Navigation – Plan du site
Articles

Lyon en 1824-32 : un plan de la ville sous forme vecteur d’après le cadastre ancien 

Lyon, 1824-32: a vector town plan based on the early 19th Century cadastre map
Bernard Gauthiez

Résumés

L’étude de la transformation de l’espace passe nécessairement par l’utilisation des documents cartographiques passés. Parmi ceux-ci, le cadastre ancien élaboré au début du XIXe siècle est le premier, dans le cas du territoire de la commune de Lyon, à constituer un levé complet du parcellaire et du bâti. Cependant, un tel document doit être ré-élaboré et critiqué pour pouvoir être pleinement valorisé. Le passage d’une forme manuscrite, un dessin sur papier, à une forme dématérialisée ‘vecteur’ soulève un certain nombre de questions sur la nature du document source et la méthode de vectorisation, en particulier du point de vue de la géométrie. Cet article présente le document source, la façon dont il a été traité, et le produit qui en est issu, utilisable pour de futurs travaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le plan de Rothenburg an der Tauber, en Allemagne, plan III.
  • 2 La Mappe Sarde est le cadastre du royaume de Piémont-Sardaigne entrepris à partir de la fin des ann (...)

Le développement cartographique de l’étude et de l’utilisation des cadastres anciens pour l’étude géohistorique des villes et des territoires est relativement récent, même si déjà, en 1909, Raymond Unwin joignait un fac-similé de plan cadastral ancien à son célèbre ouvrage Town planning in practice1 (Unwin, 1981), Dès 1929, Marc Bloch en évoquait l’intérêt (Bloch, 1929), un intérêt réitéré par Tricart en 1950 (Tricart, 1950). Par développement cartographique, on doit entendre ici la cartographie des données issues des matrices du cadastre ancien lui-même et la ré-élaboration de sa représentation plane pour s’en servir soit comme état du territoire à un moment daté, soit comme support pour d’autres données. Dans la mesure où le premier cadastre constitué pour les communes françaises date en général de plus d’un siècle et demi, voire de presque trois siècles pour la Savoie2, il constitue un document géographique et historique très utile à la compréhension de l’état des territoires avant la grande vague d’urbanisation et d’artificialisation intervenue à partir de la fin du XVIIIe siècle, notamment dans les contextes de la Révolution industrielle et de la massive extension de l’urbanisation et de la péri-urbanisation des cinquante dernières années.

En fait, les questions scientifiques ont mis du temps à investir pleinement cet objet historique qu’est le cadastre, entendu comme représentation cartographique fondée sur un assemblage de polygones assortie d’une matrice de données relatives à chacun de ces polygones. La raison de ce délai tient à la nature du document lui-même, à la fois historique et géographique. Il est un document historique qui, pour être pleinement valorisé, oblige à recourir aux méthodes de l’histoire quantitative et à celles des géographes (Baker, 2003). Les plans et les matrices comportent plusieurs milliers d’objets et nécessitent donc un investissement lourd pour être informatisés. C’est aussi un document géographique, mais qui doit, pour être pleinement utilisable dans le cadre technique actuel des disciplines géographiques, être critiqué. Le cadastre ancien est donc à la fois :

- un sujet en soi d’études historiques et géographiques ;

- une source de données pour comprendre l’état d’un territoire et de la société qui l’occupe à un moment donné ;

- une source pour aborder, par analyse morphologique et par comparaison avec des données antérieures et postérieures, la transformation de ce territoire.

Les principales questions posées à ce jour sont les suivantes :

- Quelle est l’histoire de la production de ces documents ? Dans quel objectif ont-ils été produits ? C’est sur ce point que les travaux sont les plus nombreux (Baptiste, 1993 ; Marino, 1996 ; Città e Storia, 2/2006 ; Favier et al., 2006 ; Touzery et al., 2007 ; Bourillon et al., 2008)

  • 3 Rome, colloque “Descriptio urbis, Measuring and representing the modern and contemporary city”, 27- (...)

- Que nous disent-ils sur l’occupation d’un territoire à un moment donné, en matière de paysage, d’urbanisation, de société, d’économie, de rapport du pouvoir à ses sujets ? Un récent colloque international a porté en large part sur ces points3.

- Comment mobiliser les plans anciens, et particulièrement le cadastre ancien pour comprendre la morphologie des espaces (Kretzschmar, 1908 ; Conzen, 1968 ; Arnaud 2008)?

Cependant, la question scientifique soulevée ici est d’un ordre différent. Il ne s’agit pas de morphologie urbaine ou d’étude de la transformation urbaine, mais de s’interroger sur la méthode de mobilisation de la source de données que constitue un plan ancien. En effet, l’utilisation des plans cadastraux anciens et leur diffusion buttent sur l’investissement nécessaire pour les rendre matériellement utilisables. Il s’agit de plans manuscrits sous forme papier, parfois de très grandes dimensions (jusqu’à l’extrême : plusieurs dizaines de mètres carrés d’un seul tenant pour la Mappe sarde de la paroisse de Chamonix, dans l’actuel département français de Haute-Savoie), souvent en un seul exemplaire, dans un état de conservation qui peut être très mauvais et donc en empêcher la communication. De plus, la couverture d’une commune est en général constituée de plusieurs feuilles, plusieurs dizaines pour une ville importante, dont le périmètre est certes figuré sur un plan d’assemblage, mais ce dernier ne comporte que des informations succinctes, essentiellement le réseau des voies de communication et l’emprise des espaces agglomérés. La multiplicité des feuilles rend impossible la vue d’ensemble détaillée d’un territoire communal. Enfin, problème important, la géométrie des relevés du cadastre ancien est en général assez différente à grande échelle de celle des plans plus récents actuellement disponibles, d’où des décalages lorsqu’on procède à leur superposition et de fréquents problèmes de raccord des planches. Même en ayant recours aux techniques les plus sophistiquées de géoréférencement, le même objet, ligne parcellaire, bâtiment, se trouve alors représenté de deux façons différentes dans l’espace, décalées ou déformées.

L’utilisation du cadastre ancien nécessite donc une réécriture, au sens qu’il faut en redessiner la géométrie pour qu’elle soit équivalente, superposable à celle d’un levé plus récent. Cet aspect de la question sera développé infra. J’ai donc redessiné en les vectorisant les plans cadastraux anciens des communes composant l’actuel territoire communal de Lyon pour constituer un outil de travail pour de futurs travaux de recherche sur la ville. Le travail effectué est partiel, au sens où les données associées au plan cadastral n’ont pas été dépouillées, ce qui aurait nécessité la mise en base de plus de 13 000 lignes de données, qu’on pourrait relier aux polygones correspondants dans le cadre d’un SIG. Le travail ici présenté doit donc être considéré comme une étape dans l’exploitation complète d’un document extrêmement riche et lourd.

L’édition des cadastres anciens

  • 4 Sur le site British history on line, par l’Institute of Historical Research et le History of Parlia (...)
  • 5 Publié dans Calmon, Prat 1951-1959 (Claval 1986).

L’édition de cadastres anciens est relativement récente. Elle concerne essentiellement la partie cartographique des documents et les publications sont encore peu nombreuses. Il s’agit soit de fac-similés sous forme papier, par exemple pour le plan Billon à Genève de 1726 (Lescaze, 1987), les plans cadastraux de Brescia en 1852 et 1903 (Robecchi, 1980), récemment un atlas de plans d’Istanbul (Dagdelen, 2005). Ceux de Pavie aux XVIIIe et XIXe siècles ont été publiés avec les matrices, comme pour Genève (Valeriani, Zaffignani, 2000). Des éditions existent maintenant aussi sous forme numérique (raster), pour le cadastre hongrois de 1856-1860 (Vas megye…, 2006) ou l’Ordnance Survey britannique4. Les publications de plans redessinés sont encore assez rares, comme le plan cadastral ancien de Cahors de 18185, le relevé ‘léopoldien’ de Florence vers 1830, publié au 1/5000e (Malfroy, Caniggia, 1986), celui de Tours en 1836 (Bisson, 1991), ceux de 108 villes et bourgs des trois départements de Seine-Maritime, Eure et Calvados en Normandie (Gauthiez, 1999), et les nombreux plans étudiés dans une publication de synthèse récente sur la dynamique de l’urbanisation au Moyen Âge (Gauthiez et al., 2003). Dans le cas de Florence, seule la ville intra-muros est représentée. Pour les villes de Normandie, redessinées au 1/2000e et publiées au 1/5000e, la ville est présentée dans un cadre à l’intérieur duquel tout le plan cadastral est pris en compte, y compris donc, le cas échéant parce que toutes les villes n’avaient pas comporté d’enceinte, une partie du territoire extra-muros.

  • 6 Le document, non publié, a été élaboré pour la cartographie de la ville vers 1730 par méthode régre (...)
  • 7 On peut regretter que les nombreux plans redessinés par des architectes comme Pierre Pinon ou Alexa (...)

Plusieurs services départementaux d’archives français, ainsi celui du Rhône, ont mené une politique de numérisation systématique des plans cadastraux anciens et les rendent ainsi accessibles aisément au public. De plus dès les années 1970-80 de nombreux plans cadastraux anciens ont été redessinés, notamment dans le cadre d’études portant sur la transformation architecturale et urbanistique des villes, mais non publiés, sous forme papier comme pour Rouen6, Lyon (Gauthiez, 1993), ou vectorisée comme pour Bordeaux (Jean-Courret, 2006)7. Cependant, l’édition des données des matrices, pour Genève en 1726 ou pour les cadastres de Pavie, est restée rare.

La présente publication est semble-t-il la première à comporter les fichiers ‘vecteurs’ tirés du plan cadastral ancien de Lyon, téléchargeables à partir du site de la revue Géocarrefour.

L’intérêt du cadastre ancien pour la recherche

Au-delà de la curiosité que peut éveiller un plan cadastral ancien et la matrice qui lui est associée, un certain nombre d’approches scientifiques ont été construites qui utilisent la source ainsi constituée.

La plus développée, et qui connaît actuellement de grandes avancées, porte sur l’histoire de la production de ces documents et leur sens sociologique et anthropologique. L’aspect ici étudié n’est pas tant la représentation et la connaissance du territoire et de la manière dont la société humaine s’y inscrit que les rapports sociaux qui s’instaurent autour de la représentation elle-même : place de la fiscalité, cadastre comme outil de pouvoir, conception anthropologique de l’espace, opération de cadastration elle-même. L’histoire des documents de nature cadastrale antérieurs a fait aussi l’objet de travaux importants (Jowett et al., 1992 ; Gauthiez, 2006 ; Favier et al., 2006 ; Touzery et al., 2007).

  • 8 Par exemple, on fait l’hypothèse qu’un montant de taxe perçue sur une propriété est proportionnel à (...)

Rares encore sont les cartographies produites à partir des données associées. Après le travail précurseur de Paul Claval sur Cahors vers 1980 (Claval 1986), l’un des travaux les plus remarquables dans ce domaine est l’étude d’Albane Cogné sur Milan d’après le cadastre de 1758, menée en utilisant un SIG (Cogné, 2006). On peut citer celle du quartier du Confluent à Lyon à partir du cadastre de 1831 (types d’occupation du sol, Chalabi et al., 2005, 41) ou celles des grands propriétaires à partir de la mappe sarde pour un certain nombre de communes (Barbero, s.d.). De plus nombreux travaux abordent la transformation de l’espace dans le temps en ayant recours à la méthode qui consiste à superposer les plans d’une ville ou d’un territoire à des dates différentes, de façon à faire apparaître les différences correspondant à des transformations, différences qu’il s’agit de comprendre en termes de processus sociaux et d’agents de la transformation. Ces travaux font aussi souvent l’hypothèse qu’il est possible par méthode régressive, parfois en utilisant les sources sérielles anciennes non assorties de plans8, de reconstituer des plans parcellaires antérieurs aux plans cadastraux. La première grande étude en ce sens est celle du quartier des Halles à Paris publiée en 1977 (Boudon et al., 1977). J’ai reconstitué pour ma thèse un plan de Rouen vers 1730 en partant du plan cadastral ancien de la ville et en utilisant divers documents d’archives antérieurs, et procédé de même pour Lyon (Gauthiez, 1991 ; Gauthiez, 1993).

Une telle démarche permet le développement d’approches diverses : analyse morphologique, hydrographie, aménagements urbains, dynamiques d’urbanisation, approche de la perduration du parcellaire et du bâti dans le temps, traitements cartographiques à l’échelle de l’immeuble, cartographie fine des transformations urbaines, analyses à visées patrimoniales. La bibliographie est très considérable sur ces sujets (Slater, 1990 ; Gauthiez, 2004).

Histoire de la production des cadastres anciens et du premier cadastre de Lyon

  • 9 Stains en région parisienne, Archives Nationales, N II, seine 217.

La question de la date d’apparition des premières représentations systématiques d’un territoire donné, associant cartographie géométrale plane et données renseignant des polygones pavant le plan, correspondant à des propriétés, a été l’occasion de grandes avancées récentes (Jowett et al., 1992 ; Favier et al., 2006 ; Touzery et al., 2007). Il est admis que de tels documents existaient dans le monde romain, comme en témoignent les ‘cadastres’ d’Orange, rédigés sous le règne de Vespasien (Piganiol, 1962), et le plan de Rome, établi vers 200 de notre ère sous l’empereur Septime-Sévère (Docci, Maestri, 1993). On trouve au Moyen Âge l’équivalent manuscrit des bases de données modernes, sous la forme de listes de propriétés comprenant diverses informations pour chaque ligne, mais ces documents ne sont pas associés à des plans (Brunel et al., 2002). En revanche, de multiples documents associant données et plan(s), des terriers ou atlas de censive, ont été élaborés dans le courant des XVe-XVIIIe siècles, par exemple pour les biens d’une abbaye normande (Jarry, 2005), des polders (Heeling, Meyer, Westrik, 2002), une ville comme Saint-Denis (Wyss, 1996), ou encore une paroisse et son territoire9. Dans ces cas, il s’agit le plus souvent de faciliter la gestion foncière et fiscale des seigneuries.

Un pas nouveau est franchi lorsque des États décident de faire établir de telles bases de données à la fois cartographiques et fiscales sur l’ensemble de leur territoire. Il suffira d’évoquer les réalisations de cadastres (plans et matrices) dans les pays scandinaves aux XVIIe-XVIIIe siècles, dans certains cantons suisses au début du XVIIIe siècle, la Mappe sarde des années 1730, et bien sûr le cadastre dit ‘napoléonien’, qui, bien que réalisé pour l’ensemble du territoire français métropolitain principalement dans les années postérieures à 1815, fut décidé dans le cadre d’une loi du 15 septembre 1807. Ce cadastre français sera étendu à une grande part des territoires un moment rattachés à l’empire (ainsi le canton de Genève), et sera par la suite imité dans d’autres, comme l’Autriche et certains États italiens.

Tous ces documents ont le même objectif principal : disposer d’une connaissance fine du territoire et de son découpage foncier de façon à optimiser les revenus qu’on peut en tirer. Connaître avec précision les superficies et les natures d’utilisation des parcelles doit conduire à mieux calculer les taxes ou les revenus fonciers.

  • 10 Archives Départementales du Rhône, 11 G 450 pour l’abbaye d’Ainay, 12 G 527 pour le chapitre de St- (...)

L’apparition de documents de type cadastral à Lyon, des documents parfois qualifiés de ‘pré-cadastraux’ lorsqu’ils sont antérieurs au premier cadastre systématique, entre dans ce cadre général. Différents seigneurs fonciers dans la ville font élaborer des plans ‘terriers’ ou ‘terristes’ au XVIIe siècle. La géométrie des premiers documents, établis par des notaires, est encore très approximative si on la compare à la configuration réelle des lieux. Elle devient précise, sur la base de relevés triangulés, au XVIIIe siècle. Plusieurs atlas de censives associant données et plans sur lesquels sont tracés les polygones des propriétés, sont élaborés dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle10. Leur addition couvre au total une proportion de l’espace urbanisé lyonnais dépassant largement la moitié. Chacun d’entre eux est manuscrit et à l’usage exclusif du seigneur foncier qui l’a fait établir, il ne s’agit donc pas de documents publics. Dans l’état actuel de la connaissance, on ne dispose pas à Lyon de documentation cadastrale systématique avant le cadastre napoléonien élaboré pour la commune centre en 1831-32, dans le cadre de la loi de 1807.

La production du premier plan cadastral lyonnais

Le périmètre couvert par la vectorisation est celui de la commune de Lyon actuelle. Il comporte donc Lyon dans son périmètre post-révolutionnaire et les anciennes communes de Vaise, Saint-Rambert-l’Île-Barbe, La-Croix-Rousse et La-Guillotière qui lui ont été rattachées en 1852 (fig. 1).

Figure 1 : Étendue des communes vectorisées réunies en 1852 pour former le territoire actuel de la commune de Lyon

Figure 1 : Étendue des communes vectorisées réunies en 1852 pour former le territoire actuel de la commune de Lyon

Les aires relevées sont répertoriées dans le tableau ci-dessous, y compris les plans et cours d’eau. La Guillotière compte donc pour un peu plus de la moitié du total, Lyon pour un gros quart, les autres communes couvrant le reste pour un total d’environ 4680 ha, cours d’eau compris.

Les travaux du plan cadastral, conservé aux Archives Départementales du Rhône (3 P 940 à 3 P 1055) se sont échelonnés dans le temps de la façon suivante (tabl. 1).

Tableau 1 : Chronologie de la création, aires et dates

Nom moderne

Aire

Statut

Date

La Croix-Rousse 

289,4 ha

Ancienne commune

1827 (date ne figurant pas sur les plans)

La Guillotière 

2518,7 ha

Ancienne commune

février à août 1824

Lyon

1241,3 ha

janvier 1831 à été 1832

Saint-Rambert 

284,4 ha

Ancienne commune

avril 1825

Vaise

363 ha

Ancienne commune

1828 (date ne figurant pas sur les plans)

Les géomètres chargés des opérations sont pour partie des hommes relativement connus sur la place de Lyon. Collet signe deux feuilles dans le quartier St-Nizier et trois à l’extrême ouest de la commune de Lyon. Inconnu par ailleurs, il semble qu’il puisse s’agir de « Coillet » ou d’un parent. Coillet a eu un rôle très important dans la cartographie de Lyon entre 1808 et 1828, date à laquelle il cesse ses fonctions de Voyer de la ville (Bruyère, 1997, p. 222). Delucenay, chargé de 27 feuilles sur Lyon, est géomètre du département du Rhône et son action est surtout connue dans l’établissement de plans cadastraux (Bruyère, 1997, p. 225-6). Ragot participe également au levé de Lyon, pour 15 feuilles. Il est lui aussi agent du département du Rhône dont il est un temps Voyer en chef du service vicinal (Bruyère, 1997, p. 241). Descombes, Eymain, Mélinand et Robin sont à ce jour uniquement connus pour leur participation au levé du cadastre de Lyon, pour respectivement 2, 5, 18 et 4 feuilles. Biez, auteur des 4 feuilles de Vaise, et Civier, des 3 de Saint-Rambert-l’Île-Barbe, sont inconnus par ailleurs. En revanche Terra, seul géomètre des 19 feuilles de La Guillotière, commune qui couvre à elle seule plus de la moitié du territoire considéré ici, est un homme connu, qui est, en parallèle à son service au département du Rhône pour le cadastre, Voyer de la ville de Lyon pour la division du Midi entre 1827 et 1840 (Bruyère, 1997, 244). Son fils est lui aussi géomètre et collabore au levé cadastral dont son père est chargé. Il aura en charge lui-même, avec Van Doren, le relevé de la commune de La Guillotière au 1/500e livré vers 1846 (Clemençon, 1997, p. 109 n. 38).

La participation de certains de ces géomètres à la fois à des documents municipaux et à des levés cadastraux départementaux, dans le cas probable de Coillet et dans celui de Terra fils, pour qui le levé cadastral a certainement été un moment de formation auprès de son père chargé de La Guillotière, pose la question de la cohérence géométrique des levés départementaux et municipaux. La recherche sur ce sujet reste pour l’essentiel à mener. Il semble, pour donner un exemple des filiations possibles, que la superposition des plans montre que la géométrie du relevé triangulé effectué par Coillet vers 1823 du secteur entre St-Nizier et la Saône pour la ville de Lyon, dans le centre de la ville, soit le même que celui de la feuille du cadastre dont il a vraisemblablement été chargé en 1831 sur le même secteur, puis qu’on retrouve cette même géométrie sur le plan parcellaire établi au début des années 1860, plan repris dans toutes les cartographies de Lyon par la suite, y compris dans la forme vectorisée établie de 1976 à 1983 (Pijourlet, 1997). Établir cette filiation entre les différents relevés de Lyon dépasse de beaucoup l’ambition de cet article.

La méthode d’élaboration du plan de Lyon vectorisé d’après le plan cadastral ‘napoléonien’

L’objectif étant de produire un document utilisable pour de futures recherches, le parti a été pris de le dessiner sous une forme électronique. Un certain nombre de choix ont été faits pour ce qui est de la géométrie.

La décomposition en couches vectorisées.

Le plan est dans sa forme d’origine un dessin manuscrit en double exemplaire sur papier (un pour la commune et un pour l’administration des impôts), aquarellé pour partie, et comportant un certain nombre d’informations manuscrites. Il est constitué, pour l’actuelle commune de Lyon, de 113 planches, hormis les tableaux d’assemblage. Les indications graphiques portent sur des données à valeur cadastrale, les parcelles et des bâtiments, et d’autres qui, il faut le remarquer, n’en ont aucune, mais sont de nature essentiellement topographique puisque sont reportés les quais et ponts, bans de sable et de gravier des cours d’eau, arbres dans le domaine public de la voirie, emmarchements publics et bornes. Ces informations peuvent être dématérialisées sous une forme identique à celle des plans vectorisés actuellement disponibles pour les villes. Les couches suivantes ont donc été élaborées (Fig. 2):

Figure 2 : Détail de la vectorisation selon un choix graphique donné et illustrant les couches, secteur de l’église St-Georges et de la Saône

Figure 2 : Détail de la vectorisation selon un choix graphique donné et illustrant les couches, secteur de l’église St-Georges et de la Saône

Couche

Nature géométrique

Champ associé

Nom de la couche

Feuilles du cadastre

polygone

dénomination

Feuille cadastre ancien

Parcellaire

polygone

parcellaire1830

Bâti

polygone

bâti1830

Lignes topographiques

ligne

lignestopo1830

Arbres

point

arbre1830

Bornes

point

borne1830

Toponymes

point

dénomination

Toponyme1830

Rues et espaces publics

ligne

dénomination

Rues1830

Les couches ont été constituées sous logiciel ARCMAP, en format .shp., et sont donc disponibles comme telles.

Le point des toponymes correspond au barycentre du nom écrit sur la planche manuscrite. Les lignes des noms de rues et de places correspondent aux sections de voies ainsi dénommées. Les toponymes et noms de rues et places retenus sont ceux qui figurent sur les documents manuscrits. Ils pourraient être utilement complétés par les informations incluses dans les matrices, en particulier pour les édifices publics et religieux, incomplètement renseignés sur les plans. De même, tous les arbres dans le domaine public ne semblent pas figurer sur les plans.

La méthode géométrique

  • 11 Le choix du système cartographique de représentation n’est pas précisé dans le cas de nombreux atla (...)

La méthode utilisée ici, la même que pour étudier Rouen voici quelques années (Gauthiez, 1991), rejoint celle qui a été suivie pour les études historiques menées depuis le début des années 1990 sur le territoire du canton et de la ville de Genève, notamment pour l’Atlas du territoire genevois (Corboz et al., 1993-1999), sous forme papier, l’étude des monuments d’art et d’histoire du canton, elle aussi sous forme papier (Broillet, 1997 ; Winiger-Labuda, 2001), et pour l’Atlas historique informatisé, fondé sur des couches vectorisées, de la ville de Genève (Schätti, Viaccoz-de-Noyers, 2005). Les Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, élaborés par le Centre National d’Archéologie Urbaine à Tours à partir du début des années 1980 (Comte, Siraudeau, 1990), comportent une cartographie régressive des états disparus des villes, élaborée selon les mêmes principes, de même la cartographie inachevée du centre historique de Rome (Guidoni, 1985)11 et celle du quartier des Halles à Paris, publiée en 1977.

Tous ces travaux reposent sur le choix d’une géométrie de référence qui permet de corriger les plans. Ce point de méthode n’est pas sans importance. Ainsi, la superposition de plans permet d’en interpréter précisément les différences. La correction géométrique est opérée selon un positionnement dans un système de référence unique des points dont on sait qu’ils n’ont pas bougé puisqu’ils représentent une même réalité physique à deux dates différentes, vérifiable par exemple par l’âge des bâtiments ; c’est donc une étape, certes lourde et impliquant des choix à faire de la façon la plus experte possible, en fonction d’une bonne connaissance du site concerné, mais indispensable si l’on veut pouvoir comparer finement deux cartographies successives. Faire de tels choix implique un risque d’erreur, cependant ils s’imposent dans une lecture critique du document source. Comme cela a été dit, la géométrie de mêmes objets se présente avec de légères différences sur le cadastre ancien, dont l’objectif premier n’est pas la fidélité de la restitution topographique mais une finalité fiscale (Baptiste, 1993, 118), et les plans plus récents. En effet, chaque levé du territoire mené depuis deux siècle a été conduit de façon différente, avec une expertise variable des géomètres, des instruments non identiques, une procédure différente sur le terrain. De plus, même si les plans vectorisés actuels (Système Urbain de Référence, SUR) de certains secteurs ont une topographie issue de relevés remontant au XIXe siècle (voir infra), les transferts successifs de support, de plan manuscrit à plan gravé puis imprimé, passage au format vectoriel à partir de documents imprimés ou reproduits par héliographie sur papier, ont introduit diverses distorsions qui sont autant de sources d’erreur dans l’opération manuelle de report des données d’un support à l’autre et dans les déformations dues aux modes de reproduction.

Il est donc nécessaire, pour rendre ces levés comparables dans la réalité qu’ils décrivent (l’étude des méthodes de levé est une question en soi, qui ne sera pas ici abordée), d’adopter une géométrie de référence en fonction de laquelle les autres levés doivent être corrigés de façon à ce que des réalités matérielles identiques figurent effectivement au même endroit. La géométrie de référence adoptée n’est pas sans marge d’erreur elle-même. Son choix doit être déterminé par sa qualité d’ensemble. Dans le cas où l’on conduit une étude diachronique sur la forme d’une ville ou d’un territoire, tous les plans doivent être ré-élaborés pour lui être conformes. Le choix du levé de référence est donc important.

Pour Lyon, il s’imposait de retenir comme géométrie de référence celle du plan vectorisé actuellement utilisé par les acteurs de l’aménagement urbain sur le territoire de la communauté urbaine du Grand-Lyon. Il s’agit du Système urbain de référence (SUR), qui a bien entendu lui-même une histoire (Pijourlet, 1997) et n’est pas sans légers défauts. Il constitue cependant une couverture topographique vectorisée et géoréférencée de qualité, utilisée par tous et permettant l’échange d’information et l’interopérabilité sur une même base de description du territoire. La méthode suivie a été la suivante :

- le plan manuscrit du cadastre ancien ne comporte aucune indication d’un quelconque système géodésique de référence. Il n’a pas été conçu comme tel et les seules indications en ce sens sont la flèche du Nord et une échelle graphique. Le procédé suivi a donc été le géoréférencement de chaque planche du plan de façon à ce qu’elle se cale au mieux sur le plan du SUR, sans opérer de déformation du plan source et sur la base de points correspondant à des réalités physiques identiques, par exemple des angles de bâtiments existants en 1830 et en 1999 (Fig. 3). Dans les faits, il s’est avéré que suivant les secteurs, surtout dans les espaces non urbanisés et d’une certaine étendue, il était préférable de géoréférencer par partie les planches du cadastre de façon à approcher localement la meilleure superposition. En effet, la qualité géométrique des levés du cadastre est variable, certaines parties se superposant presque parfaitement au plan du SUR, d’autres moins. Ceci laisse supposer que les géomètres, d’une expertise variable, ont lors du relevé procédé par secteurs qu’ils ont ensuite raccordés, l’erreur géométrique la plus importante étant reportée dans les zones de raccord, par exemple là où sont présentes des fortes pentes boisées.

Figure 3 : Superposition du plan vectorisé vers 1830 et du plan du SUR utilisé actuellement, dont la géométrie a été prise comme référence pour les objets inchangés. Détail, le secteur de la place Sathonay.

Figure 3 : Superposition du plan vectorisé vers 1830 et du plan du SUR utilisé actuellement, dont la géométrie a été prise comme référence pour les objets inchangés. Détail, le secteur de la place Sathonay.

- Pour chaque partie géoréférencée, on a procédé au dessin des objets du cadastre ancien selon les couches vectorisées prévues. Ces objets subsistent dans des états variables actuellement. Ils ont pu rester en place, être en partie supprimés, ou complètement effacés. On identifie dans un premier temps les objets conservés en procédant, le cas échéant, à la modification de leur géométrie selon le plan du SUR, puis on leur rattache les tracés disparus. Chaque trait du document source fait l’objet d’une interprétation en fonction de la qualité de la superposition au plan du SUR. Si certains traits correspondent très précisément, d’autres, du fait d’un décalage persistant après le géoréférencement, peuvent laisser un doute. Il faut alors décider si le décalage est dû au fait qu’il s’agit d’objets distincts ou s’il s’agit du même objet représenté avec une distorsion (sans qu’on puisse a priori savoir si l’erreur est présente sur le cadastre ancien ou le plan du SUR). La bonne connaissance du bâti ancien au centre de la ville permet d’appuyer le choix qui est alors fait. La présence actuelle d’un élément bâti contemporain du levé ancien est un élément à prendre en compte pour établir le tracé d’un bâtiment ou d’un mur matérialisant une limite parcellaire. Il est parfois impossible de décider. Dans ce cas, le tracé ancien est conservé. Il serait idéalement utile de pouvoir dire pour chaque fait redessiné, plus de 20 000 polygones au total, quelle est la marge d’incertitude dans le tracé retenu sous forme vecteur, et de justifier trait par trait les choix effectués. Dans l’ensemble, toutefois, les corrections apportées sont légères du fait de la faible différence des géométries des levés des alentours de 1830 et du SUR. Elles sont même peu perceptibles à une échelle moins fine que le 1/2 000e.

Cette méthode permet une critique de la source et une retranscription conforme aux standards actuels en matière de cartographie. On peut ici utilement faire une comparaison avec l’édition des textes anciens. Supposons que l’on dispose d’un document source, par exemple un manuscrit du XIIe siècle écrit en onciale, comportant des abréviations, plus ou moins effacé, sur un parchemin, donc difficilement lisible et réutilisable comme tel. Son édition critique passe par une retranscription avec des caractères utilisés aujourd’hui, le développement des abréviations, la mise en place d’une ponctuation, la traduction, etc. On utilise pour ce faire un logiciel de traitement de texte. La forme électronique et codifiée donnée au texte en permet l’échange, la reproduction, le partage, dans des conditions bien meilleures et contrôlables.

  • 12 Le plan cadastral de 1830 a aussi été vectorisé et mis en ligne, mais corrigé sur les fronts de rue (...)

Ce point semble constituer une difficulté pour de nombreux chercheurs travaillant sur les cadastres anciens, qui hésitent en général à opérer le travail de correction géométrique qui vient d’être évoqué. Un bon exemple de ces hésitations est donné par de récents travaux sur Rome relatifs au plan de la ville par Nolli publié en 1748 (Brienza, Fano, 1998 ; Lelo, Travaglini, 2006) ou par le plan cadastral de Toulouse vers 1680, vectorisé et superposé sans correction sur un plan plus récent à la géométrie différente12. En fait, cette correction est un passage obligé si l’on veut rendre comparables des levés de terrain d’époques et d’auteurs différents et tirer le maximum d’information planimétrique de levés anciens à la géométrie moins bonne que des levés plus récents (Fig. 4). La difficulté réside dans l’argumentation des choix à opérer, qui nécessite une expertise pouvant être acquise par la pratique et la connaissance du terrain. Les planches manuscrites ici utilisées présentent d’autres défauts dus à leur état de conservation, comme des déchirures, des plis, des lacunes. Sur le territoire de Lyon, les lacunes sont pratiquement absentes. En revanche, les plis et déchirures sont assez fréquents. On procède alors selon la méthode exposée ci-dessus, en adoptant deux géoréférencements légèrement décalés de part et d’autre du défaut de façon à restituer la géométrie du document source avant endommagement.

Figure 4 : Superposition du plan final vectorisé sur le document source manuscrit, secteur au sud de l’église St-Nizier.

Les contours des objets sources ont été modifiés de façon à correspondre à ceux du plan du SUR. Les objets du plan vectorisé ne se superposent donc pas parfaitement aux mêmes objets tels qu’ils sont représentés sur le document source. En noir, points de calage rue de la Fromagerie assurant le géoréférencement du plan source sans déformation.

Simplifications

  • 13 Voir les définition de ‘plan parcellaire’ et ‘plan cadastral’ dans Gauthiez, 2003, 102.

L’opération de vectorisation du cadastre ancien a soulevé parfois d’autres points nécessitant une décision. Ainsi, il a été décidé, pour des raisons de lisibilité, de réunir dans certains cas, peu nombreux, les polygones parcellaires correspondant à de grandes propriétés unitaires. Les fonds dépendant de grandes résidences, ‘maisons de campagne’ et petits châteaux péri-urbain, comme Montchat, ont ainsi été unifiés. De même, dans de rares cas en centre-ville, les quelques parcelles très petites correspondant à un immeuble donné, défini comme une unité fonctionnelle, ont-elles été réunies. L’objectif recherché est ici la compréhension de la forme de la ville et du territoire par l’élaboration d’un plan parcellaire, non l’élaboration d’un support parfaitement mis au point pour des études sur la fiscalité, qui serait un plan cadastral13 ; la nature de la parcelle fiscale et son rapport à la topographie concrète sont des questions complexes qu’on ne développera pas ici. Dans ce but, et en particulier lorsqu’on souhaitera constituer la matrice cadastrale en base de données, une légère révision du plan sera nécessaire. On a de même allégé la représentation des indications topographiques ayant trait aux escaliers. Dans ce cas, une marche sur deux a été vectorisée (l’objectif est ici de permettre une impression à des échelles permettant d’avoir une bonne vue d’ensemble d’un quartier, comme le 1/1000e ou le 1/2000e, sans confusion des tracés).

  • 14 Archives Municipales de Lyon, 321 WP 175 ; 321 WP 123.
  • 15 Archives Municipales de Lyon, 321 WP 53.

Un cas plus délicat, mais intéressant pour l’histoire de la cartographie parcellaire lyonnaise, est celui des secteurs détruits après 1832 pour lesquels nous disposons de relevés architecturaux détaillés, dont la précision est supérieure à celle du cadastre. Il a donc été décidé dans ces cas de ne pas reprendre le plan du cadastre mais de se baser sur les relevés anciens pour reconstituer, en reprenant les indications des unités parcellaires du cadastre, le parcellaire ancien. La justification d’un tel choix est la recherche de la meilleure qualité géométrique du document vectorisé final. La modification est en général très ténue, par exemple pour des immeubles détruits lors de la percée de la rue de la République14. Elle est plus importante dans le cas unique de l’îlot circonscrit entre la rue Mercière à l’ouest, la rue de Brest à l’est, la rue des Bouquetiers au nord et la rue Dubois au sud. En effet, le levé du cadastre ancien diffère, dans ce cas, de façon importante du plan du SUR. L’explication de l’important décalage présent ici tient très probablement à l’histoire du plan du SUR, qui reprend dans tout le centre de Lyon, entre la Saône et le Rhône, la géométrie du levé établi à partir de 1862-63 lorsque le grand plan parcellaire de la ville fut réalisé (Chinal, 1997), avec pour objectif de donner un plan de la ville qui tienne compte des très importantes transformations des années 1848-62, dues en particulier aux percées de la rue de la République et de la rue Edouard-Herriot. Or, l’îlot où apparaît un important décalage est en cours de rénovation urbaine précisément au moment où le nouveau plan topographique de la ville est établi, rénovation à l’occasion de laquelle fut établi un levé architectural de l’existant promis à la destruction15. Il était donc peu accessible. De fait, le levé architectural, de grande qualité, est plus proche dans sa géométrie du cadastre ancien que du nouveau plan topographique, alors que de nombreuses limites parcellaires ont été conservées, qui devraient figurer en superposition au même endroit. J’ai donc choisi ici de retenir les données du levé architectural, le meilleur document à disposition pour restituer un espace maintenant disparu.

Pour conclure : un plan de Lyon en 1824-32

Le plan cadastral ancien des communes qui constituent de nos jours le territoire de la commune de Lyon est le premier levé cartographique à représenter de façon complète le parcellaire et le bâti de ce territoire, qui plus est avec un haut degré de précision et de qualité topographique. La façon dont il se présente dans les archives, sous la forme d’un document manuscrit dessiné sur de grandes et nombreuses feuilles de papier, et en unique ou double exemplaire, est un obstacle à son utilisation pour l’étude de la transformation historique et géographique de l’espace lyonnais. La réalisation d’un plan de Lyon vers 1830 sous une forme vectorisée, reprenant l’information livrée par le cadastre ancien mais modifiée quand c’est nécessaire pour en rendre la localisation identique à celle du levé actuellement utilisé par les techniciens de la ville et du Grand-Lyon, est une étape nécessaire pour en développer les usages scientifiques, que ce soit pour les archéologues, les historiens de l’art, les aménageurs, les historiens et les géographes.

Le plan ici présenté n’est donc pas exactement le plan cadastral ancien de Lyon, mais un plan de la ville en 1824-32, mis au point géométriquement et critiqué au regard d’autres sources, composite en ce sens qu’il utilise des sources de dates légèrement étagées dans le temps. De sorte que par exemple le décalage chronologique entre l’ancienne commune de La Guillotière et Lyon peut conduire à sous-estimer l’urbanisation de la rive gauche du Rhône par rapport à l’ancienne ville-centre à la même date, dans une période où justement le développement urbain est très rapide en périphérie de l’agglomération.

La vectorisation d’un plan ancien dans l’objectif d’en rendre l’information cohérente avec un plan vectorisé plus récent, dont on adopte la géométrie comme référence, n’est pas neutre. L’interprétation des tracés intervient pour chaque trait, la plupart ne posant pas de difficulté particulière. En revanche, plusieurs points nécessitent une correction plus délicate, en cas de déchirure ou de pli du document source, en cas de géométries trop discordantes entre document source et document de référence par exemple lorsqu’on est en présence d’un relief prononcé, ou encore dans la fixation du tracé des chemins ruraux, en particulier lorsqu’ils forment une limite entre deux planches du plan cadastral. Il est en effet parfois difficile de situer exactement ces chemins dans des emprises viaires postérieures beaucoup plus larges, par manque de points de repère. Le recours à des plans illustrant des étapes intermédiaires dans la transformation du territoire, entre le plan cadastral et le plan actuel, permettra des mises au point ultérieures. Le plan vectorisé de Lyon vers 1830, dans l’état présent, pourra donc être perfectionné en mobilisant d’autres sources planimétriques. Il faut insister sur ce point. Le plan ainsi élaboré n’est pas juste, au sens ou il ne comporterait pas d’imperfection. On a vu qu’il en comporte de multiples, dus à des facteurs nombreux relatifs au levé initial, à l’état de la source transmise, aux erreurs de digitalisation et de polygonation, inévitables vu le très grand nombre de points à saisir (Gregory, 2003), aux interprétation auxquelles il a été procédé, et même aux imperfections du plan dont on a retenu la géométrie pour référence. On en a cependant réduit de façon importante la marge d’erreur en le rendant superposable à ce même plan, de meilleure qualité topographique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARNAUD J.-L. 2008, Analyse spatiale, cartographie et histoire urbaine, Marseille, Editions Parenthèses, 233 p.

BAKER A. R. H., 2003, Geography and history, bridging the divide, Cambridge University Press, 279 p.

BAPTISTE G., 1993, Le cadastre napoléonien comme source pour l’archéologie et l’histoire de l’art, Ramage, n° 11, p. 93-124.

BARBERO D., s.d., Atlas du cadastre sarde – 1730 – Commune d’Aiguebelette, Champagne-au-Mont-d’Or, FCA, CD-Rom.

BIGET J.-L., HERVE J.-Cl., THEBERT Y., 1989, (éd.), Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l'informatique, Rome, Ecole française de Rome, 497 p. 

BISSON D., 1991, Tours en représentation, À propos, n° 10, 7 planches hors texte.

BLOCH M., 1929, Les plans parcellaires en France, Annales d’histoire économique et sociale, p. 60-70 ; p. 390-398.

BOUDON F., CHASTEL A., COUZY H., HAMON F., 1977, Système de l’architecture urbaine, le quartier des halles à Paris, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 414 p., Atlas 32 pl.

BOURILLON F., CLERGEOT P., VIVIER N., 2008, (dir.), De l’estime au cadastre en Europe : les systèmes cadastraux aux XIXe et XXe siècles, Paris, La Documentation Française, 423 p.

BRIENZA E., FANO M., 1998, Rielaborazioni della pianta del Nolli, in BRIENZA E., BEVILACQUA M., Cartografia storica e cartografia numerica: la pianta del Nolli e il GIS, Naples, Electa, p. 199-202.

Broillet Ph., 1997, Les monuments d’art et d’histoire du canton de Genève, II, La Genève sur l’eau, dir., Bâle, Editions Wiese SA, 455 p.

BRUCHET M., 1988, L’ancien cadastre de Savoie, Annecy, Archives de Haute-Savoie, xvii + 110 p., 16 plans hors texte.

BRUNEL G., GUYOTJEANNIN O., MORICEAU J.-M., 2002, (éd.), Terriers et plans-terriers du XIIIe au XVIIIe siècle. Actes du colloque de Paris (23-25 septembre 1998), Paris, Association d’histoire des sociétés rurales/ Ecole Nationale des Chartes.

BRUYèRE G., 1997, Les hommes du plan à Lyon : notices prosopographiques, Forma urbis, les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles, Lyon, Archives municipales (Les Dossiers des archives municipales n° 10), p. 213-246.

CALMON J., PRAT R., 1951-1959, Les cadastres des XVIe et XVIIe siècles de la ville de Cahors (1500-1606-1650), Cahors, 1ère partie, Coueslant, 372 p. ; Cahors, 2e partie, Dhiver, 231 p.

CHALABI M., BELLE V., HALITIM-DUBOIS N., 2005, Lyon. Le Confluent : « derrière les voûtes », Lyon, Lieux-dits, 160 p.

CHINAL M., 1997, Le grand plan parcellaire ou de détails de la ville de Lyon, 1860-1970 : la contribution des géomètres privés, Forma urbis, les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles, Lyon, Archives municipales (Les Dossiers des archives municipales n° 10), p. 121-134.

Città e Storia, 2006, n° 2 (La città allo specchio).

CLAVAL P., CLAVAL F., 1986, Cahors au milieu du XVIIe siècle et la géographie sociale de la ville pré-industrielle, in CLAVAL, (éd.), Géographie historique des villes d’Europe occidentale, II – Espaces sociaux et paysages urbains, Paris, Publications du Département de Géographie de l’Université de Paris-Sorbonne n° 14, p. 69-72.

CLEMENçON A.-S., 1997, Le plan Crépet de 1845 : projet utopique ou modèle pour le troisième plan d’extension de la Guillotière, Forma urbis, les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles, Lyon, Archives municipales (Les Dossiers des archives municipales n° 10), p. 103-110.

COGNE A., 2006, Le cadastre de Lombardie (1758) : une source pour l’histoire urbaine. La réalisation d’un système d’information géographique pour la ville de Milan, Città e storia, I/2, p. 457-78.

COMTE F., SIRAUDEAU J., 1990, Angers, documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, Tours, Ministère de la Culture/Centre National d’Archéologie Urbaine, 128 p., 14 planches hors texte.

CONZEN M. R. G., 1968, The use of town plans in the study of urban history, in DYOS H. J., (ed.), The study of urban history, Londres, E. Arnold, p. 113-130.

Corboz A., LEVEILLE A., CASSANI Y., MAYOR M.-P., TOUMI-OVERNEY I., HIRSCHI P., 1993-99, Atlas du territoire genevois, permanences et modifications cadastrales aux XIXe et XXe siècles, Genève, Service des monuments et des sites, Georg Editeur SA, 4 vol.

DAGDELEN I. (éd.), 2005, Cadastre de la ville de Constantinople, Paris, IBB.

DOCCI M., MAESTRI D., 1993, Storia del rilevamento architettonico e urbano, Rome-Bari, Laterza, 275 p.

FAVIER J., RIGAUDIERE A., CHRISTOL M. (dir.), 2006, De l’estime au cadastre en Europe : le Moyen Âge, Paris, La Documentation française, 602 p.

gauthiez B., 1991, Rouen, la logique de l’espace urbain, formation et évolution, Thèse d’histoire de l’Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales, 2 vol., 711 p., 4 plans hors texte.

GAUTHIEZ B., 1993, Lyon, formation et évolution d’un espace urbain, 1. Cartographie du site, Moyen Âge, rapport ministère de l’Equipement, des Transports et du Tourisme, Ecole d’Architecture de Lyon, 72 p., 3 plans hors texte.

gauthiez B., 1999, Atlas morphologique des villes de Normandie, Lyon, Editions du Cosmogone, 225 p., 7 pl. hors texte.

GAUTHIEZ B., 2003, Espace urbain, vocabulaire et morphologie, Paris, Editions du patrimoine, 495 p.

GAUTHIEZ B., 2004, The history of urban morphology, Urban morphology, 8(2), p.71-89.

gauthiez B., 2006, Histoire de la cartographie des villes aux XVIe-XVIIIe siècles. Apparition et évolution des modes de représentation, Città e Storia, I/02, p. 359-376.

gauthiez B., Zadora-Rio E., Galinié H., 2003, (dir.), Ville et village au Moyen Âge, les dynamiques morphologiques, Tours, Presses de l’Université François-Rabelais, 2 vol., 486 p. + 414 p.

GREGORY, I. N., 2003, A place in history: a guide to using GIS in historical research, Oxford et Oakville, Oxbow books, 80 p.

GUIDONI E., 1985, Carta del Centro Storico di Roma 1 :1000, foglio 29 – Piazza Navona, Rome, Edizioni Kappa, plan hors texte, 4 p.

HEELING J., MEYER H., WESTRIK J., 2002, Het ontwerp von de stadsplattegrond, Amsterdam, SUN, 176 p.

JARRY Th., 2005, Autour d’un plan médiéval, le plan parcellaire d’Allemagne (Fleury-sur-Orne) de 1477, Histoire et sociétés rurales, n° 23, p. 169-204.

Jean-courret, E., 2006, La morphogenèse de Bordeaux des origines à la fin du Moyen Âge, Thèse de doctorat d’histoire, Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, t. 2, Annexe 1, planche hors texte.

JOWETT R., KAIN J. P., BAIGENT E., 1992, The cadastral map in the service of the State : a history of property mapping, Chicago et Londres, University of Chicago Press.

KRETZSCHMAR J., 1908, Der Stadtplan als Geschichtsquelle, Deutsche Geschichtsblätter, 9, p. 133-141.

LELO K., TRAVAGLINI C. M., 2006, Dalla “nuova pianta” del Nolli al catasto Pio-Gregoriano : l’immagine di Roma all’epoca del ‘Grand Tour’, Città e Storia, I/02, p. 431-456.

LESCAZE B., 1987, (dir.), Plan Billon 1726, Genève, Société auxiliaire des archives d’Etat, vol. 1, 68 planches, vol. 2, 135 p.

MALFROY S., CANIGGIA G., 1986, L’approche morphologique de la ville et du territoire, Zürich, Eidgenössische Technische Hochschule, 400 p., pl. hors texte.

MARINO A., 1996, La figura della città, I catasti storici in Italia, Rome, Gangemi, 126 p. (Collana del dipartimento di architettura e analisi della città mediterranea n° 6).

Le médiéviste et l’ordinateur, 2006, n° 44 (les systèmes d’information géographique).

PIGANIOL A., 1962 , les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, CNRS, Paris (16e suppl. à Gallia).

PIJOURLET P., 1997, Le système urbain de références de la Communauté urbaine de Lyon, Forma urbis, les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles, Lyon, Archives municipales (Les Dossiers des archives municipales n° 10).

ROBECCHI F., 1980, La nuova forma urbana, Brescia tra ‘800 e ‘900, Brescia, Grafo edizioni, 150 p., 2 pl. hors texte.

SCHÄTTI N., VIACCOZ DE NOYERS A.-M., 2005, L’Atlas historique de la ville de Genève, vieilles méthodes, nouveaux outils, Patrimoine et architecture, 14-15, p. 58-64.

SLATER T. R., 1990, The built form of western cities, (ed.), Leicester et Londres, Leicester University Press, 445 p.

TOUZERY M. (dir.), 2007, De l’estime au cadastre en Europe : l’époque moderne, Paris, La Documentation française, 619 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TRICART J., 1950, Contribution à l’étude des structures urbaines, Les Études Rhodaniennes, n° 25-3, p. 145-156.
DOI : 10.3406/geoca.1950.6629

TROUVE V., 1998, Atlas historique des villes de France, Niort, Paris, CNRS éditions.

UNWIN R., 1981, L’étude pratique des plans de villes, Paris, L’Equerre (1ère éd. en anglais 1909).

VALERIANI E., ZAFFIGNANI G., 2000, I catasti storici di Pavia. Il catasto teresiano di Pavia (1751-1757), Côme, Edizioni New Press, XXXII p. + 156 p., 9 planches hors texte.

Vas Megye az Elsö kataszteri felmérés térképein 1856-1860, 2006, Budapest, Arcanum (CD-Rom).

Winiger-Labuda A. (coord.), 2001, Les monuments d’art et d’histoire du canton de Genève, II, Genève, Saint-Gervais: du bourg au quartier, Berne, Société d’histoire de l’art en Suisse, 483 p.

WYSS M., 1996, Atlas historique de Saint-Denis, des origines au XVIIIe siècle, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 445 p. (Document d’archéologie française n° 59).

Annexe :

Fichers informatiques de la forme vecteur du plan de Lyon accessibles à l’adresse :

http://geocarrefour.revues.org/index4632.html

Haut de page

Annexe

Annexe : Les fichiers informatiques de la forme vecteur du plan de Lyon en 1824-32.

Haut de page

Notes

1 Le plan de Rothenburg an der Tauber, en Allemagne, plan III.

2 La Mappe Sarde est le cadastre du royaume de Piémont-Sardaigne entrepris à partir de la fin des années 1720 (Bruchet, 1988).

3 Rome, colloque “Descriptio urbis, Measuring and representing the modern and contemporary city”, 27-29 mars 2008.

4 Sur le site British history on line, par l’Institute of Historical Research et le History of Parliament Trust, www. British-history.ac.uk, 12 mai 2008. Les plans de l’Ordnance Survey ne sont pas à proprement parler des plans cadastraux, mais ils indiquent le parcellaire.

5 Publié dans Calmon, Prat 1951-1959 (Claval 1986).

6 Le document, non publié, a été élaboré pour la cartographie de la ville vers 1730 par méthode régressive, au 1/2000e, sur la base de l’exemplaire du plan cadastral de 1827 conservé alors aux Services Techniques de la commune de Rouen et du plan cadastral normalisé au 1/2000e de 1972.

7 On peut regretter que les nombreux plans redessinés par des architectes comme Pierre Pinon ou Alexandre Melissinos, ce dernier à l’occasion d’études de Secteurs sauvegardés pour le ministère de la Culture, n’aient pas fait l’objet de publication.

8 Par exemple, on fait l’hypothèse qu’un montant de taxe perçue sur une propriété est proportionnel à la taille de la propriété, soit en superficie, soit en longueur de façade sur rue.

9 Stains en région parisienne, Archives Nationales, N II, seine 217.

10 Archives Départementales du Rhône, 11 G 450 pour l’abbaye d’Ainay, 12 G 527 pour le chapitre de St-Just, 27 H 155 pour l’abbaye St-Pierre, etc.

11 Le choix du système cartographique de représentation n’est pas précisé dans le cas de nombreux atlas historiques élaborés dans le cadre de la Commission internationale pour l’histoire des villes, fondée en 1954. Par exemple, dans le cas de Niort, on a probablement repris sans le dire la géométrie du cadastre ancien (Trouvé, 1998).

12 Le plan cadastral de 1830 a aussi été vectorisé et mis en ligne, mais corrigé sur les fronts de rues, non à l’intérieur des îlots (www.urban-hist.toulouse.fr).

13 Voir les définition de ‘plan parcellaire’ et ‘plan cadastral’ dans Gauthiez, 2003, 102.

14 Archives Municipales de Lyon, 321 WP 175 ; 321 WP 123.

15 Archives Municipales de Lyon, 321 WP 53.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Étendue des communes vectorisées réunies en 1852 pour former le territoire actuel de la commune de Lyon
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4542/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 2 : Détail de la vectorisation selon un choix graphique donné et illustrant les couches, secteur de l’église St-Georges et de la Saône
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4542/img-2.png
Fichier image/png, 149k
Titre Figure 3 : Superposition du plan vectorisé vers 1830 et du plan du SUR utilisé actuellement, dont la géométrie a été prise comme référence pour les objets inchangés. Détail, le secteur de la place Sathonay.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4542/img-3.png
Fichier image/png, 229k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4542/img-4.png
Fichier image/png, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gauthiez, « Lyon en 1824-32 : un plan de la ville sous forme vecteur d’après le cadastre ancien  », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/4542 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.4542

Haut de page

Auteur

Bernard Gauthiez

Université de Lyon Jean-Moulin. UMR 5600 Environnement, Ville, Société, 18 rue Chevreul 69007 LYON gauthiez@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page