Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nathalie Blanc et Sophie Bonin (dir.), Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement

Michel Mietton
p. 224
Référence(s) :

Nathalie Blanc et Sophie Bonin (dir.), 2008, Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement, Paris, Fondation de la Maison des Sciences de l’homme/Editions Quae, 336 p.

Texte intégral

1Nouvelle contribution à l’étude des barrages, sous la direction de N. Blanc, chargée de recherche au CNRS (UMR Ladyss), et Sophie Bonin, maître de conférences  à l’université J. Fourier – Grenoble 1 (UMR Pacte), cet ouvrage réunit 16 contributions ; la conclusion est due à B. Barraqué. Ce travail collectif fait suite à des journées d’étude tenues en janvier 2006. Quatre parties structurent l’ouvrage :

2La première partie, intitulée « L’actualité des grands barrages », regroupant deux contributions de J. Bethemont (« Les grands barrages entre contestation et développement ») et F. Romerio (« Les enjeux socio-économiques de l’hydroélectricité »), présente les grands enjeux actuels, à toute échelle, lié à aménagements. La nécessité d’une approche interdisciplinaire des problèmes est bien mise en évidence.

3Une deuxième partie (5 articles), intitulée « Retrouver la perspective habitante », aborde les risques sociaux du développement, en particulier l’article de M. M. Cernea qui insiste sur les déplacements forcés de population et la nécessité d’une réelle étude d’impacts – au sens prédictif du terme. L’auteur souligne l’intérêt d’une prise en compte du modèle IRR (Impoverishment Risks and Reconstruction), dont il détaille les fonctions et les paramètres. Les articles de F. Watteau et A. Faure, anthropologues, illustrent deux cas opposés : celui d’une reconstruction à l’identique d’un village portugais à proximité du barrage récent d’Alqueva (vallée du Guadiana, Alentejo), dont on discute toutefois l’intérêt économique, et celui plus ancien des barrages de la vallée de Dordogne, à finalité hydroélectrique, où le traumatisme des populations locales a été profond. À travers le cas des barrages alpins, A. Dalmasso, historienne, illustre aussi de la meilleure façon le dialogue impossible ou difficile entre ingénieurs et habitants, ce rapport de force qui toutefois s’infléchit au fil du temps.

4La troisième partie (4 articles) aborde « les barrages au gré des constructions du territoire national ». Pour A. Ingold, la recherche est davantage centrée sur l’eau en tant que « bien socialement et historiquement construit », en particulier en Italie du Nord. N. Blanc et D. Chartier posent quant à eux la question du développement durable de l’Amazonie à travers le cas du complexe hydroélectrique de Belo Monte dans le bassin versant du Xingu. C’est le jeu des alliances entre différents acteurs locaux, nationaux, voire internationaux qui interrompt ou remet en selle l’aménagement. Mais quelle que soit leur position, la plupart des acteurs déploient « une pensée territoriale nouvelle », dont l’agence de bassin – sur le modèle français – pourrait être l’élément-clé du développement. Ces conflits d’acteurs sont peut-être encore plus complexes dans le cas du Danube (M. Marmorat), dans la mesure où, dans le cas des barrages Gabcikovo-Nagymaros, ils ne se confondent pas avec la seule opposition transfrontalière entre la Hongrie et la Slovaquie. Au Liban (S. Ghiotti), la politique d’aménagement par les barrages doit prendre en compte les États voisins mais aussi la représentation communautaire, entrainant de nombreux conflits d’intérêts.

5La quatrième partie, à travers cinq contributions, s’attache à « repenser le développement hydraulique ». L’article de S. Allain, sociologue (INRA), est particulièrement intéressant en ce sens qu’il rapporte directement le débat entre partisans et opposants à une réserve (celle de Charlas sur la Garonne), révélant bien les conceptions différentes de la régulation territoriale du domaine de l’eau (l’une misant sur une solution technique à l’accroissement de la demande d’eau d’irrigation, l’autre recherchant les causes plus profondes du déficit d’étiage) et finalement deux conceptions du développement ! Le cas de Charlas est repris brièvement par O. Marcant sur le thème de l’alliance entre riverains et écologistes. L’article de J. Lolive et D. Taverne révèle, de manière très fine là encore, les controverses qui entourent les efforts d’un établissement public territorial de bassin (l’Institution Adour) pour passer d’une logique de grands travaux à celle d’une  gestion intégrée. Ces efforts sont certes encore hésitants mais le changement lui est imposé, y compris par ses tutelles et ses financeurs. Le cas de la Dordogne est mis en scène dans cette partie par R. Raymond, de façon complémentaire à la présentation précédente d’A. Faure, en ce sens que l’accent est mis là sur la gestion des éclusées, sujet éminemment polémique. Un tournant a été pris depuis la fin des années 1990 : « si les impératifs de production énergétique sont toujours en faveur des gestionnaires de barrages, les aspirations à un développement durable et la sensibilité aux arguments écologiques viennent faire vaciller cet avantage ». Le cas de la Loire, présenté par S. Bonin, est dans le même esprit, s’attachant à montrer la diversité des acteurs, les jeux d’alliances du local au national et même l’international, l’émergence d’une gouvernance participative.

6Au total, la lecture de cet ouvrage est évidement recommandée à tous ceux qui s’intéressent aux problématiques des barrages, spécialistes ou non ; ces questions ayant un rapport obligé avec les thèmes majeurs et d’actualité du développement durable, des pénuries énergétique et alimentaire. Son caractère souvent passionnant est lié au regard multidisciplinaire et croisé de ces contributions au sein des sciences humaines, les chercheurs n’ignorant pas par ailleurs le poids des facteurs naturels ou techniques, en particulier hydrologiques. Pour certaines des études de cas, les contributeurs ont par ailleurs participé de très près aux débats publics. Pas de parti pris pour autant, beaucoup de prudence aussi. On souscrit ainsi tout à fait à ce qu’écrit M. Marmorat : « L’environnement est une construction sociale. Celle-ci impose une prudence théorique et méthodologique initiale dans la construction des objets de recherche que sont les controverses liées aux barrages ». Le cas de la Loire, qui est devenue emblématique, incite à l’optimisme du fait de l’adoption de nouveaux principes d’aménagement. Comme l’écrit joliment S. Bonin, « un collectif d’associations a pu pénétrer dans le cercle des acteurs considérés comme habilités à gérer ce dossier, les (habituels) propriétaires des problèmes publics ».

7L’ouvrage, faisant la place davantage aux études de cas qu’à une approche générale, souligne peu le fait que la situation en termes d’équipements hydroélectriques se présente aujourd’hui bien différemment entre les pays riches et les autres, même si les tensions sur le marché de l’énergie caractérisent l’ensemble de la planète. Le potentiel de sites restant à équiper pour une énergie hydroélectrique considérée comme renouvelable est bien plus grand dans les pays de la ceinture tropicale. Dans ce contexte, il est fort probable que -– après un ralentissement des constructions de barrages au tournant des années 2000 suite à la publication des recommandations de la Commission internationale des barrages (WCD) – ce rythme se redresse prochainement en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie. Il n’est pas certain que dans le contexte socio-politique et économique actuel de ces pays, les habitants aient l’opportunité de faire l’apprentissage d’une démocratie participative en vue d’un développement territorial plus harmonieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mietton, « Nathalie Blanc et Sophie Bonin (dir.), Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement », Géocarrefour, Vol. 83/3 | 2008, 224.

Référence électronique

Michel Mietton, « Nathalie Blanc et Sophie Bonin (dir.), Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/3 | 2008, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/4363

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page