Navigation – Plan du site

Les parcs nationaux entre conservation durable et développement local

National parks, between sustainable conservation and local development
Stéphane Héritier
p. 171-175

Texte intégral

1Né dans les années 1960 à la suite de la création des pays non-alignés, formalisant un « tiers » monde, le développement est devenu une idéologie en vogue dans les anciennes métropoles coloniales et d’une manière plus générale dans les pays occidentaux. Après bien des avatars induits par la volonté d’aider des populations lointaines dont le bien-être était envisagé sous l’angle de leur développement économique, le développement a été repensé. Le rapport produit par le docteur G.H. Brundtland en 1987 servit de déclencheur à la diffusion d’un nouveau « concept glouton » (Brunel, 2004, p. 75) en cours de formalisation « à grande vitesse », le développement durable – pour reprendre l’épithète la plus couramment employée en français.

  • 1  Nous ne reprendrons pas ici les débats épistémologiques concernant la notion de nature et son oppo (...)

2Parée de toutes les vertus, cette « nouvelle » déclinaison du développement présentaient entre autres avantages celui de permettre une combinaison des échelles et des territoires, permettant ainsi d’appréhender avec plus de finesse les efforts réalisés par certaines sociétés humaines dans des domaines tels que la protection de la « nature1 » ou de l’environnement. Les acteurs locaux (individus, associations, décideurs publics et privés) se mobilisent également de plus en plus dans le sens d’un développement local – une approche qui poursuit, autour des ces formes territoriales originales que sont les parcs nationaux, les réflexions développées dans un précédent numéro de Géocarrefour (vol.81, n°2) consacré aux enjeux de la régulation des territoires privés. Selon les analyses de X. Greffe (2002 et 2005), ces acteurs jouent un rôle déterminant à l’échelle locale, en ce sens qu’ils stimulent ou accompagnent des actions économiques et sociales en vue d’améliorer l’activité économique des territoires et d’adapter l’emploi au bénéfice des populations résidentes. Dans des cas de plus en plus nombreux, les services chargés des parcs dans le monde voient leurs missions dotées d’objectifs de développement local (Finger-Strich et Ghimire, 1997).

Les parcs nationaux : un atout pour les territoires ?

  • 2  Au 1er janvier 2007, la WDPA - World Database on Protected Areas indique un chiffre de plus de 108 (...)

3La protection de l’environnement est sans doute devenue l’affaire de tous, mais elle a d’abord été l’affaire de quelques-uns à partir de 1872 (création du parc national Yellowstone) et du développement des parcs nationaux. En 2003, l’Union mondiale pour la nature (L’UICN), dénombrait plus de 102 000 aires protégées dans le monde couvrant plus de 18,7 millions de km², la catégorie II des parcs nationaux regroupant 3 881 unités correspondant à environ 23,6 % de la superficie totale (soit plus de 4,4 millions de km²) des aires protégées sur la planète2 (Chape et al., 2003). A l’échelle internationale, l’UICN a établi six catégories d’aires protégées (numérotées de I à VI), correspondant à des critères dont la pertinence demeure discutée (Locke & Dearden, 2005).

Aires protégées – Catégories UICN depuis 19943

I – a) Réserve naturelle intégrale / b) Zone de nature sauvage

Une aire protégée gérée principalement à des fins scientifiques ou de protection des ressources sauvages

IIParc national (ou équivalent)

Une aire protégée gérée principalement dans le but de protéger les écosystèmes et à des fins récréatives

IIIMonument naturel

Une aire protégée gérée principalement dans le but de préserver des éléments naturels spécifiques

IVAire de gestion des habitats/des espèces

Une aire protégée gérée principalement à des fins de conservation avec intervention au niveau de la gestion

VPaysage terrestre/marin protégé

Une aire protégée gérée principalement dans le but d’assurer la conservation de paysages terrestres ou marins et à des fins récréatives

VIAire protégée de ressources naturelles gérée

Une aire protégée gérée principalement à des fins d’utilisation durable des écosystèmes naturels

4Les parcs nationaux sont également caractérisés par une grande variété selon les normes en vigueur dans les pays. Dans certains cas, ils sont gérés par des Etats (France, à travers un établissement public national par exemple) ou des agences fédérales (Parcs Canada ou National Park Service aux Etats-Unis) et leur importance historique et culturelle valide l’usage de l’épithète « national ». Dans d’autres cas, les parcs nationaux dépendent d’Etats intégrés dans des confédérations (c’est le cas de l’Australie où une minorité de parcs dépend directement de l’administration fédérale). La situation est compliquée par le fait que les critères de classement de l’UICN ne correspondent pas toujours – même si c’est le plus souvent le cas – à la manière dont les utilisent les Etats. Certains parcs relèvent de la catégorie II (parcs nationaux) de l’UICN tandis que la dénomination officielle à l’intérieur des Etats est autre : c’est par exemple le cas du parc provincial Polar Bear en Ontario (Canada) ; à l’inverse, de nombreux parcs désignés comme « nationaux » ne relèvent pas de la catégorie II mais de la catégorie V, comme c’est le cas du parc national des Cévennes en France ; une situation qui met en évidence les limites des classements normatifs.

5L’appel aux contributeurs proposait un vaste champ de pistes de réflexion dont les interrogations étaient articulées autour des thèmes suivants :

6a) la place accordée aux populations locales, dans un contexte de mise en réserve longtemps caractérisé par des pratiques d’exclusion de ces dernières. Quelles sont les résistances, les stratégies de contournement des interdits nés de l’application de réglementations, souvent contradictoires avec les usages coutumiers ? Quelles sont les incidences de ces tensions dans les relations entre les sociétés locales et les gestionnaires, surtout lorsqu’elles sont sous-tendues par des méfiances fortes à l’égard des pouvoirs centraux ?

7b) les enjeux de pouvoir et les concurrences en termes d’usages (à différentes échelles) à l’intérieur des parcs et à leurs marges. Dans ce contexte, les responsables des parcs sont impliqués dans des jeux de forces concurrentes en termes d’utilisation de l’espace. Les situations d’affrontement, les tensions liées à l’existence de ces aires protégées révèlent parfois des mouvements de fond, des tensions qui sous-tendent les relations entre les différents acteurs (locaux ou lointains).

8c) les modalités de la mise en valeur de l’espace, dans la mesure où les parcs nationaux sont devenus partout des outils du développement (éco)touristique ? Comment celui-ci s’opère-t-il ? Est-il compatible avec les logiques de protection ?  Les parcs nationaux sont parfois inscrits dans des dynamiques de coopération régionale – avec d’autres structures de protection – ou dans des logiques de coopération transnationales (parfois soutenues par l’action d’ONG) qui méritent examen.

9Ces interrogations s’inscrivaient dans le champ des travaux portant sur les aires protégées et plus particulièrement sur les parcs nationaux publiés par les géographes français depuis une trentaine d’années. L’année 2010 marquera le cinquantième anniversaire de la première loi française sur les parcs nationaux, une loi révisée récemment et entrée en application en avril 2006 (loi n°2006-436 : Loi relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux). Elle constitue la forme législative la plus récente d’un processus de mise en réserve d’espaces et de désignation de sites remarquables : citons pour mémoire la création de la réserve artistique de Fontainebleau en 1853 destinée à conserver les paysages représentés par les peintres de l’école de Barbizon, ou la loide 1906 organisant la protection des sites et monuments naturels de caractère artistique, remplacée par celle de 1930.

Les parcs nationaux, un outil possible du développement des sociétés et des territoires ?

10L’analyse « protection versus développement » constitue une entrée classique dans l’étude des aires protégées (Glacken, 1970 ; Hvenegaard & Dearden, 1998) en raison de l’exclusion des populations locales pauvres des régions retenues pour créer des parcs nationaux jusqu’à une période récente (Cernea & Schmidt-Soltau, 2003). Il est également possible de considérer que cette analyse correspond à une lecture des rapports de forces sur le territoire, qu’il s’agisse de son appropriation (comme ce fut le cas en Amérique du Nord et en Australie) ou de sa soustraction de territoires utiles (économiquement ou socialement) aux activités locales préexistantes par des États (comme en Chine, dans les États d’Europe ou d’Afrique par exemple). En ce sens, il s’agirait d’une lecture à un instant donné. L’observateur repère souvent les mêmes évolutions qui correspondent globalement à des processus de  construction d’un nouveau rapport au territoire protégé. Apparaissent alors des résistances variables en intensité, dans le temps et dans l’espace, et des rythmes variables en termes chronologiques.

11Ce numéro de la revue Géocarrefour, réunissant huit contributions sélectionnées à partir d’un ensemble d’une vingtaine de propositions, apporte une suite d’éclairages sur la place qu’occupent les parcs nationaux dans la transformation des dynamiques rurales. Les articles retenus s’organisent autour de deux entrées principales : la première s’intéresse aux effets économiques et sociaux des parcs sur les territoires autour des questions de participation des populations locales, réticentes ou actives dans le processus de transformation de leurs territoires traditionnels par les mesures de protection. La seconde s’articule autour de la place des acteurs locaux face aux Etats, tentés d’utiliser la conservation comme un moyen de contrôle des marges intérieures, en les intégrant dans des échelles plus vastes (continentales ou mondiales), réduisant parfois le champ d’action des populations locales.

Les effets économiques et sociaux des parcs

12Ces effets sont liés à la création des structures « parcs » sur les sociétés locales ou aux mutations induites par leur existence. J.Milianaborde, à travers les parcs de la région montagnarde du Moyen Atlas, la mise en œuvre de la politique des parcs nationaux engagée au Maroc depuis les années 1990. Cet espace, considéré comme défavorisé par les autorités nationales, fait l’objet d’une politique de protection et « d’une mission d’organisation et d’animation du développement local ». Les services de l’Etat en charge de la mise en œuvre de ces missions (l’Administration des Eaux et Forêts) doivent assurer une coopération, voire une participation des populations locales. Noble intention s’il en est. Elle se traduit par la volonté des administrateurs des parcs d’associer la population à la gestion, forcément participative, et de la soutenir dans la mise en place d’activités liées à l’écotourisme. Le texte montre notamment qu’il ne suffit pas de souhaiter ou d’imposer la participation des populations locales pour faire naître un cercle vertueux de développement, mais suggère qu’il existe un préalable : la confiance des populations locales dans les propositions venues « d’en haut » et l’adéquation aux besoins effectifs de ces dernières.

13Les parcs nationaux chinois (G. Giroir) offrent une lecture de la complexité d’une situation « loin d’être homogène ». Elle atteste de la difficulté de  réaliser une véritable politique de protection de l’environnement en Chine. Les objectifs de protection des écosystèmes et de la biodiversité conduisent la Chine à se doter de plusieurs centaines d’aires protégées depuis une trentaine d’années. L’activité anthropique et les activités antérieures à la création créent une situation complexe pour les gestionnaires (braconnage) comme pour les populations locales : le ramassage des plantes utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise par les populations locales est soumis à des restrictions au titre de la protection de la  biodiversité. Des activités liées aux besoins vitaux des populations (voire à leur développement) menacent directement les écosystèmes protégés (ex. du parc national Momoge).

14Comment réagissent les populations installées autour des parcs ? Et en retour, les parcs participent-ils d’une dynamisation de l’activité locale hors de leur périmètre ? Ces aspects sont abordés par l’examen des actions menées par le parc national des Cévennes en faveur des producteurs locaux d’oignons doux. Les terrasses de production, situées principalement en zone périphérique (ou « zone d’adhésion » depuis la loi de 2006), sont également considérées comme des éléments paysagers essentiels dans la région. A. Druguet montre que le dialogue et la coopération entre les acteurs locaux (parc, producteurs par l’intermédiaire de la coopérative, chambre d’agriculture, élus) ont été fructueux. L’adaptation du cahier des charges, établi à la suite de véritables concertations, a permis de concilier des intérêts différents derrière un objectif commun que constituait la restauration des terrasses cévenoles. Une situation qui indique qu’en l’absence de pouvoir réglementaire absolu, les administrations des parcs s’orientent vers de fructueuses actions de concertation, situation souhaitable dans un Etat démocratique.

15E. Rodary a bien montré pour l’Afrique australe (dans Rodary et al., 2003) que les populations locales sont souvent caractérisées par des logiques d’exclusion. A. Toilier et G. Serpantié montrent, à Madagascar, les difficultés de passer d’une conservation excluant les populations locales à une conservation intégrée, notamment parce qu’une partie des ressources (produits forestiers notamment) était nécessaire à la survie alimentaire des populations locales. A partir de l’exemple des Tanala et des Betsileo, l’article montre que les stratégies de contournement  de la protection répondent aux limites imposées à l’accès aux ressources vitales. Les auteurs plaident pour une démarche d’aménagement du territoire qui constitue à leurs yeux une « étape préliminaire indispensable pour planifier un développement local compatible avec les zonages de conservation » (Toilier et Serpantié). Les revendications des milieux conservationistes ne sont pas forcément en phase avec les besoins des populations locales en matière de disponibilité des ressources (forestières ou foncières) et les promesses de l’écotourisme n’atteignent pas toujours les effets d’entraînement attendus.

Les acteurs locaux face à l’Etat

16S. Déry insiste sur la fragilité de la position des sociétés locales, surtout lorsque les objectifs de conservation de la « nature » ou de la forêt se révèlent en phase avec des modalités de contrôle culturel, linguistique ou ethnique. Au Viet Nam, parcs et réserves forestières sont devenues des outils d’un contrôle plus strict des périphéries et des populations qui y résident par l’intermédiaire de la colonisation agricole et de la sédentarisation. A partir d’une grille d’analyse spatio-temporelle originale appliquée au parc Cat Tien (fig. 1), S. Dery fait apparaître la manière dont l’État vietnamien « s’affranchit graduellement [des] contraintes locales » et dont certaines populations (Ma et Stieng surtout) ont été un peu plus marginalisées par la mise en place du parc Cat Tien.

17Cette tension autour de la maîtrise des territoires « traditionnels » entre en résonance avec les situations analysées par D. Goeury dans le Haut Atlas marocain où les parcs s’inscrivent dans un processus d’affirmation de la souveraineté nationale, facilitée par les conventions internationales qui renforcent les compétences des Etats en matière de conservation.  Les populations locales se sentent dépossédées en perdant le contrôle effectif de l’aménagement des territoires traditionnels. Les ONG tentent d’établir la participation des populations locales à ces processus mais leurs actions agissent souvent modestement. La tendance principale est au renforcement du contrôle des populations et des territoires locaux par le pouvoir central. Les particularités ethniques peuvent pourtant constituer une véritable ressource touristique au même titre que la biodiversité ou la géodiversité. G. Serban et L. Touchart le montrent pour le parc national des Apuseni (Roumanie). La protection des sites karstiques remarquables est associée à la valorisation patrimoniale autour du peuple montagnard Motsi. La région la plus attractive est toutefois située au nord-est du parc, autour d’un lac artificiel lié à la présence d’un barrage. Les auteurs considèrent souhaitable un rééquilibrage géographique du parc en élargissant ses limites à l’Est, afin de mieux intégrer (et gérer) les espaces en cours d’aménagement et de développement.

18Il est encore question des enjeux d’intégration des périphéries dans le cas de l’élaboration des stratégies de conservations autour du parc national Baritú (Nord de l’Argentine) abordé par S. Guyot et al. La situation septentrionale du parc ainsi que sa faible accessibilité actuelle le placent à la croisée d’enjeux écologiques, économiques et politiques au sein desquels les acteurs locaux, bien que disposant d’un tout nouveau canal d’expression, ont bien du mal à s’organiser et à s’imposer.

Figure 1 : Localisation des parcs nationaux étudiés dans le numéro

Figure 1 : Localisation des parcs nationaux étudiés dans le numéro

Perspectives – Un développement local, au service de l’Etat « conservateur » ?

19Au-delà de l’épithète, qualifiant les parcs nationaux,et en dépit des logiques d’exclusion longtemps pratiquées par les Etats (à la fois décideurs et opérateurs), la tendance actuelle des acteurs environnementaux tend à appréhender la relation nature/sociétés de manière plus associative. Le paradigme actuel tend à insister sur les relations étroites entre culture et nature, entre l’homme et la Terre (Larrère et Larrère, 1997 ; Berque, 2000 ; Descola, 2005). Dans une certaine mesure, la reconnaissance de la valeur esthétique et scientifique des paysages et des sites géomorphologiques dotés dans certains cas d’une valeur patrimoniale (Reynard et Panizza, 2005) confirme ce mouvement d’adéquation entre nature et culture. L’association de paysages géomorphologiques spectaculaires et de montagnes refuges à forte particularité ethnique, comme c’est le cas dans le parc national des Apuseni (Serban & Touchart), atteste de cette évolution.

20Le tourisme est souvent considéré comme un moyen de cristalliser un processus de création des valeurs patrimoniales et de développement économique viable (Gagnon et Gagnon, 2006) en reconstruisant une relation autrefois négligée. Mais cette recomposition doit-elle se contenter de privilégier comme réponse universelle le tourisme, notamment dans sa version « éco » ? Probablement pas, dans la mesure où certains auteurs observent que « Tourism provides one promising resource of income in many locations, although this money often does not filter back to the local communities » (Southworth et al., 2006). Les objectifs, ou les intentions, de développement local ne sont ainsi pas toujours atteints et les sociétés autochtones restent parfois à l’écart des projets dont elles sont supposées directement bénéficier (Déry, Toilier et Serpantié) montrant à quel point le « développement local » n’est pas synonyme de la « maîtrise locale du développement ».

21La protection de l’environnement s’affirme comme un thème politique majeur en raison de son importance dans le champ d’application du développement durable. Toutefois, le « pilier » social semble prendre – avec difficultés parfois – une place de plus en plus nécessaire pour des populations locales qui cherchent à maintenir une capacité d’intervention sur leurs territoires. Les tensions et les conflits autour des espaces protégés révèlent la variété des enjeux et des valeurs que les sociétés investissent sur ces territoires, tout en évoluant parfois vers des pratiques consensuelles liées à des arbitrages souvent complexes entre les différentes composantes des systèmes territoriaux. La manière dont ces arbitrages s’élaborent présente un intérêt considérable pour comprendre l’évolution des rapports de force dans les régions concernées, au-delà même des seuls parcs nationaux.

Haut de page

Bibliographie

Arnould P. et Glon E. (dir.), 2005, La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ? Paris, Publications de la Sorbonne.

Berque A., 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

Brunel S., 2004, Le Développement durable, PUF, coll. « Que sais- je ? ».

Cernea M.M. and Schmidt-Soltau K., 2003, Biodiversity conservation versus population resettlement: Risks to nature and risks to people », Paper presented at The International Conference on Rural Livelihoods, Forests and Biodiversity, 19-23 May 2003, Bonn, Germany, http://www.cifor.cgiar.org/publications/corporate/cd-roms/bonn-proc/pdfs/papers/T4_FINAL_Cernea.pdf

Chape S., Blyth S., Fish L., Fox P. and Spalding M. (compilers), 2003, 2003 United Nations List of Protected Areas. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK and UNEP-WCMC, Cambridge, UK.

Descola P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, NFR Gallimard.

Finger-Strich A.S. et Ghimire K.B., 1997, Travail, culture et nature – Le développement local dans le contexte des parcs nationaux et naturels régionaux de France, UNRISD, Éd. L’Harmattan, Paris et Montréal.

Gagnon C. et Gagnon S. (dir.), 2006, L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce. De la conservation au développement viable des territoires. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Glacken Cl. J., 1970, Man versus Nature, inNash R. (dir.), [1972] 1979, Environment and Americans, the problem of priorities, Huntington, New York: Robert E. Krieger Publishing Company, p. 79-83.

Greffe X., 2002, Le développement local, Paris, Editions de l’Aube-DATAR.

Greffe X., 2005, The instruments of good governance, in OECD Local Governance and Drives of Growth, Paris, OECD.

Hvenegaard Gl.T., Dearden Ph., 1998, Ecotourism versus tourism in a Thai National Park, Annals of Tourism Research, vol. 25, n° 3, p. 700-720.

Larrère C. et Larrère R., 1997, Du bon usage de la Nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier : Alto, 355 p.

Latour B., 2004, Politiques de la Nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, collection Sciences humaines et sociales.

Locke H. et Dearden P., 2005, Rethinking Protected Area Categories and the New Paradigm, Environmental Conservation (2001), 32(1), p. 1-10.

Reynard E. & Panizza M., 2005, Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie. Une introduction, Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2005, n° 3, p. 177- 180.

Rodary E., Castellanet C. et Rossi G. (dir.), 2003, Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ?, Paris, GRET – Khartala.

Southworth J., Nagendra H., Munroe D.K., 2006, Introduction to the special issue: Are parks working? Exploring human-environment tradeoffs in protected areas conservation, Applied Geography, Vol. 26, p. 87-95.

Haut de page

Notes

1  Nous ne reprendrons pas ici les débats épistémologiques concernant la notion de nature et son opposition théorique à la culture. Nous partons ainsi du postulat, toujours discutable, que la nature – que la notion serve à désigner des espaces sans signe apparent d’anthropisation ou des espaces très fortement transformés par l’homme – occupe encore une place prépondérante dans les milieux géographiques. Nous nous plaçons ici dans la continuité des réflexions portées par Paul Arnould, Eric Glon ou Laurent Simon (in Arnould et Glon, 2005).

2  Au 1er janvier 2007, la WDPA - World Database on Protected Areas indique un chiffre de plus de 108 000 aires protégées couvrant plus de 19,5 millions de km².

3  Précisions disponibles sur le site : http://maps.geog.umd.edu/WDPA_2005/WDPA_Info/French/DB_Definitions.html.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des parcs nationaux étudiés dans le numéro
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2992/img-1.png
Fichier image/png, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Héritier, « Les parcs nationaux entre conservation durable et développement local », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 171-175.

Référence électronique

Stéphane Héritier, « Les parcs nationaux entre conservation durable et développement local », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 06 juin 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2992

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page