Navigation – Plan du site
Articles

Place et rôle des ONG dans l’acceptation des parcs nationaux : le cas du Haut-Atlas oriental marocain

The role of NGOs in making national parks acceptable: the case of the Eastern High Atlas in Morocco
David Goeury
p. 231-241

Résumés

La constitution de parcs nationaux est liée aux processus de l’internationalisation du territoire marocain et d’affirmation de la souveraineté du pouvoir central. Les populations locales sont légitimement et légalement dépossédées et perdent leur liberté d’aménager leur territoire traditionnel. L’espace « parc national » devient un espace d’affrontement entre deux univers différents, l’un globalisé et l’autre enclavé. Les ONG deviennent des intermédiaires nécessaires en raison de leurs qualités d’acteurs transcalaires et inter culturels. Dotées d’une forte légitimité locale et internationale, elles développent des projets d’accommodation pour faire accepter la structure Parc National, en permettant aux populations locales de devenir actrices du processus.

Haut de page

Texte intégral

1Alain Karsenty dit des forêts d’Afrique centrale que ce sont des espaces pris dans un nouvel encadrement par le haut qui est celui de « la souveraineté encadrée par la globalisation » (2004, p. 222). Cette idée est transposable à tous les espaces dits protégés.

  • 1  Nous considérons comme enclavé un territoire déconnecté  des réseaux de transports, ici la route g (...)
  • 2  Nous ne traiterons pas en détail des usages traditionnels qui ont été largement développés par Ala (...)

2La création, puis la multiplication, des parcs nationaux au Maroc est intimement liée à l’affirmation d’un État centralisé et à sa participation au processus de globalisation. D’une part, l’État central, colonial puis post-colonial, affirme son autorité sur de nouveaux espaces avec une force légale dans un nouveau domaine qui est l’environnement et, d’autre part, le modèle français, puis les grandes conférences internationales, établissent une nouvelle légitimité à l’action, en faisant de la conservation de la biodiversité un devoir de l’humanité. La mise en place d’un parc national délie légalement et légitimement une portion de l’espace de sa dimension locale, au nom du bien commun qui est supérieur à celui de la collectivité. Les revendications locales à un juste et plein droit de propriété traditionnel, apparaissent comme illégitimes et deviennent, brutalement, illégales. Or, dans un contexte de grande pauvreté et de croissance démographique, est-il possible de mettre en place des configurations spatiales de mise en défens qui se sont imposées dans des pays en pleine industrialisation et urbanisation ? En effet, le processus de recomposition spatiale, accéléré dans les premiers pays créant des parcs nationaux, est encore en marche au Maroc et est loin d’être achevé. Le double mouvement de concentration des populations et des moyens de production dans des espaces délimités, d’une part, et de déprise rurale dans les territoires les plus contraignants d’autre part, n’est pas arrivé au stade des pays dits développés. Les espaces ciblés pour établir les parcs nationaux, même s’ils sont souvent enclavés1, ne sont pas pour autant délaissés par les populations locales. Le Maroc reste un pays encore marqué par le rural et le maintien des traditions pastorales que sont le nomadisme et la grande transhumance. Ainsi, pour reprendre, l’affirmation du zootechnicien Alain Bourbouze, spécialiste de la transhumance, « aucun espace n’est vide d’homme, même les endroits les plus désolés et apparemment les plus hostiles sont régulièrement traversés et momentanément exploités » (1997)2.

3La mise en place de parcs nationaux est un acte de dépossession du local au profit du global, il est source de conflits entre des acteurs aux logiques divergentes car positionnés à des échelles différentes. La prévention et la résolution de ces conflits passe, ou pourrait passer, par l’émergence de nouveaux acteurs qui ont un rôle d’intermédiations, les ONG (Organisations non gouvernementales) qui se multiplient depuis 1991. Elles se veulent transcalaires, articulant local et global au profit des populations considérées comme les plus démunies. Or, cette action de bonne volonté permet-elle réellement l’intégration des populations locales au projet de parc national en tant que bénéficiaires, ou permet-elle juste une acceptation de la dépossession du territoire ?

4À travers le cas du Haut-Atlas oriental marocain, et plus particulièrement du parc du Haut-Atlas oriental, qui encadre une superficie de 49 000 hectares à cheval sur les provinces de Khenifra au Nord et d’Errachidia au Sud (région de Meknès-Tafilalet), et du futur parc de Tamga, qui devrait se déployer sur une superficie de 3 000 ha dans la province d’Azilal (Région de Tadla-Azilal), il est possible de présenter les mécanismes de construction d’un parc national visant à mettre en défens des espaces forestiers, chênaie et cédraie, de haute-montagne, le rôle croissant joué par les ONG et les enjeux des recompositions spatiales à l’œuvre.

L’héritage colonial : un nouveau pacte entre « la nature » et l’État

5Le Maroc pré-colonial fut souvent présenté, pour légitimer la colonisation, comme un pays non gouverné où l’autorité sultanienne restait faible et sans-cesse menacée. Le territoire est, alors, distingué selon deux catégories, le « bled el Makhzen », sous l’autorité du sultan et le « bled es-Siba », dominé par des tribus indépendantes et contestataires. Cette vision politique mérite d’être nuancée en présentant davantage cette situation comme une gestion décentralisée du territoire. Le sultan conservait les pouvoirs régaliens (armée, diplomatie, justice) auxquels s’ajoutait son pouvoir religieux comme commandeur des croyants. Les populations géraient localement les ressources du pays.

  • 3  Il n’est pas inintéressant de noter que les espaces forestiers en France furent les premiers espac (...)
  • 4  Tout terrain cultivé et planté de façon « paisible, saine et durable » sans contestation de la com (...)

6La colonisation, en 1912, et la mise en place du protectorat, enclenchent un processus de construction d’un État dit moderne, centralisé et interventionniste dans l’ensemble des domaines de la société. Les administrateurs français, sous l’impulsion du résident général, le maréchal  Lyautey, reproduisent les structures institutionnelles françaises, dont la législation sur la protection d’espaces spécifiques. Dès 1917, un dahir définit un statut particulier pour les espaces forestiers en réglementant leur usage et leur exploitation3. D’espaces collectifs, ils deviennent des espaces publics gérés par le pouvoir central. Les populations locales ne conservent qu’un simple droit d’usage comme réminiscence de leur droit de propriété4. Ce dahir est prolongé, en 1934, par celui qui définit le statut des parcs nationaux mis en application dans le massif du Toubkal dès 1942.

  • 5  L’article premier du Dahir du 11 septembre 1934 est on ne peut plus explicite : « Les régions ou s (...)

7La « nature » devient une affaire d’État et s’inscrit dans une nouvelle logique qui est celle du national et surtout de l’international. En effet, les parcs nationaux sont définis avant tout par des administrateurs français qui y voient ainsi un élément de leur mission civilisatrice passant par un nouveau contrat entre l’humanité et la nature. Le progrès présuppose une protection des espaces dits naturels, pour ne pas seulement les exploiter de manière traditionnelle, mais surtout pour les préparer à recevoir des touristes avides d’exotisme. Les Parcs Nationaux sont, dès l’origine, considérés comme des conservatoires de la biodiversité et des modes de vie traditionnels, à protéger au profit de populations exogènes, allant à l’encontre des besoins des populations allogènes5.

L’internationalisation de la « nature » facteur de renforcement de l’État

  • 6  Dans la majorité des conventions, le Haut commissariat aux eaux et forêts bénéficie de 20% des som (...)

8Cet héritage se perpétue, aujourd’hui, sous des formes légèrement différentes et des principes identiques. En effet, l’État marocain indépendant, à travers ce qui est actuellement appelé le Haut commissariat aux eaux et forêts et de la lutte contre la désertification (HCEFLCD), poursuit une politique de création de parcs nationaux selon une dynamique nationale et surtout sous l’impulsion des grandes institutions internationales après la mise sous-tutelle du pays par le Fonds monétaire international. L’État marocain participe aux grandes conférences internationales et signe les accords internationaux pour participer des grands programmes de conservation des écosystèmes et de la biodiversité, comme le programme Ramsar de 1971 ou le Sommet de la Terre de Rio en 1992. L’application sur le territoire national se fait en partenariat avec les grandes organisations internationales comme le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui sont, avant tout, des bailleurs de fonds indispensables. En effet, l’État marocain désire à la fois respecter ses engagements internationaux, mais surtout assurer le fonctionnement de ses institutions par les financements extérieurs, en pouvant ainsi maintenir voire augmenter les effectifs de ses fonctionnaires,  et enfin trouver de nouvelles ressources pour les populations locales délaissées par manque d’investissement étatique6.

9En réponse au sommet de Rio de 1992, est lancée une enquête sur les aires marocaines à protéger[, achevée en 1994, qui aboutit au Plan directeur des aires protégées en 1996. 1 080 000 ha sont identifiés comme Sites d’intérêt biologiques et écologiques (SIBE) soit 1,5% du territoire (régions sahariennes comprises). Ces sites sont répertoriés à partir de leurs qualités écologiques. Est défini comme SIBE, un espace qui abrite une espèce menacée, un écosystème spécifique ou dont la complexité mérite qu’il soit protégé. Ces espaces doivent bénéficier, à terme, de mesures de protection par leur classement soit en tant que parcs nationaux, parc naturels,  ou réserves naturelles et réserves biologiques Dès lors, le nombre de parcs nationaux se multiplie : à ceux du Toubkal et de Tazekka, hérités de la colonisation, s’ajoutent ceux d’Al Hoceima, de Souss-Massa, du Haut-Atlas oriental et de Khenifiss. Les parcs d’Ifrane et de Talassemtane, trop marqués par les activités humaines, sont classés « parcs naturels ».

Figure 1 : Les parcs naturels au Maroc

Figure 1 : Les parcs naturels au Maroc

Les parcs nationaux ou l’encadrement du délit de pauvreté

  • 7  Le Haut-Atlas oriental est reconnu pour être un des espaces pastoraux offrant la plus grande diver (...)

10Les parcs nationaux sont donc, par essence, délimités au sein d’espaces considérés comme peu humanisés, lieu où a pu se maintenir une forte biodiversité. Cependant, il faut noter que les parcs nationaux terrestres de montagne et plus particulièrement ceux du Toubkal, du Haut-Atlas oriental,ne sont pas des espaces vides. En effet, dans un pays marqué par le nomadisme et la transhumance, ces territoires sont souvent considérés comme des espaces indispensables à la survie des communautés pastorales qui les inscrivent dans leurs territoires de parcours étalés, parfois, sur plusieurs centaines de kilomètres7. De plus, la croissance démographique constante malgré le fort exode rural, la disparition progressive de règles collectives du fait de l’individualisation liée à la sécurité croissante, amène les populations à augmenter la pression sur les ressources naturelles.

11La montagne est une addition de terroirs différents, exploités de manière complémentaire. Ainsi, les vallées irriguées abritent l’habitat fixe autour de terrasses exploitées de façon intensive, les agdals des sommets accueillent les transhumants avec leurs troupeaux et peuvent être mis en culture, les forêts et les bassins versants sont des terrains de parcours supplémentaires permettant un complément indispensable de pâture. Les arbres sont étêtés pour nourrir le bétail, ébranchés pour alimenter le foyer domestique.

12Or, la pression croissante sur la ressource en milieu de montagne favorise une accélération de l’érosion, multipliant les coulées de boue et les glissements de terrain qui dévastent les vallées nourricières irriguées, remettant en cause les équilibres mis en place sur les dernières décennies, poussant ainsi les populations à augmenter l’élevage, et les faisant entrer progressivement dans le cycle infernal de la dégradation radicale des ressources naturelles disponibles et de la désertification, c’est-à-dire l’abandon d’espaces devenus non-productifs. L’élevage de caprins de boucherie est généralement le dernier stade de cette économie de la misère, les éleveurs privilégiant ces animaux à faible rentabilité, mais à même de se nourrir de tous les éléments végétaux présents : capables de monter dans les arbres, de digérer même l’écorce, ces chèvres laissent un sol à nu qui sera encore plus sensible au phénomène d’érosion.

  • 8  Ce chiffre est celui du recensement de 2004.
  • 9  Le journaliste Mohamed Zainabi, envoyé spécial du journal le Reporter, a mis en ligne sur son blog (...)

13Cette stratégie de survie est d’autant plus légitime pour des populations qu’elles se sentent oubliées par l’État et s’y trouvent soudainement contraintes. En effet, les parcs nationaux, comme celui du Haut-Atlas oriental ou celui, en projet, de Tamga, sont déterminés dans des espaces enclavés, c’est-à-dire non reliés aux réseaux de transports modernes comme la route goudronnée. Jusqu’il y a quelques années, il fallait plusieurs heures de mauvaises pistes pour accéder aux limites du parc. Aujourd’hui certains villages, comme celui d’Anfgou, au cœur du Haut-Atlas oriental, restent distants de la route goudronnée de plus de 3 heures de véhicule tout-terrain. Le village n’est relié à la ville-marché de Tounfite que par de lourds et lents camions fonctionnant seulement le jour du souk. Cet enclavement se traduit par l’absence de services publics fondamentaux : les villages ont, certes, vu des écoles se construire dans les années 1990 mais, devant les conditions extrêmes de la vie quotidienne, de nombreux jeunes instituteurs refusent de séjourner sur place. Le taux d’analphabétisme est supérieur à 87% pour les hommes et à 97% pour les femmes8. Les infrastructures sanitaires sont inexistantes, le village ne dispose ni de dispensaire ni d’infirmier et ne reçoit la visite d’aucun médecin. Le village d’Anfgou est même devenu, en janvier 2007, le symbole des villages abandonnés à leur sort de misère et qui se meurent en silence, suite au décès de plus d’une vingtaine d’individus, essentiellement des enfants en bas âge et des jeunes mères9. Le seul représentant de l’administration est le garde forestier. Or, du fait de sa mission de contrôle et de protection des ressources, il est souvent haï : il surveille et limite la coupe sauvage du bois d’œuvre et de chauffage, seule source d’énergie, il protège les grands mammifères, dont les sangliers, qui viennent dévaster les champs de maïs et de pommes de terre. Son action coercitive est ressentie comme participante du carcan de misère

  • 10  Cette phrase revint comme un slogan lors de la mobilisation autour du drame d’Anfgou.

14L’État à Anfgou, comme dans de nombreux villages des parcs nationaux, représente, pour les populations locales, un cadre injuste, contraignant et incapable de remplir ses devoirs. Certains n’hésitent pas à dire : « l’État nous préfère morts que vivants »10.

La fin des dernières résistances ?

  • 11  Les tribus ayt Yiahya et ayt Haddidou du Haut-Atlas oriental et Iansalen et Ayt Abdi de Tamga fure (...)
  • 12  Il est d’ailleurs intéressant de comparer les rapports effectués par ces groupes d’experts et ceux (...)

15L’action de transformation d’un espace en parc national, forte de sa légalité et de sa légitimité à l’échelle internationale, écrase les revendications locales sur l’idée de propriété collective acquise et défendue dans le sang pendant des générations11. Le projet étatique est l’application nationale de directives internationales définies comme ultra légales et ultra légitimes, dans un contexte de mobilisation croissante autour des grandes questions environnementales. Les experts nationaux et internationaux, sollicités pour la délimitation et le bien fondé du classement, sont massivement formés selon ces mêmes présupposés. Ces écologues, de formation française, sont surreprésentés, privilégiant le végétal et l’animal sur l’humain12. Ce phénomène est accentué par la centralisation de la prise de décision, dans la capitale Rabat, extrêmement éloignée de ces espaces classés comme parcs nationaux.

  • 13  Le terme « amazigh » supplante peu à peu le terme de « berbère » catalysant actuellement l’affirma (...)

16Les revendications des populations locales sont délégitimées et rejetées au rang des archaïsmes de populations non conscientes des grands enjeux actuels de civilisation. La population est même considérée comme un élément perturbateur, voire prédateur. Par conséquent, les populations locales trouvent peu de relais pour plaider leur cause face à la dépossession de leurs droits de propriété traditionnels. La contestation ne devient légitime que dans le cadre de revendications identitaires amazigh13, mais elle ne fait que remettre en question l’autorité et la démarche de l’État central et non le bien fondé du principe de protection de l’environnement.

  • 14  Les experts du Plan de gestion des aires protégées avaient déjà observé en 1995 plus d’une centain (...)

17Les populations sont obligées de se plier à la législation qui leur est imposée ou de se lancer dans des stratégies de contournement. Le non-respect n’est pas seulement fondé sur l’idée de nuisance au processus en cours, même si certains n’hésitent pas à réaffirmer leur droit par l’entrave au bon fonctionnement du parc (destruction des pistes, arrachage de la signalétique, jets de pierre sur les véhicules des fonctionnaires des Eaux et Forêts), mais est surtout lié à la terrible nécessité du quotidien. À proximité des parcs nationaux, des comportements de dégradation volontaire se développent : certaines communautés refusent de reboiser les bassins versants, ou s’acharnent sur les grands mammifères sauvages de peur de voir le classement de leur territoire en espace protégé, ce qui amènerait l’installation d’un garde forestier. Par exemple, le sanglier a brutalement disparu des zones proches du parc national du Haut-Atlas oriental, comme dans le SIBE de Tamga où il n’a pas été aperçu depuis trois ans. En effet, les tribus, qui se retrouvent lors du grand moussem d’Imilchil, appelé le « moussem des fiancés » par et pour les touristes, et surtout « souk l’am » (le marché de l’année) par les transhumants de la montagne, rapportent la situation des habitants du parc national qui racontent comment ils sont obligés de se relayer des nuits entières pendant l’été pour protéger leurs champs du terrible prédateur qu’est le sanglier14. De ce fait, elles organisent des battues dès que l’animal fait une incursion hors du parc et l’éliminent systématiquement.

Une solution ? La dépossession spatiale progressive

  • 15  Il est difficile d’évaluer les résultats des actions spécifiques au parc national vu que, parallèl (...)

18Conscient de cette situation, le Haut commissariat aux eaux et forêts, sur les recommandations d’experts internationaux, met en place une stratégie d’implantation des parcs à même de mener une action de protection et se devant de garantir le développement économique des populations locales15. Les parcs nationaux ne sont pas, en leur sein, des espaces uniformes, mais davantage un emboîtement d’espaces aux statuts différents. Cette « zonation par objectifs », pour reprendre les termes du Haut commissariat, permet de créer un gradient progressif dans la mise en défens et la conservation de la biodiversité. Ainsi, les parcs nationaux veulent concilier les intérêts divergents entre conservation et exploitation, en étant au plus près des pratiques territoriales des hommes et des animaux.

19Au cœur du parc, sont établies les zones naturelles protégées où toute activité, autre que l’étude scientifique, est interdite, afin de permettre le maintien d’écosystèmes remarquables et surtout la préservation et le développement d’une espèce menacée d’extinction, comme le Mouflon à manchette. Cet espace devient un lieu symboliquement fermé dont la population locale se sent exclue. Toutes les activités traditionnelles y sont interdites et des gardes forestiers suspicieux les sillonnent régulièrement. Tout autochtone y est perçu comme un contrevenant éventuel. Seuls les touristes, encadrés par un guide officiel, y sont légitimement acceptés.

20Ensuite, sont déterminés des sanctuaires naturels gérés où les activités traditionnelles sont considérées comme participantes du paysage et de l’équilibre des écosystèmes. Cependant elles sont étroitement contrôlées et généralement limitées au pastoralisme extensif traditionnel et à la collecte de bois mort ou de quelques plantes médicinales. Ces terroirs sont généralement localisés, avant tout, à proximité des zones naturelles protégées, pour servir d’espace tampon (trois sur quatre dans le parc du Haut-Atlas oriental). Certaines d’entre elles doivent permettre la réhabilitation ou le maintien d’un écosystème particulier, comme par exemple une cédraie.

21Enfin, le reste du parc est composé d’une zone de gestion des ressources naturelles, qui a la plus grande emprise spatiale. Les activités d’exploitation y sont autorisées et encadrées afin que leur productivité soit optimisée, tout en favorisant le maintien des équilibres entre les activités humaines et les écosystèmes. De nouvelles activités, essentiellement récréatives et liées au tourisme, y sont implantées.

22Par ailleurs, le parc national est entouré d’une zone périphérique où sont menées des actions de conservation des qualités paysagères et patrimoniales du territoire. Cette zone comprend généralement les villages limitrophes, où vivent nombre d’usagers et, surtout, le point d’entrée de l’espace parc où sont implantées les infrastructures touristiques nécessaires, comme les structures d’hébergement et le bureau des guides. Ce village prend la forme d’une station touristique, comme Imilchil pour le parc du Haut-Atlas oriental.

23Cette stratégie permet de graduer de façon progressive la dépossession dans l’espace. Les possédants, devenus usagers, passent progressivement des espaces de l’accompagnement (les zones de gestion des ressources naturelles), à ceux de la contrainte (les sanctuaires naturels gérés) avant de faire face à ceux de l’interdit (les réserves naturelles protégées).

  • 16  La population confond le statut de réserve de chasse soit l’interdiction de cette activité avec ce (...)
  • 17  Les enquêtes successives depuis 1992 insistent sur le fait que les chasseurs exogènes sont quasi-i (...)

24Malheureusement, l’action de classement et de délimitation progressive n’est pas suffisante et peut parfois être mal comprise par les populations locales. Ainsi, de nombreux habitants sont parfois persuadés que les zones naturelles protégées, qui leur sont interdites et où sont réintroduits de grands mammifères, comme le Mouflon à manchette ou la Gazelle de Cuvier, sont des espaces destinés à constituer une réserve de chasse pour de riches casablancais ou émiratis qui opèrent au Sud dans le désert16. Malgré l’absence de chasseurs, ce mythe se répand17, et  la population se sent ainsi véritablement dépossédée, non plus au nom de principes, mais au nom d’inégalités sociales.

Figure 2 : Le Parc National du Haut-Atlas Oriental, entre dépossession progressive des populations et création de nouvelles activités périphériques

Figure 2 : Le Parc National du Haut-Atlas Oriental, entre dépossession progressive des populations et création de nouvelles activités périphériques

Les ONG, des intermédiaires légitimes, une vision partagée de bas en haut

  • 18  Ce terme d’ONG apex qui se diffuse actuellement dans les publications grises des Organisations Int (...)
  • 19  La liste des objectifs enfle dans le temps pour coller au plus prêt des thèmes à la mode à l’échel (...)

25L’espace parc ne peut pas être réduit à un espace réglementaire. La population locale doit être approchée et intégrée au projet. La relation directe entre l’institution étatique, via le Haut commissariat aux eaux et forêts – et la structure communautaire, ou même la commune, est souvent marquée par des conflits et n’arrive pas à se transformer en un espace de projet commun. Par conséquent, le Haut commissariat déploie de nouvelles stratégies, en s’appuyant sur de nouveaux acteurs, les ONG, qui sont à même de servir d’intermédiaires et de déployer des projets concrets avec efficacité. Ainsi, depuis 2001, sous l’impulsion du Fonds pour l’environnement mondial et de la Banque mondiale, il met en place une nouvelle méthode d’approche et d’accommodation des populations concernées par la mise en place d’un parc national ou d’un SIBE, par le biais  de conventions avec des ONG apex18. Puis, à partir de 2006, devant les multiples relations possibles entre ces trois acteurs que sont le haut commissariat, les ONG et la population locale, l’ensemble des projets est encadré dans un plan d’action communautaire. En effet, depuis le début des années 1990, se développe un nouvel encadrement dans les espaces ruraux enclavés, par le biais des associations. Ces nouvelles structures juridiques prennent des formes très variées. Les premières sont des associations d’usagers comme les Associations d’usagers de l’eau agricole (AUEA) qui avaient pour objectif de moderniser un système traditionnel comme celui de la séguia. Leur but, très limité, fut rapidement atteint : bien souvent, elles ont bétonné la séguia, créé des petites retenues ou des bassins répartiteurs, et ont considéré que leur tâche était achevée. De ce fait, actuellement, elles apparaissent comme inactives fautes de projet à porter. Les autres associations sont des associations plus généralistes appelées Associations de développement local (ADL). Elles ont épousé les logiques de fraction et de village et se sont multipliées. Leurs objectifs associent développement économique, santé, éducation, religion, patrimoine, culture et environnement19. La majorité de ces associations de développement local sont créés sous l’impulsion d’une élite intellectuelle ou économique originaire du village. Un certain nombre d’entre elles ont été mises en place en dehors des espaces enclavés, par exemple à Rabat pour l’ADL (même remarque que pour APEX), ou d’abord en Europe puis, ensuite, au Maroc pour Adrar, ou uniquement en Europe pour l’Association de développement du Haut-Atlas central. Les membres fondateurs ont souvent un haut niveau d’étude et de responsabilité et possèdent un lien affectif privilégié avec la région concernée, soit par leur origine familiale, soit par leurs activités professionnelles (anthropologue, sociologue, agronome, géologue) ou de loisirs (randonnée). Toutes ces associations ont une action interstitielle et occupe un espace laissé libre par l’État qui n’a pas les moyens d’intervenir. Si une écrasante majorité, par manque de moyens ou de cohésion, n’a mené qu’un seul projet, souvent la reconstruction de la mosquée, et des actions de distributions de menus objets aux plus nécessiteux, certaines, et surtout celles qui ont des relais nationaux ou internationaux, ont commencé par développer de multiples actions sociales, scolaires et sanitaires au bénéfice des populations les plus démunies : elles ont d’abord travaillé sur l’accès à des services de base, comme le raccordement au réseau d’eau potable, l’électrification, la scolarisation, puis elles ont poursuivi avec des projets créateurs d’activités génératrices de revenus, en améliorant les activités traditionnelles comme l’apiculture, l’arboriculture, l’élevage, l’artisanat féminin. Ces multiples actions tournées vers des populations qui se sentent abandonnées ont doté ces associations d’une forte légitimité vis à vis de la population locale mais aussi des institutions nationales et des bailleurs de fonds internationaux, qui n’ont pas hésité à les subventionner pour des projets de plus en plus ambitieux, comme la création, par l’association Adrar, d’un internat de jeunes filles à Imilchil. D’association de développement local, elles se transforment en ONG à même de mener des projets en dehors de leur territoire d’origine. Elles deviennent les interlocutrices privilégiées et reconnues pour mener à bien des projets de développement. Elles acquièrent des compétences qui, à l’image de leurs chefs de projets, leur permettent d’articuler deux échelles, le local et le national ou l’international, faisant le lien entre deux mondes ressentis comme différents.

26Pour mieux le comprendre, il suffit d’analyser le parcours du chef de projet d’Adrar. C’est un homme qui associe deux qualités : d’abord, il est originaire de la région où il intervient, parle le Tamazight, comprend les problématiques locales et ressent les attentes des populations ; par ailleurs, il a une solide formation d’ingénieur agronome à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAVH) de Rabat, et a travaillé pour l’administration provinciale, il connaît à la fois les mécanismes administratifs, les grandes orientations internationales et surtout il  peut soutenir un discours de professionnel en langue européenne (le français le plus souvent) qui lui donne une forte crédibilité auprès des observateurs ou des experts nationaux et internationaux. Par conséquent, il est l’interlocuteur privilégié entre les deux échelles de mondes que sont les populations locales et les institutions internationales. Il est à même de pouvoir traduire les attentes de chacun des partenaires et de les transmettre à l’autre. Il devient une personne ressource essentielle, un individu lien, une interface entre les deux systèmes.

27Les ONG apparaissent comme un encadrement par le bas, car elles semblent nées des besoins locaux auxquels elles répondent. Cependant, ceci est à nuancer car, pour les associations comme Adrar ou l’ADL, il est important de noter que ce sont des structures désormais sises à Rabat, proches des centres de décisions ; de plus les membres fondateurs sont plus proches par leur formation et leurs principes, des institutions nationales et internationales que des populations locales, même s’ils sont d’une extrême sensibilité envers leurs attentes. D’ailleurs, elles ne fonctionnent pas de façon indépendante et tendent à se rapprocher des structures institutionnelles, pour développer une action plus efficace et de plus grande ampleur. Elles ne remettent pas en cause les principes de la création du parc national et sont même très favorables à ce type de projet, lequel s’inscrit dans leurs fondements éthiques de développement durable raisonné. Ce qu’elles contestent c’est davantage la méthode de mise en place. Par conséquent, elles sont prêtes à participer au projet et prennent même l’initiative de proposer leurs services au Haut commissariat aux eaux et forêts.

Photo 1 : Le lac Tislit (la fiancée), un haut lieu du parc.

Cet agdal est le point le plus accessible et le plus visité du parc. L'association Adrar propose divers projets pour concilier pastoralisme, tourisme et protection de la biodiversité

Haut Commissariat, ONG et bailleurs de fonds, une logique de convergence

28L’entrée en contact entre le Haut Commissariat et les ONG peut se faire selon trois scenarii différents qui ont été observés pour le parc du Haut-Atlas oriental et le Site d’intérêt biologique et écologique de Tamga.

  • 20  L’ONG apex permet aux Associations d’usagers comme les AUEA de définir de nouveaux objectifs et au (...)

29En 2000, le Fond pour l’environnement mondial pousse le Haut commissariat à développer une approche plus participative en s’appuyant sur la société civile. Il lance donc un appel à candidature à des ONG à même de devenir des relais dans la mise en place d’une structure parc. Les ONG sont sélectionnées selon leurs compétences et leurs réalisations concrètes. Une convention cadre est signée entre le Haut commissariat et l’ONG sélectionnée qui est désignée comme « apex ». Le Haut commissariat finance l’ONG qui doit mettre en place un programme de développement des douars (hameaux) concernés par le Parc national à travers un programme de petits dons, qui consiste dans le financement de micro-projets ne dépassant pas les 50 000 dirhams (soit 4 500 euros en 2007). Elle doit développer des actions de sensibilisation et de développement d’activités génératrices de revenus nouveaux, complémentaires de la protection de la biodiversité, permettant de maintenir la productivité des écosystèmes. Elle est contrôlée régulièrement et une étude d’impact est menée par les agents des Eaux et Forêts. Les micro-projets sont construits  avec des publics désignés, comme les femmes, les propriétaires de gîtes, les arboriculteurs, qui doivent se constituer, s’ils ne le sont pas déjà, sous une forme juridique soit d’association, soit de coopérative. Ce travail de terrain est mené par le chef de projet qui rencontre longuement les habitants. Il détermine avec eux les projets qui sont à la rencontre des intérêts des différentes parties. Par conséquent, l’ONG génère et réactive de multiples associations locales qui deviennent une société civile constituée et identifiable, différente des institutions communautaires traditionnelles20. Il ne s’agit pas d’une substitution mais davantage d’une superposition. Ainsi, en 2002, une première convention de partenariat est signée entre l’ONG Adrar et le Haut Commissariat pour la mise en place du parc national du Haut-Atlas oriental. En 2006, elle a été reconduite jusqu’en 2008 et étendue à trois autres sites, qui sont les SIBE de Chakhar, de Jbel Grouz et de Tamga.

30Parallèlement, à cette démarche impulsée par le haut, certaines ONG sont poussées par leurs bailleurs de fonds à entrer en contact avec le Haut Commissariat  dans un souci de convergence des actions et de cohérence dans les domaines d’intervention. L’ONG ADL de Rabat, fondée par des cadres de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II pour développer des projets dans la province d’Azilal, a étendu son domaine d’intervention vers la vallée de l’Assif Ahansal, où doit être prochainement créé le parc national de Tamga. Financée en partie par le PNUD, ce dernier lui a demandé, en 2006, d’entrer en contact directement avec le Haut commissariat pour associer son action à celle déjà entreprise. Enfin, les ONG sont aussi à même d’entreprendre une démarche autonome par le bas. Ainsi, sur le même site, l’ONG française ADDHAC, qui soutient des associations locales par la mise en place des micro-centrales hydrauliques et le développement d’activités comme l’apiculture ou l’élevage de poulets, découvre le projet de Parc national annoncé sur de grands panneaux à proximité de la maison forestière. À la demande des associations locales partenaires qui s’interrogent sur la future mise en place d’une telle structure, les cadres de l’ONG décident d’entrer en contact avec les institutions nationales et internationales. Ils rencontrent les délégués de la Banque mondiale à Rabat, qui les orientent directement vers le Haut commissariat avec lequel ils prennent contact en 2005. Ils proposent un projet d’extension du futur parc, selon une logique différente de celle du groupe d’experts qui avait sélectionné le site, et qui intègre les intérêts et les demandes des populations locales. L’association organise une visite sur le terrain avec les cadres du Haut commissariat et les représentants des différentes associations locales.

HCEFLCD et ONG, des acteurs complémentaires

31Le Haut Commissariat s’appuie donc sur la légitimité des ONG qui occupent une position d’intercesseur entre les institutions et la population locale et sur leurs compétences acquises sur plus de dix ans pour développer les projets de type parc national. Cette collaboration est d’autant plus aisée que les cadres des deux organisations partagent les mêmes principes. Même s’ils sont issus de formations professionnelles différentes, ils ont été sensibilisés aux mêmes questions de protection de la biodiversité et de sauvegarde des écosystèmes. Ils partagent une même culture, administrative, qui associe terrain local, administration nationale et institutions internationales ; de plus, ils sont conscients de leur complémentarité, les fonctionnaires des Eaux et forêts revendiquant des compétences techniques centrées sur l’identification et la protection des espèces. La question du développement de projets avec les populations locales étant absente de leur formation initiale, s’ils y ont été sensibilisés, ce n’est que ponctuellement, dans le cadre de projets mis en place sur le terrain. Ils reconnaissent que les chefs de projets associatifs ont les savoir-faire nécessaires pour communiquer et travailler avec les populations locales. De plus, les gardes forestiers présents localement ne souhaitent pas voir leur charge de travail augmenter et veulent se concentrer sur leur métier. Enfin, à Rabat, les fonctionnaires préfèrent s’appuyer sur la souplesse des associations, par rapport à la gestion administrative lourde, de soutien à des particuliers qui doit respecter des démarches contraignantes de contrôle générant une perte d’énergie colossale dans la rédaction, la justification et la vérification de bons de commandes.

32Par conséquent, le Haut commissariat établit pour chaque espace un plan d’action communautaire. Il détermine le cadre et les grandes orientations des actions à mener selon les spécificités locales. Les ONG s’intègrent dans ce plan d’action soit par des conventions longues, soit ponctuellement sur des projets ciblés. Par contre, le Haut commissariat conserve l’autorité pour le développement de projets avec des associations locales nécessitant des investissements supérieurs aux petits dons de 50 000 dhs.

33Les ONG et l’administration s’inscrivent dans une même optique convergente de développement local durable dans le respect des grands principes mondiaux et ces principes subsument le local. Pour les ONG, le parc national n’est pas un espace étatique, mais un espace citoyen où la société civile à un rôle fort. Le véritable enjeu reste le devenir de la population locale car le classement comme parc national sous-entend une diminution de la pression sur les ressources. Cette diminution se traduit par une déprise de certaines activités, comme l’élevage, au profit de nouvelles activités considérées comme moins consommatrices de ressources et moins prédatrices. Les nouvelles activités envisagées autour et dans le parc national sont de deux catégories : le redéploiement d’activités traditionnelles et le développement du tourisme.

34Or, ce processus peut-il assurer le développement économique des populations locales ?

Le tourisme, une alternative économique limitée

  • 21  Nous pouvons observer que les guides et les propriétaires de gîte ayant le mieux réussi leur inser (...)

35Les parcs nationaux sont intimement liés à leur exploitation en tant qu’espace de récréation pour des populations exogènes. Le parc national du Toubkal est lié au Club alpin français : en 1922, une section marocaine du CAF est créée et pousse le congrès national à se tenir au Maroc en 1923, alors que les espaces de montagne sont encore des lieux de résistance à la pénétration militaire française (Dresch, 1938, p. 20). Ainsi en juillet 1929, le numéro 4 de la revue Montagne est consacré au Haut-Atlas et au massif du Toubkal. En 1938, Jean Dresch et Jacques Lepiney rédigent, pour le compte de l’Office chérifien du tourisme, un premier Guide alpin de la montagne marocaine dédié au massif du Toubkal. L’article premier du Dahir du 11 septembre 1934 insiste sur la dimension touristique du parc national. D’ailleurs le modèle de zonage des parcs nationaux comprend systématiquement, à sa proximité, dans la zone dite périphérique, un village qui est considéré comme le lieu de concentration des activités nécessaires au tourisme. Relié aux routes goudronnées, il abrite à la fois les structures d’hébergements comme les gîtes et les hôtels et le bureau des guides. Il est considéré comme le point de départ vers la découverte du parc national. Cependant, il faut noter que le tourisme nécessite un certain professionnalisme et aussi une envie de se lancer dans une activité différente et complexe. Seuls certains individus, généralement dotés d’un capital économique et surtout spatial (Lévy, 2003, p.124)21 suffisant, ou ayant développé des compétences spatiales, peuvent s’intégrer dans cette activité. L’association Adrar propose dans le cadre du plan d’accompagnement communautaire autour du parc du Haut Atlas oriental des actions de formation pour les propriétaires de gîtes, d’auberges ou d’hôtels et soutient l’association des guides.

  • 22  Il faut noter que devant la faible affluence directe, les guides officiels d’Imilchil ont tous inv (...)

36Parallèlement, les flux financiers générés par le tourisme ont un profil spatial extrêmement concentré et délimité. En effet, de nombreux touristes viennent dans le cadre de voyages organisés par des tour-opérateurs européens qui travaillent avec des agences marocaines généralement implantées pour leur majorité à Marrakech (Lessmeister, 2005, p. 165). Mis à part le Parc national du Toubkal qui, du fait de sa proximité de Marrakech et de son aéroport, bénéficie d’une certaine autonomie, les autres parcs sont sous la dépendance des agences de Marrakech. Les agences, perçues comme facilitatrices de mobilité, sont les seules à pouvoir amener massivement des touristes dans des espaces éloignés et peu accessibles (Bourdin, 2000, p. 95). Or, elles travaillent avec un guide officiel, qui peut-être originaire de la région ou non, et qui va recruter les muletiers et autres cuisiniers. De ce fait, les dépenses touristiques sont concentrées autour du guide, des quelques muletiers et du gîte, si le bivouac n’est pas privilégié. Ce phénomène est encore plus fort pour les touristes motorisés qui pratiquent le fly and drive et qui peuvent parfois ne rien dépenser, intégrant leur passage dans un large circuit dont les lieux d’étapes sont forcément des grandes villes. De ce fait, à Imilchil, seule une vingtaine de personnes (hôteliers, giteurs, guides, muletiers et serveurs)22 vont vivre directement du tourisme, pour une population de 8 222 habitants en 2004. De plus, les revenus sont davantage liés aux prestations d’hébergement qu’aux prestations d’accompagnement, les randonnées organisées directement par les guides locaux étant inférieures à une dizaine certaines années. Les retombées du tourisme sont donc très concentrées et ne concernent que quelques individus (Goeury, 2006).

  • 23  Nous estimons qu’une nuitée équivaut à 150 dhs, sachant que la nuitée est facturée 50 dhs, chaque (...)
  • 24  Le salaire minimum interprofessionnel garanti  est de 1826 dhs par mois sauf pour les activités ag (...)

37Pour le site de Tamga, le phénomène est encore plus concentré. En effet, il n’existe qu’un seul gîte, au pied du site fameux des falaises dit de « la cathédrale ». Il a réalisé 450 nuitées en 2005, soit un chiffre d’affaires estimé à 67 500 dirhams (6 000 euros)23. Ceci en fait un des gîtes les plus fréquentés de la région car il est le seul à l’intersection de deux pistes, l’une venant d’Anergui, l’autre de Zaouïa Ahansal, et les autres lieux d’hébergement (Beni Mellal au Nord, Anergui à l’Est, Zaouïa Ahansal au Sud) sont en moyenne à trois heures de routes. Or de ce chiffre d’affaires doivent être retirés l’amortissement de la construction et des aménagements nécessaires au gîte, le coût de fonctionnement hors salaires, l’achat de la nourriture, ce qui laisse un bénéfice estimé à moins de 30 000 dhs par an, soit un salaire mensuel brut de 2 500 dhs (220 euros) pour le propriétaire24.

  • 25  L’écotourisme est encore fragile dans le Haut-Atlas oriental. Pour l’instant seul le parc national (...)
  • 26  Ceci est lié au syndrome des touristes vus comme des « panzer divisions », qui est davantage lié à (...)
  • 27  Les statistiques sont difficiles à connaître et sont très variables selon les espaces. En effet, l (...)

38De nombreux touristes et experts exogènes, généralement dotés de fortes compétences spatiales, désirent aider les professionnels du tourisme local à avoir une plus grande indépendance vis à vis des agences de Marrakech. Ainsi, des sites Internet sont développés, des brochures sont distribuées, des annonces sont diffusés dans les guides spécialisés. Cependant, les touristes à même de venir par leurs propres moyens sont des individus soit eux-mêmes dotés d’une forte autonomie, soit encadrés et conseillés par des proches. Il faut noter que leur venue ne change pas le circuit de redistribution de l’argent, mais ne fait qu’en augmenter le volume25. Enfin, et surtout, il faut revenir sur le problème qu’est la capacité de charge des parcs nationaux. Quantitativement, la fréquentation est encore très faible, mais symboliquement, certains critiquent la pression croissante du tourisme (Peyron, 2006, p. 5). Les dégradations observées, comme le non-respect du ramassage systématique des déchets non organiques, sont davantage liés à des comportements qui peuvent être facilement corrigés plutôt qu’à une surcharge touristique. Cependant, inconsciemment, de nombreux acteurs des parcs nationaux comme les cadres du Haut commissariat, ou des associations critiquent le développement du tourisme qu’ils ont pourtant souhaité car il est jugé comme une invasion trop brutale26. Le parc national reste, de toute manière, un site touristique et ces promoteurs ne souhaitent pas qu’il devienne une station touristique. Au-delà des représentations, c’est surtout la structure même du parc national qui est remise en question. En effet, au-delà d’un certain seuil de fréquentation, très loin d’être atteint27, les ressources du parc risquent d’être à nouveau dégradées.

L’accumulation des micro-projets pour sortir de la misère

39L’activité touristique ne peut être qu’une activité de complément. Cette idée, qui peu à peu se diffuse dans les institutions, est surtout défendue par les populations locales qui demandent d’autres projets que le seul tourisme. En effet, de nombreux individus ne se sentent pas à même de mener des projets touristiques et préfèrent le renforcement d’activités traditionnelles en sollicitant l’aide des associations. Les ONG soutiennent ce type d’activités en les intégrants aux grandes directives : ainsi l’apiculture est-elle l’activité privilégiée pour le maintien de la biodiversité florale comme la baie jaune sur les bords du lac Tislit, le tissage de tapis devient-il une activité de type « genre » pour l’autonomie financière des femmes.

40Ces activités complémentaires sont, elles aussi, soumises à des contraintes. En effet, seuls les individus les plus volontaires peuvent les mettre en place. L’apiculture considérée comme idéale pour les parcs nécessite des individus qui aiment travailler avec les abeilles et à même de comprendre leur cycle biologique. Le taux d’abandon sur les deux premières années est parfois supérieur à 50% et seuls quelques agriculteurs persistent avec succès. L’impact économique est encore à évaluer, car là encore les effets sont souvent limités ne permettant l’enrichissement que de quelques familles seulement.

41Aucune solution radicale ne permet le développement économique de l’ensemble des communautés et c’est davantage l’accumulation de micro-projets, offrant des opportunités nouvelles à des groupes spécifiques, qui permet une légère amélioration des revenus globaux. La mise en place du parc national devient, en fait, un moyen de multiplier les micro-investissements dans ces régions, auparavant délaissées et considérées comme inutiles. Désormais, ils deviennent légitimes et utiles, pas seulement pour lutter contre la misère, mais pour empêcher les miséreux de dégrader le patrimoine naturel mondial. Par conséquent, pour reprendre l’expression de Sylvie Brunel, en Afrique la terre est préférée aux hommes, mais tôt au tard, il faudra privilégier les hommes si l’on veut protéger la terre (Brunel, 2005, p. 352).

Conclusion : Construire un parc, est-ce faire le tri des éléments du décor ou faire participer les populations à la globalisation ?

42Le processus de constitution de parcs nationaux transforme profondément les relations entre les hommes et un espace. Les intérêts des usagers exogènes potentiels sont privilégiés par rapport aux usagers allogènes captifs. Pour cela, il faut qu’il y ait une véritable transformation des structures économiques à même d’accompagner cette recomposition spatiale ; sinon, cela induit l’idée que l’espace parc doit se vider d’une partie de sa population de résidents pour être simplement un espace de fréquentation touristique et atteindre, ainsi, les objectifs de protection. Les populations locales sont, indirectement, incitées à se réorganiser spatialement autour du parc. Ce phénomène est favorisé par l’implantation de nouveaux services concentrés dans les villages périphériques, comme les établissements d’enseignement primaire et secondaire, ou les dispensaires.

43En fait, la structure parc accentue la dimension de contrôle des populations locales par un nouvel encadrement très dur, par le haut. L’action de conservation, considérée comme ultra-légitime à l’échelle nationale et internationale, dépossède les populations de leur droit de propriété traditionnel, c’est-à-dire de leur liberté d’agir sur l’espace. Même si elles déploient des stratégies de contournement, elles restent néanmoins toujours passibles de sanctions par la loi. De ce fait, même si les individus sont très rarement condamnés, ils ne se sentent plus maîtres de leur territoire et au-delà de l’amende à payer, c’est surtout l’humiliation d’être rappelés à l’ordre et d’être traités comme des délinquants, voire des arriérés incapables d’intégrer la modernité internationale. Les habitants ne sont plus que des usagers devant respecter une législation coercitive qui définit et fige la circulation, les méthodes de production, les techniques de construction. La conservation de la tradition est décidée par le haut, au nom de sa valeur patrimoniale et dépaysante, alors que le bas réclame un droit à la modernité (c’est-à-dire au changement) pour quitter ce qui évoque, désormais, la misère.  Les ONG apparaissent comme les intermédiaires et les médiateurs à même de résoudre les conflits. Cependant, elles participent des encadrements par le haut et relaient l’action de l’État au nom de principes internationaux qu’elles partagent. Elles changent juste les formes de l’intervention, instrumentalisant l’action de providence pour créer un espace d’éducation et d’acceptation de ces principes internationaux qui justifient la mise en place du parc national.   

  • 28  Actuellement, les programmes diffusés sur les deux chaînes nationales RTM et 2M multiplient les ré (...)

44Ainsi, l’enclavement, comme mise à l’écart des grands projets de développement à l’échelle nationale, et comme déconnexion matérielle des grands circuits d’échanges, a favorisé la conservation de caractéristiques patrimoniales et environnementales désormais valorisées à l’échelle mondiale. Le Haut-Atlas oriental devient un espace du mérite, incarnant l’hétérotopie, projeté idéellement au cœur des grands mouvements internationaux (Goeury, 2006, p. 108). De ce fait, la création d’un Parc national ne vient qu’achever un état de fait en renforçant la résonnance internationale de ce territoire comme l’incarnation d’un « autre monde », où les touristes peuvent revivre « le merveilleux contact » avec la « nature ». Les contraintes matérielles de la vie quotidienne deviennent des « expériences » de dépaysement. L’espace est « disneylandisé »  abritant de joyeux « berbères », fiers, indépendants, vivant dans un paradis agraire (Brunel, 2006). Cependant, l’État et les ONG mettent en place un nouveau modèle de développement économique basé sur la multiplication des microprojets permettant d’intégrer la population tout en faisant émerger une nouvelle élite relais. Ensemble, ils vont faire du parc national un espace identitaire, préservant le patrimoine naturel et culturel des Marocains, sur lequel va s’ancrer la mémoire nationale, la mémoire amazighe et de nouvelles revendications politiques permettant aux Locaux de se réapproprier leur territoire28.

Haut de page

Bibliographie

Aït Hamza M., 2000, Environnement et stratégies paysannes dans le Haut-Atlas central, in La montagne marocaine, dynamiques agraires et développement durable, Publ. Chaire Unesco-Gas Natural, Rabat, p. 35-61

Auclair L., 1996, L’appropriation communautaire des forêts dans le Haut-Atlas marocain, Cahiers des sciences humaines, 32, p. 178-194

Beck U., 2003, Pouvoir et contre pouvoir à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 432 p.

Bouderbala N., 1977, La formation du système foncier au Maroc, Bulletin Economique et Social du Maroc, 133-134, p. 151-166

Bourbouze, A., 1997, Des agdal et des mouflons, Courrier de l’environnement, n°30, avril, 14 p., disponible sur http://www.Inra.fr/Internet/Produits/dpenv/bourbc30.htm

Bourdin A., 2000, Les services à la mobilité. Sécurité de la chaîne des services et services d’aides aux services, in BONNET M. et DESJEUX D., Les territoires de la mobilité, Paris, PUF, p. 95-107.

Brunel S., 2005, Priorité aux hommes ! Le développement durable en Afrique, Géopolitique du développement durable, Rapport Antheios, Paris, PUF, p. 335-352.

Brunel S., 2006, La planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Editions Sciences Humaines, 276 p.

Cohen D., 2004, La mondialisation et ses ennemis, Paris, Grasset, 280 p.

Couvreur G., 1968, La vie pastorale dans le Haut-Atlas central, Revue de Géographie du Maroc, n°13, p. 3-54

Dresch J., Lépiney J., 1938, Le massif du Toubkal, Guide Alpin de la Montagne Marocaine, Paris, Rabat, Office Cherifien du Tourisme, 233 p. 

Equipe MIT, 2002, Tourismes 1 : Lieux communs, Paris, Belin, 320 p.

Fay G., 1986, Désagrégation des collectivités et dégradation des milieux dans le Haut-Atlas marocain, in Désert et montagne au Maghreb. Hommage à Jean Dresch. R.O.M.M. 41-42, Aix en Provence, Edisud, p. 234-248

Goeury D., 2006, Enclavement et espaces du mérite, mémoire de master II, Montpellier, Université Paul Valéry, 175 p.

Karsenty A., 2004, Les enjeux des réformes dans le secteur forestier en Afrique centrale, Cahiers du GEMDEV, n°30, p. 219-239.

KASRIEL, M., 1989, Libres femmes du Haut Atlas, L’Harmattan, Paris.

Khrouz D., 2003, Le développement local et l’économie solidaire à l’épreuve de la mondialisation, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines, Casablanca.

Laouina, A., 1995, La montagne marocaine : protection des ressources et développement socioéconomique, in BENCHERIFA A. et. SWEARINGEN W.D. (éds), L’Afrique du Nord face aux menaces écologiques, Rabat, Fac. des Lettres, Série Colloques & Séminaires, n°50, p. 145-160

Lessmeister R., 2005, Le tourisme de montagne au Maroc- acteurs, bénéfices et domination dans les relations touristiques, in Aït Hamza M., Popp H., Pour une nouvelle perception des montagnes marocaines : espaces périphériques ? patrimoine culturel et naturel ? stock de ressources dans l’avenir ?, Actes du 7ème colloque maroco-allemand, Rabat, Publication de la faculté des lettres et des sciences humaines, Série colloques et séminaires, 119, p. 153-162.

LÉVY J. et LUSSAULT M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, notice « Capital spatial », Paris, Belin, p. 124-126.

Mahdi, M., 1999, Pasteurs de l’Atlas (Production pastorale, droit et rituel), Casablanca, Naja Al Jadida, 347 p.

Madhi M., Amar M., 2002, Les coopératives agricoles au Maroc entre la volonté politique et les réalités paysannes,in Elloumi M. (dir.), Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée : Etats, société civile et stratégies des acteurs, Paris/Tunis, Khartala/IRMC, p. 467-484

Moreau S., 2004, Sauver les forêts, sauver les hommes ou se sauver soi-même ? L’action des ONG environnementales à Madagascar, Les Actes du FIG 2004, Nourrir les hommes, nourrir le monde. Les géographes se mettent à table,

http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2004/moreau/arcticle.htm

Moreau S., 2006, Des associations des villes aux associations des champs en pays betsileo, Etudes rurales, 178, Quel développement à Madagascar ?, p. 89-111

Peyron M., 1992, Mutations en cours dans le mode de vie des Ayt Yafelman (Haut-Atlas Marocain), Cahier d’URBAMA, n°7, URBAMA, CNRS-Université de Tours, p. 79-98.

Peyron M., 2006, Le tourisme de montagne en question : les tours Operators dans l’Atlas marocain, 43 p., http://www.aui.ma/VPAA/shss/mpeyron-touroperators-fr.pdf

Ramou H., 2005, Tamallayte r’Saghro : quel apport économique de l’activité touristique ?, in Aït Hamza M., Popp H., Pour une nouvelle perception des montagnes marocaines : espaces périphériques ? Patrimoine culturel et naturel ? stock de ressources dans l’avenir ?, Actes du 7ème colloque maroco-allemand, Rabat, Publication de la faculté des lettres et des sciences humaines, Série colloques et séminaires, 119, p. 177-186.

ROSSI G., 2000, L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris, CNRS édition, Espaces et milieux, 248 p.

Publications internes au Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) :

Ministère de l’Agriculture et de la mise en valeur des agricole, Administration des eaux et forêts et de la conservation des Sols, 1996, Parc national du Haut-Atlas Oriental, Plan directeurs d’aménagement et de gestion, 2 vol., tirage limité à usage administratif.

Ministère de l’Agriculture et de la mise en valeur des agricole, Administration des eaux et forêts et de la conservation des Sols, 1996, Plans directeurs des aires protégés du Maroc, 7 vol., tirage limité à usage administratif.

Haut Commissariat des Eaux et Forêts et de la Lutte contre la Désertification, 2006, Diagnostics sectoriels du SIBE de Tamga, rapports préliminaires, non publié.

Sites Internet d’ONG :

http://www.adrar.errachidia.org/html/cadre.htm

http://addhac.free.fr/

Haut de page

Notes

1  Nous considérons comme enclavé un territoire déconnecté  des réseaux de transports, ici la route goudronnée. L’enclavement ne signifie pas l’absence de mobilité des individus mais leur difficulté à accéder à des services, normalement garantis par l’État, et des biens, largement présents sur le marché national. Ceci se traduit par un surcoût qui exclus toute ou partie de la population. Le degré d’enclavement est alors mesuré par les inégalités (niveau de vie, santé et éducation) grandissantes avec les territoires environnants (Goeury, 2006).

2  Nous ne traiterons pas en détail des usages traditionnels qui ont été largement développés par Alain Bourbouze  (Bourbouze ,1997), suite à son travail en tant qu’expert pour l’élaboration du plan directeur des aires protégées.

3  Il n’est pas inintéressant de noter que les espaces forestiers en France furent les premiers espaces à être étatisés autour de la figure du monarque comme seul garant de ces territoires considérés comme vides de communautés, mis à part des groupements de parias comme les charbonniers. Au Maroc, le Dahir de 1917 vise à assurer une exploitation optimale des ressources forestières. Le Dahir de 1976 permet aux communes rurales de participer de la gestion des ressources forestières en les faisant bénéficier des recettes forestières à condition qu’elles affectent 20% de ces revenus à des actions d’investissement forestier.

4  Tout terrain cultivé et planté de façon « paisible, saine et durable » sans contestation de la communauté devient une propriété individuelle appelé melk, Par contre, les terrains à usage intertribal, tribal, de fraction ou de village qui n’ont pas été transformés en melk ou domaine forestier ont été doté par la colonisation du statut de terres collectives. Pour le parc national du Haut-Atlas oriental, 500 ha sont de statut melk, 7 400 ha sont domaniaux, 21 000 ha sont présumés domaniaux et 20 500 sont présumés collectifs. Certaines terres collectives sont désignées par le terme d’agdal qui correspond à un espace de pelouses d’altitude très productives mis en défens au printemps et au début de l’été afin d’assurer une production maximale. L’agdal est géré par les jamaas, association traditionnelle d’usagers, qui ont recours en cas de conflit à des instances d’arbitrages qui étaient les zawyas à la période précoloniale puis les officiers des affaires indigènes à la période coloniale.

5  L’article premier du Dahir du 11 septembre 1934 est on ne peut plus explicite : « Les régions ou sections de régions naturelles de la zone française de l’empire chérifien dont il importe, pour des raisons scientifiques ou touristiques, et d’une manière générale, d’utilité sociale caractérisée, d’assurer le maintien de leur état existant, peuvent être érigées en « Parcs Nationaux ».

6  Dans la majorité des conventions, le Haut commissariat aux eaux et forêts bénéficie de 20% des sommes allouées aux projets pour assurer son fonctionnement.

7  Le Haut-Atlas oriental est reconnu pour être un des espaces pastoraux offrant la plus grande diversité de situation, des nomades ou grands semi-nomades, aux doubles-transhumants, aux transhumants d’été, aux bergers faisant Ifrilil (littéralement loger dans les grottes) et aux sédentaires se limitant aux parcours proches.

8  Ce chiffre est celui du recensement de 2004.

9  Le journaliste Mohamed Zainabi, envoyé spécial du journal le Reporter, a mis en ligne sur son blog une vidéo qui raconte son périple et la misère de la population d’Anfgou. Le passage le plus commenté fut le décompte des nouvelles tombes des victimes de l’hiver par manque d’encadrement sanitaire élémentaire. La vidéo est immédiatement reprise sur tous les sites de militants amazighs au point qu’une manifestation est organisée devant le parlement à Rabat pour demander une action d’urgence.

10  Cette phrase revint comme un slogan lors de la mobilisation autour du drame d’Anfgou.

11  Les tribus ayt Yiahya et ayt Haddidou du Haut-Atlas oriental et Iansalen et Ayt Abdi de Tamga furent les dernières à se rendre à l’armée française après plus de dix années de résistance en 1933 à la guerre de conquête appelée pacification des confins. Les sites de ces deux aires protégées furent les derniers conquis par la France.

12  Il est d’ailleurs intéressant de comparer les rapports effectués par ces groupes d’experts et ceux produits par l’institut agronomique Hassan II de Rabat qui, sous la figure tutélaire de Paul Pascon, a forgé l’école de sociologie marocaine et surtout une approche au plus près des intérêts des populations locales qui sont privilégiées comme garantes des équilibres des écosystèmes.

13  Le terme « amazigh » supplante peu à peu le terme de « berbère » catalysant actuellement l’affirmation politique. La création de l’Institut royal de la culture amazighe en 2001 donne désormais à ce terme une reconnaissance institutionnelle au Maroc.

14  Les experts du Plan de gestion des aires protégées avaient déjà observé en 1995 plus d’une centaine d’abris de fortune pour le village d’Anfgou.

15  Il est difficile d’évaluer les résultats des actions spécifiques au parc national vu que, parallèlement, l’État multiplie les grandes politiques de développement à l’échelle nationale qui concerne l’ensemble du territoire. Cependant, nous proposons dans les pages suivantes quelques éléments de réflexion. Cette situation est comparable à celle observée par Sophie Moreau en pays Betsileo à Madagascar (Moreau, 2004, 2006).

16  La population confond le statut de réserve de chasse soit l’interdiction de cette activité avec celui de lot de chasse amodié qui est loué à des associations de chasseurs ou à des sociétés de chasse touristique.

17  Les enquêtes successives depuis 1992 insistent sur le fait que les chasseurs exogènes sont quasi-inexistants ce qui facilite la mise en défens et que seule la population locale se livre à des activités de braconnage surtout contre les sangliers considérés comme des nuisibles.

18  Ce terme d’ONG apex qui se diffuse actuellement dans les publications grises des Organisations Internationales désigne une ONG relais, littéralement au sommet (apex en latin) de la société civile.

19  La liste des objectifs enfle dans le temps pour coller au plus prêt des thèmes à la mode à l’échelle nationale et internationale. Ainsi, l’association Jbel Moriq d’Anergui créée après les attentats du 16 mais 2003 a rajouter le thème de la lutte contre le terrorisme.

20  L’ONG apex permet aux Associations d’usagers comme les AUEA de définir de nouveaux objectifs et aux autres Associations de développement local de trouver un financement.

21  Nous pouvons observer que les guides et les propriétaires de gîte ayant le mieux réussi leur insertion économique sont souvent des Chorfas soit des descendants de saints ou du prophète qui ont un fort capital spatial. Ils réinvestissent leur capacité à articuler le proche et le lointain, à accueillir les étrangers et surtout à se déplacer librement au sein des confédérations de tribus du fait de leur renommée.

22  Il faut noter que devant la faible affluence directe, les guides officiels d’Imilchil ont tous investi dans un espace d’hébergement pour compléter leur activité. D’ailleurs, le chiffre d’affaires du gîte devient plus important que celui de l’accompagnement.

23  Nous estimons qu’une nuitée équivaut à 150 dhs, sachant que la nuitée est facturée 50 dhs, chaque repas 50 à 60 dhs et le petit déjeuner 15 à 20 dhs. En effet, les touristes sont pour la plupart en demi-pension et quelques-uns en pension complète.

24  Le salaire minimum interprofessionnel garanti  est de 1826 dhs par mois sauf pour les activités agricoles qui sont rémunérées à partir de 50 dhs par jour. Cependant, il faut noter que le propriétaire du gîte n’est pas seul à travailler, souvent il est aidé par son épouse ou d’autres membres de sa famille. De plus, ce revenu brut n’est associé à aucune cotisation sociale permettant de faire face aux aléas de la vie.

25  L’écotourisme est encore fragile dans le Haut-Atlas oriental. Pour l’instant seul le parc national du Toubkal, et le parc naturel de Talassemtane, du fait de sa proximité de Chefchaouen, bénéficie de la mise en place de structures opérationnelles associant découverte et consommation de produits locaux à haute valeur ajoutée comme l’huile et le miel.

26  Ceci est lié au syndrome des touristes vus comme des « panzer divisions », qui est davantage lié à une rupture des représentations, entre un espace de parc nouvel Eden vierge peuplé de bons sauvages, accessible à une élite de voyageurs, et un espace de parc aménagé et structuré pour être accessible au plus grand nombre.

27  Les statistiques sont difficiles à connaître et sont très variables selon les espaces. En effet, le lac d’Islit, tout proche de la route goudronnée, est le lieu le plus fréquenté, avec plusieurs milliers de visiteurs mais l’écrasante majorité prend juste une photo avant de repartir tout aussi vite. Le second site hors parc est celui du moussem des fiancées. La traversée du parc, en elle-même, ne concerne que quelques milliers d’individus, dont très peu s’écartent de la piste.

28  Actuellement, les programmes diffusés sur les deux chaînes nationales RTM et 2M multiplient les références patrimoniales pour mettre en image la richesse et la diversité du territoire national. Parallèlement, de plus en plus, de touristes nationaux choisissent de visiter ces espaces.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les parcs naturels au Maroc
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3452/img-1.png
Fichier image/png, 257k
Titre Figure 2 : Le Parc National du Haut-Atlas Oriental, entre dépossession progressive des populations et création de nouvelles activités périphériques
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3452/img-2.png
Fichier image/png, 619k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3452/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Goeury, « Place et rôle des ONG dans l’acceptation des parcs nationaux : le cas du Haut-Atlas oriental marocain », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 231-241.

Référence électronique

David Goeury, « Place et rôle des ONG dans l’acceptation des parcs nationaux : le cas du Haut-Atlas oriental marocain », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3452 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3452

Haut de page

Auteur

David Goeury

Doctorant en géographie du développement, Montpellier III, david.goeury@laposte.net 

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page