Navigation – Plan du site
Articles

Les impacts anthropiques dans les parcs nationaux chinois : approche géographique

Anthropological impacts in Chinese national parks: a geographical approach
Guillaume Giroir
p. 187-197

Résumés

La présente étude montre que les parcs nationaux chinois (guojiaji ziran baohuqu), censés être des sanctuaires de nature, sont en réalité affectés par de multiples impacts anthropiques. À travers une approche géographique illustrée par diverses études de cas, elle décrit les formes, l’origine, l’échelle et la dynamique de ces impacts. L’analyse témoigne des difficultés d’application de la politique de protection de l’environnement en Chine, même au sein des aires protégées.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le mois d’août 2005, la Chine compte 243 parcs nationaux. Le statut de parc national confère à l’écosystème ou aux écosystèmesqui en bénéficient une protection théoriquement stricte. Il a permis parfois de freiner le déclin de la biodiversité en Chine, voire de faire augmenter les effectifs d’une espèce donnée dans certains cas. Néanmoins, dans un contexte comme celui de la Chine marqué par une pression démographique souvent considérableet une forte croissance économique, les parcs nationaux peuvent-ils constituer des sanctuaires de nature ? Par-delà leur statut censé leur assurer un degré de protection maximal, sinon total, quelle est la réalité de la protection de la biodiversitéà l’intérieur des parcs nationaux ?

2L’objectif de cette étude consiste en premier lieu à montrer le décalage entre le statut de parc national, garant en théorie d’un haut niveau de protection, et la réalité marquée par l’existence de multiples impacts anthropiques.On appellera ici impacts anthropiques aussi bien les formes d’atteinte directes à la biodiversité végétale et animale que les dégradations multiformes et multiscalaires del’habitatabritant cette biodiversité.

3Alors que les facteurs et les formes de déclin de la biodiversité en Chine sont assez bien documentés, leur identification au sein même des parcs nationaux ne fait l’objet que d’analyses fragmentaires et non thématiques. L’un des objectifs de cette étude est précisément de pallier cette carence. La mise au jour, le classement et la mise en cohérence des impacts anthropiques observables dans des types d’aires protégées censées en être indemnes, et donc par définition illégaux, constituent le principal apport scientifique de cette étude. L’approche retenue se veut donc résolument phénoménologique.Plusieurs facteurs d’explication seront proposés pour rendre compte de ce paradoxe préjudiciable à l’intégrité des parcs nationaux chinois et à la sauvegarde de la biodiversité qu’ils renferment. Il s’agira en deuxième lieu d’identifier les types d’impacts anthropiques affectant les parcs nationaux chinois et de les classer selon les modalités spatiales qu’ils revêtent. Une troisième et dernière partie s’attachera à montrer que les impacts anthropiques ne sont pas séparés les uns des autres ; selon une logique systémique, ils sont associés dans des combinaisons spécifiques selon les milieux physiques.

Les parcs nationaux chinois, ou la sanctuarisation impossible

4Les parcs nationaux constituent a priori des sanctuaires indemnes d’atteintes humaines (fig. 1). Pourtant, ces espaces protégés montrent de nombreuses formes de pression anthropique tant autour qu’au sein même des parcs.

Figure 1  : Distribution des parcs nationaux en Chine (fin 2003)

Figure 1  : Distribution des parcs nationaux en Chine (fin 2003)

Aperçus méthodologiques et théoriques

5Aller au-delà de ce constat général nécessite néanmoins une approche de terrain de type monographique portant sur l’ensemble des 243 parcs. Elle seule serait en mesure d’administrer la preuve d’abord de l’ubiquité vraisemblable de telles atteintes dans l’ensemble des parcs et d’en faire une géographie approximative. Surtout, seule cette approche pourrait donner des indications concernant la combinatoire d’impacts anthropiques propre à chaque parc ainsi qu’au final leur échelle. En l’absence d’une telle investigation, il est prudent d’éviter les discours généralisants tendant à verser soit dans le catastrophisme soit dans une vision idyllique.

6Dépasser le niveau phénoménologique pour adopter un point de vue normatif peut s’avérer également hasardeux. Il peut aisément conduire à une dramatisation de ces impacts anthropiques et à une fétichisation de l’intégrité des parcs nationaux. Or, nombre d’exemples à travers le monde démontrent que la sanctuarisation des aires protégées est loin d’être la panacée en matière de conservation de la biodiversité. Une étude publiée en 2001 par une équipe sino-américaine dans la revue Science a ainsi pu démontrer que l’habitat du panda géant (Ailuropoda melaneuca) avait été davantage détruit au sein même de la réserve de biosphère de Wolong (province du Sichuan), pourtant véritable symbole des parcs nationaux chinois, que dans les zones dépourvues de protection (Liu Jianguo, 2001). Plus généralement, deux points de vue extrêmes coexistent en matière de protection des espèces menacées. Les unsprivilégient la sanctuarisation de la biodiversité végétale et animale ; les autresconsidèrent que l’imbrication entre l’homme et la nature constitue la meilleure forme de sauvegarde. Entre la dissociation et l’association entre la nature et la société, toute une gamme de positions intermédiaires sont possibles.

7De même, la présence de certains impacts anthropiques dans une aire protégée donnée n’implique nullement une destruction irréversible et massive de la biodiversité. Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer la capacité d’adaptation de la biodiversité à l’artificialisation des milieux naturels. Le constat de la multiplicité des impacts anthropiques dans les parcs nationaux chinois ne doit pas conduire à passer sous silence les cas de renaissance biologique qui y sont observables, comme par exemple pour le cerf du Père David (Elaphurus davidianus)sur l’île de Hainan.

Unstatut théoriquement très protecteur

8En Chine, la procédure de classement d’une aire protégée en parc national a été définie dès 1991 par le Conseil d’État puis précisée dans l’article 12 des Règlements de 1994. La candidature doit émaner du gouvernement de la province, de la région autonome ou de la municipalité de rang provincial où se situe l’aire protégée concernée, ou par le ministère compétent pour les réserves naturelles. La réserve naturelle doit avoir été pendant trois ans une réserve de niveau provincial, sorte de période probatoire pour valider le mode de gestion. Le Comité national d’évaluation des réserves naturelles nationales examine cette candidature, la transmet à la SEPA (State Environmental Protection Administration) qui soumet ensuite le dossier au Conseil des Affaires d’État pour approbation. Si un parc national subit des dommages trop sévères et perd sa fonction de protection, il peut être supprimé après examen par le Comité d’évaluation des réserves nationales et l’approbation du Conseil des Affaires d’État. Cette rétrogradation n’est pas totalement virtuelle ; elle a été mise en pratique dans certains cas (ex. Kalamaili, région autonome du Xinjiang).

  • 1  En Chine, certains animaux et plantes sauvages sont considérés comme des trésors précieux et sacré (...)

9La Chine s’est dotée d’un appareil juridique très complet et répressif en matière de conservation de la biodiversité. En 1980, la Chine a fait partie des premiers signataires de la World Conservation Strategy de l’IUCN. Elle a également ratifié la CITES (Convention pour le commerce des espèces menacées) en 1981. En 1987, le Comité central du PCC fit passer un amendement à la loi criminelle punissant sévèrement toute action menaçant le panda géant et les animaux rares. Pour les crimes les plus graves, tuer un « animal-trésor »1 ou être en possession d’une partie de son corps, sont prévus l’emprisonnement à vie, la confiscation de tous les biens, voire la peine de mort. En 1988, une Loi de protection des animaux sauvages a été promulguée, à partir de laquelle une série de règlements et de procédures administratives ont été publiés. Dans le texte majeur de 1994, Regulations of the People’s Republic of China on Nature Reserves, certains articles du chapitre 3 consacré à la gestion des réserves naturelles s’apparentent à une série d’interdictions sans appel  : l’article 26 stipule qu’ « Il est interdit de mener des activités telles que l’abattage d’arbres, le pâturage, la chasse, la pêche, la collecte de plantes médicinales, le défrichement, faire du feu, exploiter une mine, extraire des pierres ou du sable ». L’article 27 précise  : « Personne n’est autorisé à entrer dans la zone centrale des réserves naturelles….L’entrée dans la zone centrale des réserves naturelles nationales doit être approuvée par le bureau compétent ou les réserves naturelles dépendant du Conseil des affaires d’État ». Selon l’article 28, « le tourisme, les activités de production et de commerce dans les zones tampons des réserves naturelles sont interdites ». L’article 32 ajoute  : « Il est interdit de construire des installations productives dans la zone centrale et la zone tampon des réserves naturelles ». Certains cas graves de non-respect de la loi sont considérés comme des « crimes » dans les articles 39, 40 et 41 du chapitre 4 (« Responsabilité légale »).

10Dans la pratique cependant, le statut de parc national en Chine est loin de garantir toujours un niveau élevé de protection. Quatre parcs nationaux sont totalement dépourvus de bureau de gestion et de personnel, et n’existent donc que sur le papier(« paper parks », en anglais). Nombre de parcs nationaux sont affectés par des impacts anthropiques nombreux et multiformes. Inversement, certains parcs de niveau provincial peuvent renfermer une biodiversité particulièrement riche et peuvent s’avérer mieux gérés. Loin de constituer des sanctuaires et une mise sous cloche de la biodiversité, ces territoires n’échappent nullement aux atteintes anthropiques. Une étude nationale menée par la SEPA constate que, dans plus d’un tiers des parcs nationaux, l’environnement est sacrifié à la logique du profit. Ainsi, sur 226 parcs nationaux, 82 étaient engagés illégalement dans des activités telles que le tourisme, l’extraction minière, les infrastructures de transport, les équipements hydroélectriques, l’exploitation sylvicole ou les projets de construction.

Facteurs explicatifs généraux

11Malgré cet appareil législatif et réglementaire complet et dissuasif, le dispositif de protection des aires protégées en Chine comporte des limites à la fois nombreuses et de plusieurs ordres. La Chine représente un espace de hautes et anciennes densités de population. Dans un tel contexte démographique, les parcs nationaux créés dans leur quasi-totalité depuis le début des années 1980, et surtout depuis une dizaine d’années n’ont fait que se surimposer au peuplement existant. Dans la Chine orientale mais aussi certaines provinces du Sud-Ouest (Yunnan, Guangxi), la pression humaine est intense. Au total, plusieurs millions de personnes résident à l’intérieur des parcs nationaux chinois. Un tel phénomène entraîne de multiples interférences négatives, directes ou indirectes, entre l’homme et la biodiversité au sein des parcs nationaux chinois.

12Les facteurs socio-économiques jouent également un rôle majeur. La plupart des parcs nationaux occupent des territoires où résident des communautés rurales pauvres. C’est d’autant plus vrai que les parcs des périphéries de l’Ouest ou du Sud-Ouest chinois sont peuplés de minorités ethniques. Le facteur ethnique conduit souvent à rendre politiquement et pratiquement difficile l’application des règlements de protection des parcs. Dans la réserve de Xishuangbanna (province du Yunnan), les autorités, faute de moyens humains et financiers, pratiquent un mode de gestion interactif et coopératif. Ils considèrent comme nécessaire l’adhésion des minorités locales (notamment les Dai) aux décisions, et s’efforcent de l’obtenir en tolérant des entorses aux règlements dans certaines parties de la réserve pour être plus stricts dans d’autres. L’application rigoureuse des principes de conservation porterait atteinte aux droits coutumiers historiques des communautés locales, et se heurterait à une forte résistance. L’idée est de permettre un développement économique minimal pour que les communautés dépendent moins de l’exploitation des ressources naturelles. Les autorités du parc vont jusqu’à aider les villageois à se convertir de la culture sur brûlis aux plantations de thé ou d’hévéa, plus respectueuses de l’environnement (Albers, 1997). De plus, l’instauration de réserves de niveau national entraîne souvent une paupérisation des populations locales en raison de l’interdiction des pratiques traditionnelles de la chasse et de la cueillette. La mise en réserve comporte certains effets pervers. En rendant encore plus précieux les animaux ou les plantes menacés, elle leur donne encore plus de valeur marchande et encourage le braconnage ou la surcueillette. Elle est ainsi à l’origine de profits illégaux.

13L’emprise territoriale croissante des parcs nationaux est paradoxalement génératrice de risques. La sanctuarisation de territoires immenses porte en elle des contradictions majeures. Une telle politique accroît la probabilité pour les aires protégées d’être tôt ou tard traversées par des infrastructures de transport, comme les grands axes routiers, ferroviaires, ou les conduites de pétrole ou de gaz. De même, l’extension croissante des aires protégées aboutit à enfermer des ressources hydrauliques, minières et énergétiques toujours plus abondantes, alors même que le décollage industriel de la Chine nécessite toujours plus de ressources. La plupart des parcs nationaux chinois manquent cruellement de fonds pour assurer leur mission. Dans ces conditions, un certain nombre d’eux sont contraints de s’engager dans une politique d’autofinancement, qui passe parfois par la mise en valeur des diverses ressources présentes à l’intérieur de leur périmètre, au risque de menacer la biodiversité qui s’y trouve.

14Dans le contexte de miracle économique, la Chine a besoin de quantités considérables d’énergie. Pour limiter sa dépendance à l’égard d’importations pétrolières, et accroître la part de ses énergies renouvelables, elle mise sur l’hydroélectricité. Or, les parcs nationaux de l’Ouest englobent certains des grands fleuves chinois ou de leurs affluents, dont la mise en valeur des ressources hydroélectriques entraîne l’implantation de barrages. L’immensité des régions mises en réserve, notamment depuis la création des méga-parcs nationaux du Tibet-Qinghai et du Xinjiang depuis la fin des années 1990 rend en outre très difficile le contrôle effectif du terrain eu égard au sous-encadrement humain quasi-structurel caractérisant de nombreux parcs nationaux. Les carences du système juridique contribuent également au développement d’impacts anthropiques au sein des parcs nationaux chinois (Sharma 2005). Au total, nombre de facteurs expliquent que, malgré leur statut protecteur, les parcs nationaux soient loin de s’apparenter à de véritables sanctuaires de nature. L’une des conclusions les plus percutantes de la célèbre étude de Liu Jianguo et son équipe sur Wolong, véritable vaisseau amiral des parcs nationaux chinois, est la suivante  : « Wolong n’a pas été mieux protégé après sa création ». Pour autant, l’identification et le classement des impacts anthropiques présents au sein des réserves naturelles d’État en Chine n’est pas aisée.

Les atteintes directes à la biodiversité  : surcueillette et surchasse 

15Une partie des impacts anthropiques apparaît sous la forme d’un prélèvement direct sur la flore et/ou la faune sauvages présentes au sein des parcs nationaux. Il tend à réduire le stock d’individus et d’espèces des plantes ou animaux-trésors, voire dans certains cas à le menacer d’extinction. Ces atteintes directes à la biodiversité des parcs nationaux s’opèrent dans un cadre le plus souvent illégal, mais pas toujours.

Le braconnage des animaux menacés  : les cas du panda géant, de l’antilope du Tibet et du chevrotain porte-musc

16Divers phénomènes ne relèvent pas de la chasse proprement dite ni du braconnage, mais peuvent néanmoins entraîner une diminution significative du stock des animaux sauvages. Ainsi, plusieurs animaux sont considérés comme nuisibles  : un certain nombre de grands échassiers migrateurs sont empoisonnés car ils sont accusés par les pêcheurs d’occasionner un prélèvement excessif du stock de poissons. Le ramassage des œufs d’oiseaux migrateurs, notamment dans les aires protégées du Nord-Est chinois est pratiqué à grande échelle et menace la reproduction de certains oiseaux.

17Le phénomène de braconnage obéit, quant à lui, à des motivations différentes. Il peut avoir pour objectif la consommation de viande, la confection de produits artisanaux ou médicinaux, ou encore la vente à des utilisateurs finaux extra-locaux (restaurants, ateliers textiles…). Il est à noter qu’un certain nombre de minorités ethniques disposent d’armes à feu artisanales pour la chasse, comme par exemple dans la réserve de Xishuangbanna (Yunnan) (Santiapillai, 1990) ; ceci malgré l’interdiction de posséder des armes en Chine intervenue en 1995. Le braconnage du panda géant a continué à être pratiqué malgré la mise en réserve et la sévérité des peines encourues. En 1992, lors d’une patrouille dans le parc national de Wolong, plus de 70 cadavres de pandas géants tués ont été découverts dans la zone centrale. L’interdiction de la coupe de bois en 1998 a poussé une partie de la population à se tourner ces dernières années vers le braconnage pour trouver des sources de revenus alternatives.

18La chasse illégale touche également l’antilope du Tibet (Pantholops hodgsonii ; chiru en tibétain ;zang lingyang en chinois), qui vit principalement dans les méga-parcs nationaux des hauts plateaux du Tibet-Qinghai et de la région autonome du Xinjiang. Abondantes au début du XXe s. avec environ un million d’individus, elles furent massacrées par milliers à partir des années 1950 par les soldats chinois, soit pour la viande soit pour le sport. Aujourd’hui, elles sont surtout chassées pour leur poil (la fameuse laine shahtoosh, « roi de la laine » en persan), très demandé sur le marché national mais aussi international. Un châle de cette laine, la plus fine du monde (10-12 microns de diamètre), peut être vendu près de 10 000 € dans certaines boutiques de mode de Londres, Milan ou Paris. Le nombre des antilopes du Tibet serait ainsi tombé à environ 50 000 aujourd’hui.

  • 2  Le chevrotain porte-musc vit principalement dans les forêts de plusieurs sous-régions (nord-est de (...)
  • 3  Le Japon et la Corée représentent les principaux importateurs mondiaux, loin devant la France.
  • 4  Les animaux inscrits au second rang sur la liste des animaux sauvages protégés en Chine ne peuvent (...)

19Bien d’autres exemples d’animaux affectés par le braconnage peuvent être cités, comme la tortue pour sa chair ou l’ours pour diverses parties du corps. Un autre exemple de braconnage concerne le chevrotain porte-musc2 (Ginsberg, 1999). Cet animal est pourchassé pour son musc, sécrétion produite par le mâle en rut (environ 25 gr par mâle). Dès le VIIe s. av. J.-C., les marchands arabes ont fait le commerce du musc, puis surtout l’Europe à partir du IVe s. ap. J.-C. L’essentiel de la demande provient de la médecine chinoise traditionnelle où 400 préparations recourent au musc et à l’industrie des parfums3. Dans les années 1950, la population de chevrotains en Chine était estimée à 2-3 millions. Elle serait tombée aujourd’hui à 200 000-300 000, dont 100 000 pour l’espèce Moschus berezovskii, cible favorite du braconnage. En Chine, le chevrotain a été pourtant interdit de chasse en 1989, et d’exportation en 1997. De sévères lois protègent cet animal menacé classé au second rang des animaux menacés en Chine4, mais le braconnage demeure actif. Selon Anon (2000), néanmoins, le renforcement récent des mesures de protection concernant le chevrotain, ainsi que la mise au point du musc de synthèse en 1993, auraient entraîné l’arrêt du déclin des populations et une certaine renaissance.

L’essor des safaris, politique d’État contestée

  • 5  Les prélèvements de pandas géants à des fins diplomatiques aboutissent non pas à la mort de l’anim (...)

20Dans la loi sur la protection des animaux sauvages, il est stipulé que ces derniers sont la propriété de l’Etat ; seul un permis spécial de chasse délivré par le Conseil des Affaires d’Etat autorise à chasser des animaux protégés de Classe I. L’ouverture de la Chine a eu néanmoins comme conséquence inattendue d’introduire en Chine la pratique des safaris, courante en Afrique depuis longtemps. Dans les vastes régions de Mongolie intérieure, du Xinjiang et du Tibet-Qinghai, de véritables safaris sont proposés parfois par des agences gouvernementales. Pour certains chasseurs, notamment nord-américains, la Chine représente une « nouvelle frontière » à des prix très compétitifs. Elle offre du gibier abondant, un nouvel exotisme avec nuit sous la yourte, et des trophées inédits. Au départ, cette pratique s’est traduite par l’ouverture de parcs de chasse exclusivement réservés aux étrangers, comme le Dulan International Park de la province du Qinghai. La première zone internationale de chasse a été ouverte dans la province du Heilongjiang en 1985. Le chasseur sino-américain Lit Ng, a introduit la chasse aux trophées. Depuis quelques années, l’émergence de nouveaux riches Chinois avides de pratiquer des loisirs de luxe, comme le golf ou la chasse, a exercé une pression humaine encore plus forte sur certaines espèces animales, d’autant que cette demande est encouragée par les autorités officielles elles-mêmes5. La China Wildlife Conservation Association, émanation de l’Administration d’Etat des forêts (SPA), a appelé au lancement d’un club de chasse national pour la fin 2006 pour réguler ce marché émergent. Un véritable débat s’est institué autour de cette politique pro-chasse. Pour les uns, le développement de la chasse d’animaux sauvages est considéré comme un facteur de développement local pour des zones souvent enclavées et pauvres. Les revenus tirés de la chasse peuvent servir à financer des actions de conservation de la nature.

  • 6  L’étude de Harris et Pletscher (2002) a montré que les fonds payés par les chasseurs dans le distr (...)
  • 7  Le yack sauvage (Bos mutus) figure dans l’Appendice I comme « vulnérable » de l’IUCN, et dans la p (...)

21En août 2006, les autorités chinoises sont allées jusqu’à envisager d’organiser une vente aux enchères pour des droits de chasse d’espèces menacées. Cette vente repose sur le principe « kill-to-conserve », c’est-à-dire « tuer pour conserver »  : l’autorisation de tuer quelques animaux sauvages et menacés est censée servir à financer la sauvegarde des autres animaux6. Lors de la première vente organisée à Chengdu (province du Sichuan) et supervisée par l’Administration d’État des Forêts, le prix de départ pour tuer un yack sauvage (Bos mutus)a été fixé à 40 000 $, alors même qu’il ne reste plus dans la nature que 15 000 individus7. Celui des argali (Ovis ammon), sortes de mouflons moins rares mais très appréciés pour leurs cornes servant de trophées, est de 10 000 $. Une pétition lancée par la SSN (Species Survival Network), coalition internationale de 73 organisations chargées de faire appliquer la CITES, adressée à l’Administration d’État des forêts a, pour le moment, fait reculer ce projet.

La surcueillette des plantes sauvages

22Certaines plantes sauvages sont considérées comme rares et menacées. À l’instar des animaux sauvages, elles sont définies en Chine comme des « plantes sauvages-trésors » (zhenxi yesheng zhiwu), dont une large part est constituée de plantes médicinales. La médecine chinoise traditionnelle est, depuis ses origines, une grande consommatrice de plantes  : elle recourt à 7 137 plantes médicinales, dont environ 300 sont couramment utilisées. Il faut y ajouter les 3 781 types de médicaments développés par les minorités ethniques. Selon le Xinhua Compendium of Materia Medica réalisé par l’Institut de Botanique du Jiangsu en 1988-1991, la plupart des plantes médicinales utilisées dans la médecine chinoise sont sauvages (6 408 au lieu de 728 pour les plantes cultivées). Depuis quelques années, les laboratoires pharmaceutiques occidentaux ont également découvert les vertus thérapeutiques de ces plantes médicinales. La réglisse sauvage(Glycyrrhiza, en chinois ganzao), l’Ephedra (mahuang) et l’astragale (Astragalus membranaceus, huangqi) figurent parmi les plantes sur lesquelles s’exerce la plus forte pression anthropique.

23L’interdiction de coupe du bois en 1998 a été justifiée sur le plan écologique, mais a eu également des lourdes conséquences écologiques. En effet, nombre de villageois paupérisés et dotés de lopins agricoles n’ont pas eu d’autre alternative que de se livrer au prélèvement de produits forestiers autres que le bois. Dans le parc national de Wanglang (province du Sichuan), en avril-mai 2003, les autorités du parc et du district de Pingwu ont arrêté 62 personnes prélevant des plantes et confisqué plus de 122 champignons du type Cordyceps sinensis. Le prélèvement excessif des racines de ginseng (Panax ginseng) fait également partie des menaces avérées pesant sur la réserve de biosphère de Changbaishan (province du Jilin) ; la surcollecte des pommes de pin nuit aussi à la régénération de la forêt et a été interdite par les autorités du parc en 2006. De même, dans le parc national de Bogeda (région autonome du Xinjiang), une station de police a été créée pour contrôler la cueillette de plantes médicinales sauvages ; un plan de développement de mise en culture de ces plantes a été lancé pour mettre fin à cette pratique. L’étude de cas menée dans le village de Shirong (646 habitants, pour la plupart des minorités Lisu et Tibétains) situé entièrement dans le parc national de Baimaxueshan (province du Yunnan), territoire compris entre 2 200 m et 4 428 m d’altitude, montre la pression de la population sur la biodiversité végétale à l’intérieur des parcs. Les minorités tibétaines de Baimaxueshan ignorent la culture des légumes et dépendent exclusivement, pour leur nourriture, des plantes, des champignons (notamment Tricholoma matsutake et Morchella esculentahas) et des animaux sauvages. Depuis l’interdiction de coupe du bois de 1998, la cueillette des plantes et des champignons sauvages est devenue la source quasi exclusive de revenus. La cueillette de champignons comestibles comme le Tricholoma matsutake, objet d’une forte demande internationale, peut ainsi atteindre 60 kg, voire 100 kg par jour dans la zone centrale (Zhang Jinfeng et al., 2000). Cette pratique a conduit à la quasi-disparition de champignons comme le Cordyceps sinensis.

Les types d’impacts anthropiques dans les parcs nationaux

24Néanmoins, la plupart des impacts anthropiques concernant les parcs nationaux chinois sont de nature indirecte. Les menaces affectent ici non la flore ou la faune elles-mêmes, mais leur habitat. Ces impacts revêtent un caractère multiforme en fonction de leur nature, leur échelle, leur fréquence et leur modalité. Une approche de type phénoménologique mérite donc d’être privilégiée.

Les impacts agro-sylvo-pastoraux des populations rurales résidentes

25La population rurale présente au sein des parcs entraîne de multiples impacts, notamment l’extension des espaces agricoles et des surfaces bâties, ainsi que divers rejets de déchets (eaux usées…). La croissance démographique de cette population aggrave le phénomène, comme le montrent différents exemples. Dans la réserve de biosphère de Changbaishan (province du Jilin), le bourg de Antu comptait 10 000 habitants en 1927, mais 207 000 en 1995 (Xiu Yang et Ming Xu, 2003). La réserve de Wolong (Sichuan) comptait 2 560 personnes et 421 foyers au moment de sa création en 1975, mais 4 260 personnes et 904 foyers en 1995 (Liu Jianguo et al., 2001). Cette croissance démographique résulte principalement du fort taux de fécondité (environ 2,5 enfants par femme) caractérisant la minorité ethnique tibétaine, qui représente 75% de la population locale. Le processus de décohabitation des générations tend également à multiplier les surfaces bâties. De même, la célèbre réserve de Xishuangbanna, dans la province du Yunnan, s’étend sur 200 000 ha et englobe 93 villages. L’accroissement naturel mais aussi l’immigration ont fait augmenter la population de 12 000 hab. en 1980 à 20 000 hab. en 1985. Les zones cultivées en permanence et les surfaces consacrées au brûlis occupent une superficie totale de 13 000 ha. La rareté des terrains plats aggrave la pression anthropique sur et autour du parc. Pour développer la production de matières premières stratégiques ou octroyer aux paysans locaux des revenus en dehors de l’exploitation des ressources naturelles, les autorités ont encouragé l’extension de plantations de thé ou d’hévéa dans les parcs nationaux de milieu subtropical. De larges zones de forêts ont ainsi été converties en plantations d’hévéas à Hainan, provocant une menace sur les singes de l’île (Hylobates concolor hainanus), dont les effectifs sont passés respectivement de 2 000 au début des années 1950 à 30 au début des années 1980. Certains parcs incluent des fermes d’État, sur lesquelles les autorités des parcs n’ont aucune prise. C’est le cas du parc national de Xingkai hu (province du Heilongjiang), en partie occupé par deux fermes d’État et une ferme piscicole. Dans le cas des grands parcs du plateau tibétain, la colonisation de l’espace par les populations nomades, et souvent leur sédentarisation, exercent elles aussi une pression croissante. Dans l’immense réserve de Changtang (Tibet), la population de nomades s’élève à 19 000 personnes, et les animaux (moutons, yacks) à 1,5 million de têtes (Shah, 2002).

Le mitage par les sites extractifs et industriels

26De nombreux parcs s’étendent sur de vastes étendues dont le sous-sol est très riche en ressources minières et énergétiques. Historiquement, l’isolement de ces zones a freiné leur exploitation ; leur désenclavement progressif ainsi que l’essor considérable des besoins de l’économie chinoise exercent désormais une pression croissante sur les aires protégées. De plus, nombre de parcs nationaux reçoivent très peu de subventions. Leur autorité de tutelle les pousse à s’autofinancer le plus possible. La mise en valeur de leurs ressources minières engage donc les parcs dans une logique de rente. L’impact des sites d’extraction est d’échelle variable  : il s’agit soit de sites ponctuels dans le cas des carrières de matériaux de construction ou de minerais, soit d’ensemble de sites couvrant des zones beaucoup plus étendues comme pour l’exploitation pétrolifère. La pollution parfois sévère induite par de telles activités étend fortement la superficie de leurs impacts sur les réserves naturelles et leur biodiversité.

27Le parc national d’Aerjinshan (ou monts Altun, région autonome du Xinjiang), ensemble de hautes montagnes d’une superficie de 4,5 millions ha situé en bordure du Tibet-Qinghai, est consacré à la protection de divers animaux-trésors comme les antilopes du Tibet, les ânes sauvages, les yacks sauvages et les ours. Mais la réserve d’État, créée en 1985, a été fortement affectée par l’extraction d’or, de cuivre et d’amiante dans le cadre de mines privées et illégales. Au nord et au sud du lac Aqik (ou Achchikköl Hu), la densité des animaux sauvages est faible, en raison de l’utilisation des tracteurs et des camions desservant deux grandes mines d’or. Les dirigeants d’Aerjinshan ferment les yeux sur cette activité extractive qui rapporte des taxes dérivées.

28Certains parcs nationaux abritent des sites d’extraction et de transformation des hydrocarbures. Le parc national du delta du Fleuve jaune (province du Shandong) constitue un exemple éclairant. Créé en 1992 sur 153 000 ha, il est constitué de marais maritimes et d’espaces marins (31 314 ha) et représente une grande zone d’hivernage pour les oiseaux migrateurs, dont 200 grues à crête rouge (Grus japonensis). Néanmoins, deuxième zone de production pétrolière de Chine, Shengli possède plusieurs unités de production et équipements autour et à l’intérieur de la réserve naturelle. Les cours d’eau secondaires ont ainsi une qualité d’eau classée au niveau 5, le pire selon le standard officiel chinoiset la pollution affecte les oiseaux à travers la chaîne alimentaire. Nombre de lacs sont affectés par les rejets des eaux usées des zones habitées et des industries riveraines, comme c’est le cas pour les parcs nationaux occupant une partie des lacs Poyang (province du Jiangxi) et Dongting (province du Hunan).

La fragmentation par les axes de transport

29Les axes de communications, auxquels on peut rattacher les conduites (pétrole, gaz…), produisent des impacts de forme linéaire. Ils aboutissent à une fragmentation des aires protégées qu’ils traversent. Selon l’article 32 des règlements de 1994 relatifs aux parcs naturels en Chine, il est interdit de construire des infrastructures dans les parcs naturels. Mais, par leur dispersion dans l’espace et parfois leur gigantisme, les parcs nationaux peuvent difficilement constituer des zones d’évitement pour les axes de communication. Certains parcs nationaux ont réussi à refuser les travaux par la négociation, mais ils restent l’exception.

30La mise en place de nouveaux axes de communications produit de nombreux impacts sur la biodiversité. Malgré leur forme linéaire peu encombrante, ils ont des impacts directs mais surtout indirects sur la biodiversité des parcs nationaux, notamment en perturbant les secteurs de pâturage des antilopes du Tibet (vibrations, infrastructures faisant obstacle aux migrations, augmentation du tourisme et du braconnage).

31De plus en plus, les nouveaux grands axes de communication essaient de limiter leurs impacts sur l’environnement, notamment dans la traversée d’aires protégées. Ainsi, le tracé du gazoduc Ouest-Est a été modifié et rallongé de 15 km pour éviter la zone-tampon du parc national Aerjinshan-Luobupuo (région autonome du Xinjiang) consacré à la sauvegarde du chameau sauvage. Mais les contre-mesures comportent d’évidentes limites. Une autoroute traverse le parc national Xishuangbanna Mengyang (province du Yunnan) ; malgré sa surélévation à certains endroits pour faire passer les éléphants, cet axe majeur perturbe leurs parcours. De même, le chemin de fer Golmud (Qinghai)-Lhasa (Tibet) longe actuellement la limite orientale du parc de Kekexili (province du Qinghai), célèbre pour ses antilopes du Tibet. Il a été dessiné de manière à permettre le déplacement des antilopes à l’aide d’aménagements spécifiques (ponts et tunnels) et afin d’éviter les zones humides où les animaux se concentrent périodiquement. Mais les biologistes sont sceptiques sur l’efficacité de tels dispositifs pour les animaux.

32Dans les travaux moins emblématiques, les nuisances sont également significatives. Le parc de Kalamaili (Xinjiang), pourtant érigé en sanctuaire pour les kiang (Equus hemionus), est ainsi traversé en son milieu par la route nationale 216. Cet axe routier nord-sud reliant Ürumqi et Altay a été implanté à la place de trois sources utilisées par les animaux sauvages, et a coupé la voie qu’ils empruntaient pour leurs déplacements (Xuekelaiti, Yuan Guoying, 1993). Dans d’autres cas, les parcs nationaux ont accepté le passage d’infrastructures contre indemnité. Ainsi, le grand gazoduc Ouest-Est (Xiqi dongshu) a eu l’autorisation de traverser plusieurs parcs moyennant versement d’argent de la part de Petro China. Même si la conduite de gaz a finalement évité la zone expérimentale du parc national de Lop Nur Wild Camel (région autonome du Xinjiang), elle le traverse encore dans sa partie nord. L’entreprise paiera ainsi les salaires des employés du parc pendant trente ans et financera des enquêtes scientifiques de terrain.

Les effets territoriaux complexes des barrages

  • 8  Propos rapportés dans Anonyme, 2005, p. 14-15.

33Les barrages en tant que tels occupent des sites ponctuels, mais ont des effets territoriaux latéraux et longitudinaux parfois très étendus. Compte tenu de la distribution du relief et des climats en Chine, la moitié occidentale du pays concentre la plupart des ressources hydroélectriques potentielles. Or, il s’agit également de la principale zone d’extension des parcs nationaux. Dans la majorité des cas, les impératifs du développement ont conduit les dirigeants à privilégier la mise en valeur des ressources hydroélectriques à la sauvegarde de la biodiversité Tang Xueshan, professeur à l’Université forestière de Chine, affirmait ainsi, dans un entretien à Youth China Daily, qu’« aucun autre pays au monde en dehors de la Chine n’accepterait de construire des barrages dans ses parcs nationaux »8.

34Divers cas confirment cette politique, notamment sur le Plateau tibétain, dont la mise en valeur des ressources hydrauliques constitue l’un des axes majeurs de la stratégie de développement du Grand Ouest chinois depuis la fin des années 1990. L’exemple le plus représentatif est constitué par le projet de barrage de Mugecuo. Mugecuo (en tibétain Megoe Tso ; en anglais, Yeti Lake) est un lac glaciaire situé dans la préfecture autonome tibétaine de Ganzi, dans la partie occidentale de la province du Sichuan, ancienne région tibétaine du Kham. Perché à 4 000 m d’altitude, sa superficie de 3 km2 en fait le plus grand lac des montagnes de la Chine du Sud-Ouest. Situé sur le rebord oriental du Plateau tibétain, il s’agit surtout d’un haut-lieu pour le patrimoine naturel et culturel, non seulement au Tibet et en Chine, mais aussi à l’échelle mondiale. En matière de biodiversité, le lac Mugecuo constitue en effet un hot spot mondial, grâce à la présence de plus de mille espèces tropicales et de 2 000 variétés d’animaux et d’oiseaux. Mugecuo représente aussi un haut-lieu de la culture tibétaine, et un lieu de pèlerinage. À ce titre, le lac Mugecuo se situe dans la zone centrale du parc national des monts Gongga (Gangkar en tibétain). Or, ce lac fait l’objet d’un projet de barrage de la part de la Compagnie d’électricité Huaneng, dirigée par le fils de Li Peng, ancien premier ministre. Actuellement suspendu, il a néanmoins été approuvé par le gouvernement central. Les dommages potentiels en cas de réalisation seront considérables  : haut de 60 m, le barrage entraînera une élévation de 45 m du niveau du lac et engloutira une partie de la forêt primaire et de la prairie Tagong (en face du lac).

Les parcs nationaux confrontés à la menace diffuse du tourisme

35Depuis le début des années 1990, le tourisme a connu une forte augmentation au sein des aires protégées en Chine, pour atteindre 2,5 millions de personnes dès 1995 (Li, Wenjun, 2003). Le tourisme dans les parcs naturels est l’une des formes de tourisme connaissant la plus forte croissance. Globalement, il concerne 80 % des aires protégées du pays ; parmi elles, environ 16 % reçoivent plus de 100 000 visiteurs par an. L’accroissement de la fréquentation touristique a été nettement supérieur dans certains parcs naturels à celui de la moyenne nationale. Le cas de Jiuzhaigou (province du Sichuan) est à cet égard éloquent. Le nombre de touristes y est passé de 27 000 en 1984 à 800 000 en 2000. La mise en place d’un axe routier entre la capitale Chengdu et la réserve de biosphère a fait passer le temps d’accès de deux jours à 12 h et a entraîné une hausse brutale de l’afflux touristique.

36Les études relatives aux impacts du tourisme au sein des parcs nationaux donnent lieu à des résultats contradictoires. Certaines d’entre elles (Li Wenjun, 2003) tendent à présenter une image idyllique de l’écotourisme. L’essor du tourisme à Jiuzhaigou, parc national de 64 000 ha, promu parc national et réserve internationale de biosphère en 1982 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial naturel et culturel de l’UNESCO en 1992 serait bénéfique sur le plan social et non destructif sur le plan de l’environnement. Bien plus, l’abandon de toutes les activités agricoles depuis 1997 aurait permis le reboisement du parc, et une amélioration de son paysage. Le remplacement des voitures à essence pour guider les touristes par des Green Bus fonctionnant au GPL a limité la pollution au minimum. La plupart des études soulignent néanmoins les risques induits par la fréquentation touristique (Han Nianyong et Ren Zhuge, 2001). Certains des parcs entrent rapidement dans l’ère du tourisme de masse. Le changement d’échelle récent du tourisme de Jiuzhaigou suscite ainsi des inquiétudes. La mise en service de l’aéroport Jiuzhai-Hanlong en 2003 a provoqué un afflux de touristes  : la réserve, devenue un haut-lieu du tourisme international en Chine, a attiré en 2004 près de 2 millions de touristes. Le parc national possède 60 hôtels d’une capacité de 20 000 lits. Un tel phénomène pose la question de la gestion de la pollution et des perturbations de toute nature (eaux usées, gaz d’échappement, groupes de touristes encadrés par haut-parleurs, etc.) induite par la fréquentation et les pratiques des opérateurs touristiques.

Les combinaisons d’impacts anthropiques selon les milieux physiques  : l’exemple des forêts et des zones humides

37Parfois, un facteur principal, voire exclusif, est à l’origine des impacts anthropiques au sein d’un parc national donné. Mais, le plus souvent, les dégradations d’origine humaine sont plurifactorielles ; elles résultent d’une combinaison de facteurs d’extension, de fréquence et d’intensité variables. En outre, chacune de ces combinaisons s’avère en partie spécifique en fonction des types de parcs nationaux et de leurs milieux physiques. Il s’agit d’en présenter ici quelques exemples significatifs à travers une démarche de type systémique.

Des espaces forestiers menacés

38Nombre d’animaux sauvages en danger présents dans des parcs nationaux en Chine vivent sous un couvert forestier dense où ils trouvent nourriture et abri. La destruction et la fragmentation de cet habitat menacent donc indirectement la survie de ces espèces. La déforestation et le remplacement des anciennes forêts de pins de Corée (Pinus koraiensis) par des plantations à croissance rapide au sein du parc national de Changbaishan (province du Jilin) ont contribué, avec le braconnage, au déclin du tigre de Sibérie, dont les effectifs dans l’ensemble du Nord-Est chinois sont passés, selon les estimations, de 151 en 1975 à 16-22 en 1990 pour tomber à 9-13 en 1999 ; depuis la fin des années 1980, il est rarement observable dans la réserve de Changbaishan (Xiu Yang, 2003).

39La déforestation en Chine constitue un processus multiséculaire qui a permis d’étendre la surface cultivée pour nourrir une population toujours plus nombreuse. Ainsi, la grande plaine de Chine du Nord, aujourd’hui cultivée, portait-elle à l’origine une vaste couverture forestière. L’époque maoïste a considérablement accéléré ce processus. Le slogan de l’époque « Xiang shanqu yao liang » (« Forcer la montagne à donner des céréales ») s’est traduit par le défrichement massif des versants montagneux. Au Sichuan, par exemple, le taux de boisement est passé de 34 % en 1937 à 12 % en 1980 en raison de la surexploitation du bois par les entreprises forestières d’État. Au Heilongjiang, le taux de couverture forestière aurait baissé de 70 % en 1896 à 34,7 % en 1986. L’un des exemples les plus dramatiques serait celui des forêts du Tibet  : selon les chiffres fournis par le gouvernement tibétain en exil, la couverture forestière au Tibet serait passée de 221 800 km² en 1949 à 134 000 km² en 1985, soit une réduction de moitié. Cette surexploitation du bois serait surtout le fait de l’Armée populaire de libération et du ministère des Forêts. Mais localement, comme dans la zone de Kongpo, 20 000 soldats chinois et prisonniers tibétains seraient engagés dans l’abattage et le transport du bois.

40Les évolutions récentes du couvert forestier au sein des parcs nationaux chinois sont moins documentées et montrent des processus contrastés. De nombreux exemples de reconquête de la forêt après la mise en réserve sont observables. Dans le cas de Baishuijiang (province du Gansu), parc national de 213 750 ha situé dans le nord-est des monts Minshan, plus de 26 670 ha de terres cultivées ont été reboisées pour améliorer l’habitat des 102 pandas géants existants. Toutefois, les recherches de Liu Jianguo et de son équipe concernant l’évolution de l’habitat du panda géant dans le parc national de Wolong ont montré de manière inattendue que, pour la période 1965 à 1995, le rythme de déforestation et de fragmentation du couvert forestier a été plus rapide après la mise en réserve et davantage à l’intérieur même de l’aire protégée qu’à l’extérieur. Les impacts ont été particulièrement sévères pour les zones fortement propices à l’habitat du panda (highly suitable habitats). Les images satellitaires révèlent sans équivoque un processus massif d’extension des surfaces défrichées et de fragmentation du couvert forestier entre 1965 et 1995, avec une accélération après 1974, après la création du parc national. Peuplée de minorités ethniques, la réserve a échappé à la politique de l’enfant unique ; de plus, alors que les populations situées à l’extérieur du parc ont pu recourir à des énergies alternatives comme le charbon ou l’électricité, la paupérisation des résidents de l’intérieur les a poussés à dépendre encore davantage du bois de feu.

41Á l’échelle de l’ensemble du territoire chinois, la fragmentation de l’habitat des animaux constitue l’une des contraintes majeures à leur sauvegarde. Au début du Pléistocène, l’aire du panda géant s’étendait sur une large partie de l’est et du sud de la Chine, et remontait au nord jusqu’à Pékin. Actuellement, les 1 600 pandas géants à l’état sauvage vivent dans une zone de 13 000 km² fragmentée en une vingtaine d’entités isolées les unes des autres, dont certaines ne comptent pas plus d’une cinquantaine d’individus. Les risques d’affaiblissement du patrimoine génétique de l’espèce par consanguinité sont élevés. C’est la raison pour laquelle des corridors de bambous sont progressivement mis en place, comme entre les réserves de Wolong et Fengtongzhai avec les parcs de Huangshuihe, Shuanghe et Anzihe dans le massif de Qionglai (province du Sichuan).

La pression multiforme sur la biodiversité des zones humides, des lacs et des cours d’eau

42Tous ces milieux ont pour point commun la présence multiforme de l’élément aquatique. Or, l’eau fait l’objet d’une intense compétition entre divers utilisateurs ; de plus, elle constitue le réceptacle de toutes les pollutions induites par les activités domestiques et économiques. Á ce double titre, les parcs nationaux centrés sur des zones humides, des lacs ou des cours d’eau présentent de multiples formes d’impacts anthropiques.

43Les zones humides ont longtemps été considérées comme des réservoirs de terres cultivables. Cette pratique d’assèchement des zones humides a été érigée en politique systématique à l’époque maoïste comme le montre le slogan « Gagner des rizières sur les lacs » (Wei hu zao tian »). Cette période d’une trentaine d’années a ainsi entraîné une forte réduction des surfaces en zones humides. Dans la plaine de Sanjiang (province du Heilongjiang), la superficie en zones humides était de 5 340 000 ha en 1949 ; en 1983, elle est passée à 2 275 700 ha pour tomber en 1994 à seulement 1 481 600 ha. Ainsi, en cinquante ans, la surface des zones humides a été réduite de 36%. La prise de conscience tardive du rôle des zones humides dans la protection de l’environnement a été tardive. C’est seulement en 1992 que la Chine a adhéré à la convention Ramsar sur les zones humides d’importance internationale. Depuis, plusieurs parcs nationaux dédiés à la protection des zones humides ont été mis en place. Mais les menaces n’ont pas disparu. Le parc national de Momoge (province du Jilin) en constitue un exemple. Il s’agit d’un ensemble de cours d’eau, de marais et de prairies humides de 144 000 ha représentant un important site d’hivernage pour les grues de Sibérie et les grues du Japon. L’alimentation à partir de la rivière Neng a été réduite par les prélèvements dus à l’irrigation, à la pisciculture et aux industries (barrage de Baishatan). La pollution des eaux par les pesticides et les engrais chimiques utilisés dans les champs environnants constitue également une menace majeure pour le parc national de Dafeng, ensemble de marais maritimes faisant partie de la réserve de biosphère de Yancheng.

44Les parcs nationaux liés à des cours d’eau présentent des impacts anthropiques en partie spécifiques. L’exemple du parc national de Changjiang xinluoduan baijitun, situé près de la ville de Honghu (province du Hubei) est à cet égard représentatif. D’une superficie de 135 km², il a été créé en 1988 pour essayer de sauvegarder le célèbre dauphin d’eau douce (Lipotes vexillifer, en chinois baijitun, ou dauphin du Yangzi, ou encore dauphin à nageoires blanches). Actuellement, ce « fossile vivant » présent sur terre depuis plus de 20 millions d’années et surnommé ainsi le « panda géant de l’eau » pour sa rareté, est « en danger critique d’extinction » selon l’IUCN. Passé de 300 individus en 1986 à 150 en 1993, son effectif serait tombé à moins de 100 actuellement, victime des collisions avec les bateaux, du bruit, de la mise en eau du barrage du Yangzi, et des activités de pêche volontaires ou non, légales ou non.

Conclusion

45À l’issue de cette étude, le constat ressort aisément de la multiplicité des impacts anthropiques dans les parcs nationaux chinois. La diversité de leurs origines, de leurs formes, de leur étendue spatiale, de leurs combinatoires spécifiques et de leur dynamique constitue à l’évidence un vaste champ de recherche encore peu exploré.

46Diverses tendances contradictoires sont observables en matière politique. D’un côté, la prise de conscience du gouvernement central et des grandes institutions nationales (notamment la SEPA) de la nécessité de renforcer la conservation de la biodiversité semble réelle. Discours officiels et production législative et réglementaire sont depuis quelques années sans ambiguïté à cet égard. D’un autre côté néanmoins, cette volonté politique se trouve altérée par divers facteurs. Les parcs nationaux sont pris dans un système d’acteurs aux positions loin d’être homogènes. L’État lui-même manque de cohérence. S’il est de plus en plus soucieux de l’environnement, y compris de l’intégrité des aires protégées, il s’efforce aussi de défendre les intérêts supérieurs du pays, comme une indépendance énergétique minimale, l’intégrité nationale ou le développement des régions minoritaires. Pour ce faire, il met en place des infrastructures lourdes (axes de transports, barrages…) et autorise la mise en valeur des ressources du sol et du sous-sol. Ainsi, dans la pratique, cette contradiction au cœur de l’action de l’État aboutit à des solutions de compromis inégalement satisfaisantes au sein des parcs nationaux. Á l’échelle des gouvernements locaux, la priorité est en général au développement économique. Les parcs nationaux présents au sein de leur territoire doivent pouvoir contribuer au développement local ; d’autant que les gouvernements locaux sont en général les principaux contributeurs financiers des parcs nationaux. Á l’échelle des parcs eux-mêmes, la mission de conservation que leur a assignée l’État ne s’accompagne nullement de moyens suffisants, et les contraint à s’engager dans une stratégie d’autofinancement. Ils doivent en outre appliquer avec un certain laxisme les règlements sous peine de s’aliéner les minorités ethniques locales et créer des tensions inter-ethniques.

Haut de page

Bibliographie

ALBERS H. J., GRINSPOON E., 1997, A comparison of access restrictions between Xishuangbanna Nature Reserve (China) and Khao Yai National Park (Thailand), Environmental Conservation, 24, p. 351-362.

ANON, 2000 non publié, A review on trade of Chinese musk deer, Administration Office for Endangered Species of Wild Fauna and Flora, Import and Export of China.

Anonyme, 2004, Quanguo ziranbaohuqu minglu (Liste des parcs naturels de Chine) (2003), Pékin, Zhongguo huanjing kexue chubanshe, 116 p. (en chinois).

Anonyme, 2005, Megoe Tso  : The Damming of Tibet’s Sacred Lake, Tibet Justice Center, avril, p. 14-15.

BLEISCH, W.V., 1999, Xinjiang Arjin Mountain Natural Protected Area, Expedition Report (Jun-Aug 1999), China Exploration and Research Society, Hong Kong.

GINSBERG J. R., SCHALLER G. B., LOWE J., 1999, Petition to List Tibetan Antelope as an Endangered Species Pursuant to the U. S. Endangered Species Act of 1973, Wildlife Conservation Society & Tibetan Plateau Project, 38 p. 

GIROIR G., 2006, La mise en réserve de la biodiversité en Chine : le cas des parcs nationaux, Lettre InterGéo, n°1, mars, p. 14-16.

GIROIR G., 2007, Le mode de gouvernance des parcs nationaux en Chine, in HERITIER S. (dir.) Gérer les parcs nationaux, Paris, Ellipse.

GIROIR G., 2008(à paraître), Cinquante ans de parcs nationaux en Chine (1956-2006), inHommage à Pierre Trolliet.

HAN NIANYONG, REN ZHUGE, 2001, Ecotourism in China’s Nature Reserves: Opportunities and Challenges, Journal of Sustainable Tourism, Vol. 9, n°3.

HARRIS RICHARD B. et PLETSCHER D. H., 2002, Incentives toward conservation of argali Ovis ammon: a case study of trophy hunting in western China, Oryx (36), p. 373-381.

LI W., 2003, Ecotourism in China: Case Study in Jiuzhaigou Biosphere Reserve, Actes du The 8th Meeting of UNESCO-MAB East Asian Biosphere Reserve Network (EABRN-8), p. 52-60.

LIU JIANGUO, LINDERMAN M., OUYANG ZHIYUN, AN LI, YANG JIAN, ZHANG HEMIN, 2001, Ecological Degradation in Protected Areas: The case of Wolong Nature Reserve for Giant Pandas, Science, vol. 292, avril.

MILLER D., SCHALLER G., 1997, Conservation Threats to the Chang Tang Wildlife Reserve, Tibet, Ambio, 26 (3), p. 185-186.

SANTIAPILLAI C., DONG Y. H., LI Y., 1990, Management of elephants in Xishuangbanna Nature Reserve, P. R. China, WWF Report No. 3194.

SHAH N., 2002, Status and Action Plan for the kiang (Equus kiang), in MOEHLMAN P. D. (ed.), Equids: Zebras, asses, and horses status survey and conservation plan, Gland (Suisse), IUCN), p. 78.

SHARMA C., 2005, Chinese Endangered Species at the Brink of Extinction: A Critical Look at the Current Law and Policy in China”, Animal Law, Vol. 11, p. 215-254.

STONE R., 2006, A Threatened Nature Reserve Breaks Down Asian Borders, Science, 08-09, Vol. 313, p. 1379-1380.

WANG Kai (dir.), Zhongguo guojiaji ziranbaohuqu (Parcs nationaux de Chine), Hefei, Anhui kexue jishu chubanshe, 3 tomes, 1 333 p. (en chinois)

XIU YANG, MING XU, 2003, Biodiversity conservation in Changbai Mountain Biosphere Reserve, northeastern China  : status, problem, and strategy, Biodiversity and Conservation, 12, p. 901

XUEKELAITI, YUAN GUOYING, 1993, Xinjiang ziranbaohuqu leixing fenxi ji keyan guanli xianzhuang (Typologie et état des lieux de la recherche et gestion des parcs naturels du Xinjiang), Xinjiang huanjingbaohu (Protection de l’environnement du Xinjiang), 3 (en chinois).

ZHANG JINFENG, WANG WENBING, GENG YUNFEN, 2000, A Case Study on the Exploitation and management of NTFP in Shirong Village of Xiaruo in Deqing County, The International Seminar on Non-Timber Forest Products, Simao, Yunnan University Press, p. 58-67.

Haut de page

Notes

1  En Chine, certains animaux et plantes sauvages sont considérés comme des trésors précieux et sacrés du patrimoine national. Parmi les principaux « animaux-trésors » (zhenxi dongwu), le plus souvent des espèces endémiques particulièrement rares et menacées, figurent par exemple le panda géant, le chameau de Bactriane, le tigre (du Nord ou du Sud), l'antilope du Tibet, l'alligator du Yangzi, le dauphin à nageoires blanches, l'ibis à crête rouge et la mouette argentée.

2  Le chevrotain porte-musc vit principalement dans les forêts de plusieurs sous-régions (nord-est de Mongolie intérieure et au nord-ouest du Heilongjiang, nord-est du Xinjiang, sud du Shaanxi, du Gansu et du Ningxia). Une partie de son habitat se trouve également sur les hauts-plateaux du Tibet-Qinghai. Il occupe aussi les montagnes tropicales du Yunnan, du Guizhou, Sichuan et du Guangxi.

3  Le Japon et la Corée représentent les principaux importateurs mondiaux, loin devant la France.

4  Les animaux inscrits au second rang sur la liste des animaux sauvages protégés en Chine ne peuvent être chassés qu’avec un permis spécial délivré par les autorités provinciales.

5  Les prélèvements de pandas géants à des fins diplomatiques aboutissent non pas à la mort de l’animal, mais à une perte de biodiversité dans son habitat d’origine. Récemment, les cadeaux à Taiwan de deux pandas géants pris dans la réserve de Wolong ont provoqué un vif débat de la part des conservationnistes (cf. par exemple  : Huang, Zhiling (2005) « Reserve’s surprise at panda calling », China Daily, 03-06).

6  L’étude de Harris et Pletscher (2002) a montré que les fonds payés par les chasseurs dans le district d’Aksai (Gansu) ont très peu profité aux actions de conservation.

7  Le yack sauvage (Bos mutus) figure dans l’Appendice I comme « vulnérable » de l’IUCN, et dans la protection de Classe I par la Chine.

8  Propos rapportés dans Anonyme, 2005, p. 14-15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1  : Distribution des parcs nationaux en Chine (fin 2003)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3842/img-1.png
Fichier image/png, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Giroir, « Les impacts anthropiques dans les parcs nationaux chinois : approche géographique », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 187-197.

Référence électronique

Guillaume Giroir, « Les impacts anthropiques dans les parcs nationaux chinois : approche géographique », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3842 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3842

Haut de page

Auteur

Guillaume Giroir

Université d’Orléans, Centre d’Etudes sur le développement des territoires et environnement (CEDETE), 10 rue de Tours, BP 46527, 45065 Orléans Cedex 2, guillaume.giroir@univ-orleans.fr 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page