Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Georges Mutin, Le Moyen-Orient. Peuples et territoires

Eric Verdeil
p. 68
Référence(s) :

Georges Mutin, Le Moyen-Orient. Peuples et territoires, Paris, Ellipses, 2007, 192 p.

Texte intégral

1Georges Mutin, auteur de plusieurs synthèses sur la géographie et la géopolitique du Monde arabe, livre chez Ellipses, dans une collection de manuels destinés aux étudiants de premier cycle, un ouvrage dont l’originalité principale consiste dans le découpage géographique qui tranche avec la plupart des travaux qui suivent généralement des critères linguistiques. En réunissant la partie orientale du monde arabe, la Turquie et l’espace persan jusqu’à l’Afghanistan, l’auteur reprend (le Maghreb excepté) le découpage retenu pour le volume de la Géographie universelle qu’il avait dirigé, et propose une mise en parallèle instructive des modes d’organisation de l’espace et du développement économique de ces régions, en dégageant des similitudes convaincantes. A travers les huit « dossiers » que compte l’ouvrage, il souligne ainsi le poids des contraintes climatiques et de la question de l’eau, l’enjeu de la diversité ethnique et religieuse de la population aux différentes échelles, les ruptures géopolitiques, la question de l’exploitation des hydrocarbures, les inégalités qu’elle entraîne et les recompositions sociales qui en résultent, les problèmes rencontrés par l’agriculture et la croissance accélérée des villes. La conclusion est l’occasion d’une typologie des Etats en fonction de leur mode de développement : le parallèle établi entre la Turquie, l’Egypte et l’Iran, « des Etats-Nations solidement ancrés dans l’histoire », qu’on retrouve à propos de l’analyse croisée des évolutions du Caire et de Téhéran dans le chapitre sur les villes, est sans doute l’une des idées marquantes de l’ouvrage. Le contraste est grand avec les fragilités politiques des Etats pétroliers, avec les tensions dans lesquelles se débattent les Etats du Croissant fertile ou encore avec le destin des Etats montagnards périphériques que sont l’Afghanistan et le Yémen.

2Ce bref manuel est utilement complété par des cartes d’Olivier Barge et des tableaux aux sources parfois incertaines. On regrettera à ce sujet l’absence totale d’éléments bibliographiques, qu’impose sans doute le format de la collection. Inévitablement, le genre a conduit l’auteur à opérer certaines simplifications, telles que le regroupement discutable des Alévis turcs parmi les chiites. Plus dommageable est l’évaluation de la population des sunnites du Liban à la moitié de celles des chiites, manifestement erronée même si les données disponibles sont ici particulièrement sujettes à caution. Les estimations issues de l’Etat-civil donnent seulement un léger avantage aux chiites. Par sa clarté et la connaissance profonde que l’auteur a de ces pays, l’ouvrage n’en reste pas moins fort utile et recommandable comme une introduction à cet espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Georges Mutin, Le Moyen-Orient. Peuples et territoires », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 68.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Georges Mutin, Le Moyen-Orient. Peuples et territoires », Géocarrefour [En ligne], Vol. 83/1 | 2008, mis en ligne le 09 avril 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2712

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page