Navigation – Plan du site

Analyse spatiale et materialisme : introspection

Spatial anlysis, materialism and introspection
Franck Auriac
p. 7-11

Résumés

On indique les étapes qui ont conduit à l'adoption d'une positions scientifique associant plusieurs courants théoriques. Successivement : les contextes des choix fondamentaux, liés à un certain type de formation ; la place des rapports entre la pratique et les options théoriques ; la prise de contact avec les outillages nouveaux, et la part faite à des attitudes positivistes ; l'adoption de la perspective systémique, la place faite à la dialectique et à l'interaction. Pour finir, on insiste sur la place importante donnée à l'économique, et au désir de légitimer l'entrée par l'espace dans l'étude des rapports entre espaces et sociétés.

Haut de page

Texte intégral

1L’itinéraire de ma propre formation scolaire et universitaire, puis les fonctions exercées avant d’être moi même auteur de travaux de recherche méritent une première attention importante, à condition, bien sûr, de ne pas être dupe des effets d’ordonnancement et de tri sélectif, de type rétrospectif. C’est par ailleurs dans la pratique tant de la recherche que de l’enseignement de la géographie que, par incidences successives, d’inégale intensité, parfois contradictoires, interviennent et se mêlent plusieurs types d’inspirations théoriques, parfois plus implicites qu’explicites.

2Si arrière-plans idéologique il y a, c’est souvent plus le vécu d’un contexte socio-politique ambiant qui l’explique. Dire cela, c’est admettre d’entrée de jeu ma faible propension à toute inspiration philosophique.

3L’auto-analyse qui suit est certainement entachée d’oublis. Puisqu’elle est subjective, elle peut s’aider du regard ou du témoignage de ceux qui ont dit, écrit, exprimé leurs appréciations et leurs réactions. Ce regard extérieur conforte, oblige à acquiescer, discuter ou préciser. Le rappel de quelques analyses et réflexions d’autres géographes tient ici une place privilégiée.

4On ne saurait enfin ignorer ceux de nos travaux qui paraissent contredire ce que l’on croit tenir pour essentiel. Mais leur inscription, en creux, n’est pas contradictoire et peut, par l’effet d’ombre, éclairer et confirmer les orientations thématiques à partir desquelles se dessinent les principales influences théoriques.

Devenir géographe

5Mon entrée en géographie fut précédée d'une longue période faite de contingences et de déterminants divers qui y conduisirent et il n'est pas facile de démêler l'intentionnel du non intentionnel. Quelques événements, d'une bien grande banalité pour la plupart, prennent toutefois du sens, au fil d'une trajectoire qui les unit.

6Assumant la fonction de géographe, laquelle donne le droit, sinon d'en juger, du moins de s'autoriser à en parler, rappelons d'abord quelques points de mon propre curriculum vitae qui dit mes origines rurales, mon itinéraire de fonctionnaire « prédestiné », d'autant que, fils d'instituteurs, les conditions les plus assurées de promotion avaient quelque forte probabilité de m'appeler, ce qui fut le cas, en Ecole Normale d'Instituteurs d'abord, et à l'Ecole Normale Supérieure de l'Enseignement Technique par la suite. Rien n'est encore déterminant, s'il ne reste l'agréable souvenir d'un excellent professeur de géographie et de son enseignement en classe de seconde : ses dessins, sur tableau noir, se sont mués, par affinage de mémoire, en véritables modèles graphiques. Certes dire cela, c'est réinvestir quelques instants précis du passé par rappropriation postérieure, mais je crois que c'est important. Il me semble aussi que l'enseignement reçu en scolarité secondaire, celui par exemple des disciplines d'histoire et géographie, ne laissait guère supposer l'existence d'une plus grande diversité de sciences sociales ouvertes à d'autres voies. Sans cette ignorance, j'aurais bien, par exemple, fait le choix de l'économie plutôt que de la géographie.

7L'entrée à l'Ecole Normale Supérieure de l'Enseignement Technique n'était pas alors (milieu des années 50) la meilleure opportunité pour devenir géographe. Il fallut quelque temps pour constater qu'une éventuelle promotion professionnelle passerait par la voie de l'agrégation et que surtout, seule celle de géographie pouvait convenir à l'évaluation de mes aptitudes. Plus que celles-ci, s'impose une sensibilité résultant d'une enfance campagnarde et d'une forte imprégnation des lieux habités.

8Hasard et opportunités des contextes socioprofessionnels qui s'enchaînent sont plus déterminants. C'est ainsi que l'environnement socio-politique explique, pour moi, un engagement syndical, sinon politique, fort et durable. Ainsi, par exemple, l'effondrement du système colonial (guerre d'Algérie 1954-1962) a pour conséquence, entre autres bien sûr, d'attirer l'attention sur toutes les formes de domination spatiale. Comment la géographie pouvait-elle ne pas être, un jour, interpellée ? Si l'on en voit à l'évidence l'importance pour certains développements de la géopolitique, il me semble toutefois que, de manière indirecte, l'analyse spatiale (centre, périphérie, domination...) témoigne de ses effets différés.

Utilité de la géographie, métier de géographe : quelque positivisme sans doute

9Parler de métier, d'entrée de jeu, renvoie au positivisme, sans donner à ce terme le sens de ses détracteurs. Mais n'y a-t-il pas là une perspective utile à la suite des turbulences de 1968 ? La géographie, à quoi ça sert ? À faire la guerre, en fut une célèbre réponse. Plus modestement, plus fonctionnellement, la question de l'utilité de la géographie est alors posée, dans un contexte de lassitude, de crise de confiance, d'incertitudes, de tâtonnements, de doute qui se traduiront même par une contestation frontale dont le modèle hiérarchique d'impulsion, de commande, de direction et de sanction des travaux de recherche fera alors les frais.

10Plus tard, la voie de la pluridisciplinarité s'offrira comme une alternative, fascinera et paraîtra offrir quelques fronts nouveaux de recherche. Pourtant dans un tel contexte intellectuel, par qui, comment et par quel questionnement aborder telle thématique en sciences sociales, me paraît être une préoccupation de premier ordre. Plus important est de constater que la géographie est totalement absente de l'ouvrage que Jean Piaget consacrait, en 1967, à Logique et connaissance scientifique1. La géographie peut-elle avoir quelque chance de réhabilitation ? Rares sont alors les emprunts, les adaptations et les transferts méthodologiques guidés par des problématiques qui puissent y aider.

11Dans le champ des sciences sociales où la géographie, même celle dite physique, trouve sa place, quelques questionnements ne peuvent-ils pas impliquer une attention particulière à des déterminants spatiaux et territoriaux ? C'est ce qu'affirme alors Gilles Sautter dans le n°2 (1975) de la Revue Internationale des Sciences Sociales1 consacré à L'utilité de la géographie, en réponse aux doutes mais aussi aux espérances d'alors. Une première partie du volume traite de la discipline et de son contexte, une seconde de concepts et d'instruments. Gilles Sautter se livre à quelques réflexions qui éclairent l'indécision et le désenchantement du moment et propose une issue possible par une démarche scientifiquement plus assurée. "La géographie, c'est un hall de gare, où tout le monde se croise" dit-il, en ajoutant immédiatement que cette boutade permet d"en souligner la fonction sociale. Il insiste sur son caractère, à la fois banal et didactique, de discipline scolaire et constate par ailleurs que chacun se sent géographe de son propre espace". L'essentiel des réflexions qui suivent est ponctué de quelques maîtres mots : espace et temps, distance et étendue, solidarités fonctionnelles, systèmes géographiques (de type nécessairement ouvert), causalité circulaire, complexité, espace-champ et espace organisateur, géographie écologique et géographie sociale.

12Une remise en ordre nécessaire, d'ordre conceptuel, théorique et méthodologique, est proposée dans cette citation (que j'extrais volontairement de son contexte, où il est question du particulier et du général, du clivage renvoyant au traditionnel balancement entre une "géographie réputée générale"et une"géographie réputée régionale") : "Au sommet, les schémas, les modèles, les théories et les hypothèses ont un rôle important, mais leur utilisation reste souple. C'est moins la raison dernière des choses qui leur est demandée - sinon sous une forme très générale, donc peu contraignante -qu'un principe d'organisation de la pensée, le canevas structuré de la recherche à faire, et un système de référence pour en apprécier les résultats".

13Rétrospectivement, bien qu'indirectement perceptible dans mes travaux, ce souci de méthode me paraît bien s'affirmer. J'y vois l'exacte justification de ce que furent les principales motivations d'un métier d'enseignant-chercheur soucieux de valeur ajoutée. Cette citation de Gilles Sautter devint, chaque année universitaire, l'exergue d'un cours introductif à la formation des étudiants dans le D.E.A. pluri-universitaire de géographie, Structures et Dynamiques Spatiales, où les modules méthodologiques et techniques comptaient autant que les débats épistémologiques.

14Dire cela, c'est accepter qu'on puisse voir quelque positivisme dans ce qui fut un comportement qui n'y fit jamais référence.

Du vécu d'une crise à l'ouverture épistémologique et théorique

15L'expression publique d'une crise de la géographie est dans l'éditorial d'inauguration du premier numéro de L'Espace Géographique en 1972, nouvelle revue trimestrielle dont Roger Brunet assure la direction2. Il s'agit d'un véritable manifeste dont les principaux arguments sont les suivants : crise de discontinuité et changement de structure, nécessité urgente et cruciale d'un "projet", pas ou peu d'interrogations épistémologiques, ignorance des crises de pensée secouant d'autres sciences, géographie perçue comme un "art mineur qui trouve sa fin en la description et se garde de toute explication", la géographie française "doit s'interroger à fond et publiquement et devenir "science au champ bien défini", et par approfondissement et renouvellement "démontrer son utilité".

16C'est dans ce contexte que, par ailleurs, était né le Groupe Dupont auquel je participe depuis ses origines. Une insatisfaction du même type en est à l'origine, notamment face au Comité National de Géographie dont l'organisation en commissions, aux justifications et intitulés parfois hétéroclites, aboutit à un éclatement et un cloisonnement ne donnant que rarement l'occasion de débats et remises en cause. Depuis 1976, outre la publication irrégulière de "Brouillons ", le Groupe Dupont a promu, d'abord en association avec les universités de Genève et de Lausanne jusqu'en 1984, puis seul à partir de cette date, tous les deux ans, une série de colloques Géopoint. "L'idée d'un colloque méthodologique et critique sur les tenants et les aboutissants de la réflexion et de la pratique théorique en géographie, est née de la convergence de préoccupations de géographes universitaires français et suisses", dit l'introduction du premier de ces colloques. Les intitulés des suivants renvoient à théories, concepts, construits, axiomes, principes, systèmes, modèles, explication, décision, temps, histoire, nature, matériel, idéel, couplés, selon les champs privilégiés, à territoire, espace, analyse spatiale, aménagement et décision. Une particulière attention va aux progrès technologiques, en matière de traitement de l'information, de cartographie et de systèmes d'information géographique. Les réunions propres au Groupe Dupont permettent d'incessantes confrontations internes, souvent avec des praticiens d'autres disciplines.

17Débats et expérimentations multiples vont avec les changements technologiques majeurs, notamment ceux rendus possibles par les progrès de l'outillage informatique. Dans une démarche classique de type hypothético-déductive, les progrès d'instrumentation plus ou moins sophistiquée furent décisifs. En même temps, cette sophistication des modèles obligeait à une approche plus rigoureuse dans ses applications et forcément, par voie de conséquence, agissait sur l'amont épistémologique : tels modèles pour faire quoi ? ; en fonction des données disponibles faire comment ? mais surtout, au bénéfice de quels questionnements utiles, dans telle ou telle problématique ?

18Une méthodologie de production de la connaissance peut certes, comme cela a été dit précédemment, renvoyer nécessairement à une conception d'essence positiviste. Nécessité ou fatalité ? Pour ce qui me concerne, c'est sans doute à mettre en relation avec toute une culture imprégnant des modes de pensée propres à ma formation. "Il n'y a pas de science sans quelque positivité" : dans positivisme c'est l' "isme" qui est de trop1 : je fais mienne cette assertion. Mais on verra plus loin que le matérialisme me paraît avoir une tout autre importance culturelle.

Quand l'expérimentation d'un système sollicite l'intrusion du marxisme

19Structures et dynamiques spatiales ont été les concepts maîtres qui se sont imposés au bout du compte. Ils fédèrent les travaux et publications à partir des années 80. Auparavant ceux-ci sont le résultat de sollicitations ou d'opportunités diverses et quelques mots clés de mes travaux -foncier, rural, campagnes, agriculture, tourisme, changement social, organisation régionale le disent assez bien. Déjà s'affirme dès le milieu des années 70 une inflexion méthodologique : typologie socio-spatiale, distance à la ville, classification, concept de combinaison, auto-corrélation. L'outil pour expérimenter est privilégié.

20Je me décide alors à trier, ordonner, compléter et traiter les informations accumulées pour une thèse, selon une problématique enfin claire et dont l'argumentaire sera d'un bout à l'autre le fil conducteur. De cette thèse(1979), Système économique et espace (un exemple en Languedoc), l'essentiel sera publié (1983) sous le titre encore plus concis : Système èconomique et espace2. Je constate qu'entre les deux sous-titres, "un exemple en Languedoc" pour la thèse proprement dite, " le vignoble languedocien" pour la publication, c'est essentiellement ce dernier qui sera souvent retenu comme le vrai sujet de la recherche. Pourtant, d'un bout à l'autre me semble-t-il, c'est bien d'articulation d'espace et de système qu'il est question, avec des titres de chapitres volontairement concis dans l'enchaînement de l'argumentaire d'ensemble : espace et vignoble, systémogénèse, finalité, fonction holonique, auto-reproduction, spatialité.

21Retenons de la lecture qu'en fit Alain Reynaud en 1981 1 quelques citations : "le fragment d'espace qui sert de prétexte pour définir, approfondir et discuter l'idée de départ, est indiqué en sous-titre (un exemple en Languedoc) ; c'est certainement la bonne démarche en géographie, si l'on veut échapper enfin au carcan de la monographie accumulative" ; "théorie générale des systèmes et marxisme vont donc irriguer l'ouvrage avec le double souci de les concilier, ce qui n'est pas toujours facile, et de les appliquer à la géographie". Sensible au " souci constant d'articulation des concepts et de la réalité étudiée", et face aux réserves émises concernant une possible théorie géographique (ne pas confondre autonomie scientifique et autonomie théorique, la théorie générale des systèmes renvoyant à un courant de pensée, le marxisme à une théorie), Alain Reynaud aurait ainsi tendance, dit-il, à mettre les deux sur le même plan et à "penser que la géographie doit forger ses propres théories". Il rappelle que "le concept de classe socio-spatiale (tel qu'il l'a proposé ailleurs) conviendrait dans cet exemple". Il note avec justesse au sujet de la seule perspective économique ici retenue : "est-elle la seule possible ?", en rappelant que d'autres courants existent "en particulier ceux de la géographie politique et de la géographie culturelle". Alain Reynaud retient donc deux fortes inspirations théoriques, renvoyant l'une à la théorie générale des systèmes, l'autre au marxisme.

22Même constat dans la préface que Roger Brunet a donnée au livre tiré de la thèse et publié en 1983 (5) : "peut-être l'organisation de l'espace fera-t-elle mieux comprendre(...)comment il sert, à quoi et à qui", dit-il ; et, "comment la découvre, l'intègre et ne peut s'en passer, un chercheur qui a étudié Marx autant que Bertalanffy". Le titre de cette préface, "L'espace pour ne plus errer", dit, de manière magistrale, l'inflexion décisive vers le paradigme spatial dont le couplage de la théorie générale des systèmes et de la théorie marxiste qui fut, à me relire, parfois laborieux, a donné lieu, en 1984, à une contribution à Géoscopie de la France2 dont le titre renvoie d'un côté au système et de l'autre à une expérimentation en géographie.

Matérialisme, systèmes et paradigme spatial

23Une première remarque a trait au marxisme : les emprunts qui en sont faits ne doivent pas faire oublier que c'est principalement à la théorie générale des systèmes que renvoie la thèse. C'en est une expérimentation d'un bout à l'autre. L'intrusion du marxisme vient la conforter à plusieurs reprises et notamment lorsqu'il s'agit de traiter de systémogenèse, de fonctionnement et de cohésion par un unanimisme social pour le moins surprenant et dans lequel l'espace social de cohésion relègue à sa périphérie une contradiction (au sens tout autant matérialiste que marxiste du terme) qui aurait dû y être interne. C'est exactement ce concept de contradiction qui me paraissait définir, au mieux, une des dynamiques principales du système.

24Deuxième remarque : "et pourtant il tourne" ce système du vignoble, sans cesse condamné par les prédictions des économistes, défi visant un certain déterminisme classique d'économie générale et/ou politique. La problématique était dès lors explicitée.

25Une troisième remarque concerne le choix de l'économique. Celui-ci n'indiquait nullement quelque exclusion du politique et du culturel. C'est la problématique initiale qui se voulait d'ordre économique (système économique et espace). J'imagine assez bien d'autres questionnements renvoyant plus précisément au social, mais sans doute, ni mes compétences, ni ma propre sensibilité, ne m'y préparaient.

26Encore quelques mots du regard de Roger Brunet. Au fil de sa préface, on peut relever autant de formules qui me situent bien dans une démarche globale sensible aux contradictions spatiales, à tout ce qui renvoie aux théories "de situation et de rentes du même nom", à la division du travail, à la spéciation spatiale, à l'organisation de l'espace... Je me reconnais dans cette prédilection et, au total, si cette spatialité s'impose, c'est certainement parce que j'ai quelque difficulté à m'extraire d'un matérialisme surdéterminant.

27Systèmes, structures, dynamiques, interactions : il manquait à tout cela une formalisation modélisée. Elle vint rapidement, suggérée par François Durand-Dastès qui proposa une modélisation graphique parallèle du vignoble languedocien et des ghettos centraux des villes d'Amérique du Nord1. Cette formalisation a inspiré bon nombre d'applications similaires variées, tant par leur thématique que par leur échelle : exemple donc d'une méthodologie commune renvoyant au paradigme spatial. De la même veine spatiale est inspiré l'ouvrage Espaces, jeux et enjeux (1986)2 qui réunit des contributions assemblées en trois chapitres : l'espace dans les scienœs sociales ; sociétés, espaces, territoires ; acteurs, enjeux, organisation de l’espace.

Dans l'interaction société -espace, le choix de l'entrée par le spatial

28Dès lors, c'est ce paradigme spatial qui se généralise, dans mes productions de recherche et dans mon enseignement. Expérimentations et méthodes d'analyse (cartographie, modélisation graphique, traitement statistique des données) sont appliquées aux dynamiques rurales, aux organisations spatiales des villes et des campagnes (systèmes et structures), aux systèmes d'utilisation de l'eau, aux structures et dynamiques régionales, aux équipements, à l'urbanisation... C'est une constante qui caractérise mes travaux, dans diverses orientations thématiques que favorise mon appartenance au G.I.P. RECLUS : écriture de chapitres pour la G.U., coordination du volume de l'Atlas de France consacré à l'espace rural. L'approfondissement théorique concerne les structures et les dynamiques spatiales (aires et réseaux, systèmes) et la prospective pour l'aménagement du territoire...

29Espace perçu, espace vécu ont été abordés, mais ne m'ont jamais réellement motivé, même si quelques textes y renvoient çà et là : essai en pays-territoire, identité, par exemple. La thématique de pays (il y eut, en 1982, un Géopoint, Les territoires de la vie quotidienne, qui en traita) fut une réelle tentation. J'eus le sentiment alors, de me prêter à quelque exercice discursif et de m'approprier, par quelque impressionnisme, un concept qui, naturellement, méritait bien mieux. Effet certainement d'une éducation qui m'a toujours incité, quant à être géographe le mieux possible, à ne pas y nicher son affect : à parler de son "pays", par exemple, n'est-ce pas être, par avance, en difficile posture face aux exigences d'une construction géographique ?

30Ma contribution à ce Geopoint a pour titre : "Le pays-territoire" 3. Après avoir admis un nécessaire renvoi aux processus relationnels d'identification et d'appropriation, l'idée d'un archétype au fond très spatial s'impose, comme s'impose aussi un paradigme du local. Le pays y devient "une forme particulière mais généralisable d'étendue ou d'espace socialisés, un territoire géographique de cohérence locale, matérielle et sociale". "Patrimoine et valeur d'usage" le pays est "enjeu économique et social" et "la logique du capital" s'y oppose à "celle du patrimoine". Le rapport à la matérialité ne cesse, d'un bout à l'autre, d'inspirer l'argumentation.

31En 1996, lors d'un colloque tenu à Caen, Espaces et Sociétés à la fin du XXe siècle. Quelles géographies sociales4, j'ai eu l'occasion de dire ce qui me paraissait être la fonction de la géographie au sein des sciences sociales, une géographie "interpellée par l'espace" certes, mais aussi, par hypothèse, prête à montrer la production de social par celui- ci. De Guy Di Méo5, participant lui aussi à ce colloque et pour lequel le concept de territoire est préféré à celui d'espace, la citation suivante peut être retenue : "tandis que la géographie sociale des années 1960-70 confrontée à une inconsistance spatiale croissante, exaltait dans ses démarches la primauté du social, celle qui se développe aujourd’hui aurait intérêt à faire de l’espace territorialisé l’un des objets centraux de sa recherche.

32C'est par cette invitation que je souhaite d'abord conclure car il me semble que c'est par l'espace que la géographie peut le mieux remplir sa fonction propre au sein des sciences sociales. Par ailleurs, les choix thématiques, les problématiques retenues, comme les paradigmes de référence orientant mes choix méthodologiques, renvoient bien à des arrière- plans théoriques. Si le conditionnement social, familial, scolaire et une certaine sensibilité culturelle ont eu quelque influence sur les choix thématiques, il faut bien convenir que pour argumenter, et si possible démontrer, quelques modèles ou théories sont indispensables.

Haut de page

Notes

1Jean Piaget (dir.), Logique et connaissance scientifique, Gallimard (1967).
1Gilles Sautter, Quelques réflexions sur la géographie en 1975, Revue Internationale des Sciences Sociales, UNESCO, 1975, no2, L'utilité de la géographie, pp 246-263.
2 Roger Brunet, L'espace géographique, 1972, nol, Editorial, pp5-6.
1Roger Brunet, Les mots de la géographie, Reclus-La Documentation Française, 1992, p.358.
2Franck Auriac, Système économique et espace, Economica, 1953, Préface de Roger Brunet : L'espace pour ne plus errer, ppl-5.
1Alain Reynaud, Comptes-rendus d'ouvrages, Travaux de l'Institut de Géographie de Reims, 1981, n° 47, pp75- 78.
2Franck Auriac, Le vignoble-système en Languedoc, un exemple de démarche expérimentale en géographie, Géoscopie de la France, Minard, 1984, pp 299-307.
1Franck Auriac, François Durand-Dastès, Reflections on some recent developments in systems analysis in French geography, European Progress in Spatial Analysis, ed. R.J. Bennet, Pion Ld, Londres, 1981, pp 83-90.
2Franck Auriac, Roger Brunet, coord. : Espaces, jeux et enjeux, Fayard, 1986. lü-Franck Auriac, Le pays-territoire, Géopoint, Université d'Avignon, 1982, ppI9-45.
3Auriac F., Brunet R. (coord.), 1982, Espaces, jeux et enjeux, Fayard, 343 p.
4Franck Auriac, &pace et production du social, Espaces et Sociétés à la fin du XXe siècle. Quelles géographies sociales ? Documents de ia iviaison de ia Recherche en Sciences humaines de Caen, no7, ppI71-175.
5Guy Di Méo, Le territoire : un concept essentiel de la géographie sociale, Espaces et Sociétés à la fin du XX e siècle. Quelles géographies sociales ? Documents de la Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen, n° 7, pp 49-61.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Auriac, « Analyse spatiale et materialisme : introspection », Géocarrefour, Vol. 78/1 | 2003, 7-11.

Référence électronique

Franck Auriac, « Analyse spatiale et materialisme : introspection », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/35 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.35

Haut de page

Auteur

Franck Auriac

Maison de la Géographie
17 rue Abbé de l’Épée
34 000 Montpellier
E-mail : franck[point]auriac(at)mgm[point]fr 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page