Navigation – Plan du site
Articles

Un nouveau parc naturel autour d’un vieux lac artificiel : les enjeux d’une Roumanie en transition dans les monts Apuseni

A new natural park around an old atificial lake: issues surrounding romania’s transition in the apuseni mountains
Gheorghe Şerban et Laurent Touchart
p. 243-253

Résumés

Le centre des Monts Apuseni a constitué, grâce à sa diversité paysagère et ses vieilles traditions ethnographiques, le cadre favorable à la création d’un parc national roumain en 2005, [original par sa situation en dehors de l’arc des Carpates au sens strict, son caractère très récent et le développement spontané de sa partie nord-est. Le tourisme y est l’activité principale, fondé sur les curiosités naturelles karstiques et la folklorisation du peuple montagnard des Motsi. Au Nord-Est, cependant, la vallée du Somesul Cald a été ennoyée par la mise en eau du lac de barrage de Fântânele. La région s’est réorganisée autour de ce point focal par un maillage de villages et de réseaux de transport plus modernes. Depuis peu, la station nautique et celle de ski surplombant le lac se tournent vers de nouveaux investisseurs. A l’inverse des mises en réserves précédentes, c’est finalement la région la plus artificielle du parc qui devient la plus attractive, mais la gestion durable y est en péril. Un rééquilibrage géographique est nécessaire, par un élargissement vers le nord-est des limites du parc.

Haut de page

Notes de la rédaction

Remerciements

Les recherches limnologiques de G. Şerban ont été possibles grâce au matériel de l’Université Babeş-Bolyai de Cluj-Napoca. Le séjour de recherche de L. Touchart dans les monts Apuseni en avril 2005 a été financé par le contrat Aquadoc (Office international de l’eau). Les deux auteurs remercient bien vivement C. Roman (Autorité nationale des eaux) pour la logistique du travail de terrain, ainsi que M. Vlaicu (université d’Oradea) pour la relecture critique du manuscrit et les informations inédites apportées.

Texte intégral

1Le développement des parcs naturels nationaux de Roumanie est une question géographique assez peu documentée. Il s’y croise pourtant des enjeux qui intéressent toute la Roumanie, comme l’importance des minorités nationales (Blanc, 1973 ; Rey, 1975, 1997) ou les liens entre les changements politiques et la préservation de l’environnement. La montagne, qui a joué un rôle considérable dans la construction de l’identité roumaine (Martonne,1902 ; Rey, 1996), y occupe une place de choix, puisque tous les parcs nationaux de ce pays s’y trouvent, à l’exception de celui des bouches du Danube. C’est la montagne qui a fourni les sites d’origine des premières formations politiques, puis des monastères, et qui a abrité jusqu’à aujourd’hui certaines populations particulières qui y avaient trouvé refuge. La problématique des identités nationales y est donc forte, si bien que, dans le cadre des parcs nationaux, la question de la résistance ou, au contraire, de la participation des populations locales à la gestion des aires protégées est particulièrement importante. De plus, la montagne, par son étagement biogéographique original, sa géomorphologie et ses systèmes de pentes, accentue les besoins de préservation environnementale.

2Or, de tous les parcs naturels nationaux montagnards de Roumanie, celui des Apuseni, qui se dresse tout à fait à l’ouest du pays, est le seul à ne pas se situer dans l’arc des Carpates au sens strict. Cette originalité physique, déclinée dans sa variété paysagère, a été le fondement de la création du parc national le plus récent de Roumanie, dont la conception même a d’abord reposé sur le recensement des curiosités géomorphologiques. Dans ce contexte, la question doit se poser de la place de la population locale, les Motsi, à la fois, au départ, dans les critères de classement, et, ensuite, dans la conduite actuelle du parc des Apuseni. Mais les limites du parc englobent un lac de barrage assez ancien, dont l’héritage économique tend à se transformer depuis peu en valeur touristique. Il s’agit d’une rupture avec le développement initial du parc, puisque l’attraction provient ici de l’aménagement d’un réservoir artificiel s’opposant aux merveilles de la nature karstique, d’une construction contemporaine s’opposant à la vieille tradition ethnographique, de la qualité des infrastructures touristiques s’opposant à l’attrait de l’isolement et d’un territoire situé à la marge nord-est du parc s’opposant au cœur de l’aire protégée initiale. C’est le cheminement inachevé de ces transformations, révélatrices, par le lien renforcé de l’efficacité économique et de la préservation environnementale, d’une Roumanie en transition, qu’il importe de présenter ici, pour mesurer l’intérêt de nouvelles propositions d’élargissement du périmètre du parc en aval du plan d’eau.

Le parc des Apuseni : d’une conception géomorphologique à la prise en compte des activités humaines

3Les années 1930 constituèrent le point de départ de la constitution des aires protégées de Roumanie, par la mise en place de la Commission de protection des monuments de la nature, la constitution de plusieurs réserves naturelles et la création, dès 1935, du premier parc naturel national, celui du Retezat. À partir des années 1950, de multiples études scientifiques eurent lieu sur le sujet et le nombre d’aires protégées augmenta. Cependant, le statut de réserve naturelle était privilégié sous le régime précédent, tandis que celui de parc naturel a été favorisé plus récemment. Aujourd’hui, les quelques 850 aires protégées, qui couvrent 1 250 000 hectares en Roumanie, sont avant tout des réserves naturelles, mais les onze parcs nationaux et cinq parcs naturels forment, pour la plupart, les structures les plus récentes et celles dans lesquelles la concertation est la plus aboutie. Cette propension a été renforcée par le projet Managementul conservarii biodiversitatii in Romania, qui, de 1999 à 2006, a insisté sur le développement de modèles de gestion des parcs et la croissance des liens avec les communautés locales. Les trois parcs sélectionnés, financés par la Banque mondiale, le gouvernement roumain et l’Administration nationale des forêts, étaient ceux de Piatra Craiuli, Retezat et Vânatori-Neamt, mais une attention nouvelle a ainsi été portée à tous les autres parcs et un élargissement ultérieur des recommandations est prévu.

4C’est dans ce contexte que le parc naturel des Apuseni a été mis en place récemment, comme aboutissement d’une longue évolution. L’idée d’une aire protégée dans les monts Apuseni remontait aux années 1920, mais ce n’est que dans les années 1970 que fut publiée la première carte délimitant le périmètre de protection à prévoir. À partir du décret ministériel de 1990 créant le parc national des Apuseni, onze lois nationales et plusieurs décisions locales se sont succédées, en particulier la loi n°5/06.03.2000, concernant l’approbation du Plan d’aménagement du territoire national (Section III, Zones protégées), la décision gouvernementale de 2003 établissant les limites du parc et le décret n°1198/25.11.2005 du Ministère de l’environnement et de la gestion des eaux, traitant du régime des aires protégées.

5Deux critères ont présidé à la création du parc naturel des Apuseni, en premier lieu l’attrait de paysages géomorphologiques spectaculaires, secondairement celui d’une montagne refuge aux fortes particularités ethniques, d’ailleurs en partie folklorisées. C’est le caractère physique qui a nettement dominé dans les causes de fondation, confirmé par les 48 réserves incluses dans le parc et qui lui préexistaient (tabl. 1). Trente six d’entre elles ont été classées pour des raisons strictement géomorphologiques, cinq pour un mélange géomorphologique et hydrologique, trois pour un mélange géomorphologique et glaciologique, trois pour un mélange géomorphologique et biogéographique et seulement une pour un ensemble biogéographique et rural.

No.

Toponyme

Cause de classement

No.

Cause de classement

Observations

1

Molhaşul Mare

tourbière oligotrophe

25

Cheile Mândruţului

canyon

2

Peştera din Piatra Ponorului

grotte karstique

26

Izbucul Mătişeşti

exsurgence karstique

3

Peştera Mare de pe Valea Firei

grotte karstique

27

Peştera Darnii

grotte karstique

4

Peştera Vârfuraşu

grotte karstique

28

Peştera Poarta lui Ionele

grotte karstique

5

Peştera Chişcău (Urşilor)

grotte karstique

29

Peştera de sub Zgurasti

grotte karstique

6

Platoul Carstic Lumea Pierdută

plateau karstique

30

Izbucul Coteţul Dobreştilor

exsurgence karstique

7

Vârful Biserica Moţului

cime calcaire

31

Izbucul Poliţei

exsurgence karstique

8

Groapa de la Bârsa

bassin karstique

32

Avenul din Şesuri

gouffre

9

Depresiunea Bălileasa

bassin karstique à dolines

33

Peştera Pojarul Poliţei

grotte karstique

10

Platoul Carstic Padiş

plateau karstique

34

Avenul de la Tău

gouffre

11

Poiana Florilor

clairières

35

Hoanca Apei

grotte karstique

12

Cetatea Rădesei

grotte karstique

36

Izbucul Tăuzului

exsurgence karstique

13

Săritoarea Bohodeiului

cascade

37

Avenul cu două intrări

gouffre

14

Pietrele Boghii

cime calcaire

38

Peştera Hodobana

grotte karstique

15

Valea Sighiştelului

canyon

39

Peştera Huda Orbului

grotte karstique

16

Valea Galbenei

canyon

40

Peştera Vârtopaşu

grotte karstique

17

Cetăţile Ponorului

complexe karstique

41

Peştera Coiba Mare

grotte karstique

18

Fâneaţa Izvoarelor Crişul Pietros

bassin karstique et pâturage

42

Peştera Coiba Mică

grotte karstique

19

Molhaşurile din Valea Izbucelor

tourbière oligotrophe

43

Avenul din Hoanca Urzicarului

gouffre

20

Avenul Bortigului

gouffre

44

Cheile Albacului

canyon

21

Peştera Gheţarul Focul Viu

grotte et glacier

45

Cheile Ordancusii

canyon

22

Piatra Bulzului

klippe calcaire

46

Cheile Gârdisoarei

canyon

23

Pietrele Galbenei

abrupt calcaire

47

Peştera Gheţarul de la Vârtop

grotte et glacier

24

Groapa Ruginoasa

méga-ravine

48

Peştera Gheţarul de la Scărişoara

grotte et glacier

Tableau 1 : Les réserves du Parc Naturel des Apuseni, une domination des curiosités karstiques

6La compréhension du parc passe donc d’abord par une conception géomorphologique dominante, celle des particularités des monts Apuseni, massif isolé à l’ouest de la Roumanie qui surgit entre la Grande Plaine hongroise et les plateaux de Transylvanie. La remarquable individualisation du massif ne pouvait que séduire l’école française de géographie régionale du début du siècle dernier, d’autant que, comme l’avait déjà noté le géographe polonais L. Sawicki (1912), le support physique en était un élément majeur. Cette moyenne montagne avait de ce fait été décrite par Emmanuel de Martonne (1922) en personne, mais ce dernier avait surtout délégué à Robert Ficheux (1928, 1933, 1938, 1996) l’étude de la grande diversité des unités géomorphologiques de ce massif eu égard à de si petites distances, dans des conditions de cloisonnement plus serré que dans les Carpates (Nordon, 1933). Les recherches roumaines elles-mêmes, qui se sont succédées sur ce lieu, ont confirmé et précisé le compartimentage paysager des Apuseni, fondé sur cette variété géomorphologique, tout en insistant, à la suite des travaux pionniers de Racoviţă, sur le caractère majeur du karst (Bleahu, Bordea, 1967, 1981 ; Cocean, 1984, 1988, 1995, 2000 ; Badea et al., 1983, 1987).

7 Le parc lui-même n’occupe, sur 75 784 hectares, que la partie centrale des monts, pour profiter de l’effet optimum des altitudes les plus élevées et des paysages les plus contrastés. C’est au cœur de cet espace désormais protégé que convergent trois groupes de montagnes, les monts de Bihor, où se situe l’altitude maximale de 1 849 m, les monts de Gilău et ceux de Muntele Mare (fig. 1). E. de Martonne (1931, p. 747) notait déjà que « l’histoire géologique est donc ici des plus compliquées. Elle explique une variété d’aspects qu’on n’attendrait pas d’un massif relativement peu élevé ». C’est sur cette diversité paysagère, elle-même appuyée avant tout sur la mosaïque pétrographique, qu’ont insisté les instigateurs du parc, issus pour la plupart de l’Administration nationale des forêts, dite Romsilva. Cette autorité était particulièrement sensible à la présence ici de l’une des dernières grandes forêts européennes couvrant un endokarst, mais des relais régionaux avaient été importants, notamment l’Institut de la recherche biologique de Cluj-Napoca et la Direction forestière d’Oradea.

Fig. 1 La situation géographique du parc naturel national des monts Apuseni

Conception et réalisation G. Şerban

Les numéros des réserves correspondent à ceux du tableau 1

8L’attrait principal viendrait de la partie centrale et occidentale, c’est-à-dire de la zone sédimentaire dominée par les calcaires. Ici, en effet, en particulier sur le plateau Padiş, les paysages karstiques sont spectaculaires (Cocean, 2000), sous forme de lapiés, dolines, ouvalas, poljés, ponors, grottes, gouffres, abîmes, gorges et défilés. Ce sont avant tout ces formes de modelé qui ont été classées en réserve à l’intérieur du parc et qui marquent sa spécificité (tabl. 1). À l’opposé, le nord-est du parc, taillé dans les schistes cristallins et les granites, manque de formes frappant l’imagination, selon l’administration, le conseil consultatif et même le conseil scientifique, malgré de profondes vallées resserrées par des intrusions magmatiques. Cette dissymétrie d’attrait soi-disant intrinsèque, qui répond certes à une opinion mondiale selon laquelle les formes karstiques sont celles qui captent le plus l’attention du public (Salomon, 2006), pourrait pourtant être remise en question et il s’agit de l’une des propositions des auteurs.

9En effet, au-delà d’une insistance forte sur les curiosités géomorphologiques, les autorités indiquent trois catégories territoriales à l’intérieur du parc, les « zones fonctionnelles », dont l’une admet l’intérêt social. Les premières, dites « zones protégées », réclament un effet anthropique considéré comme pratiquement absent. Tout est orienté vers la conservation de paysages pensés comme naturels, le biotope et la biodiversité qui s’y greffent, à laquelle certaines activités humaines traditionnelles peuvent d’ailleurs contribuer. Lesdites « zones de transition » forment des sortes d’auréoles-tampons qui doivent assurer le filtrage en direction des zones protégées. Enfin, la troisième catégorie spatiale est celle des « zones de développement durable des communautés ». Ici, outre la recherche scientifique et le travail de secours en montagne des équipes « Salvamont », aussi admises dans les zones précédentes, de nombreuses activités sont encouragées, parmi lesquelles, officiellement, la sylviculture, la chasse, la pêche, le pacage, l’extraction de la pierre, la construction traditionnelle et le tourisme. Il est vrai que le parc des Apuseni, avec ses 10 000 habitants, est l’un des plus peuplés de Roumanie, et comptant déjà 300 000 visiteurs par an, il possède une attractivité certaine.

10En conclusion, le parc des Apuseni, dernier né des parcs nationaux roumains, a vu sa création reposer, comme pratiquement tous les autres, sur la valeur des paysages naturels. Deux originalités le distinguent cependant à cet égard. D’une part, les critères n’ont pas été biologiques, mais géomorphologiques. D’autre part, il ne se trouve pas dans la partie la plus élevées de l’arc des Carpates au sens strict, mais dans une moyenne montagne, détachée à l’ouest du pays, bien qu’elle soit aussi dite des Carpates occidentales. Dans ce contexte, on attend du tourisme qu’il fédère les autres activités, dans le sens où il doit répondre à la fois à la propension paysagère qui a présidé à la création du parc et aux richesses culturelles issues de l’isolement montagnard, que la préservation des traditions est sensée garder intactes.

Le tourisme, une activité fédératrice ?

11Le cœur du parc ne compte pratiquement pas de structures touristiques d’hébergement, lesquelles se concentrent dans les installations héritées de la période socialiste situées dans la zone périphérique du parc. Le reste de la fréquentation se partage entre les visites de quelques heures et les nuitées informelles. Un projet a été lancé par l’administration locale et des investisseurs privés, de construire une grande station de 8 000 places d’hébergement qui fonctionnerait toute l’année. Elle serait située à Padiş, au centre du parc, et bouleverserait les conditions actuelles mais, à l’instar de la lutte contre la mine d’or de Roşia Montană située juste en dehors des limites du parc, elle est combattue par les scientifiques et les écologistes, bien que les promoteurs pressentis se soient engagés à utiliser le bois comme matériau principal et à faire des constructions à nombre d’étages réduit. Il est vrai que la fréquentation actuelle, constituée aux trois quarts de Roumains et pour un quart d’étrangers, est celle d’une clientèle jeune, intéressée aux questions environnementales et peu encline à rechercher les commodités.

12Les guides touristiques roumains insistent très fortement sur les curiosités naturelles des monts Apuseni (Bleahu, Bordea, 1981), voire sont écrits par des auteurs eux-mêmes géomorphologues (Cocean, 1995). D’après eux, les sites les plus attractifs sont les petites masses de glace relictuelle piégées dans les grottes karstiques. L’air froid, plus dense, s’accumule ici dans une atmosphère confinée, qui permet le maintien de minuscules glaciers dans des conditions climatiques actuelles pourtant beaucoup trop chaudes. C’est le cas des grottes suivantes : Peştera Gheţarul de la Vârtop, Peştera Gheţarul de la Scărişoara, Peştera Gheţarul Focul Viu (photo 1). Malgré leur classement en réserve, un tourisme qui n’est pas toujours guidé accentue leur rétraction par des visites nombreuses et un certain piétinement. Parmi les autres paysages spectaculaires, les petits lacs karstiques sont souvent mis en avant. Ainsi, les laquets de doline, alimentés par de l’eau de pluie, prennent une couleur souvent brune et évoluent parfois en tourbières, comme le Tăul Vărăşoaia (photo 1).

Photo 1 : Les curiosités karstiques classées du Plateau Padiş : la grotte et la glace fossile Gheţarul Focul Viu

Clichés C. Roman (2002)

Photo 1bis : Les curiosités karstiques classées du Plateau Padiş : le lac de doline de Vărăşoaia

Clichés C. Roman (2002)

13En retrait dans les présentations faites de l’intérêt touristique du parc, les curiosités ethnographiques occupent la seconde place. Ouvert aux influences d’ouest, douces et humides, le massif des Apuseni (étymologiquement les monts du Couchant) se couvre de hêtres jusqu’à plus de 800 m, remplacés plus haut par des conifères. Peu défrichées, ces forêts, dont l’ampleur était déjà soulignée par Reclus (1874), ont servi de refuge au peuple des Motsi, sans doute parmi les descendants des Daces les moins romanisés du pays. Concentrant les rares cultures d’orge et pommes de terre ainsi que l’élevage dans les clairières, ce peuple montagnard a établi ici une véritable civilisation du bois. Les habitants produisent des baquets, des tonneaux, des escaliers, dans des hameaux à l’architecture préservée, et, plus généralement, font preuve d’une telle habileté dans l’usinage du bois (photo 2) que cette société est devenue célèbre à ce sujet dans tout le pays. Ainsi, même pour la Roumanie qui, en tant qu’État dont plus du dixième de la population se déclare d’une nationalité autre que roumaine (Rey et al., 2000), offre de nombreux exemples de populations à l’identité marquée, le cas des Motsi reste remarquable.

Photo 2 : Une civilisation rurale traditionnelle : scie mécanique sur le plateau Padiş

Cliché C. Roman (2005)

Photos 2bis : Une civilisation rurale traditionnelle : élevage sur le plateau Padiş

Cliché C. Roman (2005)

14Fier de ses particularités, de son repliement historique, de ses célèbres révoltes paysannes, le peuple des Motsi trouve ici une ouverture vers le tourisme. Certes, le pouvoir précédent avait parfois été tenté par une certaine instrumentalisation des particularités identitaires pour asseoir un État fort et le risque de muséification n’est pas à exclure Ce danger est d’ailleurs bien plus ancien et R. Ficheux (1927) déplorait déjà que la célèbre Foire aux Filles de Muntele Găina ne fût altérée par l’afflux des touristes. Aujourd’hui, cette fête est tout autant l’occasion initiale d’échanges de produits (et jadis de rencontres et de mariages de ce fait non consanguins) entre les montagnards des différentes vallées que de la vente touristique plus récente d’ouvrages artisanaux en bois. Mais il semble que des garanties d’un développement harmonieux sans folklorisation prononcée soient données. En effet, la valorisation moderne et économique de certaines activités traditionnelles est effective à l’intérieur du parc : c’est le cas de la commercialisation internationale récente de l’Arnica montana, plante cueillie par la population dans des aires délimitées par les autorités du parc, séchée selon les anciens us, mais vendue à une entreprise pharmaceutique suisse à un prix soutenu par son éco-certification. En outre, des élus représentent les Motsi à la fois dans les structures nationales et départementales pour veiller à l’adéquation entre le parc naturel et le respect de l’authenticité populaire. Les quinze emplois de gardes forestiers du parc leur sont d’ailleurs réservés en priorité. Pour autant, six des quinze postes créés en 2005 n’ont toujours pas été pourvus faute de candidat (situation en mars 2007, comm. or. M. Vlaicu) et la question de la participation active de la population locale au fonctionnement du parc reste donc posée.

15Enfin, de grands lieux symboliques Motsi restent hors du parc. Il en est ainsi du musée ethnographique de Lupşa qui, avec ses belles collections d’objets en bois, se trouve à 30 km en aval du parc et où A. Kerjean (2007, p. 85) note que, en matière de prix, « les nouveaux standards européens ne sont pas encore parvenus ». Il en est de même de la Foire aux Filles, qui continue, tous les mois de juin, d’avoir lieu sur la commune d’Avram Iancu, juste au sud de la limite de l’aire protégée. D’ailleurs, la frontière méridionale du parc, qui suit le tracé de la rivière Arieş, coupe en deux le pays Motsi, dont la seule partie septentrionale appartient à l’aire protégée, confirmant ainsi le caractère secondaire de l’ethnographie dans les critères de classement.

16En conclusion, les curiosités géomorphologiques fournissent en grande partie une consommation touristique confinant à la mise sous cloche de quelques petits morceaux paysagers spectaculaires. Les curiosités ethnographiques s’accompagnent quant à elles d’une consommation dont le risque, non avéré, serait de solenniser le développement coutumier d’une population montagnarde originale. Face à ces deux branches actuelles, un tourisme actif peut prendre son essor, qui conduit à des recompositions dynamiques et à la création de nouvelles structures.

La région du lac de barrage de Fântânele et le renversement de la conception du parc

La création du lac et les modifications physiques : un faible impact environnemental

17Favorisé par l’écoulement permanent de cette partie cristalline des monts Apuseni, ce fut en 1965 que débuta l’aménagement hydraulique du bassin fluvial du Someş Chaud (Someşul Cald), où les barrages pouvaient prendre appui sur les pointements magmatiques rétrécissant les vallées (Pop, 1996 ; Şerban,1999). Le troisième et dernier lac artificiel, le Fântânele, fut mis en eau en 1976 (photo 3).

Photo 3 Le barrage de Fântânele pendant et après sa construction

Clichés I. Roman (1976) et G. Şerban (2005)

18Le bouleversement a été celui réalisé ordinairement lors de la construction d’un lac artificiel. Entre les valeurs d’origine et les données actuelles, les différences morphométriques entrent dans la fourchette classique de remodelage des littoraux lacustres par abrasion des sortants et accumulation dans les rentrants (tabl. 2). Les profils bathymétriques (fig. 2) montrent que la partie aval a peu bougé en 24 ans. L’amont du lac a, en revanche, subi des transformations plus prononcées, avec une forte accumulation deltaïque à l’entrée des tributaires de régime torrentiel. Au total, l’ennoiement de la vallée encaissée sur environ 8 km² a peu modifié le paysage (Schreiber et al., 1987) et la régularisation des rives s’est effectuée à une vitesse habituelle.

Fig. 2 Profils bathymétriques du lac de barrage de Fântânele

Fig. 2 Profils bathymétriques du lac de barrage de Fântânele
Mesures : autorités du barrage et G. Şerban ; conception G. Şerban ; réalisation G. Şerban et L. Touchart

Tableau 2 La dynamique morphométrique du lac de barrage de Fântânele, un comblement sédimentaire peu préoccupant

Caractère morphométrique

1976

2000

Superficie (km2)

8,15

7,9567

Longueur (km)

19,13

18,95

Largeur moyenne (m)

426,03

393,14

Largeur maximale (m)

748,00

749,50

Profondeur moyenne (m)

26,87

26,09

Profondeur maximale (m)

88,00

85,40

Volume (millions de m3)

219

207,59

Les données de 1976 sont celles de l’ingénieur en charge du projet hydrotechnique, celles de 2000 sont issues de mesures inédites de G. Şerban à l’écosondeur et de traitement SIG.

19Sur le plan hydroclimatologique, l’apparition de brouillards, la formation d’un écosystème lentique, le changement du régime des niveaux d’eau (Sorocovschi, 1987), ont été les principales transformations.

20Finalement le problème écologique essentiel concerne les résidus abandonnés sur place lors de la construction. Ces morceaux de bois, blocs de béton, câbles et autres déchets métalliques ont été ennoyés et le lac ne les a fait disparaître qu’en apparence. Mais il s’agit déjà là d’une question anthropique.

La création du lac et les modifications humaines : une réorganisation sociale

21Deux localités, Beliş et Giurcuţa de Jos, qui étaient dans le lit de la rivière en passe d’être ennoyé, furent abandonnées, laissant ainsi un certain patrimoine culturel et religieux sous les eaux (photo 4). Leurs habitants furent transférés, d’une part vers les villages existants situés hors de la zone inondée, d’autre part vers une création ex nihilo, le Nouveau Beliş.

Photo 4 : Les ruines de l’église de l’ancien village de Beliş sous les eaux du lac Fântânele

Clichés G. Şerban (2005)

22Ce village neuf se caractérise par un urbanisme très différent de celui des localités anciennes. Ici, l’habitat est groupé, et non dispersé comme sur les autres finages. L’architecture se distingue par des toits très penchés, favorables à l’évacuation des fortes précipitations, mais peu adaptés aux vents violents auxquels résistent bien les maisons traditionnelles (photo 5). Quoi qu’il en soit, il fallut s’accommoder d’un emplacement plus haut en altitude, plus exposé et où l’accès à l’eau était moins aisé qu’en fond de vallée. En outre, des pertes financières furent subies par certains habitants, le gouvernement de l’époque n’ayant pas compensé entièrement la construction des nouveaux immeubles.

Photo 5 : Le Nouveau Beliş, une architecture récente atypique

Cliché L. Touchart (2005)

23Pourtant, le changement fut aussi en grande partie positif, en particulier concernant les infrastructures. L’ancien réseau de chemins ayant été coupé par les eaux, un ensemble de routes plus importantes, de construction moderne, permit une circulation plus rapide et, pour la première fois dans ce massif isolé, une liaison efficace avec les régions voisines (fig. 3).

Fig. 3 : Le barrage de Fântânele et la réorganisation du nord-est du parc

Conception L. Touchart et G. Şerban, réalisation L. Touchart

Et si la partie la plus artificielle du parc devenait sa principale attraction naturelle ?

24Le lac de barrage, le Nouveau Beliş et les versants escarpés proches sont devenus l’endroit où le tourisme est le plus dynamique du parc et où les possibilités de progression sont les plus importantes. Le point de départ en fut l’ensemble des maisons construites pour les travailleurs qui ont participé à l’édification du barrage. Celles-ci furent transformées en villas et hôtels formant le noyau de la nouvelle station de villégiature de Fântânele dès le début des années 1980. Depuis, le Nouveau Beliş et la station de Fântânele offrent des possibilités d’hébergement, privatisées par le nouveau régime en 1990 sous forme de la société S.C. Turism Transilvania S.A., dans des normes de confort uniques dans les limites du parc. L’offre consiste en deux restaurants, un café et 198 logements de vacances disponibles, répartis en trois immeubles. La plupart des touristes viennent en été afin de pratiquer les sentiers de randonnée autour du lac et, éventuellement, de profiter des excursions nautiques du bateau de 14 places appartenant à la société. En revanche, le tourisme balnéaire est presque inexistant, freiné par la température froide du plan d’eau situé à 991 m d’altitude en remplissage normal. Il est très rare que les 20 °C soient atteints au cœur de l’été (Şerban, 1997). L’importance du marnage, dû au turbinage, est aussi un inconvénient pour la baignade (photo 6).

Photo 6 Le lac Fântânele, un tourisme de randonnée plutôt que balnéaire.

Photo 6 Le lac Fântânele, un tourisme de randonnée plutôt que balnéaire.

Remarquer l’importance de la zone découverte par le marnage.

Cliché L. Touchart (2005)

25Les statistiques fournies par la société Turism Transilvania concernant les cinq années allant de 1993 à 1997, ont permis de dénombrer dans les locaux touristiques officiels et déclarés une moyenne annuelle de 648 touristes (dont 35 étrangers, soit 5 %) effectuant un séjour en général court, soit, au total, 1 317 nuitées par an, mais avec une diminution d’année en année sur la période (Şerban, 2001). Sur cette tranche de temps, 52 % des touristes venaient de mai à août et 35 % pour les seuls mois de juillet et août. Depuis 1998, la société ne publie plus de statistiques. Nos enquêtes partielles montrent que la diminution des nuitées se serait poursuivie jusqu’en 2000, en lien avec la baisse du niveau de vie roumain, puis le tourisme aurait crû de nouveau, sans atteindre pour autant les chiffres de 1990. Mais l’augmentation, difficile à chiffrer, concernerait surtout un tourisme parallèle aux structures déclarées.

26Depuis 1990, en effet, la construction de cabanes, et même de villas, se multiplie tout autour du lac et leur contrôle, de même que la question de l’évacuation des eaux usées, est un réel problème à résoudre pour les nouvelles autorités du parc. De 2002 à 2007, nous avons pu dénombrer 50 % de constructions supplémentaires, qui ne sont pas recensées à la Direction Départementale de la Statistique. Certes, il s’agit d’un mouvement généralisé sur le territoire roumain pendant cette période, du moins là où les plus gros investisseurs ne s’impliquent pas, faute de bénéfices suffisants attendus. Mais cela pose des problèmes accrus dans le cas d’un parc naturel. En effet, ces cabanes disposent, pour 45 % d’entre elles, d’installation d’alimentation en eau improvisées par le captage de sources. Le drainage des eaux usées correspond au mieux à une fosse septique, mais il n’y a aucun réseau les collectant. Les nouvelles normes, déposées très récemment au Moniteur Officiel par les autorités du parc, devraient permettre d’avoir les fondements juridiques pour endiguer la marée de constructions non déclarées. Il serait utile aussi de centraliser les eaux usées et les raccorder aux bassins de décantation et de traitement sommaire des bâtiments officiels de la société. La construction d’une station d’épuration moderne devrait être une action prioritaire.

27Outre l’occupation estivale, la principale, un développement tout aussi prometteur que risqué réside dans les prémices d’une station de sports d’hiver juste au-dessus du barrage. Une piste de ski et un télésiège avaient d’abord été mis en place en 1985, mais ils ont été abandonnés dès 1991 à cause d’un tapis neigeux trop fantasque et, surtout, d’un manque d’investissements. Depuis, les arbres ont commencé à recoloniser la piste (photo 7). Les câbles, les sièges et certains pylônes ont été démontés de manière frauduleuse. Pourtant, la clientèle potentielle existe. Aujourd’hui, les stations de ski roumaines sont trop concentrées, non seulement les plus grandes d’entre elles, toutes situées dans les Carpates méridionales au sud de Braşov, mais aussi les plus petites, au sud de Sibiu et plus à l’ouest. Comme il s’agit [ici] de la seule station de ski de l’ensemble du département de Cluj, l’intérêt de la réouverture est évident, non seulement économique, avec des investissements européens pressentis, s’appuyant sur la mise en place de canons à neige, mais aussi écologique. En effet, la situation actuelle, qui est celle d’aménagements sauvages de mini-pistes de ski de manière désorganisée et opportuniste, serait améliorée par la réouverture de la seule grande piste et d’une station officielle, de périmètre strict et défini.

Photo 7 L’ancienne piste de ski de Fântânele

Cliché C. Roman (2003)

Cliché C. Roman (2003)

28La région du lac de barrage de Fântânele a donc une vitalité qui dépasse celle des autres régions du parc. C’est aussi la seule, à part les polémiques concernant le projet de la station de Padiş, à présenter des conflits d’usage entre les tenants d’un développement économique fort et ceux qui souhaiteraient une gestion plus écologique de cette région. Ici, les scientifiques et les écologistes, souvent les plus jeunes et à travers le tissu associatif, ne s’opposent pas aux « magnats » de Bucarest, à l’inverse par exemple de Poiana Braşov, mais aux notables de Cluj. La question du tourisme sauvage est l’une des clefs de ces conflits.

Pour un rééquilibrage géographique du parc

29Le parc des Apuseni souffre, selon notre analyse, d’un déséquilibre géographique entre, d’une part, les parties calcaires, mises en réserve pour leurs curiosités géomorphologiques et dont le sud-est se fige dans le tourisme ethnographique et, d’autre part, les parties cristallines, qui ne reçoivent pas d’attention paysagère et attendent un fort essor touristique selon des logiques peut-être peu compatibles avec le développement durable. Les auteurs proposent un rééquilibrage géographique, avec une focalisation sur le nord-est, autour et en aval du lac Fântânele. Non seulement cette région doit recevoir une attention nouvelle, dans une optique de gestion durable. Mais nous suggérons aussi de créer ici un nouveau foyer d’intérêt qui serait complémentaire des curiosités karstiques de la partie centrale et contrebalancerait leur attrait. D’où l’idée d’un agrandissement du Parc naturel des Apuseni (fig. 4).

Fig. 4 : Rééquilibrage géographique et élargissement du parc naturel national des monts Apuseni

Conception et réalisation L. Touchart

Conception et réalisation L. Touchart

30Il s’agirait d’y inclure, d’une part le défilé du Someş Chaud en aval du barrage Fântânele jusqu’à la petite dépression de Mărişel Colonie (photos 8), d’autre part le bassin supérieur de la rivière Răcătău, affluent du Someş Froid (Someşul Rece) jusqu’au captage. Cette région comporte quelques espèces floristiques rares et un remarquable petit lac de barrage naturel dans le premier cas, une faune originale dans le second cas, dont une partie est d’ailleurs déjà protégée par la mise en réserve des ours de Răcătău depuis 1993, hors les limites du parc actuel. Le tourisme international y est très sensible, puisque la Roumanie est connue pour abriter 60 % des ours du continent européen.

Photos 8 : Les gorges du Someş Chaud en aval du Fântânele avec des marmites de géant, une possibilité d’extension du parc

Cliché C. Roman (2001)

Cliché C. Roman (2001)

31L’ensemble forme un paysage cristallin coupé de gorges peu accessibles, aujourd’hui sans chemin. Les villages typiques sont sur le plateau granitique lui-même, dans une position isolée et sans communication entre eux (photo 9). Cet encaissement de gorges sauvages, sombres, dans un plateau humanisé, ensoleillé, est favorable à un classement de l’ensemble équilibrant les critères physiques et anthropiques. E. de Martonne (1922, p. 335) avait déjà magnifiquement décrit ce paysage contrasté : « Tandis que, en suivant les vallées, on a l’impression de s’enfoncer dans une sauvage solitude forestière, de tous les points élevés, on voit, dans toutes les directions briller les toits des maisons dans les clairières verdoyantes encadrées de bouquets de sapins ».

Photo 9 : Mărişel, un village de l’interfluve granitique entre le Someş chaud et le Someş froid

Cliché G. Şerban (2005)

Cliché G. Şerban (2005)

32Il sied maintenant à la fois d’améliorer les infrastructures et de préserver l’environnement de cette région en profitant de l’image et de l’appui juridique du parc naturel élargi. L’un des deux auteurs (G. Şerban) milite depuis 1993, d’abord en tant qu’ingénieur à l’Autorité nationale des eaux roumaines puis, depuis 1996, en tant qu’universitaire, pour la reconnaissance de la valeur environnementale de cette région. La création du parc en 2005 permet un nouvel écho. La réserve des ours (Împărăţia lui Zamolxe) n’est en effet pour l’instant reconnue que par l’Autorité nationale des forêts (Romsilva). Il conviendrait donc d’obtenir une reconnaissance complète, une intégration dans le parc, un nouvel intérêt pour cette partie moins peuplée que le bassin de l’Arieş, bref un rééquilibrage géographique.

Conclusion

33Le parc national roumain des Apuseni a été créé, comme nombre de ses homologues de par le monde, sur des critères avant tout physiques. Pourtant ici, contrairement à l’habitude répandue du fondement biologique, qui serait logique pour un parc dépendant directement de l’Administration nationale des forêts, c’est la géomorphologie qui a donné naissance à cet espace protégé. Le tourisme, en tant qu’activité principale du parc naturel, s’appuie à la fois sur les curiosités karstiques, mises en réserve, et sur la richesse ethnographique des traditions Motsi. Pourtant, au nord-est, une exception se fait jour, autour du lac de barrage de Fântânele. Endroit le plus artificialisé du parc, c’est ici que se développent une station touristique estivale de randonnée et de nautisme et l’amorce d’une station hivernale de sports de glisse avec comme point d’appui les possibilités d’hébergement d’un village nouveau et le réseau moderne de routes récentes qui désenclavent la région. Un renversement des priorités de protection semble s’effectuer ici au profit d’un essor économique réel. Les auteurs proposent un rééquilibrage géographique des différentes parties du parc et un élargissement des limites de celui-ci vers le nord-est. La résonance internationale d’un article publié dans une revue scientifique occidentale, transmis aux autorités du parc, se veut être en soi un acte volontaire d’aménagement du territoire et de géographie appliquée appuyant ces nouvelles propositions.

Haut de page

Bibliographie

BADEA L., GASTESCU P., VELCEA V. (coord.), 1983, Geografia României, vol. I, Geografia fizică, Bucureşti, Editura Academiei Republicii Socialiste România, 662 p.

BADEA L., GASTESCU P., VELCEA V., (coord.), 1987, Geografia României, vol. III, Carpaţii Româneşti şi Depresiunea Transilvaniei. Bucureşti, Editura Academiei Republicii Socialiste România, 610 p.

BLANC A., 1973, La Roumanie, le fait national dans une économie socialiste, Paris, Bordas, col. Etudes Supérieures, 144 p.

BLEAHU M., BORDEA S., 1967, Munţii Apuseni. Bihor-Vlădeasa, Bucureşti, Editura Uniunii de Cultură fizică şi Sport, 336 p.

BLEAHU M., BORDEA S., 1981, Munţii Bihor-Vlădeasa. Ghid turistic, Bucureşti, Editura Sport-Turism, 496 p.

COCEAN P., 1984, Potenţialul economic al carstului din Munţii Apuseni, Bucureşti, Editura Academiei Republicii Socialiste România, 156 p.

COCEAN P., 1988, Chei şi defilee din Munţii Apuseni, Bucureşti, Editura Academiei Republicii Socialiste România, 192 p.

COCEAN P., 1995, Peşterile României: potenţialul turistic, Cluj-Napoca, Editura Dacia, 260 p.

COCEAN P., 2000, Munţii Apuseni. Procese şi forme carstice, Bucureşti, Editura Academiei Române, 253 p.

FICHEUX R., 1927, Une foire aux filles en Roumanie, Société ethnographique de Paris, p. 393-406.

FICHEUX R., 1928, Les niveaux de base pannoniques dans le massif du Bihor (Roumanie), Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 23-24, p. 38-40.

FICHEUX R., 1933, Le bassin de Beiuş, Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 61-62, p. 113-115.

FICHEUX R., 1938, Observations sur les terrasses fluviales des vallées des monts Apuseni. Compte-rendus du Congrès international de Géographie, Amsterdam, 2, Travaux des sections, 8(A-F), p. 170-175.

FICHEUX R., 1996, Les monts Apuseni (Bihor), vallées et aplanissements, Bucureşti, Editura Academiei Române, 536 p.

KERJEAN A., 2007, Voyage en Roumanie de la Transylvanie au delta du Danube, Grenoble, Glénat, Les albums de la Société de Géographie, 158 p.

MARTONNE E. de, 1902, La Valachie, essai de monographie géographique, Paris, A. Colin, thèse de doctorat d’Etat, 388 p.

MARTONNE E. de, 1922, Le massif du Bihor (Roumanie), étude morphologique, Annales de Géographie, vol. 31, n° 172, p. 313-340.

MARTONNE E. de, 1931, La Roumanie, in VIDAL DE LA BLACHE P. & GALLOIS L., Géographie Universelle, tome IV : Europe centrale, 846 p., Huitième partie, p. 699-825.

NORDON A., 1933, Résultats sommaires et provisoires d’une étude morphologique des Carpates orientales roumaines. Compte-rendus du Congrès international de Géographie de 1931, Paris, vol. 2, n° 1, p. 547-570.

POP G., 1996, România, geografie hidroenergetica, Cluj-Napoca, Editura Presa Universitara Clujeana, 237 p.

RECLUS E., 1874, Voyage aux régions minières de la Transylvanie occidentale, Le Tour du Monde, Nouveau Journal des Voyages, n° 28, p. 1-48.

REY V., 1975, La Roumanie, essai d’analyse régionale, Paris, Sedes, 244 p.

REY V., 1996, La Roumanie, une marche désorientée, in REY V. & BRUNET R., Europes orientales, Russie, Asie centrale, Paris/Montpellier, Belin/Reclus, Géographie universelle, p. 158-179.

REY V., 1997, La Roumanie : ouverture internationale et recomposition régionale, in WACKERMANN G. (dir.), Mutations en Europe médiane, Paris, Cned-Sedes, p. 379-403.

REY V., GROZA O., IANOS I., PATROESCU M., 2000, Atlas de la Roumanie, Montpellier, Reclus, 168 p.

SALOMON J.-N., 2006, Karst et tourisme, in Précis de karstologie, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2e éd., p. 254-260.

SAWICKI L., 1912, Le massif central français et le massif de Bihar, parallèle morphologique, La Géographie, Bulletin de la Société de Géographie, vol. 25, n° 2, p. 73-90.

SCHREIBER W.E., IDU p.D., SOROCOVSCHI V., CIANGA N., MAIER A., STOIA I., 1987, Landschaftsbeeinflussung durch hydroenergetische Anlagen im oberen Einzugsbecken des Somesul Mic – Flusses, Studia Universitatis Babeş-Bolyai, Geol.-Geogr., vol. XXXII, n° 3, p. 16-20.

SOROCOVSCHI V., 1987, Die Stauseen im Einzugsbecken des Somesul Mic und ihre Auswirkungen auf das Abflussregime, Studia Universitatis Babeş-Bolyai, Geol.-Geogr., vol. XXXII, n° 3, p. 21-26.

ŞERBAN G., 1997, Le régime thermique de l’eau dans le lac de barrage artificiel Fîntînele sur la rivière Someşul Cald, in Geography within the Context of Contemporary Development. Cluj-Napoca, Facultatea de Geografie, p. 239-251.

ŞERBAN G., 1999, Lacurile de acumulare din bazinul superior al Someşului Mic. Studia Universitatis Babeş-Bolyai, Geographia, vol. XLIII, n° 2, p. 51-60.

ŞERBAN G., 2001, Turismul în spaţiul aferent acumulărilor de pe râul Someşul Cald. Studia Universitatis Babeş-Bolyai, Geographia, vol. XLVI, n° 1, p. 141-151.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-1.png
Fichier image/png, 234k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-2.png
Fichier image/png, 177k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-3.png
Fichier image/png, 165k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-4.png
Fichier image/png, 207k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-5.png
Fichier image/png, 157k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-6.png
Fichier image/png, 668k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-7.png
Fichier image/png, 182k
Titre Fig. 2 Profils bathymétriques du lac de barrage de Fântânele
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-8.png
Fichier image/png, 49k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-9.png
Fichier image/png, 169k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-10.png
Fichier image/png, 484k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-11.png
Fichier image/png, 116k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-12.png
Fichier image/png, 125k
Titre Photo 6 Le lac Fântânele, un tourisme de randonnée plutôt que balnéaire.
Légende Remarquer l’importance de la zone découverte par le marnage.
Crédits Cliché L. Touchart (2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-13.png
Fichier image/png, 144k
Titre Cliché C. Roman (2003)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-14.png
Fichier image/png, 207k
Titre Conception et réalisation L. Touchart
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-15.png
Fichier image/png, 63k
Titre Cliché C. Roman (2001)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-16.png
Fichier image/png, 890k
Titre Cliché G. Şerban (2005)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3532/img-17.png
Fichier image/png, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gheorghe Şerban et Laurent Touchart, « Un nouveau parc naturel autour d’un vieux lac artificiel : les enjeux d’une Roumanie en transition dans les monts Apuseni », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 243-253.

Référence électronique

Gheorghe Şerban et Laurent Touchart, « Un nouveau parc naturel autour d’un vieux lac artificiel : les enjeux d’une Roumanie en transition dans les monts Apuseni », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3532 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3532

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page