Navigation – Plan du site
Nécrologie

Nécrologie : François Tomas (1939 – 2003)

Texte intégral

"Où que votre vie finisse, elle y est toute. L'utilité du vivre n'est pas en l'espace, elle est en l'usage..."
Montaigne, Les Essais, livre I, chap 20

1Dans la nuit du 19 au 20 octobre 2003 François Tomas nous a quittés. Il ne pouvait disparaître qu'en plein travail. S'il avait pris du recul avec ses fonctions administratives au printemps dernier, il était présent lors de la rentrée de septembre et retrouvait la charge de Directeur de la Faculté des Lettres et Sciences humaines qu'il assurait depuis 2000 et qu'il avait délaissée pour quelques mois.

2Que, quelques jours avant ce 20 octobre, il ait renoncé à accompagner un groupe d'étudiants en Italie était pour ceux qui connaissaient son dynamisme et sa capacité de travail un signal quelque peu alarmant. J'ai toujours pensé que le contact étroit, quotidien, attentif, avec les étudiants lui était une respiration indispensable. Chercheur reconnu, intellectuel respecté, homme engagé dans la vie de la Cité, certes, mais avant tout pédagogue.

3Qu'on me permette un souvenir. Nous nous connaissions déjà, au milieu des années 1960, puisque dans la mouvance de Maurice Le Lannou. Je le revois devant la salle où nous nous apprêtions à passer la première épreuve du concours d'agrégation, en 1967. Il nous expliquait, avec la conviction et le parfait sang-froid qui le caractérisaient, la façon dont il avait travaillé le programme avec ses étudiants car il était depuis 1966 Assistant à Lyon et détaché au Collège universitaire de Saint-Etienne. Au passage j'ajoute qu'il sut franchir avec brio les diverses épreuves du concours qu'il termina au premier rang. Dès l'année suivante j'ai sillonné la plaine forézienne en sa compagnie et tout particulièrement les parages de la Bâtie d'Urfé, le terrain de son remarquable Diplôme d'études supérieures ; il venait en 2003 de le retrouver puisqu'une de ses dernières publications (colloque Les Urfé en Forez) est consacrée aux paysages du Forez à l'époque moderne.

Entre temps une vie remplie, bien remplie

4Fils de réfugiés catalans, arrivé en France à l'âge de quelques mois, il a eu pour son pays d'accueil une reconnaissance profonde dont témoignait sa passion peu commune pour la langue et la culture de notre pays. Et s'il était revenu progressivement à ses racines ibériques et à la culture hispanique c'était pour entrecroiser et fertiliser ses deux domaines d'élection ; la liste des publications de ces dix dernières années en témoigne ainsi que les fonctions qu'il a exercées en Amérique latine. Son parcours intellectuel, que je voudrais d'abord résumer bien qu'il ne soit guère dissociable de sa carrière, dénote une curiosité vive et dénuée d'a priori.

5La thèse de 3e cycle Le relief et les sols de la plaine du Forez (1969, publiée en 1971), plus que l'exercice obligé du parcours professoral, était l'initiation à la cartographie géomorphologique d'un des premiers groupes d'étudiants stéphanois arrivant à la Licence. Plusieurs de ceux qui participèrent aux stages combien conviviaux de cette époque sont maintenant les lecteurs de cette notice... Lui succèda la thèse d'État, Annaba et sa région (1974, publiée en 1977), qui s'inscrivait dans la tradition des thèses sur les structures régionales. Mais François Tomas abandonna vite la réflexion analytique et la méthode déductive pour se placer dans une perspective historique lui permettant de mettre en relation les étapes de la transformation de l'espace avec celles de la vie politique et économique. Son diagnostic était sévère : Annaba et sa région, un espace colonial sous-développé, certainement typique, mais surtout dont les disparités spatiales héritées ont été accentuées au cours des dix premières années de l'indépendance malgré la volonté des planificateurs algériens.

6Cette réflexion critique sur les modèles d'organisation régionale se poursuivit par divers articles et communications mais aussi par sa participation à l'Atlas régional de Rhône-Alpes puis la création d'un atelier de cartographie dont un des premiers travaux fut l'Atlas de Saint-Etienne et sa région mettant en valeur la semi autonomie stéphanoise à l'ouest de Rhône-Alpes.

7Vient alors une inflexion majeure lorsque François Tomas, revenant à son DES, se consacre à une réflexion sur les paysages avec une dizaine de textes et la publication de Les paysages de la plaine du Forez en 1984. Sa familiarité avec la culture hispanique lui ouvre Ortega y Gasset et la conception d'une approche plurielle et relativiste de la réalité, le perspectivisme. Le paysage correspondrait à la représentation que se fait d'un territoire un observateur particulier, et par extension, un groupe social. Cela lui permettra de développer divers thèmes dont celui, essentiel, de l'autonomie du paysage par rapport aux conditions de son élaboration, tant dans sa globalité que dans chacun des éléments qui le composent. Une hypothèse de travail qui va d'ailleurs soutenir pendant plus de vingt ans toutes ses recherches ultérieures notamment dans le domaine des études urbaines.

8Car entre-temps l'expérience politique - adjoint au maire chargé de l'urbanisme de 1977 à 1983 ; conseiller municipal jusqu'en 1989 ; conseiller général de 1979 à 1985 - l'incite à s'engager dans une réflexion sur la production de la ville. A l'urbanisme fonctionnel, en passe d'effondrement au milieu des années 1970, se substitue la notion de projet urbain. Comme il s'agit maintenant de revitaliser les espaces urbains, et non d'en déterminer ou d'en modifier le contenu social, il devient nécessaire de connaître comment ils ont été mis en place, comment ils ont évolué. D'une part l'adjoint à l'urbanisme lance des opérations de réhabilitation, d'autre part l'universitaire engage des recherches à partir de deux approches croisées, la production des formes urbaines (F. Tomas enseigne à l'Ecole d'architecture qu'il a contribué à fonder en 1971), les stratégies socio-spatiales. Ne pas dissocier l'étude des formes de celle des stratégies des acteurs sociaux devient sa règle.

9François Tomas commence d'explorer un nouveau domaine en insistant sur le fait que l'espace est diversifié objectivement, dans la mesure où il est diversement occupé, et subjectivement puisque la perception explicite ou non qu'en ont les acteurs sociaux n'est pas identique, tout en ne cessant pas de varier dans le temps. Une démarche dont il s'efforça de contenir le danger d'une dérive vers le bricolage idéologique en se souvenant de la formule de Levi-Strauss "dans cette vaste soupe empirique" qu'est le monde, c'est "le désordre qui règne" avec simplement "çà et là... des îlots d'organisation". F Tomas se méfiait autant du scepticisme élégant (Ortega y Gasset) que de l'utopie dogmatique (le matérialisme historique). Si j'évoque ainsi les louvoiements de sa pensée c'est qu'il n'hésitait jamais à faire lire ses essais, à solliciter une critique, à réunir informellement quelques chercheurs pour relancer le débat comme au début des années 1990 où nous nous réunissions régulièrement après quelque lecture d'A. Reynaud (Le concept de classe socio-spatiale) et surtout de G. Di Méo (L'homme, la société, l'espace) ou de bien d'autres encore. Sa bibliographie montre d'ailleurs l'importance des textes écrits en collaboration. Mais ceux qui l'ont pratiqué savent que, toujours tourné vers l'avenir, il tranchait très vite et sans appel, ne revenait pas sur ses choix ; il n'était pas de ces peintres qui abusent du repentir.

10En toute lucidité comme en témoignent ses dernières lignes : "Après avoir constaté que le nouvel élu que j'étais en 1977 apportait des solutions à des problèmes qui avaient déjà changé de nature, il y a longtemps que je ne crois plus aux certitudes absolues. Il ne faut voir dans cette remarque aucun signe de scepticisme ou d'empirisme... (je suis convaincu) que si le chercheur doit avoir, comme tout citoyen, ses convictions, il est souhaitable que ce soit avec tolérance et sans dogmatisme" (Les temporalités des villes, octobre 2003).

11J'ai fait allusion à ses engagements dans la vie politique, je ne retiendrai de ses fonctions administratives et pédagogiques que l'essentiel tant elles furent nombreuses. Il a fait partie de l'équipe qui a développé l'enseignement supérieur universitaire dans une ville ouvrière qui en était jusque là dépourvue et c'est naturellement qu'il est devenu Président de l'université entre 1974 et 1979. Auparavant il avait oeuvré activement à la fondation du Centre d'études foréziennes (1967) qu'il dirigea avec une seule et brève interruption. Le CEF a fusionné en 2001 avec le CIER Etudes régionales, qu'il avait également co-fondé en 1970, pour donner naissance à un Institut des études régionales et des patrimoines dans lequel il venait de s'investir pleinement.

12Professeur depuis 1976, Président de la Commission de spécialistes de géographie et d'urbanisme depuis 1995, Directeur de l'Ecole d'architecture de Saint-Étienne de 1996 à 1999, il est nommé par le Ministère de la culture au CSA, Conseil supérieur de l’architecture, (1996-1999), et au CSSEA, Conseil scientifique supérieur de l’architecture depuis l’an 2000.

13Il avait rejoint le groupe de recherche sur l'Amérique latine, UMR 9959 à Toulouse de 1992 à 2002. En octobre 1989, ayant été détaché auprès du Ministère des affaires étrangères, il exerce les fonctions d'attaché culturel à Mexico et de directeur de l'Institut français d'Amérique latine (IFAL). Plusieurs universités étrangères l'avaient coopté (Valladolid), invité (Barcelone, Cracovie, Brasilia, Toluca, Mexico etc.) ou associé à leurs équipes de recherches. Il siégeait au comité de rédaction de quelques revues étrangères (Valladolid, Mexico, Venezuela) et évidemment à Toulouse (ORLA). Mais sa plus longue et fructueuse collaboration rédactionnelle fut celle qu'il entretenait avec la Revue de géographie de Lyon devenue Géocarrefour.

14La multiplicité de ses centres d'intérêt ne l'a cependant jamais empêché d'être attentif et à l'écoute bienveillante de tous ceux qui s'adressaient à lui et qu'il savait, au besoin, discrètement aider. C'est un ami plus qu'un collègue que nous regrettons.

Haut de page

Annexe

Publications de François TOMAS (depuis 1993)
1993

1) En collab. avec Bonilla M. et Vallat D., L'immeuble collectif des années cinquante, Saint-Étienne, CEF/ EASE, 166 p.

2) En collab. París-México. La primera modernidad arquitectónica, Mexico, UAM-X, IFAL/CAM, 92 p.

3) En collab. avec Lopez Rangel R. (coord.), La ciudad y su diseño, Mexico, UAM-A/IFAL, 146 p.

1994

1) En collab. avec Bonilla M. et Vallat D., Saint-Etienne au XIXe s. L'immeuble, la rue, la ville, Saint-Étienne, C.E.F/EASE, 212 p..

2) La ville et les stratégies socio-spatiales, in "Séminaires de l'URA 260 (CNRS) sur l'espace et les stratégies socio-spatiales", Lyon, p. 30-62. Une version modifiée a été publiée en espagnol dans la Revista Mexicana de Sociología, Mexico, IIS/UNAM, n° 4, p. 209-228, sous le titre "La ciudad y las estrategias socio-espaciales".

3) Évolutions récentes de la société et de l'espace mexicains, Caravelle, n° 62, Toulouse, p.303-313.

4) L'habitat populaire irrégulier dans les périphéries urbaines d'Amérique Latine, Problèmes d'Amérique Latine, Paris, La Documentation Française, n° 14, p. 249-268.

5) En collab. avec Revel-Mouroz J., Villes intermédiaires, vitalité économique et acteurs sociaux, Problèmes d'Amérique Latine, Paris, La Documentation Française, n° 14, p.127-140.

6) Enjeux paysagers en centre-ville à Mexico, Alfil, n° 14, Mexico, p. 21-26.

7) Du paysage aux paysages : pour une autre approche paysagère, Revue de Géographie de Lyon, n° 4, p. 277-286.

8) En collab.avec Hiernaux D. (compiladores), Cambios económicos y periferia de las grandes ciudades. El caso de la ciudad de México, Mexico, UAM-A/IFAL, 156 p.

1995

1) Mexico : tous propriétaires !, Annales de la Recherche urbaine, n° 66, p. 72-79.

2) La irregularidad en el desarrollo urbano de América Latina, Revista Mexicana de Sociología, Mexico, IIS/UNAM, n° 1, p. 27-34.

3) Participation à la réalisation du dossier de L'Ordinaire Latino-américain (ORLA) : Mexico dix ans après, juin, n° 156, 87p.

4) Los Mexicos de Mexico, Alfil, Mexico, IFAL, p. 83-86

5) Saint-Étienne à la Belle Epoque, in Collectif Les Lamaizière à Saint-Étienne, Saint-Étienne, CEF/EASE/Archives d'Architecture et d'Urbanisme, p. 26-45.

6) En collab. avec Bonilla M. et Blanc J.-N., A l'origine des grands ensembles de logements sociaux, rapport de recherche, BERA, MELT, 336 p.

7) Du projet urbain au projet de ville, Annales de la Recherche Urbaine, n° 68-69, p. 135-143.

1996

1) Architecture, nature et paysage, in Architecture et nature, actes du Ve colloque franco-brésilien de La Tourette, Lyon, PUL, p. 81-96.

2) Projets urbains et projets de ville sont-ils incompatibles ?, in CESURB, Villes en projet(s), actes du colloque de Talence, Bordeaux, Édit. de la MSHA, p. 47-60.

3) Coordination d'un numéro spécial de Trace, CEMCA, Mexico, consacré aux Périphéries urbaines, avec deux articles sur "Les périphéries urbaines au Mexique et en France", p. 3-11, et "Los grandes conjuntos habitacionales en Francia", p. 60-67.

4) Del proyecto urbano al proyecto de ciudad, Anuario de Estudios Urbanos, México, UAM-Azcapotzalco, n° 3, p. 111-128.

5) Architecture et forme urbaine (de quelques principes pour une muséographie), in Lambert P., Doré G., de Cointet E., L'architecture : collection recherches programmes, Lyon, Éd. du Programme Rhône-Alpes de Recherches en Sciences Humaines, p. 99-112.

6) La forme dans la différenciation des ZAC, Les Annales de la Recherche urbaine, n° 73, déc., p. 129-130.

1997

1) Vous avez dit rupture ?, Ulysse, mars-avril, p. 40-43.

2) Mexico, ville métisse, Ulysse, mars-avril, p. 44-47.

3) Quel avenir pour quelles villes moyennes ?, in Commerçon N. (coord.), Villes moyennes. Espace, société, patrimoine, actes du colloque de Mâcon (janvier 1995), Lyon, PUL, p. 475-479.

4) avec Azuela A. (coord.), El acceso de los pobres al suelo urbano, Mexico, UNAM/CEMCA, 321 p., avec une introduction et deux textes : "Los predios irregulares en las periferias urbanas de América Latina", p. 17-44 et "Un nuevo modelo de regularización en la ciudad de México", p. 233-242.

5) Regiones y globalización, in Santana R., Sánchez J. (coord.) Crecimiento económico y construcción de una región : la región de Los Lagos, Osorno (Chile), Ed. Universidad de los Lagos, p. 303-310.

6) Tomas F. (coord.) Les villes moyennes en Amérique Latine, Toulouse, IPEALT, Ateliers de Caravelle, 126 p, avec une introduction et un texte sur "Villes moyennes, modernisation et globalisation au Mexique", p. 23-34.

7) Les étangs de la plaine du Forez, Azimut, n°12, Saint-Étienne, Ecole des Beaux-Arts, p. 4-8.

8) Les villes dans les régions arides et semi-arides, in Luzón J.-L. et Linck T. (coord), Regadío y desarrollo en las regiones semiáridas latinoamericanas, U. de Barcelona, p. 11-14.

9) Tomas F., (coord.) Une nouvelle culture de l'aménagement des villes, Géocarrefour, n° 2, avec une introduction et un article : "Produire de la ville en périphérie urbaine : le cas du SICOVAL", p. 143-151.

10) La création de la ZUP de Montreynaud (1965-1977) ", 2e partie du programme de recherche sur : Les grands ensembles d'habitation et leur réhabilitation, BRA, DAPA, Ministère de la Culture, sept., p. 61-87.

11) Le paysage forézien dans l'histoire des paysages européens depuis la fin du XVIIIe s.", in Festival d’histoire de Montbrison, Évolution et représentation du paysage de 1750 à nos jours, Ville de Montbrison, p. 483-494.

1998

1) Después del funcionalismo ¿qué ? Hacia una nueva cultura urbana, in Tamayo Flores S. (coord.), Sistemas urbanos, actores sociales y ciudadanías, Mexico, UAM-A, p. 29-58.

2) Economie, culture et projet urbain (le quartier de Tepito à Mexico), in Association d’Économie Financière, Exclusion et liens financiers, Paris, Caisse des dépôts et consignations, p. 139-147.

3) Quelle nature pour quelle ville ?, in Mercier G. et Bethemont J. (coord.) La ville en quête de nature, Québec, Septentrion/Centre J. Cartier, p. 91-98.

3) Vers une nouvelle culture de l'aménagement des villes, in Toussaint J.-Y. et Zimmermann M. (dir.), Projet urbain, ménager les gens, aménager la  ville, Bruxelles, Mardaga, p. 15-34.

4) La relación centro-periferia en la producción del espacio urbano contemporáneo, Anuario de espacios urbanos, México, UAM-A, p. 77-98.

5) Inventer son patrimoine : le cas de Saint-Etienne, Actas del collquio sobre Le patrimoine moderne en Rhône-Alpes, La Tourette, Centre Thomas More.

1999

1) Tomas F. (coord.), Mexico : un an de gestion de Cuauhtémoc     Cárdenas (1997-1998), Toulouse, IPEALT, ORLA, n° 176, avril-juin, 72 p. avec une introduction et un texte : "Un an de gestion de Cuauhtémoc Cárdenas à Mexico", p. 3-40.

2) Tomas F. (coord.), Villes d’Amérique Latine : plus grandes que leurs problèmes ?, Géocarrefour, n° 4, avec une introduction, p. 283-290.

3) Avec la collaboration de Terrazas O., "Mexico : une ville plus humaine pour cette fin de siècle", Géocarrefour, n° 4, p. 341-354.

4) La ZUP de Montreynaud d'une réhabilitation à l'autre (1977-1999), 3e partie du programme de recherche sur : Les grands ensembles..., BRA, DAPA, Ministère de la Culture, 30 p.

5) Projekt Miejski (pojecye, intencje) a planowanie urbanistyczne we Francji, in Heczko-Hylowa E. (coord.), Planowanie Urbanistyczne We Francji i w Polsce, Krakow, Politechnika Krakowska, p. 39-44.

2000

1) Mathieu D. y Tomas F. (coord.), Ciudad de México : segundo año de gestión de C. Cárdenas/R. Robles, 2do coloquio del Observatorio de la transión en le Distrito Federa (feb.), Toulouse, IPEALT, ORLA n° 180, avril-juin, 101 p. avec un texte : "La deuxième année de gestion de C. Cárdenas : un accélérateur du processus de démocratisation", p. 5-14.

2) Le renouvellement des espaces publics : les conditions de la réussite, conférence à l’Agence d’Urbanisme et à la Chambre de Commerce de Bordeaux, 4 mai 2000, publication in Débats sur la ville 3, Bordeaux, Confluence, sept., p. 65-82.

3) Tomas F. (coord.), Centros históricos de América Latina, Toulouse, IPEALT, ORLA, n° 181, sept., 80 p. et n° 182, déc., 94 p. Deux introductions et un texte dans le n° 181 : "Centros históricos de América Latina : emergencia de una nueva política urbana", p. 9-22.

4) La arquitectura, mutaciones de un concepto, Anuario de Estudios de Arquitectura, Mexico, UAM-A, p. 11-18.

5) Los espacios urbanos históricos en el sistema de espacios libres de la ciudad . El caso de Lyón, in Iglesias G. J. M., Cursos sobre el patrimonio histórico, Santander, Universidad de Cantabria, p. 433-441.

2001

1) Tomas F. y Mathieu D. (coord.), México : tres años de gestión del PRD, Toulouse, IPEALT, ORLA n° 185, déc., 102 p., avec une introduction, p. 3-10, et un texte : "Balance de tres años de gestión perredista en la ciudad de México : o que se esperaba y lo otro", p. 43-52.

2) L’espace public : un concept moribond ou en expansion, Géocarrefour, n° 1, p. 74-84.

3) Tomas F. (coord.), L’espace public, Géocarrefour, n° 1, avec une introduction, p. 3-4.

4) Después del funcionalismo ¿ qué ? Hacia una nueva cultura urbana, in Castrillo R.-M. (coord.), Ciudad territorio y patrimonio, Valladolid, Instituo de Urbanistica, p. 53-86.

2002

1) Jean-Michel Dalgabio : un destin entre deux mondes, in Jean-Michel Dalgabio Album du voyage en Orient. 1843, Lyon, Bachès/PUSE, p. 11-26.

2) Tomas F. (coord.), Espace public, architecture et urbanité de part et d’autre de l’Atlantique, Saint-Étienne, PUSE, 270 p., avec une introduction (p. 7-12) et un texte : "L’espace public : un enjeu pour la ville", p. 13-24.

2003

1) Les contradictions du développement local irrégulier : les cas de Tepito (Mexico) et de la ZUP de Montreynaud (Saint-Étienne), coloquio de Barcelona (junio de 1999), 8 p.

2) La cité jardin d’Hipodromo : un moment de l’influence française au Mexique, 10 p., colloque de Bordeaux (mars 1999).

3) Peut-on parler de transition vers la démocratie à propos du Mexique et de Mexico ?, colloque sur La transition en Amérique latine en hommage à Pierre Vayssière, GRAL, Toulouse, déc. 1999, 9 p., IPEALT, Ateliers de Caravelle.

4) Los espacios públicos en la Ciudad de México de un siglo a otro, Conferencia internacional Ciudad de México : los últimos cien años y los próximos cien años. Actas publicadas par la UAM-A, 10 p.

5) Nuevas políticas para los centros históricos de América Latina, VI Congreso de Geografía de América Latina, Valladolid (España), septiembre de 2001, 9 p.

6) Avec la collaboration de Blanc J.-P., L’espace public, Lyon, CERTU, 180 p.

7) Historia de la ciudad de México e historia de México : problemas de periodización, conferencia magistral en el coloquio internacional : La ciudad de México. Historia y prospectiva (noviembre de 2001). Texte publicado por el Instituto Mora de Mexico, 30 p.

8) Estrategias socioespaciales y construcción/destrucción de la identidad barrial : apuntes a partir del caso de Tepito (ciudad de México), in Tamayo S. et Wildner C. (coord.), Identidad, identidades, UAM-A.

9) Les temporalités des villes, IERP, 180 p.

10) Les villes moyennes en France d’une époque à l’autre, in École d’Architecture de Saint-Étienne, Villes moyennes en mouvement : 10 projets pour Chalon-sur-Saône, Lyon, CERTU, p. 19-35.

11) Tomas F., Blanc J.-N., Bonilla M., Les grands ensembles, Saint-Étienne, IERP, 200 p.

2004

Variations autour du patrimoine, Saint-Étienne, IERP, 300 p.

Publications en cours

1) Paysage et paysages du Forez à l’époque moderne, communication au colloque organisé en 2002 par l’IERP sur Les Urfé en Forez, 10 p.

2) Les temporalités du patrimoine et l'aménagement urbain, Géocarrefour, n° 2, 12 p.

3) Tomas F. (coord.), Patrimoine et aménagement urbain, Géocarrefour, n° 2, 96 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Nécrologie : François Tomas (1939 – 2003) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 78/2 | 2003, mis en ligne le 06 juin 2007, consulté le 24 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/292

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page