Navigation – Plan du site

L’implication des pouvoirs publics locaux dans la production d’immobilier d’entreprise : le cas des centres d’appels dans deux agglomérations de taille moyenne, Orléans et Tours

The role of public policies in the production of office real estate: the example of call centers in two medium-sized cities, Orleans and Tours
Christophe Demazière
p. 363-373

Résumés

Cet article analyse, dans les agglomérations françaises de taille moyenne (inférieure à 400 000 habitants environ), les interventions des collectivités locales pour favoriser le développement de centres d’appels. Parmi les outils employés, la production d’immobilier de bureaux "en blanc", constitue un pari presque obligé pour les collectivités locales. L’étude d’Orléans et de Tours montre, au delà des potentialités diverses de ces agglomérations, l’importance d’une convergence de vues et d’une coordination des actions entre communes, structures intercommunales, chambres consulaires, ou Conseil Général.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des dernières décennies, l’avènement d’une économie et d’une société massivement tertiaires ont fait émerger des schémas spécifiques de localisation des espaces d’activité, concrétisés par une forte production d’immeubles de bureaux et de centres tertiaires (Daniels, 1975 ; Daniels et al, 1993 ; Plan Urbain-CGP-DATAR, 1993 ; Malézieux, 1993). Ainsi, dans les villes "globales", les besoins de coordination des activités des plus grandes firmes et l’essor des marchés financiers ont engendré la densification des zones tertiaires dans les quartiers centraux et des extensions en périphérie (Sassen, 1991). En France, le fort développement du marché de l’immobilier de bureaux dans l’aire urbaine parisienne peut être relié aux tendances à l’internationalisation, à l’innovation et à l’externalisation de certaines activités (Malézieux, 1999). L’essor des services aux entreprises - ces prestations effectuées par des firmes pour le compte d’autres firmes - constitue une tendance de fonds. Entre 1979 et 1999, le montant total d’emplois représenté par les services aux entreprises est passé en France de 1,6 à 2,8 millions équivalents temps plein, soit une augmentation de près de 75%, contre une hausse de 30% pour l’ensemble des activités tertiaires, et d’un peu plus de 2% seulement pour l’ensemble de l’économie française (INSEE, 2001). Les services aux entreprises représentent donc un enjeu émergent pour les agglomérations, qu’il s’agisse de développement territorial (création d’emploi, modernisation et compétitivité du tissu industriel local…), des finances des collectivités locales, ou encore de l’image de modernité à laquelle aspirent bien des territoires. Dans ce contexte, nous nous intéresserons aux actions des pouvoirs publics locaux (communes, établissements de coopération intercommunale, chambres consulaires, Conseils généraux…) pour favoriser l’essor local d’activités tertiaires. L’intervention publique dans la production d’immobilier de bureaux est croissante, mais est-elle toujours adaptée ?

2Il est important de noter que les services aux entreprises comprennent pour partie seulement des activités qualifiées et rémunératrices (conseil financier, expertise comptable, marketing, conseil en technologie d’information…). L’importance de celles-ci dans les processus de développement urbain a été très largement mise en exergue dans les travaux sur la métropolisation (Bonamy et May, 1994 ; Lacour et Puissant, 1999). Mais la catégorie des services aux entreprises renvoie également à des services plus banaux, tels la maintenance, l’entreposage, le nettoyage, la sécurité et le gardiennage… Tandis que les premières activités sont très fortement concentrées au plan spatial, dans l’aire urbaine parisienne et secondairement dans quelques grandes villes de province, les secondes sont présentes dans la plupart des agglomérations, contribuant souvent à la croissance de l’emploi.

3Au plan de la localisation, les services aux entreprises apparaissent comme des activités très fortement concentrées dans l’espace. L’écart Paris-province est considérable quel que soit l’indicateur retenu : emploi, nombre d’établissements, nombre de sièges sociaux... (tabl. 1). La forte concentration parisienne des services aux entreprises pose la question de la place éventuelle des agglomérations de province. Si l'on peut voir émerger quelques centres secondaires de services aux entreprises tels que Lyon et Toulouse, ils restent peu nombreux et modestes à l’échelle européenne (Jouvaud, 1997 ; Rozenblat et Cicille, 2003). Pour leur part, les agglomérations de taille moyenne1 se caractérisent par une part faible de services de haut niveau et un noyau de services courants comme la comptabilité, l'expertise comptable, la location de main-d'œuvre, le nettoyage, le gardiennage, les conseils juridiques et fiscaux… Mais pour les élus des agglomérations de province, la présence locale de services aux entreprises constitue probablement un élément essentiel pour le passage vers un statut de "métropole" (qui repose pour une partie sur une assise économique). Or, en l’absence de toute intervention publique, l'écart entre les villes bien dotées de services aux entreprises et celles qui en sont dépourvues risquerait de s'accroître. Pour qu'un rattrapage puisse s'amorcer, une agglomération moyenne doit donc faire preuve de volontarisme. Nous verrons que, parmi les outils publics mis en place pour faciliter l’implantation d’entreprises en croissance, l’immobilier d’entreprise apparaît de plus en plus pratiqué. Cette tendance est particulièrement nette s’agissant d’activités économiques jugées prometteuses, supposées positionner les agglomérations de province dans la division spatiale du travail de "l’après-fordisme" (Demazière, 2003). Tandis que les entreprises nouvelles, particulièrement mobiles, mettent en concurrence les territoires pour leur implantation,  les collectivités locales sont tentées de saisir quoi qu’il en coûte l’opportunité  du développement ou de l’implantation de nouveaux secteurs et/ou de nouveaux entrepreneurs. Pour illustrer cette tendance, nous prendrons l’exemple des centres d’appels, qui ont connu un développement fulgurant dans les agglomérations françaises au cours des dernières années, avec un accompagnement fort de la part des collectivités locales, notamment par la production d’immobilier dédié.

4Analyser les interactions entre entreprises et pouvoirs publics locaux n’est pas simple car, dans le contexte français, tous les rangs de collectivités locales (communes, départements et régions) revendiquent de pouvoir intervenir dans le domaine économique. Aux actions communales, départementales ou régionales se surajoutent désormais les interventions des structures intercommunales. Les espaces de légitimité - les circonscriptions électorales - étant juxtaposés ou emboîtés, la coordination des acteurs publics locaux intervenant dans une même agglomération est à examiner. Il convient de rendre compte, sans les exagérer, des rivalités entre acteurs publics agissant en faveur du développement d’un même espace local, recouvrant en fait différents territoires politiques.

5Notre démarche consiste en l’analyse d’opérations d’aménagement sur certaines agglomérations, pour y détailler la part qu’y occupent les acteurs publics locaux, leur implication financière et leurs motivations. Il s’agit d’aller au-delà de la recension d’ambitions affichées pour un territoire ou de l’analyse d’actions de marketing territorial, pour débusquer les non-dits de l’action publique locale.  Nous procéderons ici en deux temps. Tout d’abord, il conviendra de relativiser la connotation positive entourant les activités de services aux entreprises, qui par leur croissance, appelleraient sans délai la production d’immeubles de bureaux (section 1). La très forte polarisation exercée par l’aire urbaine parisienne pose la question du développement possible des activités de services en province (en particulier dans les agglomérations de taille moyenne), et donc de l’ampleur du besoin en matière de locaux d’activités. Dans ce contexte, il s’agira de relier la production publique d’immobilier de bureaux aux outils et formes de l’interventionnisme économique local pratiqué en France. Utilisé pour susciter l’implantation d’établissements tertiaires, l’immobilier de bureaux est-il l’occasion d’un effacement ou d’un renforcement de la concurrence entre acteurs publics ?

6Par la suite, il s’agira d’examiner à quelles conditions des agglomérations de taille moyenne - entendues ici comme comptant moins de 400 000 habitants - peuvent espérer bénéficier de la croissance globale d’activités tertiaires via leur participation à des programmes d’immobilier de bureaux (section 2). L’étude des agglomérations de Tours et Orléans permettra de dégager à la fois l’intérêt et les limites de l’action publique locale2.

L’immobilier d’entreprise au sein de l’interventionnisme économique local

7Deux décennies après la promulgation des premières lois de décentralisation, de nombreuses collectivités territoriales se préoccupent d’accueillir des entreprises ou de les accompagner dans leur recherche de compétitivité. Il nous semble donc important, dans cette section, de détailler les formes que recouvre l’interventionnisme économique local et la place qu’y occupe l’immobilier d’entreprise. Cependant, il convient également de rappeler que, dès les années 1960, sous l’impulsion de l’Etat, la modernisation et la tertiairisation de l’économie de certaines agglomérations de province étaient l’objectif ultime d’opérations (ou de projets) d’aménagement de grande ampleur. Ainsi, le programme des "métropoles d'équilibre" s’est traduit par la création, dans un certain nombre d’aires métropolitaines, d’un organisme d’études d’aménagement (OREAM) chargé d’établir le schéma d’aménagement de la future métropole (Rochefort, 1993). A Lyon, Bordeaux, Nantes ou Lille, les études menées appuyèrent l’idée de la mise en place sur financements publics d’un "centre directionnel", rassemblant des services de haut niveau. En dehors de Lyon Part-Dieu, la réalisation de ces projets articulant création de nouveaux quartiers et construction d’immeubles de bureaux fût la plupart du temps un échec, imputable pour partie aux caractéristiques des sites retenus, à la concurrence locale d’autres opérations et surtout au contexte économique peu favorable aux implantations d’entreprises dans les cœurs de ville, dans les années 1970 (Bonamy et May, 1994 ; Devisme, 2002).

Tableau 1: Chiffres-clés des services aux entreprises dans les sept premières aires urbaines françaises

Aires urbaines

Paris

Lyon

Marseille-Aix

Lille

Bordeaux

Toulouse

Nantes

Part de l'aire urbaine dans l’emploi

 total du secteur en France

35.7

4.1

2.8

2.4

1.9

2.1

1.5

Nombre de sièges sociaux

130 808

11 941

10 072

5 512

6 086

6 488

3 998

Nombre d'établissements

145 921

14 282

11 559

6 782

7 255

7 745

4 859

Degré de dépendance (%)*

3.9

40.5

40.2

37.4

50.4

53.4

45.1

Nombre d'entreprises de plus de 100 salariés

1 088

83

69

27

19

32

28

Nombre total d’emplois salariés  

des services aux entreprises

893 237

103 566

70 150

61 071

46 704

52 695

37 456

8Source : L'emploi dans les services marchands, n°24, INSEE, 1999. *Part des salariés travaillant dans des entreprises dont le siège est localisé hors de cette aire

9Cet échec a souvent marqué les élus locaux, mais, dans les vingt dernières années, la décentralisation et la poursuite de la croissance tertiaire ont permis ça et là l’émergence de politiques locales ayant pour objectif la croissance locale d’activités de services et, plus largement, une entrée en "métropolisation". Dans sa réflexion sur l’accession de certains ensembles urbains au statut de métropole dans le monde, Ch. Gachelin (1992) montre que certaines actions publiques locales déclenchent des effets de seuil qualitatif ou quantitatif. Il cite notamment les investissements dans l'immobilier d'entreprise, le développement d’infrastructures de transport à grande vitesse, l’organisation de congrès ou de manifestations culturelles. Il indique également qu’au-delà de l’implication financière des pouvoirs publics locaux, la mise en place de ces actions requiert une mobilisation forte d’acteurs privés, notamment les banques et les promoteurs immobiliers. Chercher à assumer un statut de métropole suppose à la fois l’innovation en matière de projets d’urbanisme et le développement de la capacité politique locale à négocier. Sur le premier plan, il s’agit d’attirer l’attention des investisseurs par un urbanisme de communication. D'anciens bâtiments industriels sont rénovés, réaffectés et mis en scène dans l'espace urbain ; de nouveaux immeubles sont construits en faisant appel, si possible, à des architectes renommés, en tout cas audacieux. Par ailleurs, les autorités publiques locales ont avantage à multiplier les contacts, formels ou informels, avec le secteur privé. De même, le réalisme conduit à ce que les élus de la ville-centre cherchent à construire un consensus avec les autres acteurs publics (élus des communes de l’agglomération, autres collectivités locales chambres consulaires…). La convergence d’acteurs et la conduite de projets d’urbanisme impliquant de nombreuses organisations publiques et privées sont facilitées par l’apparition d'un pouvoir d’agglomération formel ou informel (Jouve et Lefèvre, 1999 ; Matejko, 2000).

10Ces évolutions caractérisent de grandes agglomérations françaises comme Lille, Nantes ou Bordeaux, et des villes européennes comme Barcelone ou Manchester (Jouve et Lefèvre, 1999). Mais qu’en est-il à un niveau moindre de la hiérarchie urbaine, dans les agglomérations de taille moyenne, où la croissance spontanée des activités de services aux entreprises est modérée ? Si les enjeux économiques ne sont pas les mêmes, et si la densité d’acteurs publics et privés est moindre, des initiatives publiques sont cependant lancées, qui mettent l’immobilier de bureaux et d’autres éléments au cœur des stratégies de développement. Avant d’en venir à une étude des cas d’Orléans et Tours, une analyse générale de l’interventionnisme économique des collectivités locales en France montre une prise en compte croissante des questions d’immobilier d’entreprise, notamment par rapport aux secteurs jugés prometteurs.

11Depuis les années 1970, les collectivités locales françaises sont devenues actives dans le domaine économique, et ce pour deux raisons essentielles. D’une part, toute activité économique génère des ressources fiscales pour la collectivité, permettant à celle-ci d’entreprendre des actions publiques dans des domaines qui concernent directement la population locale : habitat, culture, loisirs, aide sociale.... D’autre part, l’implantation ou la création d’entreprise est célébrée comme permettant d’élargir les possibilités d’emploi des habitants, de dynamiser l’image du territoire et de poser ainsi les bases du développement futur (Demazière, 2003). Au total, les aides des collectivités locales aux entreprises ont plus que triplé, entre 1984 et 2000, passant de 0,6 à 2,2 milliards d’euros. S’agissant des communes, leur contribution a été multipliée par dix. Sans remettre en cause l’opportunité de cet activisme, on peut cependant s’interroger sur les outils employés et la coordination des acteurs publics.

12Autorisées par la loi du 25 mars 1982, les aides au développement économique constituent l’essentiel de l’action économique locale. Elles se partagent entre des aides directes (primes à la création d’entreprise, à la création d’emploi, avances de fonds…), qui entraînent un flux financier de la collectivité locale vers l’entreprise, et des aides indirectes, qui portent plutôt sur l’amélioration de l’environnement des acteurs privés. L’importance relative des aides directes dans le total des aides aux entreprises a nettement reculé, depuis quinze ans, au profit des aides indirectes. Certains auteurs ont évoqué un passage d’actions d’urgence, centrées sur l’entreprise elle-même, à des stratégies dont l’horizon temporel est plus long et qui portent plus sur l’environnement des firmes (Gerbaux et Muller, 1992). Face à cette image d’actions réfléchies et stratégiques en direction des entreprises, on peut tout aussi bien mettre l’accent sur le souhait des collectivités locales d’éviter le cadre réglementaire strict des aides directes. Du reste, l’examen des aides indirectes accordées par les communes infirme l’idée de politiques locales cherchant à concilier les besoins à court terme des entreprises et le développement à long terme du territoire. D’une façon générale, les aides indirectes s’attachent peu aux aspects immatériels du développement des entreprises – conseil, formation, innovation technologique –, tandis que l’aménagement de zones d’activités et l’immobilier d’entreprise constituent les deux outils les plus employés. Dans une certaine mesure, cette orientation paraît problématique, en particulier par ses effets limités sur le développement des territoires et la création d’emploi.

13Si l’engagement des collectivités locales dans l’immobilier d’entreprise reste à préciser, on  dispose par contre de nombreuses données sur la production de zones d’activités. Selon différentes estimations, entre 350 000 et 600 000 hectares de zones d’activités sont aujourd’hui disponibles en France. Cette situation se décline au niveau régional, départemental ou d’agglomération. Par exemple, la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes a estimé à plus de 6 000 hectares les surfaces disponibles dans la région, soit une immobilisation d’un milliard d’euros et, en retenant un taux d’intérêt moyen de 10%, une charge financière annuelle de 100 millions d’euros (Madiès, 2000). Pour sa part, l’agglomération de Tours, qui compte déjà 320 hectares disponibles, dont 90 équipés, a vu différents projets d’ampleur fleurir, au cours des dernières années. Présentés comme nécessaires pour répondre à la demande des entreprises ou comme exemplaires sur le plan du respect de l’environnement, ces projets sont portés par des communes en concurrence, qui s’allient parfois à d’autres acteurs, comme la chambre de commerce et d’industrie ou le Conseil Général. On pourrait encore citer le Conseil Général des Bouches-du-Rhône, qui a entrepris la réalisation d’un "technopôle environnemental" de 240 hectares, autour de la nouvelle gare TGV établie à mi-chemin entre Aix-en-Provence et Marseille, sur le plateau de l’Arbois. Cette réalisation se heurte à la concurrence toute proche du Parc technologique de la Duranne, porté par la ville d’Aix-en-Provence et à celle d’autres sites (Blay, 2000)3. D’ailleurs, les promoteurs privés, qui connaissent particulièrement bien le marché et la demande réelle en Provence, ne manifestent pas le moindre désir d’investir sur le plateau de l’Arbois.

14La surabondance de l’offre foncière exprime une concurrence entre acteurs publics, des luttes entre institutions disposant d’espaces de légitimité proches (EPCI d’agglomération versus communauté de communes périurbaine) ou sécants (agglomération versus département, département versus région…). Mais il faut aussi noter que, de plus en plus, les collectivités territoriales sont mises en concurrence par les entreprises, qui exigent que la puissance publique locale finance la réalisation rapide d’équipements nécessaires à leur implantation. Longtemps circonscrite à la voirie et à la parcelle, cette demande s’étend de plus en plus au bâtiment qu’occupera l’établissement. En effet, les entreprises cherchent aujourd’hui massivement à être locataires de leur installation et non plus propriétaires. Là où les acteurs privés de l’immobilier d’entreprise sont peu présents, c’est-à-dire en dehors de la région parisienne et des grandes opérations d’urbanisme, l’immobilier d’entreprise s’apparente à des dépenses irrécupérables que doivent consentir les collectivités locales4.

15La croissance des activités tertiaires, qui sous-tend la production de nouveaux espaces de bureaux, est toujours pour partie anticipée par les producteurs d’immobilier, que ceux-ci soient privés ou publics (Malézieux, 1993). Cette notion d’anticipation indique qu’offre et demande de bureaux ne sont pas nécessairement en phase, que des excédents ou des pénuries d’offre immobilière peuvent se manifester, y compris de façon durable. Du côté de la demande, les activités de services aux entreprises se caractérisent par une concentration spatiale forte à l'échelle interurbaine, mais également à l'échelle intra-urbaine (Léo et Philippe, 1998). Tout ceci induit une sélectivité spatiale de la demande d’immobilier de bureaux et explique parfois le succès mitigé de certaines opérations ayant mal intégré les questions d’accessibilité ou surestimé la demande réelle. Du côté de l’offre, il n’échappe pas aux pouvoirs publics locaux, qu’il s’agisse de collectivités locales ou d’organismes en contact avec le monde économique (comme les chambres consulaires ou certains comités d’expansion), que la présence de services aux entreprises dans une agglomération ou une région constitue un facteur important d’innovation, d'investissement, et de création d'emplois. L’immobilier de bureaux constituant un élément clé de l’implantation d’entreprises, l’action de la collectivité locale peut aller jusqu’à une intervention directe dans la production d’une offre "en blanc". Mais quelles activités et quels types d’entreprises cibler ? De nombreuses agglomérations moyennes n’ont plus de place évidente dans la division spatiale du travail de "l’après-fordisme" (Laborie, 1993 ; Benko et Lipietz, 2000). Dans le contexte d’une forte concurrence des territoires pour capter la ressource "entreprises", une collectivité locale peut être conduite à saisir coûte que coûte l’opportunité que constitue l’apparition de nouveaux secteurs et/ou de nouveaux entrepreneurs.

16On peut ainsi expliquer la "fièvre des technopoles" qui a saisi de nombreuses collectivités locales françaises dans les années 1980 (De Certaines, 1988)5. Parfois en lien avec des politiques publiques nationales (de recherche ou d’aménagement du territoire), les pouvoirs publics locaux se sont lancés dans l’aménagement d’espaces à la périphérie des agglomérations, et dans la construction de locaux permettant d’organiser la proximité spatiale d’entreprises de "haute technologie" et d’institutions d’enseignement et de recherche. Il semble que l’enthousiasme des débuts n’ait pas toujours induit les retombées escomptées, notamment en terme d’industrialisation nouvelle génératrice d’emplois. Le bilan des actions publiques locales apparaît mitigé, l’un des constats principaux étant qu’une technopole ne se décrète pas (Demazière et Ménage, 2003). La réussite d’un projet technopolitain dépendrait plus de la capacité du milieu, de ses potentialités et de sa réceptivité que des aménagements d’espaces.

17Dans la même veine, mais de façon beaucoup plus récente, on peut noter un certain intérêt des décideurs publics de province pour l’implantation de centres d’appels (appelés également centres de contact). Couplant téléphonie et informatique, les centres d’appels permettent aux entreprises industrielles et tertiaires de renforcer la relation au client, en effectuant des opérations de sondage, démarchage, vente, dépannage à distance… Apparus aux États-Unis dès les années 1960, ils se sont implantés en Europe deux décennies plus tard, à la faveur de la déréglementation des télécommunications et du développement d’internet. La France a connu un développement plus récent, mais très marqué : le nombre de centres d’appels est passé de 1 800 à 3 000 entre 1998 et 2000, les effectifs passant dans le même temps de 60 000 à 130 000 personnes environ (Desvé et Laurençon, 2001). Avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 750 millions d’euros, la France constituait le troisième marché européen en 2000, en forte progression.

18Si l’implantation des centres d’appels a commencé à Paris et dans de grandes villes de province (comme Lyon et Lille), le fort turnover (jusqu’à 60% dans des centres franciliens) et le manque de disponibilités de locaux ont conduit les chefs d’entreprises à envisager des implantations dans des agglomérations situées à 1h/1h30 de Paris : Amiens, Rouen, Troyes, Orléans, Angers, Tours, Poitiers, ou Le Mans. Percevant l’intérêt de ces activités pour le développement de l’emploi, certaines collectivités locales ont répondu à la demande d’entreprises susceptibles de s’implanter, par la production d’une offre immobilière adaptée6. Pour les entreprises de centres d’appels (dont certaines sont  des filiales de firmes multinationales), il s’agit en fait de limiter l’investissement que nécessite l’ouverture d’une unité à l’achat d’équipements (ordinateurs, logiciels, enregistreurs, serveurs multimédias, bases de données…). L’économiste J.-C. Delaunay estime que le coût des équipements liés à un poste de travail peut varier, selon les configurations, entre 15 et 22 000 euros (Lechat et Delaunay, 2003). Ceci représente environ deux fois plus que l’investissement moyen par actif au sein du secteur marchand de l’économie française. On comprend pourquoi ces entreprises souhaitent répercuter au maximum vers la puissance publique les autres coûts induits par une implantation : coûts de construction, de rénovation ou de câblage de locaux, coûts de recrutement de la main d’œuvre, coût de la formation des opérateurs… Les acteurs publics intervenant dans les agglomérations moyennes (communes ou structures intercommunales, chambres de commerce, Conseil général) sont particulièrement interpelés sur la question immobilière, tandis que le service public de l’emploi est amené à contribuer à la sélection de la main-d’œuvre. Pour leur part, les conseils régionaux sont sollicités pour financer des formations de téléopérateurs ou de superviseurs.

19Face à la fragmentation des interventions publiques d’aménagement, la demande nouvelle qu’expriment les centres d’appels peut-elle provoquer une réflexion, voire une coopération, de la part des collectivités ? Autrement dit, comment les pouvoirs publics locaux s’organisent-ils pour répondre à la demande de locaux récents et bien situés qui accompagne souvent les démarches d’implantation ? L’analyse des situations orléanaise et tourangelle peut aider à répondre à ces questions, tout en réaffirmant la dimension politique de l’action publique locale.

Jeux d’acteurs publics dans la production d’immobilier d’entreprise : les cas d’Orléans et Tours

20Dans cette section, il ne s’agit pas de décrire les "meilleures pratiques" parmi les stratégies d’accueil mises en place par les collectivités locales vis-à-vis des centres d’appels. Une telle approche conduirait certainement à évoquer des agglomérations comme Pau, Amiens ou Bordeaux, où des dispositifs très avantageux pour les centres d’appels ont été pratiqués ces dernières années (Lavocat, 2000 ; Lechat et Delaunay, 2003)7.  Notre objectif  est plutôt de caractériser les systèmes locaux d’action publique, et en particulier d’examiner les changements induits ou non par les demandes pressantes des centres d’appels en termes de locaux. De ce point de vue, il nous semble important de s’intéresser à des agglomérations de taille et de fonctions comparables. A l’issue d’une recherche sur diverses agglomérations françaises de taille moyenne (Demazière, 2002), notre choix s’est porté sur Orléans et Tours.

21En compagnie de Nantes, Angers, Rennes, ou Poitiers - pour citer quelques autres villes du grand Ouest -, Orléans et Tours font partie des cinquante aires urbaines ayant le plus contribué à la croissance démographique française depuis dix à quinze ans. Sensiblement équivalentes par leur poids démographique (environ 300 000 habitants), appartenant au même espace régional, distantes de 100 kilomètres seulement, ces deux agglomérations sont périodiquement présentées comme rivales ou "fausses jumelles" (Piercy, 1997)8. Après avoir présenté dans chaque agglomération les différents acteurs publics intervenant dans l’implantation d’entreprises, nous examinerons les actions publiques récentes qui concernent l’immobilier d’entreprise dédié aux centres d’appels. Quoique ayant de nombreuses caractéristiques économiques similaires, Orléans et Tours connaissent en ce domaine un positionnement contrasté des acteurs publics locaux.

22Avec plus de 266 000 habitants, l’agglomération orléanaise se classait en 1999 au vingt-et-unième rang des agglomérations françaises. Au cours des années 1990, l’unité urbaine a enregistré la cinquième plus forte croissance démographique française, avec un gain de population de près de 20 000 habitants en neuf ans, soit une croissance de 7%. La proximité de l’Île-de-France et la qualité de la desserte routière et ferroviaire jouent un rôle essentiel sur l’attractivité économique de l’agglomération.

23L’aire urbaine d’Orléans concentre de nombreuses activités économiques de rang national et international. L’industrie est puissante, avec notamment la présence de l’agro-alimentaire, de la construction mécanique et automobile, de la pharmacie et de la cosmétique. La plupart des grands établissements industriels correspondent à des implantations de firmes françaises ou étrangères ; une seule grande entreprise, Servier (qui figure parmi les premiers groupes pharmaceutiques français) est d’essence locale. En dépit des décentralisations fortement encouragées par certains acteurs publics locaux, Orléans n’exerce qu’une influence limitée sur les territoires de la région Centre, dont elle est pourtant la capitale (Grésillon, 1995).

24Depuis des siècles, Tours a également vu son destin étroitement lié aux décisions parisiennes (Lussault, 1993). La création d’une voie terrestre reliant Paris à l’Espagne au XVIIe s., la création du réseau ferré puis du réseau autoroutier, enfin de la ligne TGV, sont à chaque fois extérieures aux volontés tourangelles, tout en renforçant le lien physique à Paris.

25Située au vingtième rang national en termes de population, avec 296 000 habitants (INSEE RGP 1999), l’agglomération de Tours représente près des deux tiers de la population du département d’Indre-et-Loire. La polarisation exercée par Tours sur le département vaut également pour les activités économiques et l’emploi. La tradition marchande et touristique de la Touraine et la relative jeunesse de l’industrie conduisent à un poids considérable des activités tertiaires. Au cours des années 1990, la création d’emploi a été due presque entièrement au développement des services privés, mais l’emploi public (université, collectivités locales, centre hospitalier…) continue à jouer un rôle majeur.

26Sur les deux agglomérations, on trouve un EPCI de même type. La Communauté d’Agglomération Orléanaise (CAO) regroupe 22 communes. Elle procède de la transformation au 1er janvier 2002 de la Communauté de Communes de l’Agglomération Orléanaise (CCAO), qui elle-même découle d’un SIVOM créé en 1964. Maire d’Orléans de 1989 à 2001, président de l’Association des Maires des Grandes Villes de France dans les années 1990, ancien ministre, Jean-Pierre Sueur (PS) avait négocié la création de la CCAO et en avait pris la tête. Depuis, les élections municipales de 2001 ont porté Serge Grouard (UMP) à la mairie et Charles-Eric Lemaignen, appartenant à la même majorité politique, s’est installé à la tête de l’EPCI.

27Pour sa part, la communauté d’agglomération  de "Tour(s) plus" a à sa tête Jean Germain (PS), maire de Tours depuis 1995 et ancien président de l’Université François-Rabelais. La communauté d’agglomération a été créée ex nihilo au 1er janvier 2000. La lecture des statuts de l’EPCI et l’observation des négociations montrent que les élus se gardent d’afficher toute ambition majeure et préfèrent faire évoluer les compétences communautaires en fonction des besoins et du climat politique local. Comptant 14 communes, "Tour(s) plus" reste bien en deçà des limites de l’aire urbaine, du périmètre du Schéma Directeur approuvé au milieu des années 1990 et même de l’unité urbaine.

28Pour l’instant, les projets économiques des deux communautés d’agglomération n’ont pas encore trouvé de réelle consistance. L’augmentation importante des ressources financières liées aux incitations de la loi Chevènement, se traduit davantage par un dispositif d’actions en cascade, reflétant une forte prégnance des intérêts communaux, que par la mise au point d’un projet global comme il en existe dans d’autres agglomérations. Il est vrai que les deux EPCI doivent trouver leur place dans un système d’acteurs du développement économique déjà en place. Ainsi, à Orléans, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Loiret a la particularité d’opérer comme une société d’aménagement, achetant des terrains, les viabilisant puis les commercialisant sans aucun soutien financier de collectivités locales (qui agissent par le biais de sociétés d’économie mixte). La CCI est à l’origine de la création de quatre zones d’activités dans l’agglomération orléanaise, qui comptent 400 entreprises ou établissements et plus de 10 000 salariés. Le fort taux de remplissage peut s’expliquer par une réflexion approfondie sur la localisation, une analyse fine du marché et la dimension qualitative des aménagements (qui tendent aujourd’hui à prendre en compte les questions environnementales). Par ailleurs, la prospection est très largement l’apanage de l’Agence de Développement Economique du Loiret (ADEL), créée en 1983 sous l’impulsion du Conseil Général, qui est son principal financeur. Forte d’une quinzaine de salariés, l’ADEL prospecte en France mais aussi à l’étranger (Europe, Etats-Unis et Japon). L’ADEL développe auprès de ces entreprises un argumentaire mettant en valeur le Loiret, leur propose des sites d’implantation, aide les entreprises intéressées à présenter des dossiers de demandes de subventions auprès des organismes concernés et contribue à l’installation des salariés et des familles.

29A Tours, l’analyse du jeu d’acteurs intervenant dans le champ d’action du développement économique fait ressortir certaines difficultés d’affirmation de la communauté d’agglomération par rapport à la Chambre de Commerce et d’Industrie et à l’Agence de Développement de Touraine, qui est une émanation du Conseil Général d’Indre-et-Loire. Entre ces structures, il n’y a pas vraiment de complémentarité : chacune assume (ou prétend assurer) les trois mêmes missions que sont la prospection et l’accueil d’entreprises, le soutien aux activités économiques locales, le conseil et l’animation économique. A plusieurs reprises, la volonté d’établir un travail en "partenariat" entre les trois structures a été évoquée. Néanmoins, pour le moment, chaque structure tourangelle cherche à conserver son pré carré.

30Agglomérations moyennes du Bassin Parisien, Orléans et Tours ont bâti leur croissance des dernières décennies sur le développement exogène. Aux décentralisations industrielles des années 1960 a succédé aujourd’hui une même logique dans les services aux entreprises, ce qui permet de poser la question immobilière. Au sein de toutes les activités présentes, Orléans se distingue par la forte présence du secteur logistique et plus récemment par l’arrivée de centres d’appels9. En ce qui concerne la logistique, les collectivités locales sont sollicitées uniquement pour leur offre foncière. Des opérateurs privés se chargent de la construction des bâtiments, qui sont ensuite loués aux entreprises qui s’installent. De cette façon, la surface des entrepôts logistiques orléanais s’est accrue de 200 000 m2 entre 2000 et 2003.

31Comme ailleurs en France, les centres d’appels téléphoniques suscitent une intervention plus directe des acteurs publics dans la production d’une offre immobilière. L’agglomération orléanaise accueille actuellement 23 centres d’appels téléphoniques (tabl. 2). On trouve à la fois des centres de réception d’appels (commandes, service après-vente, dépannage...) et de télévente ou télésondage, des structures internes à de grandes entreprises et des firmes qui proposent leurs services aux entreprises, à l’échelle nationale ou régionale. La plupart des implantations sont très récentes. Entre 2000 et 2002, les effectifs salariés sont passés de 2 000 à 3 100 (+55%).

32Orléans est aujourd’hui la cinquième ville française dans le secteur des centres d’appel, pour le nombre d’emplois, derrière Lille, Lyon, Bordeaux et Nantes, qui sont des agglomérations au marché du travail plus étendu et aux disponibilités en immobilier d’entreprise beaucoup plus grandes. Comment expliquer l’intérêt que représente Orléans, comparé à d’autres agglomérations moyennes ? Une des raisons essentielles est la volonté de la Ville d’Orléans, et plus particulièrement du maire d’alors, Jean-Pierre Sueur (PS). L’intervention a été forte dans le domaine immobilier : réhabilitation de friches, construction de bâtiments en blanc et mise en place d’un dispositif incitant les promoteurs privés à augmenter les surfaces de leurs bâtiments. A ceci s’est ajoutée la mise en place par la Ville d’Orléans d’une ingénierie de services destinée aux investisseurs potentiels. En partenariat avec les autres acteurs publics locaux (Conseil régional, Conseil général, CCI, Banque de France, ANPE...), un interlocuteur unique traite, dans des délais très courts, l’ensemble des aspects immobiliers, sociaux et financiers liés à un projet d’implantation. Ces différentes fonctions sont assurées conjointement par la Ville et les autres acteurs publics locaux.

33Par ce double dispositif, la Ville d’Orléans souhaitait fournir des réponses adaptées aux investisseurs potentiels, quitte à ce que ses propres pratiques ou celles des autres acteurs publics soient amenées à évoluer. Derrière l’impulsion donnée par le maire, Jean-Pierre Sueur, apparaît également une motivation proprement politique. Il s’agit de prendre rang à côté du Conseil Général (et accessoirement de la CCI) et de favoriser une emprise du PS sur l’agglomération, éventuellement sur la Région10. Il reste que si l’initiative municipale modifie le système local d’action publique, elle en accroît aussi probablement l’efficacité. De plus, elle s’inscrit bien dans les tendances à la tertiairisation de l’économie, qui ont pu se manifester à la fin des années 1990 sous la forme d’implantations en province.

34Toutefois, l’alternance politique qui a eu lieu en 2001 à la mairie d’Orléans et à la communauté de communes (devenue depuis communauté d’agglomération) a remis en cause cette stratégie locale partagée par des acteurs aussi différents que la CCI, l’Université et l’ANPE. Charles-Eric Lemaignen, nouveau président de la communauté d’agglomération, qui a succédé à Jean-Pierre Sueur (battu aux municipales par Serge Grouard), a déclaré en janvier 2002 avoir "décidé d’être plus sélectif dans l’accueil des nouvelles entreprises" de ce type. Il se fonde sur le fait que 2,5% de la population active de l’agglomération travaille en centres d’appels, contre 0,8% en 1997. En fait, la motivation première des nouveaux élus locaux semble être de marquer une rupture avec l’action initiée (et incarnée) par celui qui reste un adversaire politique de premier plan11.

35Alors qu’auparavant la volonté de développement économique était forte, introduire publiquement l’éventualité d’une sélection des implantations induit, au-delà du cas des centres d’appel, une recomposition du jeu d’acteurs participant à l’implantation d’entreprises. La Chambre de Commerce et le Conseil général pourraient notamment être tentés de travailler en dehors de l’agglomération. Par ailleurs, alors que la production d’immobilier "en blanc" avait un sens dans le cadre de la stratégie d’attraction de centres d’appels, elle redevient aujourd’hui plus risquée dans une agglomération de taille moyenne.

36Dans le cas tourangeau, étant donné la courte histoire intercommunale, c’est également au niveau de la ville-centre que s’est longtemps élaborée une stratégie de développement économique. Il convient d’évoquer ici Jean Royer, maire de Tours de 1959 à 1995. Montrant un goût affirmé pour la planification urbaine et l’urbanisme, celui-ci a été à l’origine d’opérations visant explicitement un développement tertiaire de Tours. Ainsi, à fin des années 1980, la connexion de Tours au réseau TGV, donne l’occasion à Jean Royer de relancer son rêve ancien de centre d’affaires et d’administration. L’architecte Jean Nouvel conçoit un centre de congrès à visée internationale et 33 000 m2 de bureaux sont construits sur des emprises libérées par la SNCF. L’impact économique de cette opération supportée par la seule ville de Tours a été très limité puisqu’on a assisté à la relocalisation d’entreprises plutôt qu’à l’attraction d’entreprises extérieures. Quelques années plus tard, une partie des emplacements a été vendue à une chaîne hôtelière et à des commerces.

37Elu maire en juin 1995, Jean Germain (PS), trouva à la fois une ville en déclin démographique, plusieurs chantiers urbains inachevés et un endettement public colossal. Dans ce contexte, une attitude essentiellement pragmatique a été adoptée. Sur les rives du Cher, le technopôle mort-né a laissé place à un concept de quartier urbain : les Deux Lions. Ainsi rebaptisé, le nouvel espace mêle des activités économiques, des équipements publics, des équipements de loisirs ainsi que du logement. Les élus pensent alors que le développement économique ne se décrète pas, mais se suscite par la qualité urbaine, la mixité, la qualité paysagère. Toutefois, ils ont dû se rendre à l’évidence : le statut d’agglomération moyenne de Tours freine considérablement l’intérêt des investisseurs privés et oriente nécessairement l’action publique locale vers la production d’immeubles "en blanc". Selon la Chambre de Commerce, la Touraine aurait raté, en 2000 et 2001, l’implantation d’une dizaine d’entreprises tertiaires, faute de surfaces prêtes à les accueillir immédiatement. Aussi, sous la pression d’entreprises cherchant à implanter des centres d’appels, les pouvoirs publics tourangeaux se sont engagés dans le financement d’immobilier d’entreprise, mais de façon plus dispersée qu’à Orléans. Seules les opérations d’importance entraînent une coordination d’acteurs. Ainsi, l’implantation d’un centre d’appels de Bouygues Télécom, créant 450 emplois, a été l’occasion pour trois collectivités locales (Ville de Tours, Conseil général, Conseil régional) de financer partiellement la réalisation par la Société d’Equipement de Touraine (SET) d’un bâtiment de 10 000 mètres carrés. Le montant apporté par chacune des collectivités s’est élevé à 500 000 euros, sachant que 14 millions ont été apportés par un fonds de pension américain12. Un peu plus tard, la Ville et le Conseil général ont participé à une augmentation de capital de la SET, à hauteur de 600 000 euros chacun, le but étant de permettre à la SET de développer son rôle de promoteur d’immobilier d’entreprises. Ainsi, la SET a pu emprunter à la Caisse des Dépôts pour construire un bâtiment de 4 000 m2. Six mois plus tard, l’agence de Développement de la Touraine obtenait l’implantation de Zebank. Cette banque en ligne, filiale de du groupe Arnault et de Dexia, avait décidé de transférer à Tours ses 130 salariés. Reprise par le britannique Egg, cette activité semble aujourd’hui menacée, faute de rentabilité.

Tableau 2 : Les principaux centres d’appels téléphoniques de l’agglomération orléanaise en juin 2002.

Nom

Activité

Effectif

Téléperformance France

Service

450

BNP Paribas

Banque

300

CMC

Service

350

Techcity Solutions

Service

300

France Télécom

Télécommunications

230

Louis Harris France

Service

220

Trajectoire/Everest

Service

200

IBM

Electronique

120

Quelle

VPC

110

Business fil

Service

100

Wanadoo

Télécommunications

100

Telog/Havas Advertising

Service

90

Gras Savoye

Assurance

90

GMF

Assurance

70

Crédit Mutuel

Banque

60

Crédit Agricole

Banque

45

Esor Direct

Finance

40

Pacifica

Assurance

40

La Poste

Banque

30

Lexmark

Electronique

30

Alcatel

Electronique

10

Total

2 985

Source : Ville d’Orléans

38Avec les centres d’appels et la banque à distance, le système tourangeau d’action publique a adopté une posture d’investisseur. On est loin pourtant du réseau d’acteurs constaté sur Orléans. D’une part, il n’existe pas de "guichet unique" : la communauté d’agglomération, la CCI et l’Agence de Développement de la Touraine emploient toutes des chargés de missions et des consultants, chargés de cibler des entreprises, de les contacter et de négocier leur implantation. D’autre part, dans l’immobilier d’entreprise, les efforts sont parfois entrepris de façon séparée, c’est-à-dire concurrentielle. Ainsi, en juin 2002, la CCI de Touraine a lancé à Saint-Cyr-sur-Loire, sur la zone d’activités Equatop, la construction d’un bâtiment en blanc de 2 500 m2, destiné aux centres d’appels. Il s’agit pour la CCI de "dynamiser le marché" de l’immobilier d’entreprise, de même qu’il y a quelques années elle s’est préoccupée de zones d’activités de qualité, en créant Equatop. Mais si le bâtiment est situé sur ce parc d’activités, c’est aussi pour en accélérer la commercialisation. A quelques kilomètres, toujours au nord de la Loire, la Ville de Tours est à l’origine d’Acti Bureaux, un programme immobilier de trois bâtiments de 1 000 m2 chacun.

39Pour sa part, le Conseil général se veut le grand défenseur des espaces ruraux, fussent-ils largement périurbains, contre l’agglomération. Moyennant plusieurs centaines de milliers d’euros, il a construit à Ballan-Miré (commune qui a refusé d’intégrer la communauté d’agglomération) un bâtiment qui a aujourd’hui comme locataire le centre d’appels Odyssée (40 salariés). Grâce au même acteur, la communauté de communes de Loches a su attirer un centre d’appels créant 120 emplois sur la zone d’activités de Tauxigny, qui est à située à une vingtaine de kilomètres de Tours et bénéficie des fonds structurels européens. De même, dans le domaine des nouvelles technologies, le Conseil général appuie la réalisation à Richelieu, au sud du département, d’un "pôle technologique". Le Conseil général a financé, avec d’autres collectivités, la construction d’un bâtiment de 600 mètres carrés destiné aux start up de la "nouvelle économie" (pour un coût de 400 000 euros). Au même moment, un  incubateur régional soutenu par le Ministère de la Recherche était créé à Tours.

40Au total, la coopération entre acteurs publics tourangeaux sur l’immobilier d’entreprise semble n’intervenir que lorsqu’une sollicitation importante est faite par une entreprise. Pour ce qui concerne la production immobilière anticipant une demande, chacun utilise les outils et réseaux qu’il maîtrise. En cela, les acteur publics réaffirment leur croyance en l’efficacité d’interventions consistant avant tout à mettre en place les conditions matérielles du développement économique. L’espace de légitimité – la circonscription électorale – prévaut ici sur l’espace des flux qui caractérise le développement économique et sur l’espace choisi par des acteurs privés pour des raisons qui leur appartiennent.

Conclusion

41Au-delà des cas d’Orléans et de Tours, il nous semble important de rappeler qu’il existe une communauté d’enjeux économiques pour certains territoires urbanisés français, à savoir un développement réel mais somme toute limité, au plan qualitatif, des activités de services (Cicille et Rozenblat, 2003). Pour les agglomérations de taille moyenne, la métropolisation n’est probablement qu’un mirage. L’important est que ce mythe mobilise : on observe des positionnements divers des pouvoirs publics locaux, en fonction des volontés de modernisation du territoire et des ressources mobilisables pour favoriser le développement. Loin d’apparaître spontanément en réponse à une demande identifiée par des promoteurs et investisseurs privés, l’immobilier d’entreprise est l’objet d’un fort volontarisme public. Les collectivités locales font le pari que la mise en place d’équipements immobiliers permettra de déclencher l’implantation d’activités, mais les effets de ces politiques en termes de développement des territoires sont encore mal évalués. Par contre, les motivations politiques propres à toute action publique locale jouent pleinement dans les choix opérés ; ceci est particulièrement évident lorsque l’analyse englobe plusieurs collectivités intervenant dans une même agglomération moyenne.

42Ainsi, en dehors de l’Île-de-France et peut-être de quelques villes françaises émergeant sur la scène européenne, comme Lyon, Lille ou Nantes, la contribution financière des collectivités locales à la production d’une offre adaptée de bureaux semble aujourd’hui un passage obligé. Le ciblage de certaines catégories d’activités en forte croissance (comme ce fut le cas avec les centres d’appels…), ou aux besoins spécifiques (comme les entreprises nouvelles), est nécessaire pour permettre à l’action publique locale d’atteindre une quelconque efficacité. Cependant, la production de nouveaux espaces et de locaux adaptés n’est qu’un élément dans un ensemble beaucoup plus vaste d’efforts de promotion d’un territoire. En particulier, l’inscription des réalisations immobilières dans des projets urbains (et non dans des zones d’activités banales) peut renforcer l’attractivité des agglomérations moyennes. Or, nos entretiens avec les acteurs publics des agglomérations d’Orléans et Tours montrent que ceux-ci sont attachés à la présence générale d’activités tertiaires plus qu’à leur localisation. Au centre de la commune principale, traditionnel lieu de présence d’activités tertiaires, s’ajoutent souvent d’autres sites tertiaires concurrents, dispersés à travers l’agglomération. Ceci s’explique en partie par la sourde rivalité entre collectivités (cas de Tours) ou par l’absence de continuité dans l’effort coordonné (cas d’Orléans). La répartition spatiale des activités de services dans ces agglomérations illustre la non convergence des actions publiques d’aménagement, que ce soit au sein de ou entre les collectivités. Au-delà des questions d’attractivité d’ensemble des agglomérations moyennes, la fragmentation de la centralité constitue un défi de plus pour les structures intercommunales qui ont en charge depuis peu l’avenir de ces ensembles urbains.

Haut de page

Bibliographie

BENKO G., 1991, Géographie des technopoles, Paris, Masson, 224 p.

BENKO G., LIPIETZ A. (eds), 2000, La richesse des régions, Paris, Presses Universitaires de France, 564 p.

BLAY T., 2000, Europôle Méditerranéen de l’Arbois : étude de positionnement économique et foncier, rapport de stage de Magistère Aménagement, Centre d’Etudes Supérieures d’Aménagement, Université de Tours.

BONAMY J., MAY N. (éds), 1994, Services et mutations urbaines - questionnements et perspectives, Paris, Anthropos-Economica, 283 p.

DANIELS P., 1975, Office Location, Londres, Bell, 240 p.

DANIELS P., ILLERIS S., BONAMY J., PHILIPPE J. (eds), 1993, The Geography of Services, Londres, Frank Cass, 155 p.

DE CERTAINES J., 1988, La fièvre des technopôles, Paris, Syros.

DEMAZIERE C., 2002, Services aux entreprises, politiques locales et centralité : analyse de quelques agglomérations françaises, rapport final pour le Plan Urbanisme Construction Architecture, Tours, Université François-Rabelais, 272 p.

DEMAZIERE C., 2003, Développement territorial ? Effets spatiaux des mutations économiques, intérêt et limites des actions publiques locales, habilitation à diriger des recherches en aménagement-urbanisme, Tours, Université François-Rabelais, 266 p.+annexe.

DEMAZIERE C., MENAGE P., 2003, Les agglomérations moyennes françaises à l’heure des TIC et de la "nouvelle économie" : quelles straté-gies de développement ?, in CHARBONNEAU F. LEWIS P., MANZAGOL C. (eds), Villes moyennes et mondialisation, Montréal, Editions Trames.

DESVE C., LAURENÇON M.-F., 2001, Les centres d’appels, Paris, Observatoire de l’ANPE.

DEVISME L., 2002, Le polycentrisme et ses justifications, in ALLAIN R., BAUDELLE G. et GUY  C. (eds), Le polycentrisme : un projet pour l’Europe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 306 p.

GACHELIN Ch., 1992, Dynamiques de métropolisation, hypothèse pour la métropole lilloise, Lille, Agence de Développement et d’Urbanisme de Lille.

GERBAUX F., MULLER, P., 1992, Interventions économiques des collectivités locales, Pouvoirs, n°60.

GRESILLON M., 1995, Orléans, Paris, Anthropos, 160 p.

INSEE, 1999, Les services aux entreprises (deux tomes), Paris, INSEE.

INSEE, 2001, La France des services, Paris, INSEE.

JOUVAUD M., 1997, Localisation des services aux entreprises et croissance des agglomérations, thèse de doctorat es sciences économiques, Faculté d’Economie Appliquée, Aix-en-Provence.

JOUVE B., LEFEVRE Ch. (eds), 1999, Villes, métropoles : les nouveaux territoires du politique, Paris, Anthropos-Economica, 312 p.

LABORIE J.-P., 1993, Les villes moyennes face à la métropolisation, in BONNEVILLE M. (ed), L’avenir des villes, Lyon, Programme Pluriannuel en Sciences Humaines.

LACOUR C., PUISSANT S. (eds), 1999, La métropolisation, Paris, Anthropos-Economica, 190 p.

LAVOCAT E., 2000, Implanter un centre d’appels, opportunités pour les collectivités locales, Paris, Hexacom.

LECHAT N., DELAUNAY J.-C., 2003, Les centres d’appels : un secteur en clair obscur, Paris, L’Harmattan.

LEO P.-Y., PHILIPPE J., 1998, Tertiarisation des métropoles et centralité. Une analyse de la dynamique des grandes agglomérations en France, Revue d’Economie régionale et urbaine, n°1, p. 63-84.

LUSSAULT M., 1993, Tours, image de la ville et politique urbaine, Tours, Maison des Sciences de la Ville, 446 p.

MADIES T., 2000, Les interventions des collectivités territoriales en faveur des entreprises sont-elles efficaces ?, in MENEMENIS A. (ed), Comment améliorer la performance des territoires ? Actes des troisièmes entretiens de la Caisse des Dépôts sur le développement local, Paris, Société des acteurs publics.

MALÉZIEUX J., 1993, Immobilier d’entreprise et dynamique spatiale, in SAVY M., VELTZ P. (s/d), Les nouveaux espaces de l’entreprise, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, p. 123-133.

MALÉZIEUX J., 1999, Dynamique des nouveaux espaces d’activités en Ile-de-France, in FISCHER A., MALÉZIEUX J. (s/d), Industrie et aménagement, Paris, L’Harmattan, p. 307-320.

MATEJKO L., 2000, Quand le patronat pense le territoire. Le Comité Grand Lille et la pensée métropole, Cahiers Lillois d'Economie et de Sociologie, n°35-36 : "Les nouvelles politiques locales", p. 95-110.

PIERCY Ph., 1997, La France : le fait régional, Paris, Hachette (éd. 2000), 287 p.

PLAN URBAIN-CGP-DATAR (eds), 1993, Métro-poles en déséquilibre ?, Paris, Economica, 624 p.

ROCHEFORT M., 1993, Des métropoles d’équilibre aux métropoles d’aujourd’hui, in Plan Urbain-CGP-DATAR (eds), Métropoles en déséquilibre ?, Paris, Economica, 624 p.

ROZENBLAT C., CICILLE P., 2003, Les villes européennes. Etude comparative, Paris, La Documentation française, 96 p.

SASSEN S., 1991, The Global City, Princeton, Princeton University Press, 416 p.

Haut de page

Notes

1- Nous entendrons ici par agglomérations moyennes des ensembles urbains comptant approximativement de 100 à 400 000 habitants environ. Ces limites sont éminemment discutables, de même que la population n’est qu’un indicateur imparfait des dynamiques d’un territoire. Toutefois, il s’agit ici de s’intéresser à des espaces où la croissance tant économique que démographique n’est pas seulement spontanée mais requiert une mobilisation des pouvoirs publics locaux. Par ailleurs, ce type d’ensemble urbain est particulièrement concerné par la récente montée de l’intercommunalité de projet, sous la forme de communautés d’agglomération dont la première compétence obligatoire est le développement économique.
2- Les résultats présentés ici sont issus d’une recherche sur les politiques locales d’aménagement et de développement face aux services aux entreprises (Demazière, 2002). Ce travail a été soutenu par le Ministère de l’Equipement (Plan Urbanisme Construction Architecture) dans le cadre du programme "Services, emploi, territoires" mené conjointement avec le Ministère de l’Emploi (DARES). L’auteur remercie ces institutions pour leur support et les lecteurs de la revue, ainsi que Bruno Moriset, pour les remarques qui ont permis d’enrichir les analyses.
3- Dans les Bouches-du-Rhône, de nombreux sites sont disponibles pour l’implantation d’entreprises technologiques ou de services avancés. On peut notamment citer le technopôle marseillais de Château-Gombert (créé à l’époque par la Ville de Marseille et le Conseil Général), ou Euroméditerranée (porté par l’Etat sous la forme d’un établissement public). Ce dernier cherche notamment à attirer des structures de recherche ou de services marchands liés à la thématique de l’eau.
4- La notion de dépenses non recouvrables, ou "sunk costs" a été mise en avant par certains économistes. Elle s’applique à l’origine aux investissements nécessaires que doit faire une entreprise pour s’introduire sur un nouveau marché.
5- A la fin de la décennie 1980, G. Benko recensait pas moins de 45 technopôles en France, dont 42 étaient situées en province, dans des métropoles régionales ou même des villes moyennes (Benko, 1991).
6- Les centres d’appels réclament principalement des plateaux intégrant un précablage téléphonie et informatique, facilement adaptables et modulables en fonction de la croissance de l’activité (Lavocat, 2000). Pour un centre d’appels de taille moyenne, comptant 40 positions, il faut prévoir un plateau de 200 m2 environ.
7- Amiens et Bordeaux sont deux exemples d’un très fort accompagnement des centres d’appels dans leur démarche d’implantation, où l’immobilier joue un rôle clé. Ainsi, la communauté d’agglomération d’Amiens a pris à sa charge dès 1997 la construction de 20 000 m2 de plateau. Le loyer proposé aux centres d’appels est de 30 euros le mètre carré, ce qui est très inférieur au coût réel (80 à 100 euros) ; 2000 emplois ont été créés par ce biais. A Bordeaux, la Communauté urbaine, la Chambre de commerce et d’autres partenaires ont financé la réalisation d’immeubles-relais mis à disposition de centres d’appels pour une durée maximale de deux ans. En un an, les 3 600 m2 proposés ont été totalement occupés, permettant la création nette de 250 emplois.
8- Les objectifs de cet article laissent peu de place pour détailler l’influence considérable de l’économie francilienne sur le dynamisme d’Orléans et Tours (voir Grésillon, 1995 ; Demazière, 2003). Rappelons simplement que les deux agglomérations échangent moins entre elles qu’avec l’Ile-de-France, qu’il s’agisse de marchandises ou de migrants quotidiens. Tours comme Orléans comptent un nombre important d’établissements ayant leur siège social en Ile-de-France, tout en disposant d’un potentiel limité en matière de services de haut niveau.
9- Les logisticiens ont investi depuis dix ans les environs d’Orléans, en faisant la troisième plate-forme logistique française et un centre logistique européen. La croissance locale de ce secteur est liée à la proximité de Paris, à la disponibilité et au coût du foncier, à un bon maillage autoroutier et à une bonne desserte en infrastructures ferroviaires et, à l’origine, à une industrie relativement diversifiée et active localement
10- Le Conseil régional a basculé de droite à gauche en 1998, après une première élection d’un président soutenu par l’extrême-droite. Au contraire de l’instance régionale et de plusieurs communes de l’agglomération, le Conseil général du Loiret, à majorité de droite, se caractérise par la stabilité électorale.
11- Après son échec aux élections municipales du printemps 2001, Jean-Pierre Sueur a été élu sénateur (PS) du Loiret en octobre de la même année. De plus, il mène l’opposition au sein du conseil municipal d’Orléans.
12- Grâce à ce montage, Bouygues Télécom n’acquitte qu’un loyer de 700 F HT/m2/ an, ce qui correspond au prix moyen pour des locaux neufs sur l’agglomération, mais tient peu compte des coûts réels d’aménagement du site et de construction du bâtiment.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Demazière, « L’implication des pouvoirs publics locaux dans la production d’immobilier d’entreprise : le cas des centres d’appels dans deux agglomérations de taille moyenne, Orléans et Tours », Géocarrefour, Vol. 78/4 | 2003, 363-373.

Référence électronique

Christophe Demazière, « L’implication des pouvoirs publics locaux dans la production d’immobilier d’entreprise : le cas des centres d’appels dans deux agglomérations de taille moyenne, Orléans et Tours », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/4 | 2003, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/426 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.426

Haut de page

Auteur

Christophe Demazière

Centre d’Etudes Supérieures d’Aménagement CITERES CNRS - UMR 6173, Université de Tours, Parc Grandmont, bât C, 37200 Tours
e-mail : demaziere@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page