Navigation – Plan du site
Articles

Le dilemme entre développement et protection dans les montagnes du Maroc - le cas des parcs du Moyen Atlas

The dilemma between development and nature conservancy in the mountains of Morocco - the case of the parks in the Middle Atlas
Johan Milian
p. 177-186

Résumés

Cet article aborde la mise en œuvre de la politique des parcs nationaux engagée au Maroc depuis les années 1990. Son intérêt se porte plus précisément sur les zones de montagne, fortement sollicitées par ce programme. En s’appuyant sur les cas de deux parcs du Moyen Atlas, il explore comment l’objectif de protection se décline et s’articule avec les formes d’organisation sociale, économique et politique existantes. Il souligne l’acuité de la problématique d’interface qui se pose entre les enjeux de protection et de valorisation à l’œuvre dans un espace perçu comme défavorisé et dont les milieux souffrent d'une grande vulnérabilité et qui est soumis à des dynamiques de mutation et de recomposition rapides.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le terme de protection est privilégié ici en référence à la notion de politiques de protection de (...)

1Carrefour bioclimatique au contact des domaines méditerranéen, atlantique et saharien, le royaume du Maroc abrite une grande variété de milieux qui en fait un pays particulièrement riche en termes de diversité spécifique, écosystémique et paysagère. Le programme engagé à la fin des années 1980 vise à faire de la protection de la nature1 un véritable secteur d’intervention dans lequel les aires protégées se voient également assigner une mission d’organisation et d'animation du développement local. Mon propos est de faire un point sur la mise en œuvre de cette politique et d’étudier comment elle a parallèlement contribué à la démarche engagée par les autorités marocaines pour revisiter les problématiques qui se posent en zones de montagne et adopter une lecture intersectorielle et multifonctionnelle des enjeux d’aménagement du territoire sur ces espaces. À travers l’étude de deux parcs situés dans le Moyen Atlas, nous verrons comment s’opère sur le terrain la traduction des objectifs nationaux, quels sont les points forts et les limites de cette démarche ; nous aborderons aussi comment les logiques d’installation et de fonctionnement de ces parcs entrent en résonance avec les besoins et les attentes des sociétés locales.

Les parcs au carrefour des politiques de protection et de la montagne

  • 2  Décret.

2La protection de la nature n’a longtemps constitué qu’un domaine marginal de l’activité de la puissante Administration des Eaux & Forêts (AEF), sans vision synoptique ni programmatique. Du temps de la colonisation, l’effort de protection était réduit à la mise en défens de quelques zones forestières (grâce à la législation forestière de 1917), à l’instauration de réserves cynégétiques pour les grands ongulés (dahir2 de 1923) et à l'inventaire de "sites paysagers" (monuments historiques et naturels). Le dahir de 1934 permit de créer les premiers "parcs nationaux" du pays (le Toubkal, dans le Haut Atlas en 1942, et le petit parc du Jbel Tazekka en 1950). Ces aires protégées dépendaient en pratique de l’intérêt que leur portaient les chefs de secteurs et ne bénéficiaient que de budgets étriqués ne permettant aucune mise en valeur ni véritable action planifiée dans la durée.

  • 3  La Stratégie nationale pour la biodiversité établie en 2000 par le MATEE a plus particulièrement é (...)
  • 4  Chaque SIBE doit être doté d’un plan de gestion sur la base des objectifs reconnus aux zones proté (...)

3Dans les années 1980, la ratification de conventions internationales (Ramsar, Berne) et l’arrivée d’une nouvelle génération de cadres au sein de l'AEF ont fait émerger des préoccupations plus exigeantes en matière de protection. La création du parc du Sous-Massa en 1991 a concrétisé les premiers efforts, mais les difficultés rencontrées dans le projet de l’Iriki ont révélé le besoin de s’adapter aux évolutions conceptuelles en matière de protection et d'élaborer une véritable politique en ce domaine. L’étude menée entre 1992 et 1994 (MAMVA-AEFCS, 1994) a jeté les bases de cette politique. En dépit de ses imperfections3, ce travail a eu le mérite de dresser l’état de la biodiversité dans le royaume et de hiérarchiser les enjeux avec la typologie des Sites d’intérêt biologique et écologique (SIBE)4 pour proposer un programme d’action tout en mettant en garde les autorités vis-à-vis d’un certain nombre d’écueils quant à l'organisation de la protection.

4Deux options se présentaient sur le choix de l’outil à privilégier pour refléter la diversité des milieux et des enjeux de conservation de la biodiversité : créer un réseau de petites unités de protection forte ou installer des structures de grande superficie (40 à 60 000 ha) permettant la conservation d’écosystèmes entiers. La deuxième option a été retenue en raison des possibilités qu’elle offrait pour mettre en place des corridors écologiques efficaces mais aussi élargir les objectifs de la protection à une optique de projet de territoire. En octobre 2004, quatre nouveaux parcs furent ainsi créés et le vieux parc du Tazekka fut agrandi (fig. 1).

Figure 1 : Les parcs nationaux au Maroc

Figure 1 : Les parcs nationaux au Maroc
  • 5  Jusqu'alors rattachée au Ministère de l’Agriculture, l’administration forestière est désormais aut (...)
  • 6  Les SIBE ont été hiérarchisés par ordre de priorité, ceux n’ayant pas été inclus dans les parcs de (...)
  • 7  Notamment avec les projets d’une grande réserve de biosphère de la cédraie dans le Moyen Atlas et (...)

5Les plans de gestion des parcs existants ou projetés, établis au cours de l'étude de 1994, sont essentiellement restés des documents de travail, mais le Plan directeur des aires protégées élaboré à la même occasion a pu être progressivement mis en œuvre. Les services du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'eau et de l'environnement (MATEE) et de l'AEF devenue en 2005 le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification5 préparent également l’extension de certains parcs et la création de nouveaux afin de compléter le réseau, mais les autorités ne souhaitent pas les imposer s’ils font l’objet de contestations importantes. La création de réserves naturelles6 est également en cours ainsi que celle de vastes réserves de biosphère7, un outil qui semble toutefois encore assez méconnu des agents de terrain et dont l'utilisation émane d’abord d’une volonté nationale plus que d’une mobilisation locale. 

  • 8  Cette loi a été préparée par l'AEF et le MATEE et prévoit une typologie classique de cinq outils ( (...)

6Ce programme a insufflé une vision rénovée de la protection, en proposant d'en faire un projet multifonctionnel. Le royaume dispose-t-il toutefois des outils juridiques et des savoir-faire cognitifs et techniques pour appliquer cette approche, d’autant que les difficultés, soulignées lors du démarrage de cette politique (Billand, 1996 ; Boujrouf, 1996), semblent persister (Peyron, 2004) ? Même si le décret organisant le fonctionnement du parc de Sous-Massa (en 1998) a créé un précédent, les supports juridiques existants sont anciens, limités et ne permettent pas encore la prise en compte de tous les objectifs d’une protection conçue dans une perspective de conservation intégrée. Par ailleurs, le choix de créer des grands parcs obligeait d’inclure des milieux largement anthropisés. Pour cette raison, les parcs devraient être reclassés pour la plupart en parcs naturels une fois la loi sur les aires protégées promulguée8, car peu d’entre eux pourront répondre aux critères de classification de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Une certaine imprécision demeure cependant sur les intentions des autorités qui concèdent que ces parcs ne peuvent pas être des outils de protection forte mais souhaitent les voir versés en catégorie II ou, à défaut, en III. Cette ambiguïté souligne l'articulation difficile entre un objectif ambitieux de reconnaissance internationale (afficher un vaste réseau de parcs nationaux reconnus comme tels) et les implications du choix méthodologique de la conservation intégrée.

7Les parcs sont, pour une bonne partie d’entre eux, localisés dans les zones de montagne (fig. 1), ce qui ne doit rien au hasard. L’étude de 1994 avait confirmé la richesse de ces espaces, identifiés comme des pivots du futur réseau des aires protégées puisque la moitié des SIBE y a été localisée. L’AEF dispose également, dans ces zones, d’une maîtrise foncière et de prérogatives importantes. Représentant 30% du territoire et 20% de la population du royaume, les montagnes du Maroc connaissent des mutations profondes et rapides (exode rural, recompositions des sociétés locales, pénétration touristique, disparités spatiales grandissantes) qui s’accompagnent de graves problèmes environnementaux (effets de la sécheresse, modifications des pratiques pastorales, pression sur les milieux forestiers, dégradation des sols, impacts de la petite hydraulique agricole). Cette situation met au premier plan le problème de la vulnérabilité des milieux, à l'interface entre enjeux de protection et de valorisation de l'espace montagnard.

8Les efforts engagés depuis les années 1980 pour réduire les handicaps structurels des régions de montagne sont lents à se concrétiser (Boujrouf & Giraud, 2000). La réorganisation de l’État, engagée avec la déconcentration de ses services et la politique de régionalisation, restait insuffisante aux yeux de certains experts pour porter dans ces zones une réelle opérationnalité en matière d’aménagement du territoire (Boujrouf, 1996). L’émergence, au niveau international, d’une "problématique montagne", ainsi que l’initiative de l’AEF dont la nouvelle politique générale dressée dans le Plan forestier national (PFN) de 1999 a affecté des lignes d’action prioritaires destinées aux zones de montagne, ont favorisé l’établissement d’un programme à la fois prospectif et stratégique qui soit spécifiquement destiné à ces régions.

  • 9  Élaborer une loi spécifique pour la protection et le développement de la montagne ;améliorer l’éta (...)

9Préparée sur l’initiative de l'AEF, avec notamment le concours d’experts français (DATAR, élus, universitaires) et validée au niveau interministériel en 2002, la Stratégie de protection et de développement de la montagne consacre le principe de multifonctionnalité de l’espace montagnard et se pose en outil de médiation pour inciter "les acteurs de la montagne" à s'affranchir d'une culture relationnelle à la fois sectorielle et conflictuelle. Les enjeux de protection y sont étroitement pris en considération en vue d'assurer la "gestion intégrée et durable" des écosystèmes et "prévenir toute dégradation des ressources naturelles et de la qualité de l’environnement", une orientation que confirme un autre document programmatique, la Stratégie nationale de protection de l’environnement. Établie en 2003, cette dernière ambitionne la mise en place d’un "programme de développement socio-économique intégré des populations de montagne et la valorisation des produits de montagne" et cible plusieurs opérations pour y parvenir9.

10 La carte de la pauvreté, établie à partir du recensement de 2004, a confirmé la forte imbrication entre les enjeux de protection et de développement dans l’espace montagnard. Toutefois deux raisons ont freiné l’élaboration d’une véritable politique de la montagne. La première tient à la difficulté et à la complexité que posait sa formulation sur le plan juridique, alors même que la législation de cadrage en matière environnementale n’est pas complètement opérationnelle. Les bénéfices éventuels d’une loi Montagne ne semblaient pas acquis. La deuxième raison c’est que ce projet pouvait générer une certaine agitation politique. Si la montagne devait bénéficier d’un régime spécifique, d’autres régions (les oasis et les régions frontalières) pourraient réclamer un traitement similaire au prétexte de leur statut de zones fragiles, menacées ou marginalisées du fait de leurs difficultés structurelles et conjoncturelles.

11Le Maroc abandonne donc le projet d'une politique de la montagne stricto sensu, mais pas le principe d'une territorialisation de projet sur les zones de montagne autour de quelques problématiques clefs mises en œuvre dans les programmes de développement rural intégré (PDRI) mis en place par l'AEF. Le programme des aires protégées vient participer de ce mouvement. Le souci d'afficher une ambitieuse politique corrélant la protection aux enjeux du développement dans ces zones jugées défavorisées, répond bien sûr à un positionnement stratégique des autorités en vue d’asseoir leur légitimité internationale. La mission des parcs de montagne paraît toutefois bien complexe : elle est tout autant de proposer des solutions pour éviter l’érosion de la biodiversité que de formuler des réponses à l’exode rural qui constitue un des problèmes majeurs du pays.

12Des réserves ont cependant été formulées à ce sujet. Il y a dix ans, dans un article consacré au projet de parc du Haut Atlas Oriental, A. Bourbouze (1997), qui fut membre du comité d’experts de l’étude de préfiguration des aires protégées, expliquait que jusqu’alors "les parcsn’avaient pas reçu de traitement bien différents de celui des autres espaces soumis à la législation forestière" du fait du manque de moyens humains, matériels, des habitudes des forestiers et des populations riveraines confrontées à la nécessité d’accroître leur pression sur les espaces forestiers, une spirale entraînant un "haut degré d’exploitation des milieux". S. Boujrouf (1996) craignait, quant à lui, de voir "ces nouveaux zonages" venir plus compliquer la carte politico-administrative qu’aider à résoudre les problèmes de parcellisation des responsabilités entre domaines d’intervention sectoriels. Mise au premier plan, la question de l’effectivité de la protection comme pratique gestionnaire montre toute l’importance du type et du contenu des projets de territoires que les structures porteuses sont en mesure de pouvoir générer.

13Afin d’apprécier si ces parcs en construction émergent comme forces d'organisation et d’innovation pour les zones de montagne tout en favorisant les principes et les normes défendus par la conservation intégrée, nous allons nous focaliser sur deux cas situés dans le massif du Moyen Atlas, Ifrane et le Tazekka. Les objectifs de protection y sont étroitement associés à la conservation des massifs forestiers, considérés comme un patrimoine d’une grande valeur, à la fois sur les plans écologique, symbolique et économique. Cette articulation recouvre un large éventail de problématiques. J’explorerai ici deux thématiques : le retour sur expérience et les formes d’organisation de l’action en regard des orientations définies au sein des parcs et la question du développement touristique.

Le Moyen Atlas central et septentrional : un laboratoire national en matière de conservation intégrée ?

14La traversée du Moyen Atlas frappe l’observateur qui, partant du Saïs, voit se succéder, sur à peine 100 km, les différents étages de la montagne méditerranéenne humide puis sub-aride avant d'atteindre les vallées sèches du bassin de la Moulouya. La richesse de la biodiversité et la mosaïque de milieux de cette région est connue (Lecomte, 1986) et a été confirmée par l’étude de 1994. Toutefois, leur état dépend étroitement de la pression anthropique dans ces montagnes fortement humanisées. À l’instar des autres parcs marocains, les parcs du Moyen Atlas sont habités (fig. 2) notamment celui du Tazekka (13 700 ha) qui inclut dans son périmètre plusieurs dizaines de douars (env. 3 000 hab.) et leurs terroirs. Dans le parc d'Ifrane (53 000 ha), l’implantation humaine est localisée pour l’essentiel en périphérie, notamment sur sa frange ouest avec les centres urbains et les bourgs ruraux installés dans les sillons limoneux, et l’existence de plusieurs hameaux à la lisière des grands massifs forestiers qui composent l'essentiel du parc. À l'Est, le parc est riverain de la plaine du Guigou, une haute vallée sèche entre les secteurs tabulaire et plissé du Moyen Atlas. Historiquement, la forêt n'était pas habitée, les éleveurs y venaient lors des transhumances. Mais des petits noyaux d'habitations précaires et illégaux sont apparus depuis une vingtaine d’années dans la forêt ou à son orée immédiate, aménagés par des nouveaux arrivants venus du Moyen Atlas Oriental, chassés par la sécheresse et la misère.

Figure 2 : Le parc national du Tazekka

Figure 2 : Le parc national du Tazekka

15Les agences de coopération, qui ne portaient pas jusque là une attention particulière au Moyen Atlas, ont été incitées par les pouvoirs publics à venir y travailler ; c’est aujourd’hui la principale zone concernée par les PDRI :

16Le programme "Aménagement et protection des massifs forestiers de la province d’Ifrane" démarré fin 2001 et financé par l’Association française de développement (AFD) et la composante française du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) a pour objectif la conservation et la mise en valeur des importants massifs agro-forestiers de cette région.

17Le programme "Assistance à la gestion des ressources naturelles" de l’agence de coopération allemande GTZ concerne notamment le parc du Tazekka.

18Le programme "Développement rural participatif dans le Moyen Atlas central" porte sur l’amélioration des conditions de vie des populations rurales et ambitionne la mise en œuvre d’une "gestion rationnelle, participative et intégrée des ressources naturelles" dans un groupe de douze communes de la région de Khénifra. Ce secteur va accueillir l’un des nouveaux parcs projetés par l’administration marocaine.

19Il y a donc une continuité entre les volets PDRI et aires protégées en matière de gestion territoriale, notamment traduite dans la préparation de la Stratégie d'aménagement et de développement du Moyen Atlas. Réalisée sous le patronage de la Direction de l'aménagement du territoire en partenariat avec d’autres administrations, les collectivités locales, des universitaires, des agences de coopération étrangères ainsi que des ONG, elle a pour but de mobiliser les différentes catégories d’acteurs participant à la gestion de la montagne pour produire un diagnostic territorial de référence. Doublée d'un document de programmation, elle permettrait de planifier le développement local sur la base d'une stratégie de réhabilitation et de valorisation du massif (identification de mesures organisationnelles et financières d'appui, prescriptions en matière d'aménagement et d'urbanisme, mesures pour assurer la sauvegarde du patrimoine, réalisation d'un schéma des équipements et des services).

20Comment s’articule, en pratique, l’interface protection/valorisation ? Les autorités promeuvent la mise en œuvre de pratiques fondées sur une conservation active et une gestion participative pour souscrire aux recommandations de la Convention sur la diversité biologique (CDB) en matière de finalité et d’ingénierie de la protection. Cela représente un enjeu de légitimité mais aussi un défi de taille, les écueils et les dévoiements dans le domaine de la gestion participative étant nombreux (Rodary, 2001). La difficulté est d’autant plus grande que le poids de l’héritage conflictuel entre forestiers et populations rurales sur l’accès aux ressources demeure une donnée fondamentale dans cette région.

  • 10  Ainsi classées par ordre de priorité : protection des sols et régulation des eaux ; contribution a (...)

21Cette orientation a d’abord requis le changement d'attitude de l’AEF, acteur dominant, qui s’inscrit dans une évolution plus large des pratiques de cette administration soucieuse de montrer qu’elle a fait son auto-critique et pris le train de la gouvernance environnementale. Depuis les années 1980, elle s’est progressivement ouverte aux usagers et aux gestionnaires locaux, ainsi qu’à leurs savoirs vernaculaires, pour élargir l’éventail des connaissances et des méthodologies d’action disponibles afin de traiter des problématiques complexes comme la dégradation des sols. Le PFN met en avant le changement des priorités dans les missions du forestier10 qui doit "s’assurer la coopération des populations locales". Le programme engagé en 1996 sur l’aménagement des bassins versants, a apporté des savoir-faire en matière de concertation et d'animation rurale et, à cette occasion, les premières initiatives de gestion participative des forêts de montagne furent engagées.

  • 11  Principal instrument financier du partenariat Euro-Méditerranéen mis en place par la Conférence de (...)

22La priorité des cadres de l'AEF a été de collaborer avec les agences de coopération étrangères (européennes et nord-américaines) et le FEM, principal organisme financeur. Le modèle européen a été notamment instillé par les nombreuses structures de coopération (GTZ, AFD, Programme MEDA11) à la fois bailleurs de fonds et soutiens techniques, qui interviennent depuis une quinzaine d’années dans les parcs. Ce partenariat d’experts-praticiens s’effectue donc entre ces deux catégories d’acteurs en situation de pouvoir : l’un légitimé par la maîtrise du levier financier, l’autre par sa forte présence sur le terrain et son rôle institutionnel. À un second niveau, interviennent les partenaires locaux (communes, associations) invités à participer à un certain nombre de projets-programmes.

  • 12  Zone d’intervention affectée à un agent forestier.

23Les forestiers souhaitent s’affranchir et échapper à une logique d’assistanat, ce qui implique de résoudre des problèmes structurels. Les parcs ont longtemps manqué de personnels en nombre suffisant et bien formés, ce que le PFN a tenté de changer. Les étudiants ingénieurs sont de plus en plus nombreux, dans le cadre de leur mémoire de fin d’études, à investir le domaine de la conservation des ressources naturelles et à s’intéresser à des problématiques d’articulation entre protection et développement. L’École nationale forestière d’ingénieurs (ENFI) a ouvert en 2005 une quatrième option de spécialisation spécifiquement consacrée à la gestion des aires protégées, et devrait pourvoir les parcs en cadres compétents. L’AEF pêche cependant encore par son fonctionnement très hiérarchisé et l’efficacité des orientations définies à Rabat peut être compromise par les priorités qui s’imposent sur le terrain, les directions régionales et provinciales devant composer avec d’autres enjeux que la protection. L’administration reconnaît en outre une insuffisance de moyens humains (surtout en montagne où certains triages12 atteignent 8 000 ha) et techniques (notamment en matière de maisons forestières décemment équipées) qui grèvent l’action de terrain.

24Le fonctionnement des parcs dépend beaucoup des positionnements individuels au sein de l’AEF, et l’enthousiasme de l’administration centrale pour la protection n’est pas toujours partagé. Le parc du Tazekka faisait figure de parc pilote du temps où un ingénieur essayait de mettre en œuvre le plan de gestion établi par l’étude de 1994. L’équipe de six techniciens qu’il avait réunis, investis chacun de dossiers thématiques (écodéveloppement, promotion, etc.) affichait à son actif quelques réalisations (élaboration d’une plaquette informative, installation d’un centre d’information et d’un écomusée) et avait engagé une riche coopération avec les agences. Elle avait aussi tenté de mettre en place le zonage interne du parc destiné à hiérarchiser les priorités et à articuler les objectifs de conservation et de valorisation. Elle n’est toutefois plus opérationnelle depuis 2000 à la suite d’un conflit avec l’ancien directeur régional de l’AEF qui décida d’un remaniement. Il n’y a plus d’équipe personnalisée sur le terrain : les agents ont rejoint d’autres postes et ceux qui sont affectés sur la zone du parc ne sont pas formés aux missions de protection et s’occupent d’abord des actions "prioritaires" de leurs triages respectifs qui débordent largement des limites du parc. Un seul membre de l’ancienne équipe demeure en place, le technicien chargé du volet promotionnel et éducatif. Le fonctionnement du parc s’est ralenti même si des opérations demeurent en cours.

25Dans un tout autre contexte, la construction du parc d’Ifrane se déroule sous de meilleurs auspices. La cellule d’installation du parc est active depuis trois ans, autour d’une petite équipe de jeunes ingénieurs qui ont su s’épauler de collaborateurs associatifs et de relais locaux. Le parc est en outre soutenu par la délégation provinciale du tourisme. Il se concrétise peu à peu, notamment avec le programme de signalétique lancé en 2006, la construction de la maison du parc à Azrou et l’élaboration du plan d’aménagement en cours de finalisation. Le PDRI "Gestion des massifs forestiers dans la région d’Ifrane" est venu appuyer financièrement l’opérationnalisation du parc et a permis d’engager des études dans les principaux domaines stratégiques et lacunaires, comme l’état de la biodiversité (gestion des populations du magot de Berbérie et identification de bioindicateurs), les potentialités de valorisation écotouristique ou encore l’état des filières structurantes de l’économie rurale, notamment les systèmes agro-pastoraux.

  • 13  Le dépressage est une opération de gestion sylvicole consistant à éclaircir la densité des peuplem (...)

26Les gestionnaires des parcs et les bailleurs de fonds souhaitent "associer les populations à la gestion de la biodiversité" pour mieux faire face aux enjeux environnementaux. Le surpâturage dans les milieux forestiers et par extension la question des parcours est considéré comme le problème numéro un. Les milieux de cette partie du Moyen Atlas sont théoriquement favorables à la régénération forestière sur le plan climatique mais ils le sont moins sur le plan pédologique (Lecomte, 1986). En outre la pression pastorale s’est modifiée, les parcours étant aujourd’hui journaliers, pour la plupart. Avec la disparition quasi générale d’un fonctionnement fondé sur la complémentarité des différents espaces, la charge pastorale est souvent devenue très supérieure aux possibilités des milieux. La pression sur la forêt est également due à la recherche de terres pour la mise en culture ainsi qu’au dépressage13 sauvage pour alimenter le bétail et satisfaire les besoins domestiques. L’arrêt des prélèvements clandestins et du pastoralisme transhumant a pu, localement, aider à la reprise des boisements, mais l’expansion des xérophytes est favorisée par la sécheresse, l’évolution des pratiques pastorales et les prélèvements de bois (Labhar, 2000 ; 2001). Le charbonnage bien qu’interdit demeure important du fait des besoins et de la précarité financière des populations rurales. Le marché clandestin du bois enfin, essentiellement pour la menuiserie et l’industrie, constitue une autre cause de déforestation.

27L’équation semble simple : comment concilier la conservation des écosystèmes forestiers et les besoins des populations ? Les parcs n’ont pas été précurseurs en ce domaine mais ils ont pu tester des actions de gestion des milieux associant des objectifs complémentaires. L’expérience des opérations de dépressage sur le chêne vert dans le massif du Tazekka a reçu un bon accueil auprès des populations. De nombreuses actions de soutien à l’agropastoralisme ont été effectuées dans ce parc mais souvent de manière ponctuelle. Les nouveaux plans d’aménagement sylvopastoraux du parc d’Ifrane tiennent compte de ces expériences et souhaitent développer une foresterie participative. Documents de travail de qualité, ils prévoient la mise en œuvre d’un certain nombre d’opérations de gestion directement assurées par les populations locales. Cependant les orientations définies peuvent avoir d’autres implications. À Ifrane, l’objectif de réduire la charge pastorale se traduit par la recherche d’une intensification des méthodes d’élevage plutôt que de tenter de restaurer les systèmes transhumants. Ce choix risque de favoriser les exploitations des gros éleveurs qui sont souvent des citadins et d’avoir des répercussions sociales fortes.

28Aussi le dialogue avec le maximum d’usagers est-il essentiel. Les forestiers cherchent à s’entourer d’acteurs compétents en mobilisant des savoir-faire acquis dans d’autres expériences. Une association originaire du Tafilalt est ainsi intervenue dans les parcs du Haut Atlas Oriental puis d’Ifrane pour aider à la structuration et la coordination du secteur associatif. Cependant, le contexte socioculturel semble peu favoriser la mobilisation autonome de la population locale, cette région ayant été marquée par un fort interventionnisme de l’État que motivait l’étendue du massif forestier. Conséquence de cet héritage, la population fait preuve d'une faible culture d’initiative et d'un certain attentisme. Les expériences précédentes de gestion collective, fondées sur la participation, n’ont pas toujours été couronnées de succès, à l’image du programme de création de coopératives agricoles conduit à la fin des années 1980. Le parc du Tazekka témoigne bien de ces difficultés, accentuées par le faible niveau d'instruction des populations, le problème de la pérennisation de l'activité des associations ainsi que la faible implication d'élus communaux qui souvent ne résident pas sur place. La mobilisation des populations est d’autant plus difficile à obtenir et surtout à maintenir que les projets sont tributaires de financements extérieurs. Or le temps des bailleurs de fonds n’est pas toujours celui de la gestion participative et ce décalage peut décourager les initiatives locales.

  • 14  Le culte du cèdre chez les forestiers a longtemps entraîné une gestion conservatoire de cette esse (...)

29La gestion des parcs fondée sur la coopération inter-étatique via les agences suscite aussi des divergences de vue qui doivent être arbitrées. Le cas du magot de Berbérie, le singe qui vit dans les cédraies du Moyen Atlas et dont l’impact sur les peuplements fait débat, montre qu’il existe des différences d’interprétation à propos des dynamiques de milieux et de position quant aux choix de gestion à privilégier. Des forestiers souhaitent pouvoir réguler les populations alors que la protection du magot doit demeurer une priorité pour les organisations environnementales et les coopérants. Parfois réticents à examiner les incidences des pratiques de gestion sylvicole14, certains cadres de l’AEF critiquent cette position en évoquant notamment les impacts provoqués par des opérations de réintroduction engagées sur l’initiative des agences et menées de "manière un peu précipitée" (cas de la gazelle, dans le parc du Sous-Massa).

30Conçue dans une optique multifonctionnelle et participative, la gestion de la protection est censée prendre en compte les coûts sociaux qu’elle induit et favoriser le développement local mais certaines initiatives posent question. La création dans le parc du Tazekka d’une réserve clôturée de 500 ha pour le cerf de Berbérie a privé la population locale d’une partie des terrains de parcours, l’obligeant à se tourner vers d’autres secteurs et à commettre des actes illégaux. La logique et la manière dont a été conduite cette initiative entrent ainsi en contradiction avec le discours des forestiers présentant désormais le pastoralisme comme un allié pour prévenir les risques de feux et favoriser les dynamiques végétales. En outre les compensations financières que touchent les communautés du parc pour restreindre leurs prélèvements dans la forêt sont jugées insuffisantes, y compris par certains fonctionnaires. Le programme d’éducation environnementale à destination des écoles privées des villes alentours, engagé depuis 2005 et financé par les agences de coopération, est un autre témoignage des contradictions existantes, quand on sait que la plupart des enfants habitant le parc ne bénéficient pas d’un enseignement régulier et que leurs écoles manquent cruellement de moyens.

L’essor du tourisme de montagne et ses implications pour le Moyen Atlas

31Jusqu'aux années 1990, la montagne ne représentait pas une priorité du développement touristique au niveau national (Bellaoui, 2004). Elle demeurait une destination secondaire dans l’éventail des produits marocains. Si les flux en direction des zones de montagne augmentent, en avoir une appréciation réelle est toujours difficile (Jennan, 2005). Toutefois le développement touristique occupe désormais une place centrale dans les débats sur les perspectives d'évolution des massifs. Le double objectif de valorisation touristique de la montagne, comme de la nature protégée, formule aujourd’hui une dialectique spécifique de marketing territorial, fortement soutenue par les institutionnels, des aménageurs mais aussi des universitaires, qui les associent dans une problématique commune (Guiri, 2005 ; Jennan, 2005). Cet affichage s'explique par l'enjeu que représente désormais la montagne à l’échelle nationale, en permettant d'élargir l’offre pour atteindre l’objectif poursuivi des dix millions de touristes en 2010.

32Or, la situation actuelle ne paraît pas satisfaisante dans le Moyen Atlas, car ses ressources touristiques semblent encore insuffisamment exploitées en dépit de ses potentialités (Jennan, 2005 ; Tribak et al., 2006). Existe-t-il un "produit montagne" dans le Moyen Atlas et qui sont les acteurs susceptibles de le porter et de le promouvoir ? Quelle place occupent les parcs dans le paysage touristique de cette région ? Longtemps dans l’ombre du Haut Atlas, le Moyen Atlas est resté en retrait de la mise en valeur touristique. Les agences internationales lui accordent une faible place et, dans le circuit des villes impériales, il ne constitue qu’une courte étape entre Fès et Marrakech, généralement dans la cédraie d’Azrou. En dépit d'une situation géographique avantageuse, le massif se distinguait jusqu’à peu par une quasi absence de programmation et d’organisation en matière touristique. L'évolution du contexte national pousse aujourd'hui au développement de la fonction touristique de cette région.

  • 15  La petite station de Mischlifen est d'ailleurs située à l'intérieur du parc.
  • 16  Une dayat est un lac permanent de montagne, généralement sur substrat karstique, très sensible aux (...)

33Afin de parler du tourisme dans les parcs il convient en premier lieu de recenser l’existant. Le tourisme de proximité domine largement, le Moyen Atlas étant traditionnellement un havre de fraîcheur attirant à la saison estivale les populations des villes du Saïs vers les hauts lieux de villégiature hérités de la période coloniale. Dans le parc d’Ifrane, il concerne d’abord la ville même, ancien centre d'estivage devenu une station mondaine orientée vers un tourisme résidentiel aisé, stimulé notamment par la possibilité d'y pratiquer les sports d'hiver15. La vallée de l’oued Tizgit, en périphérie d'Ifrane et du parc, est également soumise à une forte fréquentation dès le printemps, alimentée par les familles citadines des classes moyennes et populaires qui viennent y passer la journée. Les stations d’Ifrane et d’Imouzzer ainsi que la zone des dayats16 au Nord du parc accueillent aussi de nombreux résidents saisonniers venus des grandes villes du Saïs et de la côte atlantique. Cette vogue de la villégiature gagne Azrou. On rencontre également une fréquentation plus erratique essentiellement composée de touristes étrangers près de quelques monuments naturels ou de sites intéressant les naturalistes. Ifrane et Immouzzer se distinguent enfin par l’importance du tourisme social, de nombreuses institutions publiques y ayant installé des centres de vacances. Le parc du Tazekka, quant à lui, attire les habitants de Taza lors d'escapades de fin de semaine mais également de la ville-enclave de Melilla et à un degré moindre des centres urbains de la côte rifaine. Il s'agit plus d'un espace de récréation (en pratique limité au centre d’estivage de Bab Bou Idir) que d'un espace touristique à proprement parler malgré la présence d'un site de grande renommée (gouffre de Friouatto) qui reçoit environ 25 000 visiteurs par an. La plus grande partie du parc méconnaît ainsi toute forme de fréquentation touristique et conserve un caractère profondément rural.

34En promouvant une protection multifonctionnelle, les pouvoirs publics entendent faire des parcs de véritables ressources touristiques pour contribuer au développement territorial des zones qui les accueillent. Deux points semblent à ce sujet problématiques et doivent être traités. Tout d’abord les difficultés d’accès à certaines zones (la plupart des sites touristiques sont peu accessibles pour qui n’est pas motorisé) et l’insuffisance de structures d’accueil et d’hébergement font d'une grande partie du Moyen Atlas un isolat touristique. Même le secteur d'Ifrane souffre d’un sous-équipement. L’absence de continuité du tissu touristique se mesure aussi à la faible structuration de la filière au niveau des villes intermédiaires qui sont les relais et les portes d’entrée de ces parcs (Sefrou, Azrou, Taza). Le manque de compétences ensuite, de formation et de mise en réseau ne favorise pas une culture de la "qualité touristique" et entretient une conception minière de cette ressource, chaque maillon essayant de tirer un petit profit sans se projeter dans une logique d'ensemble. L’action de l’État est aussi parfois contradictoire, par exemple le manque de promotion (un portail spécifique consacré au tourisme rural dans le Moyen Atlas a été ouvert en 2004 mais il fonctionne mal) ou le problème des guides : il n’y a pratiquement pas de guides officiels dans le Moyen Atlas car ils sont formés à l'école de Tabant dans le Haut Atlas et donc ne connaissent pas la région.

35Une certaine confusion existe aussi sur le projet de développement touristique, notamment entretenue par l’utilisation récurrente, dans les discours (institutionnels, experts internationaux, associations et même scientifiques), des termes de tourisme "durable", "éthique" ou "solidaire", mais insuffisamment étayés. Le Maroc continue à souffrir des méfaits du tourisme de masse balnéaire avec les grands projets de stations intégrées en cours de réalisation mais aussi selon certains auteurs du détournement de la mode du tourisme "patrimonial" par certains promoteurs et investisseurs peu scrupuleux (Saïgh Bousta et al., 2004). En pratique, le tourisme proposé ou que l’on veut promouvoir dans le Moyen Atlas relève plutôt du registre du tourisme rural, ce qui semble correspondre aux capacités et aux besoins des populations en termes de responsabilisation et de dynamisation économique et sociale (Zarguef, 2005).

36Les pistes évoquées dans le secteur agritouristique, telles que le développement de filières fromagère caprine, mellifère ainsi que du petit artisanat rural reprennent des initiatives qui ont fourni des résultats dans le Haut Atlas et permis à des gens de sortir de la grande précarité. Les parcs souhaitent favoriser l’accueil chez l’habitant, en créant des gîtes dans les douars. Des structures existent mais fonctionnent mal, faute d’une demande réelle, de moyens matériels et de savoir-faire, le problème de la langue se pose notamment dans le Tazekka. D’autres produits, mis en place par des néo-ruraux souvent dotés d’une formation supérieure et en possession de capitaux importants, s’adressent à une clientèle fortunée venue des villes côtières ou de l’étranger. L’activité commence cependant à être mieux organisée, d’abord, avec la constitution du Pays d’accueil touristique d’Ifrane-Moyen Atlas, qui englobe un vaste périmètre depuis le massif du Kandar jusqu'aux montagnes de Khénifra. L’initiative vient aussi des habitants, notamment des néo-ruraux qui exercent un effet d’entraînement. Pour pallier les défaillances logistiques en matière de médiatisation, des exploitants de gîtes et des hôteliers de la région d’Ifrane envisagent la création d’une agence touristique. Certains proposent déjà des activités connexes à l'hébergement associant des familles d’éleveurs (visite des troupeaux, spectacles de chant et danse à Azrou). Ils cherchent aussi à diversifier l’offre, par exemple en créant des circuits itinérants de randonnée pédestre ou équestre avec hébergement dans des auberges rurales (Azrou, itinéraire Tazekka-Bou Iblane) sur un modèle amélioré de ce qui existe dans le Haut Atlas. D’autres idées, encore marginales, pourraient être promues à l’image des pratiques d'échange familial (entre nationaux, mais aussi avec des étrangers) qui existent dans le bourg d’Aïn Leuh.

37De manière générique, le Moyen Atlas essaierait en somme de se distinguer du Haut Atlas en se positionnant sur deux registres : jouer sur la gamme d'un tourisme plus convivial que la prestation fournie dans les grands centres touristiques et fournir un produit "plus authentique" à l’image des festivals populaires qui existent dans le Tazekka ou plus récemment dans le secteur des dayats à Ifrane. Cependant on reste pour l’heure dans une logique "tous azimuts" et la protection de la nature est souvent perçue comme l’un des supports de ce que l’on pourrait appeler un "pack écotouristique" mais sans que des orientations claires en termes de préférences et de faisabilité ne soient dégagées. Le problème de la complémentarité de l'offre entre sites se pose aussi, pour éviter les méfaits des phénomènes de mimétisme, les rivalités qui ont pu se poser ailleurs entre communautés (Mounkachi, 1996) et favoriser un maximum d’emplois induits pour contribuer de manière directe à l'économie locale.

38Toutefois, les parcs du Moyen Atlas représentent-ils un gisement touristique spécifique et, si oui, pour quels segments ? Ils ne connaissent pas encore vraiment leur public, même si certains organismes (ENFI, bureaux d’étude) ont commencé à fournir des informations sur les profils et les motivations des visiteurs. Mais ces études se sont concentrées sur les sites du tourisme de proximité, essentiellement familial et peu pourvoyeur en recettes. Il n'y a pas eu de travaux sur la demande, or des études de marché semblent indispensables pour apprécier les aspirations du tourisme international et notamment identifier si la clientèle existe pour des produits de type "tourisme éthique" et écotourisme. Cette question doit aussi être mise en regard avec les transformations majeures affectant deux unités paysagères clefs de la typicité du Moyen Atlas :

39Les paysages agropastoraux des zones de poljés, notamment à Ifrane (expansion des cultures arboricoles, mitage résidentiel, réduction des superficies lacustres du fait du pompage).

40Les paysages sylvopastoraux de l’étage mesoméditerranéen (régression des séries arborées, extension des géofaciès à espèces xérophiles).

41Ces mutations dans la physionomie du Moyen Atlas sont susceptibles d’avoir des incidences sur les représentations des habitants, mais également des visiteurs, et pourraient affecter les potentialités touristiques. De même, les effets induits du développement de l’économie touristique sur les autres secteurs d’activité notamment l’économie agricole, sur la vie socioculturelle des autochtones (question du changement social) ainsi que sur les milieux et les paysages, ne sont pas vraiment pris en compte. Le développement de cette fonction touristique présente le risque d'accroître la vulnérabilité des milieux et par incidence celle d'une partie des populations locales. Les programmes essaient d’éviter les nouveaux équipements, comme les pistes carrossables, favorisant la pénétration en forêt. Malgré ces précautions, une problématique plus générale s’impose : comment gérer les implications de la hausse de la fréquentation et de sa diffusion dans des secteurs déjà marqués par la raréfaction de ressources vitales comme l'eau ? Dans la région d'Ifrane se dessine ainsi une compétition de plus en plus criante entre les usages domestiques (centres urbains en croissance) et agricoles (extension de l’arboriculture), que peut venir exacerber le développement de l’économie touristique.

  • 17  L’expression étant comprise ici au sens donné par Jean-Pierre Pralong comme une activité ayant pou (...)

42La valorisation des parcs fait aussi l'objet de contradictions. Le Tazekka offre un bon exemple de contre-productivité, les équipements existants n'étant guère mis en valeur (écomusée fermé, réserves des cerfs et des mouflons non accessibles, quasi absence d'infrastructures d'accueil, d’hébergement et de signalétique informative). Parallèlement l’accent mis sur le développement du tourisme naturaliste, considéré comme un support de l'économie de la conservation, soulève quelques réserves. Deux sites se prêtent plus particulièrement à ce type d’activité : le développement du birdwatching dans le parc d’Ifrane notamment au lac d'Afenourir et la valorisation des réseaux de grottes dans le Tazekka. Mais ces milieux sont fragiles, encore peu connus sur le plan scientifique dans le second cas, et on peut s’interroger sur leur capacité à jouer un rôle de produit d’appel, surtout pour ce qui est du géotourisme17. La mise en tourisme de la nature protégée conduit aussi fréquemment à la construction d’une "nature mise en scène" comme c’est déjà le cas dans le parc de Dakhla (lodges et safaris) et à cet égard il n’est pas inutile de questionner la pertinence et les incidences (concentration de la fréquentation, consommation d’une nature-artifice) de certains projets comme celui d’un parc animalier à Ifrane, sensiblement éloignés d’une approche dite écotouristique.  

Conclusion : les parcs de montagne, des outils de recomposition territoriale ?

43En dépit de problèmes organisationnels et d’une certaine dispersion des efforts, la démarche engagée par les autorités marocaines, notamment l’AEF, et ses partenaires pour associer les programmes de protection et de développement local est positive. Cette articulation pose la question de savoir si les parcs, et plus particulièrement les parcs de montagne, seront à terme les vecteurs de processus de consolidation territoriale dans leurs espaces d’action. C’est toute l’hypothèse du développement territorial. Concernant plus spécifiquement les parcs du Moyen Atlas, quelques résultats et tendances peuvent être avancés à la lumière de leurs premières années de fonctionnement.

44Les outils de collaboration et de transaction en matière de gouvernance environnementale y semblent encore fragiles. La population n’associe plus spontanément les parcs à des stratégies coercitives du pouvoir central mais elle ne les identifie pas encore comme des outils porteurs d’une amélioration de leurs conditions de vie et susceptibles d'aider efficacement une économie pastorale en sursis. De même les savoir-faire en matière d’économie de la conservation semblent encore assez ténus dans cette région. Si des efforts sont faits pour conduire à la participation, la mobilisation des populations locales dans l’animation rurale et le portage de projets doit être renforcée ce qui nécessite de mieux accompagner les transformations sociales et économiques en cours, de donner les moyens de pérenniser les actions engagées et de diversifier les possibilités qui s’offrent aux habitants. Aussi avant d’élargir le périmètre d'intervention de ces parcs, il conviendrait peut-être de les laisser mieux s’ancrer dans leurs territoires, être complètement opérationnels et étudier en profondeur les impacts de leur existence.

45Les gestionnaires entendent conférer au parc d’Ifrane "une identité spécifique" afin de renforcer les réseaux partenariaux pour appuyer les fondamentaux de l’activité touristique de cette zone. Au-delà de l’aspect instrumental de cette préoccupation qui entre dans une démarche de marketing, est posée la question de savoir si et comment les parcs seront les vecteurs d’une nouvelle identité territoriale. La mise en tourisme de la "montagne protégée" n’a pour l’instant fourni que des résultats ponctuels, et n’a pas offert de véritables activités complémentaires mais elle commence à favoriser des logiques d’alliance entre acteurs. Toutefois, faire à court terme du tourisme le levier principal, sinon unique, du développement local, présente de réels risques, tant sur le plan social qu’écologique, si l’on souhaite éviter que ne s’installe une économie de substitution qui ne répondrait plus aux objectifs initiaux de la conservation intégrée.

Haut de page

Bibliographie

BELLAOUI A., 2004, Le tourisme dans le Haut Atlas de Marrakech : une activité qui demande à être bien organisée et réglementée, in SAIGH BOUSTA R. ALBERTINI F. et (dir) et BOUJROUF S. (coord.), Le tourisme durable, réalités et perspectives marocaines et internationales. Centre de recherches sur les cultures maghrebines, Université Cadi Ayyad, Marrakech, p. 301-310.

BILLAND A., 1996, Développement touristique des parcs de montagne au Maroc : principes de zonage et d'aménagement, Revue de Géographie Alpine, n°4, p. 95-108.

BOUJROUF S, 1996, La montagne dans la politique d’aménagement du territoire au Maroc, Revue de Géographie Alpine, n°4, p. 37-50.

BOUJROUF S. et GIRAUD F., 2000, Les territoires qui s’ignorent ? Dichotomie entre territoires administratifs et espaces de mobilisation au Maroc, Montagnes Méditerranéennes, n°12, p. 61-69.

BOUJROUF S., 2004, Tourisme de montagne au Maroc : enjeux de la durabilité, in SAÏGH BOUSTA R., ALBERTINI F. (dir.) & BOUJROUF S. (coord.), Le tourisme durable, réalités et perspectives marocaines et internationales. Centre de recherches sur les cultures maghrebines, Université Cadi Ayyad, Marrakech, p. 273-284.

BOURBOUZE A., 1997, Des agdals et des mouflons - Protection des ressources et (ou) développement rural dans le parc naturel du Haut Atlas Oriental, Courrier de l'Environnement, INRA, n° 30, 11 p.

GUIRI A., 2005, Le tourisme de montagne, un levier du développement durable : cas de Bouyablane et Taffert (Moyen Atlas Oriental), Cahiers Géographiques, Fès, n° 2, p. 33-41.

HAJIB S., 2004, L’écotourisme : un outil de valorisation des aires protégées au Maroc - Cas du parc national du Souss Massa, Note de service pour le Ministère de l'Environnement, 6 p.

JENNAN L., 2005, Pour un développement du tourisme et des loisirs dans la province de Sefrou, Cahiers Géographiques, Fès, n° 2, p. 23-32.

LABHAR M., 2000, Evolution récente des formations forestières et pré-forestières du massif du Jbel Cheurbna-Ben Tato (Moyen Atlas Central), Revue de Géographie du Maroc, vol. 18, n° 1 et 2, p. 53-69.

LABHAR M., 2001, L’homme et la dynamique des forêts moyen atlasiques (cas de la Forêt de Michlifène-Hebri), Travaux de la IXème Rencontre des Journées de Géomorphologie, El Jadida 23-24/X/2001, Séries Colloque et Séminaires n° 3, p. 35-66.

LECOMTE M., 1986, Biogéographie de la montagne marocaine – le Moyen Atlas central, Ed. du CNRS, Mémoires et documents de Géographie, 202 p.

LOWENGUTH S., 2005, Valorisation paysagère et touristique du Parc national du Tazekka, Mémoire de Master 2 "Paysages et territoires ruraux", Université de Tours, 148 p.

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE LA MISE EN VALEUR AGRICOLE - Administration des Eaux et Forêts et de la Conservation des Sols (MAMVA-AEFCS), 1994, Etude de définition d’un réseau d’aires et de site protégés et élaboration des plans de gestion des parcs nationaux du Maroc, 7 tomes. Groupement comprenant les bureaux d’études BCEOM & SECA (Montpellier), l’Institut Scientifique de Rabat, l’Ecole Pratique des hautes Etudes de Montpellier, l’Institut de Botanique de Montpellier ainsi qu’une équipe d’experts.

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, Plans de développement régionaux - Régions de Fès-Boulemane, Meknès-Tafilalt et Taza-Al Hoceima-Taounate.

MOUNKACHI H., 1996, Le rôle du tourisme dans le développement local du Haut Atlas Central marocain, Thèse de Doctorat de Géographie, Université d’Aix en Provence.

PEYRON M., 2004, L’éco-tourisme comme levier de développement des ressources territoriales : le cas des massifs orientaux de l’Atlas marocain, Montagnes Méditerranéennes, n° 20, p. 187-194.

PRALONG J.-P., 2004, Le géotourisme dans les régions de Crans-Montana-Sierre et de Chamonix-Mont-Blanc, in REYNARD E. & PRALONG J.-P. (Eds.) 2004, Paysages géomorphologiques, Lausanne, Travaux et Recherches n°27, p. 225-241.

RODARY E., 2001, Les espaces naturels : L'aménagement par la participation ? Mise en réseau et territorialisation des politiques de conservation de la faune en Zambie et au Zimbabwe, Thèse de Géographie. Université d'Orléans, 533 p. 

SAÏGH BOUSTA R., ALBERTINI F. (dir.) et BOUJROUF S. (coord.), 2004, Le tourisme durable - réalités et perspectives marocaines et internationales, Actes du Colloque organisé par l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, 22-24 mai 2003, 436 p.

TRIBAK A., LOPEZ LARA E., BONILLA J.-M. et LAAOUANE M., 2006, Activités touristiques et développement durable dans un espace montagnard marocain : cas du Moyen Atlas Oriental au Sud de Taza (Maroc), Colloque "Tourisme durable en montagne", 4 & 5 mai, Université de Pau.

ZARGUEF A., 2005, Le tourisme de montagne : un acteur méconnu du développement local (la contrée d’Igherm, Anti-Atlas Occidental, Cahiers Géographiques, Fès, n° 2, p. 51-55.

Haut de page

Notes

1  Le terme de protection est privilégié ici en référence à la notion de politiques de protection de la nature et est employé de manière neutre (action de protéger la nature), le terme de conservation étant réservé aux déclinaisons méthodologiques consacrées (économie de la conservation, conservation intégrée) se rapportant à sa mise en œuvre.

2  Décret.

3  La Stratégie nationale pour la biodiversité établie en 2000 par le MATEE a plus particulièrement évoqué à ce sujet les choix méthodologiques qui ont privilégié une "vision mégascopique" de la représentativité spécifique et mésologique, au détriment d’études plus ciblées, une préférence qui s’expliquait par la grande hétérogénéité des milieux marocains et le travail de synthèse que devait fournir le programme.

4  Chaque SIBE doit être doté d’un plan de gestion sur la base des objectifs reconnus aux zones protégées selon une approche multifonctionnalisée : préservation de la biodiversité, protection du patrimoine et promotion de l’écotourisme.

5  Jusqu'alors rattachée au Ministère de l’Agriculture, l’administration forestière est désormais autonome pour favoriser la transversalité de ses actions et est directement placée sous l’autorité du Premier Ministre. Ses services sont les gestionnaires des parcs. Par commodité nous conserverons le sigle AEF.

6  Les SIBE ont été hiérarchisés par ordre de priorité, ceux n’ayant pas été inclus dans les parcs devant servir de support à des réserves naturelles afin de constituer le deuxième échelon du réseau des aires protégées. Une troisième catégorie de SIBE concerne les sites de moindre importance.

7  Notamment avec les projets d’une grande réserve de biosphère de la cédraie dans le Moyen Atlas et celui de constituer la première réserve transcontinentale marine et terrestre entre les régions du Rif et de l’Andalousie.

8  Cette loi a été préparée par l'AEF et le MATEE et prévoit une typologie classique de cinq outils (parc national, parc naturel, réserve naturelle, réserve biologique domaniale et site naturel).

9  Élaborer une loi spécifique pour la protection et le développement de la montagne ;améliorer l’état des connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes de montagne ;élaborer un plan de développement des écosystèmes montagnards et installer un observatoire de la montagne ;conduire enfin "deux études stratégiques d’aménagement et de développement" sur les Haut et Moyen Atlas.

10  Ainsi classées par ordre de priorité : protection des sols et régulation des eaux ; contribution au développement socio-économique des populations rurales ; protection de la biodiversité et de l'environnement ; production de bois pour l'industrie et l'artisanat ; et production de services (paysages, détente et loisirs) pour les populations urbaines.

11  Principal instrument financier du partenariat Euro-Méditerranéen mis en place par la Conférence de Barcelone de 1995.

12  Zone d’intervention affectée à un agent forestier.

13  Le dépressage est une opération de gestion sylvicole consistant à éclaircir la densité des peuplements d’un même âge afin de permettre la croissance des autre arbres ; ce type d’intervention est aussi pratiquée empiriquement par les populations locales, à la fois dans un but de renouvellement de la ressource forestière mais aussi en fonction des besoins domestiques, d’où des prélèvements parfois trop importants et/ou moins sélectifs.

14  Le culte du cèdre chez les forestiers a longtemps entraîné une gestion conservatoire de cette essence qui de l’avis de plusieurs ingénieurs est également pour partie la cause du dépérissement de certains peuplements.

15  La petite station de Mischlifen est d'ailleurs située à l'intérieur du parc.

16  Une dayat est un lac permanent de montagne, généralement sur substrat karstique, très sensible aux fluctuations de la nappe souterraine.

17  L’expression étant comprise ici au sens donné par Jean-Pierre Pralong comme une activité ayant pour but de promouvoir les objets d’étude des sciences de la Terre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les parcs nationaux au Maroc
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3002/img-1.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 2 : Le parc national du Tazekka
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/3002/img-2.png
Fichier image/png, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johan Milian, « Le dilemme entre développement et protection dans les montagnes du Maroc - le cas des parcs du Moyen Atlas », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 177-186.

Référence électronique

Johan Milian, « Le dilemme entre développement et protection dans les montagnes du Maroc - le cas des parcs du Moyen Atlas », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/3002 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.3002

Haut de page

Auteur

Johan Milian

Docteur en Géographie & Aménagement, Chargé d’études UMR Dynamiques Rurales, Université de Toulouse-Le Mirail, 5, Allées Antonio Machado, F - 31 058 TOULOUSE cedex 9, tel. 05 61 50 37 04 ou 06 11 46 08 75,milian@univ-tlse2.fr 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page