Navigation – Plan du site
Articles

Les parcs nationaux en Asie du Sud-Est, une manifestation de la transformation de l’État moderne. Le cas du parc national Cat Tien au Vietnam

National Parks in Southeast Asia: a manifestation of the transformation of the modern state.  The case of the Cat Tien national park in Vietnam
Steve Déry
p. 219-230

Résumés

De la création du parc Yellowstone au Sommet mondial pour le développement durable à Johannesburg en 2002, en passant par le rapport Bruntland à fin des années 1980, les actions entreprises visant la conservation de la nature, et plus spécifiquement de la forêt, ont exclu d’emblée les populations locales. En Asie du Sud-Est, depuis les années 1960, l’utilisation de ce modèle pour mettre en place des réseaux nationaux d’aires protégées rencontre des problèmes en raison de traits géographiques particuliers. Et l’une de ces particularités est que les forêts y sont relativement densément occupées, plus que ne l’ont jamais été les autres forêts, tant dans le monde tempéré que dans le monde tropical. Les principes appliqués ailleurs, en particulier en Amérique du Nord et en Europe doivent-ils être adaptés ou appliqués à la lettre?

La délimitation d’aires protégées en Asie du Sud-Est continentale au cours des cinq dernières décennies s’inscrit dans la moyenne durée, s’appuyant sur le contexte de mise en place des États dans cette région et sur la manière dont les marges montagneuses ont été intégrées par les outils de la colonisation agricole et de la sédentarisation.

Aujourd’hui, l’étude des conséquences territoriales de la mise en place d’aires protégées contribue à éclairer sous un nouveau jour les principaux enjeux et défis liés à cette question : relocalisations, intégration territoriale, bouleversement des modes de vie, marginalisation ethnique, etc. L’étude du parc national Cat Tien au Vietnam sur une période de 200 ans, à l’aide d’une grille d’analyse spatiotemporelle multi-niveaux, dévoile le processus de marginalisation des minorités ethniques locales à l’œuvre et le rôle qu’y joue la mise en place du parc.

Haut de page

Notes de l’auteur

Mes remerciements sincères s’adressent à Louise Marcoux, Sylvie Saint-Jacques et Karine Tessier du laboratoire de cartographie au département de géographie de l’Université Laval pour la cartographie, ainsi qu’à Vincent Boulianne, Martin Tremblay et Romain Vanhooren pour les travaux effectués dans le cadre de cette recherche. Celle-ci a bénéficié de l’appui financier du Fonds Québécois pour la Recherche sur la Société et la Culture (FQRSC, subvention Jeunes chercheurs) ainsi que du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada (CRSH, subvention 410-2006-1325).

Texte intégral

1L’environnement est un domaine où le questionnement sur l’universalisme et les particularismes est assez fécond. Il est facile de penser que les valeurs ou les manières de penser d’un groupe, de notre groupe, qui nous apparaissent si évidentes et allant de soi au premier abord, soient des valeurs et des manières de penser universelles. Même si ce genre de discours a été critiqué, déconstruit et reconstruit pour mieux le comprendre et en cerner les défauts, il reste encore très présent dans l’approche environnementale des grands organismes internationaux. Ce constat est particulièrement frappant lorsqu’on observe attentivement le processus de mise en place des aires protégées en Asie.

  • 1  Respectivement l’ACDI, USAID, DANIDA et SIDA.

2Cette mise en place s’est déroulée en plusieurs phases, dont on verra un exemple plus loin avec le cas de l’Asie du Sud-Est continentale, mais la plus importante en termes de nombre et de superficies concernées est de loin la période qui s’étend de 1990 à aujourd’hui. Au cours de cette mise en place, les organismes internationaux (World Wildlife Fund-WWF, Union mondiale pour la Nature-UICN, Programmes des Nations Unies pour l’Environnement-PNUE, etc.) ainsi que les agences de développement nationales (Canada, Etats-Unis, Danemark, Suède, etc.1) furent spécialement actives à toutes les étapes de la mise en place d’un réseau d’aires protégées, en particulier en ce qui concerne le financement. Leur présence dans certains pays a même donné lieu à des compétitions territoriales pour le contrôle de portions du réseau, comme en Indonésie (Chapin, 2004 ; Geneviève Michon, 2006, communication personnelle). Et ces organismes ont généralement fait la promotion d’une vision binaire et cartésienne de la protection environnementale, à savoir une vision où l’homme et la nature ne peuvent cohabiter ensemble sur le même territoire, une vision que je qualifierais de « yellowstonienne ».

  • 2  Cela en fait une aire protégée gérée principalement dans le but de protéger les écosystèmes et à d (...)

3Cette réflexion constitue le point de départ du présent article ; le cheminement s’organise en deux temps. Dans la première partie, à l’aide du cas de l’Asie du Sud-Est continentale, sont examinés certains particularismes géohistoriques, qui font que l’approche « yellowstonienne » dans la mise en place des aires protégées n’est pas la bonne, à tout le moins ne doit pas être l’unique manière d’approcher la question. Certaines caractéristiques géographiques de la région lui confère une identité propre qui nécessite de s’arrêter avant d’imposer un modèle développé dans un tout autre contexte. Dans une deuxième partie, si l’on va plus loin que ces rhétoriques conservationnistes qui se veulent (qui se disent en fait) universelles ou spécifiques pour s’attarder à observer la signification de l’aire protégée comme élément de transformation du territoire, certaines caractéristiques, moins évidentes au premier coup d’œil et qui transcendent les frontières autant culturelles qu’idéologiques ou politiques, émergent et nous amènent à observer davantage l’évolution du rôle et de la nature de l’État. L’objectif de cet article est donc, en premier lieu, de faire ressortir ces particularités du Sud-Est asiatique dont on doit tenir compte dans la planification et la mise en place des aires protégées [et qui discréditent en quelque sorte l’approche purement yellowstonienne. En deuxième lieu, de manière plus originale aussi, il vise à faire ressortir les enjeux de ce processus dans la construction, la consolidation et la transformation des États, toujours en s’appuyant sur un cas sud-est asiatique, celui du parc national Cat Tien au Vietnam. D’une superficie de 73 878 hectares, le parc de catégorie II selon l’UICN2 a récemment été complètement vidé de sa population. Il n’y subsiste que les employés du parc et les bâtiments dédiés à la gestion du parc. Toutefois, comme nous le verrons plus loin, alimenté par des migrations de Kinh surtout en provenance des plaines, la population des environs du parc a beaucoup augmenté au cours des vingt-cinq dernières années, bouleversant complètement l’ancien « équilibre » démographique et ethnique ainsi que les rapports à l’espace.

4Cette recherche s’inscrit dans un programme qui vise à mieux comprendre comment les modes de vie des populations des hautes terres d’Asie du Sud-Est continentale (pour les cas spécifiques de la Thaïlande, du Laos, et du Vietnam) ont été transformés par la délimitation d’aires protégées.

5Cette implantation d’aires protégées de toutes sortes constitue un bouleversement encore plus profond des repères spatiaux des populations locales. Au-delà des multiples nuances de mise en œuvre, que les populations locales, souvent minorités ethniques, soient impliquées ou non, qu’elles en retirent un bénéfice ou non, la volonté est claire : construire une nouvelle gestion de l’accès au territoire à partir d’en haut, ce qui signifie que l’accès devient fort restreint, qu’il est contrôlé et réglementé, voire qu’il est carrément interdit. Les communautés concernées, qu’elles soient autochtones ou allochtones se voient dans l’obligation de reconstruire une très grande partie de leurs repères spatiaux. Dans les quelques cas étudiés sur les plateaux centraux du Vietnam, les minorités ethniques profitent rarement de la supposée manne touristique engendrée par la mise en place des parcs, comme c’est justement le cas avec le parc national Cat Tien. Cette recherche spécifique contribuera à atteindre l’objectif général de ce programme qui est de déterminer le rôle de la délimitation des aires protégées dans la transformation des systèmes territoriaux, et surtout de comprendre les raisons qui expliquent que certains groupes soient marginalisés dans ce processus d’intégration.

La mise en place du réseau d’aires protégées en Asie du Sud-Est, 1962-20053

  • 3  Un article détaillant d’une manière plus approfondie cette évolution est présentement en révision (...)

6L’évolution du nombre d’aires protégées en Asie du Sud-Est continentale peut se diviser en quatre grandes périodes (fig. 1).

7La première, c’est celle de la période coloniale du XXe s. : des territoires coloniaux relativement bien consolidés face aux voisins et à l’interne suscitent la mise en place de quelques territoires protégés, surtout pour la chasse, territoires réservés aux élites, ou tout simplement pour conserver les ressources en vue d’une exploitation future (Thomas, 1999). La deuxième période débute au cours de la difficile période de mise en place finale des États modernes (entre 1945 et 1975). Plus précisément, elle débute dans les années 1960 en Thaïlande et au Vietnam, alors que les premiers parcs nationaux sont créés, tout comme les premières législations s’y rapportant. La troisième période débute dans les années 1970, prenant toute son ampleur après 1975. Malgré l’occupation du Cambodge par le Vietnam à partir de 1979 et des relations entre les pays communistes et les autres qui demeurent difficiles, une certaine stabilité politique commence à imprégner la région. Le réseau d’aires protégées se complexifie et se structure en même temps que le nombre d’unité croit rapidement. Les organisations internationales sont aussi davantage impliquées. En Asie du Sud-Est continentale, la quatrième période débute en 1993, dans la foulée du rapport Bruntland publié en 1987 et de la rencontre de Rio en 1992. Les États s’engagent à œuvrer à la protection de certaines catégories de territoires et de plus en plus d’argent est disponible au niveau international pour appuyer financièrement des initiatives qui vont dans ce sens. Au cours de cette période, les réseaux d’aires protégées du Laos et du Cambodge sont créés de toutes pièces justement avec l’aide internationale, tout cela ayant pour effet une multiplication presque exponentielle du nombre d’unités de protection du territoire tout comme des superficies protégées, au moins jusqu’au début du XXIe s. (fig. 2, tabl. 1).

Tableau 1 : Les aires protégées en Asie du Sud-Est continentale, 1965-2005
(en nombre et en pourcentage de la superficie nationale)

1965

1977

1992

2005

Pays

n

%

n

%

n

%

n

%

Thaïlande

4

0,93 %

34

4,92 %

125

12,78 %

161

16,79 %

Vietnam

1

0,08 %

12

0,21 %

83

2,62 %

97

4,04 %

Laos

0

0

0

0

0

0

21

15,16 %

Cambodge

0

0

0

0

0

0

29

24,59%

Birmanie

12

0,36 %

14

0,39 %

19

0,89 %

39

4,86 %

Total

17

0,4%

60

1,5%

227

4,2%

347

11,0%

Source: ICEM (2003a, b, c et d) ; WCU (1992) ; Collins (1991) ; UNEP-WCMC database.

8Dans tous les États, mais plus particulièrement au Vietnam et en Thaïlande, ces transformations de la gestion du territoire apparaissent en même temps qu’un intense remous territorial créé par des migrations organisées et spontanées (pour le Vietnam voir entre autres Déry, 2004). Il en a résulté non seulement une confrontation entre groupes ethniques mais aussi entre les objectifs de développement de l’État et ses propres objectifs environnementaux, ceux-ci étant court-circuités par ceux-là (Déry, 2005). Par ailleurs, ces velléités environnementalistes ne se sont pas traduites par une appropriation de la terminologie du développement durable, même si une conscience environnementale s’est développée au Vietnam (Pham Thi Tuong Vi et Rambo, 2003). Le sentiment qui reste, après par exemple une lecture des journaux, est que la priorité est donnée au développement, tout en tenant compte le plus possible des problèmes environnementaux. Bref, le gouvernement vietnamien profite de la manne « développement durable » issue du rapport Bruntland et de Rio sans qu’il n’y ait pour l’instant d’appropriation locale. L’évolution de tout cela devrait toutefois être mieux mesurée et étudiée.

Universalismes? Des spécificités sud-est asiatiques

9La mise en place de réseaux d’aires protégées en Asie du Sud-Est continentale soulève à la fois des problèmes et des questionnements. En raison du financement qui provient en majorité d’organismes internationaux (gouvernementaux ou non), l’approche utilisée, un modèle selon lequel l’humain et la nature ne peuvent cohabiter, a généralement écarté celles qui n’étaient pas conformes à ce modèle. Le point de vue défendu ici, est qu’il faut regarder davantage la géographie et l’histoire de l’Asie du Sud-Est, en particulier l’évolution de la construction des États, pour saisir la logique derrière la mise en place des réseaux d’aires protégées.

  • 4  Mes remerciements s’adressent ici à l’un des évaluateurs qui m’a judicieusement rappelé cette situ (...)

10Au cours des trois dernières décennies, la forêt, en particulier les forêts de montagnes (fig. 2), a constitué le domaine de prédilection pour la mise en place d’aires protégées. Au-delà des justificatifs et des fondements culturels qui seraient derrière ce choix, concrètement la mise en place d’aires protégées dans les forêts tropicales d’Asie du Sud-Est bute sur un problème de taille : ces forêts sont habitées ; davantage que ne l’ont jamais été aucune autre forêt, tropicale ou tempérée, dans le monde (voir entre autres exemples Spencer, 1966 et Boulbet, 1975)4. Mais en fait, ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que problème il y a uniquement en raison d’une part de l’approche utilisée pour mettre en place ces réseaux d’aires protégées, et d’autre part de la définition qui est donnée à la forêt, une définition qui ne tient aucunement compte des perceptions et utilisations locales (voir Condominas, 1957 et Boulbet, 1975, parmi plusieurs autres). L’intégration territoriale de ces zones forestières soulève des enjeux fort complexes. Du point de vue de l’État, domestiquer les forêts, c’est aussi un peu domestiquer ses populations (De Koninck, 1994). Pour l’ensemble de l’Asie du Sud-Est, on évaluait vers 1965 à quelque 6 millions le nombre de foyers utilisant l’essartage comme moyen de production agricole (tabl. 2), donc à 20 millions – au minimum – le nombre de personnes qui vivaient alors en forêt.

Tableau 2 : Nombre de familles et superficies consacrées à l’essartage en Asie du Sud-Est, 1965.

(en milliers et en milliers d’hectares)

Pays ou région

Nombre de familles
(en milliers)

Superficie défrichée annuellement

Superficie cultivée

Superficie en jachère

Superficie totale

Birmanie

700

1 153

304

7 466

8 903

Bornéo (Br.)

175

304

243

1 679

2 226

Cambodge

2

4

1

15

20

Indonésie

3 800

5 261

1 619

27 518

34 398

Laos

350

263

40

2 934

3 237

Philippines

400

728

202

3 925

4 856

Thaïlande

400

405

81

3 561

4 047

Vietnam*

85

74

20

492

587

TOTAL

5 912

8 192

2 510

47 590

58 274

* Comprend le Vietnam du Nord et le Sud-Vietnam, les estimations pour le premier s’appliquant à la période pré-collectiviste.

Source : Spencer (1966)

11Depuis cette époque décrite par Spencer, la géographie des forêts a bien changé. D’une part, les essarteurs sont moins nombreux ; et d’autre part, ils occupent des territoires beaucoup plus restreints. Cette évolution est liée à une deuxième caractéristique géographique fondamentale en Asie du Sud-Est continentale, la présence d’États multiethniques dont le pouvoir, accaparé par un groupe majoritaire, est consolidé et élargi au XXe s. (voir par exemple De Koninck, 2005 et Bruneau, 2006 ; pour le cas du Vietnam, Déry, 2004).

Le contexte de mise en place des États en Asie du Sud-Est continentale

12En Asie du Sud-Est continentale, contrairement à la majorité des endroits qui ont connu le joug colonial, il existe une filiation historique entre les États modernes issus de la décolonisation et les anciens royaumes historiques qui ont occupé les mêmes territoires. Une filiation qui mérite toutefois des nuances…

13La mise en place des royaumes agraires de l’Asie du Sud-Est continentale présente au moins cinq traits communs fondamentaux. Ces traits constituent en quelque sorte l’assise sur laquelle la colonisation européenne s’est appuyée pour construire les empires locaux respectifs. Loin de détruire cette base, ils s’en sont plutôt servi comme d’un multiplicateur, créant une deuxième couche sur laquelle se sont appuyés les nouveaux États indépendants après la Deuxième guerre mondiale.

14Premier trait commun, l’immense majorité des populations présentes en Asie du Sud-Est continentale aujourd’hui ont pour origine le sud de la Chine, pris de manière assez large, des grands plateaux du Yunnan aux régions côtières du Guangdong. Le peuplement ayant été façonné par des vagues migratoires successives et cumulatives, il est ainsi hasardeux de parler de populations indigènes. Qui furent les premiers? Les réponses qu’on apporte à cette question aujourd’hui, par exemple en Thaïlande (Keyes, 1987) ou au Laos (Vatthana, 2006), ont davantage à voir avec la géopolitique qu’avec le souci de véracité historique. Dans cette même optique, les apports culturels provenant du « nord » ont été considérables, tout comme ceux qui sont venus de l’ouest, sans que la région ne soit jamais asservie à l’une ou l’autre de ces régions. Bref, l’Asie du Sud-Est, prise dans son ensemble, a constitué à la fois un terme à ces influences et une zone de convergence (De Koninck, 1994 et 2005).

15Deuxième trait commun de la construction de ces royaumes précoloniaux, les groupes ayant créés ces royaumes, en particulier ceux des Birmans, du Siam et du Dai Viet, ont progressé vers le Sud à partir de noyaux originels plus septentrionaux. Ces progressions se sont faites d’une part aux dépens de royaumes concurrents, respectivement Môn, Khmers et Cham, et ils ont conduit à un déplacement des capitales du Nord vers le Sud (Ava et autres vers Rangoon ; Sukothai vers Bangkok ; Hanoï vers Huê). Les mouvements inverses des capitales (retour à Hanoï pour le Vietnam et vers l’intérieur des terres en Birmanie) sont récents et s’inscrivent dans des contextes totalement différents.

  • 5  Mer de l’Est pour les Vietnamiens, mer du Sud pour les Chinois, mer de Chine méridionale pour les (...)

16Troisième trait commun, dans tous ces cas, les royaumes ont été construits par un peuple dominant, par unecivilisation plus avancée sinisée ou hindouisée, basée sur la riziculture irriguée des peuples de plaines : les Birmans dans la vallée de l’Irraouaddi, les Siamois dans celle du fleuve Chao Phraya, les Kinh dans le delta du fleuve Rouge et dans les petites répliques côtières le long de la mer d’Asie du Sud-Est5.

17Quatrième trait important et commun à ces constructions étatiques, ces royaumes agraires ont constitué les noyaux autour desquels se sont construits les États modernes. Toutefois, cinquièmement, c’est un point que l’on oublie trop souvent, et qui est indispensable à la démonstration qui suit, jusqu'à la période coloniale européenne, les zones montagneuses entourant ces royaumes agraires étaient peu ou pas du tout intégrées à ces mêmes royaumes. Même si plusieurs liens de vassalité ont existé, ces régions ont conservé une autonomie presque maximale (voir par exemple, Bruneau, 2006).

Consolidation des États : colonisation agricole et sédentarisation

18Lorsque les Japonais quittent l’Asie du Sud-Est après la Deuxième guerre mondiale, ils viennent de poser les bases de ce qui sera, au cours des 30 années suivantes, l’épicentre mondial de la décolonisation, de même que celui de la guerre froide. Les nouveaux États modernes qui émergent entre 1945 et 1975 sont en recherche de légitimité, d’autant plus qu’ils rassemblent sur leurs territoires des populations qui, dans certains cas, n’avaient encore jamais « cohabité » au sein d’une même entité politique, sauf sous la tutelle coloniale. Dans les régions périphériques, montagneuses ou non, les États faisaient généralement face à trois défis :

191) stabiliser les régions et faire taire les mouvements communistes ou anti-communistes selon les cas ;

202) mieux contrôler le territoire et l’accès aux ressources exploitables, dont les profits devaient éventuellement être divertis vers les coffres de l’État ;

213) accéder aux ressources foncières d’un territoire considéré comme disponible en y déplaçant des masses de population, évitant ainsi le recours à des réformes agraires dans les régions rurales des plaines où des problèmes de pauvreté, de très fortes densités démographiques et souvent d’inégalités sociales étaient aussi présents.

22Pour relever ces défis, les États d’Asie du Sud-Est, en particulier dans la partie continentale, ont utilisé quatre types d’outils principaux :

231) consolidation ou élargissement et multiplication des infrastructures administratives, de communication et sociales ;

242) colonisation agricole organisée ou spontanée et récupérée par l’État, en utilisant surtout des populations des plaines ;

253) sédentarisation des groupes ethniques pratiquant l’agriculture itinérante sur brûlis ;

264) et, depuis peu, délimitation de territoires de conservation et d’aires protégées diverses.

Une transition territoriale des États ?

27L’examen de la mise en place des aires protégées en Asie du Sud-Est continentale en utilisant les fenêtres d’approches précédentes révèle des contradictions et quelques problèmes à l’interprétation qui s’articulent entre spécificités et universalismes. Premièrement, on trouve un discours et une mise en place qui se basent en grande partie sur des valeurs que l’on dit occidentales. Concrètement, le résultat est un réseau d’aires protégées fort étendu dans tous les pays de la région. Deuxièmement, ces mises en œuvre butent sur la réalité géographique, à savoir des caractéristiques particulières qui empêchent, ou à tout le moins soulèvent d’énormes problèmes à la réalisation des projets de protection du territoire et qui ont fait émerger des conflits. Troisièmement, dans cette rhétorique géopolitique, le discours religieux qui est parfois mobilisé ne constitue qu’un outil parmi d’autres dans ces jeux de pouvoir.

28L’examen d’un cas spécifique, le parc national Cat Tien au Vietnam, est utilisé ici pour explorer davantage le rôle de l’État dans la mise en place des aires protégées. L’objectif est de contribuer à mieux comprendre le rôle territorial des aires protégées dans la transformation du territoire.

Le cas du parc national Cat Tien6 : une analyse multiscalaire pour comprendre le bouleversement territorial

  • 6  La rédaction de cette partie repose dans un premier temps sur les travaux suivants : Maitre (1912) (...)

29Dans ce processus, il y a en fait une logique spatiale qui est liée à la logique même de l’État. Cette affirmation et le développement qui suit, sont présentés sous forme d’hypothèse explicative pour tenter de comprendre ce que représente ce mouvement dans les transformations qui touchent et qui souvent bouleversent l’organisation du territoire.

30Pour illustrer de quelle manière la mise en place d’une aire protégée contribue à la transformation du territoire, j’utilise un exemple de territoire protégé au Vietnam, le parc national Cat Tien, en y appliquant une grille d’analyse multiscalaire spatiotemporelle. L’objectif est de comparer les types d’accès au territoire en fonction du système de référence ou le niveau géographique auquel on se situe, et d’observer de quelle manière cet accès évolue dans le temps. Exercice purement qualitatif pour l’instant, il vise surtout à faire apparaître des variations spatiotemporelles, et à les pondérer sans les quantifier formellement.

  • 7  Il n’y a évidemment pas de place pour les multiples nuances que l’on pourrait faire ici. Se référe (...)
  • 8  Même chose pour cette situation de l’autochtonie. Se référer à la thèse de Frédéric Fortunel (2003 (...)

31Le parc Cat Tien est situé dans une zone qui faisait autrefois partie du domaine du groupe des Ma (voir par exemple Boulbet, 1964, 1967 et 2002). Le groupe a été largement décimé par la guerre du Vietnam, ce qui a facilité7 l’installation de paysans Kinh arrivés après 1975 dans le cadre des programmes de Nouvelles Zones Économiques, d’entreprises d’État agricoles ou arrivés plus récemment, d’une manière spontanée (fig. 3) (Déry, 2004). Aujourd’hui, les Ma et les Stieng, ce dernier étant un autre groupe local, comptent pour un faible pourcentage de la population locale (environ 150 000 à 170 000 personnes vivent dans la zone tampon selon des estimations récentes – autour de 2000-2005, Vanhooren, 2006), confinés à quelques communes, en général dans les régions montagneuses plus difficiles d’accès, comme dans le district de Cat Tien de la province de Lam Dong. Les Kinh sont très majoritaires ; ils ont été suivis dans leurs migrations par des Hmong et des Tay, groupes des montagnes du Nord du pays, ce qui contribue à diluer davantage le poids des communautés locales autochtones8.

32Quatre niveaux géographiques (systèmes ou ensembles) sont représentés (fig. 3) : celui des villages présents vers le milieu du XIXe s. dans la région où le parc national Cat Tien a été délimité, celui de l’unité politique (confédération ma) ou administrative supérieure (province), celui de l’entité politique disposant du pouvoir (aucun, Indochine et Vietnam), puis enfin celui de l’ensemble du monde (qui se limitait certes à quelques « représentants »). Il ne faut pas voir ces niveaux comme figés, mais plutôt comme des agrégats, des compromis aux limites volontairement floues permettant de faire ressortir un processus. Les jalons historiques conservés sont : vers 1850, tout juste avant la colonisation française ; vers 1925, au cœur de cette même époque coloniale ; 1954, année de la prise de pouvoir officielle d’un gouvernement vietnamien sur cette région ; 1977, date de la délimitation d’une aire protégée sur le territoire qui deviendra plus tard le parc national Cat Tien ; et 2006, la situation actuelle. Cette trame spatio-temporelle peut se lire ainsi.

Figure 3 : Pour chacune des cases, le territoire de référence est toujours celui du parc national Cat Tien et ses pourtours immédiats et la trame de gris indique le type d’accès possible lorsque l’espace délimité par le parc se trouve incorporé dans un système ou un ensemble de référence donné.

33Vers 1850

  • 9  Comme pour les autres « cases », il n’est pas nécessaire de discuter ici des multiples nuances loc (...)

34Au milieu du XIXe s., dans ce que l’on pourrait appeler le « système » local, i.e. le territoire qui couvre à peu près celui du parc national Cat Tien aujourd’hui, l’accès était total, sans aucune entrave9. Au niveau de la région, l’accès était déjà un peu plus difficile non pas en raison de contraintes de nature politique (quoiqu’il ait pu y en avoir) mais surtout parce qu’on ne se déplaçait que péniblement, sur des sentiers pas toujours faciles à suivre, ou en utilisant les tronçons navigables du fleuve Dong Nai ; bref, des déplacements longs et donc un peu plus restreints. Si l’on considère un territoire à peu près équivalent au Vietnam actuel, il y avait très peu de relations entre les groupes et le territoire cibles et d’autres populations que l’on pouvait retrouver sur ce très vaste territoire ; seuls quelques marchands kinh (cac lai) sillonnaient ponctuellement les villages de ces montagnes et plateaux, échangeant des marchandises contre celles provenant de la côte. Enfin, au dernier niveau, celui du monde, il n’y avait aucune relation. Plus au nord, dans la région de Kontum, les premiers missionnaires sont arrivés dans la première moitié du XIXe s.

35Vers 1925

36Avec la colonisation française, la dynamique commence à changer. J’ai détaillé ailleurs cette évolution particulière qui a contribué à bouleverser complètement l’organisation territoriale de cette région du massif sud-annamitique (Déry, 2000 et 2004). Pour les populations locales, les contraintes coloniales ne touchent pas, du moins pas encore, leur accès au territoire. Ce qui change, en termes d’accès au territoire-cible (toujours le parc national Cat Tien), c’est que la colonisation a contribué à l’intégrer aux niveaux « national » et « international », ou à tout le moins à créer des relations entre les habitants, ce territoire et l’extérieur : corvée, règles administratives, visites d’administrateurs, etc. Certes, les relations restent épisodiques et peu contraignantes sur le plan territorial, surtout au niveau international ; à certains égards, le territoire apparaît toujours répulsif du point de vue français ou vietnamien (Boulbet, 2002). Les infrastructures donnant accès à ce territoire restent à peu près inexistantes.

371954

38Tous ces changements se sont intensifiés après la prise du pouvoir complète par des autorités vietnamiennes en 1954, puis plus drastiquement après 1975. Au cours de cette période, le changement le plus important se situe au niveau du système international : l’intensification graduelle de l’affrontement entre communistes et anti-communistes amène dans la région de nombreux « missionnaires », certains bien réels (Déry et Chartier, 2000), d’autres, plutôt militaires (comme la CIA, voir Déry 2004, p. 88). La population locale se trouve prise entre deux feux, selon l’expression consacrée par Gerald Cannon Hickey (1982), mais surtout, du point de vue qui nous intéresse, son territoire s’ouvre encore un peu plus. Au niveau local, il n’y a toujours pas de réelles contraintes à l’utilisation du territoire, sinon celles imposées par la guerre.

391977

  • 10  Selon la manière de voir l’espace et le territoire de Claude Raffestin (1980).

40La création du parc en 1977 change encore la donne, plus sérieusement cette fois-ci. Pour les populations locales, la délimitation sur une carte d’un territoire dont la gestion nie leurs territorialisations (leurs propres relations à l’espace10), constitue un pas de plus, toujours dans la même direction, vers une intégration plus grande aux niveaux national et international (fig. 2 et 3). L’accès local au territoire, et donc aux ressources, est restreint par ce nouvel « aménagement », mais l’État n’a pas encore les moyens d’en assurer une protection stricte, d’où un accès limité qui demeure (ton grisé intermédiaire sur la figure) ; même chose pour le niveau régional. Le changement le plus significatif intervient aux niveaux « national » et « international », systèmes au sein desquels le territoire-cible est à peu près complètement ouvert, en particulier pour les chercheurs de l’Union Soviétique (et vietnamiens), dont les fonds ont contribué à la création de ce parc. Ce sont aussi des débuts touristiques nationaux et internationaux, même s’ils demeuraient fort limités à cette époque.

412006

42Le dernier jalon historique, l’année 2006, traduit la situation après que les derniers villages aient été relocalisés hors du parc (Vanhooren, 2006). L’accès au parc est maintenant à peu près contrôlé totalement au niveau local, donc complètement fermé, tout en demeurant ouvert aux niveaux « national » et « international ». La preuve est que nous avons pu y mener des enquêtes, alors que les populations locales n’y ont plus accès. En fait, le seul moyen pour elles d’y avoir accès serait d’intégrer plus « intensément » les niveaux supérieurs, national ou international (éducation ou tourisme en particulier). Tout autour, les villages se sont multipliés, l’occupation du territoire s’est densifiée avec l’arrivée massive d’immigrants kinh, spontanés ou organisés par l’État. Au niveau régional, l’accès demeure, quoique limité. Les fonctionnaires des différentes unités administratives hiérarchisées (communes, districts, provinces) peuvent y accéder, selon leurs fonctions ou besoins respectifs.

43Comment interpréter cette transformation? Que représente cette inversion complète de l’accès au territoire comme transformation territoriale? Quel rôle l’État joue-t-il? Les relations entre les paysans et l’État se présentent sous un tout autre jour.

44Cette inversion des accès au territoire en fonction du niveau géographique observé traduit en fait un changement de territorialisation (au sens de Raffestin), un changement de pouvoir. La territorialisation des groupes locaux a été d’abord tolérée, tassée, puis carrément écartée et éliminée par les gouvernements successifs depuis l’époque coloniale, qui ont graduellement imposé de nouvelles relations au territoire. De ce point de vue, la décolonisation – ou l’indépendance – ne représente pas une rupture mais bien une poursuite d’un processus démarré il y a plus de 200 ans. J’en posais déjà les bases dans ma thèse en 1999 (Déry, 2004). Par ailleurs, du point de vue des autochtones (Ma et Stieng surtout), ce revirement ne s’est pas accompagné d’alternatives compensatoires valables. Ils n’ont pas été impliqués dans la planification du parc ; la mise en œuvre les a laissés sur la touche, malgré leurs connaissances de la région ; et ils n’en reçoivent pas non plus les bénéfices ou très peu (par exemple ceux liés à l’écotourisme). De toute manière, ceux-ci restent encore maigres pour l’instant. Les employés du parc viennent majoritairement de l’extérieur, y compris pour les emplois peu qualifiés, pour lesquels les Ma ou les Stieng pourraient être recrutés, alors que la caféiculture proposée par le gouvernement comme mesure compensatoire, a plutôt eu tendance à les marginaliser davantage (Déry, 2007).

Un État intégré?

Le compromis territorial

45Malgré son recul à peu près partout en termes de contribution à l’économie des pays de l’Asie du Sud-Est ou en termes de force de travail, et donc considérant une transition agraire plus ou moins avancée, l’agriculture constitue encore une caractéristique fondamentale de cette région (De Koninck, 2004). Il apparaît utile, comme point de départ de cette réflexion finale, de rappeler les principes du compromis territorial, contribution théorique élaborée par Rodolphe De Koninck depuis 1984 (1984, 1986, 1993, 1996). Selon cette hypothèse, testée à maintes reprises et dans plusieurs contextes au cours des vingt dernières années, il existe une relation triangulaire qui lie la paysannerie à l’État dans la production, l’intégration, le contrôle et l’administration du territoire. Dans l’histoire, les exemples abondent où des États, pour assurer leur formation et leur consolidation, se sont construits en colonisant leurs marges ou en intégrant les paysans qui y étaient déjà établis. Comment ce compromis évolue-t-il dans le temps ? De Koninck posait déjà la question en conclusion de son article sur le cas du Vietnam en 1996. En gardant trop exclusivement pour lui la responsabilité de la reproduction paysanne et son expansion, trahissant d’une certaine manière le compromis territorial, l’État met-il en péril sa propre légitimité. L’ajout de la variable « aire protégée » à l’équation de la relation entre les paysans et l’État pousse cette question à un point culminant : l’État, dans ce cas-ci, trahit complètement ce compromis car il vide ses territoires des populations qui lui ont servi à le consolider, à savoir des paysans dits « dociles » et « alliés » de l’État et même dans les territoires frontaliers sensibles. Peut-on dire que l’État mine le contrôle de son territoire ? L’hypothèse soutenue ici est non.

46L’examen du cas du parc national Cat Tien nous amène à poser l’hypothèse qu’il existe un degré de contrôle du territoire qui permette à l’État d’éventuellement s’affranchir d’un tel « compromis ». En fait, le compromis territorial est une relation qui se développe dans un cadre bien particulier, celui de la construction et de la consolidation d’un État. Bien plus, ces États sont, dans ce cadre, la référence ultime en termes de régulation supranationale. Pour les cas sud-est asiatiques, une fois établis les États modernes, ces derniers ont puisé de plus en plus dans la mondialisation les forces nécessaires pour s'affranchir de ce compromis et poursuivre leur construction et leur consolidation, sur d'autres bases. Laissant de côté certaines prérogatives au profit des acteurs mondiaux de cette mondialisation, l'État y puise les ressources qui lui permettent de passer à son état « postmoderne », un terme que je remplacerai immédiatement par « intégré ».

La transition territoriale des États

47Ce qui est nouveau dans tout cela, c’est que l’État intégré puise son énergie différemment, en termes de niveaux géographiques. Auparavant, il s’appuyait sur son propre territoire, sur les populations qui l’occupaient, qui lui donnait sa légitimité – même si celle-ci était parfois forcée militairement ; bref, la construction nationale reposait sur la somme de petites constructions locales, organisées dans un grand système national, le tout étant plus que la somme des parties. Bref, l’énergie dont il avait besoin pour exister, légitimer cette existence face à ces voisins, était puisée à même son territoire, aux échelons géographiques inférieurs, locaux, régionaux, nationaux.

48L’État intégré (postmoderne) s’affranchit graduellement de ces contraintes locales. Il puise maintenant une partie de son énergie, de son financement, de sa légitimité et même de sa sécurité, aux échelons supérieurs, internationaux et mondiaux, en particulier pour les pays comme ceux d’Asie du Sud-Est, par jeux de redistribution des plus riches vers les moins riches. La reconnaissance internationale des frontières constitue une consolidation territoriale qui semble aujourd’hui davantage puissante que la présence de populations dociles, un revirement exceptionnel de l’histoire (qui reste ici une hypothèse). « Fixed borders thus permitted a state to act with greater confidence within 'its' territory than was hitherto the case. Especially in 'peripheral' areas - often rich in forest and mineral resources - a state no longer fear that its resource exploitation policies might precipitate inter-state conflict due to contested ownership. Fixed borders also reinforced the power of ethnic majorities over ethnic minorities in the region in so far as peripheral lands traditionally used by the latter and relatively free from outside control were incorporated into territories controlled by the dominant ethnic group » (Bryant et Parnwell, 1996, p. 7). Et dans tout cela, la mise en place d’un réseau structuré d’aires protégées en constitue un exemple frappant. Les États à la différence de la tendance qui prévalait aux périodes précédentes, vident leurs territoires, y compris frontaliers – sans bien sûr aller jusqu’à retirer les postes frontières et les militaires -, pour mettre en place ces aires protégées, utilisant les ressources, les connaissances, bref, les systèmes de niveaux géographiques supérieurs à l’État. Bien sûr, ce financement reste une condition sine qua non à la mise en place d’aires protégées. Mais pour le Vietnam, l’intérêt n’est pas clair, malgré une volonté affichée, s’appuyant entre autres sur les préceptes énoncés par Ho Chi Minh. Il y a un écart bien réel d’une part entre le discours et la réalité du terrain (les projets de développement court-circuitent souvent les projets environnementaux, ex. : Déry, 2005), et d’autre part entre la volonté environnementale du discours et les moyens pour la mettre en œuvre. La réflexion qui est issue de cette recherche permet de déduire à partir des résultats : le gouvernement vietnamien finance ses actions environnementales à l’aide de la communauté internationale avec pour résultat un meilleur contrôle territorial, en particulier dans les zones sensibles. Il y a toutefois des signes ponctuels et locaux d’ouverture réelle envers les communautés autochtones : par exemple, les fonctionnaires du parc national Bi Doup-Nui Ba, aussi sur les Plateaux centraux du Vietnam, doivent suivre des cours de Koho, la langue du principal groupe local, quelque chose d’inimaginable il y a seulement 5 ou 10 ans.

49La transition territoriale des États, c’est donc le processus par lequel un État transforme le paradigme qui motive ses interventions territoriales et qui lui permet de passer à un autre niveau, construit sur une structure différente, intégré autant aux niveaux supra-nationaux qu’aux niveaux infra-nationaux (tabl. 3). Certes, les États ne passent pas d’un paradigme à l’autre instantanément, d’où la nécessité de parler de transition.

Tableau 3 : L’État moderne et l’État intégré, quelques caractéristiques.

État moderne

- besoin de légitimité face aux voisins et dans le concert des nations
- protection militaire
- utilisation des paysanneries, colonisation agricole et contrôle du territoire
- développement d'infrastructures de quadrillage du territoire


État intégré

- utilisation des paysans et autres populations n'est plus indispensable pour occuper et contrôler le territoire.
- besoin de légitimité interne - refaire et orienter l'historiographie - objectif, légitimer l'ordre établi des choses pour le consolider, minimiser tous changements possibles.
- développement d'un réseau d'aires protégées
- collaboration interétatique sur les frontières - il n'y a plus d'affrontements

50Par ailleurs, il existe toute une littérature sur les transformations de l’État dans le processus de mondialisation actuel (Brenner, 2004 ; Chevallier, 2004). Il reste maintenant à comparer ces intuitions et à affiner les propositions.

En guise de conclusion

51Sans aller jusqu’à en faire des principes universels, la comparaison des interventions diverses de nature territoriale en Asie du Sud-Est nous force à constater des principes qui transcendent les idéologies politiques, économiques et plus largement sociales. Des principes qui vont au-delà de la rhétorique.

52Cette idée montre en fait que la réflexion sur la conservation en général et la mise en place de réseaux d’aires protégées nationaux souffre d’un déficit spatiotemporel. Le bouleversement de l’aménagement et donc de l’utilisation du sol contribue à modifier considérablement l’ensemble de l’organisation géographique du monde. Ces modifications interviennent principalement à l’échelon national (de l’échelle géographique) en puisant allègrement aux autres échelons (en particulier supérieurs) et se répercutent de la même manière sur les autres échelons, internationaux et plus locaux. En fait, malgré le caractère international du mouvement, appuyé financièrement, logistiquement et scientifiquement par l’IUCN et le WWF, les stratégies de mise en place des aires protégées restent pour l’instant nationales, ou, parfois, internationales (non pas mondiales) lorsqu’elles nécessitent des collaborations frontalières. Dans les cas étudiés au Vietnam, en Thaïlande et au Laos, il ne saurait être question de développement local au sens par exemple où l’entends Xavier Greffe (2002, p.11-13 entre autres). Pour l’instant, pour la majorité des cas en relation avec les aires protégées, le développement local reste une approche paternaliste dictée par en haut.

53Enfin, il faut rappeler que cette situation n’est pas propre à l’Asie du Sud-Est ou même à l’Asie. Par exemple, en Amérique latine, au cours de leurs luttes nationales, plusieurs mouvements puisent aussi leur énergie au niveau international. Ils vont y chercher des appuis, du financement, des connaissances. Au lieu de reposer uniquement sur les forces regroupées du niveau local, les mouvements infranationaux, un peu comme le font les Zapatistes au Mexique, vont chercher directement des forces au niveau international pour agir ou peser sur le niveau national. Le niveau national, loin de perdre son importance, devient la plaque tournante, le lieu de convergence des luttes sociales et territoriales (luttes pour la territorialisation de l’espace). Arbitre et joueur en même temps, l’État s’en trouve redéfini.

Haut de page

Bibliographie

BOULBET J., 1964, Modes et techniques du pays Ma', Paris, B.S.E.I., 87 p.

BOULBET J., 1967, Pays des Maa'. Domaine des génies. Nggar Maa', Nggar Yaang. Essai d'ethno-histoire d'une population proto-indochinoise du Viêt Nam central, Paris, École Française d'Extrême-Orient, 152 p.

BOULBET J., 1975, Les paysans de la forêt, Paris, École Française d'Extrême-Orient, 147 p.

BOULBET J., 2002, De palmes et d'épines. Tome 1. Vers le domaine des génies, pays Maa' Sud Viêt Nam, 1947-1963, Paris, SevenOrients, 348 p.

BRENNER N., 2004, New State Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press, 350 p.

BRUNEAU M., 2006, L'Asie d'entre Inde et Chine: logiques territoriales des États, Paris, Belin, 317 p.

BRYANT R.L. et PARNWELL M.J.G., 1996, Introduction: Politics, sustainable development and environmental change in South-East Asia, in PARNWELL M.J.G. et BRYANT R.L. (dir.), Environmental Change in South-East Asia: People, Politics and Sustainable Development, London et New York, Routledge, p. 1-20.

CHAPIN M., 2004, A Challenge to Conservationists, World Watch, Vol. 17, no6, p. 17-31.

CHEVALLIER J., 2004, L'État post-moderne, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 226 p.

COLLINS N.M., SAYER J. et WHITMORE T.C. (dir.), 1991, The Conservation Atlas of Tropical Forests. Asia and the Pacific, New York, Londres et Toronto, Simon and Schuster pour l’IUCN, 222 p.

CONDOMINAS G., 1957, Nous avons mangé la forêt de la Pierre-Génie Gôo, Paris, Flammarion, 434 p.

DE KONINCK R., 1984, Pourquoi les paysans ? Cahiers de Géographie du Québec, Vol. 28, no73-74, p. 261-274.

DE KONINCK R., 1986, La paysannerie comme fer de lance territorial de l'État, Cahiers des Sciences Humaines, Vol. 22, no3-4, p. 355-370.

DE KONINCK R., 1993, La paysannerie et l'État : une affaire de compromis... à suivre, Espaces Temps, no53-54, p. 130-144.

DE KONINCK R., 1994, L'Asie du Sud-Est, Paris, Masson, 317 p.

DE KONINCK R., 1996, The Peasantry as the Territorial Spearhead of the State in Southeast Asia: The Case of Vietnam. Sojourn. Journal of Social Issues in Southeast Asia, Vol. 11, no2, p. 231-258.

DE KONINCK R., 2004, The Challenges of the Agrarian Transition in Southeast Asia. Montréal, Projet de recherche dans le cadre du programme Les grands travaux du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (CRSH), 43 f.

DE KONINCK R., 2005, L'Asie du Sud-Est, Paris, Armand Colin (2e édition, coll. « U »), 362 p.

DÉRY S., 2000, Agricultural colonisation in Lam Dong province, Vietnam. Asia Pacific Viewpoint, Vol. 41, no1, p. 35-50.

DÉRY S., 2004, La colonisation agricole au Vietnam, Québec, Presses de l'université du Québec, 279 p.

DÉRY S., 2005, La protection forestière au Viêt Nam: un outil d'intégration des marges territoriales ? in DE KONINCK R. et al., dir., Agriculture, environnement et sociétés sur les Hautes terres du Viêt Nam, Toulouse et Bangkok, Arkuiris et IRASEC, p. 93-117.

DÉRY S., 2007, Studying marginality through a multiscalar grid: a case study from protected areas in Vietnam. Communication présentée au colloque « IGU/C World Conference on Marginalization, Globalization and Regional and Local Response », 19-23août 2007, Kitami (Japon).

DÉRY S. et CHARTIER G., 2000, Christian Missions and State Penetration of Ethnic Minority Territories: a Vietnam - Ecuador Comparison, inG. HAINSWORTH, dir., Globalization and The Asian Economic Crisis. Indigenous Responses, Coping Strategies, and Governance Reform in Southeast Asia,Vancouver, Centre for Southeast Asia Research, University of British Columbia, p. 149-159.

FORTUNEL F., 2003, L'État, les paysanneries et les cultures commerciales pérennes dans les Plateaux du centre Viêt Nam. L'autochtonie en quête de territoires. Département de géographie.Toulouse, Université de Toulouse II - Le Mirail.

GREFFE X., 2002, Le développement local, Paris, L'Aube, 201 p.

HICKEY G.C., 1982, Free in the Forest: Ethnohistory of the Vietnamese Central Highlands 1954-1976, New Haven et Londres, Yale University Press, 350 p.

ICEM, 2003a, Vietnam National Report on Protected Areas and Development. Review of Protected Areas and Development in the Lower Mekong River Region, Indooroopilly, Queensland, Australia, ICEM, 60 p.

ICEM (2003b) Thailand National Report on Protected Areas and Development. Review of Protected Areas and Development in the Lower Mekong River Region, Indooroopilly, Queensland, Australia, ICEM, 131 p.

ICEM, 2003c, Cambodia National Report on Protected Areas. Review of Protected Areas and Development in the Lower Mekong River Region, Indooroopilly, Queensland, Australia, ICEM, 148 p.

ICEM, 2003d, Lao People's Democratic Republic National Report on Protected Areas and Development. Review of the Protected Areas and Development in the Lower Mekong River Region, Indooroopilly, Queensland, Australia, ICEM, 59 p.

KEYES C. F., 1987, Thailand. Buddhist Kingdom as Modern State, Boulder, Westview Press, 252 p.

MAÎTRE H., 1912, Les jungles moï, Paris, Larose, 565 p.

MICHON G., 2006, La construction de la relation de l'homme à la nature. Entre pratiques locales et politiques publiques en Indonésie et en Corse, Conférence présentée à l’Université Laval, Québec, 8 novembre 2006.

Pham Thi Tuong Vi and Terry Rambo A., 2003, “Environmental Consciousness: the Case of Vietnam”. Journal of Southeast Asian Studies, Vol. 41, n°1, p. 76-100. Tonan Ajia Kenkyu (Southeast Asian Studies), Kyoto University, Japan.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC, 249 p.

SPENCER J.E., 1966, Shifting Cultivation in Southeastern Asia, Berkeley, University of California Press, 247 p.

THOMAS F., 1999, Histoire du régime et des services forestiers français en Indochine de 1862 à 1945. Sociologie des sciences et des pratiques scientifiques coloniales en forêts tropicales, Hanoï, Éditions The Gioi, 312 p.

VANHOOREN R., 2006, Les aires protégées en Asie du Sud-Est continentale, 1962-2005 : une étude des parcs Cát Tiên au Việt Nam, Si Lanna et Doi Suthep-Pui en Thaïlande, Mémoire de maîtrise non publié, Département de géographie,Québec, Université Laval, 174 p.

VATTHANA PHOLSENA, 2006, Post-war Laos. The politics of Culture, History and Identity, Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, 255 p.

WORLD CONSERVATION UNION, 1992, Protected Areas of the World: A Review of National Systems. Volume 1, Gland et Cambridge, International Union for the Conservation of Nature.

Haut de page

Notes

1  Respectivement l’ACDI, USAID, DANIDA et SIDA.

2  Cela en fait une aire protégée gérée principalement dans le but de protéger les écosystèmes et à des fins récréatives (UICN).

3  Un article détaillant d’une manière plus approfondie cette évolution est présentement en révision (Déry et Vanhooren, 2007).

4  Mes remerciements s’adressent ici à l’un des évaluateurs qui m’a judicieusement rappelé cette situation.

5  Mer de l’Est pour les Vietnamiens, mer du Sud pour les Chinois, mer de Chine méridionale pour les Occidentaux. Le terme mer d’Asie du Sud-Est avait été proposé par Yves Lacoste dans les années 1980 et apparaît plus neutre.

6  La rédaction de cette partie repose dans un premier temps sur les travaux suivants : Maitre (1912), Boulbet (multiples années dont 2002). Dans un deuxième temps, des recherches de terrain ont permis de compléter le portrait, en particulier depuis 1975. Ces recherches ont été réalisées en 2005 et 2006 par l’auteur, avec l’aide de Romain Vanhooren (étudiant à la maitrise à l’époque – voir Vanhooren, 2006) et de Nguyen Huynh Thuat (fonctionnaire local du parc national Cat Tien). Les résultats seront soumis pour publication prochainement.

7  Il n’y a évidemment pas de place pour les multiples nuances que l’on pourrait faire ici. Se référer à Déry (2004, pp. : 95-130).

8  Même chose pour cette situation de l’autochtonie. Se référer à la thèse de Frédéric Fortunel (2003).

9  Comme pour les autres « cases », il n’est pas nécessaire de discuter ici des multiples nuances locales (territoires sacrés, etc.) ; l’important est surtout de garder à l’esprit que le contrôle du territoire restait local. Dans les autres cas, c’est la tendance générale que l’on cherche à dégager.

10  Selon la manière de voir l’espace et le territoire de Claude Raffestin (1980).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3322/img-1.png
Fichier image/png, 15k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3322/img-2.png
Fichier image/png, 591k
Légende Figure 3 : Pour chacune des cases, le territoire de référence est toujours celui du parc national Cat Tien et ses pourtours immédiats et la trame de gris indique le type d’accès possible lorsque l’espace délimité par le parc se trouve incorporé dans un système ou un ensemble de référence donné.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3322/img-3.png
Fichier image/png, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steve Déry, « Les parcs nationaux en Asie du Sud-Est, une manifestation de la transformation de l’État moderne. Le cas du parc national Cat Tien au Vietnam », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 219-230.

Référence électronique

Steve Déry, « Les parcs nationaux en Asie du Sud-Est, une manifestation de la transformation de l’État moderne. Le cas du parc national Cat Tien au Vietnam », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3322 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3322

Haut de page

Auteur

Steve Déry

Professeur-adjoint, Département de géographie, Université Laval, Québec, QUÉBEC, G1K 7P4, Téléphone: 1-418-656-2131 (poste 5107), Télécopieur: 1-418-656-3960, Courriel: Steve.Dery@ggr.ulaval.ca, Président du Conseil canadien des études sur l'Asie du Sud-Est, http://canadianasianstudies.concordia.ca/case/htm/cease.htm, Chercheur au Groupe d'Études et de Recherches sur l'Asie contemporaine (GERAC), Institut québécois des Hautes Études internationales (IQHEI)

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page