Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Lacoste Y., 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie

Paris, Armand Colin, 413 p.
Jacques Bethemont

Texte intégral

1Nous savons depuis Bayle que les dictionnaires ne sont jamais neutres. Les dictionnaires de géographie ne font pas exception et leurs choix sont toujours ceux d’une époque, d’une école ou d’un engagement. Celui de Pierre George, récemment mis à jour par Fernand Verger faisait et fait encore la part belle à la géographie physique. Par réaction, celui des Éditions Reclus compte plus de rubriques relevant des sciences sociales que des sciences de la nature. Celui de Jacques Lévy et Michel Lussault s’est enrichi de rubriques bibliographiques et fait une large place aux biographies et aux concepts de la discipline. Récemment paru, le dictionnaire d’Yves Lacoste enrichit le corpus géographique mais se démarque de ses prédécesseurs même si – et de tels recoupements sont inéluctables – ce sont souvent les mêmes termes, les mêmes entrées que l’on retrouve chez l’un comme chez les autres.

2L’équilibre même de l’ouvrage ne laisse pas d’étonner et d’innover puisque, comme l’indique son titre, le spectre des entrées va d’un extrême à l’autre, de la morphologie dure - le knick et le pack - aux représentations picturales des paysages, sans pour autant reprendre la lettre sinon l’esprit du Dictionnaire de géopolitique qui avait fait sensation en 1993. Aussi bien est-il précisé d’entrée de jeu que "paysages et enjeux politiques ne sont pas sans rapport et forment en quelque sorte, deux façades différentes de ce que l’on pourrait appeler le continent géographique". A partir de cette proposition liminaire, le dictionnaire de Lacoste s’inscrit non pas dans la logique d’une géographie régionale, générale, physique ou humaine, mais dans celle d’une géographie que l’on peut qualifier de globale. Dans un article copieux consacré au mot géographie, l’auteur dénonce d’ailleurs "le danger de dissocier géographie physique et géographie humaine car… la raison d’être de cette science n’est pas une sorte de savoir encyclopédique résumant les connaissances établies par les autres sciences, mais surtout l’analyse de l’enchevêtrement spatial des phénomènes que chacune d’elles envisage séparément".

3Le programme ainsi formulé en fonction de l’unité de la géographie est si vaste qu’un tel parti est difficile à tenir et, de prime abord, l’usager sera peut-être surpris par la succession selon l’ordre alphabétique de noms communs, de termes techniques, de concepts (développement, mondialisation) de définitions (dix pages sont consacrées à la géographie et à ses diverses acceptions depuis la géomatique jusqu’à la géographie scolaire en passant comme il se doit par la géopolitique), de noms propres et d’entités spatiales peu nombreuses mais bien choisies.

4Il va de soi que, comme tout dictionnaire, celui-ci constitue par définition un ensemble hétéroclite, ce qui nuirait à la perception de l’unité proclamée de la géographie n’était le recours à trois choix méthodologiques. Au niveau le plus simple, de nombreux renvois d’un article à l’autre permettent de saisir les correspondances et les combinatoires existant entre les divers registres de la discipline. De façon plus subtile, nombre des ces renvois permettent d’établir la distinction entre tel ensemble et les sous-ensembles qui le composent, par exemple entre forêt terme générique, forêt tropicale (ensemble de première grandeur), forêts brésilienne ou congolaise (sous-ensembles) et finalement arbre et fût… ou encore Asie décomposée en Asie centrale, Asie des moussons, Moyen-Orient, etc. Enfin, le besoin d’une approche plus rigoureuse passe par la définition d’ordres de grandeur selon des catégories scalaires assez proches de celles qu’ont proposé J. Demangeot ou J. Tricart : le premier ordre correspond à un continent ou un océan, le second à la Méditerranée par rapport à l’Atlantique et le huitième et dernier à un atoll. Le recoupement de ces trois guides de lecture restitue au final, l’unité du métasystème géographique.

5Au-delà des problèmes de méthodologie, la lecture, que ce soit au hasard des pages tournées ou selon la logique des renvois, permet de dégager une vue d’ensemble ou pour mieux dire une Weltanschauung qui met en évidence les lignes de force et les constantes d’une conception de la géographie qui n’a cessé de s’affirmer et de s’affiner depuis la publication de la Géographie du sous-développement.

6Dans cet esprit, la prise en compte des phénomènes naturels ne constitue pas une innovation puisqu’elle était déjà présente dans l’étude des digues vietnamiennes ou des vallées voltaïques. Mais elle vise dans ce dictionnaire à une exhaustivité parfois superfétatoire (les Piedmonttreppen ou le koum ne retiendront sans doute pas l’attention du lecteur) mais le plus souvent utile dans la mesure où la plupart des articles établissent le lien entre nature et société : par exemple le mot fleuve combine le registre hydrologique et le problème des frontières ; le mot désert inclut outre la définition du milieu, le dilemme sédentarité/nomadisme et le problème démographique. Inversement, le mot hydraulique ajoute à la notion de potentiel et à l’énoncé des utilisations de ce potentiel, une réflexion sur les contingences de l’hydraulicité et sur l’impact des grands barrages.

7La constante la plus forte de l’ouvrage n’en reste pas moins l’attention portée aux grandes aires culturelles à leurs fronts et leurs intersections, aux inégalités dans la répartition des hommes et des ressources, aux mouvements sociaux et politiques allant des irrédentismes aux problèmes des minorités. Il s’y a joute une attention toujours en éveil aux problèmes d’actualité qu’il s’agisse à des échelles différentes, de la mondialisation, du tourisme ou des marées noires. On retrouve là l’esprit d’Hérodote, fait d’engagement et de rigueur intellectuelle. Il s’y ajoute pour le bonheur du lecteur, une grande simplicité dans la formulation des concepts les plus abstraits. De A comme Abandon à Z comme Zoulou, ce dictionnaire toujours rigoureux, d’une lecture toujours aisée et parfois jubilatoire, peut être utilisé aussi bien par des géographes chevronnés que par des étudiants du premier cycle ou de simples curieux. Loin des pesanteurs qui alourdissent trop souvent le langage des géographes, il est donc appelé à élargir l’audience de la géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Lacoste Y., 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de la géographie », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/2 | 2003, mis en ligne le 07 juin 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/294

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page