Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Barthe-Demoizy Francine (dir.), Le pique-nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire

Jean-Michel Dewailly
p. 14
Référence(s) :

Barthe-Demoizy Francine (sous la direction de), 2008, Le pique-nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire, Paris, Editions Bréal, collection D’autre part, 256 p., ISBN 978 27495 07811.

Texte intégral

1Petit livre réjouissant que celui-ci. Réalisé par une équipe très pluridisciplinaire sur un thème qui semble d’une trivialité certaine, il nous en révèle pourtant maints aspects qui ne nous ont sans doute pas effleurés quand nous avons pique-niqué…

2La première section de l’ouvrage, divisée en 3 parties, présente d’abord en deux chapitres les principaux aspects historiques de l’avènement du pique-nique. D’abord repas improvisé hors de chez soi à frais communs, ce n’est qu’à partir du XVIIIè siècle qu’il affirme un caractère champêtre de « déjeuner sur l’herbe », pas exclusif d’autres formes. Les trois chapitres (dont deux concernent l’Iran) de la deuxième partie en montrent une importance surprenante au Moyen-Orient musulman, où il s’agit d’une pratique plus ancienne qu’on ne le croit, fort prisée, et d’autant plus que, souvent, c’est un « vecteur de changement social », occasion tolérée de comportements et pratiques habituellement réprouvés par les autorités : musique, mixité… Les quatre derniers chapitres exposent des exemples de façons de pique-niquer qui expriment des communautés plus ou moins territorialisées, rue, quartier, village, famille, association… (France, Angleterre, Istrie, Istanbul/Berlin). La seconde section du livre rassemble les contributions d’une quinzaine d’auteurs, qui, très brièvement, relatent chacun une expérience de pique-nique à travers le monde avec des commensaux variés, des Inuits aux Malgaches et des Japonais aux Kurdes.  

3La richesse de cet ouvrage, agrémenté de nombreuses photos, tient sans doute aux multiples perspectives qu’ouvre une interdisciplinarité affirmée. Elle révèle la multitude d’enjeux portés par cette pratique populaire et universelle, sur des territoires d’échelles fort différentes, de l’aire culturelle (Europe occidentale, Moyen-Orient) au groupe familial dans son jardin. Certes, c’est la notion de convivialité, de plaisir, de réunion amicale et détendue qui justifie d’abord la tenue du pique-nique : bain de nature, sociabilité nouvelle, distraction et divertissement, liberté, sinon parfois licence. Mais c’est souvent au service d’une « cause » plus ou moins clairement exprimée : affirmation d’une identité culturelle ou d’un « territoire », d’une revendication ou d’une contestation, animation locale, visée « politique » plus ou moins affichée, appartenance à une communauté, commémoration, rite funéraire… Dans ces circonstances, on est étonné de l’inventivité que déploient les participants au pique-nique pour mener à bien leur entreprise. Le pique-nique se révèle un surprenant mode de territorialisation d’espaces publics et privés où, fondée sur un plaisir à partager en commun, l’innovation se donne libre cours dans des détails apparemment minuscules, mais dont la répétition et la multiplication peuvent finir par changer profondément une cellule socio-spatiale. Et tout cela sans faire abstraction de considérations gastronomiques ! Bref, sous ses dehors bon enfant, cette pratique universelle est sans doute moins anodine qu’il n’y paraît (qu’on songe aux réalités que recouvrent les innombrables pique-niques d’enseignants et d’étudiants sur les campus…).

4Ce petit ouvrage a, à nos yeux, un autre mérite. Certes, on ne prétendra pas que le pique-nique est une pratique spécifiquement touristique, mais au moins est-il souvent un élément non négligeable de bien des temps de voyage et de loisirs, permettant de se récréer et de se recréer. À l’heure où certains prônent une disparition de la géographie du tourisme et des loisirs et l’étude de ces pratiques dans un vaste ensemble de sciences sociales plus ou moins différenciées, ce livre témoigne d’une densité d’information et de réflexion incontestablement liée à la variété des disciplines contributives : géographie, histoire, histoire de l’art, anthropologie, ethnologie, architecture, économie, linguistique. Et c’est bien la géographie qui y introduit le plus pertinemment les questions d’échelles et de territoires. Si elle n’en a peut-être pas le monopole, au moins n’est-elle pas la plus mal placée, loin de là. Utile confirmation.

5Texte reçu le 10 août 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « Barthe-Demoizy Francine (dir.), Le pique-nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 14.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Barthe-Demoizy Francine (dir.), Le pique-nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/4352

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page