Navigation – Plan du site
Articles

Concilier agriculture et conservation d’un paysage de terrasses à la périphérie du Parc national des Cévennes

Reconciling agriculture and the conservation of a terraced landscape in the peripheral zone of the Cevennes national park
Aurélie Druguet
p. 199-207

Résumés

À travers l’analyse d’un projet de restauration et de conservation d’un paysage de terrasses cévenoles, situé dans la zone périphérique du Parc national des Cévennes, cet article s’intéresse aux conditions, aux termes et à l’issue du dialogue entre l’institution du parc et les producteurs d’oignons doux des Cévennes. Malgré des intérêts divergents, la volonté partagée de voir ces terrasses perdurer conduit à une négociation positive entre ces deux groupes. N’ayant aucun pouvoir réglementaire dans la zone périphérique, le parc privilégie la discussion plutôt que l’imposition d’un cadre normatif. La recherche d’un compromis est au centre de la concertation entre les différents acteurs.

Haut de page

Texte intégral

1Les parcs nationaux, n’ayant pas de pouvoir réglementaire en matière de conservation de la biodiversité en dehors de leur centre, la zone périphérique tient une place ambiguë dans les enjeux des espaces protégés. Zone tampon, zone d’habitation et d’activité, zone de contact entre développement socio-économique et conservation de la nature, zone de valorisation du parc, zone d’accueil et d’hébergement des visiteurs : on légitime son existence par de nombreux arguments. Mais, si les fonctions potentielles de ces espaces sont multiples, l’élaboration d’un plan de gestion globale de la périphérie des parcs nationaux ainsi que la mise en cohérence entre extérieur et centre restent inachevées. La nouvelle loi sur les parcs nationaux, adoptée en avril 2006, souhaite cependant redéfinir leur rôle. Dorénavant, la rédaction d’une charte aura l’ambition de traduire « la solidarité écologique entre le cœur du parc et ses espaces environnants ». Ce texte, en proposant un « projet de territoire », permettra-t-il d’assurer une meilleure cohésion entre les deux zones du parc ? L’application de cette nouvelle législation est en cours. Nous n’aborderons pas ici les effets et les potentialités d’une telle mesure. Toutefois, les années à venir risquent de voir naître un débat important concernant les zones périphériques. La question est en effet de savoir si l’institution du parc souhaite faire participer ces espaces à ses propres problématiques de conservation ou bien soutenir les activités existantes et, par-là même, entamer une procédure de réconciliation. Autrement dit, reconnaît-elle l’importance des savoirs et des pratiques locales dans le maintien de la biodiversité et des paysages ou bien va-t-elle chercher à appliquer un cadre normatif et restrictif pour la protection de la nature sur ces territoires ?

  • 1  Étude s’inscrivant dans le programme de recherche "Paysage et Développement durable" lancé par le (...)

2Si les études se sont multipliées au sujet des tensions et des conciliations se développant entre populations locales et institutions publiques au cœur des parcs (Laslaz, 2005 ; Selmi et Hirtzel, 2007), les conditions et les modalités particulières de ce dialogue en zone périphérique ont été peu analysées. C’est ce point particulier que nous souhaitons développer ici, à travers l’analyse du projet de restauration et de conservation du paysage de terrasses à la périphérie du Parc national des Cévennes (PNC)1. Le terrain de notre investigation est localisé au sud de la zone périphérique du PNC, dans le département du Gard. On appelle communément cette région « les vallées cévenoles », en raison de sa structuration en vallées et crêtes successives. Elle est caractérisée par des pentes abruptes aménagées en terrasses et par un substrat rocheux dominé par le schiste et le micaschiste, complété par du granite et du gneiss. Le pays gardois s’intègre dans une double problématique, paysagère et socio-économique. D’un côté, l’omniprésence des terrasses est un argument majeur dans la demande de labellisation du territoire des Cévennes et des Causses au titre de Patrimoine mondial de l’Unesco, dans la catégorie « paysage culturel évolutif ». D’un autre côté, ces aménagements subissent les effets de la déprise agricole. Ils sont envahis par la végétation et s’effondrent. Dans un tel contexte, le PNC définit son orientation stratégique en ces termes :

3La démarche en cours de classement au titre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO du territoire Causses/Cévennes incite le PNC à une vigilance accrue envers la conservation de certains éléments remarquables du paysage, témoins de l'empreinte de l’homme sur son environnement : projets ponctuels de restauration de terrasses, structuration d’une filière d’artisans bâtisseurs en pierre sèche dans un objectif de transmission des savoir-faire associés, actions de reconquête de pelouses steppiques sur le Causse, maintien des paysages particuliers qui y sont recensés (bocages, clapas…), reconstitution de la châtaigneraie à bois et à fruits.

4Programme d’aménagement 2006-2010 du PNC.

Figure 1. Le Parc national des Cévennes (carte réalisée à partir de l’atlas du PNC, 1999).

Figure 1. Le Parc national des Cévennes (carte réalisée à partir de l’atlas du PNC, 1999).

5La survie des terrasses cévenoles – appelées localement traversiers – dépend étroitement de la pérennité des activités humaines et, plus particulièrement, des activités agricoles. Le maintien des agriculteurs est donc l’un des enjeux majeurs pour l’avenir de la région. Mais quelle stratégie de développement local pourrait autoriser une restauration du paysage de terrasses ? Une des solutions proposées par les parcs nationaux français est la qualification des productions agricoles, conférant une haute valeur ajoutée aux aliments. Le modèle de l’oignon doux des Cévennes est un exemple remarquable de la réussite sociale et économique d’une production locale longtemps restée dans l’anonymat. Culture d’autoconsommation, il y a moins d’un demi-siècle, elle s’étend aujourd’hui sur plus de 55 ha et engagent environ 150 exploitants. Elle a acquis, auprès de l’ensemble de la population gardoise, le statut de patrimoine alimentaire local, renommée se propageant progressivement aux départements voisins. Sa restriction officielle aux terrasses, par la mise en place d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) en 2003, a donné un rôle majeur aux producteurs dans le maintien du paysage. Ils sont devenus les interlocuteurs privilégiés du PNC sur le devenir des terrasses. Quels ont été les termes, les conditions et l’issue de ce dialogue ? Sur quel objet se porte la négociation : la surface cultivable, les pratiques agricoles, le mur en pierres sèches ou les techniques de construction ? Au final, les intérêts de chacun des deux groupes à préserver ces aménagements sont-ils conciliables ?

6De nombreux acteurs se retrouvent sur la question du devenir des terrasses gardoises : producteurs, agents d’organismes agricoles, gestionnaires du PNC, scientifiques (hydrologues, géographes, historiens…). Les pratiques et les représentations des uns interagissent avec celles des autres. La société locale est confrontée à la gestion d'un espace qui ne lui appartient plus, investi par un nombre croissant d’acteurs publics et privés d’horizons divers (du domaine de l’aménagement du territoire à celui de la conservation de l’environnement). L'opposition société locale/institutions publiques se double aussi de l'opposition connaissance vernaculaire/connaissance scientifique (Luginbühl, 2001). L’objet « terrasse » se situant à l’interface du naturel et du culturel, nous avons adopté une démarche interdisciplinaire pour analyser cette situation (Bahuchet, 1985 ; Descola, 2005). Des entretiens, basés sur la méthodologie de l’ethnologie, ont été menés dans le cadre d’une étude de Master 2 puis de thèse avec tous ces acteurs sur deux thèmes principaux : la gestion des terrasses et les pratiques agricoles. Le corpus de données, obtenu grâce à la retranscription de 32 entretiens semi-directifs réalisés au cours de plusieurs missions réparties entre février 2006 et mars 2007, soit environ 450 pages, constitue le support principal de cette analyse.

Le nouveau parangon du PNC : le paysage culturel et l’intégration des acteurs locaux

7Dès la création du PNC, en 1970, le maintien de la population active, déjà considérée à l’époque comme seule garante de la conservation et de l’entretien des paysages, a été placé au cœur des enjeux de l’aire protégée. L’objectif était de stopper l’exode rural et de revaloriser une nature façonnée par l’homme, en déshérence depuis le début de la déprise agricole au XIXe s. et surtout depuis la fin de la Grande guerre. La grande particularité du PNC est d’être le seul parc national français habité de façon permanente dans sa zone centrale. Cette spécificité lui a immédiatement donné un rôle de laboratoire vivant dans la recherche d'un développement soucieux de la protection du patrimoine naturel et culturel, ce qui lui a valu notamment la qualification en réserve de biosphère par l’Unesco, en 1985.

8En raison de cette présence humaine, le PNC a été classé dans une catégorie différente des autres parcs nationaux français, la catégorie V de l’UICN, celle des paysages terrestres. Pour de nombreux auteurs (Buggey et Mitchell, 2001), cette classe d’aires protégées vient en complément des traditionnels parcs nationaux et offre l’opportunité d’intégrer les communautés locales. Toutefois, le tracé en dentelle de la zone centrale du PNC chercha à éviter au maximum les espaces habités. Sa politique s’inscrivait dans l’opinion générale des années 1970-1980 selon laquelle les objectifs de développement et de conservation étaient incompatibles. La mise sous cloche d’un morceau de territoire semblait être la seule issue pour protéger l’environnement considéré comme naturel. Comme le remarque L. Laslaz (2004), dans son étude sur le Parc national de la Vanoise (Savoie), cette segmentation spatiale constituait en réalité un compromis pour éviter les conflits entre acteurs locaux et institution publique. Bien qu’on soit aujourd’hui passé d’une approche d’exclusion à un discours sur l’intégration de l’homme dans les problématiques d’espaces protégés, la coexistence des activités d’exploitation avec celles de conservation de la nature reste encore conflictuelle (Rodary et al., 2003), c’est ce qu’illustre le constat récent d’un responsable du PNC rencontré au siège du parc à Florac (Lozère, décembre 2006) : « Maintenant encore, quarante ans après, on entend la phrase : ‘Mais attendez ! Vous nous dîtes qu’on est dans le parc ! Ce n’est pas nous qui sommes dans le parc ! C’est vous qui êtes chez nous !’ Et ça, on l’entend toujours ! Donc tout l’enjeu, c’est d’essayer de basculer de cet état d’esprit d’opposition et de confrontation à des gens qui s’approprient le patrimoine naturel et culturel et qui considèrent le parc comme une valeur ajoutée, une équipe de personnes qualifiées auxquelles ils peuvent faire appel pour des projets de développement durable, comme on dit maintenant. Bon ! Ce n’est pas gagné mais on y travaille ! »

9Les politiques d’intégration restent encore souvent de nature incantatoire dans de nombreux pays (Giraut et al., 2004). La prise en compte des savoirs et des pratiques locales dans les programmes de conservation est devenue un argument politique, plus qu’un outil d’action, à la fois pour les acteurs locaux et pour les organisations internationales. S’ajoute à cela l’activité limitée du PNC dans la zone périphérique. La délimitation de cet espace avait comme objectif premier de rendre plus efficace la protection de la nature dans le centre, en y conduisant « des réalisations ou des améliorations d’ordre social, économique ou culturelle » (PNC, 1999, p. 6). Dès 1975, un programme d’aménagement spécifique était prévu, mais il n’a jamais réellement vu le jour. Aucun budget n'y a été attaché, et le développement de ce territoire dépend des investissements communaux et régionaux. Cette intégration manquée est rendue explicite après examen de l’ancienne loi de 1960 sur les parcs nationaux, qui ne donne aucune existence autonome à la zone périphérique. Cette dernière n’a de validité qu’au travers de sa relation de contigüité avec le parc national, mais pourtant elle n’est pas le parc. Dans cette perspective, les interventions en dehors du centre deviennent vite sujettes à caution. La révision du texte de loi cherche à régler ce dilemme. C’est ce que nous explique ce même responsable du PNC au cours de l’entretien (ibid.) : « Ce que change pour nous la nouvelle loi sur les parcs nationaux, c’est que jusqu’à présent on se concentrait surtout sur le cœur, sur la zone centrale, et que maintenant cette nouvelle loi nous rend plus légitimes à intervenir sur la zone périphérique. Parce que la nouvelle loi a fait le constat de l’échec de ces zones périphériques. En gros, c’est des territoires où il ne se passait pas grand-chose. Il n’y avait pas vraiment de solidarité entre la zone centrale et la zone périphérique. Maintenant on est plus légitime à intervenir en accompagnement, en conseil, dans cette zone périphérique… ».

10C’est avec la reconnaissance du rôle majeur des acteurs locaux dans la structuration du milieu naturel, à partir des années 1980, que le paysage a intégré le champ de l’action publique, à la fois dans le domaine de la conservation, de l’aménagement du territoire et du développement (Berque, 1994 ; Terrasson, 2006). L’idée que la patrimonialisation des paysages permettrait un « développement durable » est défendue par des organisations non gouvernementales telles que l’UICN et des organisations internationales telles que l’Unesco. Celle-ci, en créant la catégorie « paysage culturel » en 1992 dans sa Liste du patrimoine mondial, cherche ainsi à dépasser la distinction artificielle entre le culturel et le naturel et préconise une stratégie de conservation plus dynamique (Boukhari, 2006). Par sa demande de labellisation au titre de Patrimoine mondial de l’Unesco, le PNC reconnaît officiellement que le paysage cévenol est le résultat d’une interaction dynamique entre les hommes et la nature. Le territoire concerné par la labellisation couvre presque l’ensemble du PNC. L’institution doit donc aujourd’hui veiller à la protection du paysage aussi bien dans le centre que dans la zone périphérique. Nous allons voir à présent comment s’est établie la prise de contact des acteurs publics avec un espace longtemps laissé pour compte.

La patrimonialisation du paysage de terrasses

11En raison de cette mise à distance de la périphérie, jusque dans les années 1990, le parc n'était pas concerné par l'enjeu de conservation des traversiers cévenols, car sa politique était axée sur la zone centrale, pauvre en terrasses. La participation au débat des gestionnaires du parc a, pour cette raison, été tardive en comparaison de certaines régions de France (Haute-Loire, Bouches-du-Rhône, Alpes-Maritimes, Ardèche) qui ont pris conscience des conséquences de la disparition des terrasses dès 1982 (Ambroise et al., 1989). L'intérêt a progressivement grandi au travers d'initiatives locales et individuelles de réhabilitation de murs en pierres sèches. C’est seulement plus tard que la protection de ce paysage a acquis le statut d'enjeu majeur pour le PNC. En 1997, l’organisation des rencontres d'Alès sur « la remise en valeur des terrasses de culture cévenoles » par un comité réunissant de nombreuses institutions publiques environnementales et agricoles – dont le PNC faisait partie – constitua une étape importante de cette nouvelle préoccupation. L'objectif était de faire le point sur l'évolution de ce patrimoine, d'échanger les expériences et de mieux coordonner les initiatives. Les acteurs publics étaient surtout inquiets face aux conséquences écologiques liées à l'abandon des terrasses (Martin et al., 2006). Étant donné le rôle de ces dernières dans le contrôle de la dynamique des versants et des écoulements superficiels, une des premières conséquences est l’activation des processus d’érosion des versants. De plus, en supprimant les coupe-feu que constituent les espaces cultivés, l’embroussaillement augmente les menaces d’incendie, d’autant plus que la végétation colonisatrice est souvent extrêmement pyrophyte (Sabatier et al., 1993). On peut également se demander si la fermeture de ces milieux et la destruction des terrasses n’entraînent pas une perte de la biodiversité. À maintes reprises, on a noté la présence d’espèces végétales (Sédum rupestre, Cétérach officinal, etc.) et animales (Lézard ocellé, Odynère des murailles, Bourdon des pierres, etc.) d’intérêt particulier dans les murs de terrasses.

12La mutation du paysage prend également la forme d’une perte des valeurs passées. Elle touche à l’identité même de la société cévenole, mais aussi de la société dans son ensemble qui revendique la protection de ces sites en tant que patrimoine. L'idée de « paysage en crise » (Cloarec et al., 1989) est souvent explicite ou sous-jacente dans les discours ministériels et scientifiques. La patrimonialisation du paysage place idéologiquement l'espace hors de l'emprise du temps (Coanus, 1995). Pourtant, les valeurs et les pratiques locales associées aux terrasses cévenoles ont évolué au cours du temps, parallèlement aux évolutions techniques et sociales ainsi qu’aux types de productions agricoles cultivées sur les versants (Blanchemanche, 1990). Si certains traversiers, aux dimensions parfois monumentales, pouvaient refléter au XVIIIe s. le prestige social lié au développement de la sériciculture, et donc de la culture du mûrier (Salesse, 1997), ces aménagements ne sont plus aujourd’hui vécus par les producteurs que comme une contrainte. Ces derniers remettent en question les techniques traditionnelles de construction des terrasses et cherchent avant tout à assurer la durabilité des murs en pierres sèches. Au paysage défini par les experts s'oppose le territoire vécu des habitants. De là peuvent naître des conflits dans lesquels le paysage devient un enjeu social. Françoise Dubost (1991) propose de s'interroger sur la nature de la crise du paysage. Se définit-elle par une transformation réelle des espaces ou est-elle un conflit de représentations ?

Entre produits de terroir et paysage de terrasses : une légitimation circulaire

13La stratégie déployée par le PNC pour revitaliser les terrasses part du principe qu'en maintenant les pratiques agricoles, les paysages seront entretenus. Du point de vue inverse, l’argument de la beauté du pays autorise son développement local. Dans cette perspective, le paysage est une vitrine pour attirer les touristes, qui donne une marque de qualité à toutes les activités se déroulant au sein du territoire. Les valeurs associées aux terrasses par les consommateurs – un savoir-faire ancestral, une harmonie entre l'homme et la nature, une agriculture saine – sont incorporées au produit qui en est issu. Le paysage apporte de ce fait une valeur ajoutée aux productions locales, une certaine garantie de qualité agronomique.

14Cependant, développer une agriculture dynamique sur terrasse dans les Cévennes gardoises, concurrentielle face au productivisme agricole de plaine, est loin d’être chose aisée. Le parcellaire exiguë et morcelé des traversiers exige un travail essentiellement manuel. La taille des exploitations est petite. De plus, les murs en pierres sèches s’effondrent régulièrement, surtout lors des fortes pluies automnales. Les producteurs gardois évoquent le dur labeur que représente leur restauration : c'est long, c'est fatigant, c'est cher. Selon les estimations de la Chambre d'agriculture du Gard (PLAC, 2002), l'investissement est de 110 € HT le m², sans compter le prix d'une main-d'œuvre extérieure, souvent nécessaire. Les cultures cévenoles sont alors peu concurrentielles face au modèle productiviste. La création du PNC marqua le début d'une nouvelle manière de penser l'agriculture. Il mit en avant le rôle des produits agricoles à haute valeur ajoutée dans le redressement économique local. Depuis la fin du XXe s., on assiste en effet à un engouement pour les produits de terroir et à une demande croissante de la part du consommateur pour des produits typiques et dits « traditionnels ». La stratégie d’intervention pour 2006-2010 du PNC associe ainsi la valorisation économique des terrasses (produits labellisés) et la mise en valeur culturelle et touristique du patrimoine cévenol (écomusées, fêtes locales, etc.).

15C’est dans un tel contexte que la production d’oignons doux des Cévennes s’est développée. Les déboires de l'agriculture cévenole, la libération de surfaces cultivables sur les terrasses, les récentes aspirations sociales et politiques pour une nouvelle agriculture ont offert un cadre privilégié pour la réussite économique et sociale de cette production. Toutefois l’honneur de ce succès revient en premier lieu à une poignée de producteurs qui font preuve de dynamisme et apportent des innovations techniques et sociales à leur production. Un tel développement découle d'un processus coopératif orchestré par l'association « les Faïsses » dès 1987 puis par la coopérative « Origine Cévennes », à partir de 1990. Ces structures collectives ont inscrit l’oignon doux dans la gamme des produits de luxe, grâce à un conditionnement original et attractif : le carton. Enfin, la mise en place d’un soutien technique au sein de la coopérative a permis l’installation de nombreux producteurs, la diminution des maladies et l’amélioration de la productivité de la culture. Au final, le développement de cette production est fulgurant et la coopérative en est le moteur. En l’espace de quinze ans, son tonnage a triplé de 600 tonnes en 1991 à 1 600 tonnes en 2006 (coopérative « Origine Cévennes », 2006), proportionnellement aux surfaces cultivées et à la multiplication du nombre de coopérateurs. De 28 producteurs en 1991, ils sont aujourd'hui 110 à adhérer à la structure. Une trentaine de producteurs préfèrent toutefois rester indépendants. Néanmoins, ils tirent bénéfice de la dynamique de la coopérative. Commercialisant principalement leurs produits à l’échelle régionale, ils ne rentrent pas en concurrence avec cette dernière, tournée vers les marchés nationaux et internationaux (Italie, Espagne, Belgique, Luxembourg, Allemagne).

Photo 1. Terrasses à oignons doux sur le canton de Sumène.

16Mais, avec son succès et ses prix rémunérateurs, d’autres productions d’oignons doux apparurent ailleurs. Aussi, dès 1996, les producteurs décidèrent-ils de protéger leur production sur traversiers et de maintenir son prix élevé par une AOC, obtenue en 2003. Les pratiques manuelles, le maintien du repiquage, l'entretien des murs en pierres sèches, toutes ces contraintes imposées par les terrasses sont paradoxalement devenues une force pour les producteurs. En effet, ces derniers se défendent sur le marché national et international en dressant l'étendard de la tradition. Leurs pratiques manuelles justifient le caractère ancestral de la culture d'oignons doux des Cévennes. L'exploitation du parcellaire exigu […] est comparée à du grand jardinage. En restaurant les terrasses abandonnées et en remontant les murs éboulés, les producteurs bénéficient d'un savoir-faire unique et deviennent les gardiens du patrimoine paysager. Les coopérateurs exploitent cette image par l’intermédiaire de leurs dépliants et par l'étiquetage du produit, jusqu'au slogan publicitaire : « Fort le paysage, doux l'oignon ». Les producteurs font alors la preuve que le paysage de terrasses, en tant que paysage humanisé, est un outil efficace de promotion (Alcaraz, 2001).

Figure 2. Prospectus de la coopérative.

La rencontre entre producteurs et PNC

  • 2  Toutefois, ils utilisent aujourd’hui de plus en plus d’herbicides.

17Un point capital de la démarche de qualification, qui a donné à l’oignon doux un rôle majeur dans la revitalisation du paysage, est la restriction officielle de la culture aux terrasses, condition inscrite dans le cahier des charges AOC (Décret n°2003-983). Par le caractère drainant de ces aménagements, les producteurs ont pu mettre en place une stratégie pour limiter l’utilisation des insecticides. Cet effort fut félicité par le PNC et mit fin à une controverse ouverte entre les deux groupes au sujet de la pollution issue de la production d’oignons doux2. Par ailleurs, bien que la restauration des terrasses soit contraignante, les producteurs se doivent de les maintenir en état pour pérenniser leurs surfaces cultivables. Afin de garantir la permanence des aménagements dans le temps, ils ont aujourd’hui systématiquement recours au ciment. Comme le signale un coopérateur de la commune de Sumène (entretien 2006) : « Le fait de mettre du ciment, ça garantit quand même une certaine pérennité du mur, quoi ! Parce qu'aujourd'hui, on a quand même des tracteurs qui passent sur les terrasses. L'idée, c'est aussi d'assurer quelque chose, c'est que ça dure après, qu'on n’y revienne pas pendant un certain temps ».

18Une autre pratique se développe parallèlement parmi les producteurs cévenols. C’est la construction de nouvelles terrasses, plus simples et plus économiques que la réhabilitation d’anciens aménagements en friche. Ils font appel, dans ce cas, à des bulldozers pour creuser la pente et laissent les terrasses en talus, c'est-à-dire sans murs en pierres sèches. Quand il s’agit de nouvelles parcelles, cette pratique est tolérée par l’Institut national des appellations d’origine, sous condition que les critères relatifs au lieu d'implantation des parcelles et aux conditions de production définies dans le décret de l’AOC soient respectés. Toutefois, le PNC s’inquiète de cette nouvelle tendance qui, selon lui, va à l’encontre de la qualité paysagère du site. Cette crainte a probablement participé à la réflexion du parc sur la mise en place d’un projet de restauration des terrasses. L’objectif était, non seulement, de contrôler la qualité du bâti mais aussi de favoriser la reconquête d’espaces en friche. Pour encourager l’adhésion volontaire des acteurs locaux à ce projet, la seule solution était de mettre en place des procédures incitatives telles que des financements, des aides à la mobilisation du foncier et à l’acquisition d’équipements. Mais en réalité, le parc n’a pas eu à convaincre les producteurs du bien-fondé de son projet car, de leur côté, la coopérative et la Chambre d'agriculture du Gard souhaitaient également développer une opération de restauration des murs. Elles cherchaient, par là, à conforter l'activité agricole et à aider les producteurs à supporter le coût élevé de la réparation. Le PNC a donc réfléchi au type d’instrument à mettre en place et une concertation entre les divers acteurs a vu le jour. L'objectif était de concilier une démarche de respect de l'environnement et un développement de l'agriculture.

19Ainsi, plusieurs plans locaux d'aménagement concerté (PLAC) ont été mis en place (1997, 1999, 2002). Pour les deux premiers, le PNC et l'Union européenne – par le biais du fonds européen d'orientation et de garantie agricole (FEOGA) - supportèrent les frais. En 2002, le Conseil régional apporta également son soutien. Deux types d'action faisaient l'objet d'un appui différencié : la réhabilitation des terrasses abandonnées depuis environ quarante ans (150 € HT/m²) et l'entretien d'un mur effondré (110 € HT/m²). Le financement portait sur 60% de ces dépenses, le reste était à la charge du producteur. La cellule « architecture-travaux » du PNC a travaillé avec la Chambre d’agriculture du Gard et la coopérative pour rédiger le cahier des charges de la restauration des murs. Le parc et les producteurs ont trouvé un terrain d’entente : seule l’activité agricole peut assurer la pérennité des terrasses. Les subventions sont alors réservées aux agriculteurs à titre principal. La coopérative, initiatrice de la demande de subventions, exige l’exclusion des producteurs indépendants du programme. Le PNC partage cet avis. Selon lui, l’adhésion à des structures collectives doit être encouragée car la gestion durable de la production ne peut se faire qu’au travers d’une réflexion commune sur le devenir de la culture d’oignons doux. Toutefois, pour éviter une homogénéisation du paysage vers « un tout oignon », les PLAC ont financé d’autres projets de reconstruction de murs de terrasses (maraîchage, plantes médicinales, prairies, etc.). On peut cependant s’interroger sur les perspectives de développement pour les non-coopérateurs. Seront-ils contraints, pour bénéficier des aides et maintenir leurs surfaces cultivables, d’adhérer à la coopérative ou bien d’abandonner la culture d’oignons doux au profit d’une autre production ?

20Le PNC, en participant à ces programmes d’aménagement, cherchait à entretenir le patrimoine paysager. Pour la coopérative, la restauration des terrasses avait pour but d'augmenter les surfaces cultivables, donc la production. Les intérêts de chaque partie étaient-ils conciliables dans le cadre des PLAC ?

Des points de vue différents sur l’efficacité des pratiques traditionnelles de restauration

21Un point de divergence entre le parc et les producteurs apparait au sujet des techniques à mettre en œuvre dans la restauration des murs. Le parc exigeait des pratiques respectant la qualité du patrimoine paysager. Les murs devaient être remontés avec des pierres issues de la roche mère présente sur le site. Les producteurs réclamèrent, de leur côté, l’utilisation du ciment. Le parc autorisa à contrecœur cette pratique, sous condition que le mortier ne soit pas apparent. Les agriculteurs acceptèrent donc de ne l’utiliser que pour recaler les pierres à l’intérieur du mur.

22La question qui se pose, en réalité, est de savoir si les pratiques traditionnelles sont adaptées aux nouvelles fonctions des terrasses. Face aux contraintes de la restauration, en temps et en argent, ainsi qu’au risque de voir leurs surfaces cultivables s’effondrer, les producteurs doutent de l’efficacité des techniques traditionnelles face à l’évolution des techniques agricoles, notamment avec l’emploi du tracteur. Autant ils considèrent que les murs sont plus performants que les talus pour retenir la terre, autant ils estiment que l’utilisation du ciment est nécessaire. Quant au PNC, il est convaincu de l’adéquation des techniques traditionnelles aux besoins des producteurs : une résistance sur le long terme au poids des machines et aux intempéries. Selon lui, le recours au mortier ne peut s’expliquer que par une lacune des producteurs au niveau des savoirs et des techniques à employer pour la construction de bons murs. Les agents du parc s’interrogent : la transmission de la technique est-elle effective ? Aujourd’hui, la stratégie de conservation des terrasses du parc change d’orientation. Elle s’intéresse d’avantage à la revalorisation du savoir-faire relatif à la pierre sèche plutôt qu’à la reconquête matérielle des versants cévenols. En effet, depuis 2002, les subventions pour la restauration des murs se sont arrêtées par manque de budget.

23Cette nouvelle préoccupation du PNC pour les techniques associées au bâti en pierres sèches et pour leur transmission s’articule autour de trois axes : la collecte des connaissances et des pratiques traditionnelles de restauration, la reconnaissance au niveau national du métier de bâtisseur en pierres sèches et la mise en place de formations techniques (Lecuyer, 2006). Pour ce faire, le parc s’est rapproché des maçons spécialisés auprès de qui il a recensé les savoirs et qu’il a chargés de diffuser les techniques de construction. On voit alors apparaître une opposition entre les producteurs et le binôme PNC / bâtisseurs. Toutefois, les producteurs se soucient peu de cette patrimonialisation du savoir-faire relatif à la pierre sèche. Mieux encore, ils préfèrent conserver leur liberté d’action plutôt que de se voir imposer des contraintes techniques. Ils regrettent toutefois l’arrêt des PLAC pour la restauration des terrasses et doutent des perspectives d’extension de leur production. À présent, ils se contentent de remonter les murs qui s'éboulent sous les surfaces cultivées mais ils ne cherchent plus à reconquérir des espaces en friche. L’arrêt des aides financières a donc un impact direct sur l’emprise spatiale de la culture d’oignons doux qui n’augmente plus. Cette stagnation de la production, entre 1500 et 1700 tonnes depuis 2001, est renforcée par le contexte actuel dominé par un gel du foncier ainsi que par un accès restreint à l’eau depuis plus d’une décennie (suite à la loi sur l’eau de 1992). Les producteurs se sentent abandonnés par le PNC. Ils déposent des demandes de financement auprès de l’institution, en vain. Faut-il voir dans ce silence la fin d’un dialogue pourtant positif ?

Perspectives - Un exemple de gestion paysagère sous le mode de la réconciliation ?

24Les producteurs sont-ils à même de répondre aux attentes publiques, notamment du PNC, en matière de conservation du paysage ? Le résultat de la négociation est positif car on a bien un entretien et un aménagement des terrasses qui respectent globalement la qualité paysagère du site, suivant les critères esthétiques et patrimoniaux du parc. Les PLAC ont eu beaucoup de succès auprès des agriculteurs. Selon eux, c'était incitatif. Ils ont permis de donner un élan à la culture d'oignons doux en augmentant son emprise spatiale : 5 280 m² de murs ont ainsi été restaurés. Mais peut-on parler d’une intégration des producteurs dans une politique d’espace protégé ? Ces derniers évoluent indépendamment du PNC, non seulement parce qu’ils se trouvent en zone périphérique, où le parc n’a pas de pouvoir réglementaire, mais surtout parce que le succès de la production d’oignons doux découle de leur propre dynamisme. Les producteurs ont restreint la culture aux terrasses par souci stratégique pour se protéger de la concurrence de plaine. Ils se doivent de remonter les murs et de restaurer les terrasses abandonnées pour maintenir et augmenter leur production. Leur contribution à l’entretien du paysage ne nécessite donc pas une sollicitation de la part du parc. C’est la rentabilité économique de la production qui permet la pérennité des terrasses. « Aujourd'hui, on n’a pas le couteau sous la gorge… On arrive quand même à se défendre relativement bien et à vivre de notre produit ! Et ça, c'est quand même très fort ! Et c'est vrai que, par rapport aux terrasses, qu’il y ait des financements ou pas, les gens n'ont pas le choix, ils sont obligés de les entretenir… Bon ! Le financement, c'est le coup de pouce… Mais il n’y a pas 50 000 solutions ! Soit le gars le remonte pour continuer à avoir sa parcelle de manière intégrale, sinon il abandonne ». (Un représentant de la coopérative, 2006, Saint-André-de-Majencoules)

25Cette indépendance des producteurs vis-à-vis de l’institution PNC a permis d’instaurer un dialogue où les tensions n’ont pas développé de conflits. Parce que les acteurs agricoles ont une position de force, un poids dans la discussion, ils peuvent opposer leurs vues. Maintes fois, ils ont fait part de leur refus pour des financements leur imposant des contraintes importantes. Le PNC est conscient de cette prise de position de la part des producteurs. Pour susciter leur intérêt vis-à-vis de la problématique paysagère et favoriser en même temps des pratiques respectueuses de la qualité esthétique du site, il a soumis des conditions peu restrictives. Le cas de l’oignon doux est donc un bon exemple de la conciliation d’intérêts différents mais dont l’objectif est commun : la restauration des terrasses.

26Nous pouvons remarquer que la négociation à l’échelle locale offre une perspective de réussite plus grande que l’imposition d’outils élaborés à l’échelle supérieure. Le cahier des charges issu de la concertation est plus souple et adapté aux spécificités locales. Il serait alors souhaitable de favoriser la réappropriation des moyens d’action plutôt que d’imposer un cadre politique et économique globalisant. Comme nous l’avons illustré dans ce propos, c’est notamment en permettant le dynamisme et l’autonomie des populations locales que la négociation peut conduire à un juste équilibre entre les revendications locales et publiques. Ce constat, ainsi que le résultat positif de la collaboration entre le PNC et les producteurs, pourraient bien tracer les contours d’une nouvelle manière de concevoir la gestion d’un espace protégé basée davantage sur l’apprentissage collectif que sur l’imposition de mesures réglementaires. Toutefois, la négociation ne peut se cantonner à une interaction horizontale et locale. Il faut également envisager l’intégration de manière verticale, du local au global. Les valeurs attribuées aux paysagespar les populations locales et les usages qu’elles en font devraient être pris davantage en considération dans la définition des politiques d’espaces protégés (Roué, 2006).

27Nous pouvons toutefois nous interroger sur les conditions de réussite d’une telle collaboration. En effet, depuis l’arrêt des programmes de financement pour la restauration des murs, les producteurs d’oignons doux sont en attente par rapport au PNC. Des tensions, encore latentes, se développent en direction de l’espace protégé. La gestion durable du territoire semble être conditionnée à une collaboration sur le long terme entre acteurs locaux et publics plutôt qu’à la multiplication d’échanges ponctuels. Il reste à comprendre plus précisément la nature de ce lien entre développement durable et solidité du dialogue. Les outils disponibles aujourd’hui peuvent-ils autoriser une coopération continue dans le temps entre un parc national et son aire d’adhésion, ou faut-il en créer d’autres, mieux adaptés aux nouvelles orientations des espaces protégés ?

Haut de page

Bibliographie

ALCARAZ F., 2001, L'utilisation publicitaire des paysages de terrasse, Etudes rurales, 157-158, p. 195-210.

AMBROISE R., FRAPA P. et GIORGIS S., 1989, Paysages de terrasses, Edisud, Aix-en-Provence, 190 p.

BAHUCHET S., 1985, Les Pygmées Aka et la forêt centrafricaine. Ethnologie écologique, Paris, SELAF.

BERQUE A. (éd.), 1994, Cinq propositions pour une théorie du paysage, Seyssel, Champ Vallon.

BLANCHEMANCHE p., 1990, Bâtisseurs de paysages : terrassement, épierrement et petite hydraulique agricoles en Europe, XVIIe-XIXe siècles, Ed. de la Maison des sciences de l'Homme, Paris.

BOUKHARI S., 1996, Au-delà des vieilles pierres, un patrimoine vivant, Sources n°80, UNESCO, p. 7.

BUGGEY S., MITCHELL N., 2001, Category V Protected Landscapes in Relation to World Heritage-Cultural Landscapes: Taking Advantage of Diverse Approaches, inLandscape conservation, An International Working Session on the Stewardship of Protected Landscapes, Conservation and Stewardship Publication n°1, Vermont.

CLOAREC J., COLOMB G., KALAORA B., 1989, Crise du paysage ?, Ethnologie française, Vol. 19, n°3, p. 197-200.

COANUS T., 1995, Paysage, risques naturels et intérêts locaux. Un conflit de représentations en moyenne montagne (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie), in VOISENAT C. (dir.), Paysage au pluriel, Paris, éd. de la Maison des sciences de l'Homme, p. 135-150.

DESCOLA Ph., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Sciences humaines.

DUBOST F., 1991, La problématique du paysage, Etat des lieux, in De l'agricole au paysage, Etudes rurales, 121-124, p. 219-234.

GIRAUT F., GUYOT S., HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2004, Les aires protégées dans les recompositions territoriales africaines, L’Information Géographique, n° 4.

Laslaz L., 2004, Vanoise : 40 ans de Parc National : bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan.

LASLAZ L., 2005, Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Ecrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, Ruralia 2005, p. 16-17, en ligne : http://ruralia.revues.org/document1094.html.

LECUYER D., 2006, Le rôle du Parc national des Cévennes dans la revalorisation des savoir-faire relatifs à la pierre sèche, Etudes de géographie physique, Travaux du BVRE du Mont Lozère, supplément au n°XXXIII, Projet TERRISC, p. 35-42.

LUGINBÜHL Y., 2001, Paysages vernaculaires et paysages savants, in RACINE M. (dir.), Créateurs de jardins et de paysages, Ed. Actes-Sud/ENSP, p. XIX-XXVII.

MARTIN C. (dir.), 2006, Les systèmes de terrasses cévenols, Exemples de la Vallée Obscure et du vallon du Rouquet,Etudes de géographie physique, Travaux du BVRE du Mont Lozère, supplément au n° XXXIII, Projet TERRISC, UMR 6012 ESPACE du CNRS.

PLAC, 2002, Les paysages en terrasses du terroir de l’oignon doux des Cévennes. Demande de financement. Association syndicale autorisée d’aménagement foncier pastoral et hydraulique du Gard (ASA), Chambre d’agriculture de Nîmes.

PNC, 1997, Actes de l'atelier des rencontres d'Alès de 1997, Centre Méditerranéen de l'Environnement, Agence paysage, Avignon.

PNC, 1999, Atlas du Parc National des Cévennes, Florac.

PNC, 2006, Programme d’aménagement du Parc national des Cévennes 2006-2010, orientations stratégiques.

RODARY E., CASTELLANET C., ROSSI G., 2003, Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ? Paris, Karthala.

ROUÉ M., 2006, Introduction : beetween cultures and natures, in ROUÉ M. (dir.), Cultural Diversity and Biodiversity, International Social Science Journal, Vol 187, Unesco, p. 7-14.

Sabatier J.-L., Fontanel p., Mestre C., 1996,Mandagout, un paysage cévenol, in Le système terrasses, définitions, outils et méthodes d'approche, Actes de l'atelier technique n °1 du Programme Pro Terra (Cévennes, 25-30 octobre 1996), Avignon, Éd. Centre Méditerranéen de l'Environnement/Agence Paysages, p. 56-63.

SALESSE E., 1997, L’organisation des terrasses sur un terrain : l’exemple de la commune de Mandagout, in La remise en valeur des terrasses de culture cévenoles, Actes de rencontre d’Alès (23 et 24 octobre 1997), Edit. Parc national des Cévennes, Florac, p. 16-25.

Selmi A., Hirtzel V. (eds), 2007, Gouverner la nature, Paris, L’Herne éditions, Collection Cahiers d’Anthropologie Sociale.

TERRASSON D., 2006, Un tournant dans la recherche sur le paysage en France : contexte et apports du programme Politiques publiques et paysages, Natures Sciences Sociétés, 14, p. 187-195.

Haut de page

Notes

1  Étude s’inscrivant dans le programme de recherche "Paysage et Développement durable" lancé par le ministère de l'Écologie et du développement durable en 2006.

2  Toutefois, ils utilisent aujourd’hui de plus en plus d’herbicides.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Parc national des Cévennes (carte réalisée à partir de l’atlas du PNC, 1999).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3092/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3092/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3092/img-3.png
Fichier image/png, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Druguet, « Concilier agriculture et conservation d’un paysage de terrasses à la périphérie du Parc national des Cévennes », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 199-207.

Référence électronique

Aurélie Druguet, « Concilier agriculture et conservation d’un paysage de terrasses à la périphérie du Parc national des Cévennes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3092 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3092

Haut de page

Auteur

Aurélie Druguet

Muséum national d’Histoire naturelle, Département "Hommes, Natures, Sociétés", Unité d' Eco-Anthropologie & Ethnobiologie, USM 0104, UMR CNRS 5145, druguet@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page