Navigation – Plan du site

Les tourbières de la Terre de Feu en Argentine : un patrimoine naturel très menacé

Fens and peat-bogs in Tierra del Fuego (Argentina): a natural heritage under major threats
Rodolfo J. Iturraspe et Adriana B. Urciuolo
p. 325-330

Résumés

Les tourbières de la partie argentine de la grande île de la Terre de Feu couvrent 2600 km2, une superficie qui représente 90% de l'ensemble des étendues tourbeuses du pays. Trois grands types ont été identifiés : les tourbières bombées à Sphagnum, les tourbières de couverture, les tourbières basses à cypéracées. Leur flore et les archives paléoécologiques conservées dans la tourbe confèrent à ces écosystèmes humides un intérêt patrimonial incontestable auquel s'ajoute leur importance dans le fonctionnement hydrologique des bassins versants et l'attrait qu'il représente pour les touristes du fait de leur originalité paysagère. L'emprise humaine sur les tourbières de la Terre de Feu est demeurée longtemps négligeable. Mais ces dernières années les menaces qui pèsent sur leur intégrité se sont multipliées : extraction de tourbe, développement urbain, construction d'infrastructures routières et maintien d’une forte pression des cheptels bovins et ovins. Ce sont les conséquences de l'activité extractrice qui sont les plus préoccupantes. En six ans, la quantité de tourbe extraite a été multipliée par quatre et l'absence de politique conservatoire laisse présager une croissance notable des quantités produites dans les années à venir. Il est urgent de réfléchir à une gestion plus rationnelle et durable de la ressource. Des adaptations de la législation sont nécessaires pour permettre la protection des sites les plus remarquables, d'une part et imposer la restauration des sites endommagés par l'extraction, d'autre part.

Haut de page

Texte intégral

1Les tourbières de la Terre de Feu1 se sont mises en place entre 15 000 et 10 000 BP, dans une région géomorphologiquement très marquée par la dernière glaciation quaternaire dans sa partie occidentale (Rabassa et al., 2000). L'avènement de conditions plus humides et plus douces a rendu possible la saturation en eau des sols dans certains fonds de vallées glaciaires ou fluviales, cirques ou ombilics, mais aussi à l'arrière de barrages morainiques (Coronato et al., 2002). Cependant la genèse des tourbières est également liée aux processus hydro-géomorphologiques post-glaciaires actifs au cours des 15 000 dernières années. Quant à l'expansion latérale et à la croissance verticale des accumulations tourbeuses, elles ont été placées sous la double contrainte de processus autogènes et des fluctuations climatiques postglaciaires qui se sont notamment traduites par une alternance de phases d'avancée et de phases de retrait des glaciers régionaux (Clapperton, 1993 ; Markgraf, 1983).

2A l'échelle de la Terre de Feu, les variations régionales des contextes climatiques et hydro-géomorphologiques sont toutefois suffisamment importantes pour introduire une certaine diversité dans la typologie des tourbières.

Les conditions bio-climatiques de la Terre de Feu

3La Terre de Feu s'étend sur environ 200 km du nord au sud et autant d'est en ouest. Elle est traversée à peu près en son milieu par le 54e parallèle sud et le méridien 68e ouest (fig. 1). Les altitudes maximales se placent au sud-ouest, sur le territoire chilien, où les plus hauts sommets dépassent les 2 400 m. Sur la grande île, en territoire argentin, les hautes surfaces culminent à seulement 1 000 m dans la région d'Ushuaïa.

4Le climat, de type océanique au sud-ouest, devient de plus en plus continental au fur et à mesure que l'on se dirige vers le nord-est. Les précipitations moyennes annuelles, assez bien réparties sur l'année pour toute la partie sud de la Terre de Feu, passent ainsi de 1 000 mm et plus dans les zones montagneuses qui bordent l'Océan Pacifique à moins de 400 mm dans la steppe patagonienne (fig. 1). Les flux d'ouest, principaux pourvoyeurs de pluies, sont en effet partiellement bloqués par les chaînons montagneux des Andes méridionales. Les températures moyennes annuelles sont généralement inférieures à 8°C : 5,5° C de moyenne à Ushuaïa en bord de mer par exemple avec 1° C en juillet et 9,5° C en janvier. Le vent fort, presque constant, est une autre caractéristique du climat de la Terre de Feu qui impose une contrainte majeure à la végétation. Celle-ci diffère en fonction de ces conditions climatiques (Lappalainen, 1996 ; Pisano, 1983) :

5- steppe patagonienne semi-aride à végétation buissonnante et herbeuse discontinue au nord-est ; c'est le secteur des tourbières basses à Juncus ;

6- forêt tempérée caducifoliée à Nothofagus (Nothofagus antarctica) dans la partie centrale ; dans cette zone les Sphagnum sont plus fréquents et de véritables tourbières bombées peuvent se développer, notamment au sud-est ;

7- forêt tempérée sempervirente à Nothofagus betuloides et Araucarias au sud-sud-ouest ; les tourbières bombées à Sphagnum magellanicum et Sphagnum fimbriatum y sont nombreuses ;

8- la toundra magellanique caractérise la zone subantarctique humide de l'extrémité sud-sud-ouest de la Terre de Feu ainsi que les archipels de l'Océan Pacifique ; c'est le domaine des tourbières minérotrophes.

Le développement des activités humaines

9L'emprise humaine des populations indigènes, Onas - indiens de la pampa - d'une part, Yaghans et Alakalufs - indiens des archipels - d'autre part (Emperaire, 2003), fut négligeable.

10Celle des navigateurs, chasseurs et bûcherons du XIXe s. un peu plus marquée mais sans conséquences irréversibles sur les milieux naturels (Pisano, ibid.).

11C'est au début du XXe s. que le développement de l'élevage extensif de moutons commença au nord de la Terre de Feu. Stimulée par la forte demande des marchés mondiaux, cette activité prit de l'ampleur tout au long de la première moitié du siècle. Le surpâturage affecta alors les zones tourbeuses fuégiennes et leurs communautés végétales qui en portent encore les stigmates. Par ailleurs, malgré un déclin important au cours de la seconde moitié du XXe s., de nombreux troupeaux parcourent encore la Terre de Feu et continuent à dégrader certains systèmes tourbeux.

12En 1949, l'ouverture de la route Rio Grande- Ushuaïa permit d'accéder plus facilement aux ressources naturelles de la Grande île, mais ce furent dans un premier temps principalement les forêts de Nothofagus qui firent l'objet d'une exploitation intensive. Au milieu des années 1970, parallèlement à la croissance urbaine, l'activité industrielle se développa en Terre de Feu après l'adoption en 1972 d'une loi de promotion de l'industrie. La première carrière de tourbe, la concession des frères Oyarzun, ouvrit en 1976 près d'Ushuaïa. Depuis, d'autres concessions de tourbe furent accordées, notamment dans la vallée d'Andorre, l'extension du réseau routier rendant plus accessibles les différents sites (fig. 1). La tourbe est destinée à l'exportation hors de la région car elle ne fut jamais utilisée pour le chauffage en Terre de Feu, le bois local d'abord, puis le gaz et le pétrole importés, lui étant toujours préférés.

Fig. 1: Croquis de localisation de la grande île de la terre de Feu (Argentine)

Fig. 1: Croquis de localisation de la grande île de la terre de Feu (Argentine)

Description rapide des tourbières de la Terre de Feu

13En couplant l'exploitation des images satellites et le travail sur le terrain on constate que 12 % de la partie argentine de la grande île de la Terre de Feu sont occupés par des zones tourbeuses. Ces 260 000 ha se répartissent comme indiqué sur la figure 2, document sur lequel on observe également que la concentration de tourbières est maximale dans la péninsule de Mitre, située dans la partie orientale de l'île.

Fig. 2: Répartition géographique des tourbières de la Terre de feu (Argentine)

1- Parc National de la Terre de Feu,

2- - Réserve provincial de Corazon de la isla,

3- Réserve provinciale des rivières Olivia et Lasifashaj

4- Réserve provinciale de Laguna Negra,

5- Réserve provinciale de Rio Valdes

6- On note que la plus grande partie des étendues tourbeuses est située hors des zones protégées.

14La plupart de ces tourbières étant situées dans des secteurs inhabités et très peu fréquentés par l'Homme, elles sont en parfait état et d'un grand intérêt biologique. Elles s'inscrivent par ailleurs dans un paysage d'une grande beauté associant montagnes, lacs, forêts, prairies et tourbières. La forêt en particulier, composée de Nothofagus pumilio, de Nothofagus betuloides et de Nothofagus antarctica, est d'une grande originalité (Collado 2001).

15Différents types de tourbières ont été identifiés :

16- les tourbières de montagnes sont localisées entre le lac Fagnano et le canal de Beagle (fig. 1). Il s'agit de tourbières hautes et de tourbières basses. Le principal système tourbeux occupe le fond d'une vallée à 200 m d'altitude. Les précipitations locales, de faibles intensités, atteignent 600-700 mm par an et sont bien réparties tout au long de l'année, ce qui génère une humidité atmosphérique quasi permanente. Ce contexte climatique est favorable au développement des tourbières bombées à Sphagnum magellanicum (photo 1).

Photo 1 : Tourbière à Sphagnum près de Monte Gallinero non de loin de la ville d’Ushuaïa que l’on voit au second plan de la photo.

Photo 1 : Tourbière à Sphagnum près de Monte Gallinero non de loin de la ville d’Ushuaïa que l’on voit au second plan de la photo.

17L'épaisseur de tourbe atteint fréquemment 10 m. Les sphaignes sont accompagnées de Marsippospermum grandiflorum, d'Empetrum rubrum et d'une grande variété de bryophytes. De nombreuses mares de taille variable, de forme allongée, ponctuent la surface de ces tourbières. Les tourbières basses minérotrophiques sont de petite taille mais couvrent tout de même 4 % de la superficie des bassins versants. Elles accueillent Carex curta et Carex magellanicum auxquels s'ajoutent Sphagnum magellanicum, Marsippospermum grandiflorum et Empetrum rubrum ;

18- les tourbières de transition occupent le centre de la grande île dans des zones où domine l'écotone forêt-steppe. Les précipitations, de l'ordre de 500 à 600 mm par an, décroissent vers le nord. Les tourbières basses à cypéracées sont ici très étendues. Les sphaignes couvrent 62 % de la surface des tourbières accompagnées de Carex curta, Carex gayana, Carex magellanicum et Alopecurus magellanicum (Roig et al., 2001 et 2004) ;

19- les tourbières du nord de l'île sont installées au cœur de la steppe à Festuca gracillima et Chilliotrichium difussum. Les précipitations, dans ce secteur, n'excèdent pas 350 mm alors que les vents d'ouest quasi permanents contribuent à maintenir une forte évapotranspiration, estimée à 287 mm dans le secteur de Rio Grande (Iturraspe et al., 2002). Aussi le développement des tourbières n'a-t-il été possible que dans les conditions topographiques et hydro-géomorphologiques les plus favorables. Roif (2000) a identifié Carex decidua, Carex gayana et Caltha sagittata comme les espèces dominantes ;

20- les tourbières de la partie orientale occupent les fonds des vallées des rivières Moat et Lopez. Aucune donnée de précipitations n'est disponible pour ce secteur mais la végétation d'Astelia pumilia, de Nothofagus betuloides et de Drimys winteri indique un climat plus humide qu'au sud, près d'Ushuaïa. L'abondance des tourbières de couverture va dans le même sens (photo 2).

Photo 2 : Tourbières de couverture de la Terre de Feu (Argentine). Les arbres apparaissent uniquement sur les versants bien drainés où sous forme de forêt gallerie le long des cours d’eau.

Photo 2 : Tourbières de couverture de la Terre de Feu (Argentine). Les arbres apparaissent uniquement sur les versants bien drainés où sous forme de forêt gallerie le long des cours d’eau.

L'exploitation des tourbières et ses impacts

21L'extraction de tourbe est une des principales raisons actuelles de la dégradation des tourbières de la Terre de Feu. Les quantités de tourbe extraites n'ont cessé d'augmenter ces dernières années, une évolution comparable à celle observée côté chilien (Pardo Munoz, 2002). L'extraction de tourbe est réglementée par la loi sur les mines. La tourbe est vendue sur le marché national.

22Les premières carrières sont entrées en activité à la fin des années 1970 dans les vallées de Carbajal (photo 3) et Andorra, près d'Ushuaïa.

Photo 3 : Extraction minière dans la vallée de Carbajal en Terre de Feu (Argentine). Au premier plan les alignements de blocs de tourbe.

Photo 3 : Extraction minière dans la vallée de Carbajal en Terre de Feu (Argentine). Au premier plan les alignements de blocs de tourbe.

23Puis, le nombre de carrières a fortement augmenté au cours des années 1980. Dans les années 1990 la production fut ralentie par l'augmentation considérable des coûts de production, une situation liée aux graves difficultés économiques de l'Argentine. L'activité fut relancée à la fin des années 1990 par la dévaluation de la monnaie nationale qui rendit plus attractifs les prix de la tourbe argentine. A partir de là, le nombre d'exploitation ne cessa d'augmenter : dans le secteur de Tolhuin, on passa ainsi de 5 carrières en 1998 à 17 en 2004, alors même que le nombre de demandes d'autorisation d'extraction passait de 13 à 30. Dans le contexte économique difficile de cette région d'Argentine, l'exploitation de la tourbe est devenue une source d'emplois et de revenus très importante pour la population locale.

24Cependant, cette exploitation des tourbières, qui est le fait de petites entreprises sans expérience de ce type de matériau et très mal équipées, se déroule de façon totalement anarchique sans aucune planification ou gestion rationnelle de la ressource et sans que soit imposée une remise en état des sites après la fin de l'exploitation. Actuellement les freins à la mise en carrière systématique des tourbières sont : un réseau de routes carrossables très limité, un marché intérieur très réduit, l'absence de grandes sociétés connectées au marché international.

25Le surpâturage par les ovins est une des menaces les plus sérieuses qui pèsent sur les tourbières des parties nord et centre de la grande île (photo 4), comme d'ailleurs sur la végétation des sols non hydromorphes. Le piétinement des animaux entraîne des changements dans la composition floristique et provoque la compaction de la partie supérieure de l'acrotelm responsable d'une modification des propriétés hydrauliques de la tourbe. C'est donc la dynamique et le fonctionnement des tourbières qui sont alors plus ou moins profondément perturbés.

Photo 4 : Impact du pâturage par les moutons sur les zones humides et tourbeuses du nord de la Terre de Feu (Argentine)

Photo 4 : Impact du pâturage par les moutons sur les zones humides et tourbeuses du nord de la Terre de Feu (Argentine)

26Le développement urbain et l'extension du réseau routier ont connu un développement spectaculaire à partir des années 1980. Ce sont principalement les tourbières de la région d'Ushuaïa qui furent recouvertes par plusieurs mètres de gravats pour permettre l'extension de la ville et la construction de son aéroport. Mais l'importance des épaisseurs de tourbe, 6 à 8 m, posa d'énormes problèmes au moment des travaux et de grands fossés de drainage durent être creusés afin de stabiliser les terrains. Finalement, l'essentiel des tourbières situées dans les zones urbaines et périurbaines ont été plus ou moins totalement détruites. D'autres destructions ont été causées par la construction de routes - notamment la route nationale N3 - qui nécessitèrent également des travaux de drainage fatals aux tourbières.

La conservation des tourbières en Terre de Feu

27Bien que les secteurs de la Terre de Feu bénéficiant d'une protection légale n'aient pas été mis en place pour protéger spécialement les tourbières, un certain nombre d'entre elles sont incluses dans ces périmètres dont le plus important est le Parc National de la Terre de Feu qui couvre 63 000 ha près de la frontière chilienne. Cependant c'est seulement 1 % de la superficie totale des tourbières de la Terre de Feu qui est ainsi protégé.

28La question de la conservation des tourbières est donc au cœur des discussions entre scientifiques et gestionnaires depuis 2000. Un groupe de travail a été constitué qui réfléchit aux moyens de mettre en œuvre une gestion conservatoire des tourbières  telle que prônée par Joonsten et Clark (2002). L'accent est mis sur la diffusion des informations en direction d'un large public, et notamment des scolaires, mais aussi des autorités.

29Des propositions de lois et de réglementation ont été faites. Il conviendrait notamment de travailler à la restauration des sites une fois l'exploitation de la tourbe terminée. Mais l'Argentine ne possède aucun spécialiste de la restauration des tourbières. Un appel à l'expérience internationale est donc nécessaire tout comme la formation de spécialistes nationaux. Le coût de cette restauration doit être supporté par les exploitants directement ou sous forme de taxe sur les quantités extraites.

30La concertation avec les éleveurs de moutons et le Ministère de l'agriculture est plus avancée dans un contexte plus favorable de réduction du cheptel. Il est malgré tout nécessaire de poursuivre les efforts.

Conclusion

31La grande majorité des tourbières argentines de la Terre de Feu est encore indemne de toute intervention humaine. Actuellement, seul 1 % des superficies tourbeuses est gravement affecté par l'extraction de tourbe et, dans une moindre mesure, par le surpâturage ovin. Néanmoins, la progression extrêmement rapide du nombre de sites dégradés, ou détruits, depuis la fin des années 1990, augure mal de l'avenir des tourbières de cette région. L'inquiétude est d'autant plus grande que les tourbières ne font l'objet d'aucune mesure de protection particulière alors même que la plupart d'entre elles se situent en dehors des limites des parcs et réserves naturels. La mobilisation est donc indispensable pour sensibiliser les autorités et l'opinion publique à l'intérêt biologique, hydrologique et paléo-environnemental des tourbières. C'est dans cet objectif que sera organisé le congrès 2005 de l'International Mire Conservation Group en novembre 2005 à Ushuaïa.

Haut de page

Bibliographie

CLAPPERTON C.M., 1993, Quaternary Geology and Geomorphology of South America, Elsevier Science Publishers B. V., Amsterdam, 779 p.

COLLADO L., 2001, Los bosques de Tierra delFuego. Análisis de su estratificación mediante imágenes satelitales para el Inventario Forestal de la Provincia, Multequina, 10, p. 1-16.

CORONATTO A., ROIG C., MIR X., 2002, Geoformas glaciarias de la región oriental del lago Fagnano, Tierra del Fuego, Argentina, Actas XV Congreso Geológico Argentino, El Calafate, Arg,. CD-Rom, Art 24, 5 p.

EMPERAIRE J., 2003, Les nomades de la mer, Editions Le Serpent de Mer, 344 p.

ITURRASPE R. y URCIUOLO A., 2002, Ciclos deficitarios en el régimen de sistemas lagunares de la estepa fueguina, in Actas XIX Congreso Nacional del Agua, Córdoba, Argentina, CD-Rom et 10 p.

JOOSTEN H.D. and CLARKE D., 2002, Wise use of mires and peatlands, International Mire Conservation Group-International Peat Society. Finland, 304 p.

LAPPALAINEN E., 1996, General review on world peatland and peat resources, in  Lappalainen E. (éd.), Global Peat Resources, éditions E., International Peat Society, Finland, p. 53-56.

MARKGRAF V., 1983, Late and postglacial vegetational and palaeoclimatic changes in subantarctic, temperate and arid environments in Argentina, Palynology, 7, p. 43-70.

PARDO MUÑOZ J.J., 2002, Diagnóstico cuantitativo y cualitativo del Pon Pon (Sphagnum sp.) en la Décima Región, Chile : uso, manejo y protección, Anales del Simposio Internacional de Geología Ambiental para Planificación del Uso del Territorio, Puerto Varas, Chile, p. 138-141.

PISANO E., 1983, The magellanic tundra complex, in Mires : swamp, bog, fen and moor, Regional Studies, Ecosystems of world, 4B, editions A.J.P. Gore, Elsevier Scientific Publications Company Ecosystems of the world, p. 295-329.

RABASSA J., CORONATO A., BUJALESKY G., SALEMME M., ROIG, C., MEGLIOLI A., BORROMEI A., QUATROCCIO M., HEUSSER C., ROIG F., Y GORDILLO, S., 2000, Quaternary of Tierra del Fuego, Shouthernmost South America : an updated review, Quaternary International, 68, 71, p. 217-240.

ROIF F. A., 2000, Comunidades vegetales productoras de turba en Tierra del Fuego, Conservación de ecosistemas a nivel mundial con énfasis en las turberas d eTierra del Fuego, Éditions A. Coronato y C. Roig, Ushuaia, Argentina, p. 33-54.

ROIG C.E., ROIG F.A., COLLADO L., CORONATO A., MARTÍNEZ CARRETRO E., BARRIOS V., 2001, Inventario de los turbales de la zona centro de la Provincia de Tierra del Fuego, CFI-Subs. Rec. Nat. Prov. T. del Fuego, 102 p.

ROIG C., ROIG F.A., MARTÍNEZ CARRETERO E., 2004, Ventana n°6 : Tolhuin, in Blanco y De la Balse (eds.), Los Turbales de la Patagonia, Wetlands International, n°19 Buenos Aires, Argentina,149 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1: Croquis de localisation de la grande île de la terre de Feu (Argentine)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2842/img-1.png
Fichier image/png, 602k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2842/img-2.png
Fichier image/png, 757k
Titre Photo 1 : Tourbière à Sphagnum près de Monte Gallinero non de loin de la ville d’Ushuaïa que l’on voit au second plan de la photo.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2842/img-3.png
Fichier image/png, 657k
Titre Photo 2 : Tourbières de couverture de la Terre de Feu (Argentine). Les arbres apparaissent uniquement sur les versants bien drainés où sous forme de forêt gallerie le long des cours d’eau.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2842/img-4.png
Fichier image/png, 654k
Titre Photo 3 : Extraction minière dans la vallée de Carbajal en Terre de Feu (Argentine). Au premier plan les alignements de blocs de tourbe.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2842/img-5.png
Fichier image/png, 586k
Titre Photo 4 : Impact du pâturage par les moutons sur les zones humides et tourbeuses du nord de la Terre de Feu (Argentine)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2842/img-6.png
Fichier image/png, 489k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodolfo J. Iturraspe et Adriana B. Urciuolo, « Les tourbières de la Terre de Feu en Argentine : un patrimoine naturel très menacé », Géocarrefour, Vol. 79/4 | 2004, 325-330.

Référence électronique

Rodolfo J. Iturraspe et Adriana B. Urciuolo, « Les tourbières de la Terre de Feu en Argentine : un patrimoine naturel très menacé », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/4 | 2004, mis en ligne le 06 mai 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2842 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2842

Haut de page

Auteurs

Rodolfo J. Iturraspe

 Centro Austral de Investigaciones Cientificas  CADICCasilla de correos 929410 UshuaïaArgentina Tél.: 54 2901 422310E.mail : rodolfoiturraspe@yahoo.com

Adriana B. Urciuolo

Direccion de Recursos HidricosGobierno de Tierra del Fuego San-Martin 14019410 UshuaïaArgentinaTél. : 54 2901 422576 E.mail : urciuolo@tdfuego.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page