Navigation – Plan du site

Les forteresses de l'économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications

The fortresses of the digital economy: from smart buildings to telecommunication centres
Bruno Moriset
p. 375-388

Résumés

La numérisation de l'économie, le rôle grandissant des télécommunications et de l'Internet, ont provoqué l'émergence de nouveaux services, liés à la mise en sécurité des données informatiques, et à l'interconnexion des réseaux de télécommunication supportant le trafic voix et données. Les exigences de continuité et de sécurité de ces services, largement externalisés par les entreprises, ont provoqué l'émergence d'un marché immobilier nouveau, autour de la création de centres d'hébergement et de repli, ou d'hôtels de télécommunication. Ce marché a été durement touché depuis 2001 par la crise du secteur des TIC. Néanmoins, ces installations ont fait preuve de leur pertinence, notamment lors de pannes électriques généralisées qui ont affecté à plusieurs reprises le Nord-Est des Etats-Unis. Aujourd'hui, l'économie des TIC reste un des supports de la rénovation urbaine, par des constructions neuves, ou, le plus souvent, par la réhabilitation du patrimoine industriel et commercial ancien, dont les structures et les localisations sont bien adaptées à la création de "data centers" ou d'hôtels de télécommunication.

Haut de page

Texte intégral

"We built cyberfortresses. Time to market is everything to high tech tenants. But when they look for compatible facilities, they find a dearth of them. So, we decided to define a new category of real estate, called mission-critical compatible real estate". C. Epstein, President of DataCentersNow, Site Selection Magazine, Septembre 2000.

"The Cyber Citadel is a state of the art Telecommunications Facility. A Telecom Fortress, specializing in Co-Location for Internet Service Providers, International Exchange Carriers, Competitive Local and Long Distance Carriers, as a Disaster Recovery Repository, and as a Server Farm". www.thecybercitadel.com

  • 1 - Expression difficile à traduire : espaces économiques de "premier choix" fortement reliés aux rés (...)

1De nombreux auteurs ont décrit la ville moderne comme nœud d'interconnexion de réseaux (Gottmann, 1970 ; Dupuy, 1991 ; Veltz, 1996 ; Castells, 1996 ; Sassen, 2001). Réseaux de transports, mais aussi réseaux de télécommunications, moins visibles dans le paysage, mais dont le rôle a été grandissant ces dix dernières années dans la structuration économique et spatiale des métropoles (Graham et Marvin, 2001 ; Horan, 2000 ; Kotkin, 2000). Plusieurs articles développent la géométrie des réseaux interrégionaux de dorsales Internet (Townsend, 2001 ; Malecki, 2002). Mais la bibliographie à l'échelle de la viller reste peu importante. Graham (2000) analyse l'émergence de "networked premium spaces"1. Leigh (2000) étudie l'impact des exigences technologiques sur l'évolution des CBD à Chicago et Atlanta. Moriset (2003) montre le rôle des infrastructures de télécommunication comme facteur de localisation des entreprises de l'Internet au sein de l'Agglomération lyonnaise. Une des études les plus avancées est celle de Evans-Cowley, Malecki et McIntee (2002), sur la réponse des institutions locales à l'émergence du marché de la co-location aux Etats-Unis.

2De fait, dans la plus grande partie de la littérature en géographie et aménagement consacrée aux technologies d'information et de communication, l'immeuble ou la parcelle sont considérés comme des "trous noirs", sans un regard :

  • - premièrement, sur les structures et les mécanismes à travers lesquels la matière première de l'économie numérique - concrètement des paquets de bits - est acheminée jusqu'aux utilisateurs ;

  • -  sur les exigences techniques et sécuritaires qui résultent de la concentration en un même lieu d'un grand nombre de serveurs et de quantité d'information sensible, vitale pour la survie des entreprises.

3Or, ces exigences ont un impact fort sur la configuration et la localisation des immeubles qui doivent héberger les activités les plus gourmandes en informatique et télécommunications. Depuis quelques années, un langage ésotérique, principalement à base de métaphores anglaises, s'est diffusé dans la presse économique spécialisée dans les secteurs de l'information et de la communication, pour désigner une nouvelle catégorie d'infrastructures immobilières dédiées aux TIC : data warehouse, data center, cybercenter, net-center, telecom hotel, carrier hotel, co-location facility, back-up site, mission critical facility, disaster recovery site, meet-me room, server farm etc. Les expressions françaises sont beaucoup moins nombreuses : hôtel de télécommunication, centre d'hébergement, site de repli.

4Par ailleurs, les médias se sont fait l'écho d'informations sensationnelles, comme la création de centres d'information dans d'anciens silos de missiles intercontinentaux des Montagnes Rocheuses, ou sur une île de la mer du Nord, ancienne base anti-aérienne de la Deuxième guerre mondiale (Graham et Marvin, 2001, p. 372), une espèce de prison d'Alcatraz pour serveurs Internet.

5Cette information doit être rattaché à un contexte culturel général, celui des mythes d'une espèce de cyberculture, que l'on retrouve aussi dans la littérature et le cinéma de science fiction. Le rôle des chercheurs est de faire la part du mythe et de la réalité : dans quelle mesure les exigences techniques de services qui gravitent autour des technologies de l'information et de la communi-cation ont elles généré un nouveau marché immobilier, et contribuent elles à façonner l'environnement urbain ? La thématique de la présente édition de Geocarrefour constituait une opportunité pour publier sur un sujet qui, jusqu'à présent, a été peu traité par les géographes.

L'économie numérique : une nouvelle demande en matière d'immobilier

Les exigences d'un secteur tertiaire supérieur fondé sur les technologies numériques d'information et de télécommunication

6Dès les années 1960, Jean Gottmann (1970) avait souligné que la raison d'être des grandes métropoles était le traitement de l'information, avec la croissance de ce qu'il appelait des fonctions quaternaires. Le phénomène n'a fait que s'accentuer avec la convergence de l'informatique et des télécommunications, et le triomphe de l'Internet. Plusieurs tendances majeures ont affecté l'organisation de la production : une division internationale du travail de plus en plus fine, l'externalisation, l'émergence d'entreprises en réseaux, organisées en unités de production autonomes ou "business units" (Veltz, 1996). Les services aux entreprises sont aujourd'hui considérés comme un facteur de production comme les autres, un élément d'une chaîne de production de plus en plus éclatée géographiquement (Sassen, 2001).

7Ces tendances conduisent à une complexité croissante du système de commande des firmes, de plus en plus dépendantes de systèmes informatiques et de télécommunications sophistiqués, pour l'acheminement, le stockage, le traitement, de quantités énormes d'information juridique, financière, technologique, commerciale etc. Ces données sont gérées par l'intermédaire de plateformes électroniques intégrées, qui interconnectent Extranet, Intranet et bases de données (Leinbach et Bruun, 2001 ; Yolin, 2002).

8Cette numérisation complète de la chaîne de production de valeur a provoqué l'émergence de nouveaux services et de nouvelles entreprises qui viennent compléter les services rendus par les entreprises "généralistes" de télécommunication et de service informatique : relation client, commerce électronique, veille technologique, services Internet. La gestion de l'information d'entreprise est devenue un métier à part entière, l'infogérance, de plus en plus confié à des sous-traitants.

Sécurité et continuité

9Dans un environnement économique de plus en plus concurrentiel et mouvant, les plateformes de commerce électronique (places de marché), les bourses en ligne, les companies d'assurance, les transporteurs et voyagistes, les entreprises de VPC, doivent servir les clients 24 heures sur 24, 365 jours par an. Cette exigence de permanence est encore plus forte pour les fournisseurs d'accès à Internet et opérateurs de télécommunication. On ne peut pas imaginer le serveur Web de American Express, Air France ou Amazon rester "noir" à cause d'une défaillance quelconque, soit au sein de l'entreprise, soit chez l'opérateur ou le fournisseur d'accès. Une heure d'interruption de système représenterait une perte de chiffre d'affaire de 6,5 millions d'Euros pour un banque en ligne, 2,6 millions pour un système d'autorisation de cartes de crédit, 110 000 Euros pour une entreprise de VPC, 90 000 Euros pour une centrale de réservation de billets d'avion, etc. Quand à la destruction irrémédiable des données, elle pourrait signifier, pour cette catégorie d'entreprise, la fin de l'entreprise elle-même : selon la société Ontrack, spécialisée dans la sauvegarde de données, 93% des sociétés qui ont perdu l'accès à leur bases de données pour 10 jours ou plus ont fait faillite dans l'année (http://www.ontrack.com/​datarecovery/​cost.asp).

10Cette exigence de permanence du service et de sécurité a conduit les entreprises à délocaliser et externaliser une partie de leurs systèmes et activités informatiques.

11Le premier facteur explicatif est la recherche d'économies d'échelle, pour la maintenance comme pour l'hébergement physique du matériel. Les entreprises moyennnes ne peuvent pas toujours rentabiliser du personnel informatique "maison". Les grosses entreprises de finance, de création (publicité), de commerce électronique, peuvent préférer se concentrer sur leur cœur de métier plutôt que sur la maintenance informatique, de plus en plus complexe. Par ailleurs, les entreprises cherchent à diminuer leurs immobilisations et à rester flexible, ce qui peut se traduire par la volonté de diminuer les investissements en matériel et logiciel.

  • 2 - Sans parler des hauts-lieux touristiques comme l'Empire State Building, le Rockfeller Center, la (...)

12Mais il ne suffit pas d'externaliser "juridiquement". Il y a aussi de bonne raisons pour une dissociation géographique entre le siège ou les services courant de l'entreprise et son système informatique. L'immobilier apparaît ici comme un facteur prépondérant dans la réalisation de l'objectif de sûreté et de continuité. Il est difficile de garantir un haut degré d'efficacité et de sûreté des sytèmes d'information dans un immeuble de bureau standard, éventuellement partagé avec d'autres entreprises, qui accueille quotidiennement des milliers de visiteurs : clients, personnel subalterne, voire touristes et chalands des galeries marchandes2. Le prestige de certaines adresses en fait des cibles privilégiées pour les agressions de type terroriste. Enfin, nous verrons que les système informatiques et de télécommunication ont des exigences techniques différentes de celles des bureaux paysagers standards.

13Par ailleurs, le désastre du 11 septembre 2001 au World Trade Center de New York a provoqué auprès des sociétés du secteur des TIC, ou très dépendantes des TIC, une prise de conscience de la nécessité de posséder un site de sauvegarde et de repli pour poursuivre les activités de l'entreprise en cas de désastre majeur. D'où les noms de ces installations : mission critical recovery site ou back-up site. Aux Etats-Unis, la sécurisation des données et la création de sites de sauvegarde sont devenues un micro-secteur à part entière, qui possède son magazine, le Disaster Recovery Journal (www.drj.com).

14Les technologies de réseau comme Internet sont le mobile et l'outil d'une telle délocalisation. Les télécommunications permettent un éclatement géographique du système d'information de l'entreprise. La localisation du disque dur où sont stockées les informations est neutre pour le client comme pour l'employé qui se connectent sur l'Intranet ou l'extranet de la société. De fait, de nombreuses entreprises implantent des "sites miroirs" qui constituent des redondances de leurs plateformes électroniques. Toute la question est : où implanter ces sites ?

L'hébergement et la colocation : pourquoi les serveurs Internet doivent-ils se concentrer géographiquement ?

15L'hébergement de serveurs et la co-location sont une branche du data warehousing spécifique aux télécommunications. Ici, le cœur de métier n'est pas le stockage et la mise en sécurité des données, mais l'interconnexion de réseaux numériques. Qu'ils appartiennent à une unique entreprise qui possède son propre data center, où à des dizaines de sociétés clientes d'une société spécialisée dans l'hébergement, les serveurs Internet ont une paradoxale tendance à la concentration géographique, qui va dans le droit fil des théories récentes sur le double mouvement de concentration/dispersion qui caractérise l'économie moderne des services (Sassen, 2001 ; Leamer et Storper, 2001). Cette concentration s'explique principalement par la recherche des économies d'échelle en matière d'infrastructure immobilière et de connexion.

16Pour une entreprise de commerce électronique, par exemple, le meilleur emplacement pour localiser ses serveurs (ou les louer) est à proximité immédiate des serveurs de son fournisseur d'accès à Internet. Cette proximité permet d'éviter la dépendance des réseaux de télécommunication (boucle locale au sein de la même métropole) et de connecter d'une armoire (ou baie) à l'autre (voire dans la même armoire) par des connexions Ethernet à très haut débit peu couteuses (fig. 1). De même, pour le fournisseur d'accès à Internet (FAI), le meilleur emplacement des serveurs est à proximité immédiate des points de présence des opérateurs de télécommunication. Cette interconnexion des serveurs dans les baies, elles-mêmes interconnectées par les liaisons ethernet à très haut débit (plusieurs Gbits./sec.) constitue le principe de base de l'hébergement et de la co-location.

17Les opérateurs aussi ont intérêt à se rapprocher mutuellement pour pratiquer le peering, c'est à dire l'échange de données d'un réseau à l'autre. L'étymologie du mot vient de ce que, à l'origine, seuls les fournisseurs d'accès à Internet (Wanadoo, AOL, etc.) se considérant mutuellement comme "pairs", c'est-à-dire égaux, s'échangeait le trafic internet par l'intermédiaire d'accord bilatéraux (le peering permet aux clients d'un FAI d'accéder au contenu des sites Web des clients d'un autre FAI et réciproquement).

18Le peering est le fondement même de l'existence d'un Internet mondial unifié. Il nécessite la création d'interconnections à haut débit entre les FAI. Le plus simple et le moins couteux est que les opérateurs où FAI se rencontrent dans les même locaux, d'où l'expression meet me room qui sert à désigner les salles ou s'entassent les baies, (fig. 2).

19Ces salles d'hébergement sont aussi le lieu privilégié pour l'implantation des courtiers en télécommunication, comme InterXion, sur les plateformes électroniques desquels les opérateurs s'échangent des minutes et des capacités d'acheminement.

20La plupart des grands opérateurs de télécommunication possèdent leurs propres centres d'hébergement où ils accueillent les entreprises désireuses de délocaliser leurs serveurs. Lorsque les interconnections entre FAI sont opérées dans les locaux d'une tierce entreprise, non opérateur, on parle de co-location neutre. L'intérêt de la co-location neutre est de ne pas placer les entreprises hébergées sous la dépendance vis-à-vis d'un opérateur unique. En cas de faillite de l'opérateur fournisseur, ou d'offre concurrente plus avantageuse, le FAI ou la société de commerce électronique n'a pas besoin de déménager ses serveurs : il suffit de déplacer une fiche pour se connecter aux machines d'un autre opérateur. Les centres de co-location  neutres sont par excellence le lieu d'hébergement des GIX (Global Internet eXchange), où s'organise l'échange de données entre grands opérateurs, comme le LINX (London Internet eXchange), PARIX etc.

21La concentration des opérateurs sous un même toit a entraîné la naissance du concept de Building Local Exchange Carrier (BLEC), qui est à l'échelle de l'immeuble ce que l'opérateur de boucle locale est à l'échelle de la métropole. Le BLEC connecte ses armoires sur un ou plusieurs opérateurs, et propose de l'hébergement ou de l'accès à haut débit aux locataires de l'immeubles à des tarifs défiant toute concurrence. Au 111 Huitième Avenue (New York), Intellispace proposait en 2000 une connexion ethernet de baie à baie vers Level 3 pour 1000 $ par mois, au lieu de 15 000 $ par mois pour une liaison traditionnelle à 155 Mbits/sec sur les points de présence des boucles locales du même opérateur (Inter@ctiveWeek, 17 juillet 2000).

L'architecture du centre d'hébergement : résilience, flexibilité, connectivité

22Il est difficile de décrire le centre d'hébergement ou l'hôtel de télécommunication typique, parce qu'il n'existe pas. De multiples combinaisons sont possibles, en fonction de l'orientation de l'activité : il existe d'immenses data centers polyvalents, à la fois de centre de repli, centre d'hébergement pour de multiples sociétés de services en TIC, centre d'interconnexion pour opérateurs et GIX. Un centre spécialisé pour opérateurs de télécommunication n'a pas les mêmes besoins en surface, même s'il constitue un carrefour majeur d'interconnexion à l'échelle mondiale : le nœud majeur de IX Europe à Londres occupe 800 m2 au cœur de la city (Property Week, mars 2000).

23Les surfaces sont donc très variables. Les centres de co-location ont en moyenne 3 000 m2 (Forrester Research cité dans www.teledotcom.com), mais les grands centres aux États-Unis peuvent dépasser 100 000 m2 . Cette notion de surface est à utiliser avec précaution, parce que certains centres ne sont pas des immeubles dédiés, mais occupent en location des étages d'un immeuble cablé (comme Telehouse Docklands à Londres). La catégorie la plus nombreuse (comprenant les immeubles les plus vastes) est celle des bâtiments anciens rénovés (immeubles de bureau ou entrepôts). La crise urbaine des années 1970 et 1980, et la migration des activités industrielles vers la périphérie, ont laissé d'énormes surfaces vacantes, bien adaptées à ce secteur d'activité, nous l'expliquons plus loin, par leur structure et leur localisation.

24Les constructions basses dominent dans le cas d'immeubles neufs, construits dans des parcs d'activités périphériques où le coût du foncier est moindre qu'au centre. Le centre de LD Com à Genève n'a qu'un étage, comme celui de Telecity à Paris, immeuble à carcasse d'acier construit sur le parc des EMGP d'Aubervilliers.

25Mais dans tous les cas, le centre d'hébergement doit satisfaire aux exigences des activités informatiques et de télécommunication avancées, et surtout à ce qui fait la raison d'être du centre : permettre le fonctionnement continu des équipements qu'il abrite. Ces exigences peuvent être résumées en trois mots : résilience, flexibilité, connectivité.

Résilience

26La résilience est le concept support de la sécurité. Les systèmes de contrôle et de sécurité doivent assurer un parfait fonctionnement des équipements sans interférence des événements extérieurs, d'origine naturelle ou humaine.

  • 3 - L'accès aux centres d'hébergement de Access IT est interdit : aux enfants, aux animaux, à la nour (...)

27La prévention contre les intrusions hostiles est assurée par un système vidéo, des sas d'accès avec contrôle par carte magnétique, voire par reconnaissance biométrique3. L'ensemble des systèmes de l'immeuble est contrôlé depuis un poste de commandement central, avec présence humaine 24 heures sur 24. Des équipes de dépannage sont prêtes à intervenir sur site à tout moment.

28Le système de chauffage et de conditionnement d'air doit être du meilleur niveau pour assurer une température constante de 22 C° et une humidité de 50 % (l'accumulation des ordinateurs et serveurs dégage la chaleur d'une petite centrale thermique). Les ouvertures vitrées sont restreintes au minimum. Ces exigences donnent à certains centres d'opérateurs (carrier hotels) une morphologie particulière, qui les fait plus ressembler à des bunkers qu'à des immeubles de bureau ordinaires.

29L'approvisionnement en électricité est le point le plus critique. Pour un hôtel de télécommunications moderne, la puissance installée peut excéder 1 200 watts au m2, contre 100 watts pour un immeuble de bureaux lambda. Les besoins d'un gros centre sont ceux d'une petite ville (avec 1200 watts par m2, les 65 000 m2 de Global Switch 2 nécessitent une puissance de 70 Megawatts, fournie par des cables d'alimentation de 132 000 volts (www. globalswitch.com). Par-dessus tout, des générateurs diésel(alimentables en cours de fonctionnement) démarrés par batteries doivent être prêts à prendre le relais en cas de coupure, avec une autonomie qui peut dépasser les 48 heures (les centres ont des accords privilégiés avec leurs fournisseurs de carburants, qui doivent pouvoir livrer 24 heures sur 24, 365 jours par an). Enfin, le bâtiment doit être doté d'un système de détection et d'extinction incendie au gaz inerte, l'eau des sprinklers traditionnels étant impensable dans ce genre d'environnement.

  • 4 - "Si vous avez besoin de trois centrales d'air conditionné, mettez en quatre". Le directeur d'une (...)

30Certains centres d'hébergement appliquent la règle du "N+1"4, voire du "2 N system", dans lequel les équipemements de sécurité vitaux sont redondants, voire doublés (double système de générateurs autonomes, afin de pallier, non seulement à une défaillance de l'approvisionnement extérieur, mais à une défaillance concomittante du système interne de l'immeuble.

Figure 1 : Centre d’hébergement Tiscali (Baie et serveur) (www.tiscali.com)

Figure 1 : Centre d’hébergement Tiscali (Baie et serveur) (www.tiscali.com)

Flexibilité

31L'architecture générale d'un data center moderne doit être modulable. Les clients doivent pouvoir faire face à tout moment à l'augmentation de leurs besoins, par l'ajout de serveurs ou d'armoires, d'où la necessité de vastes plateaux. Le centre doit posséder des espaces de travail libres, bureaux, salle de réunion, pour permettre à une société sinistrée d'envoyer sur place des équipes qui poursuivrons le travail directement à partir du matériel situé dans le centre d'hébergement. Les planchers doivent être surelevés, pour permettre une grande souplesse de cablage.

32Pour accueillir les baies, les cablages et le système d'air conditionné dissimulés dans le faux plancher et le faux plafond, la hauteur de poûtre à poûtre (slab to slab) doit être de cinq mètre environ. La charge au sol admissible doit être de l'ordre de une tonne par mètre carré (fig. 2). La flexibilité, c'est aussi offrir la possibilité aux locataires d'être totalement indépendants : ascenseurs privatifs, possibilité d'installer leur propre installation de sécurité électrique et d'air conditionné.

Connectivité

33Elle est une des raisons d'être de ces installations. Pour des raisons de sécurité (coupure accidentelle d'un cable, faillite d'un opérateur, ce qui est fréquent depuis le début des années 2000), comme pour des raisons commerciales (faire jouer la concurrence), les centres les plus performants, et notamment les centres de co-location neutres, proposent à leurs clients plusieurs solutions d'accès (si possible géographiquement indépendantes) à des réseaux à haut débit à longue distance ou sur boucle locale. Ceci favorise les centres implantés dans les quartiers les mieux desservis des métropoles les mieux cablées (plusieurs boucles locales) et qui sont des nœuds d'interconnection de réseaux nationaux et internationaux. Certains centres proposent en plus des liaisons satellites autonomes, avec antennes sur le toit. L'immeuble en lui même doit proposer un cablage optique complet, dit plug and play (il suffit de se brancher en arrivant).

Quid des téléports ?

34Stricto sensu, les téléports sont des concentrations d'antennes et d'émetteurs à forte puissance qui permettent la connection à des liaisons satellitaires puissantes, qui sont l'équivalent hertzien des dorsales optiques terrestres ou transocéaniques, qui acheminent voix et données, images TV etc. En pratique, le terme de téléport peut s'appliquer à des parcs d'affaire super-connectés, voire, comme à Tokyo, à une ville nouvelle entière, dédiée aux nouvelles technologies.

35L'archétype qui a donné son nom au concept est le Téléport de New York, établi sur Staten Island en 1985 par The Port Authority of New York and New Jersey.

36Très populaire dans les années 1980, le concept de téléport s'est effacé devant celui de data center et hotel de télécommunications, à cause de la supériorité avérée de la fibre optique. Il existe près d'un millier de téléport dans le monde (www.worldteleport.org). Simples points d'émission et de réception, les téléports classiques ne rentrent pas dans le cadre de cet article. Mais, l'émergence de la fibre optique a obligé les téléports à diversifier leur activité, à utiliser leur connection sur les réseaux optiques pour vendre des services en hébergement et interconnexion, se rapprochant des data centers classiques. Ainsi, à côté du "Satellite Center" stricto sensu, le Téléport de New York a été conçu pour être le premier "parc d'affaire intelligent", avec 5 immeubles, ou 2 100 personnes travaillent, avec un hôtel de télécommunications et le centre de base de données mondial de Merril Lynch.

L'émergence d'un nouveau marché immobilier

"Finding space in which to run telecommunications applications is an emerging  science in corporate real estate, but one site seekers must master in order to keep their organization competitive". www.siteselection.com, sept 2000.
"E-Business Alters ABC's of Real Estate". John Holusha, The New York Times, 3 sept. 2000.

  • 5 - The New York Times, 3 sept. 2000.

37Les impératifs techniques que nous avons décrit précédemment ne peuvent que difficilement être satisfaits dans des immeubles de bureaux classiques, même ceux dits de "classe A". Les serveurs et routeurs Internet sont peu sensibles à certaines des spécifications qui font l'immeuble de bureau de luxe à loyer élevé : salle de gymnastique et sauna, halte-garderie, marbre rose, adresse prestigieuse, vue panoramique. L'hébergement requiert des accès aux étages indépendants, d'énormes centrales d'air conditionné, bruyantes pour les riverains lorsqu'elles sont installées sur le toit des immeubles, ce qui est le cas le plus fréquent (dans le quartier de TriBeCa, à Manhattan, des riverains ont porté plainte contre les nuisances du data center situé 60 Hudson Street5). Dans certains quartiers centraux, les puissances électriques nécessaires à la création de grands centres de co-location sont impossibles à installer. Si un immeuble de bureau standard peut être cablé dans presque tous les cas, aucun remède ne peut être apporté à une charge au sol ou une hauteur de plafond insuffisante.

38Pour ces raisons, face à la demande croissante de locaux spécifiques, de nombreuses entreprises se sont engagées à la fin des années 1980 dans un secteur qui semblait extrêmement prometteur.

39En mars 2000, le président de IX Europe envisageait pour la co-location et l'hébergement en Europe un marché d'un milliard de livres sterling à l'horizon 2004. Un grand nombre d'opérateurs de télécommunication et de sociétés immobilières se sont engagées dans la construction, ou la rénovation d'immeubles destinés tout ou partie à cette activité. Il est difficile d'avoir des estimations précises du marché, car les barrières entre les activités ne sont pas étanches. De fait, les statistiques disponibles ne sont pas homogènes : Colosource identifie 1314 centres d'hébergement et de co-location aux Etats-Unis ; le rapport Colocation 2002 de Telegeography Inc. identifie 287 sites de co-location neutre dans le monde, dont la surface est évaluée à 1,5 millions de m2 (www.telegeography.com).

40Le moteur de la croissance rapide des rénovations et des constructions entre 1998 et 2001 a été une forte rentabilité, liée à une forte demande. Des immeubles achetés 50 $ le m2 se louaient en 2000 autour de 300 $ par an. Bien peu de chose pour des société d'hébergement, alors que le m2 d'armoire à serveurs, en pleine vague spéculative, pouvait rapporter jusqu'à 25 000 $ annuellement. (The New York Times, 9 juillet 2000).

Figure 2 : Centre d’hébergement Tiscali, Meet-me-room (www.Tiscali.com)

Figure 2 : Centre d’hébergement Tiscali, Meet-me-room (www.Tiscali.com)

Les acteurs du secteur

41En pratique, les cas de figure sont nombreux, compte tenu de la diversité des immeubles et de leurs fonctions. Par ailleurs, il est souvent difficile de distinguer les centres de données et de repli (data warehousing, mission critical recovery site) des centres d'hébergement et de co-location.

42On retrouve dans le processus de création des data centers les sociétés traditionnelles de l'immobilier d'affaire, comme les fonds d'investissement immobiliers, qui financent les immeubles, les société de services et d'ingénierie spécialisées qui coordonnent construction, rénovation et équipement (comme "EYP Mission Critical Facilities Inc."), les sociétés de gestion immobilière qui en assurent le fonctionnement. Soit par exemple pour le très gros centre du 111 Huitième Avenue à Manhattan, qui est un ancien entrepôt de la Port Authority of New York :

  • - Financeur : Morgan Stanley Real Estate Fund

  • - Propriétaire / maître d'ouvrage : Metro Nexus (opérateur de centres de co-location), filiale du précédent.

  • - Rénovation, équipement : Tishman Technologies (qui a assuré la maîtrise d'ouvrage de 2 millions de m2 de data centers pour Met Life, Morgan Stanley, Reuters, Merryl Linch…).

  • - Gestion immobilière : Insignia/ESG (gère plusieurs centres majeurs aux Etats-Unis, dont le One Wilshire à Los Angeles).

43Parmi les fonds d'investissement immobilier plus ou moins spécialisés dans les services en TIC figure le groupe Rudin, qui possède ou gère un million de m2 à New York, dont le fameux New York Information Technology Center à 55 Broad Street (Manhattan), qui fut le prototype de l'immeuble cablé plug and play (Conway, 1997; www.55broadst.com).

44Dans le domaine de l'hébergement de FAI ou d'opérateurs, le clivage majeur se situe entre les opérateurs de télécommunication, et les sociétés d'hébergement neutres, qui communiquent beaucoup plus sur la dimension infrastructurelle et immobilière de l'activité, bien que certaines sociétés se défendent d'être simplement des sociétés immobilières et tente de proposer à leurs hôtes des services à valeur ajoutée dans la gestion des systèmes.

45www.colocation-network.com (14 janvier 2003) recense 158 sociétés qui pratiquent la co-location en Amérique du Nord, 68 en Europe, 14 en Asie-Pacifique, 5 en Amérique latine. Telegeography identifie 95 entreprises, mais les grands opérateurs de télécommunication n'y figurent pas. Or, ils fournissent presque tous des services d'hébergement et possèdent de nombreux centres (même si leur nombre s'est réduit depuis la crise, cf ci-dessous). Qwest possédait 16 centres, Cable & Wireless 42, Level3 66, World Com 70 etc. France Télécom héberge 170 000 serveurs dans ses centres européens, par l'intermédiaire de sa filiale Transpac (www.transpac.fr).

46Les sociétés d'hébergement neutre sont beaucoup plus emblématiques de la dimension immobilière de l'activité. Certaines ont été crée par des fonds d'investissement immobilier, comme Global Gateways et Metro Nexus, créées en 2000 par Morgan Stanley Real Estate Fund (15 centres à Atlanta, Houston, Jersey City etc.). Parmi les autres sociétés majeures, on peut noter Global Switch (12 centres et 350 000 m2), Equinix (12 centres en Amérique du Nord et Asie-Pacifique), InterXion (22 centres en Europe), Guardian IT (75 centres et 270 000 m2), Telehouse UK (8 centres en Europe), Telecity (6 centres en Europe).

47Les building local exchange carriers sous-louent des salles ou des armoires, où ils hébergent ensuite les FAI et sociétés de service. Hotlinks Internet Services UK (http://www.hotlinks.co.uk) sous-loue des emplacements dans l'immeuble des dockslands de Telehouse, pour des sociétés de services Internet.

Une crise majeure depuis 2001 ?

  • 6 - Surcapacités également engendrées par des facteurs technologiques comme le multiplexage des longu (...)

48Le secteur des télécommunications subit depuis 2001 une crise majeure due au ralentissement économique, à l'éclatement de la bulle spéculative sur les valeurs de haute technologie, à des sur-investissements de capacités6 et à des acquisitions hasardeuses, payées au prix fort, au plus haut de la dite bulle spéculative.

49En Europe, les opérateurs historiques comme France Télécom ou Deutsche Telekom ont été protégés par leur statut public (alors que de nombeux opérateurs secondaires disparaissaient), mais aux Etats-Unis, plusieurs opérateurs majeurs ont du se placer sous le régime de la loi sur les faillites : MCI World Com, Global Crossing, Exodus.

50Le secteur de l'hébergement a été atteint de plein fouet par cette crise, alors que des investissements massifs avaient été réalisés. En 2001, selon Telegeography, le taux de vacance dans les centres d'hébergement neutres, dans le monde, était de 50 %.

51Fin 2002, le taux de templissage des centres de Cable et Wireless n'était que de 20 %. En Europe, selon Fabrice Coquio, directeur d'InterXion France, le nombre de société d'hébergement est passé de 37 à 22 entre début 2001 et début 2002, et "il n'y aurait pas place pour plus de 10 sociétés en Europe" (http://solutions.journaldunet.com/​itws/​ 020206_it_interxion_coquio.shtml). La faillite la plus retentissante a été celle d'Exodus, en septembre 2001, qui possédait 44 centres d'hébergement. Terremark Worldwide, propriétaire du NAP of the Americas à Miami, était en 2002 au bord de la faillite. Core Location, propriétaire du Lakeside Technology Center à Chicago, a disparu corps et bien (voir www.corelocation.net).

52Les opérateurs semblent se désengager du secteur. Qwest, qui prévoyait de mettre en service pas moins de 42 unités, en partenariat avec IBM, a annoncé en décembre 2002 son intention de se séparer de huit de ses 16 cybercenters (dont la superficie moyenne est de 4 500 m2). Cable & Wireless a annoncé qu'il fermait 19 centres sur un total de 42 dans le monde, dont ceux acquis auprès de Exodus (26) et Digital Island. L'entreprise ne desservira plus que 11 villes aux Etats-Unis, au lieu de 41 (www.carrierhotels.com, 13 novembre 2002). Sprint a du provisionner 475 millions de dollars pour fermer 8 centres et licencier 500 personnes en 2003. L'opérateur "ne voit pas d'avenir pour les centres d'hébergement inférieurs à 13 000 m2" (www.carrierhotels.com, 10 juin 2003)

53Dans un premier temps, les centres de sociétés en faillite ont été rachetés par d'autres opérateurs. Ainsi, parmi les quarante centres d'hébergement de Exodus vendus à l'ancan, plusieurs ont été racheté par MCI World Com, qui, à son tour en faillite, est en train de s'en séparer, à Dallas, Atlanta, etc. Compte tenu de la sur-capacité générale, la tendance est au rachat par des sociétés du secteur tertiaire, qui y implantent leurs centres de traitement de données. Disney Worldwide Service a racheté un centre de Exodus à El Segundo, Californie (Malecki 2002). L'agence de presse Reuters a acheté pour 35 millions de dollars un data center de SAVVIS à Saint Louis, qui, en retour, lui louera un tiers de l'espace vendu. The Bank of New York  a racheté un des anciens centres de MCI World Com à Somerset, New Jersey, New York Life investit plus de 100 millions de dollars dans d'ancien locaux de Bell South à Atlanta, etc. Ce mouvement est facilité par la volonté des grands groupes de service de déconcentrer et multi-localiser leurs équipements informatiques.

54De fait, on peut légitimement se poser la question de l'avenir de l'hébergement et de la colocation en tant qu'activité autonome. Selon le directeur de InterXion France, la crise actuelle favorise les sociétés qui disposent d'un ancrage local (comme LD Com en France). D'autre part, les grands centres comme ceux de Global Switch (plus de 10 000 m2), ou les sociétés et les sites anciennement sur le marché (Telehouse, OneWilshire…) devraient surmonter la crise actuelle, parce qu'il hébergent un grand nombre d'opérateurs, ce qui est un argument commercial important.

Les forteresses de l'économie numérique à l'épreuve des risques

  • 7 - Il aurait été intéressant de disposer d'informations sur le Japon.

55La raison d'être de ces infrastructures immobilières dédiées aux TIC est, nous l'avons dit, d'assurer une permanence de fonctionnement face aux aléas naturels, sociaux ou politiques, auxquels peut être soumis l'immeuble et le territoire environnant. Les États-Unis sont un pays où ces préoccupations sont très sensibles, du fait de risques de grande ampleur, d'ordre politique (terrorisme, émeutes), géologique (séïsmes, éruptions volcaniques), climatiques (tempêtes de neige, cyclones, inondations, incendies)7.

56Divers événements ont démontré la pertinence des concepts sécurisés de centre de sauvegarde et de repli, ou d'hôtels de télécommunication.

  • 8 - De loin les pertes les plus lourdes parmi les entreprises du site.

57La catastrophe du 11 septembre 2001 a provoqué chez les entreprises ou les autorités étatiques et fédérales une prise de conscience brutale de la vulnérabilité d'une économie (voire d'une société) profondément dépendante des réseaux numériques. Mais les dégats apportés aux infrastructures numériques ont été minimes, bien que près du tiers du parc de bureaux de Lower Manhattan ait été anéanti (J. Kotkin, 23 avril 2002, www.reis.com). L'exemple de la société de courtage new yorkaise Cantor Fitzgerald (et sa filiale de bourse en ligne, E-Speed) est édifiant. L'entreprise occupait les 101e à 105e étages de la tour nord du World Trade Center ; 658 personnes, soit les deux tiers du personnel total, ont disparu le 11 septembre 20018. La companie possédait un site de repli à Rochelle Park, dans le New Jersey. Après 48 heures de travail acharné, les équipes survivantes ont pu redémarrer le site de l'entreprise pour la réouverture de la bourse de New York, le 13 septembre (www.cantor.com).

58On pourrait penser que les hôtels de télécommunications et centres d'hébergement constituent une cible privilégiée pour des terroristes, qui voudraient frapper au cœur des réseaux de télécommunication. Cette idée a fait l'objet d'une polémique en novembre 2002, lorsque le New York Times a refusé de mentionner, au nom de ce risque d'attentat terroriste, le nom et l'adresse d'un centre d'hébergement de TriBeCa (au cœur de Sillicon Alley) qui était l'objet d'une enquête des autorités municipales concernant le stockage du carburant pour générateur diesel. Dans le climat de compétition féroce qui agite les hébergeurs depuis la crise de 2001, il paraît opportun que les autorités publiques veuillent vérifier que la recherche de la baisse des coûts ne compromet pas le respect des normes de sécurité. On voit qu'un risque peut en cacher un autre. En cherchant à minimiser le risque informatique et télécommunications, les centres d'hébergement créent un risque industriel comme un vulgaire dépôt de carburant. L'argument final de Carrier Hotels est que, de toute façon, la localisation des centres d'hébergement est parfaitement connue, vu la publicité abondante faite par leurs propriétaire. On pourrait ajouter que l'intérêt politique de ce genre de cible est extrêmement médiocre. Ces immeubles bien gardés sont presque vides de personnels, et les conséquence d'une destruction passeraient inaperçues pour le grand public. D'autre part, les redondances du système d'information des entreprises comme de l'interconnexion Internet sont normalement suffisantes pour éviter un effondrement significatif du réseau.

59La pertinence du concept de mission critical recovery site face aux risques naturels a déjà été démontrée par les événements climatiques de décembre 2002, notamment en Caroline du Nord, où une tempête de neige a privé d'électricité un million d'habitants, dont 400 000 dans le "Research Triangle" (autour de Raleigh-Durham). Grâce aux capacités d'autonomie de plusieurs centres d'hébergement, les entreprises de l'économie numérique ont pu continuer à servir leurs clients, comme iEntertainment, qui possède des centaines de milliers de clients dans le monde, et dont le site Web a pu rester opérationnel. Comme tout le monde, iEntertainment s'est retrouvé "dans le noir". Mais l'informatique de l'entreprise était hébergée dans un centre d'hébergement de la société Springboard Managed Hosting, qui abrite les systèmes de 160 autres entreprises locales. Dès que l'électricité a été coupée, les générateurs diesels du centre couplés à des batteries se sont mis en route.  IEntertainment a pu immédiatement transférer un partie de son personnel dans le centre d'hébergement et reprendre l'essentiel de son activité (www.carrierhotels.com, 31 déc.2002).

60Grâce à ce mode de fonctionnement, la panne électrique généralisée d'août 2003 dans le nord-est des Etats-Unis et du Canada ne semble pas avoir eu de répercussions notables sur le fonctionnement des réseaux et notamment de l'Internet, à l'exception du Toronto Internet Exchange, dont l'immeuble d'accueil semble avoir eu des problèmes de conditionnement d'air (www.carrierhotels.com, 15 août 2003).

Risques et localisation des infrastructures

61Les événements mentionnés ci-dessus ont conduit les acteurs à prendre davantage en compte les risques naturels et humains dans l'arbitrage habituel entre les facteurs de localisation (coûts immobilier, réseaux, main-d'œuvre).

62La recherche de la sécurité des infrastructures TIC des entreprises implique la prise en compte de plusieurs échelles géographiques. Toute les régions ne sont pas égales face aux risques politiques, sociaux ou naturels. La Californie est menacée par les séïsmes, les inondations, la pénurie d'électricité, les incendies (voire les émeutes). C'est l'argumentaire de Collocation Solution qui vante les avantages de son centre de Las Vegas.

"Collocation Solution's Las Vegas site is a favorable location for California companies that want to mirror and/or back-up data in areas less affected by earthquakes, power shortages or other events" (www.carrierhotels.com, 6 mai 2003).

63Avec la saturation des marchés de l'immobilier et de l'emploi,  la prise en compte des risques a été un facteur d'importance croissante pour l'implantation des data centers dans des métropoles de taille moyenne, mais bien desservies par les réseaux de télécommunication. Contrairement aux activités commerciales ou de management, qui requièrent un milieu d'affaire très vivace, favorisant les rencontres de face à face (Leamer et Storper, 2001), le data center a surtout besoin d'un environnement technopolitain, pas forcément créatif, d'ailleurs, mais en situation de carrefour sur les dorsales optiques de télécommunication (Moss et Townsend, 2000). Denver héberge le centre de commande (cybercentral) des centres de télécommuni-cations de Qwest. En 2002, Reuters a acheté un data center à Saint Louis, d'où il supervisera toute ses opérations de réseau. Dans la même ville, Master Cards a investi 140 millions de dollars pour créer un data center, qui sera supporté à partir de 2003 par un centre supplémentaire à Kansas City (centres qui s'ajoutent à celui du New Jersey). La même année, New york Life (assurance) a implanté son deuxième centre de traitement d'information à Atlanta (dans un ancien centre de Bell South). Comme nous l'écrivons plus haut, ces sociétés ont profité de la déconfiture des opérateurs de télécommunications pour se délocaliser au meilleur prix.

64Cette délocalisation peut être réalisée à une échelle plus modeste. Le New Jersey, par exemple, apparaît comme une implantation privilégiée pour les sociétés New Yorkaises. Nous avons déjà évoqué l'expérience tragique de Cantor Fitzgerald. New York Life y possède son premier data center. MasterCard, The Depository Trust Corp., Bank of New York, y ont également implanté leurs centres de traitement.

65Pour le professeur Peter Marcuse, les événements du 11 septembre sont susceptibles de ralentir la concentration des services dans les CBD, et de favoriser les localisations périphériques (comme le New Jersey par rapport à New York) :

"Employment patterns will change; hyper-concentrations of jobs in service-center-oriented office buildings (and both the high and the low-paying jobs associated with them) will shrink. The benefits of the agglomeration economies that have accounted for the strength of select financial centers will be counter-balanced by new political considerations. I suspect the global status of at least New York City but perhaps other global cities will change, as multinational businesses change their spatial strategies in the search for security in more outlying areas, although perhaps within the same metropolitan regions." Peter Marcuse, Professeur d'Urbanisme, Graduate School of Architecture, Planning and Preservation, Columbia University. Texte envoyé sur : URBGEOG@ LISTSERV.ARIZONA.EDU le 17 septembre 2001.

  • 9 - Federal Reserve, Treasury Department, Securities Exchange Commission.

66En avril 2003, les autorités financières fédérales9  ont publié un livre blanc sur la sauvegarde après catastrophes (disaster recovery) des entreprises du secteur financier. Ce document démontrait que quatre entreprises financières majeures n'avait aucun site de repli. Mais surtout, le rapport pointait les exigences contradictoires de localisation pour de tels installations. Les recommandations fédérales sont que le site de repli ne soit pas situé dans la même aire métropolitaine

  • 10 - Compensation et liquidation.

"All core clearing and settlement10 organizations should begin to implement plans to establish out-of-region back-up resources… the objective is to minimize the risk that a primary and back up site, and their respective labor pools, could both be impaired by a single wide-scale regional disruption". www.carrierhotels.com, 14 avril 2003.

67La panne d'août 2003, qui fait partie de ces événement d'échelle régionale, a été aisément surmontée par le système (parce que les immeubles sont autonomes pour leur alimentation électrique). Mais les autorité fédérales visent des risques bien plus graves, susceptibles d'affecter, non seulement les infrastructures, mais aussi les hommes qui les servent : actes de guerre, de terrorisme ou accidents biologiques ou nucléaires.

68Toutefois, si une entreprise peut, en pratique, développer des sites de traitement de l'information très éloignés les uns des autres, les sites de repli (disaster recovery site, back-up site) doivent être localisés dans le même bassin d'emploi, afin que des équipes puissent être envoyés sur le site (et y rester) dans les meilleurs délais (comme dans le cas de Cantor Fitzgerald). Il n'existe donc aucune solution miracle, la preuve étant faite, une fois de plus, que les technologie de communication ne peuvent pas affranchir du facteur humain et de ses contraintes matérielles. Les infrastructures immobilières de l'économie numériques continuent donc à suivre les schémas de localisation traditionnelles, avec une préférences pour des quartiers centraux périphériques en cours de rénovation.

L'immobilier dédié aux TIC et la rénovation urbaine

"Old industrial and retail properties, formerly  considered unrentable white elephants, have suddenly become highly attractive to Web hosting and communications companies." The New York Times, 9 juillet 2000.

69Dans les années 1970 et 1980, les quartiers industriels centraux, mais aussi, dans une certaine mesure, les quartiers d'affaire vieillissants, ont subi une sévère crise économique et immobilière. La conjoncture médiocre, la dégradation du parc, l'inadaptation des infrastructures, voire un climat social lourd, ont provoqué un départ vers la périphérie, non seulement des activités manufacturières et logistiques, mais aussi de sièges sociaux et d'activités de bureaux qui cherchaient en périphérie des locaux moins chers, plus modernes, des charges fiscales moindres, une meilleure accessibilité, etc. La conséquence a été l'augmentation des taux de vacance, avec pour corrolaire le ralentissement des constructions neuves et un vieillissement accéléré du parc, en une sorte de cercle vicieux. Dans les années 1990, la croissance des activités tertiaires liées aux TIC, l'explosion des services en télécommunication, et l'émergence d'une nouvelle demande immobilière, ont été les facteurs moteurs d'un processus de renouvellement urbain.

Quand l'ancienne économie11 héberge l'économie numérique : les télécommunications et la réhabilitation de l'immobilier d'entreprise

  • 11 - Au sens figuré. L'expression "nouvelle économie" est médiatique. Nous n'entrerons pas ici dans ce (...)

70Depuis la deuxième moitié des années 1990, les réhabilitations d'usines ou d'entrepôts se sont multipliés, et pas seulement aux États-Unis. Les installations historiques des télécommunications ont été au premières loges dans le processus. En 2000, le Lakeside Technology Center de Chicago, vieille imprimerie et dépôt d'annuaires téléphoniques néo-gothique rénové en centre de co-location, a obtenu le "Greater Chicago Redevelopment of the Year Award". A 60 Hudson Street (New York), c'est le commutateur historique de la Western Union (1928) qui est devenu l'un des centres de colocation les plus actifs des Etats-Unis (près de 100 opérateurs sur site). On peut aussi mentionner l'immeuble Art Déco du 32 Av. of The Americas (ancien immeuble ATT). Ailleurs, ce sont des entrepôts alimentaires, des centres de logistiques, des grands magasins, des usines de pneumatiques, d'emballage… qui ont été transformés (tabl. 1).

71La réglementation sur la préservation du patrimoine architectural et les incitations financières ne sont pas le facteur unique de la transformation de vieux bâtiments industriels ou d'entrepôts en centres d'hébergement ou data centers. Paradoxalement, ces immeubles, parfois vieux de plus d'un siècle, sont mieux adaptés à la localisation des systèmes informatiques que bien des immeubles de bureaux "classiques". Les serveurs Internet ont les mêmes besoins climatiques que les denrées végétales, ballots de thé ou de coton, stockées autrefois dans les entrepôts. Les maçonneries épaisses, les ouvertures étroites, favorisent un température et une humidité naturellement régulées. Ces entrepôts possèdent des hauteur de plafonds, des charges maximum au sol et des surfaces de plateaux bien adaptés à la morphologie des server farms. Enfin, dans les villes portuaires comme New York, Londres ou Marseille, ces immeubles sont souvent situés à proximité de l'atterissage des cables trans-océaniques, ce qui en fait des lieux idéals pour le peering et la co-location.

L'exemple New Yorkais

72Dans les années 1970 et 1980, la crise des villes-centres avait atteint son paroxysme, avec le départ de nombreux sièges sociaux vers la périphérie. Pendant ce temps, le parc immobilier des centres villes vieillissait. En 1994, il y avait à Manhattan 2,3 millions de m2 de bureau vacants (Conway, 1997), et les entreprises émigraient vers Brooklyn ou le New Jersey.

  • 12 - L'immeuble construit en 1967 était resté vacant de 1990 à 1995. Il abritait notamment le siège de (...)

73En réponse à cette situation, le maire Rudolph Giuliani a lancé en décembre 1994 le Lower Manhattan Revitalization Plan, doté d'un bouquet d'incitations financières. Une des premières concrétisations a été la création du New York Information Technology Center à 55 Broad Street, initiative qui devait participer à l'éclosion de la "Silicon Alley"12. Aujourd'hui, le "New York City Economic Development Corporation" développe le "Digital New York City Program", dont l'objectif est de promouvoir l'ensemble des programmes immobiliers de la ville dédiés aux TIC, situés dans le Bronx (BronxSmart), à Brooklyn, dans le Queens (CyberCity Long Island), à Staten Island (SI HUB : High-End Urban Bandwidth) etc.

  • 13 - Du nom du fondateur d'une companie de chemin de fer.

74L'un des programmes les plus ambitieux est le "Bush Terminal Technology Campus"13, implanté à Brooklyn sur 44 ha. de surface industrialo-portuaires, qui appartiennent principalement à la ville de New York. A terme, il doit représenter un complexe de 11 immeubles interconnectés, pour une surface d'environ 450 000 m2. Un des premiers immeubles livrés est le Brooklyn Information Technology Center, ancien entrepôt portuaire rénové, aux facades de briques caractéristiques de l'architecture industrielle new yorkaise.

75Parmi les opérations emblématiques, on peut aussi mentionner le 111 Huitième Avenue (Chelsea), ou Taconic Investment Partners a rénové un entrepôt de la Port Authority of New York, pour le transformer en un centre d'hébergement de 241 000 m2, qui abrite 56 opérateurs de télécommunication, dont Level 3, Sprint, MCI Worldcom etc (Site Selection Magazine, Sept. 2000).

76Le 32 Avenue of The Americas dans le quartier de TriBeCa, au nord du district financier, illustre parfaitement la rénovation d'un immeuble ancien, excentré par rapport aux deux CBD de Manhattan. C'est un gratte-ciel "Art Déco" de 28 étages, construit en 1932, qui appartenait à ATT, racheté et rénové par le groupe Rudin. Son activité de central téléphonique manuel explique la grande hauteur de plafond (5 à 6 mètres), nécessaire autrefois pour assurer la ventilation des 5 000 employés qui y travaillaient. En plus du cablage complet de l'immeuble en fibre optique, dix unités d'air conditionné et 14 générateurs électriques de secours ont été installés sur le toit, ainsi que deux pylones supports d'antennes de 40 mètres. Un quart des fenêtres ont été supprimées et remplacées par des ouïes de ventilation. L'immeuble abrite ajourd'hui un grand nombre d'opérateurs majeurs de télécommunication : AT&T, Bell Canada, Cogent, Level3, Qwest, MCI Worldcom, Equant-Global One, Time Warner Telecom, Tyco, Verizon etc. (www.32sixthave. com).

77À la connectivité par les réseaux optiques, l'immeuble ajoute la connectivité par faisceau hertzien. Deux pylones de 40 mètres permettent d'installer une multitude d'antennes, pour des utilisations les plus variées : téléphonie mobile, boucle locale radio, micro-ondes (WiFi), infrarouge, télévision hertzienne terrestre. La localisation dégagée de l'immeuble permet "d'illuminer" directement plusieurs milliers d'immeubles dans l'agglomération, vers l'est (Brooklyn), le nord (Midtown, Queens), le sud (Financial District), l'ouest (New Jersey).

Tableau 1. Centres d'hébergement et de co-location et réhabilitation de l'immobilier industriel et commercial : exemples aux Etats-Unis

Ville

Adresse / Nom

Propriétaire

Ancienne utilisation

Surface  (m2)

Chicago

Lakeside Technology

Carlyle Group, puis

Imprimerie

100 000

Center

El Paso Global Network

New York Manhattan

60 Hudson Street

Williams Real Estate

Central téléphonique (1928)

85 000

New York Manhattan

111 8e Av.

Taconic Investment Partners

Entrepôt portuaire

240 000

(Port of New York)

New York Brooklyn

470 Vanderbilt Av. /

Carlyle Group /

Usine de pneumatiques

70 000

Atlantic Telecom Center

JP Morgan Partners

Jersey City

180 Baldwin Street

Argent Venture / AboveNet

Usine de pâtes (Muller Noodle)

27 000

 Communications

Jersey City

50 Dey Street

MetroNexus

Usine d'emballage (American Can)

101 000

Atlanta

1033 Jefferson Street

MetroNexus

Ancien entrepôt Sears

90 000

* Surface qui n'est généralement pas utilisé intégrale-ment en data center ou hôtel de télécommunication, à la différence des constructions neuves dédiées.

Source : presse spécialisée et sites Web des sociétés

En Europe

78Qu'il s'agisse de constructions neuves, ou de réhabilitation, les technologies d'information et les télécommunications occupent un place importante dans les opérations de rénovations urbaines qui concernent des quartiers industriels ou portuaires dégradés.

79L'échelle des opérations est généralement plus modeste qu'aux États-Unis, à l'exception des Docklands de Londres, où ce sont les constructions neuves qui dominent, avec l'immeuble de Telehouse (qui héberge depuis 1994 le London Internet Exchange (LINX), et les unités voisines de Global Switch 1 (1999, 23 000 m2) et Global Switch 2 (2002, 63 000 m2), le plus important centre de co-location européen. Ces opérations ont confirmé le statut de Londres en tant que principal nœud d'interconnexion Internet au monde.

80A Paris, la plupart des data-centers et centres d'hébergement se sont implantés dans les banlieues industrielles nord de Saint-Denis et Aubervilliers, ou de vaste opérations immobilières sont en cours, comme Landy France (cf. l'article de J. Malézieux dans cette même édition), le Parc des EPMG (Entrepôts et Magasins Généraux de Paris) etc. Le rôle moteur de France Télécom ne doit pas être ignoré : l'opérateur historique demeure de loin le premier achemineur de trafic Internet en France, et les opérateurs privés, nationaux et internationaux, avaient tout intérêt, pour des raisons techniques, à se rapprocher du centre d'interconnexion de FT à Aubervilliers. Telecity et InterXion ont installé leurs centres d'interconnexion Internet respectivement sur 2800 et 7000 m2 dans le Parc des EPMG (Entrepôts et Magasins Généraux de Paris). Global Switch Paris est implanté dans un immeuble rénové de Clichy (34 000 m2).

  • 14 - Aujourd'hui Neuf Télécom, filiale du groupe Louis Dreyfus, 18 milliards d'Euros de CA, présent da (...)

81A Marseille, les TIC se taillent la part du lion au sein des projets économiques du chantier Euroméditerranée (tabl. 2). LD Com14 vient de rénover les entrepôts du Domaine Cuoq (début XIXe s.) pour créer un NetCenter de 18 000 m2 de salles pour serveurs et 3 000 m2 de bureaux (communiqué de presse LD Com, 2001). La société Markley Stearns Partners rénove l'ancien centre de tri postal, pour en faire également un centre d'hébergement et un centre d'appel.

82Les centres d'hébergement ne sont pas, bien sûr, la seule destination de ce genre de rénovation. Les Docks de la Joliette à Marseille, comme le Brooklyn Information Technology Center à New York, sont destinés à accueillir l'ensemble des activités liées aux TIC : entreprises de multimédia, de création de logiciel, centres d'appel, centre de services partagés…

Tableau 2 : Les TIC dans le projet Euroméditerranée

Site

Superficie

Fonction

Maître d'ouvrage

Manufacture de la SEITA (pôle média)

22 000 m2

Studios audiovisuels, Bureaux

Ville de Marseille,

Manufacture de la SEITA (La Friche)

45 000 m2

Création artistique et multimédia

Friche théatre

Docks de la Joliette

80 000 m2

220 entreprises du tertiaire supérieur

SNC Marseille Joliette

Domaine Cuoq

26 000 m2

Centre d'hébergement

LD Com

Centre de tri postal

20 000 m2

Centre d'hébergement et centre d'appel

Markley Stearns Partners*

* Société américaine spécialisée dans l'acquisition et l'aménagement d'immeubles dédiés au secteur des télécommunications.

source : www.euromediterranee.fr

Conclusion

83Dans cet article, nous avons essayé de montrer comment la numérisation de la production de services avait provoqué l'émergence d'un marché immobilier spécifique, qui avait joué un rôle non négligeable dans la rénovation et la revitalisation d'un certain nombre de quartiers urbains. Les hôtels de télécommunications et centres d'hébergement sont un des cas notables où les contraintes techniques de la sécurité et de la connectivité jouent un rôle structurant, à l'échelle de la ville, du quartier, de l'immeuble. On est loin de la disparition de l'espace géographique sous l'effet des télécommunications modernes (Graham, 1998).

84La crise consécutive à l'éclatement de la bulle spéculative des activités liées aux TIC a provoqué un assainissement du marché. Va-t-on vers une banalisation de l'activité et des structures immobilières qui y sont liées, ou, au contraire, vers une hyper-spécialisation des fonctions ? Le débat n'est pas clos. La co-location et la sécurisation de données sont des activités tertiaires supérieures, à haute valeur ajoutée, à la fonction hautement stratégique, mais qui ne sont pas des activités d'hypercentre, où règnent les activités de direction et de transaction reposant sur la densité des relations humaines. Les exigences techniques en font typiquement des activités de parc d'affaire périphériques, qu'il s'agisse des zones portuaires de Brooklyn, des Docklands de Londres, du Parc des EPMG au nord de Paris. A cet égard, les immeubles centraux du groupe Rudin (qui communique sur la "qualité de vie" des quartiers environnants) sont des structures hybrides et atypiques.

85La géographie des centres d'hébergement et de co-location est un bon indicateur des tendances spatiales contemporaines de la métropolisation, qui est régulée par un double mécanisme de concentration et de dispersion. Un des aspects remarquables est la permanence à travers le temps de certains facteurs de localisation, les infrastructures numériques se surimposant aux équipements plus anciens.

86Plus sûrement qu'aucune autre, la concentration de l'activité désigne les pôles directeurs de l'économie mondiale, bien que la géographie de l'activité soit soumise à des tendances contradictoires à la dispersion vers des lieux moins chers et plus sûrs du point de vue des risques naturels et politiques. Les lieux que nous avons évoqués dans ce travail doivent être considérés comme des points névralgiques, même si leur absence de dangerosité intrinsèque (à la différence des centrales nucléaires ou des usines chimiques), et un historique vierge du point de vue des catastrophes (l'Internet n'a pas connu de Tchernobyl), les ont maintenu en dehors de l'arène politico-médiatique.

  • 15 - Achèvement en 2004 ; 100 000 m2 de bureau intelligent et un cybercentre de 27 000 m2, qui abriter (...)

87Cette réflexion sur les "forteresses de l'économie numérique" doit dépasser le cadre restreint de l'immobilier d'entreprise, pour embrasser une réflexion sociale et territoriale. L'heure est à la construction de "cybervilles", dans lesquelles s'insèrent les ensembles immobiliers décrits ci-dessus. On peut évoquer le Tokyo Téléport, Dubaï Médiacity, le Multimédia Supercorridor de Malaisie (www.msc.com.my), le Cyberport de Hong-Kong15. Il conviendra de s'interroger sur le statut territorial de ces enclaves technologiques d'un nouveau genre, sortes de gated communities numériques, interconnectées, dont la relation au tissu économique et social environnant pose problème. C'est le genre de question que pose Mike Davis, d'une manière sans doute un peu abrupte, dans Contrôle urbain, l'écologie de la peur (1998). A travers la régulation numérique de l'environnement urbain et le panopticisme généralisé (Foucault, 1975), c'est tout le rapport de l'individu et de la société à l'espace qui est en jeu.

Haut de page

Bibliographie

CASTELLS M., 1996, The Rise of the Network Society, Oxford, Blackwell, 480 p.

CONWAY A., 1997, 55 Broad Street, the Digitalization of Physical Space. Institute for Technology and Enterprise, Polytechnic University and London Business School. http://www.poly. edu/ite/55broad/begin.htm

DAVIS M., 1998, Contrôle urbain, l'écologie de la peur, http://abirato.free.fr/1book/davis/DAVIS.HTM

DUPUY G., 1991, L'urbanisme des réseaux. Théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 198 p.

EVANS-COWLEY J., MALECKI E.J., McINTEE A., 2002, Planning Responses to Telecom Hotels: What Accounts for Increased Regulation of Co-location Facilities ? Journal of Urban Technology, vol. 9, n° 3, p. 1-18.

FOUCAULT M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 360 p.

GADREY  J., 2000. Nouvelle Economie, nouveaux mythe ? Paris, Flammarion, 267 p.

GOTTMANN J., 1970, Urban centrality and the interweaving of quaternary functions, Ekistics, n° 174, p. 322-331.

GOTTMANN J., 1983, Urban settlements and telecommunications, Ekistics, n° 302, p. 411-416.

GRAHAM S., 1998, The end of geography or the explosion of place ? Conceptualizing space, place and information technologies, Progress in Human Geography, vol. 22, n°2, p. 165-185.

GRAHAM S., 2000, Constructing Premium Network Spaces: Reflections on Infrastructure Networks and Contemporary Urban Development, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 24, n° 1, p. 183-200.

GRAHAM S., 2001, Information Technologies and Reconfigurations of Urban Space, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 25, n° 2, p.405-410.

GRAHAM S., MARVIN S., 2001, Splintering Urbanism : Networked Infrastructures, Techno-logical Mobilities and the Urban Condition, London, Routledge, 400 p.

HORAN T.A., 2000, Digital Places : Building Our City of Bits, Urban Land Institute, Washington, 170 p.

JACQUIN C., 2003, Les services d’hébergement Internet en France, Netcom, vol. 17, n° 1-2, p. 23-44.

KOTKIN J., 2000, The New Geography : How the Digital Revolution Is Reshaping the American Landscape, New York, Random House Trade, 176 p.

KOTVAL Z., 1999, Telecommunications. A realistic strategy for the revitalization of American cities, Cities, vol. 16, n° 1, p. 33-41.

LDCOM Networks, 2001, Les activités Hébergement de LDCOM Networks, Dossier de presse du 10 octobre 2001.

LEAMER E.E., STORPER M., 2001, The Economic Geography of the Internet Age, Journal of International Business Studies, vol. 32, n° 4, p. 641-665.

LEIGH N.G., 2000, People vs Place. Telecom-munications and Flexibility Requirements of the CBD, in WHEELER J., AOYAMA Y., WARF B. (eds.), 2000, Cities in the Telecom Age, Routledge, p. 302-332.

LEINBACH T.R., BRUNN S.D. (eds.), 2001, Worlds of Electronic Commerce : Economic, Geographical and Social Dimensions, New York, John Wiley, 352 p.

MALECKI E. J., 2002, The Economic Geography of the Internet's Infrastructure, Economic Geography, vol. 78, n° 4, p. 399-424.

MORISET B., 2003, The New Economy in the City. Emergence and location factors of internet-based companies in the metropolitan area of Lyon - France, Urban Studies, vol. 40, n° 11, p. 2165-2186.

MOSS M.L., TOWNSEND A., 2000, The Internet Backbone and the American Metropolis, The Information Society Journal, vol. 16, n° 1, p. 35-47.

SASSEN S. 2001, The Global City : New York, London, Tokyo (2e éd.), Princeton, Princeton University Press, 412 p.

TOWNSEND A., 2001, The Internet and the rise of the new network cities, 1969-1999, Environment and Planning B : Planning and Design, vol. 28, n° 1, p. 39-58.

VELTZ P., 1996, Mondialisation, villes et territoires : l'économie d'archipel, Paris, PUF, 264 p.

WHEELER J., AOYAMA Y., WARF B. (eds.), 2000, Cities in the Telecom Age, Routledge, 350 p.

WILHELM S., 1999, The Geography behind the Internet Cloud - Peering, Transit and Access Issues, Netcom, vol. 13, n° 3-4, p. 235-252.

YOLIN J.M., 2002, Internet et Entreprise mirage ou opportunité ? - Pour un plan d'action - Contribution à l'analyse de l'économie de l'Internet, Rapport pour le Conseil Général des Technologies de l'Information (CGTI), www.yolin.net.

Haut de page

Notes

1 - Expression difficile à traduire : espaces économiques de "premier choix" fortement reliés aux réseaux.

2 - Sans parler des hauts-lieux touristiques comme l'Empire State Building, le Rockfeller Center, la Sears Tower ou les Tours Petronas, etc., la plupart des gratte-ciels modernes sont aggrémentés de luxueux atriums ouverts au public.

3 - L'accès aux centres d'hébergement de Access IT est interdit : aux enfants, aux animaux, à la nourriture, aux boissons, aux dispositifs électroniques, appareils photos, caméras… et à tous matériaux inflammables, notamment le papier, à l'exception des manuels d'utilisation de logiciels.

4 - "Si vous avez besoin de trois centrales d'air conditionné, mettez en quatre". Le directeur d'une société de services immobilier, cité dans The New York Times, 3 sept. 2000.

5 - The New York Times, 3 sept. 2000.

6 - Surcapacités également engendrées par des facteurs technologiques comme le multiplexage des longueurs d'onde, qui permet de centupler le débit possible sur un même brin de fibre.

7 - Il aurait été intéressant de disposer d'informations sur le Japon.

8 - De loin les pertes les plus lourdes parmi les entreprises du site.

9 - Federal Reserve, Treasury Department, Securities Exchange Commission.

10 - Compensation et liquidation.

11 - Au sens figuré. L'expression "nouvelle économie" est médiatique. Nous n'entrerons pas ici dans ce débat, bien traité, notamment, par Jean Gadrey (2000).

12 - L'immeuble construit en 1967 était resté vacant de 1990 à 1995. Il abritait notamment le siège de la New York New Media Association, principale organisation structurante de Silicon Alley, jusqu'à sa disparition en 2003 pour cause de difficultés financières.

13 - Du nom du fondateur d'une companie de chemin de fer.

14 - Aujourd'hui Neuf Télécom, filiale du groupe Louis Dreyfus, 18 milliards d'Euros de CA, présent dans les télécommunications, l'énergie, le négoce, le transport maritime.

15 - Achèvement en 2004 ; 100 000 m2 de bureau intelligent et un cybercentre de 27 000 m2, qui abritera sur 4 niveaux des lieux de loisirs et des commerces dédiés aux technologies numériques d'information.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Centre d’hébergement Tiscali (Baie et serveur) (www.tiscali.com)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2 : Centre d’hébergement Tiscali, Meet-me-room (www.Tiscali.com)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Moriset, « Les forteresses de l'économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour, Vol. 78/4 | 2003, 375-388.

Référence électronique

Bruno Moriset, « Les forteresses de l'économie numérique. Des immeubles intelligents aux hôtels de télécommunications », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/4 | 2003, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/451 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.451

Haut de page

Auteur

Bruno Moriset

CRGA, Université Lyon 3, 18 rue Chevreul, 69362 LYON cedex 07. E.mail : moriset@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page