Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nora Semmoud, La réception sociale de l’urbanisme

Eric Verdeil
p. 24
Référence(s) :

Nora Semmoud, La réception sociale de l’urbanisme, 2007, Paris, L’Harmattan, 254 p., préface de Jean-Pierre Frey

Texte intégral

1C’est forte de sa double compétence de praticienne, comme architecte-urbaniste ayant exercé à Saint Etienne, et d’universitaire en aménagement et urbanisme, que l’auteur a rédigé cet essai issu d’une HDR, avec l’objectif de jouer le « rôle de passeur entre les professionnels de l’urbanisme et les sciences sociales »(p.228). Son ambition est de remédier à ce que Henri Lefebvre, en précurseur, avait identifié comme un angle mort de la réflexion et de la pratique des urbanistes, à savoir la prise en compte par les concepteurs des usages de l’espace par les habitants et les citadins. Pour cela elle propose d’analyser la relation entre la production de l’espace, en un mot l’intervention urbaine, et les adaptations, les ajustements et les contre-espaces produits par les usagers – autrement dit la recomposition sociale de l’espace après une opération d’urbanisme.

2L’analyse est bâtie à partir de matériaux empiriques originaux essentiellement stéphanois, notamment l’opération de réaménagement de la place Bellevue, située au cœur d’un quartier populaire aujourd’hui prisé par les classes moyennes dont l’arrivée se traduit par une mixité sociale. Elle est complétée par de succinctes mises en perspective à partir du cas clermontois et d’autres petites villes d’Auvergne. Mais à aucun moment l’ouvrage ne se veut une monographie, au contraire. L’auteur revendique d’ailleurs le caractère exploratoire et la modestie de son terrain.

3L’ambition de l’essai transparaît plutôt dans sa visée à la fois théorique et programmatique. S’inscrivant dans le champ scientifique de la sociologie urbaine, balisé notamment par les contributions ou les outils conceptuels d’Henri Lefebvre, Henri Raymond,  Pierre Bourdieu ou Jean-Pierre Frey, l’auteur propose des développements denses, dans un style parfois rugueux et où certaines notions manipulées gardent une part d’opacité (par exemple, la paire commutation/transmutation d’H. Raymond).

4Le propos s’articule en trois grandes parties. La première pose le contexte actuel de l’urbanisme dans des villes marquées par le déclin, où il n’est plus question d’extension urbaine mais de renouvellement urbain. Nora Semmoud propose la notion d’ « urbanisme du vide » pour désigner la gestion des conséquences du déclin démographique. Cette démarche passe par un travail sur l’image des villes, en tension paradoxale entre deux orientations : celle consistant à changer l’image ouvrière décriée pour attirer les catégories supérieures et les entreprises, et celle qui valorise le quartier populaire et les représentations positives qui y sont attachées et qui peuvent alimenter des dynamiques favorables à l’émergence de la mixité. L’auteur étudie ensuite la mise en place d’un projet de réaménagement de l’espace public sur la place Bellevue, qui appartient plutôt à cette dernière catégorie. Elle s’attache en particulier à la question de la participation des habitants et de leurs représentants à son élaboration. Tout en en montrant les acquis, elle souligne les usages stratégiques qui en sont fait par la municipalité et les représentants des habitants. Elle met ensuite remarquablement en évidence comment la mise en œuvre concrète du projet, dans ses phases de conception et de réalisation, dévie largement de l’orientation péniblement définie en commun. Elle livre notamment une claire analyse de la complexification de la maîtrise d’ouvrage (divisée entre privé et public et entre types d’intervention) et des jeux professionnels des concepteurs (architectes, paysagistes). Les normes et les modes de légitimation propres à chaque type d’acteurs expliquent largement l’omission des aspirations initialement exprimées par les résidents. La dernière partie analyse dès lors la réception sociale de l’urbanisme, c'est-à-dire l’appropriation différentielle des lieux, l’adaptation des pratiques et la mise à l’index de certains espaces conçus à rebours des désirs exprimés par les habitants.

5Nora Semmoud conclut son ouvrage par un appel aux professionnels de la conception de l’espace « à situer leur démarche dans un processus de démocratisation, en même temps que de nourrir des démarches issues de sciences sociales », ce qui implique notamment « d’opter pour la co-production de l’espace avec les usagers » (p.228). Cette chute interroge à plusieurs titres.

6L’auteur montre que l’analyse de la réception sociale de l’urbanisme constitue un enjeu central pour les politiques de réaménagement des espaces publics. Cet urbanisme de l’espace public présente un caractère paradigmatique car il met en jeu la convivialité urbaine et la possibilité de la mixité. Plus largement, Nora Semmoud montre qu’un urbanisme retenu et modeste est une condition pour ne pas altérer l’équilibre social qui se construit dans des quartiers où coexistent population ouvrière et classes moyennes, chacun y trouvant son avantage. En passant, cet éclairage sur la logique « spontanée » de formation de tels quartiers a le mérite de nuancer les discours trop réducteurs sur les logiques de sécession urbaine et de ghettoïsation (par exemple Jacques Donzelot ou encore Eric Maurin).

7L’auteur souligne à l’inverse les risques associés à des opérations plus volontaristes de reconquête d’espaces centraux par les activités tertiaires et les cadres. De même, elle prend position contre les opérations de restructuration massive. Mais elle n’explicite malheureusement pas comment la thématique de la réception sociale de l’urbanisme pourrait être utilisée comme appui à la conception pour des opérations telles que celles menées aujourd’hui par l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) ou sous d’autres cieux, par ailleurs familiers à Nora Semmoud, dans des opérations de type réhabilitation urbaine de quartiers non-réglementaires au Sud de la Méditerranée. Ici et là, la problématique de l’aménagement dépasse le travail sur l’espace public et touche à la structure même des peuplements, à travers des interventions qui touchent souvent les logements (démolition, construction) et impliquent souvent des déplacements de population, justement porteurs de transformations sociales radicales.

8Si, dans son ouvrage, Nora Semmoud identifie bien les écueils du « spatialisme », la question des échelles de l’intervention urbaine n’y est peut être pas posée assez explicitement. Elle déboucherait sur une problématique des territoires légitimes et de la gouvernance (qui y est certes esquissée), où la participation n’est qu’un versant du processus démocratique invoqué. De même, la temporalité de l’action urbaine, ici principalement aperçue à travers le temps du projet, est nécessairement un agencement complexe de temporalités asynchrones. A quelle échelle, et selon quel pas de temps faut-il alors évaluer la réception sociale de l’urbanisme ? Voilà, me semble-t-il, une piste de débat en réponse à l’invitation à la discussion lancée par Nora Semmoud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Nora Semmoud, La réception sociale de l’urbanisme », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 24.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Nora Semmoud, La réception sociale de l’urbanisme », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 05 mai 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2802

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page