Navigation – Plan du site

Sur une expérience : les références des géographes

About an experience: reference points for Geographers
François Durand-Dastès
p. 3-6

Texte intégral

1Partant de la constatation assez évidente que, "qu'ils le fassent de façon explicite ou implicite, qu'ils en soient ou non conscients, qu'ils y portent un intérêt majeur ou qu'ils considèrent la question comme secondaire, les géographes se situent dans les grands courants de pensée du monde qui les entoure, et ne peuvent éviter de se placer dans un champ philosophique, ou idéologique", la rédaction de Géocarrefour a souhaité consacrer un numéro à cet aspect de la production géographi-que, dans la France actuelle, et m'a fait l'honneur de me demander d'en coordonner la préparation avec Nicole Commerçon.

2Dans un texte de présentation, destiné à susciter des contributions, publié sur le site web de la revue (www.geocarrefour.org) et envoyé par courrier - électronique ou non - à de nombreux géographes, nous avons, dans un premier temps, explicité les orientations que nous avons souhaité donner à ce numéro, en écrivant : "il est évidem-ment intéressant d'analyser des discours théori-ques, ou d'enquêter sur des prises de positions résultant de choix conscients ; mais il est encore plus intéressant d'envisager ce qui transparaît dans les pratiques, en cherchant tout particulière-ment à inciter à une interrogation sur les arrière plans théoriques ou idéologiques qui leur sont sous-jacents. C'est pour faire une large place à l'explicitation de l'implicite, provoquer des réflexions, privilégier l'enquête, qu'on a préféré parler des 'références des géographes', plutôt que d'employer des termes qui auraient limité l'inter-rogation à l'étude de discours constitués - ce qui aurait pu être le cas avec des titres comme 'la géographie dans le champ philosophique', par exemple".

3Dans un deuxième temps, le texte de présentation comportait un certain nombre de considérations dont le but était de préciser pourquoi le moment paraissait opportun de concevoir un numéro de revue dans l'esprit indiqué. Le bref bilan de la situation de la réflexion sur la géographie ainsi présenté était aussi destiné à faire réagir les auteurs potentiels. Il paraîtra sans doute fort subjectif et limité, mais il a semblé utile de le remettre sous les yeux des lecteurs, avant de commenter rapidement les résultats de notre travail.

Les raisons d'une interrogation

4La géographie est certes soucieuse de son identité et de sa spécificité, avec raison selon nous - son identité  est moins "en crise" qu'on ne le dit parfois. Mais il est évident qu'elle ne constitue pas un continent isolé, qu'elle est en relation avec des aspects du monde et de la pensée du monde. Autrement dit, la géographie a des références en dehors d'elle.

5Ces références, leur part et leur nature  peuvent être saisies par un examen rapide de quelques ouvrages ou articles  sur l'histoire plus ou moins récente de la géographie, ou sur son épistémo-logie, et sur les moteurs qu'ils envisagent pour rendre compte de l'évolution des contenus de la discipline (la liste bibliographique jointe en recense quelques uns).

6Une certaine limitation de la place laissée aux références "externes" est sensible avec la large part faite aux dynamiques propres, à la succession des écoles ou des paradigmes, bref aux discours "intra-géographiques". Ce sont eux qui structurent la plupart des ouvrages cités. Le rôle de l'intro-duction de techniques nouvelles, comme la télédétection ou les systèmes d'information géographique appartient au même ordre d'idées ; le continent géographique existe bien, aux yeux des auteurs.

7Les changements de la société et de l'économie, l'évolution du monde si l'on préfère, sont aussi considérés comme un moteur important des changements du discours géographique.  De son contenu factuel, bien évidemment, mais aussi de sa structure et des hiérarchies qu'il établit. On en arrive à l'idée que l'épistémologie même de la discipline est dépendante de la nature des choses, comme le pense par exemple C. Kesteloot : "mon hypothèse est donc qu'un nouveau contexte sociétal issu de la crise a provoqué des changements parallèles dans la géographie et les autres sciences sociales, qui se résument  par une position plus centrale de l'espace dans la théorie sociale. Le nœud de ce changement résiderait dans le fait que la recherche d'une sortie de crise, par la mise en place d'un régime d'accumulation flexible, s'exprime comme une stratégie spatiale, cherchant à exploiter au maximum les différenciations spatiales des sociétés capitalistes".

8Les relations avec la pensée "extragéographique" sont d'abord posées en termes de rapports avec d'autres sciences ; conformément à une tradition fortement établie dans l'épistémologie, les références à la physique sont nombreuses ; leur poids étant évidemment renforcé dans le cas de la géographie par l'existence d'une "géographie physique" qui conduit à des dialogues avec des disciplines comme la géologie et la météorologie. Celle-ci, en tant que "physique de l'atmosphère" a joué un rôle particulier dans la réflexion de géographes, notamment sur les processus dynamiques, leur importance et leur formalisation, ou les systèmes. Quelle que soit l'importance de ces rapports avec des sciences de la nature, on privilégie cependant ceux que les géographes entretiennent avec les sciences humaines, que l'on qualifie volontiers de "voisines" (de la géogra-phie) ; l'histoire et la sociologie se voient en général attribuer les  premiers rôles. Le débat avec les historiens est un thème favori des récits du développement de la géographie, comme le montre bien la place faite aux écrits de Lucien Febvre.

9Comme toutes les sciences, pas seulement les sciences humaines, se situent dans des mouvements généraux de pensée, en fonction de l'évolution des idéologies et des philosophies, les relations que la géographie entretient avec elles a souvent fourni l'occasion à celle-ci de faire état des ses propres références. Une manière d'introduire la réflexion philosophique, mais indirecte. Il est par exemple frappant de voir que le débat autour des conceptions marxistes, vif pendant l'après deuxième guerre mondiale, est introduit par Meynier (Meynier, 1969) en termes de relations avec l'économie (cf. en particulier p.152 sq.). C'est en fait assez rarement que les relations directes avec le mouvement philosophique sont abordées. Meynier, dans l'ouvrage dont il vient d'être question, cite l'influence des positivistes et de Boutroux dans son étude du "bouillonnement créateur" du temps de l'éclosion de la géographie française, puis il fait une fort pertinente allusion au rôle du Bergsonisme pour toute une école géographique française. Ce sont là des ouvertures très intéressantes, mais elles restent limitées. Beaucoup plus récemment, P. Claval (Claval, 2001), s'impose une limitation comparable, sur laquelle d'ailleurs il s'explique ("Étudier le jeu des transferts épistémologiques dont a bénéficié la géographie, ou dont elle a été à l'origine, relève davantage de la sociologie de la recherche que de la théorie de la connaissance. C'est pourquoi nous avons préféré aborder ce thème à la fin de cet essai"). Elle le conduit donc à placer à la fin de son livre les relations extérieures de la géographie, et à réserver moins de place à la philosophie qu'aux autres sciences (6 pages contre 14). On pourrait multiplier les exemples de textes qui présentent la même association de réflexions pertinentes et de limitations plus ou moins assumées. La littérature géographique française laisse l'impression que, sans qu'elle soit du tout absente, la réflexion sur les arrière plans idéologiques ou philosophiques de la géographie est moins privilégiée qu'elle ne l'est dans des pays voisins, particulièrement dans le monde anglo-américain. On y trouve de fréquents exemples d'ouvrages construits à partir de tels arrière-plans, comme ceux de David Harvey (Harvey,1969) ou de Derek Gregory (Gregory,1978) qui ne semblent pas avoir leur équivalent en France.

10Il reste donc une large place pour des interrogations systématiques sur les rapports des géographes français avec les idéologies de leur temps, pour une enquête sur leurs "références". On peut indiquer rapidement, pour suggérer des pistes à l'interrogation, quelques-unes des formes que prennent ces rapports et ces références.

11Apparaît en premier lieu l'ampleur du domaine de l'implicite dans l'ensemble de la littérature géographique ; les influences des grands courants de pensée ne sont certes pas absentes, mais les auteurs ne les reconnaissent pas, ou n'éprouvent pas le besoin de les expliciter. Des lectures critiques peuvent mettre en évidence les options réellement présentes dans le domaine des non-dits, et montrer des dimensions ignorées ou cachées.

12Les références explicites, manifestées par des renvois bibliographiques à des ouvrages de philosophie ou d'épistémologie ou à des citations dans le corps des textes deviennent, semble-t-il, de plus en plus fréquentes. Ce qui ne signifie pas forcément que les travaux des philosophes soient très profondément exploités. Le cas que relève Derek Gregory d'un rapport assez vague entre philosophie et pensée de géographe peut être considéré comme exemplaire dans une large mesure : "There is an essential difference between the contemplative intentions of (Husserl's) transcendental philosophy and the practical concerns of a social science, so that it is scarcely surprising that where geographers have aligned themselves with Husserl's project, their efforts have been directed towards the destruction of positivism as a philosophy rather than the construction of a phenomenologically sound geography" (Gregory, 1978).

13Mais le désir de constituer des corps théoriques argumentés, appuyés sur des références précises à des courants philosophiques bien définis se manifeste dans des écrits à tous les moments du mouvement de la pensée des géographes. On peut en trouver des exemples récents - mais il y en a d'autres - dans l'intérêt porté au post-moder-nisme, qu'il s'agisse d'ailleurs de le promouvoir  (cf. par exemple Staszak, 2001) ou de le contester (De Koninck et Lévy, 1989 ; Brunet, 1997).

14Le choix argumenté du pluralisme est tout aussi explicite que les positions mentionnées ci-dessus. Des géographes considèrent en effet que leur pensée repose normalement sur une synthèse de points de vue divers, sur la recherche de consensus entre courants divers. Pas forcément un consensus mou, suivant l'expression consacrée, mais un enrichissement fondé sur la variété. Il semble que Roger Brunet exprime une opinion assez répandue quand il écrit "Il est naturel que, pour analyser un phénomène complexe, on choisisse une approche, un angle d'attaque ; il est naturel que des géographes soient particulièrement intéressés par les problèmes sociaux, d'autres, ou les mêmes, par les attitudes ou les représentations des lieux, ou par les stratégies des firmes, etc. La dérive intervient quand on cherche à imposer un point de vue et à y ramener toute science… Les 'ismes' sont utiles par la concentration momentanée d'un effort, en cours de recherche ; ils sont haïssables par ce qu'ils ont de totalitaire. La géographie a aussi besoin de plus de souplesse, d'ouverture, de recul critique" (Brunet, 1997).

15C'est à partir des suggestions qui viennent d'être faites que nous souhaitons concevoir  un numéro de Geocarrefour. Il nous semblait qu'il serait bon d'y faire figurer des études systématiques sur les références philosophiques et idéologiques des géographes, reposant sur des études faites en quelque sorte "de l'extérieur", à partir des études de productions. Mais il serait aussi éminemment nécessaire, et sans doute plus novateur, de pouvoir publier des témoignages, issus de l'interrogation de géographes sur leurs pratiques, les arrière plans et les références de celles-ci. Ce serait un enrichissement de la connaissance de la géographie que de savoir, à partir de leur propre vision d'eux-mêmes, quelles sont les influences idéologiques et philosophiques de ceux qui l'écrivent, qu'ils nous disent comment ils ont évolué en la matière, quels sont les contacts qui les ont inspirés. Et surtout quelles sont les réflexions que ces interrogations leur suggèrent.

Des convergences dans la variété

16Les réponses obtenues à l'enquête ainsi annoncée et publiées ci-dessous répondent assez bien à la variété attendue. Comme nous l'espérions, les contributions ont un accent personnel marqué, et représentent des réflexions des auteurs sur leurs pratiques. Ils et elles ont cependant adopté des types de styles assez différents, qui nous ont permis quelques regroupements, et le choix d'un ordre de présentation, qui n'implique évidemment  aucun jugement de valeur. Les trois premiers auteurs cités ont présenté des bilans généraux de leur activité et de leur pensée, sur plusieurs décennies pour les deux premiers, sur une période sensiblement plus courte pour le troisième. Nous avons ensuite fait suivre quatre contributions qui font beaucoup état d'histoires intellectuelles personnelles, en posant des questions très générales, mais en les centrant cependant sur l'évolution de la pensée autour d'un thème choisi, la complexité, la ville américaine, et le marxisme. Les trois derniers textes expriment encore des réactions personnelles fortes, mais moins explici-tes, et ces contributions prennent davantage l'aspect d'études d'un sujet extérieur : encore la conquête de la complexité, la place des représen-tations, les problèmes des rapports entre le contenu et le style dans l'écriture géographique. Ces textes ont beaucoup de points communs, et leur richesse déborde largement les cadres de cette catégorisation, qui ne représente rien d'autre qu'une commodité pour la présentation de la livraison.

17Il est bien évident que celle-ci ne constitue en rien l'équivalent d'un sondage. Certes, l'appel à contribution a été assez largement diffusé, mais nous avons tout de même utilisé des réseaux particuliers, et d'abord celui des lecteurs de la revue. La liste des contributions manifeste clairement des biais ; il y a un équilibre à peu près satisfaisant du point de vue du genre, moins du point de vue de l'âge. Il ne s' agit sans doute pas d'un manque d'intérêt de la part de jeunes géographes, dont plusieurs ont pris contact, ont été encouragés et même sollicités, mais qui n'ont pu aboutir. Sans doute est-ce là un effet de la lourde charge qui pèse sur les universitaires et les chercheurs dès leur entrée dans le système, et peut être, malheureusement, du fait que la publication d'un texte théorique ou spéculatif est considérée comme risquant d'être moins bien reçue que des publications plus spécialisées par les instances qui font les carrières.

18Il est bien  possible que ces biais aient influencé les quelques traits des textes publiés sur lesquels je me permets de faire quelques commentaires,  parce qu’ils revêtent à mes yeux une certaine signification. Ils resteront très partiels et subjectifs. Les thèmes retenus dans l'appel à contribution, reproduit ci-dessus, ont trouvé des échos très différents dans les textes reçus. Il en est deux qui se retrouvent dans plusieurs d'entre eux.

19D'abord, l'idée que la réflexion sur la géographie, le travail effectif  sur les problèmes spatiaux est capable de susciter des interrogations, qui mènent à leur tour à des prises de positions générales, en matière d'épistémologie ; les références plus générales venant ensuite comme un appui. En d'autres termes, il y a une interaction entre les références et les problématiques spécifiques de la géographie, ces dernières prenant une part dans le développement de la pensée qui ne saurait être négligée. A ce qui est dit là dessus notamment par Franck Auriac, Roger Brunet, Denise Pumain, Muriel Rosemberg, je voudrais ajouter une note personnelle. A propos de l'analyse que j'ai pu faire de la formation du quartier chinois du XIIIe arrondissement de Paris, comme illustration des problèmes de l'événement localisé/localisant et de la notion de causalité contingente (Durand-Dastès, 2000), Joël Pailhé fait état de parentés entre ce mode de raisonnement et la pensée de Louis Althusser. Or il se trouve que, pour des raisons variées, qui ne sont pas toutes du domaine de l'épistémologie, j'ai peu aimé et même peu pratiqué cet auteur. J'ai suivi des chemins très différents sur ces questions, qui m'occupent depuis longtemps (j'ai eu l'occasion de faire état de l'existence de processus comparables, pour expliquer la genèse de la nouveauté dans des cadres spatiaux très différents, dès le colloque Géopoint de 1978) (Durand-Dastès, 1978). C'est à partir de questions sur les localisations que j'ai raisonné ; je me suis certes appuyé sur la théorie des systèmes, et les écrits de Cournot, mais c'est sans doute au moins autant affaire de légitimation que de découverte. Il est possible que des erreurs d'interprétation  fondées sur des comparaisons de textes, soient relativement fréquentes, et que la place des problématiques propres de la géogra-phie soit parfois sous-estimée. C'est ce qu'envisa-ge aussi dans un cadre différent mais comparable, D. Gregory dans le texte cité ci-dessus.

20En second lieu, comme on pouvait s'y attendre, l'importance de l'évolution générale du monde, dans le domaine intellectuel, mais aussi socio-politique, est considérée comme très importante. Elle est une des bases de l'effet de génération dont parle longuement Christian Grataloup, mais elle se retrouve avec une place variée dans la plupart des contributions.

21Il me semble intéressant de relever aussi la place prise par la convergence sur deux thèmes, qui n'étaient pas évoqués dans le texte de présentation. La place du marxisme d'abord, puisqu'il sert de fil conducteur à deux textes, et que trois autres auteurs au moins ont fait état de son importance. On pourra évidemment penser que c'est ici un autre "effet générationnel". On retrouve aussi à plusieurs reprises des références à la problématique de la complexité : Denise Pumain et Henri Chamussy, chacun à sa façon, lui accordent une place finalement prépondérante. Elle est considérée comme essentielle pour tous les problèmes de l'émergence. Peut-être sent-on chez Roger Brunet une certaine réticence ?

22Deux autres convergences m'apparaissent, que je veux souligner pour finir : le souci de clarté dont tous les auteurs ont fait preuve, et leur désir de garder leur esprit critique. Significativement, l'expression "référence n'est pas révérence" revient deux fois. Ce double souci est trop souvent absent de la littérature, en géographie comme ailleurs, pour que je me permette de remercier les contributeurs pour ces aspects aussi de leur travail.

Haut de page

Bibliographie

Auriac F., Brunet R., 1987, Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard, 343 p.

Bailly A. et al. 1984, Les concepts de la géographie humaine, Paris, Masson, 204 p.

Bailly A., Beguin H., 1998, Introduction à la géographie humaine, Paris, A. Colin, 218 p.

Brunet R., 1997, Champs contre champs de la géographie, Belin, p. 20 21. Repris d'un texte de 1989, Géographie, État des lieux, in EspacesTemps, 40-41.

Claval P., 1984, Géographie humaine et économique contemporaine, Paris, PUF, 442 p.

Claval P. 2001, Épistémologie de la géographie, Paris, Nathan, 265 p.

De Koninck R., Levy J., 1989, Géographie, discours et avenir, EspacesTemps, 40-41.

Desmarais G., Ritchot G., 2000, La géographie structurale, Paris, l'Harmattan, 127 p.

Gregory D. 1978, Ideology, science and Human Geography, Londres, Hutchison, p. 125-126.

Haggett P. 1973, L'analyse spatiale en géographie humaine, Paris, A Colin, 390 p., (1ère éd. anglaise, 1965), 390 p.

Harvey D. 1969, Explanation in geography**, Londres, Arnold, 520 .

Huggett R.W. 1980, Systems analysis in geography, Oxford, Clarendon Press, 207 p.

Isnard H., Racine J.-B. Reymond H., 1981, Problématiques de la géographie, Paris, PUF, 262 .

Kesteloot C., 1989, Spatialité et développement de la géographie, EspacesTemps, 40-41, Géographie, Etat des lieux, p. 84-89.

Meynier A., 1969, Histoire de la pensée géographique en France**, Paris, PUF, 224 p.

Péguy C.-P., 1996, L'horizontal et le vertical, Montpellier, Reclus, 176 p.

Reynaud A., 1974, La géographie entre le mythe et la science. Essai d'épistémologie, Travaux de l'Institut de géographie de Reims, 18/19, 90 p.

Staszak J.-F, 2001, Les enjeux de la géographie anglo-saxonne, in Staszak J.-F. et al., Géographies anglo-saxonnes, Paris, Belin, 315 p.

Thomas R.W., Huggett R.J., 1980, Modelling in geography, Londres, Harper & Row, 338 p.

Références spécifiques à une question soulevée dans l'éditorial

Durand-Dastès F., 1978, Sur le concept de combinaison, Géopoint 78, Université d'Avignon, p. 100-106.

Durand-Dastès F., 2000, L’événement spatial en débat, L’Espace géographique, 3, p 200-218.

Pailhe J., Références marxistes, empreinte marxienne, géographie française (dans le présent numéro).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Durand-Dastès, « Sur une expérience : les références des géographes », Géocarrefour, Vol. 78/1 | 2003, 3-6.

Référence électronique

François Durand-Dastès, « Sur une expérience : les références des géographes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/1 | 2003, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/33

Haut de page

Auteur

François Durand-Dastès

CNRS - UMR 8504 Géographie-Cités
Adresse de l'auteur :
UMR Géographie-Cités
13, rue du Four
75006 PARIS
E.mail : durand-dastes(at)parisgeo[point]cnrs[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page