Navigation – Plan du site
Articles

Concilier conservation et développement : un nouvel enjeu pour l’aménagement du territoire ? Le corridor de Fianarantsoa, Madagascar

Reconciling conservation and development: a new challenge for regional planning?  The Fianarantsoa corridor, Madagascar
Aurélie Toillier et Georges Serpantié
p. 209-218

Résumés

Madagascar, comme beaucoup de pays d’Afrique, connaît des enjeux importants autour des modes de gestion et d’aménagement des territoires ruraux en périphérie des parcs nationaux. À la faveur d’objectifs de développement durable, le local est devenu une échelle de prise de décision et de gestion grandissante, mais l’extension des aires protégées continue d’être une revendication forte des milieux conservationistes. Entre centralisme et particularisme micro-local il s’agit d’identifier des entités intermédiaires où peut se planifier une véritable dynamique de développement compatible avec les zonages de conservation. Nous proposons une analyse des répercussions de ces zonages sur l’organisation des activités agricoles et des dynamiques de développement à l’échelle régionale et locale, ce qui permet en retour d’éclairer l’intérêt d’un aménagement du territoire dans sa globalité pour concilier conservation et développement.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1980, le modèle des parcs nationaux pour la protection des forêts tropicales a été remis en question dans la mesure où une gestion par l’exclusion a souvent mené à des conflits et revendications contradictoires entre les populations locales et les gestionnaires (Hough, 1988 ; Rodary et al., 2003). Le lien entre protection durable et développement local ayant été entériné, l’objectif est alors d’associer les populations locales aux bénéfices de la valorisation des forêts, pour qu’elles deviennent concernées et parties prenantes de cette conservation (IUCN et al., 1991; Brechin et al., 2002 ; Kaimowitz, 2003). Les appuis au développement dans les zones périphériques définis a priori et d’après une représentation égalitariste alors qu’il existe une extrême diversité et hétérogénéité des situations ont largement montré leurs limites (Leach et al., 1997 ; Coomes et al., 2004). Ainsi, à la faveur d’objectifs de développement durable, le local est devenu une échelle de gestion et de prise de décision grandissante. Les modalités de sa reconnaissance ne furent précisées que dans les années 1990 avec le développement des politiques de gestion communautaire des forêts mises en œuvre à l’échelle des territoires villageois.

2Le cas malgache illustre la difficulté du passage effectif d’une conservation excluante à une conservation intégrée. Après avoir opté en 1996 pour une gestion conjointe de la conservation et du développement à l’échelle locale avec le transfert de gestion des forêts aux populations locales, le gouvernement malgache a déclaré en 2003, lors d’une conférence tenue à Durban à l’initiative de l’IUCN, vouloir étendre davantage les aires protégées pour ralentir plus efficacement la déforestation (IUCN, 2003 ; Vintsy, 2004). Il en a résulté en fait une extension du modèle du parc national sur la trame spatiale de corridors forestiers. Cette nouvelle échelle de conservation, issue du milieu biologiste s’est imposée d’autant plus facilement qu’elle coïncide parfaitement avec l’extension des forêts résiduelles dans l’est de l’île, qui se présentent sous la forme d’une bande étroite étirée du Nord au Sud. Les acteurs de la conservation, qui ont repris à leur compte la mise en œuvre de la politique de transfert de gestion, ont continué de réaliser des zonages de l’espace sur des critères techniques, écologiques et touristiques. Ces zonages ne se superposent qu’exceptionnellement à un espace social, culturel ou économique réel. Les règles de gestion qui en découlent constituent alors un compromis très imparfait, difficile à mettre en œuvre sur le plan pratique, et rapidement caduque (Rao et Geisler, 1990 ; Blanc-Pamard et al., 2005 ; Pierre, 2006 ; Toillier et al., soumis). Alors que la conservation est maintenant pensée globalement à de vastes échelles éco-régionales avec des appuis financiers étrangers importants, le développement continue d’être envisagé à un échelon local, avec pour principal moteur les initiatives des populations villageoises.

3Ces constats ouvrent la porte à un nécessaire renouvellement des actions à conduire pour passer véritablement d’un aménagement sectoriel à un développement local planifié. Le développement local, à l’inverse de ce que certaines analyses laissaient imaginer il y a une quinzaine d’années, ne conduit pas seulement à des processus d’endogénéité et de repli, mais se construit au contraire sur la base d’espaces ruraux ouverts et interconnectés avec l’extérieur (Abaab et Guillaume, 2004). Les trajectoires de développement des territoires villageois sont dépendantes des potentialités du milieu mais aussi de leur position au sein de réseaux régionaux d’échanges économiques. L’enjeu est alors de définir, entre centralisme et particularisme micro-local, des entités intermédiaires où peut se planifier une véritable dynamique de développement compatible avec les zonages de conservation.

4Pour cette recherche d’un nouveau maillage territorial, nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux pratiques des populations locales en matière de maîtrise de l’espace. Elles constituent l’un des points d’entrée dans la compréhension des processus de différenciation des territoires et de leurs trajectoires de développement. À partir du cas du corridor forestier de Fianarantsoa, à Madagascar, notre démarche a consisté à appréhender dans un premier temps le développement local effectif dans la région du corridor et sa prise en compte ou non dans les actions de conservation. Un référentiel régional des structures spatiales qui sous-tendent l’économie régionale et les dynamiques agricoles a ensuite été élaboré. Dans un second temps, les modifications des stratégies paysannes découlant de la mise en place des zonages de conservation ont été analysées localement dans certains territoires aux caractéristiques géographiques contrastées. Une attention particulière a été portée à la réorganisation des échanges, des déplacements et à la modification de l’utilisation des infrastructures. Nos résultats permettent d’identifier des entités spatiales pertinentes sur la base de critères géographiques ainsi que des pistes d’aménagements pour concilier conservation et développement aux deux échelles locales et régionales.

Le contexte politique 

Un double processus de décentralisation et d’intégration régionale

5Dans la province de Fianarantsoa, à l’Est de Madagascar, les reliques de la forêt tropicale humide s’étendent de part et d’autre de la « falaise » longitudinale séparant la côte des Hautes Terres et se présentent sous la forme d’un couloir forestier de largeur relativement homogène d’environ une dizaine de kilomètres. Sanctuaire de biodiversité, elle serait le vestige d’une vaste forêt qui s’étirait jusqu’à la côte est avant l’arrivée de l’homme, selon Perrier de la Bathie (1936). Le couloir forestier est supposé maintenir des flux de biodiversité entre trois aires protégées existantes : les parcs nationaux de Ranomafana et de l’Andringitra, respectivement créés en 1921 et en 1991 et la réserve spéciale du Pic d’Ivohibe créée en 1966 (fig. 1).

Figure 1 : Localisation du corridor forestier de Fianarantsoa

Figure 1 : Localisation du corridor forestier de Fianarantsoa
  • 1  La loi GELOSE 96-025 du 30-09-96 institutionnalise la Gestion locale sécurisée des ressources natu (...)
  • 2  La COBA est « un groupement volontaire d’individus unis par les mêmes intérêts et obéissant à des (...)
  • 3  Les principales ONG sont: Conservation International : CI, World Wildlife Fund : WWF, Wlidlife Con (...)

6Il est inscrit depuis les années 1990 dans une campagne à la fois nationale et internationale de conservation des ressources naturelles. La période 1996-2003 a correspondu à une urgence de la conservation, avec une priorité mise sur la responsabilisation des populations locales et la mise en œuvre des dispositifs de transfert de gestion dans le cadre de la loi GELOSE1. Ces dispositifs reposent sur des zonages des espaces agricoles et forestiers au sein de limites administratives (fokontany ou quartier et commune). Différents degrés de protection ont été établis sur la base d’une contractualisation «négociée» entre l’administration forestière (EEF), la commune de rattachement et la communauté locale de base ou COBA2 qui est devenue la responsable de l’état de ces forêts et des fonds générés par leur utilisation (Direction régionale des eaux et forêts et al., 2002). Une autogestion des communautés doit être atteinte après 3 ans pour que les contrats soient renouvelés avant un transfert définitif de la gestion des forêts au bout de 10 ans. […] Après la déclaration de Durban en 2003, un consortium d’ONG3 a œuvré à l’élaboration d’un plan d’aménagement pour créer un système d’aires protégées à l’échelle du corridor. Il consiste finalement en « site de conservation » dans la bande centrale du corridor correspondant à la catégorie IUCN la plus stricte et d’une zone périphérique, dénommée « zone d’utilisation durable» qui rappelle le zonage en auréoles concentriques du modèle « parc national ». Les dispositifs de transfert de gestion déjà créés sont alors englobés dans la zone périphérique d’utilisation durable ; les zones de forêt encore non transférées pourront faire l’objet d’une mise en protection grâce à de nouvelles catégories d’aires protégées dont la forme juridique est en cours d’élaboration.

7L’état des lieux se présente donc sous la forme d’une mosaïque de dispositifs et d’acteurs de la conservation et du développement qui ne s’articulent que partiellement, faiblesse qui a été renforcée avec la restructuration administrative amorcée en 2002 qui supprime le niveau provincial et crée un niveau régional autonome. La localisation du corridor de Fianarantsoa à la limite de 19 communes et de 5 régions pose un réel problème de coordination et de cohérence des actions de conservation et de développement.

Les attentes des acteurs du développement et de la conservation.

  • 4  En pays tanala, on compte un agent de l’administration forestière pour 28 contrats de transfert de (...)

8La création des aires protégées est inscrite dorénavant dans le Document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP, 2005). Mais les nombreuses études d’impacts socio-économique dans les zones périphériques des parcs nationaux de Ranomafana et de l’Andringitra restent globalement négatives (Peters, 1999 ; Weber, 1995). Quelques villages riverains des parcs nationaux ont pu tirer profit de la manne touristique ou ont pu développer des activités agricoles alternatives rémunératrices et compatible avec la conservation alors qu’une grande majorité ont vu leurs revenus annuels se réduire de 10% (Nicholls, 2004). Dans le cadre des dispositifs de transfert de gestion, il est demandé maintenant aux communautés rurales d’envisager par elles-mêmes toute perspective de développement dans les limites de leur territoire en limitant l’extension des terres agricoles et en adoptant des pratiques compatibles avec la conservation des forêts. Après près de 10 ans d’efforts de conservation sans bénéfices directs (Montagne et al., à paraître), les populations rurales relayées par les maires commencent à se démobiliser et à exiger de véritables mesures d’aide au développement. La multiplicité des contrats établis (plus de 80 en moins de 5 ans, soit près de 140 000 ha contractualisés) et le faible nombre d’agents d’appui4 limitent les capacités de suivi et d’évaluation. Et il est clair que, sur le long terme, les efforts financiers des ONG seront de plus en plus focalisés sur les approches régionales pour une meilleure lisibilité de la mise en œuvre du système d’aires protégées. L’enjeu actuel consiste donc à dépasser l’antagonisme conservation/développement qui se révèle aussi bien sur les plans spatiaux que temporels. Dans ce contexte les ONG cherchent des moyens d’appuyer les initiatives locales de développement pour pérenniser les contrats déjà signés, tout en gardant une échelle d’action régionale.

Méthode : des modèles d’organisation pour le diagnostic du territoire

9L’objectif n’est pas de proposer de nouvelles entités spatiales de gestion, mais d’identifier les principales structures et dynamiques de la région du corridor afin de mettre en évidence les compatibilités et incompatibilités potentielles avec le modèle du parc national (centre-périphérie) proposé comme schéma d’aménagement pour la conservation. La faisabilité technique et culturelle des préconisations ne pourra être validée qu’avec les acteurs dans des étapes ultérieures de recherche-action (Benoit et al., 2006). Il s’agit donc ici d’un balisage a priori, laissant ouvert le champ des possibles, en fournissant un référentiel des structures spatiales sur lesquelles s’appuie et se développe l’économie régionale.

10Les spécificités territoriales ont été explorées et décrites en s’appuyant sur les caractéristiques agro-écologiques de la région, les dynamiques de peuplement et les principaux systèmes de production. Un ensemble d’enquêtes dans une dizaine de sites, identifiés comme ayant des spécificités au sein de la région, ont été menées auprès des principaux acteurs du développement et de la conservation : directeur du parc de Ranomafana, agents des ONG, des EEF et des services décentralisés malgaches, agents économiques (collecteurs de produits agricoles) pour valider les organisations identifiées. Des enquêtes individuelles auprès de ménages paysans ont ensuite été conduites entre 2005 et 2007 afin d’analyser plus précisément leurs stratégies en réponses aux mesures de conservation appliquées depuis 2002. Cinq sites riverains du corridor ont été retenus sur des critères de pressions démographiques, d’enclavement et de dépendance aux ressources forestières. En zone betsileo un site est localisé au cœur du corridor près de la voie ferrée, un autre en lisière nord dans une zone enclavée et un en lisière sud dans une zone économique dynamique. Côté tanala, deux sites ont été enquêtés dont l’un en bordure de la voie ferrée et l’autre plus enclavé (fig. 1). Ces analyses ont permis de réaliser un découpage du territoire en unités agro-écologiques et de représenter les principaux flux de produits et d’hommes, les pôles urbains, les axes de communication. Leur superposition dans un schéma d’ensemble permet de faire émerger de grandes structures organisationnelles.

Résultats

Le corridor, un espace marginal

Les grandes entités agro-écologiques

11La région du corridor s’organise en trois zones agro-écologiques orientées nord/sud. Le corridor, correspondant à une zone climatique particulière, est encadré de deux espaces ruraux différenciés par les caractéristiques du milieu et les populations qui y vivent : à l’Ouest, à une altitude moyenne de 1 200 mètres, le pays betsileo et, à l’Est, en contrebas de la « falaise », le pays tanala. Dans un milieu vallonné, aux sols pauvres où la végétation herbacée domine, le système de production betsileo est basé sur l’association entre la riziculture de bas-fond, un petit élevage bovin servant aux travaux dans la rizière, et des cultures pluviales sur pente servant de substituts lors de la période soudure. Les boisements privés d’eucalyptus sont d’autant plus fréquents dans le paysage que l’on s’éloigne du corridor. Ils sont utilisés pour le bois de chauffe et de construction et la fabrication de charbon. La relative stabilité de la lisière ouest à l’échelle régionale masque une déforestation active au sein même de la bande ouest du corridor, résultant de l’installation de clairières agricoles permanentes autour de bas-fonds rizicoles et de l’entretien par le feu de savanes incluses servant de pâturage aux troupeaux de zébus.

12Dans un milieu tropical chaud et humide, très accidenté, avec de moyennes et basses collines à une altitude moyenne de 500 mètres laissant peu de bas-fonds tourbeux et étroits, les Tanala pratiquent une agriculture itinérante sur défriche-brûlis. Ils cultivent, sur les pentes, du riz pluvial et du manioc et installent autour de leurs cases des cultures agro-forestières (caféiers, bananiers, vergers). Sur les crêtes des collines, les rares zones forestières relictuelles, très fragmentées et isolées, font toujours l’objet d’un intense défrichement. L’escarpement de près de 700 mètres de dénivelé de la partie est du corridor occasionne un brutal changement dans les conditions climatiques, et la limite des 800 mètres constitue la frontière de l’écologie de l’agriculture tanala, au-delà de laquelle ne poussent ni les variétés actuelles de riz pluvial, ni celles de manioc. Elle délimite donc l’aire de répartition de cette population et de fait la limite est du corridor.

13Ce couloir forestier présente donc deux bandes forestières aux caractéristiques physiques et climatiques différentes dont découlent des pratiques agraires et des dynamiques de déforestation différentes de part et d’autre (fig. 2).

Figure 2 : Infrastructures et flux dans la région du corridor de Fianarantsoa

Figure 2 : Infrastructures et flux dans la région du corridor de Fianarantsoa

Des complémentarités historiques trans-corridor

14Les régions riveraines du corridor sont interdépendantes sur les plans économique et social, pour des raisons historiques de peuplement et par complémentarité des ressources dont elles disposent.

15La disponibilité de bas-fonds au sein de la région betsileo a déterminé des zones de colonisation différentielles liées à la répartition des unités géomorphologiques. Deux sous zones se distinguent : une zone de colonisation concentrée dans la partie occidentale du pays betsileo, le long de l’axe de la route nationale n°7 (RN 7, fig. 1) qui relie la capitale Antananarivo à Tuléar sur la cote ouest, et une zone de colonisation dispersée à la marge orientale en lisière du corridor. La partie occidentale du pays betsileo est organisée autour de deux pôles : le secteur d’Ambohimahasoa-Fianarantsoa et le bassin d’Ambalavao. À partir de ces foyers de peuplement historique, les hommes ont progressé vers le Nord et l’Ouest, le long des cours d’eau profitant d’un réseau de larges vallées. Ainsi les densités de populations les plus élevées se situent le long des rives des principaux fleuves qui s’écoulent selon un axe est-ouest conduisant progressivement les populations à s’installer de plus en plus près du corridor. Les marges orientales du pays betsileo à moins d’une dizaine de kilomètres de la forêt et la bande ouest du corridor forment un tout indissociable. Les paysans installés en lisière se sont toujours servi de la forêt pour l’élevage et pour les besoins domestiques (bois de chauffe et de construction). La vente des produits forestiers (miel, écrevisses, outils agricoles) constituent pour eux un revenu indispensable lors de la période de soudure. Le riz primeur (vary aloha) trouve dans la région orientale des conditions climatiques et hydrologiques idéales (nombreuses sources d’eau, milieu abrité et relativement chaud). De plus son calendrier agricole est compatible avec les migrations de travail traditionnelles annuelles des Betsileos de la lisière vers le pays tanala ou les bassins rizicoles côtiers, comme la région de Mahajunga au nord-ouest de l’île.

16L’occupation de l’espace en pays tanala a été guidée par l’installation des cultures de rente (caféiers essentiellement) lors de la période coloniale française. Les villages tanala ont été déplacés le long des axes de communication : la voie ferrée qui relie Fianarantsoa à la côte est mise en service dans les années 1920, la route nationale n°25 (RN 25) qui passe par Ranomafana et relie également Fianarantsoa à la côte est et la piste qui relie Ifanadiana à Ikongo, le cœur du pays tanala (fig. 1). L’extrême enclavement et les nombreuses maladies n’ont pas fait du pays tanala un centre d’immigration mais une voie de passage entre les hauts plateaux et la côte est. Les possibilités de salariat pour l’aménagement des bas-fonds en rizières et les travaux de sarclage du manioc, culture de plus en plus répandue avec la disparition des forêts, ont commencé à attirer les Betsileos en surnombre sur les hautes-terres à partir des années 1950. Perçu comme un pays de cocagne où tout pousse facilement, bien souvent les betsileos finissent par s’y installer en se mariant aux femmes tanala qui ont le droit d’hériter des terres aux même titre que leurs frères, contrairement aux femmes betsileos.

17Hormis dans le domaine matrimonial, par leur mode de vie, les Tanala et les Betsileo entretiennent des échanges dans le domaine commercial et de travail saisonnier. Leurs calendriers agricoles étant décalés en raison des conditions climatiques, des complémentarités se sont opérées pour la main d’œuvre et la gestion de la période de soudure. Lorsque la période de soudure commence en pays betsileo, le riz tanala est récolté et est vendu à bas prix. Les betsileos l’achètent sur place en même temps qu’ils s’emploient comme salariés pour les travaux dans les rizières. Les Tanala vendent sur les marchés betsileos du rhum, du café et des porcs qu’ils peuvent élever et engraisser facilement grâce à la surproduction de manioc, trop rare en pays betsileo. Ils achètent en retour des zébus et du riz entre mars et juin lors de leur période de soudure. La main-d’œuvre tanala est spécialisée dans la défriche pour l’aménagement des clairières rizicoles betsileos dans la bande ouest du corridor.

18Le corridor est donc traversé par un réseau de sentiers, disposés tous les 10 kilomètres environ (fig. 2), reliant le pays tanala, très enclavé, aux marchés betsileos proches de la lisière. Ils assurent ainsi des liaisons économiques annuelles fondamentales permettant aux ménages de subsister avec des systèmes de culture traditionnels. Ces échanges entre hautes-terres et basses-terres laissent apparaître un nouveau « corridor », humain et économique orienté est-ouest.

Le maillage du corridor, support des spécialisations territoriales et des dynamiques de déforestation.

19Depuis les années 1990, l’ensemble des communes en lisière ouest du corridor d’Ambohimahasoa à Ambalavao présente une moyenne de 100 hab/km². La pression démographique pousse les Betsileo à s’installer dans le corridor le long du réseau hydrographique et le long des axes de communication qui mène en pays tanala et le long desquels se joue l’économie régionale. Côté tanala, les régions de fortes densités sont localisées entre Manampatrana et Ranomafana avec une moyenne à 72 hab./km². Actuellement les zones de pression tanala et betsileo s’étirent vers le Sud, jusqu’à Ikongo en pays tanala (42 hab./km²) et jusqu’à Mahazony en pays Betsileo (87 hab./km²).

20En pays tanala, l’augmentation de la pression démographique a engendré une extension des surfaces de rizières avec des aménagements en terrasses (photo 1) et l’introduction de nouvelles cultures, comme la pomme de terre, qui permettent de faire vivre de plus fortes densités de population. À la lisière, deux ceintures spécialisées dans la production de bananes et de gingembre à destination des villes sont apparues, l’une, en bordure de la voie ferrée et l’autre, en bordure de la route Ifanadiana-Ranomafana, où se répartissent les principales bourgades. Le portage constitue une source de revenus importants pour les paysans qui relient les zones de production aux principales aires de collectes le long des voies de transport. Au-delà d’une certaine distance, la rentabilité baisse, ce qui explique l’étendue limitée des aires de production (fig. 2). Le marché de Fianarantsoa est déterminant dans le maintien et le développement de cette activité. La plus grande part de la filière banane, y compris la production, est contrôlée par les Betsileos installés à proximité des voies de communication. Dans la partie sud du corridor, les zones enclavées du pays tanala sont vouées à la seule agriculture de subsistance, et les dynamiques de déforestation y sont les plus intenses.

21En pays betsileo, étant donné la saturation des bas-fonds et la faible productivité des terres de colline, les spécialisations territoriales se sont opérées sur la nature des activités secondaires. Celles ci sont très variées : petit élevage (volaille, porc), salariat sur place où dans des régions déficitaires et artisanat pour les villages installés en lisière de forêt (nattes, paniers, meubles, outils agricoles). Un réseau de marchés de collecte (fig. 2) s’est constitué à proximité des axes de communication. L’ensemble des villages installés dans la zone nord du corridor s’est spécialisé dans le travail du bambou pour la fabrication de paniers (transport de fruits, de volaille), le travail du bois (manches d’outils, pilons et mortiers) et la fabrication traditionnelle de rhum (toaka gasy) à partir de canne à sucre. Toutes ces ressources sont prélevées ou cultivées dans le corridor. La production et la vente de rhum traditionnel sont illégales et les collectes de bambous et de bois sont très réglementées et surveillées.

Photo 1 : Rizières en terrasses nouvellement aménagées en pays tanala, en contrebas de la « falaise ». Les champs de riz pluvial sous la barre rocheuse marquent la limite des 800 mètres d’altitude (Toillier, 2007)

Photo 1 : Rizières en terrasses nouvellement aménagées en pays tanala, en contrebas de la « falaise ». Les champs de riz pluvial sous la barre rocheuse marquent la limite des 800 mètres d’altitude (Toillier, 2007)

Compatibilités entre dynamiques économiques locales et zonages de conservation

En réponse à la conservation, des stratégies paysannes avant tout foncières

22Les analyses des changements d’activités des paysans, suite à la mise en place des mesures de conservation, montrent à un niveau micro-local une grande diversité ; les paysans jouent sur différentes combinaisons entre les activités d’élevage, les cultures vivrières, les cultures de rente, l’artisanat et le salariat selon leur disponibilité en main-d’œuvre, leur statut social et leur capital. L’adoption des nouvelles techniques vulgarisées par les ONG reste relativement minoritaire, les appuis locaux à l’agriculture étant très classiques dans toutes les zones sans distinction des spécificités locales : SRI-SRA, nouvelles variétés, engrais à crédit, rizi-pisciculture, courbes de niveau, petits barrages. Mais à une échelle régionale, dans la diversité des modes d’adaptations observés, une stratégie de fond apparaît clairement : la conquête de terres.

23Pour les Betsileos, il s’agissait principalement de remplacer leurs activités secondaires. Les productions forestières artisanales traditionnellement commercialisées ont été sévèrement réglementées voire interdites. C’est le salariat et la production de rhum local qui ont pris une place prépondérante. De nombreux champs, en particulier en lisière de la forêt ou même en forêt, ont été convertis en cultures de canne à sucre. Culture semi-pérenne, elle permet de marquer durablement le territoire et de conforter ainsi les paysans dans ce qu’ils pensent être une opération de sécurisation foncière. Le « transfert de gestion » a été rapidement compris comme une sécurisation de leur territoire et donc de leurs terres car des autorisations légales d’aménagement des bas-fonds et de défriche des versants ont été données après négociation avec les EEF. Un véritable marché foncier des bas-fonds du corridor est alors apparu avec une réactivation des luttes entre lignages, particulièrement dans les zones de « colonisation dispersée » en lisière betsileo et au cœur du corridor (photo 2). Ces enjeux fonciers s'expliquent non seulement par un besoin de terres pour les plus démunis et les jeunes sans héritage, mais aussi, par un besoin de marquage foncier et de fondation de sites de peuplement qui requièrent la constitution de réserves de terres.

24Paradoxalement, les Tanalas, considérés comme la menace principale pour le corridor, ont été moins touchés par les mesures de conservation. De nombreux ménages s’étaient déjà adaptés à la disparition de la forêt en augmentant les surfaces cultivées en manioc sur pente, les rizières de bas-fonds, le petit élevage de basse-cour et l’élevage de porcs. Les cultures bananières, dans les zones proches des axes de communication, concernent essentiellement des migrants betsileos. Ils continuent de les installer de façon insidieuse, sous forêt, sans défrichements spectaculaires mais progressifs. Ces stratégies s’inscrivent de plus en plus dans une logique minière de l’exploitation des ressources naturelles, se substituant aux pratiques coutumières basées sur des règles sociales et non économiques. Les principales évolutions observées en lisière tanala ne découlent donc pas directement de la mise en place des mesures de conservation, mais sont la suite d’une dynamique amorcée depuis les années 1980 avec l’augmentation de la pression démographique.

Photo 2 : Bas-fond nouvellement aménagé et versants défrichés au cœur du corridor betsileo, dans une zone soumise à un dispositif de transfert de gestion de la forêt (Toillier, 2006)

Photo 2 : Bas-fond nouvellement aménagé et versants défrichés au cœur du corridor betsileo, dans une zone soumise à un dispositif de transfert de gestion de la forêt (Toillier, 2006)

La réorganisation des échanges : une économie déséquilibrée et une pression accrue sur le corridor

25L’économie trans-corridor est principalement modifiée par l’augmentation de la production de rhum betsileo, de bananes tanala et la disparition du riz pluvial tanala. Les Betsileos ne viennent plus en pays tanala acheter du riz et du rhum mais des bananes ou du café qu’ils revendent sur leurs marchés 3 à 4 fois le prix d’achat. Les Tanala payent ainsi le prix de l’absence de routes et de collecteurs qui pourraient acheter et écouler leurs productions à de meilleurs prix que ceux des paysans betsileos. De plus, l’allongement des périodes de salariat betsileo avec la demande croissante d’aménagement des bas-fonds par les Tanala, leur permet d’explorer les forêts encore inoccupées, dans les zones qui ne disposent pas de dispositifs de conservation. Ils s’y installent, fuyant ainsi les conditions de vie de plus en plus difficiles chez eux. Les zones de pression sur la forêt du corridor se déplacent alors vers les forêts résiduelles de basse altitude à la lisière est, en particulier dans les territoires peu accessibles situés entre les deux axes de la voie ferrée et de la RN 25 (fig. 2).

26Enfin, des aménagements touristiques ont été tentés par les ONG dans les forêts du haut de la falaise tanala, mais la gestion du tourisme s’effectuant à Fianarantsoa, point de départ du train qui conduit les touristes dans cette zone, les bénéfices reviennent alors aux guides de Fianarantsoa, à nouveau au détriment des Tanalas.

Discussion

Le maillage de l’espace révèle des corridors transversaux de développement

27Les pratiques de maîtrise de l’espace constituent un point d’entrée efficace pour l’étude des dynamiques de développement local. Le thème des réseaux dans le maillage de l’espace régional a mis en évidence, non pas l’imbrication verticale des territoires telle qu’elle est envisagée par les acteurs du développement et de la conservation via des approches administratives, mais plutôt des solidarités horizontales comprises dans un espace régional qui dépasse largement le « corridor » en allant jusqu’à la ville de Fianarantsoa, voire même jusqu’à la région de Mahajunga, où des migrations à partir de la lisière sud du corridor s’effectuent régulièrement lorsque les rizières familiales deviennent insuffisantes. Les coopérations transversales observées remettent alors en question à la fois l’objet « corridor » comme unité de gestion pour concevoir le développement mais aussi les entités spatiales administratives choisies pour mettre en œuvre les actions intégrées de conservation et développement. Ce sont les voies de communication trans-corridor, la complémentarité entre les systèmes de culture tanala et betsileo, l’organisation régionale des marchés qui assurent des alternatives viables à l’interdiction de la défriche et de la collecte de produits forestiers dans les territoires villageois.

 Vers une redéfinition des enjeux de conservation et de développement

28Les principaux enjeux de conservation actuels sont les forêts du haut de l’escarpement tanala, qui ont jusqu’ici été protégées, non par des décisions humaines mais par des climats hostiles aux civilisations du riz et du zébu. Une telle situation, très particulière puisque « auto-protégée », a permis de positionner les noyaux durs. Ce zonage ne représente a priori pas d’antagonisme radical avec les systèmes agraires locaux, à condition que les axes de communication soient préservés. Mais les routes et le train peuvent devenir de véritables zones de pression si le désenclavement d’autres zones de production n’est pas prévu. Dans ces zones les plus désenclavées, des stratégies basées sur la production ou la prédation marchandes ont émergé, notamment dans les filières illégales (rhum). La production de bananes a poussé à de nouveaux défrichements aux alentours de la voie ferrée, en particulier dans le corridor. Pour les villages les plus enclavés, il est difficile d’envisager le maintien de l’agriculture traditionnelle dans ce contexte de conservation. Les stratégies d’adaptation des paysans sont fragiles dans la mesure où les filières développées ne sont pas « sécurisées ». Comme cela a déjà été le cas à maintes reprises à Madagascar, tout trouble politique ou relâchement de la surveillance par les agents forestiers donneront lieu à des défrichements massifs en compensation des années passées de restriction.

29La bande ouest du corridor, qui est actuellement l’objet de défriches intenses par des migrants betsileo, est une situation plus complexe. Les dispositifs de conservation l’ont rendue attractive, non pas pour sa forêt, mais pour ses réserves foncières. Vu ces premiers effets pervers, l’enjeu d’un développement durable consisterait ici finalement davantage à détourner l’attention des Betsileo des potentialités du corridor qu’à leur « transférer » la gestion des forêts tant que ce transfert de gestion ne s’accompagnera pas véritablement d’un « transfert de moyens ». Le problème qui se pose est que les nouvelles dynamiques économiques (production de rhum) restent précisément en marge des initiatives d’appui au développement local car elles font intervenir l’essentiel des acteurs illégaux, non reconnus par le cadre législatif et réglementaire.

Le rôle pour l’aménagement du territoire

30Au sein de la région du corridor, les résultats montrent que : les hommes et les activités sont inégalement répartis, les territoires présentent différentes contraintes et potentialités, qui ne permettent pas toutes les mêmes trajectoires de développement. L’aménagement du territoire, dans la compréhension française du terme, c’est « la recherche dans un cadre géographique […] d’une meilleure répartition des hommes en fonction des ressources naturelles et des activités économiques » (Claudius-Petit, 1950). Cette approche implique une correction des inégalités spatiales pour favoriser la croissance et le développement économique, et promeut également une spécialisation fonctionnelle des territoires en fonction de leurs caractéristiques géographiques. Il semble en effet indispensable d’anticiper ou de corriger les effets antagonistes en suivant la mise en place des dispositifs de conservation. Citons par exemple le report de la pression sur la forêt du corridor côté betsileo dans des villages tanala enclavés peu surveillés, où la forêt de basse altitude est encore présente, ou encore l’amélioration de la qualité attractive de territoires tanala pour l’écotourisme mais des bénéfices versés aux Betsileos au détriment des villageois traditionnellement usagers de ces forêts.

31La vision à l’échelle régionale de la diversité de situations territoriales et des facteurs qui en sont la cause permet d’envisager des stratégies de développement et les aménagements nécessaires. Il convient tout d’abord de s’interroger sur ces différenciations territoriales. Faut-il jouer sur la compétition ou sur la complémentarité des territoires ? Ou bien faut-il sacrifier des territoires au profit de l’enjeu global de conservation du corridor (cas des zones enclavées à mettre en zone de protection) ? Nos résultats ont montré la possibilité de jouer sur différents atouts de la région du corridor pour concilier conservation et développement. Le point de vue que l’on privilégie est celui évoqué par G. Rossi (2000) : « la meilleure façon de ne pas fragiliser le futur est de préserver le maximum de possibles, de diversité, de capacités d’adaptation […]. Favoriser l’épanouissement de la diversité pourrait être la meilleure voie vers le développement humain durable ».

32En pays tanala, une approche serait de différencier deux situations dans les modes d’aménagement des territoires ruraux : les situations enclavées et les situations en bordure de route. Une route de désenclavement atteignant la pointe sud du parc serait une première approche, pour favoriser la production bananière et de canne à sucre, c’est-à-dire l’expansion de leurs aires de collecte vers le Sud et l’Est. La conversion de la production illégale de canne en production légale (biocarburants par exemple) serait une perspective. En pays betsileo, le maintien des populations rurales dans des territoires principalement forestiers, qui est l’une des conséquences indirectes des dispositifs de transfert de gestion, implique une nécessaire maîtrise de la démographie à long terme, pour éviter une trop forte pression. Mais ça n’est pas à l’ordre du jour. Une solution serait donc de focaliser les efforts sur l’attractivité des villes, l’amélioration de l’organisation des filières agricoles pour valoriser les surplus et encourager la mise en valeur des terres de colline en savane. Une valorisation « forestière » de ces terres, à partir des plantations forestières étatiques de pins et d’eucalyptus, quasi-abandonnées, pourrait remédier aux échecs répétés de l’introduction de nouvelles techniques agricoles.

33 Les propositions de planification et d’aménagement ne correspondent donc pas nécessairement aux entités spatiales administratives choisies où se trouvent les compétences. Mais même si un niveau de gestion régional est souhaitable pour coordonner les différentes actions, les impulsions locales nouvelles sont souvent imbriquées à des formes de résistance du milieu conservationniste qui conduisent à des inerties d’aménagement pour appuyer le développement. Pourtant l’ambition d’inclure les aires protégées et leurs zones périphériques dans un schéma de conservation à l’échelle régionale nécessite bien le maintien et la coopération des populations locales qui habitent et utilisent ces forêts depuis plusieurs siècles.

Conclusion

34Face à la démultiplication des acteurs et des échelles de gestion (Moreau, 2006 ; Bidou et al., 2006) mais aussi à l’urgence de mise en œuvre de la conservation (Carrière, 2006), il s’agit de ne pas alourdir encore ce patchwork de règles et de zonages dans lequel les communautés paysannes se perdent déjà mais de s’appuyer sur l’existant. […] L’aménagement du territoire peut être une approche de résolution de l’antagonisme apparent entre conservation et développement. Les résultats de cette recherche ne constituent qu’une étape préliminaire mais indispensable pour planifier un développement local compatible avec les zonages de conservation. Seule une confrontation de ces informations avec l’ensemble des acteurs concernés permettra le passage à des propositions concrètes d’aménagement (Benoit et al., 2006). Les modes de maîtrise de l’espace sont le produit d’acteurs et il est très difficile de tirer une véritable prospective faute de connaître ce que feront ou voudront ces acteurs. Mais comme le souligne Brunet (2005, p.87) : «On ne peut pas prétendre que l’on sait ce qu’il va arriver dans les années qui viennent mais on dispose d’hypothèses, de probabilités pour que ceci marche ou pas, grâce à un savoir accumulé, et à des regards neufs, des angles différents, en retournant les cartes et en essayant toujours de penser autrement ». En ce sens, une meilleure connaissance des stratégies et pratiques en cours et déjà maîtrisées par les populations locales dans l’ensemble des territoires en périphérie des aires protégées constitue une première étape d’une planification régionale du développement local.

Haut de page

Bibliographie

ABAAB A., GUILLAUME H., 2004, Entre local et global. Pluralité d’acteurs, complexité d’intervention dans la gestion des ressources et du développement local, in PICOUET M., MONGI S., GENIN D., ABAAB A., GUILLAUME H., ELLOUMI M (éds), Environnement sociétés rurales en mutation. Approches alternatives, Paris, IRD Editions.

BENOIT M. DEFFONTAINES J.-P. LARDON S., 2006, Acteurs et territoires locaux. Vers une géoagronomie de l’aménagement, Editions INRA, Savoir faire.

BIDOU J.-E, DROY I., FAUROUX E., 2006, Communes et régions à Madagascar, de nouveaux acteurs engagés dans la gestion locale de l’environnement, Actes du colloque GECOREV, Paris, Mai.

BLANC-PAMARD C, RAKOTO H. et ANDRIANTSEHENO D., 2005, Foncier et territoires entre pouvoirs locaux et politiques publiques environnementales. Pratiques, acteurs, enjeux (corridor Betsileo, Madagascar), Rapport GEREM IRD-CNRE, 162 p.

BRECHIN S.R., WILSHUSEN P.R., FORTWRANGLER C.L., WEST P.C., 2002, Beyond the square wheel: toward a more comprehensive de understanding of biodiversity conservation as a social and political process, Society and Natural Resources, 15, p. 41-64.

BRUNET R., 2005, Le développement des territoires. Formes, lois, aménagement, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 95 p

CARRIERE-BUCHSENSCHUTZ S., 2006, L’urgence de la confirmation par la science. Du rôle écologique du corridor forestier de Fianarantsoa, Etudes rurales, juillet-décembre, 178, p. 181-196.

CLAUDIUS-PETIT E, 1950 (2003), Pour un plan national d’aménagement du territoire, in DATAR, ALVERGNE C., MUSSO P. Les grands textes de l’aménagement du territoire et de décentralisation, Paris, La documentation française, 2003, p 130-134.

COOMES O.T., BARHAM B.L., TAKASAKI Y., 2004, Targeting conservation-development initiative sin tropical forests: insight from analyses of rain forest use and economic reliance among Amazonian peasants, Ecological Economics, 51, p. 47-64.

DIRECTION REGIONALE DES EAUX ET FORETS, EQUIPE MIRAY, CONSERVATION INTERNATIONAL (éds), 2002, Guide du transfert de gestion des ressources forestières, 57 p.

HOUGH J.L., 1988, Obstacles to effective management of conflicts between national parks and surrounding human communities in developing countries. Environmental conservation, 15 (2), p. 129-136.

IUCN/UNEP/WWF,1991, Caring for the Earth: a Strategy for Sustainable Living, IUCN/ UNEP/WWF: Gland, Switzerland.

IUCN, 2003, Guidelines for Management Planning of Protected Areas. Best Practice Protected Area Guidelines Series N°10, 79 p.

KAIMOVITZ D., 2003, De Rio à Johannesbourg et au-delà: la conservation des forêts et moyens d’existence des populations rurales de l’hémisphère sud, in Actes du XIIe congrès forestier mondial. Des forêts pour la planète, Quebec, Canada.21-28 sept., p. 11-20.

LEACH M., MEARNS R. et SCOONES I., 1997, Challenges to community-based sustainable development, IDS Bulletin, 28(4), p. 4-14.

MONTAGNE P., RAZANAMAHARO Z., COOKE A. (éds), à paraître, Tanteza, le transfert de gestion à Madagascar ; dix ans d’efforts. Antananarivo, Cite.

MOREAU S., 2006, Les territoires de la forêt, Actes du colloque GECOREV, Mai, Paris.

NICHOLLS H., 2004, The conservation business, plos Biology, vol. 2. Issue 9, p. 1256-1259.

PERRIER DE LA BÂTHIE H., 1936. Biogéographie des plantes de Madagascar. Atlas de Madagascar. Société d’éditions Géographiques maritimes et coloniales, Paris. p. 116-128.

PETERS J., 1999, Understanding conflicts between people and parks at Ranomafana, Madagascar, Agriculture and Human Values, 16, p. 65-74.

PIERRE J.-M., 2006, le risque social de l’aménagement forestier en Afrique centrale, in BERTRAND A., MONTAGNE P., KARSENTY A. (éds), Forêts tropicales et mondialisation. Les mutations des politiques forestières en Afrique francophone et à Madagascar, Paris, L’Harmattan, p. 95-104.

RAO K., GEISLER C., 1990. The social consequences of protected areas development for resident populations, Society and Natural resources, 3, p. 19-32.

RODARY E, CASTELLANET C. et ROSSI G., 2003, Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ? Paris, éd. GRET-Khartala. 308 p.

ROSSI G., 2000, Les lendemains de l’incertitude, in Actes du séminaire international Population Rurale et environnement en contexte bioclimatique méditerranéen, Jerba-Tunisie (25-28 Octobre) IRA-IRD-CNT, tome I, 7 p.

TOILLIER A., SERPANTIE G., HERVE D., LARDON S., soumis, Land use strategies in response to conservation: a case study in the eastern rainforest of Madagascar, Journal of sustainable Forestry.

VINTSY, 2004, Des parcs pour la vie : Madagascar relève le défi à Durban, Vintsy n°41, WWF.

WEBER J., 1995, L'occupation humaine des aires protégées à Madagascar: diagnostic et éléments pour une gestion viable, Nature, Sciences, Sociétés, Vol.3, n°2, p. 157-164.

Haut de page

Notes

1  La loi GELOSE 96-025 du 30-09-96 institutionnalise la Gestion locale sécurisée des ressources naturelles renouvelables (RNR), en prenant compte de l’élément forêt avec son décret d’application n°2000-27 du 13-01-00 relatif aux communautés de base chargées de la gestion locale des RNR.

2  La COBA est « un groupement volontaire d’individus unis par les mêmes intérêts et obéissant à des règles de vie commune. Elle regroupe selon le cas les habitants d’un hameau, d’un village ou d’un groupe de villages. Elle est dotée de la personnalité morale.

3  Les principales ONG sont: Conservation International : CI, World Wildlife Fund : WWF, Wlidlife Conservation Society : WCS et la cooperation américaine (USAID) via le projet LDI (Landscape development Intervention).

4  En pays tanala, on compte un agent de l’administration forestière pour 28 contrats de transfert de gestion couvrant 41% du corridor

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du corridor forestier de Fianarantsoa
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3202/img-1.png
Fichier image/png, 335k
Titre Figure 2 : Infrastructures et flux dans la région du corridor de Fianarantsoa
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3202/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Titre Photo 1 : Rizières en terrasses nouvellement aménagées en pays tanala, en contrebas de la « falaise ». Les champs de riz pluvial sous la barre rocheuse marquent la limite des 800 mètres d’altitude (Toillier, 2007)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3202/img-3.png
Fichier image/png, 293k
Titre Photo 2 : Bas-fond nouvellement aménagé et versants défrichés au cœur du corridor betsileo, dans une zone soumise à un dispositif de transfert de gestion de la forêt (Toillier, 2006)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3202/img-4.png
Fichier image/png, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Toillier et Georges Serpantié, « Concilier conservation et développement : un nouvel enjeu pour l’aménagement du territoire ? Le corridor de Fianarantsoa, Madagascar », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 209-218.

Référence électronique

Aurélie Toillier et Georges Serpantié, « Concilier conservation et développement : un nouvel enjeu pour l’aménagement du territoire ? Le corridor de Fianarantsoa, Madagascar », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3202 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3202

Haut de page

Auteurs

Aurélie Toillier

IRD, Institut de Recherche pour le Développement, BP 434, 101 Antananarivo, Madagascar

Georges Serpantié

INRA/ENGREF-UMR Métafort, Institut National de la Recherche Agronomique, ENGREF, Centre de Clermont-Ferrand, BP 90054, 24 Avenue des Landais, 63171 Aubière Cedex 9, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page