu de la dynastie des Ming (1368-1644), le deuxième au début de la dynastie des Qing (1644-1911) et le troisième aux années 1950, période pendant laquelle l’ampleur des travaux a dépassé celle des périodes précédentes. Les conséquences directes de l’avancée des terres sur les marais lacustres sont la réduction de la superficie des lacs, le changement des relations entre ceux-ci et le fleuve, enfin la diminuation de leur fonction de régularisation du débit fluvial. En 1949, le cours moyen du Yangzi possédait plus de 18 000 km2 de lacs reliés au fleuve, dont 8 330 km2 relevant du lac Hong, 4 350 km2 du lac Dongting et 5 417 km2 du lac Poyang (Chen et Dong, 2000). Maintenant, le lac Hong s’est complètement séparé du Yangzi, alors que les superficies des lacs Dongting et Poyang ont respectivement diminué de 48% et 26% (tab. 3). Le nombre, la superficie et la capacité de l’ensemble des lacs Jianghan ont été réduits encore plus fortement, respectivement de 80%, 61% et 73% (tab. 3). En conséquence, la capacité des bassins naturels de retenue sur le cours moyen du Yangzi a diminué de 20 milliards de mètres cubes, ce qui a aggravé les dommages dus aux inondations et accru la pression en faveur du retour à une régulation du débit fluvial par les lacs.

Tableau 3 : La progression des terres sur les marais lacustres en bordure des lacs Dongting, Poyang et Jianghan

Tableau 3 : La progression des terres sur les marais lacustres en bordure des lacs Dongting, Poyang et Jianghan

Sources : He et Li, 1998 ; Yan, 2000 ; Shu, Liu, Xiong, 2001 ; Wen, 2000 ; Deng, 2000

12Depuis 1949, l’épaisseur moyenne des alluvions qui se sont déposées au fond du lit du lac Dongting est de 1 m. À partir des années 1970, le lac Dongting s’est envasé de 3,7 cm en moyenne par an. Mais seulement 30% de la diminution du volume du lac Dongting est causée par l’envasement, les 70% restants le sont en fait par la mise en valeur des terres cultivées (Zu, Wang et Yu, op. cit.). Des années 1950 aux années 1980, la diminution du volume du lac Dongting (fig.2) a réduit sa capacité de régularisation du débit fluvial de 32,7% à 26,8% (tab. 4) (Mao, 1998). La capacité de régulation dépend de la superficie et du volume des lacs. L’analyse comparative des données des années 1950 et 1980 fournit la relation entre d’une part la capacité de régulation et d’autre part la superficie et le volume du lac Dongting :

13Y = 0.0104 X1 + 0.607               ( R2 = 0.8822 )
Y = 17.559 ln (X2) + 62.239           ( R2 = 0.7648 )
Ou  Y est la capacité de régulation
X1 est la superficie des lacs
X2 est le volume des lacs  

14La formule ci-dessus révèle que la réduction de 100 km2 de la superficie ou celle du volume des lacs de 5 108 m3 diminuerait la capacité de regulation de 1%. Quand le volume du lac Dongting diminue de 10 millions de mètres cubes, le niveau de l’eau à Chenglingji augmente de 1 à 1,48 m (Hé et Li, 1998).

Figure 2 : le changement de la superficie et du volume du lac Dongting (1949-1997).

Figure 2 : le changement de la superficie et du volume du lac Dongting (1949-1997).

Tableau 4 : La réduction du pic de crue du Yangzi au niveau du lac Dongting

Années

Le pic de crue à l’entrée du lac (m3/s)

Le pic de crue à la sortie du lac (m3/s)

Réduction (%)

1951-1960

41 910

28 190

32,7

1961-1970

43 021

29 950

30,4

1971-1980

36 228

25 380

29,9

1981-1988

33 902

24 800

26,8

Source : Bureau de l’utilisation hydraulique de la province de Hunan,  Analyse statistique de l’hydrologie et de la météorologie du lac Dongting, 1989

15Ces 50 dernières années, le volume du lac Poyang a diminué de 8 milliards de mètres cubes à cause de la conquête des terres agricoles aux dépens des marais lacustres, mais sur ce total 0,382 milliards de mètres cubes sont dus au seul envasement, qui ne représente donc que 4,8% du total de la diminution du volume du lac (Wen, 2000). L’avancée des terres sur les marais lacustres est donc le principal facteur de diminution du volume de ce lac. Selon certains calculs, la situation actuelle pourrait faire monter le niveau de l’eau du fleuve de plus de 1,36 m par rapport au pic des crues atteint en 1954, et prolonger le nombre des jours de très hautes eaux (à plus de 21 m) de 46 jours (tab. 5) (Shu, Liu, Xiong, 2001). D’après l’analyse des données concernant les niveaux de crue et la superficie conquise sur les marais lacustres entre 1954 et 1995 dans la région du lac Poyang, l’équation liant le niveau de crue et la progression de la superficie agricole aux dépens des marais lacustres est :

16Y = 0.0001X1.2305          ( R2 = 0.9681)
Ou Y est la augmentation du niveau de crue
X est l’ensemble de la superficie des terres conquises sur les marais lacustres depuis 1949

17Selon ce modèle mathématique, si la progression des terres sur les marais lacustres dans la région du Lac Poyang augmentait de 500 km2 par rapport à la situation actuelle, le niveau de crue s’éléverait de 0,34 m. On voit que la mise en valeur excessive des terres a entraîné de graves conséquences sur la capacité de régulation du débit fluvial, et donc l’augmentation des dommages dus aux inondations.

Tableau 5 : Comparaison à différentes dates des niveaux de crue rapportés à la situation de l’utilisation des sols de 1995

Niveau de l’eau le plus haut (m)

Nombre de jours où le niveau de l’eau est supérieur à 19 m

Nombre de jours où le niveau de l’eau est supérieur à 20 m

Nombre de jours où le niveau de l’eau est supérieur à 21 m

Mesure

Calcul

Élévation

Mesure

Calcul

Élévation

Mesure

Calcul

Élévation

Mesure

Calcul

Élévation

1954

21,71

23,07

1,36

120

134

14

94

109

15

45

91

46

1962

20,15

20,83

0,68

26

32

6

8

18

10

1973

20,81

20,9

0,09

32

33

1

21

22

1

1983

21,58

26,61

0,03

47

48

1

26

26

0

13

13

0

1995

21,78

21,78

0,00

35

35

0

26

26

0

17

17

0

Source : Institut de géographie, Académie des sciences de Chine, in La reconstruction de l’écosystème dans les bassins supérieur et moyen du Yangtsé, 1999

    1. La construction de digues pour gagner des terres sur les rives du fleuve a réduit la débitance de crue

18La construction des digues, en contrôlant l’expansion des crues, a élevé le niveau de l’eau et aggravé les risques d’inondation. Les rives sont de plus en plus exploitées pour élargir les espaces de vie et construire des bâtiments et des ouvrages permanents. On compte 263 km de digues dans la région du cours principal du Yangzi, qui protégent une surface totale de 165 000 km2 et 2 300 000 personnes. Par exemple, la surface en eau du Yangzi à Hankou a très peu changé durant la saison d’étiage, de l’ordre de 9 500 m2 depuis 1950. Mais, pendant la saison des eaux moyennes et pendant celle des crues, elle a respectivement diminué de 9,5% et 6,3% depuis 1960, soit une perte de 2 000 m2 de section dans ce tronçon du fleuve (Wu, 1999). Une telle diminution réduit les possibilités d’évacuation de l’eau pendant la saison des grandes crues. En cas d’inondation catastrophique, les digues sont rompues et les rives exploitées inondées. Par exemple, lors des inondations de 1998, 152 km de rives exploitées ont été inondées, ce qui a affecté une surface totale de 101 300 km2, touchant 1 240 000 person-nes (Wu, 1999), ce qui représente respectivement 57,8%, 62,1% et 55,7% du nombre, de la surface et de la population totales des rives exploitées du fleuve. La construction de digues destinées à l’exploitation des terres sur les rives du fleuve non seulement élève le niveau des crues et gêne leur évacuation, mais elle provoque aussi souvent de terribles inondations.

  1. Les mesures concernant l’utilisation des sols pour lutter contre les dommages dus aux inondations sur le cours moyen du Yangzi

19Comment diminuer les dommages causés par les inondations sur le cours moyen du Yangzi ?  De nombreux spécialistes proposent le reboisement des espaces autrefois forestiers et le contrôle de l’érosion des sols comme principaux moyens de résoudre à l’aval les problèmes des inondations du Yangzi. Mais il faudra beaucoup de temps pour obtenir des résultats concrets, sans doute plusieurs dizaines d’années. Le renforcement des digues de protection contre les crues n’est pas non plus une bonne solution : il est très difficile d’en finir à jamais avec les inondations et la stagnation des eaux, car les crues du Jingjiang, qui culminent à  10 m au-dessus de la plaine, sont maintenant à l’origine de menaces d’inondations catastrophi-ques sur le cours moyen du Yangzi. Le niveau des crues suit la surélévation des digues. Plus les digues sont élevées, plus les menaces d’inondation augmentent. Le réajustement de l’utilisation des sols devient donc une mesure nécessaire et urgente car elle serait efficace pour résoudre les problèmes d’inondation sur le moyen Yangzi.

    1. Établir une planification globale de l’utilisation des sols dans les espaces sensibles à l’inondation

20Les inondations sur le cours moyen du Yangzi sont devenues plus dangereuses qu’avant. Avec la croissance démographique et le développement économique de cette région où se concentrent de nombreuses agglomérations et entreprises, la demande de terrains se fait de plus en plus vive. L’exploitation de terres témoigne d’un grand aveuglement, avec la construction des digues destinées à arracher des terres aux marais lacustres ou au fleuve, et avec l’utilisation incorrecte des bassins de retenue. Il est donc urgent d’établir une planification globale de l’utilisation des sols dans les espaces sensibles à l’inondation, en proposant des critères d’évaluation, une échelle de valeur et une politique de restitution des terrains exploités à l’espace lacustre. Il faut aussi formuler des recommandations en faveur du développement industriel local en donnant des fondements scientifiques à la réinstallation et à la construction de nouveaux bourgs à même d’accueillir le déménagement des entreprises et des populations locales. En même temps, la planification scientifique de l’utilisation des sols est un des moyens importants utilisés par le gouvernement chinois pour prendre les décisions en matière de diminution des inondations et de protection des populations.

    1. Organiser l’émigration et la construction de bourgs, reconvertir les polders en lacs et rendre les rives exploitées au fleuve

21Après les inondations de 1998, le gouvernement chinois a pris une série de mesures pour aménager les régions fluviales du Yangzi. Il s’agit de "reconvertir les terres exploitées en forêts ou en lacs ; déménager les habitants des zones menacées et construire de nouveaux bourgs, renforcer les digues et draguer le cours d’eau". Toutes ces mesures sont intégrées dans un plan global d’aménagement et de développement économique de la vallée du Yangzi. L’application de ces mesures va offrir un modèle pour l’aménagement des bassins fluviaux de la Chine et même une référence de valeur mondiale.

22Pour le cours moyen du Yangzi, la priorité actuelle est de réaliser ces mesures. En premier lieu, il est dorénavant interdit d’exploiter des terres cultivées en bordure des marais lacustres et du fleuve. Ensuite, pour les terres cultivées en zone basse, qui ont été ravagées par les inondations, il n’est pas nécessaire de donner une subvention pour les remettre en culture, mais il faut au contraire déménager et réinstaller ailleurs les habitants et construire des bourgs d’accueil dans les zones non inondables. Enfin, pour les terres cultivées dans l’espace proche du lac ou du fleuve, où le niveau du terrain est moins élevé que celui de l’eau des lacs ou du fleuve en période normale et où les digues sont facilement détruites, il faut absolument les rendre au lac et au fleuve. On estime que plus de 10 à 15% des terres cultivées doivent être ainsi rendues au lac ou au fleuve. Quatrièmement, pour les terres cultivées où le taux de rendement est inférieur à 40% ou bien qui constituent un obstacle évident à l’évacuation des crues, il faut les rendre au lac mais sans déménager les habitants : on doit seulement déplacer les habitants dans la même zone, mais sur des sites plus élevés et transformer les terres cultivées en bassins de retenue des crues. Pour les terres cultivées dont le taux de rendement est supérieur à 60%, on pourra continuer à les cultiver sans les rendre au lac et, en même temps, il faudra améliorer le rôle protecteur des digues.

    1. Construire des bassins de dérivation et de retenue

23Depuis longtemps, la construction de digues est la principale mesure de protection utilisée pour lutter contre les crues. Mais il est impossible de continuer à augmenter sans limite leur hauteur quand elles arrivent à un certain niveau. Maintenant, les crues de Jingjiang qui s’élèvent de 10 m au-dessus de la plaine, menacent d’inondations catastrophiques le cours moyen du Yangzi. Actuellement, le bassin de dérivation et de retenue n’existe que de nom, car il y a trop de population et de biens concernés. Il faut donc réajuster les structures du développement économique le plus tôt possible pour qu’elles soient adaptées aux conditions de protection et de dérivation des crues. En particulier, l’utilisation des sols doit s’accorder avec la planification globale de l’aménagement des régions lacustres et fluviales pour satisfaire les besoins de dérivation et de rétention des crues. En même temps, il est nécessaire de bien contrôler la croissance démographique et d’interdire de construire des zones d’habitation permanentes et des installations importantes. Pour les zones d’habitation existantes, il faut les déplacer. Il faut aussi construire le plus tôt possible des installations sûres grâce à des travaux permanents de dérivation des crues, et des zones ou des îles sûres où déplacer les populations et leurs biens ; il s’agit de réduire ainsi au minimum les pertes lors de la mise en eau des dérivations.

    1. Développer une agriculture contre les crues

24Une "agriculture contre les crues", tel est le modèle agricole essentiel de développement durable dans les espaces périodiquement inondables qui a été proposé ces dernières années. Il s’agit de promouvoir un écosystème adapté aux conditions des lacs peu profonds et des marais par un ajustement de la structure agricole et par le changement du système cultural, en adaptant l’agriculture aux caractéristiques des dommages liés aux crues. Par exemple, pour les terres fréquemment inondées au mois de juin et de juillet, que l’on ne peut pas reconvertir en lac pour le moment, on peut changer le système cultural, qui est de trois récoltes par an, soit "riz-riz-cultures oléagineuses", en un système à deux récoltes par an, soit "blé-riz" ou "cultures oléagineuses-riz", pour laisser les terres en jachère pendant la période des crues.

    1. Renforcer le taux d’utilisation des sols et garantir un développement économique durable

25À cause de la croissance rapide de la démographie et de l’urbanisation, et de constructions excessives, la contradiction entre l’homme et la terre est très grave dans le cours moyen du Yangzi. La surface de terres cultivées par habitant est respectivement de 0,057 ha, 0,05 ha et 0,047 ha dans les provinces du Hubei, du Hunan et du Jiangxi, taux qui sont proches du seuil minimal proposé par la FAO (0,053 ha) ou inférieurs. Il faut cependant accroître les espaces non cultivés pour assurer la réduction des dommages dus aux crues et l’amélioration de l’environnement. Les terres agricoles doivent donc être cultivées intensive-ment. Il faut mettre en valeur leurs potentialités, renforcer leur productivité et regrouper les habitats et les villages dispersés pour augmenter dans une certaine mesure la surface des terres cutivées.

  1. Les possibilités et les problèmes dus à la mise en œuvre des mesures concernant l’utilisation des sols contre les inondations dans le cours moyen du Yangzi

26Avec l’adhésion de la Chine à l’OMC et un développement économique continu, on estime que les céréales et d’autres produits agricoles de base seront en relative surproduction (environ 8% à 9%) dans les années à venir. Cette situation nous permettra de diminuer la pression sur les ressources agricoles et l’environnement. En même temps, dans le cadre de la nouvelle régionalisation de l’agriculture chinoise, les grandes régions productrices de céréales tendront à être le Nord et l’Ouest du pays. Dans la région du moyen Yangzi, la production des céréales ne sera plus considérée comme un élément de supériorité par rapport aux autres régions chinoises. De plus, le profit des exploitations céréalières dans les polders est très faible. Il est donc possible de mettre en place des mesures concernant l’utilisation des sols contre l’inondation dans le cours moyen du Yangzi, mais il restera plusieurs problèmes à résoudre pendant la mise en œuvre de ces mesures.

    1. La capacité de rétention des crues est encore insuffisante

27Le plan du gouvernement chinois de restitution de l’état lacustre initial  prévoit de porter à 1 530 km2 la surface de retenue des eaux et à 8,7 milliards de mètres cubes la capacité de rétention des crues. Mais cette capacité restera insuffisante pour résoudre les problèmes liés aux crues. Par exemple, pendant les inondations de 1998, plus de 10 km3 ont été absorbés par la destruction des digues. Si les inondations de 1998 se renouve-laient, les digues du Yangzi résisteraient certes encore à la pression des crues, mais c’est 1,3 km3 qui devraient être dérivés ailleurs. Il faut donc construire des bassins de retenue en remettant les polders dans leur état lacustre initial.

    1. Les problèmes des revenus paysans

28D’après l’enquête faite auprès des familles paysannes dans le moyen Yangzi (Zu, Wang, Yu, 2002), plus de 90% de ces familles ont l’agriculture pour source principale de revenu (tab. 6). La région du moyen Yangzi reste donc une zone d’agriculture et les activités agricoles constituent une source de revenus très importante pour les paysans.

Tableau 6 : La structure des revenus des familles paysannes

Tableau 6 : La structure des revenus des familles paysannes

29Cependant, la superficie moyenne des terres cultivées par habitant a diminué à cause de la croissance démographique. Dans la province du Hubei, elle a diminué de 2,05 mu (1 mu = 1/15e ha) en 1960 à 0,86 mu en 1997, qui est près du seuil minimal (0,8 mu par personne) proposé par la FAO. La superficie moyenne des terres cultivées par habitant dans les province du Hunan et du Jiangxi est déjà inférieure à ce seuil.

30Si la politique de remise des polders dans leur état lacustre initial perdure, les contradictions entre l’homme et la terre seront plus sérieuses encore. Le nouveau bourg de Xinzhou dans les district de Jianli, le lieu le plus important de la relocalisation, a ainsi accueilli 12 000 personnes, mais les autorités locales ne leur ont offert que 74 ha de terres de sorte que la surface cultivée par person-ne est seulement de 0,1 mu, déduction faite des terres destinées aux bâtiments et travaux d’infra-structure (Zu, Wang, Yu, 2002). Le plus grave est que beaucoup de paysans qui perdent leur terres cultivées commencent à chasser des oiseaux aquatiques et à pêcher en secret, sans limite, ce qui met en danger les ressources naturelles dans les zones humides du moyen Yangzi.

    1. Le problème de la main-d’œuvre en surplus

31Avec la remise des polders dans leur état lacustre initial, un grand nombre de paysans perdent leurs terres cultivées et le problème de la main-d’œuvre en surplus est beaucoup plus sérieux qu’avant. Où transférer cette main-d’œuvre ? Comment vivent désormais ces paysans ? Ce sont de grandes préoccupations pour les autorités locales. La planification gouvernementale propose trois nouvelles orientations pour la main-d’œuvre en surplus : 60% de cette main-d’œuvre est orientée vers l’agriculture écologique, 20% vers les entreprises communales et 20% vers le secteur tertiaire (Zu, Wang, Yu, 2002).

32Mais cette répartition n’est pas réaliste dans ce milieu, car la main-d’œuvre est ici peu éduquée et qualifiée pour la nouvelle agriculture écologique. D’autre part, il est impossible pour les entreprises communales de recruter des effectifs importants : la plupart d’entre elles sont en effet trop petites. De plus, les revenus et le pouvoir d’achat des populations sont faibles, ce qui est défavorable au développement du secteur des services et rend difficile la création des emplois tertiaires. Enfin, plusieurs villes de cette région sont elles-mêmes soumises à la pression du chômage urbain qui empêche des recrutements directs de main-d’œuvre rurale.

    1. Il est difficile de développer de nouvelles industries

33Le développement de nouvelles industries est la clef du succès des mesures concernant l’utilisation des sols contre les inondations dans le cours moyen du Yangzi ; il concerne la vie et le dévelop-pement économique des personnes relocalisées non seulement dans le présent mais aussi dans le futur. Cependant, à cause des densités démogra-phiques, de la fréquence des catastrophes naturelles et du sous-développement de l’économie de marché, le niveau du développe-ment économique de la région reste généralement bas, quelques districts étant même classés parmi les plus pauvres du pays. Les gouvernements locaux et les paysans n’ont pas assez de capitaux pour investir dans les nouvelles industries. En même temps, le niveau d’instruction de la main-d’œuvre sur les terrains gagnés sur les lacs est très bas, en général au niveau du primaire. 13,8% des habitants sont illettrés, 39,01% ont un niveau d’enseignement relevant de l’école primaire, 37,44% du collège, 9,37% du lycée ou de l’enseignement supérieur. Actuellement, ce niveau d’éducation ne satisfait pas les besoins du développement des nouvelles activités, car leur développement nécessite de nouvelles mesures dans l’utilisation des sols, l’introduction de nouvelles espèces et des technologies agronomi-ques avancées pour s’adapter à un nouveau mode d’exploitation lié à l’économie de marché, qui impose aux paysans de plus hautes exigences en termes techniques et en termes de gestion.

Haut de page

Bibliographie

CHEN B. et DONG M., 2000, Les réflexions sur la diminution des dommages dus aux inondations dans la région du lac Dongting après les inondations de 1999, Journal de Catastrophologie, vol. 13, n° 2, p. 43-47.

DENG H., 2000, L’étude de l’évolution de l’environ-nement dans le cours moyen et supérieur du Yangzi, Progrès de la Géographie, vol. 19, n° 2, p. 173-180.

HE F. et LI C., 1998, Une comparaison des inon-dations en 1954 et 1996 dans le secteur du lac Dong-ting, Géographie tropicale, vol. 18, n° 2, p. 121-139.

HUANG G., 2000, Les inondations catastrophiques de la province du Jiangxi, Journal de Catastro-phologie, vol. 15, n° 6, p. 60-65.

JIAO T., 1998, Les dommages dus aux inondations et le développement durable du Yangzi, Population, ressources et environnement de la Chine, n° 4, p. 72-76.

LI Y. et LI S., 1998, Les problèmes et les mesures prises contre les inondations dans la province du Hunan, Étude de la modernisation agricole, vol. 19, n° 2, p. 102-105.

LI J., YANG Y. et XU S., 2001, L’étude des caractéristiques et des causes des inondations catastrophiques dans la région du lac Dongting entre 1991 et 2000, Journal de l’Université normale du Hunan, vol. 24, n° 4, p. 90-94.

LIU S., 1999, Les contradictions principales du développement économique sur le cours du Yangzi, Économie écologique, n° 4, p. 47-49.

MAO D., 1998, L’analyse des caractéristiques des inondations dans la région du lac Dongting, Journal de la science lacustre, vol. 10, n° 2, p. 85-90.

PENG J. et MAO D., 2000, Une comparaison des inondations en 1954 et 1998 dans le secteur du lac Dongting, Géographie tropicale, vol. 20, n° 2, p. 116-120.

SHU X., LIU Y. et XIONG X., 2001, Les facteurs écologiques des inondations et les mesures prises dans la région du lac Poyang, Journal de l’Université du Jiangxi, vol. 25, n° 2, p. 180-185.

WEN Q., 2000, L’étude des relations entre la forme du lac Poyang, les inondations et la construction des digues pour arracher des terres aux marais lacustres, Progrès de la science de l’eau, vol. 11, n° 1, p. 76-81.

WU K., 1999, Les caractéristiques et les précautions vis-à-vis des inondations sur le cours du Yangzi en 1998, Progrès de la Géographie, vol. 18, n° 1, p. 20-25.

YAN L., 2000, L’étude des mesures prises pour la protection de l’environnement et le développement durable du bassin du Yangzi, Les ressources et l’environnement de la vallée du Yangzi, supplément, p. 130-135.

ZU H., WANG Y. et YU X., 2002, La remise des polders dans leur état lacustre initial ou humide permanent dans le bassin moyen du Yangzi, Maison d’édition des sciences économiques, 157 p.

Haut de page

Notes

1 Weihu zaotian : construire des digues pour arracher des terres cultivées (étendre les terres cultivées), notamment des rizières, aux marais lacustres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le cours moyen du Yangzi
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/495/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 3 : La progression des terres sur les marais lacustres en bordure des lacs Dongting, Poyang et Jianghan
Légende Sources : He et Li, 1998 ; Yan, 2000 ; Shu, Liu, Xiong, 2001 ; Wen, 2000 ; Deng, 2000
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/495/img-2.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre Figure 2 : le changement de la superficie et du volume du lac Dongting (1949-1997).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/495/img-3.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre Tableau 6 : La structure des revenus des familles paysannes
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/495/img-4.png
Fichier image/png, 7,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hui Liu, « L’utilisation des sols et les dommages causés par les excès d’eau et les inondations dans le bassin moyen du Yangzi », Géocarrefour, Vol. 79/1 | 2004, 19-26.

Référence électronique

Hui Liu, « L’utilisation des sols et les dommages causés par les excès d’eau et les inondations dans le bassin moyen du Yangzi », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/1 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/495 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.495

Haut de page

Auteur

Hui Liu

Institut de géographie et des ressources naturelles. Académie des sciences de Chine
Adresse : Professeur associé à l’Institut de Géographie et des Resources Naturelles, Académie des Sciences de Chine.
Institut de Géographie et des Ressources Naturelles, Académie des Sciences de Chine, 3, rue de Datun, Pékin, 100101, Chine
E-mail : liuh(AT)igsnrr[point]ac[point]cn

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page