Navigation – Plan du site

Quel mode de gestion conservatoire pour les tourbières ? L'approche interventionniste en question

Hervé Cubizolle et Céline Sacca
p. 285-302

Résumés

Admise dans le fond, la gestion conservatoire des tourbières suscite, dans la forme, de nombreuses interrogations notamment lorsqu'il s'agit de réguler et de maîtriser les dynamiques naturelles de ces écosystèmes. De notre point de vue la recherche d’une biodiversité optimale et idéale, qui sous-tend cette démarche interventionniste, ne doit plus être envisagée à l’échelle d’un site mais à celle de l’ensemble des tourbières d’une région géographique pertinente. La décision d’engager des actions d’entretien ou de restauration devrait par ailleurs s’appuyer sur des diagnostics scientifiques et un suivi approprié de l'évolution de ces milieux. Cette approche, plus à l’écoute des écosystèmes, permettrait une utilisation plus efficace des financements consacrés à la conservation des tourbières.

Enfin on retiendra qu’un réseau de surveillance des tourbières est opérationnel pour le Massif central oriental et qu’il commence à se structurer au niveau national. Du fait de la sensibilité des tourbières aux changements climatiques et aux activités humaines il pourrait devenir un élément clef d’un dispositif de veille environnementale qui intégrerait le suivi de nombreux écosystèmes.

Haut de page

Notes de l’auteur

REMERCIEMENTS

Les auteurs tiennent à remercier leurs partenaires institutionnels pour les aides logistiques et financières qu'ils apportent aux programmes de recherche sur les tourbières du Massif central oriental. Nous exprimons ainsi notre plus vive reconnaissance aux parcs naturels régionaux du Pilat et du Livradois-Forez, à l'association pour la création du parc naturel régional des monts de la Madeleine, aux Conseils généraux de la Loire et de la Haute-Loire et au Conseil régional de Rhône-Alpes. Enfin nous exprimons toute notre gratitude aux relecteurs dont les critiques ont permis d'améliorer le texte.

Texte intégral

1L'intérêt pour la conservation des tourbières en France, motivé entre autre par la disparition de 50 % environ de leur superficie au cours du XXe s. (Francez et al., 1992), a suscité de multiples expériences relatives à leur entretien et à leur restauration. Celles-ci ont fait l'objet de nombreuses publications parmi lesquelles les synthèses de N. Dupieux (1998) et du Conservatoire des Espaces Naturels de Midi-Pyrénées (1999) occupent une place majeure.

2Ce mode de gestion interventionniste est en effet privilégié, non seulement quand il s'agit de restaurer des sites ou d'en aménager d'autres pour permettre l'accès du public, mais également pour maintenir, ou amener, à un niveau jugé optimum, la biodiversité de certaines tourbières pas ou peu affectées par les activités humaines. Il s'agit alors souvent de contrer le vieillissement naturel de la tourbière et l'appauvrissement biologique qui en résulte. Mais n'y a-t-il pas un paradoxe à vouloir préserver les tourbières de toute emprise humaine et à lancer dans le même temps des travaux visant à contrôler les dynamiques naturelles ? Ainsi, la nature est désormais gérée, mais est-elle pour autant respectée ? (Ost 2005).

3Cet article se propose de discuter les ressorts de cette démarche interventionniste et, plus largement, de réfléchir au mode de gestion en cours et à d'autres qui respecteraient davantage les dynamiques naturelles. Nous entendons ici par mode de gestion la forme que prend l'ensemble des relations entre la société et les écosystèmes, en l'occurrence les tourbières. Le mode de gestion a un objectif, le maintien de l'écosystème dans un état défini ou le retour à cet état jugé idéal. Les interventions sur le terrain, à travers les travaux effectués, sont la manifestation concrète du mode de gestion.

4La discussion s'appuiera sur des exemples pris parmi les tourbières de l'est du massif Central, bien étudiées depuis les travaux d'écologie des communautés végétales de G. Thébaud dans les années 1980 (1988) jusqu'à ceux, géographiques, de l'équipe stéphanoise du Centre de Recherche sur l'Environnement et l'Aménagement (Tourman, 1999 ; Porteret, 2001 ; Barlet, 2002 ; Sacca, 2003 ; Cubizolle et al., 2003 ; Thébaud et al., 2003, Cubizolle et al., 2004 a ; Cubizolle et al., 2004 b ; Tholozan, 2004 ; Cubizolle et Argant, 2005 ; Cubizolle, 2005 ; Argant et Cubizolle, sous presse).

5Notre analyse sera conduite en trois temps :

6- nous présenterons tout d'abord les différents cas de figure auxquels peuvent être confrontés les gestionnaires des sites. Leur décision d'intervenir et les modalités des interventions s'appuient en effet en grande partie sur des diagnostics de l'état des écosystèmes. Cette présentation se fera sous la forme d'une classification des tourbières en fonction de l'importance des modifications physionomiques et fonctionnelles induites par les activités humaines ;

7- nous examinerons ensuite les types d'intervention préconisés et mis en œuvre par les gestionnaires, leurs objectifs affichés et les types de situations qui déclenchent ces interventions ;

8- nous nous interrogerons enfin sur la pertinence, dans certains cas de figure, de ce mode de gestion interventionniste et discuterons d'une autre approche possible de la gestion conservatoire des tourbières.

Un contexte physique favorable au développement des tourbières

9Les tourbières étudiées se situent dans les moyennes montagnes granitique du massif Central oriental (fig. 1) On les trouve entre 665 m et 1570 m d'altitude, installées dans leur très grande majorité - 83% d'entre elles - dans les fonds des vallons et des petites vallées, en tête des réseaux hydrographiques (photo 1) (Cubizolle, 2005).

Photo 1 : La tourbière basse de fond de vallée de Virennes sur le versant oriental du massif du Livradois (alt. 1070 m). Le cours d'eau des Favatelles qui draine cette vallée s'écoule vers l'est, à travers la plantation d'épicéa visible au second plan à droite. A l'arrière-plan, les monts du Forez

Photo 1 : La tourbière basse de fond de vallée de Virennes sur le versant oriental du massif du Livradois (alt. 1070 m). Le cours d'eau des Favatelles qui draine cette vallée s'écoule vers l'est, à travers la plantation d'épicéa visible au second plan à droite. A l'arrière-plan, les monts du Forez

10La tourbe repose sur des colluvions à dominante sableuse, des arènes remaniées à blocs ou encore des moraines. L'imperméabilité des colluvions est due à la présence de limons et d'argiles. Pour les arènes et les moraines, elle est conférée par le tassement et la compaction sous l'effet de la ségrégation de glace qui les ont affectées au cours des périodes froides (Etlicher, 1986).

Figure 1 : Localisation du massif Central oriental granitique, des tourbières étudiées et des sites dont il est question dans cet article

Figure 1 : Localisation du massif Central oriental granitique, des tourbières étudiées et des sites dont il est question dans cet article

11La présence de tourbières est largement liée aux conditions climatiques régionales qui déterminent pour une large part les bilans hydriques nuls ou positifs indispensables à la mise en place et au développement des tourbières. Tous les sites sont dans des secteurs recevant en moyenne annuelle plus de 1 000 mm de précipitations. Ces pluies sont assez bien réparties sur l'année, notamment au-dessus de 1 000 m d'altitude où le nombre de jours avec 1 mm et plus de hauteur d'eau est supérieur à 150 (Cubizolle, ibid.). Bien que beaucoup moins nombreuses les données de températures montrent des moyennes annuelles inférieures à 10° C et pouvant s'abaisser jusqu'à 3 ou 4° C (Suchel, 1990). La moyenne du mois le plus chaud - juillet le plus souvent - s'échelonne entre 20° C à 500-600 m d'altitude et 16° C à 1 370 m dans le massif du Pilat. Pour les monts du Forez, bien que nous ne disposions pas de longues séries de données, on estime que les valeurs sont plus faibles.

12La superficie des tourbières du massif Central oriental granitique varie considérablement mais reste modeste comparativement à la plupart des tourbières de l'Europe : quelques dizaines de m2 pour les petites tourbières basses associées à des barrages d'origine anthropique (Cubizolle et al., 2004b) ; 16 ha pour la plus grande, la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine. En revanche les épaisseurs de tourbe maximale révélée par les carottages sont remarquables : jusqu'à 6,45 m dans les tourbières bombées de la Pigne et de la Sagne Bourrue dans le nord des monts du Forez. Le volume de tourbe maximum sur un site a été mesuré à la Verrerie où il est d'environ 320 000 m3.

13Les stratigraphies des tourbières bombées se composent pour les 3/4 de tourbe à Sphagnum à peine décomposée et qualifiée de fibrique (fig. 2A). Celle-ci surmonte quelques décimètres de tourbe mésique, c'est-à-dire un peu plus décomposée, associée fréquemment à une tourbe plus fibrique à linaigrette (Eriophorum vaginatum). La base de la séquence, enfin, fait apparaître une tourbe très fine, pâteuse, composée de restes végétaux impossibles à identifier, mais également de sables, de graviers et de limons, spécialement dans sa partie inférieure. Cette tourbe dite saprique, correspond aux premiers stades de l'accumulation, période pendant laquelle la tourbière n'avait pas encore acquis sa forme bombée qui la mettra à l'abri du ruissellement en provenance des versants.

14Les tourbières basses présentent quant à elles des épaisseurs de tourbe fibrique à Sphagnum beaucoup moins importantes alors que les tourbes fibriques ou mésiques à Carex et Juncus sont plus développées (fig. 2B). Les faciès minéraux, sablo-graveleux ou sablo-limoneux, peuvent être présents à tous les niveaux de la stratigraphie du fait d'apports possibles en provenance des versants liés de l'érosion naturelle ou anthropique.

15Sur les tourbières basses, minérotrophes, dominent généralement Juncus acutiflorus (photo 2), Carex rostrata, Carex curta, Carex nigra, Molinia caerulea, Sphagnum palustre (photo 3), Sphagnum angustifolium et Sphagnum teres. Les pH varient autour de 5,5 sans jamais dépasser 6,5. Les tourbières bombées, ombrotophes, au pH plus faible puisque compris entre 2,8 et 5, se caractérisent par une micro-topographie caractéristique en buttes et creux (schlenken) (photo 4) ponctuée parfois de gouilles presque toujours en eau (photo 5). Ces tourbières accueillent de nombreuses espèces de Sphagnum parmi lesquelles S. magellanicum, S. fuscum, S. capillifolium ainsi que Vaccinium oxyccoccos (photo 6), Vacccinium microcarpum, Eriophorum vaginatum, Empetrum nigrum, Andromeda polifolia.

Photo 2 : La tourbière basse de la Prenarde dans les monts du Forez (alt. 1025 m). Sa surface est occupée principalement par des joncs de type Juncus acutiflorus

Photo 2 : La tourbière basse de la Prenarde dans les monts du Forez (alt. 1025 m). Sa surface est occupée principalement par des joncs de type Juncus acutiflorus

Photo 3 : Sphagnum palustre dans la partie boisée à bouleaux (Betula alba alba ) de la tourbière basse de la Prenarde dans les monts du Forez (alt. 1025 m)

Photo 3 : Sphagnum palustre dans la partie boisée à bouleaux (Betula alba alba ) de la tourbière basse de la Prenarde dans les monts du Forez (alt. 1025 m)

Photo 4 : La topographie à buttes et schlenken de la tourbière bombée de la Morte dans les monts du Forez (alt. 1290 m)

Photo 4 : La topographie à buttes et schlenken de la tourbière bombée de la Morte dans les monts du Forez (alt. 1290 m)

Photo 5 : Petite mare, ou gouille, toujours en eau à la surface de la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine (alt. 1015 m)

Photo 5 : Petite mare, ou gouille, toujours en eau à la surface de la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine (alt. 1015 m)

Photo 6 : La canneberge, Vaccinium oxyccoccos

Photo 6 : La canneberge, Vaccinium oxyccoccos

16Un préalable a l'intervention des gestionnaires : le diagnostic de l'état des tourbières

17La discussion autour des modes de gestion n’est pas possible sans une bonne connaissance des activités humaines associées aux tourbières et des modifications physionomiques et fonctionnelles de l'écosystème qui en résultent. Il n'est naturellement pas question de développer ici cet aspect de la question qui a fait l'objet de très nombreuses publications (Payette et Rochefort, 2001 ; Charman, 2002 ; Joosten et Clarke, 2002). Aussi nous limiterons-nous à fournir une information plus synthétique sous la forme d'une classification des tourbières en fonction de l'importance des modifications induites par les activités humaines.

18Au contraire des classifications fondées sur des critères hydrogéomorphologiques, le statut trophique ou encore les caractères biochimiques du milieu (Gore, 1983 ; Cubizolle, 2005), les typologies basées sur le degré de modification générées par les activités humaines sont fort rares. La bibliographie anglo-saxonne fournit cependant quelques essais (Cross, 1990 ; Warner, 1996 ; Warner et Bunting, 1996) repris dans la synthèse récente de Charman (ibid.). Mais, à notre connaissance, aucune publication française sur ce thème n'est disponible.

19Les classifications répertoriées dans la bibliographie sont basées sur des critères qualitatifs et conservent de ce fait une part de subjectivité. La répartition dans les 5 ou 6 classes retenues (Cross, ibid. ; Charman, ibid.) est effectuée en fonction d'une estimation des transformations passées, récentes ou actuelles, de l'écosystème qu'ont entraîné diverses activités humaines : pâturage plus ou moins intensif, intrants agricoles, passages de véhicules, piétinement dû à une fréquentation touristique importante, captage d'eau, extraction de tourbe, plantations… On apprécie également la capacité du milieu à se régénérer lui-même si les sources de transformations cessent, mais aussi les possibilités de restauration pour les sites les plus touchés.

20Pour classer les tourbières du massif Central oriental, nous avons finalement opté pour une distinction en 6 catégories qui recoupent plus ou moins celles de Cross (ibid.) et de Charman (ibid.) (fig. 3). La dernière catégorie est originale car, dans l'état actuel des connaissances, spécifique à notre terrain d'étude. Les 132 tourbières retenues pour cette étude ne bénéficient pas toutes du même degré de connaissance. Les expertises floristiques, souvent primordiales pour révéler certaines modifications du fonctionnement de la tourbière, sont parfois insuffisantes. Quant à l’histoire de nombreux sites, elle est fort mal documentée. Une approche quantitative est donc actuellement impossible mais son intérêt nous semble de toute façon très limité puisque les données rassemblées sont suffisantes pour pouvoir affirmer que la très grande majorité des tourbières régionales appartiennent aux catégories 1 et 2. La catégorie 3 est assez bien représentée alors que les catégories 4 et 5 comportent peu de sites puisque l'exploitation de la tourbe, activité la plus destructrice, est restée ponctuelle et ne s'est jamais développée dans la région.

Figure 3 : Classification des tourbières du massif Central oriental en fonction d'une estimation de l'importance des modifications physionomiques et fonctionnelles engendrées par les activités humaines

Figure 3 : Classification des tourbières du massif Central oriental en fonction d'une estimation de l'importance des modifications physionomiques et fonctionnelles engendrées par les activités humaines

21Les travaux menés dans le cadre de la gestion conservatoire des tourbières concernent les catégories 1 à 5. Seules en effet les petites tourbières basses minérotrophes de la dernière catégorie sont pour l'instant totalement ignorées des gestionnaires et de la plupart des scientifiques. Or, de part leur origine artificielle (Cubizolle et al., 2004 b) ces tourbières ont impérativement besoin d'une intervention humaine pour maintenir la turfigenèse. Ainsi les tourbières qui se sont développées à l'arrière de petits obstacles faisant office de barrages - digues supportant un chemin, mur matérialisant une limite de parcelle…- où dans des bassins creusés dont la fonction n'est pas précisément connue (Cubizolle et al., ibid.), voient leur développement stoppé lorsque l'ouvrage gênant l'écoulement des eaux est endommagé faute d'entretien ou la dépression hydromorphe déterminée par la présence de l'ouvrage totalement comblée. De part leur taille très modeste et l'absence de végétation et de faune originale, ces tourbières ne suscitent guère d'intérêt. Pourtant, elles sont de véritables objets archéologiques, témoins d’une histoire humaine et agricole souvent beaucoup plus ancienne qu’on ne l’imaginait. Ainsi la tourbière de bassin du Verdier dans les Bois Noirs est datée de la fin de l’âge du Bronze, soit environ 1 000 avant J.-C. (Cubizolle et al., ibid.). Et les archives paléoécologiques qu'elles renferment mériteraient à elles seules que l'on intervienne pour maintenir les conditions hydriques indispensables à la conservation des grains de pollen, graines, charbons de bois et macro-restes.

22Pour les autres catégories de tourbières, les types d'intervention sont nombreux.

Les types d'intervention mis en œuvre par ou a la demande des gestionnaires

23Nous définirons les interventions sur un site comme l'ensemble des opérations et des travaux qui visent à assurer, concrètement soit le maintien d'une tourbière dans un état hydrologique et écologique jugé optimum, soit le retour à une situation antérieure considérée comme plus intéressante, notamment du point de vue de la diversité biologique. Les interventions les plus courantes sont les suivantes : le suivi scientifique, l'équipement du site en vue d'une ouverture au public, les travaux permettant une optimisation de la biodiversité, la restauration d'une tourbière très fortement endommagée. Dans le massif Central oriental, une quinzaine de sites font l'objet d'opérations diverses. A noter que nous ne discuterons pas ici de la façon dont sont sélectionnées les tourbières sur lesquelles les opérations sont conduites. En effet, si le diagnostic relatif à l'état objectif de l'écosystème entre en ligne de compte, il convient de préciser qu'un autre critère à ne pas négliger est la possibilité pour les acteurs de la conservation, services de l'Etat, collectivités territoriales, conservatoires régionaux, parcs naturels régionaux, syndicats intercommunaux et associations, d'intervenir à long terme sur les sites, ce qui passe obligatoirement soit par une acquisition foncière, soit par la signature de baux amphythéotiques à 20 ou 30 ans.

Le suivi scientifique

24Comme le rappelle très justement F. Ost (2005), pour gérer il faut connaître ! Aussi le suivi scientifique est-il indispensable à la compréhension des mécanismes qui président au fonctionnement de l'écosystème mais également à l'établissement du diagnostic de l'état d'une tourbière et, en conséquence, à la définition et à la mise en œuvre des opérations de gestion conservatoire.

25Dans le massif Central oriental le suivi scientifique concerne 6 tourbières qui ont été diversement sollicitées par l'Homme (catégories 1 à 4 de notre classification) : la vallée de l'Etui, Virennes, Gourgon, Prenarde-Pifoy, la Verrerie et Gimel (fig. 1). Il consiste d'une part en l'installation de postes climatologiques (photo 7 et 8), de stations hydrométriques et de réseaux de piézomètres, et d'autre part en des relevés des communautés végétales et des campagnes de mesures physico-chimiques (pH, conductivité électrique, température, carbone organique dissous, oxygène, azote, bases…). A partir des bilans de l'eau réalisés et des suivis écologiques et physico-chimiques, il est possible d'étudier la dynamique de l'éco-système et son comportement hydrologique en fonction des situations météorologiques et des types d'actions humaines (captage d'eau, extraction, pâturage, fréquentation touristique, etc.).

Photo 7 : Pluviomètre transducteur 3030 avec enregistreur R60LC

Photo 7 : Pluviomètre transducteur 3030 avec enregistreur R60LC

Photo 8 : Albédométre CM7B ; cet appareil composé de deux pyranomètres enregistre à la fois l'apport énergétique solaire et l'énergie réémise par la Terre

Photo 8 : Albédométre CM7B ; cet appareil composé de deux pyranomètres enregistre à la fois l'apport énergétique solaire et l'énergie réémise par la Terre

26Le suivi scientifique implique un minimum de travaux au moment de l'installation des instruments de mesure (pluviomètre, hygromètre, albédomètre, anémomètre, etc. avec leurs clôtures) et des visites régulières du site pour la récupération des données (hydro-climatologiques, pédologiques, écologiques…). Par ailleurs, les recherches étant financées par l'État, les collectivités territoriales et les parcs naturels régionaux, il est demandé aux scientifiques d'expliquer, lors de présentations sur site, la nature et la finalité de leur travaux. Il faut enfin compter avec les curieux, généralement bien intentionnés mais attirés par la publicité faite autour de ces opérations. Au final, un grand nombre de personnes peuvent circuler assez fréquemment sur la tourbière, surtout pendant les premiers mois du démarrage du programme. L'expérience prouve que le piétinement qui en découle est le plus souvent sans conséquence notable si la fréquentation est très limitée pendant la saison végétative. Et l'arrêt total des visites pendant une année complète permet en général le retour à la situation initiale. Cependant, certains sites se révèlent plus fragiles que d'autres. Ainsi la tourbière bombée de la vallée de l'Étui dans les Bois Noirs (fig. 1) fait actuellement l'objet d'un état des lieux, car il semble que les tapis de Sphagnum ne parviennent pas à se régénérer dans les secteurs les plus fréquentés par les différents visiteurs.

27En conséquence, sur un site comme celui-ci, il convient de limiter très sensiblement les visites, ce qui implique, entre autres, d'utiliser des enregistreurs automatiques capables de stocker plusieurs mois de données en mémoire alors que les appareils mécaniques nécessitent une intervention par semaine.

28La pollution visuelle due aux équipements et aux clôtures qui les protègent est en revanche plus difficile à minimiser. Mais le caractère amovible des installations et l'emploi de bois pour la fixation permettent, si nécessaire, de rendre au site son aspect initial en 48 heures.

29Finalement, le suivi scientifique ne génère que des modifications très ponctuelles et réversibles de l'aspect des tourbières et de la dynamique de leurs biocénoses.

L'aménagement des sites pour l'accueil des touristes

30L'objectif est ici de mettre en place un dispositif permettant des visites nombreuses du site sans que l'écosystème en pâtisse d'une façon ou d'une autre. Sur notre secteur d'étude, deux sites seulement sont ouverts au public (fig. 1) : Gimel, dans le massif du Pilat, dont l’aspect et le fonctionnement ont été profondément modifiés par différents travaux (catégorie 4 de notre classification) ; la Verrerie, dans les monts de la Madeleine, qui est au contraire une tourbière presque totalement épargnée par les activités humaines (catégorie 1). Les aménagements se composent principalement d'un parking non goudronné à proximité du site et d'un caillebotis en bois qui permet la circulation sur la tourbière sans piétinement (photo 9).

Photo 9 : Caillebotis installé sur la tourbière de Gimel dans le Parc naturel régional du Pilat (alt. 1200 m)

Photo 9 : Caillebotis installé sur la tourbière de Gimel dans le Parc naturel régional du Pilat (alt. 1200 m)

31À Gimel, une surface d'environ 30 m2 a été décapée (photo 10) en bordure du caillebotis pour favoriser le développement des Drosera rotundifolia (photo 11) et éviter que les promeneurs ne cherchent à explorer la tourbière pour observer ces plantes. À la Verrerie, un suivi de la reconquête végétale des secteurs décapés a montré l'efficacité de cette opération (fig. 4).

Figure 4 : L'évolution de la végétation observée sur les zones décapées de la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine

Figure 4 : L'évolution de la végétation observée sur les zones décapées de la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine

Photo 10 : Zone décapée sur la tourbière de Gimel dans le Parc Naturel Régional du Pilat (alt. 1200 m) ; il s'agit de favoriser la colonisation par la Drosera rotundifolia

Photo 10 : Zone décapée sur la tourbière de Gimel dans le Parc Naturel Régional du Pilat (alt. 1200 m) ; il s'agit de favoriser la colonisation par la Drosera rotundifolia

Photo 11 : Drosera rotundifolia

Photo 11 : Drosera rotundifolia

32Dans le massif Central oriental, les impacts de l'ouverture au public sur les sites étudiés sont peu importants. Les effets du piétinement liés aux travaux sont effacés en un ou deux ans selon les secteurs et la nature des travaux. Les dégradations dues au non respect des consignes semblent modestes malgré une fréquentation notable comme sur le site de la Verrerie, dans les monts de la Madeleine, où l'on a comptabilisé 3 100 personnes en 2002 et 5 155 en 2003.

Les travaux visant à optimiser la biodiversité

33Ces interventions, communément qualifiées de travaux d'entretien par les personnes ayant en charge la gestion au quotidien des tourbières, visent toutes à optimiser la diversité des communautés végétales. Elles sont de trois types : décapage, coupe d'arbres, blocage de fossés de drainage artificiels. Elles touchent autant des tourbières naturelles que des tourbières dont le fonctionnement a été profondément modifié par divers modes d'exploitation économique.

34Le décapage est une opération qui a pour but la recolonisation de petites zones de quelques m2 ou dizaines de m2 par des plantes pionnières - dont le genre Drosera -. L'épaisseur de tourbe enlevée est de l'ordre de 20 à 30 cm. Le travail est fait manuellement ou à la pelle mécanique. La méthode est généralement très efficace comme ce fut le cas sur le site de Gimel dans le massif du Pilat. Cependant l'opération doit être reproduite au bout de quelques années car la colonisation de la placette décapée conduit peu à peu à la disparition des pionnières et à la réduction du nombre d'espèces.

35Selon les gestionnaires, les opérations de coupes ou d'arrachage des arbres visent, quant à elles, plusieurs objectifs :

36- empêcher l'envahissement d'espèces exotiques provenant de plantations adjacentes - épicea de Sitka (Picea sitchensis) à l'Etui dans les Bois Noirs par exemple -,

37- réduire l'évapotranspiration,

38- diminuer les quantités d'eau interceptées par la canopée,

39- augmenter la luminosité favorable aux plantes pionnières.

40Ces travaux sont généralement récurrents, car de nouveaux arbres apparaissent régulièrement sur certaines tourbières, ce qui nécessite une intervention tous les cinq ou dix ans. Le développement des arbres est en effet perçu par les gestionnaires comme une véritable menace pour la tourbière : menace pour sa diversité floristique et menace pour son bilan hydrique (Dupieux, op. cit.).

41Le blocage des fossés de drainage par comblement, ou au moyen de la mise en place de barrages-seuils est une technique employée sur de nombreux sites dont l'hydrologie a été modifiée, au moins ponctuellement, par le creusement de fossés. Elle est fréquemment associée à l'élimination des arbres qui ont bénéficié de l'abaissement du niveau de la nappe à proximité des fossés pour pousser et se multiplier.

La restauration des tourbières

42Ces travaux lourds concernent uniquement les tourbières fortement dégradées (catégorie 5 de notre classification). Le cas de figure le plus intéressant dans le massif Central oriental est celui de la tourbière de Vérines, à 960 m d'altitude dans les monts du Forez septentrionaux (fig. 1). La tourbe a été exploitée entre 1942 et 1949 puis entre 1975 et 1980 (Biotope, 2000). La superficie concernée est de 0,9 ha soit 22,5 % des 4 hectares qu'occupe la tourbière. Les croquis de la figure 5 montrent l'évolution radicale de l'occupation du sol entre 1946 et 1999. Le bombement ombrotrophe a ainsi vu sa superficie passer de 2,1 ha à 0,35 ha tandis que celle de la tourbière basse reculait de 1,65 ha à 0,26 ha. Les pins (Pinus sylvestris) et les bouleaux (Betula alba) ont colonisé la plus grande partie du site. Le chemin d'exploitation et les deux grands fossés de drainage qui le longent contribuent à l'abaissement des niveaux piézométriques.

43L'examen de la végétation sur le bombement et les carottages indiquent clairement que la tourbe se minéralise sur les 20 ou 30 premiers centimètres. Sur les anciens fronts de taille on constate que les racines des arbres pénètrent toute l'épaisseur de tourbe. La tourbière n'est donc plus fonctionnelle, sauf dans une seule des 5 anciennes fosses d'extraction, la fosse Michelin, où le niveau de l'eau se maintient près de la surface toute l'année, permettant le développement d'une tourbière basse où dominent Carex rostrata et Sphagnum sp. (fig. 5). Par ailleurs quelques petites buttes ombrotrophes se maintiennent sur le bombement résiduel.

44Devenue propriété du Conseil général de la Loire dans le cadre de la politique Espaces Naturels Sensibles, la tourbière a fait l'objet, à partir de l'année 2002, d'une opération de réhabilitation visant à maintenir le processus d'accumulation de tourbe dans la fosse Michelin et à le relancer sur le reste du site. Les travaux ont consisté à déboiser totalement la tourbière - sans enlever les souches - et à empêcher l'évacuation des eaux en bloquant les fossés de drainage. Un suivi est en place pour observer l'évolution du site dans les prochaines années.

45Quoi qu'il en soit, la tourbière de Vérines a été à peu près totalement détruite par l'extraction de tourbe et son fonctionnement actuel est entièrement artificiel puisque la turfigenèse n'est véritablement active que dans une ancienne fosse de tourbage et reprend progressivement dans les secteurs restaurés (fig. 5).

Figure 5 : L'impact de l'extraction de tourbe entre 1946 et 1999 sur la tourbière bombée de Vérines dans les monts du Forez (alt. 960 m)

Figure 5 : L'impact de l'extraction de tourbe entre 1946 et 1999 sur la tourbière bombée de Vérines dans les monts du Forez (alt. 960 m)

46On constate finalement que toutes les catégories de tourbières, à l'exception des tourbières d'origine anthropique (tourbières de barrage et tourbières de bassin), sont concernées par l'un ou l'autre des différents types d'intervention mis au point par les gestionnaires dans le cadre des politiques de "conservation". Par ailleurs, il n’y a pas de relation étroite entre le degré de modification de la tourbière et un type d’intervention, sauf pour la restauration qui ne concerne que les tourbières de catégorie 5, c'est-à-dire très fortement transformées par les activités humaines, les extractions de tourbe principalement.

Les modes de gestion conservatoire

47L'ensemble de ces opérations renvoie à un mode de gestion qui a été jugé très interventionniste par les spécialistes européens et américains réunis dans le massif Central en 2002 pour le congrès bi-annuel de l'International Mires Conservation Group. Alors qu'entend-on finalement en France par gestion conservatoire des tourbières ? Par ailleurs, on peut s'interroger sur la pertinence de certaines interventions et réfléchir à un autre mode de gestion.

La gestion conservatoire des tourbières : origine et concept

48Historiquement, le concept de gestion prend naissance dans le domaine privé et concerne l’administration des biens (Godard, 1992). Mais au cours de ces vingt-cinq dernières années, l'accentuation de l'emprise humaine sur les écosystèmes, et le développement des politiques de protection de la nature qui en ont découlé, ont entraîné son application aux milieux naturels.

49Ainsi, dans le domaine de l’aménagement tout d'abord, les projets prennent en compte non seulement les impacts sur les milieux naturels mais également le suivi des travaux d’aménagement avec pour objectif d'assurer le maintien de la qualité et de la diversité biologique du milieu. Dans le domaine de la protection de la nature ensuite, l’approche est devenue conservatoire (Lefeuvre, 1990 ; Mathieu et Jollivet, 1989), la conservation impliquant "une intervention sélective visant à réguler les dynamiques naturelles que l’on veut protéger" (Jollivet, 1986).

50Dans ces conditions, la gestion devient le carrefour des objectifs de développement, d’aménagement et de conservation de la nature (Godard, ibid.). L’application de la notion aux milieux naturels a toutefois suscité quelques craintes dont le glissement vers un réductionnisme économique dans la manière d’aborder les milieux naturels. Pour pallier cette dérive, la notion de gestion a été complétée et précisée par celle, d'origine juridique, de patrimoine. Ainsi "(…) si l’on gère un capital pour l’accroître, on gère un patrimoine pour le transmettre (…)" (Barel, 1984). Gestion conservatoire est ainsi synonyme de gestion patrimoniale, sous-entendant que la nature est un bien commun à la collectivité et qu’il convient de le gérer de façon à le transmettre aux générations futures avec une certaine qualité préservée. Elle crée de fait un lien de solidarité intergénérationnelle (Humbert et Lefeuvre, 1992).

51La gestion conservatoire, orchestrée par l’approche patrimoniale, se caractérise donc par une finalité, celle de maintenir les équilibres biologiques et de réguler les dynamiques naturelles afin de transmettre des milieux d'une qualité jugée optimale mais aussi pour garantir la pérennité de la valorisation économique des sites. Elle implique alors des interventions humaines indispensables, pour corriger soit des impacts de l'action humaine considérés comme négatifs, soit les conséquences d'une évolution naturelle non conforme aux objectifs fixés. On est alors bien loin du "laisser faire la nature". Il s’agit désormais de contrôler, de réguler, de maîtriser les dynamiques des écosystèmes en cherchant à les stabiliser dans un état avantageux pour les sociétés humaines.

52La recherche d'une richesse écologique idéale, même si elle doit être artificielle, et celle d'une stabilité de l'écosystème, apparaissent ainsi comme les principaux objectifs de la conservation. Le mode de gestion qui en découle se caractérise souvent par le refus de toute évolution naturelle si celle-ci doit aboutir à une réduction de la biodiversité et à une disparition du site. Ainsi, la conservation d’une tourbière passe obligatoirement par des interventions humaines visant soit à ralentir, soit à stopper des dynamiques naturelles. Ainsi de nombreuses tourbières considérées comme naturelles ne doivent aujourd’hui leur existence qu’à un ensemble de travaux récurrents permettant le maintien artificiel d'un bilan hydrique favorable à la turfigenèse.

53Cette conception fixiste et sentimentaliste de la nature ignore tout d'abord la remise en cause de la notion d'équilibre de la nature engagée par les écologues dans l'entre-deux guerres (Elton, 1930) et toujours en cours. Force est, en effet, de reconnaître aux dynamiques des écosystèmes une certaine variabilité, les paramètres constitutifs fluctuant de façon plus ou moins régulière autour de valeurs moyennes avec des amplitudes plus ou moins grandes (Lévêque, 2001). Mais les dynamiques des biotopes et des biocénoses sont aussi conditionnées par des perturbations d'origine hydro-climatique, géologique, biologique ou anthropique, de faible durée mais d'une grande intensité, dont le rôle structurant a été reconnu au cours des dernières décennies (Pickett et White, 1985 ; Resh et al., 1988).

54Dans ces conditions, comment ne pas s'interroger sur l'application systématique du mode de gestion interventionniste aux tourbières ?

La gestion interventionniste en question : l'exemple de la lutte contre la dynamique des ligneux

55La façon dont sont gérés les arbres sur une tourbière illustre parfaitement les problèmes posés dans certains cas par cette démarche interventionniste et les mesures anticipatrices qui l'accompagnent. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le développement des ligneux est généralement perçu comme une menace pour les tourbières. Aussi la coupe des arbres est-elle un type d'intervention extrêmement fréquent quel que soit l’état du site. Dans le massif Central oriental, comme dans d'autres régions de France, le débat a cependant été ouvert à propos de la pertinence d'engager des travaux de cette nature sur certaines tourbières.

56Des recherches attestent en effet qu'il n'y a pas nécessairement incompatibilité entre boisement et turfigenèse. Au Canada, Munro (1984) a en effet démontré que, sur histosol, l'évapotranspiration est plus faible dans une tourbière à sphaignes boisée que dans une tourbière à sphaignes sans arbres. Toutes choses étant égales par ailleurs, la présence des ligneux limite en effet l'apport énergétique solaire et l'action du vent. Elle favorise ainsi une expansion rapide des sphaignes et, à long terme, les arbres disparaîtront sans intervention humaine. C'est exactement le processus qui est en cours aux Roussis, une tourbière bombée de 10 hectares située à 900 m d'altitude dans les Bois Noirs (fig. 6) (Cubizolle, 2005).

Figure 6 : La tourbière bombée des Roussis dans les Bois Noirs (alt. 900 m) : unités écologiques et évolution des sols à l'issue des tentatives de boisement de la seconde moitié du XXe s.

Figure 6 : La tourbière bombée des Roussis dans les Bois Noirs (alt. 900 m) : unités écologiques et évolution des sols à l'issue des tentatives de boisement de la seconde moitié du XXe s.

57Couplée à nos observations, la définition des unités écologiques par le bureau d'étude chargé de l'élaboration du plan de gestion (Hermine, 1999) montrent une tourbière très boisée - 1 arbre tout les 10 m2 - dominée par Pinus sylvestris dans sa partie centrale et par Betula alba ssp. alba (= B. pubescens) dans sa dépression périphérique, le lagg. La plupart des conifères ont un aspect rabougri, maladif, leur diamètre n'excède guère 15 cm et leur hauteur 5 ou 6 m (fig. 6). La surface de la tourbière présente de nombreuses traces d'anciennes fosses et rigoles de drainage qui sont à mettre en relation avec des tentatives d'exploitation de la tourbe, la volonté d'améliorer la qualité de cette zone de pacage et des essais de plantations de pin Weymouth (Pinus strobus), d’épicea de Sitka (Picea sitchensis) et de sapin de Nordmann (Abies nordmanniana). Bien que mal connu, cet aspect de l'histoire récente de la tourbière est de toute évidence directement responsable de l’installation des pins et des bouleaux. D’ailleurs, les carottages et les analyses pédologiques ont permis de mettre en évidence, immédiatement sous les sphaignes et surmontant un niveau de tourbe partiellement minéralisée, un horizon humifère non tourbeux de type Ah épais de 3 à 5 cm (fig. 6), qui prouve que la turfigenèse a cessé pendant quelques décennies (Cubizolle, ibid.). Un abaissement de la nappe a permis la minéralisation de la tourbe et l'amorce du développement d'un sol brun. Le calage chronologique de cette évolution pédologique est possible car l'arrêt de l'exploitation agricole du secteur est daté avec certitude des années 1930-1935. L'âge des arbres sur le bombement tourbeux étant inférieur à 50 ans, on doit admettre qu'il y a eu des tentatives de boisement postérieures à la seconde guerre mondiale. Finalement, le site a été totalement délaissé, ce qui a entraîné l'effacement progressif des fosses et des rigoles, et permis la remontée des niveaux piézométriques et l'arrêt du processus de minéralisation de la tourbe, la reprise de la croissance des sphaignes qui recouvrent les nombreux troncs gisant sur le sol et de l'accumulation de tourbe. Le dépérissement des pins confirme le retour à une situation plus conforme aux conditions écologiques du site. La coupe de ces arbres ne nous semble pas de nature à accélérer le processus, au contraire. Elle s'accompagnerait en effet d'un accroissement de l'apport énergétique solaire à la surface de la tourbière, d'une efficacité accrue du vent et, par voie de conséquence, d'une augmentation de l'évapotranspiration potentiellement dommageable pour l'équilibre hydrologique du bombement.

58Un autre cas de figure est celui de tourbières indemnes de toute modification d’origine anthropique. À la Sagne Bourrue, une tourbière bombée de 14 ha située au cœur de la sapinière à 1315 m dans le nord des monts du Forez (fig. 1), on observe, en bordure du bombement, alors que la tourbe peut encore atteindre une épaisseur de 2 m à 2,5 m, une association forestière peu étendue dominée par de très gros spécimens d'Abies alba (sapin pectiné), plus que centenaires pour beaucoup, et accompagnés de Betula alba alba (bouleau pubescent) - Betulo-Abietetum -. Cette association, très pauvre en espèces vasculaires représentées essentiellement par Vaccinium myrtillus, constituerait "(…) le climax stationnel de ces hauts-marais, actuellement en progression sur la plupart d'entre eux." (Thébaud et al., 2003 ; Thébaud et Cubizolle, sous presse). En conséquence, aucun argument scientifique ne peut être apporté en faveur de l’enlèvement des arbres.

59Plus fréquemment on constate que la conquête - ou la reconquête ?- des tourbières par les arbres - Betula alba alba essentiellement - est récente puisque la plupart des tourbières hautes et basses des hautes terres du massif Central oriental se boisent depuis que l'agriculture a reflué de ces moyennes montagnes à partir de l'entre deux guerres et surtout après la seconde guerre mondiale (Cubizolle, 1997 et 2005). Il en est ainsi de la tourbière basse de la Prenarde-Pifoy, au cœur d'une sapinière à 1125 m d'altitude dans le sud des monts du Forez (fig. 1). L'installation des arbres a commencé à la fin des années 1940 lorsque la tourbière n'a plus été fauchée et pâturée et cette dynamique n'a été influencée par aucune intervention humaine (Cubizolle, ibid.). Les bouleaux (Betula alba alba), les saules (Salix sp.) et, dans une moindre mesure, les pins (Pinus sylvestris), couvrent désormais les 3/4 des 2 hectares du site encore à peu près totalement dépourvu d’arbres en 1945. Les observations montrent que ni le niveau de la nappe, ni la végétation turfigène (Sphagnum palustre, S. teres, S. angustifolium, Carex nigra…) n’en sont affectés pour l’instant (Cubizolle, 2005). Au contraire, la dynamique des sphaignes est incontestablement plus forte sous les arbres que dans la zone non boisée où Juncus acutiflorus est l’espèce dominante. Cette évolution s’explique par le rôle protecteur de la canopée qui limite l’apport énergétique solaire et, par voie de conséquence, l’évapotranspiration au dessus des sphaignes. Par ailleurs, l’humidité relative est sensiblement supérieure sous la canopée, un facteur déterminant dans cette partie sud des monts du Forez où, au cours de la saison chaude, les précipitations tombent sous forme d’orages dont la fréquence est très irrégulière.

60À l’échelle régionale, on note, parallèlement, que seuls les secteurs encore soumis au pâturage offrent des tourbières sans arbres, telle celle des Egaux dans les monts du Forez (fig. 1) (Cubizolle, ibid.).

61À la lumière de ces constatations, on doit envisager que, dans le contexte morpho-climatique du massif Central oriental granitique, la présence de l'arbre n'est pas forcément incompatible avec la poursuite de l'accumulation de tourbe. Dans certains cas, le stade boisé n'est seulement qu'une des phases naturelles de la vie d'une tourbière.

62Ainsi, au regard de ces exemples, nous doutons de la nécessité d'éliminer systématiquement les arbres sur les tourbières, notamment si leur fonctionnement est parfaitement normal ou encore lorsqu'elles se régénèrent naturellement. Il convient donc de distinguer les tourbières véritablement menacées par la dynamique des arbres, de celles pour lesquelles le boisement relève d'une évolution naturelle. Cette distinction ne peut se faire sans une connaissance scientifique approfondie de l'évolution des tourbières, ce qui nous amène à imaginer un mode de "gestion conservatoire" moins interventionniste, plus à "l'écoute" de l’écosystème.

Pour une approche moins interventionniste de la conservation des tourbières

63Ce mode de gestion sensiblement moins interventionniste ne peut se concevoir sans une approche régionale de la conservation des tourbières. Ainsi la première étape du travail consiste-elle à délimiter des secteurs géographiques présentant une certaine homogénéité hydro-géomorphologique et bioclimatique. Le massif Central oriental granitique, avec ses 8 000 km2 et environ 150 tourbières, est l'archétype de ces entités éco-géographiques. Plus au sud, le domaine volcanique associant Velay et Devès en est un autre, qui offre des types de tourbières très différents (fig. 1) (Cubizolle et al., 2004 a).

64Ensuite, il convient de ne pas envisager la gestion site par site, mais d'avoir au contraire une approche globale qui tienne compte de l'état de tous les sites. C’est à cette échelle seulement qu’il faut maintenir l’objectif d’une biodiversité maximale. En effet, l'assèchement et la minéralisation naturels d'une tourbière n'est en rien catastrophique et ne nécessite aucune intervention si elle est compensée par des démarrages de la turfigenèse en d'autres secteurs. C'est le cas dans les Bois Noirs, par exemple, où les petites zones para-tourbeuses sont innombrables. Elles représentent, à l'échelle du massif, un potentiel de régénération remarquable des tourbières, à condition évidemment que l'Homme ou un changement climatique majeur ne viennent pas bouleverser les bilans hydriques actuels.

65On touche alors du doigt un des principaux problèmes de la gestion des écosystèmes : le décalage, souvent évoqué dans la bibliographie, entre le temps du gestionnaire, très court, et celui de l'écosystème, généralement séculaire, voire millénaire (Allard, 1997). Il peut ainsi s'écouler plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, avant qu'une accumulation tourbeuse ne prenne quelque ampleur ou que le processus d'assèchement ait des conséquences visibles. Cet aspect de la question est malheureusement très rarement intégré dans la discussion sur les modes de gestion conservatoire des tourbières. La durée des observations sur lesquelles sont basées les décisions d'intervenir est beaucoup trop courte, eu égard au rythme de la dynamique de l’éco-système. Ainsi des changements remarquables à l'échelle humaine - par exemple le développement de l'arbre sur une tourbière - peuvent-ils être mal interprétés et déclencher une intervention rapide mais inappropriée. Au contraire, la mise en route d'une dynamique pouvant conduire à terme à la disparition de la tourbière, quelle qu'en soit son origine, peut passer inaperçue et entraîner un retard dans l'intervention, dommageable pour le site. Nombre d'évolutions n'étant perceptibles qu'à long terme, ce présent invisible nous échappe trop souvent (Magnuson et al., 1983).

66En conséquence, la gestion des tourbières doit impérativement s'appuyer sur des suivis scientifiques adaptés, prévus au minimum pour durer plusieurs décennies. L'étude en continu de l'évolution des sites à l'échelle régionale dans ses aspects climatologiques, hydrologiques, écologiques et pédologiques est bien la seule démarche à même de détecter les évolutions induites par les activités humaines ou les changements climatiques qui menaceraient, à des échéances variables, l'existence ou la diversité des tourbières à l'échelle régionale. À charge ensuite aux décideurs, aux gestionnaires mais aussi aux propriétaires et aux citoyens, de faire le choix entre laisser faire ou intervenir pour garantir la pérennité de ce type d'écosystème.

67Certes il est impossible de travailler simultanément et de façon approfondie sur toutes les tourbières. Dans le massif Central oriental, nous avons donc opté pour un suivi à deux niveaux :

68- des sites pilotes, au nombre de cinq actuellement, représentatifs des différents types de tourbières régionales, font d'ores et déjà l'objet des recherches les plus complètes possibles et sont équipés en conséquence ;

69- d'autres tourbières, dont le nombre est à définir, devraient bénéficier d'une surveillance plus légère dont le protocole est à mettre au point avec tous les spécialistes concernés.

70La mise en place de ce dispositif de suivi et d'alerte suppose une volonté politique forte des décideurs et des chercheurs de s'impliquer dans la conservation des tourbières. La communauté scientifique internationale s'en préoccupe déjà depuis quelques années. Ainsi le CNRS a-t-il créé au début des années 2000, les Zones Ateliers, un équivalent des Long Term Ecological Research apparues quelques années auparavant aux États-Unis. C'est dans ce cadre institutionnel que la Zone Atelier "Bassin versant de la Loire" a été labellisée en septembre 2001 (Burnouf et al., 2003), permettant, avec l'appui de l'Agence de L'eau Loire-Bretagne, des parcs naturels régionaux, des Conseils généraux et régionaux et des conservatoires régionaux, l'amorce du développement, dans le massif Central oriental, d’un réseau de tourbières suivies à long terme par une équipe de recherche interdisciplinaire (Cubizolle, ibid.).

71Dans les années qui viennent, il conviendra de préciser les modalités du suivi et surtout d'élargir l’échantillon de tourbière suivies pour que l’intérêt des observations dépasse le cadre local. Le processus est déjà engagé avec, au niveau français tout d’abord, une première extension du réseau aux tourbières du Pays de Bitche dans le parc naturel régional des Vosges du Nord. Au niveau européen ensuite, une proposition sera faite au séminaire LIFE Coop Project des 22-26 août 2005 de Jürmala (Lettonie) et Kabli (Estonie), de sélectionner un certain nombre de sites en Europe qui pourraient être intégrés dans le réseau. Ainsi le système de veille environnementale qui se met actuellement en place, notamment à travers le suivi de l’évolution des glaciers, se verrait complété d’un dispositif s'appuyant sur les tourbières.

Conclusion

72Si des travaux sont nécessaires pour assurer la pérennité d'un certain nombre de tourbières, il est tout aussi indispensable, dans de nombreux cas de figure, de laisser à l'œuvre les dynamiques naturelles. Celles-ci sont en effet parfaitement à même de corriger la plupart des effets négatifs sur le bilan hydrique de certaines tentatives d'exploitation ou de valorisation des sites et de ramener la tourbière à une situation hydrologique satisfaisante. Quant aux tourbières dont le fonctionnement n'a pas été modifié par l'Homme, nous ne voyons aucun argument sérieux pour des interventions généralement coûteuses visant uniquement à contrer des dynamiques naturelles non conformes à l'image que se font certains gestionnaires ou protecteurs de la nature d'une tourbière idéale.

73Reste que le fondement de tout mode de gestion conservatoire doit être le suivi scientifique. C'est en effet le seul moyen crédible d'établir le diagnostic sur lequel s'appuiera la décision d'intervenir ou de ne pas intervenir pour réguler les dynamiques à l'œuvre.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD P., 1997, Temps naturels et temps social en Camargue, in Les temps de l'Environnement, Communications des Journées du Programme Environnement, Vie et Sociétés, Toulouse, 5-6-7 novembre 1997, p. 17-20.

ARGANT J., CUBIZOLLE H., 2005, L'évolution holocène de la végétation du massif Central oriental : l'apport d'une nouvelle série d'analyses palynologiques, Quaternaire (sous presse).

BAREL Y., 1984, La société du vide, Paris, Seuil, 267 p.

BARLET A., 2002, L'approche scientifique dans la gestion des tourbières des Bois Noirs et Monts de la Madeleine. Etude méthodologique sur l'outil multicritère d'aide à la décision, Mémoire de Maîtrise de Géographie, Université de St-Etienne, 152 p.

BIOTOPE, 2000, Plan de gestion des tourbières du Puy de Vérines et de Pétavis (commune de Noirétable, Loire), Département de la Loire, 57 p.

BURNOUF J., CARCAUD N., CUBIZOLLE H., GARCIN M., TREMENT L., VISSET L., 2003, Interactions sociétés/milieux dans le bassin versant de la Loire depuis le Tardiglaciaire jusqu'à la période industrielle, in Muxart T., Vivien F-D., Villaba B., Burnouf J. (éds.), Des milieux et des Hommes : fragments d’histoires croisées, éditeurs scientifiques, Elsevier, collection Environnement, p. 65-77.

CHARMAN D., 2002, Peatlands and environne-mental changes, London, Ed. Wiley, 301 p.

CONSERVATOIRE RÉGIONAL DES ESPACES NATURELS DE MIDI-PYRÉNÉES, 1999, Les tourbières de Midi-Pyrénées. Comment les conserver ? Programme Life Nature "Tourbières de Midi-Pyrénées", 116 p.

CROSS J.R., 1990, Survey and selection of peatland sites for conservation in the Republic of Ireland, in Doyle G.J. (éd.), Ecology and Conservation of Irish Peatlands, Royal Irish Academy, Dublin, p. 175-188.

CUBIZOLLE H., 1997, La Dore et sa vallée. Approche géohistorique des relations Homme/milieu fluvial, Publications de l'Université de Saint-Etienne, Thèse pour le Doctorat de Géographie, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 1994, 389 p.

CUBIZOLLE H., 2005, Paléogéographie et Turfigenèse. L’apport de l’étude des tourbières à la connaissance de l’évolution holocène des milieux montagnards du massif Central oriental granitique, Habilitation à Diriger des Recherches en Géographie, Université de Limoges, 749 p. (non publié).

CUBIZOLLE H., TOURMAN A., ARGANT J., PORTERET J., OBERLIN C., SERIEYSSOL K., 2003, Origins of European biodiversity : palaeo-geographic signification of peat inception during the Holocene in the granitic eastern massif Central (France), in Past and present landscape dynamics : implications for biodiversity studies, Landscape Ecology, special issue, 18, p. 227-238.

CUBIZOLLE H., TOURMAN A., SACCA C., PORTERET J., THEBAUD G., 2004 a, Les tourbières du haut bassin versant de la Loire (massif Central oriental) : intérêts paléoenvironnemental et phytocénotique, enjeux socio-économiques, Norois, 192, 3, p. 95-115.

CUBIZOLLE H., GEORGES V., LATOUR C., ARGANT J., SERIEYSSOL K., 2004 b, La turfigenèse à la fin du Subboréal et au Subatlantique dans les tourbières basses du massif Central oriental granitique (France) : une manifestation de l'action humaine ? Quaternaire, vol. 15, 4, p. 343-359.

CUBIZOLLE H., ARGANT J., 2005, Les facteurs de la mise en place des tourbières du massif Central oriental granitique à l'Holocène, in Miras Y., F. Surmely (dir.), Gestion des Paléoenvironne-ments et stratégies d'exploitation des milieux en moyenne montagne, Actes du séminaire international de Pierrefort, 19-20 juin 2003, Besançon, Annales Littéraires, Série "Environnement, sociétés et archéologie", p. 93-108.

DUPIEUX N., 1998, La gestion conservatoire des tourbières de France, Espaces Naturels de France, Programme Life-tourbières de France, 244 p.

ELTON, 1930, Animal ecology and evolution, Oxford University Press (non paginé).

ETLICHER B., 1986, Les massifs du Forez, du Pilat et du Vivarrais. Régionalisation et dynamique des héritages glaciaires et périglaciaires en moyenne montagne cristalline, Publications de l'Université de St-Etienne, Centre d'Etudes Foréziennes, 687 p.

FRANCEZ A.J., BIGNON J.J., MOLLET A.M., 1992, The peatlands in France : localization, characteris-tics, use and conservation, Suo, Mires and peat, 43, p. 11-24.

GODARD O., 1992, La science économique face à l’environnement : "la résilience" d’une discipline, in JOLLIVET M., Sciences de la nature. Sciences de la Société. Les passeurs de frontières, Paris, Editions du CNRS, p 195-222.

GORE A.J.P., 1983, Mires : swamp, bog, fen and moor, Ecosystems of world, 4A : General Studies, Elsevier Scientific Publications Company, 440 p.

HERMINE, 1999, Plan de gestion de la tourbière des Roussis, Département de la Loire, 89 p.

HUMBERT G., LEFEUVRE J.C., 1992, A chacun son patrimoine ou patrimoine commun ? in Jollivet M., Sciences de la nature. Sciences de la Société. Les passeurs de frontières, Paris, éditions du CNRS, p. 287-296.

JOLLIVET M., 1986, Ecologie et monde rural ou le monde rural à l’heure de l’environnement, in  Mendras H., L’agriculture dans le monde rural de demain : à nouveaux enjeux, droit nouveau, Paris, La Documentation française,160 p.

JOOSTEN H., CLARKE D., 2002, Wise use of mires and peatlands, International Mires Conservation Group and International Peat Society, 303 p.

LEFEUVRE J.C., 1990, De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel, in Jeudy H.P., Patrimoines en folie, édition de la maison des sciences de l’Homme (Ethnologie de la France), cahier n° 5, p 29-75.

LEVÊQUE C., 2001, Ecologie, de l’écosystème à la biosphère, Paris, Dunod, Masson sciences, 502 p.

MAGNUSON J.J., BOWSER C.J., BECKEL Y.A.L., 1983, The invisible present : long term ecological research on lakes, L&S Magazine, University of Wisconsin, Madison Fall, p. 3-6.

MATHIEU N., JOLLIVET M., 1989, Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui, Paris, A.R.F., éditions L’Harmattan, 352 p.

MUNRO D.S., 1984, Summer soil moisture content and the water table in a forested wetland peat, Canadian Journal of Forest Resources, 14, p .331-335.

OST F., 2005, La nature hors la loi. L'écologie à l'épreuve du droit, Paris, La Découverte/Poche, collection Sciences humaines et sociales, 346.

PAYETTE S., ROCHEFORT L., 2001, L'écologie des tourbières du Québec-Labrador, Les Presses Universitaire de Laval, 621 p.

PICKETT S.T.A., WHITE P.S., 1985, The ecology of natural disturbance and patch dynamics, Academic Press, Orlando, Florida, 472 p.

PORTERET J., 2001, Le rôle des sociétés humaines dans la mise en place et le développement des tourbières du Haut-Forez, mémoire de Maîtrise de Géographie, Université de St-Etienne, 181 p.

RESH V.H., BROWN A.V., COVICH A.P., GURTZ M.E., LI H.W., MINSHALL G.W., REICE S.R., SHELDON A.L., WALLACE J.B., WISSMAR R.C., 1988, The role of disturbance in stream ecology, Journal of the North American Benthological Society, 7, p. 433-455.

SACCA C., 2003, Mise en place d'indicateurs pour diagnostiquer la qualité et la fragilité d'un milieu spécifique, les tourbières, Mémoire de DEA de Géographie, "Interfaces Nature/Sociétés", sous la responsabilité de H. Cubizolle, Université de Saint-Etienne , 87 p.

SUCHEL J-B., 1990, Le climat des monts du Forez. in Les monts du Forez, le milieu et les hommes, CEF, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, p. 81-98.

THÉBAUD G., 1988, Le Haut-Forez et ses milieux naturels. Apports de l'analyse phytosociologique pour la connaissance écologique et géographique d'une moyenne montagne cristalline Sub-atlantique, Thèse d'État, Université de Clermont 2, 330 p.

THÉBAUD G., CUBIZOLLE H., sous presse, Peatlands in the northeast of massif Central (France), Compte-rendu des 7e Rencontres de l'International Mires Conservation Group, 10-22 juillet 2002.

THÉBAUD G., CUBIZOLLE H., PETEL G., 2003, Étude préliminaire des haut marais ombrotrophes du Forez septentrional et des Bois Noirs (massif Central, France) : Végétation, évolution et dynamique actuelle, Acta Botannicae Gallica, 150, 1, p. 35-57.

THOLOZAN A., 2004, Typologie des tourbières du plateau de la Chaise-Dieu : approche hydrogéo-morphologique et morpho-pédologique, mémoire de Maîtrise de Géographie, Université de St-Etienne, 180 p.

TOURMAN A., 1999, Etude géomorphologique et écologique des tourbières dans les monts de la Madeleine et des Bois Noirs, mémoire de Maîtrise de Géographie, Université de St-Etienne, 154 p.

WARNER B.G., 1996, Vertical gradients in peatlands, in Mulamoottil G., Warner B.G., McBean E.A. (éds.), Wetlands : environmental gradient, Boundaries and buffers, CRC Press, Boca Raton, Florida, p. 45-65.

WARNER B.G., BUNTING M.J., 1996, Indicators of rapide environmental change in northern peatlands, in Berger A.R., Iams W.J. (éds.), Geoindicators : Assessing Rapid Environmental Changes in Earth systems, Rotterdam, A.A Balkema , p. 235-246.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : La tourbière basse de fond de vallée de Virennes sur le versant oriental du massif du Livradois (alt. 1070 m). Le cours d'eau des Favatelles qui draine cette vallée s'écoule vers l'est, à travers la plantation d'épicéa visible au second plan à droite. A l'arrière-plan, les monts du Forez
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-1.png
Fichier image/png, 206k
Titre Figure 1 : Localisation du massif Central oriental granitique, des tourbières étudiées et des sites dont il est question dans cet article
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-2.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 2 : Exemples d'une tourbière bombée ombrotrophe (A) et d'une tourbière basse minérotrophe (B) de l'Est du massif Central
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-3.png
Fichier image/png, 78k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-4.png
Fichier image/png, 56k
Titre Photo 2 : La tourbière basse de la Prenarde dans les monts du Forez (alt. 1025 m). Sa surface est occupée principalement par des joncs de type Juncus acutiflorus
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-5.png
Fichier image/png, 194k
Titre Photo 3 : Sphagnum palustre dans la partie boisée à bouleaux (Betula alba alba ) de la tourbière basse de la Prenarde dans les monts du Forez (alt. 1025 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-6.png
Fichier image/png, 331k
Titre Photo 4 : La topographie à buttes et schlenken de la tourbière bombée de la Morte dans les monts du Forez (alt. 1290 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-7.png
Fichier image/png, 288k
Titre Photo 5 : Petite mare, ou gouille, toujours en eau à la surface de la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine (alt. 1015 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-8.png
Fichier image/png, 222k
Titre Photo 6 : La canneberge, Vaccinium oxyccoccos
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-9.png
Fichier image/png, 311k
Titre Figure 3 : Classification des tourbières du massif Central oriental en fonction d'une estimation de l'importance des modifications physionomiques et fonctionnelles engendrées par les activités humaines
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-10.png
Fichier image/png, 286k
Titre Photo 7 : Pluviomètre transducteur 3030 avec enregistreur R60LC
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-11.png
Fichier image/png, 284k
Titre Photo 8 : Albédométre CM7B ; cet appareil composé de deux pyranomètres enregistre à la fois l'apport énergétique solaire et l'énergie réémise par la Terre
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-12.png
Fichier image/png, 248k
Titre Photo 9 : Caillebotis installé sur la tourbière de Gimel dans le Parc naturel régional du Pilat (alt. 1200 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-13.png
Fichier image/png, 284k
Titre Figure 4 : L'évolution de la végétation observée sur les zones décapées de la tourbière bombée de la Verrerie dans les monts de la Madeleine
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-14.png
Fichier image/png, 2,8k
Titre Photo 10 : Zone décapée sur la tourbière de Gimel dans le Parc Naturel Régional du Pilat (alt. 1200 m) ; il s'agit de favoriser la colonisation par la Drosera rotundifolia
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-15.png
Fichier image/png, 331k
Titre Photo 11 : Drosera rotundifolia
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-16.png
Fichier image/png, 328k
Titre Figure 5 : L'impact de l'extraction de tourbe entre 1946 et 1999 sur la tourbière bombée de Vérines dans les monts du Forez (alt. 960 m)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-17.png
Fichier image/png, 319k
Titre Figure 6 : La tourbière bombée des Roussis dans les Bois Noirs (alt. 900 m) : unités écologiques et évolution des sols à l'issue des tentatives de boisement de la seconde moitié du XXe s.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/4162/img-18.png
Fichier image/png, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Cubizolle et Céline Sacca, « Quel mode de gestion conservatoire pour les tourbières ? L'approche interventionniste en question », Géocarrefour, Vol. 79/4 | 2004, 285-302.

Référence électronique

Hervé Cubizolle et Céline Sacca, « Quel mode de gestion conservatoire pour les tourbières ? L'approche interventionniste en question », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/4 | 2004, mis en ligne le 04 juin 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/4162 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.4162

Haut de page

Auteurs

Hervé Cubizolle

Université Jean Monnet CRENAM UMR 5600 CNRS6 rue Basse des Rives 42023 St-Etienne cedex 2 herve.cubizolle@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Céline Sacca

Université Jean Monnet, CRENAM UMR 5600 CNRS6 rue Basse des Rives 42023 St-Etienne cedex 2 celine.sacca@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page