Navigation – Plan du site
Articles

Acteurs et territorialisations conflictuelles autour de la « mise en réserve » de l’Alto Bermejo (Argentine-Bolivie)

Stakeholders and conflicts over territorial limits in the development of the Alto Bermejo national park (Argentinia-Bolivia)
Sylvain Guyot, Elodie Salin et Didier Ramousse
p. 255-263

Résumés

Le parc national de Baritú, le plus septentrional d’Argentine, est situé dans le nord-ouest du pays (région d’Alto Bermejo), aux confins de la province de Salta. C’est une zone peu accessible et peu ouverte au tourisme international. Compte tenu de cette situation singulière, de l’attractivité de ses paysages et surtout de ses ressources (forêts, gaz, terres agricoles) des projets de protection et d’intégration de la région se mettent en place en réseaux dans une perspective de sécurisation foncière et d’intégration territoriale à plusieurs niveaux. Un corridor transfrontalier de biodiversité Argentine – Bolivie intègre la zone de Baritú dans un axe « Yungas » accompagné de coopérations au niveau local. Cette « mise en réserve » se double d’un projet de revitalisation des « étages écologiques complémentaires andins » avec certains villages de montagne des Andes. Ces projets ne se font pas sans conflits entre les différents niveaux politiques de gestion (local, provincial, national), les différents intérêts économiques en jeu, les enjeux transfrontaliers et la place théoriquement importante dévolue à la participation « communautaire ». Plusieurs logiques de « valorisation environnementale » coexistent, de manière contradictoire, avec des effets territoriaux différenciés et des jeux d’acteurs conflictuels.

Haut de page

Texte intégral

1Le parc national de Baritú, le plus septentrional d’Argentine, est situé dans le nord-ouest du pays (région d’Alto Bermejo), dans les confins de la province de Salta. Sa fonction est de préserver l’écosystème spécifique des yungas (forêt subtropicale humide de montagne), sur le piémont « humide » des Andes. Cette localisation est riche d’enjeux : le parc est implanté sur un territoire anciennement bolivien (région de Los Toldos), cédé à l’Argentine depuis la Seconde guerre mondiale. On ne peut y accéder que par la Bolivie, grâce au nouvel axe Bermejo – Tarija, car le parc est inaccessible directement par la route depuis l’Argentine. Via la Bolivie, le temps de transport public moyen depuis Salta, la capitale, est de 10h. Les coopérations semblent ainsi plus faciles avec la Bolivie qu’avec les villes argentines voisines. C’est donc, paradoxalement, un parc national argentin enclavé… en Argentine. Cet enclavement nuit, pour le moment, au développement du tourisme international. Toutefois, grâce à l’attractivité des paysages et surtout des ressources environnantes (forêts, gaz, terres agricoles), des projets de protection et d’intégration de la région se mettent en place en réseaux dans une perspective de sécurisation foncière et d’intégration territoriale à plusieurs niveaux (Amilhat-Szary, 2007 ; Carrizo et Velut, 2006). Un corridor transfrontalier de biodiversité Argentine-Bolivie intègre la zone de Baritú dans un axe « Yungas » accompagné de coopérations au niveau local. Cette « mise en réserve » se double d’un projet de revitalisation touristique des « étages écologiques complémentaires andins » (Murra, 1975) avec certains villages d’altitude des Andes. Ces projets ne se font pas sans conflits entre les différents niveaux politiques de gestion (local, provincial, national, supranational), les différents intérêts économiques en jeu, les enjeux transfrontaliers et la place théoriquement importante dévolue à la participation « communautaire » (Dahles et Keune, 2002 ; Mader, 2002 ; Guyot, 2006). Plusieurs logiques de « valorisation environnementale » coexistent de manière contradictoire avec des effets territoriaux différenciés (Brown et al., 2005).

2Quels sont les effets du processus de mise en réserve de l’Alto Bermejo sur les dynamiques territoriales et les jeux d’acteurs ? Nous défendons deux idées principales dans cet article : le passage (et la coexistence, l’un ne remplaçant pas totalement l’autre) d’un enclavement territorial à une intégration (transfrontalière, transnationale) et le passage d’acteurs plutôt marginalisés (fincasversus majorité des habitants et de leurs représentants, changement de territorialité de la Bolivie à l’Argentine) à une meilleure connexion générale ne profitant pas forcément aux populations locales malgré les efforts participatifs entrepris.

ACTE 1 : le parc national Baritú, la valorisation d’une enclave argentine dans le nord-ouest argentin d’Alto Bermejo

3L’enclavement et la marginalisation de l’alto Bermejo sont à replacer dans un contexte géopolitique plus général de jeux de frontières entre pays, de relations interprovinciales et dans un contexte démographique de faibles densités. La population de la région d’Alto Bermejo (à l’inclusion de Santa Victoria) ne dépasse pas la dizaine de milliers d’habitants.

L’enclavement territorial ou le jeu de frontières nationales et de limites provinciales

4L’enclavement est une figure territoriale relativement répandue (Debrié et Steck, 2001) dont on observe l’expression à plusieurs échelles. Il concerne le plus souvent un pays, ou une région, privé d’un accès à la mer ou à l’océan (comme la Bolivie ou le Paraguay). L’enclavement peut aussi caractériser un morceau de pays ou de région qui est totalement inclus dans le pays, ou la région, voisin (enclave espagnole de Llivia dans les Pyrénées françaises, enclave russe de Kaliningrad en Pologne…). Enfin, l’enclavement peut aussi s’entendre comme un territoire spécifique isolé dans milieu difficile, situation assimilable à une figure insulaire (enclave touristique, enclave de richesse).

  • 1  Guerre du Pacifique, guerre ayant opposé, de 1879 à 1884, d'un côté le Chili, et de l'autre le Pér (...)

5Jusque dans les années 1940, la frontière internationale entre la Bolivie et l’Argentine passait au nord-ouest, sur la crête de la cordillère orientale des Andes, puis sur les rios Santa Cruz et Lipeo (fig. 1), et enfin, au sud-est rejoignait le rio Bermejo. Cette frontière avait été entérinée en 1826 à la suite des indépendances. Le village de Los Toldos était donc intégré à la région de Tarija en Bolivie (province d’Arce) et au canton de Bermejo. Suite aux instabilités frontalières liées à la guerre du Pacifique1, en 1889, la province de Tarija a été maintenue en territoire bolivien, dans un processus d’échange triangulaire par lequel la Puna de Atacama était cédée à l’Argentine (traité Quirno Costa – Vaca Guzman) par le Chili. Pendant plus d’un siècle, cette région a donc été bolivienne. L’élevage et l’agriculture pratiqués à Los Toldos étaient destinés aux marchés de Padcaya (localité bolivienne voisine), de Tarija et, plus généralement, aux mines d’argent du sud de la Bolivie et aux mines de nitrates du Chili. Un nouveau traité, ratifié par la Bolivie et l’Argentine en 1938, modifia la frontière internationale pour la faire passer sur le rio Bermejo jusqu’à son confluent avec le rio grande de Tarija. Los Toldos a donc été intégré à l’Argentine, en échange de la ville de Yacuiba, à l’extrême nord de la province de Salta qui, elle, était intégrée à la Bolivie (Castro et al., 1998). Le passage de Los Toldos en Argentine facilite les communications et les échanges « étagés » millénaires qui existent avec les Andes et la puna de Santa Victoria, et permet aussi de constituer une « poche » de main-d’œuvre argentine à proximité d’une ressource forestière de qualité qui ne demande qu’à être exploitée. Inversement, Yacuiba offre à la Bolivie la possibilité de se constituer un centre industriel et administratif frontalier à proximité des gisements de gaz.

6

Figure 1 : Carte de localisation des enjeux frontaliers dans le nord-ouest argentin

Figure 1 : Carte de localisation des enjeux frontaliers dans le nord-ouest argentin

7Suite à ce changement de frontière, Los Toldos-Baritu acquiert une position singulière à l’échelle de la province de Salta. C’est une situation marginale qui va se transformer en rente de situation grâce à l’exploitation forestière.

8Los Toldos est en effet rattachée au département de Santa Victoria (Castro et al., 1998) et n’est reliée directement au reste de l’Argentine que par le sentier muletier qui va de Los Toldos à San Victoria en passant par un col à près de 4 000 mètres d’altitude. La zone de Santa Victoria est elle-même enclavée dans la province de Salta, car l’accès se fait uniquement par la province de Jujuy (La Quiaca) ou par la Bolivie. En raison des mauvaises relations entre les deux provinces, la route d’accès et le système de transport pour relier Salta à Santa Victoria sont peu développés. On comprend alors pourquoi la zone de Baritú est marginalisée, car elle dépend, pour son propre accès, d’une autre enclave au sud du territoire bolivien : en effet, la province voisine de Jujuy est elle-même enclavée dans la province de Salta, ce qui est une des raisons géographiques de la rivalité provinciale. De plus, dans les années 1960, l’existence de la frontière internationale tend à gêner le commerce de viande existant entre Los Toldos et Tarija, pour des raisons fiscales et sanitaires. Une épidémie de rage décime une grande partie des troupeaux et oblige une bonne partie des éleveurs à aller chercher du travail à Oran dans les plantations de canne à sucre. Il faut attendre les années 1973-1975 pour voir se développer de manière massive l’exploitation forestière, avec l’arrivée d’entreprises privées, les fincas, qui vont être à l’origine de la construction de la route d’accès à Los Toldos-Baritu via Condado et Bermejo (fig. 2). Cette route n’est pas construite pour les besoins de la population : elle est souvent fermée en saison des pluies quand l'exploitation forestière est au minimum de sa production. Outre la route d’accès à Los Toldos via la Bolivie, ce sont aussi des chemins d’accès à la forêt vierge qui vont être ouverts et qui, paradoxalement, vont permettre aux scientifiques de prendre conscience de la richesse écologique des lieux. Ces fincas, associées à la construction d’une petite scierie à Los Toldos, amènent dans le village le développement d’un certain nombre de services de base comme l’école, un dispensaire, etc. Dans les années 1970, la municipalité de Los Toldos est créée ce qui lui permet de s’affranchir de Santa Victoria. Cette décision reconnaît que la marginalisation de Los Toldos est toute relative : les relations avec la Bolivie restent quotidiennes et l’exploitation du bois est possible grâce aux nouveaux accès. Mais la population locale ne profite pas totalement de cette « nouvelle » connectivé et apparaît plutôt comme une main-d’œuvre captive et bon marché, surtout victime d’une marginalisation foncière prégnante.

La marginalisation foncière de la majorité des acteurs de l’Alto Bermejo

  • 2 Grands domaines fonciers agricoles en Amérique hispanique à titre de propriété individuel ou famili (...)

9Deux problèmes fonciers se posent à Los Toldos. Le premier concerne la nationalité des titres de propriété : certains sont boliviens, d’autres argentins, ce qui ne facilite pas la gestion des terres et ne favorise pas la « propriété à distance » d’un certain nombre de Boliviens de Tarija ; cela a permis une réappropriation rapide des terres par les fincas2. Le second problème concerne la répartition des terres entre les grands domaines et les populations locales. Les fincas possèdent la plupart des ressources foncières. Les habitants de Los Toldos n’ont que quelques terres et parcours, sur des superficies bien moindres, surtout depuis la baisse de l’activité d’élevage : le recensement agricole de 1988 indique que 73% des propriétaires fonciers ont moins de 50 ha souvent partagés entre plusieurs familles alors que les trois premières fincas ont des domaines de plus de 6 000 ha (Castro et al., 1998). Dans la plupart des cas, les habitants sont seulement employés comme travailleurs agricoles ou forestiers. Cette répartition inégale de la propriété foncière induit une ségrégation spatiale très forte : la plupart des habitants sont marginalisés sur leurs propres terres. La population locale est composée de « criollos » (créoles), la plupart d’origine bolivienne, assez mélangés quant à leurs origines ethniques. Il n’y a donc pas de réels pouvoirs indigènes à Los Toldos (à la différence de Santa Victoria, avec les Kollas), ce qui explique aussi une certaine « passivité » de la part des habitants qui ne semblent pas manifester de fort réflexe identitaire et protestataire (Hynes, 1994). L’action publique menée contre les fincas ne sera pas conduite pour réduire ces disparités foncières mais sera menée en relation avec la menace environnementale qu’elles représentent… contre des écosystèmes à la biodiversité malmenée !

Une première « mise en parc » discutable : le parc national de Baritu

1974, nouvelle illustration de la conservation « contre les populations » ?

  • 3  Arbres rares comme le Roble (Amburana cearensis), le Cedro Orán (Cedrella angustifolia), le Palo B (...)

10Le parc national de Baritu (fig. 2), d’une superficie de 72 439 ha, est créé en 1974 pour conserver l’écosystème originel des Yungas, totalement intact par endroits (zones non peuplées et zones forestières non exploitées), en particulier la forêt subtropicale de montagne3 et certaines espèces animales emblématiques comme le jaguar. Cette création de parc prévoit deux types d’expropriations : les populations locales vivant à l’intérieur des limites du parc et les fincas exploitant les ressources forestières. Les maisons des villageois de Lipeo et de Baritú ont été déplacées en limite de parc, afin que les activités agricoles et d’élevage soient compatibles avec l’effort de conservation. Ce parc illustre encore l’ancienne génération d’une conservation de la nature « contre les populations » (Guyot, 2006) comme l’illustra le projet d’expropriation de trois fincas (Las Pava, San Martin del Porongal et Rodeo Monde).

Le danger de la « papélisation » du parc face aux intérêts des forestiers

11Jusque dans les années 1990, le parc existait sur le papier mais n’était pas véritablement administré. L’organisme de gestion des parcs nationaux argentins (APN) est peu doté en ressources et la priorité est donnée aux parcs nationaux de Patagonie, plus à même d’attirer des touristes et d’être rentables. Cette non gestion du parc implique l’arrêt des activités d’une seule finca (San Martin del Porongal). Les autres fincas vont poursuivre leurs activités en prenant pour otage la population locale menacée de perdre des sources de revenus. Le niveau provincial a plutôt tendance à protéger les intérêts des entrepreneurs face à une initiative de protection de l’environnement perçue comme centralisée et bureaucratique car venant de Buenos Aires.

  • 4  La connexion environnementale fait référence à l’irruption, dans la région d’Alto Bermejo, d’arran (...)

12Cette situation, problématique pour les écosystèmes et peu confortable pour des habitants doublement dominés, va se modifier dans les années 1990 grâce à l’arrivée d’une équipe de gestionnaires et de gardes-forestiers et des nouveaux principes participatifs. Ce changement va être renforcé par une nouvelle dynamique de connexion environnementale4 marquée par l’émergence de nouveaux systèmes d’acteurs, de nouveaux projets et de nouvelles coopérations internationales. La région de l’Alto Bermejo va se retrouver au centre de nouvelles dynamiques territoriales de « mise en réserve » qui, sans annuler l’enclavement territorial ou effacer la marginalisation foncière constatée, devraient permettre une certaine redistribution des cartes.

Figure 2 :Les aires protégées de la région d’Alto Bermejo

Figure 2 :Les aires protégées de la région d’Alto Bermejo

ACTE 2 : Derrière la biosphère… le gaz : les deux piliers de la « mise en réserve » actuelle

13La région de l’Alto Bermejo se retrouve aujourd’hui au centre de nouveaux enjeux économiques, écologiques et politiques. Ces enjeux se matérialisent de différentes manières.

14D’un point de vue économique, plusieurs dynamiques concourent à augmenter l’importance stratégique de cet espace. Par exemple, la région de l’Alto Bermejo s’inscrit dans une logique de corridor routier entre l’Argentine et la riche province bolivienne de Tarija. De plus, l’exploitation forestière, les plantations de canne à sucre et l’extension de la frontière du soja, parfois complémentaires, parfois concurrentes, contribuent à transformer en profondeur les paysages et les structures sociales. Le voisinage de zones de production et de réserves importantes de gaz naturel et de pétrole (en Bolivie, au nord du fleuve Bermejo et en Argentine, au niveau des terres de piémont) et la proximité du passage de deux gazoducs transfrontaliers (gazoduc nord-andin et gazoduc d’Atacama) inscrivent cet espace dans une logique de sécurisation économique forte. Les dégradations causées sur l’environnement par la construction et la maintenance des gazoducs sont majeures. Pourtant… c’est bien une stratégie de protection de l’environnement qui est préconisée sur cet espace, pour mieux préserver des ressources qui pourront être exploitables dans le futur ! C’est ce que l’on appelle le « ressourcisme » (Ramousse et Salin, 2007)

Que (qui) se cache-t-il derrière la protection de la biosphère ?

  • 5  La RBYUN couvre une superficie de 12 287 km² et comprend quatre noyaux de protection exclusive con (...)

15D’un point de vue écologique, le concept de protection linéaire du ruban sud-américain de forêt subtropicale de montagne des Yungas permet de justifier l’existence de la réserve de biosphère de l’Unesco (RBYUN) et « fonctionnelle » depuis 20035. Elle sert aussi de trait d’union entre les différentes aires protégées existantes, dans une perspective transfrontalière, avec le parc national de Tariquia en Bolivie et la constitution d’un corridor bi-national (PEA, commission binationale pour le développement du bassin supérieur du Bermejo). Ressurgit, de même, l’idée de complémentarité écologique entre les Andes (Murra, 1975) et leur piémont des yungas avec la création d’un corridor écologique et éco-touristique (Rutas del Alto Bermejo).

16Plusieurs catégories d’acteurs, aux intérêts économiques clairement énoncés, se disputent le contrôle de l’espace de l’Alto Bermejo. Face à ces différents intérêts en jeu, il semble que la protection de l’environnement fédère, au moins provisoirement tous les acteurs locaux. Simple stratégie de court terme ? Véritable option sur le long terme, teintée de gestion durable des ressources naturelles ? On constate pour le moment que le projet de corridor écologique induit une certaine transgression des limites et des frontières existantes, visant à mieux intégrer cet espace à plusieurs échelles.

  • 6  Le gazoduc Atacama est caractérisé par la construction d'un pipeline de 925 km entre l'Argentine e (...)
  • 7  Entreprise de pâte à papier.

17Plusieurs groupes d’acteurs territorialisés coexistent dans l’alto Bermejo avec des motivations purement extractives. Pour eux, l’environnement est une ressource qu’il faut transformer en richesse en l’exploitant, parfois au mépris de la diversité écologique et de l’équité sociale. L’exploitation de gaz naturel dans la zone de piémont des Yungas a été multipliée par quatre entre 1993 et 2002 dans la province de Salta et les grands gisements découverts dans le département de Tarija représentent plus des 4/5e des réserves boliviennes. L’exploitation de ce gisement transfrontalier est d’actualité du côté argentin où plusieurs sociétés poursuivent des programmes d’exploration (Pan American Energy, Tecpetrol, Pluspetrol). De plus, le Nord-Ouest argentin s’affirme comme une zone d’interconnexion des réseaux énergétiques avec l’achèvement de deux grands gazoducs (Nor Andino et Atacama6) qui traversent la réserve de biosphère puis la Quebrada de Humahuaca avant d’atteindre la région d’Antofagasta au Chili (Carrizo et Velut, 2006) (fig. 1). De grandes plantations de canne à sucre, ainsi que des cultures d’agrumes et de légumes (Reboratti, 1998), s’étendent sur le piémont des yungas autour des ingeniosLedesma7(Libertador) et San Martin del Tabacal (Ramousse et Salin, 2007). L’exploitation forestière continue aussi par endroits, car certaines fincas ont obtenu de continuer leur activité.

18Ces acteurs ont toutefois bien compris la nécessité de sécurisation et de protection foncière de cet espace pour leur garantir une exploitation future dans de bonnes conditions, c'est-à-dire sans conflits environnementaux ni sociaux. C’est dans cette optique que certaines aires protégées résultent de compromis avec les entreprises qui opèrent dans la région. Le parc national Calilegua (1979) a été créé suite à la rétrocession de 76 000 ha de terres par l’ingenio Ledesmapour que l’État contrôle les invasions de terres et assure la protection de la partie amont du bassin hydrographique. En revanche, l’exploitation pétrolière a perduré au sein du parc où elle est soumise à un monitoring environnemental. Cette situation s’explique par la dissociation de la propriété des terrains et des droits acquis sur les ressources du sous-sol : très peu de barrières liées à l’existence d’aires protégées ou de populations aborigènes limitent en Argentine l’accès aux zones minières et pétrolières, à partir du moment où leur exploitation est censée revêtir un caractère d’utilité publique (Ramousse et Salin, 2007). Le parc provincial Laguna de Pintascayo a été créé grâce au rachat de propriétés par la firme Tractebel(actuellement Suez), pour compenser les dégâts occasionnés par le gazoduc Nor Andino dont elle est propriétaire. De même, la réserve nationale Nogalar, à proximité de Los Toldos, a été établie suite à une donation de terres de la finca rural San José de Guayco Grande y Pedregal8, financée par le Gazoduc NorAndino.

19Ces entreprises multinationales de l’Etat argentin, bien connectées au niveau de la province de Salta, ont su trouver un interlocuteur « indépendant » pouvant incarner une façade politiquement correcte pour calmer leurs détracteurs, ceci afin de mettre en place leur stratégie de sécurisation et de protection foncière. Il s’agit de la Fondation Proyungas, rameau du Laboratoire de recherches écologiques des Yungas (LIEY) de l’Université nationale de Tucuman, incarné par le chercheur influent, Alejandro Brown. Elle s’occupe depuis 2004 de la coordination du projet de corridor écologique du haut Bermejofinancé par le FFEM (Fonds français de l’environnement mondial) pour promouvoir les actions de conservation et de développement (Ramousse et Salin, 2007). ProYungas est impliquée dans la conservation de l’éco-région des Yungas. Elle entretient aussi des liens étroits avec les entreprises du secteur privé pour financer ses activités. Si le projet du FFEM tend à se recentrer sur la réserve de biosphère en laissant finalement de côté la zone de piémont où se concentre l’exploitation des hydrocarbures, d’autres acteurs (publics, privés, ONG) sont associés à ces initiatives et diverses opérations ont été réalisées en liaison avec le projet de corridor, y compris en vue de la constitution de réserves privées (Ramousse et Salin, 2007). L’action de Proyungas a permis de mettre un terme (peut-être seulement provisoire) à l’activisme de Greenpeace Argentine, qui se bat contre les impacts désastreux du gazoduc sur l’environnement, ainsi qu'aux mouvements sociaux et indigénistes organisés par certaines communautés (saga de la finca San Andres, voir Reboratti, 1998).

20Comment interpréter ces évolutions territoriales et ces nouveaux modes d’organisation des jeux d’acteurs dans la région de l’Alto Bermejo ?

Effets territoriaux et nouveaux jeux d’acteurs mondialisés

21La région de l’Alto Bermejo s’insère aujourd’hui dans une dynamique de désenclavement rapide et de valorisation environnementale qui prend « trois » directions. Ce désenclavement et la mise en réseau des espaces et des acteurs conduit aussi à une complexification, voire à une complication, des jeux d’acteurs, qui amène à discuter de trois types d’instrumentalisations territoriales : le « ressourcisme », le contrôle politique et la patrimonialisation, et enfin le développement territorial.

Un désenclavement prenant trois directions (fig. 3)

22

Figure 3 : La réserve de biosphère des Yungas

Figure 3 : La réserve de biosphère des Yungas

un axe nord-sud : le corridor des Yungas

23La création d’un corridor des Yungas permet d’organiser de nouveaux liens entre les deux provinces rivales de Jujuy et de Salta, et les oblige à coopérer de manière transversale et non plus concurrente. Toutefois les positionnements politiques actuels qui rangent la province pauvre de Jujuy derrière l’Etat central et la province plus riche de Salta dans l’opposition ne permettent pas encore de fluidifier totalement les relations.

vers un vrai corridor transfrontalier ? Corridor économique versus corridor écologique

24La contradiction inhérente à la mise en réserve de la région de l’Alto Bermejo, face aux intérêts économiques à plus court terme, est matérialisée par l’intersection du corridor écologique binational et du corridor de transports et de communication entre Oran et Tarija. Pour autant, dans une perspective de développement touristique c’est ce corridor de communication qui permet aujourd’hui le désenclavement de la zone de Los Toldos –Baritú. On peut donc constater certaines synergies. La partie nord de l’Alto Bermejo (Province de Salta) est une région transfrontalière, au profit de la Bolivie. D’ailleurs un jumelage existe entre la municipalité de Los Toldos et celle de Padcaya pour améliorer les échanges agricoles et touristiques.

25La route internationale Aguas Blancas – Bermejo – Tarija, alias « Route 1 » est construite grâce à des financements de l’Etat Argentin et va permettre une meilleure liaison avec Los Toldos. Des accords sont trouvés pour que tous les Argentins qui se rendent d’Argentine à Los Toldos via Bermejo ne soient pas systématiquement contrôlés à la frontière.

26On a aussi constaté une fréquentation de « touristes » populaires boliviens venus de l’autre côté de la frontière pour profiter des eaux thermales de leurs ancêtres de l’époque bolivienne. Ce sont les Boliviens les touristes transfrontaliers les plus présents à proximité du parc de Baritú. Le tourisme international reste peu développé et seul un complexe de chalets à Los Toldos permet d’accueillir les touristes, avec des prestations de restauration encore limitées.

un axe est-ouest : revaloriser la complémentarité des étages andins

  • 9  Traditionnellement, les populations andines organisaient leur système de relations et d’échanges e (...)

27Cet axe est-ouest est, à la fois, un corridor biologique qui permet de réunir la Quebrada de Humahuaca à la zone des Yungas, et un corridor écotouristique qui permet aux touristes et aux différentes communautés de renouer avec les échanges et les complémentarités ancestrales entre étages andins9. Ce corridor implique certains problèmes en raison de la résistance des habitants de l’étage biogéographique intermédiaire des vallées sub-andines comme la Quebrada, et au delà des communautés de la Puna, et de la difficile réalisation d’une route entre les deux ensembles séparés par un dénivelé de près de 4000 m. De plus, les services de transports des deux provinces n’arrivent pas à coopérer pour que les habitants de Santa Victoria puissent se rendre facilement à San Salvador de Jujuy (Provincia de Salta, 2006).

28Le désenclavement reste donc plus théorique que pratique : c’est un désenclavement de papier, de projets et de discours. Dans les faits, les zones de Los Toldos-Baritu et de Santa Victoria restent difficilement accessibles, ce qui explique la fréquentation encore réduite de touristes internationaux, au profit de la Quebrada de Humahuaca qui se situe sur le grand axe de communication entre l’Argentine et la Bolivie. Il existe aussi des possibilités de passages des touristes internationaux de la Quebrada vers les Yungas, par le biais de chemins de randonnées (chemin de l’Inca, www.unesco.org) contrôlés par les différentes ONG environnementales.

A qui profite la complication des jeux d’acteurs ?

Tableau 1 : jeux d’acteurs, intérêts et conflits liés à la « mise en réserve » de l’Alto Bermejo

  • 10  Le taux de population rurale est de 15% dans la province de Jujuy contre 10,9% dans celle de Salta (...)

Acteurs

Type et représentant

Niveau

Intérêts

Instrumentalisation territoriale reliée à mise en réserve de l’espace

Bailleurs de fonds
Organismes internationaux

PNUE, FFEM + reconnaissance UNESCO

International

Positionnement financier et idéologique dans une zone géopolitiquement, économiquement et écologiquement stratégique

« Ressourcisme » ; accompagnement par le biais de financement de projets.

Etat argentin

- ministère de l’énergie
-administration des parcs nationaux (APN)

National

- Contrôle de la politique transnationale de fourniture de gaz (réseaux de gazoducs)
- Contrôle des confins et des marges territoriales nationales dans des territoires où le niveau provincial est en concurrence (cas de l’enclave Los-Toldos – Baritú)

Contrôle politique
Intérêt certain de domination politique par rapport aux motivations concurrentes du niveau provincial

Etat bolivien

- ministère de l’énergie
-administration des parcs nationaux (SERNAP)

National

- Nationalisation de la fourniture de pétrole et de gaz

- Concession des parcs et des réserves (ici Tariquiia) à des ONG et des fondations bien connectées internationalement (PROMETA)

Contrôle politique
Mais rôle marginal pour le moment

Commission binationale

-PEA Alto Bermejo

Transnational et transfrontalier

Gestion binationale dépassée pour le moment par des arrangements concurrents (fondations, municipalités)

Contrôle politique
Rôle marginal

Provinces

- province de Salta
- province de Jujuy

Provincial

- contrôle territorial concurrent des mêmes prérogatives que l’Etat central (réserves provinciales, ressources minières, tourisme)
- rivalité politique Jujuy – Salta10 : Jujuy province pauvre qui a tout à gagner d’une alliance avec l’Etat et Salta province riche.

Contrôle politique (et « ressourcisme » : province de Salta)
Rôle majeur car niveau privilégié d’interaction entre les acteurs du développement (proximité des villes capitales des provinces identifiées comme « quartiers généraux »

Départements et Municipalités

- Département de Santa Victoria
- Municipalité de Los Toldos

Régional et local

développement touristique et meilleure accessibilité en matière de transports

Patrimonialisation et développement territorial
Rôle de pivot non joué : pas de projet de territoire au niveau local

Communautés

- Lipeo, Baritú, Nazareno etc.

Local, micro-local

projection dans le champ de l’indianisme et de l’environnementalisme

Patrimonialisation et développement territorial
Amplification des conflits et apparition de fractures au sein des communautés

Extracteurs (forestiers, gaziers…)

compagnies forestières (fincas), gazières (Suez)…

Transnational, glocal

marchandage destiné à compenser les dommages causés à l’environnement par leurs activités (compagnies gazières)

« Ressourcisme » ;
Sécurisation et protection foncière pour un développement futur

Fondations
---------------
ONG

PROYUNGAS
---------------
Andes Tropical, Greenpeace etc.

Transnational, glocal
---------------
Transnational, glocal

- acteurs incontournables (consultants et liens)
- cible de critiques : manque de représentativité, dépendance vis-à-vis des financements du Nord, liens avec les entreprises de la région.
- logique de prestation de service opposée à une logique revendicative

« Ressourcisme » et/ou patrimonialisation & développement territorial
- Instrumentalisation de l’ensemble des réseaux d’acteurs.
- Possibilité de financer des recherches plus ou moins objectives.

29Les jeux d’acteurs dans la région de l’Alto Bermejo sont à replacer dans le contexte de la mondialisation et des intégrations régionales, en particulier celle du Mercosur. On peut énoncer trois hypothèses pour interpréter les instrumentalisations territoriales liées à la valorisation environnementale par les différents acteurs.

30La première hypothèse interprète la « mise en réserve » de la région de l’Alto Bermejo au service d’une stratégie de « ressourcisme ». Ramousse et Salin (2007) montrent que la protection de l’environnement s’apparente plutôt à une sécurisation des ressources environnementales dans leur ensemble qui peut déboucher sur une exploitation différée dans le temps et dans l’espace. On protège l’environnement pour pouvoir mieux l’exploiter plus tard (décalage temporel) ou dans un périmètre proche (décalage spatial). Le « ressourcisme » est à rattacher à une idéologie environnementaliste plus globale défendue par la coopération américaine, la Banque mondiale, les grandes ONG anglo-saxonnes de protection de la nature (Conservation international, WWF).

31La seconde hypothèse éclaire cette « mise en réserve » comme une forme de contrôle politique et territorial à plusieurs niveaux. La nation argentine, comme les deux provinces, cherchent ici à défendre voire à imposer leurs prérogatives. L’État central fait du contrôle de ses marges territoriales une priorité surtout quand elles paraissent abandonnées aux rivalités entre provinces et quand s’affirment des enjeux transfrontaliers et des connections internationales. Toutefois le manque de moyens, l’éloignement du centre (Buenos Aires est à plus de 1 500 km de Baritú) et la privatisation des moyens de production (gestion privée des gazoducs, de l’exploitation forestière et agricole…) ne permettent pas à l’État de jouer un rôle central et hégémonique. Les provinces sont mieux armées pour instrumentaliser des jeux d’acteurs locaux en leur faveur, mais souffrent ici de la vieille rivalité entre Salta et Jujuy et, aussi, des différentes formes d’enclavement. Ainsi, la province de Jujuy est-elle petite, pauvre et enclavée dans la grande et riche province de Salta. Par conséquent, le département de Santa Victoria –Los Toldos se retrouve un peu « prisonnier » de son unique lien routier via Jujuy.

32La troisième hypothèse plaide pour une « mise en réserve » tournée vers une véritable valorisation du patrimoine naturel et culturel de la région, qui intégrerait les populations locales tout en reconnaissant leur diversité (développement territorial). C’est surtout le fait du niveau local (municipalité, communautés). Si cette possibilité transparaît en filigrane dans tous les discours des différents acteurs, elle semble beaucoup moins aboutie que dans d’autres situations (Uyuni, Quebrada de Humahuaca). Ceci s’explique par la difficulté des acteurs locaux à s’organiser et à s’imposer dans le débat face à tous les autres acteurs qui ont une posture de domination financière et territoriale. Toutefois, nous pouvons noter que certaines communautés bénéficient, ponctuellement, d’une reconnaissance de leur patrimoine et d’une véritable légitimité participative. Mais, le plus souvent, conflits et hiérarchisation internes empêchent la mise en place d’un véritable développement territorial basé sur un projet cohérent. C’est peut-être dans la coopération transfrontalière et grâce à des flux plus importants de touristes internationaux qu’un tel développement pourra s’enraciner. Nous en sommes encore loin. Nous constatons aussi la capacité que peuvent avoir certaines fondations et ONG à jouer sur tous les tableaux : c’est le cas de Proyungas (cf. rubrique Compléments fondation Proyungas, en bibliographie) dont nous n’avons pas encore compris quelle était sa finalité véritable, sinon peut-être celle de permettre à un groupe de chercheurs-consultants de pouvoir travailler en position de force !

Conclusion

33La mise en réseau d’un territoire enclavé et marginalisé par des acteurs nombreux aux ramifications souvent internationales ne conduit pas forcément à un désenclavement abouti ni à une intégration des populations locales dans les logiques de développement. De plus, on n’assiste pas encore à la création d’une véritable dynamique transfrontalière institutionnalisée aboutie, en raison des blocages persistants entre les agences gouvernementales des deux pays. Pourtant, les populations locales sociabilisent et échangent de part et d’autre de la frontière, sans que cela atténue vraiment le sentiment de marginalisation territoriale et foncière. Au mieux, l’enclavement n’est pas vécu comme une captivité, grâce à l’ensemble des possibilités offertes par la proximité bolivienne. En fait, le principal processus de territorialisation de l’Alto Bermejo, la mise en réserve, se fait contre, ou sans (dans le meilleur des cas) les populations locales, malgré un processus participatif de circonstance.

34Cette « mise en réserve » peut être interprétée de trois manières : ressourcisme, contrôle politique (national et provincial) et patrimonialisation. Les deux premières hypothèses semblent l’emporter sur la dernière, en raison justement du caractère territorial enclavé et marginal de cette région. Les populations locales auraient donc tout à espérer d’un véritable désenclavement routier et éducatif qui permette de minimiser les spéculations territoriales d’acteurs dominants… bien qu’éloignés. Ces acteurs dominants sont bien connectés entre eux, malgré des conflits orchestrés à tous les niveaux et produisant un bruit de fond qui évite pour le moment des tensionspopulaires plus profondes.

Haut de page

Bibliographie

AMILHAT-SZARY A.-L., 2007, Are borders more easily crossed today ? The paradox of contemporary trans-border mobilities in the Andes, Geopolitics vol. 2007, n°1, p. 1-18.

BROWN A., ORTIZ U., ACERBI M., CORCHERA J., 2005, La situación ambiental argentina 2005, Buenos Aires, Fundación Vida Silvestre, 587 p.

BROWN A., PLACCI L., GRAU H., 1993, Ecología y diversidad de la selvas subtropicales de la Argentina, Elementos de Política Ambiental, n°14, p. 215-222.

CARRIZO S. et VELUT S., 2006, L’énergie dans le Mercosur. Réseaux transnationaux et logiques nationales, Hérodote 2006/4, n° 123, p. 88-106.

CASTRO H., NATENZON C., REBORATTI C., VENTURA B., 1998, Los Toldos, provincia de Salta : sintesis historico-geografica, Buenos Aires, UBA, 22 p. 

DAHLES H. et KEUNE L. , (dir.), 2002, Tourism development and local participation in Latin America, Cognizant Communication Corporation, 177 p. 

DEBRIE J., STECK B., 2001,L’enclavement, réévaluation théorique et application à l’Afrique de l’Ouest, L’Espace Géographique, n°1, p. 26-36.

GUYOT S., 2006, Rivages Zoulous : l’environnement au service du politique en Afrique du Sud, Paris, Karthala – IRD, 256 p. (+ cahier photos de 12 p.).

HYNES A., 1994, Uso de la Plantas por las comunidades de los yungas del extremo norte argentino, Tucumán, LIEY, 43 p. 

MADER R., 2002, Latin American Ecotourism: What is it ? Current Issues in Tourism, vol.5 n°3, p. 272-279.

MURRA J., 1975, El Control Vertical de un Máximo de Pisos Ecológicos en la Economía de las Sociedades Andinas, in MURRA J. (ed.), Formaciones Económicas y Políticas del Mundo Andino, Instituto Estudios Peruanos, Lima, Pérou, p. 59-115.

Provincia de Salta, 2006, Informe plan de capacitacion Nazareno: gestion municipal en Turismo, document de travail, 10 p. 

Provincia de Salta, 2006, Informe y Comentarios de la Travesía Salta- Santa Victoria – Los Toldos – Lipeo…, document de travail, 4 p. 

RAMOUSSE D., SALIN E., 2007, Aires protégées des périphéries sud-américaines : entre réserves stratégiques et logiques de valorisation patrimoniale, Monde en développement, n°138, p. 11-26.

REBORATTI C. (dir.), 2003, La Quebrada, Geografía, historia y ecología de la Quebrada de Humahuaca, Editorial La Colmena, Buenos Aires.

REBORATTI C., 1998, El Alto Bermejo. Realidades y conflictos, ed. La Colmena, Buenos Aires.

Haut de page

Annexe

Compléments fondation Pro-Yungas : Ensemble des institutions collaborant à la fondation Pro-Yungas :

 Fundación ProYungas trabaja en colaboración con:

- Nacionales : Cancillería Argentina ; Comisión Binacional para el Desarrollo de la Alta Cuenca del Río Bermejo y el Río Grande de Tarija

Oficina Cooperación Bilateral ; Secretaría de Medio Ambiente de la Nación

CONADIBIO ; PROSOBO ; CITES ; MAB ; Comité para las Montañas ; Dirección de Bosques Nativos ; Dirección de Fauna y Flora ; Fondo para las Américas ; Bosques Modelo ; Administración de Parques Nacionales ; Universidad Nacional de Salta (UNSa) ; Universidad Nacional de Tucumán (UNT); Universidad Nacional de Jujuy (UNJu); Instituto Nacional de Tecnología Agropecuaria (INTA); Consejo Federal de Inversiones (CFI)

- Provinciales : Provincia de Salta - Secretaría de Medio Ambiente y Desarrollo Sustentable ; Secretaría de Turismo; Provincia de Jujuy - Ministerio de Producción y Medio Ambiente; Secretaría de Medio Ambiente; Secretaría de Turismo y Cultura;; Secretaría de Coordinación Regional ; Provincia de Tucumán - Ente Turismo Tucumán

-Municipales :Municipalidad de Orán (Salta) ; Municipalidad de Los Toldos (Salta) ; Municipalidad de Libertador General San Martín (Jujuy) ; Municipalidad de Palpalá (Jujuy) ; Municipalidad de Yerba Buena (Tucumán)

- Comunas : Comuna de Yala (Jujuy) ; Comuna de San Francisco (Jujuy)
- Organismos No Gubernamentales : Fundación Vida Silvestre Argentina (FVSA); Greenpeace Argentina; Fundación Pachamama (Salta); Programa Andes Tropicales (PAT), (Mérida, Venezuela) ; Fundación PROMETA (Tarija, Bolivia); Fundación Nativa (Tarija, Bolivia); Asociación de Montañas Andinas ; Asociación para el Desarrollo (ADE) (Salta) ; Fundación Aprendizaje y Vida (Escuela de Líderes) (Salta) ; Grupo Yavi de Investigaciones Científicas (Jujuy)
- Comunidades Indígenas/Rurales : Comunidad de Los Naranjos (Orán, Salta) ; Comunidad de San Andrés (Orán, Salta) ; Comunidad de Los Toldos (Los Toldos, Salta) ; Comunidad de Chorrillos/Acambuco (Tartagal, Salta)
- Empresas Privadas : Gasoducto Nor Andino Argentina S.A. (Bs.As.); Pan American Energy (BsAs y Salta, Tartagal); Forestal Santa Bárbara (Salta); Tabacal Agroindustria (Salta); Ledesma S.A.A.I. (Jujuy); Fabril Maderera S.A. (Salta); GMF Latinoamericana S.A.

- Instituciones Internacionales : Fondo Francés para el Medio Ambiente Mundial ; Embajada de Francia en Argentina ; Oficina Nacional de Bosques de Francia (ONFi) ; Programa Andes Tropicales ; Fondo para las Américas ; Corporación Andina de Fomento ; Fundación CODESPA, España

Haut de page

Notes

1  Guerre du Pacifique, guerre ayant opposé, de 1879 à 1884, d'un côté le Chili, et de l'autre le Pérou et la Bolivie coalisés. Ce conflit est aussi appelé aussi appelé « Guerre du Salpêtre », car il s’agit aussi d’une guerre d’appropriation économique. Le Chili sort victorieux, la Bolivie perd la région d’Atacama et son accès à l’Océan Pacifique et le Pérou perd la région de Tarapacá (Arica et Iquique).

2 Grands domaines fonciers agricoles en Amérique hispanique à titre de propriété individuel ou familial.

3  Arbres rares comme le Roble (Amburana cearensis), le Cedro Orán (Cedrella angustifolia), le Palo Blanco (Callycophyllum multiflorum), le Palo Amarillo (Phyllostylon rhamnoides), l’Afata (Cordia trichotoma), l’Urundel (Astronium urundeuva), le Tipa colorada (Pterogyne nitens), ou encore le Cebil Moro (Anadenantera macrocarp (Hynes, 1994).

4  La connexion environnementale fait référence à l’irruption, dans la région d’Alto Bermejo, d’arrangements spatiaux en réseaux (labels internationaux de conservation, actions d’ONG, promoteurs touristiques, etc.) visant à assurer le contrôle du territoire par des acteurs extérieurs ayant des intérêts économiques et scientifiques.

5  La RBYUN couvre une superficie de 12 287 km² et comprend quatre noyaux de protection exclusive constitués par deux parcs nationaux (Baritu et Calilegua) et deux parcs provinciaux(Potrero de Yala et Laguna de Pintascayo).

6  Le gazoduc Atacama est caractérisé par la construction d'un pipeline de 925 km entre l'Argentine et le nord du Chili, et un complexe énergétique de 600 MW (3 centrales de 200 MW) avec des installations de désalinisation de l'eau de mer à Mejillones.

7  Entreprise de pâte à papier.

8  http://www.hcdn.gov.ar/ , rubrique « Textos completos de proyectos parlamentarios H. Senado Nacion » puis taper le mot clef « Nogalar » pour arriver au texte ayant servi de source principale. « (S.-3.359/04) PROYECTO DE LEY »

9  Traditionnellement, les populations andines organisaient leur système de relations et d’échanges en utilisant les complémentarités climatiques et écologiques des différents paliers altitudinaux. Ce sont (selon une coupe est-ouest) : océan pacifique, désert d’Atacama, altiplano andin, vallées et gorges (Humahuaca) et yungas (Murra, 1975).

10  Le taux de population rurale est de 15% dans la province de Jujuy contre 10,9% dans celle de Salta. L’IDH de la province de Salta est de 0,84 en 2005 contre 0,81 pour la province du Jujuy. La province de Salta dispose d’une palette de ressources économiques (hydrocarbures en particulier) plus grandes que celles de Jujuy.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des enjeux frontaliers dans le nord-ouest argentin
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3602/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 2 :Les aires protégées de la région d’Alto Bermejo
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3602/img-2.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 3 : La réserve de biosphère des Yungas
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3602/img-3.png
Fichier image/png, 243k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Guyot, Elodie Salin et Didier Ramousse, « Acteurs et territorialisations conflictuelles autour de la « mise en réserve » de l’Alto Bermejo (Argentine-Bolivie) », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 255-263.

Référence électronique

Sylvain Guyot, Elodie Salin et Didier Ramousse, « Acteurs et territorialisations conflictuelles autour de la « mise en réserve » de l’Alto Bermejo (Argentine-Bolivie) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3602 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3602

Haut de page

Auteurs

Sylvain Guyot

MCF Université de Limoges, UMR GEOLAB, 39E, rue Camille-Guérin, 87036 Limoges cedex, sylvain.guyot@unilim.fr 

Elodie Salin

MCF Université du Mans, UMR CNRS ESO-GREGUM, Université du Maine, Avenue O. Messiaen, 72085 Le Mans cedex 09, esalin@yahoo.fr

Didier Ramousse

MCF Université de Versailles St Quentin en Yvelines, UMR C3ED, 47, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt cedex, didier.ramousse@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org