Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’autre Zanzibar. Géographie d’une contre-insularité, sous la direction de Nathalie Bernardie-Tahir

Jacques Bethemont
p. 56
Référence(s) :

Bernardie-Tahir Nathalie (ss.dir.), 2008, L’autre Zanzibar, Géographie d’une contre-insularité, Paris, Karthala, 379 p.

Texte intégral

1Que Nathalie Bernadie-Tahir n’a-t-elle fait précéder le corps de l’ouvrage de deux fiches synthétiques résumant l’histoire et la géographie de l’archipel ! Faute de ces quelques pages liminaires, l’espace et le temps des lieux restent dans le vague en dépit de multiples redites qui, de l’une à l’autre des 21 contributions qui composent l’ouvrage, se recouvrent sans toujours se compléter.

2Une fois admis ce flou artistique, la lecture de « l’autre Zanzibar »  s’avère des plus stimulantes, au fil des quatre thèmes qui exposent la construction puis la déconstruction du mythe insulaire tout imprégné de la senteur des girofliers, la spécificité des lieux, l’aventure maritime passée et présente avec, au final, l’incontournable problème des identités insulaires. L’ouvrage se veut donc réaliste et répond à la nécessité de mettre fin à un mythe dont la simple évocation est difficilement supportable au vu des lieux dans leur état actuel, fait de misère et de violence. Pourtant, une fois accomplie cette œuvre de salubrité, la place subsiste sinon pour le mythe du moins pour le rêve. Un rêve qui repose moins sur l’évocation des écorces de cannelle et des clous de girofle toujours cultivés avec plus ou moins de bonheur dans l’archipel, que sur « Stone town », la ville de pierre édifiée par les navigateurs arabes, et qui fut un temps (de 1861 à 1890) la capitale d’un État partagé entre la côte africaine et Oman.

3Bien qu’il ait été intégré de 1890 à 1963 dans l’Empire britannique, cet État a en quelque sorte  survécu au plan économique grâce au va-et-vient des boutres, minutieusement analysé par Abdul Sheriff qui a pu recueillir les souvenirs des derniers navigateurs, actifs jusque à la fin des années cinquante, alors qu’ils transportaient du bois et des migrants misérables et non plus ces cargaisons d’épices et d’esclaves qui avaient fait leurs fortunes. Ces capitaines qui, outre leur savoir-faire maritime et leurs relations commerciales, avaient femme et maison dans chacun de leurs ports aux attaches multiples, sont à l’origine d’une diaspora qui, partie de Zanzibar ou de Mascate, s’est implantée dans les Seychelles, les Comores, l’Ile Maurice et Madagascar : un peuple de la mer.

4Certes, tout cela n’est pas sans évoquer les aventures de Sindbad le marin. Mais il y avait aussi et surtout le commerce des esclaves, une agriculture besogneuse, des épisodes de disette, une population qui comptait moins d’hommes libres que d’esclaves. Des esclaves acheminés depuis les hautes terres de l’Afrique et revendus dans les pays du Golfe, de sorte que les rêves d’aventures marines achoppent sur une réalité sordide qui est à l’origine de la situation actuelle. Devenu un Etat libre en 1963, Zanzibar constitue depuis 1964 l’une des composantes de la jeune Tanzanie. Ce transfert s’est accompagné de sévices infligés à la population d’origine arabe, par une majorité d’immigrants noirs venus du continent. Cette violence ou transparaît la revanche d’une population longtemps humiliée, s’est accompagnée de multiples remises en cause affectant aussi bien le territoire cultivé que l’habitat traditionnel aujourd’hui submergé entre quelques immeubles d’inspiration socialiste et un habitat spontané dont on peut regretter qu’il n’ait pas fait l’objet d’une analyse à la fois morphologique et sociale plus fouillée dans cet ouvrage. Si la nouvelle donne politique a suscité une forte vague d’émigration tant vers Oman et les Comores que vers les pays du Moyen-Orient, l’Amérique du Nord et la Grande-Bretagne, l’archipel n’en demeure pas moins ce que Nathalie Bernadie-Tahir appelle une construction métisse où se mêlent les influences arabes, indiennes et africaines, qu’il s’agisse de la vie quotidienne ou des composantes spirituelles. Il s’y ajoute une teinture d’occidentalisation confortée par la mise en œuvre d’une politique d’ouverture au tourisme qui renvoie, comme il se doit, au mythe de l’archipel aux épices.

  • 1  Anna CODACCIONI-MEISTERHEIM, 1991, « Approche comparative des îles : indices et banques de données (...)

5Mais que reste-t-il du mythe, les publicités touristiques mises à part ? Dans sa conclusion, Nathalie Bernadie-Tahir soutient que le métissage zanzibarite est à l’image de bien d’autres îles dont l’immense majorité «  est reliée au reste du monde par des liaisons maritimes, aériennes, téléphoniques et électroniques, ainsi que par le truchement d’activités internationales comme le commerce, la finance ou le tourisme mondialisés. Dans ces conditions, comment continuer à considérer ces petites îles comme des lieux hors du monde et du temps, éloignés des tribulations et trépidations planétaires, coquilles marines d’où jailliraient le fantastique et le merveilleux comme d’une boîte de prestidigitateur ? »(p.272). Belle formule, mais qui n’imposait nullement un concept de contre-insularité, comme si ne suffisaient pas les subtilités introduites par Anna Codaccioni-Meisterheim entre insularité, insularisme et iléité1. Mieux vaut réfléchir sur cette idée selon laquelle « Microcosme, l’île est une miniature du monde ; elle en devient parallèlement une métaphore, à mesure qu’à son tour celui-ci s’insularise » (p.273).

  • 2  BERNADIE N. & TAGLIONI F.,ss. dir., 2005 : Les dynamiques contemporaines des petits espaces insula (...)

6Voilà certes une belle conclusion. Est-il pour autant possible d’y souscrire ? Puisqu’il s’agit d’îles supposées maintenant interchangeables ou peu s’en faut, je renvoie Nathalie Bernadie-Tahir à un ouvrage édité en 2005 par ses soins2. Il y était entre autres question de deux îles proches et ayant longtemps partagé le même destin, La Réunion et l’Ile Maurice : il est difficile de concevoir deux évolutions à ce point divergentes, entre une île murée dans son statut français alors que l’autre s’est ouverte avec bonheur aux quatre horizons marins. Cette seule référence suffit pour qu’il soit difficile de souscrire à l’aimable concept d’un monde-île. Ceci dit, une analyse ramenée au seul cas de Zanzibar ne peut que conclure sur une note positive : il était difficile de maintenir un juste équilibre entre le mythe des épices, les boutres du rêve et les misères de l’état actuel ; cet ouvrage y a pleinement réussi.

Haut de page

Notes

1  Anna CODACCIONI-MEISTERHEIM, 1991, « Approche comparative des îles : indices et banques de données », in Territoires et sociétés insulaires. Colloque international de Brest 1989, Paris, ministère de l'Environnement, pp. 95-99

2  BERNADIE N. & TAGLIONI F.,ss. dir., 2005 : Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires, Paris, Karthala. Voir le compte-rendu par J. Bethemont dans Géocarrefour, 80/3

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « L’autre Zanzibar. Géographie d’une contre-insularité, sous la direction de Nathalie Bernardie-Tahir », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 56.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « L’autre Zanzibar. Géographie d’une contre-insularité, sous la direction de Nathalie Bernardie-Tahir », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 16 mai 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2952

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page