Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie

Emmanuelle Boulineau
p. 4
Référence(s) :

Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie, Paris, CTHS, 2007, 261 p + XXI p., préface et bibliographie complète des travaux de Jean Gottmann par Luca Muscara.

Texte intégral

1Qu’est ce qui justifie cette réédition de La politique des États et leur géographie, livre de Jean Gottmann publié initialement en 1951 ? Ce géographe français est davantage connu pour ses ouvrages de référence rédigés en anglais comme Megalopolis : the Urbanized Northeastern Seaboard of the United States (1961) ou encore The Significance of Territory (1973). La carrière universitaire de Jean Gottmann (1915-1994) s’est avant tout déroulée outre-atlantique, après son départ de France en 1940 pour fuir les mesures anti-juives. Écrit en français à la suite d’un cours à Sciences Po Paris professé en 1950-1951, La politique des États et leur géographie reste un ouvrage mal connu. La collection Format du comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) accueille justement ce type d’ouvrages, rares et précieux, à l’instar d’autres œuvres telles Peuples et nations des Balkans de Jacques Ancel, L’homme et la terre d’Éric Dardel ou encore La géographie culturelle de Joël Bonnemaison.

2La réponse à la question initiale est donc simple : ce livre est essentiel pour repenser la géographie politique et comprendre l’organisation d’un monde contemporain, travaillé par la mondialisation. Écrit aux lendemains de la Seconde guerre mondiale, le texte expose une interprétation d’une étonnante actualité pour saisir un monde en pleine recomposition. Et surtout, il propose un appareil conceptuel pour lire le monde qui fait souvent défaut à la géographie politique.

3Divisée en 8 chapitres, la table des matières ne révèle pas d’emblée la thèse développée dans l’ouvrage. L’absence d’introduction et de conclusion prive le lecteur de repères pour bien cerner le cœur du livre. Le court avant-propos de l’auteur retrace davantage l’origine du livre qu’il n’en fournit la clé de lecture.

4Attendus dans tout ouvrage de géographie politique, les chapitres « les frontières et les marches » (chap. IV) et « répartition des ressources et besoin des Etats » (chap. VI) peuvent paraître de facture classique. Dans les chapitres II, V et VII, J. Gottmann étudie les rapports entre les relations internationales et la géographie, cours de Sciences Po oblige. Le chapitre II « « les doctrines géographiques des relations internationales » est l’occasion pour l’auteur d’exposer l’utilité de la géographie pour guider l’action politique. J. Gottmann dresse la généalogie d’une géographie politique qu’il ancre dans les écrits et les actes de Vauban, Montesquieu ou encore Turgot. Il fait l’état de l’art de la géographie politique après la Seconde guerre mondiale en reprenant les ouvrages de référence d’une bibliographie multilingue. Dans le chapitre V, l’auteur revient sur le rôle de la population et du peuplement dans la puissance d’un État pour interroger les notions de densité ou de surpeuplement. Le chapitre VII, « organisation internationale et géographie régionale », insiste sur l’utilité de bien connaître la géographie des États pour la prise de décision politique. J. Gottmann s’appuie ici sur son expérience d’expert auprès de la toute récente ONU.

5La modernité de la thèse de J. Gottmann se déploie avant tout dans les chapitres Ier, III et VIII, même si elle se décline dans les autres chapitres. L’auteur propose une lecture de l’espace géographique selon une dialectique entre le mouvement de cloisonnement du monde et celui de la circulation. « Le cloisonnement du monde », qui donne son titre au Ier chapitre, relève pour J. Gottmann de l’ordre du donné : le monde est compartimenté et se compose d’unités différenciées. La recherche de la stabilité pour organiser politiquement ces espaces se combine avec le principe de la circulation, fluidité qui affecte aussi bien l’organisation interne des États que leurs limites dans l’histoire. La situation de ces espaces - J. Gottmann reprend le terme ratzélien de position – se comprend alors comme la résultante des multiples mouvements qui traversent le monde et du type de limites qui le cloisonnent (chapitre III « le territoire en politique »). Dans le chapitre VIII « genèse et évolution des régionalismes », J. Gottmann ébauche alors une théorie de l’émergence des unités politiques (ce qu’il appelle régionalisme) fondée sur la relation entre la circulation, comme facteur de changement spatial, et l’iconographie comme système de résistance à la circulation.

6Cloisonnement, circulation et iconographie et leurs interrelations constituent des notions fécondes et actuelles pour penser les dynamiques du monde contemporain. D’ailleurs, le terme d’iconographie revient actuellement dans le discours géographique sans que la filiation gottmannienne ne soit toujours explicite. Il est bon ainsi de reprendre cet ouvrage de référence pour théoriser en géographie politique la notion d’iconographie, entendue par Gottmann comme « de tenaces attachements à des symboles, parfois fort abstraits » (p. 157). La définition est large mais elle peut être déclinée à différentes échelles et selon différents acteurs, révélant ainsi la puissance des constructions sociales abstraites sur les configurations spatiales concrètes. Plus globalement, cette lecture géographique permet de replacer la différence au cœur de la dynamique des espaces, dans un monde que l’on pense à tort en cours d’uniformisation par la globalisation. On en voit ainsi toute la portée pour comprendre une Europe travaillée par de multiples iconographies nationales et des flux de tous ordres qui se construit sur la diversité et donc sur la différence. Par ailleurs, à l’heure où les échelles intermédiaires des États et des régions sont sous-estimées ou happées par les paradigmes dominants du global et du local, J. Gottmann en rappelle la force pour expliquer le découpage politique du monde et sa dynamique.

7La politique des États et leur géographie présente aussi un grand intérêt épistémologique pour qui s’intéresse à la reformulation d’une géographie politique après-guerre. Dans la présente réédition, Luca Muscara, fin connaisseur de l’œuvre gottmannienne, signe une préface fort utile qui montre le parcours scientifique original de l’auteur ainsi qu’une bibliographie complète de ses travaux.

8Cette réédition dans un format de poche à un prix raisonnable met donc cet ouvrage stimulant à disposition d’un large public ; reste maintenant à mesurer toute la portée de la pensée de J. Gottmann et à la réactualiser dans la recherche sur un monde globalisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Boulineau, « Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 4.

Référence électronique

Emmanuelle Boulineau, « Jean Gottmann, La politique des États et leur géographie », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/4403

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page