Navigation – Plan du site

La ville événementielle : temps de l'éphémère et espace festif

The 'events' city: short-live time time and festive space
Philippe Chaudoir

Texte intégral

1Les temps de la ville, ceux de l’action ou ceux des pratiques sociales, sont multiples. Pourtant, on ne les analyse bien souvent que sous le seul angle de l’ancrage territorial ou de la pérennité de l’action publique qu’ils structurent dans la longue durée. La figure contemporaine de la ville durable semble encore accentuer cette sorte de primauté accordée à l’efficacité de l’inscription dans le temps long comme élément de structuration du social.

2Pour autant, ne pourrait-on pas également considérer que des temporalités plus courtes telles que celles de l’éphémère sont des analyseurs tout aussi pertinents des mutations sociales, économiques ou urbaines ? Au temps de l’éphémère, en effet, semble correspondre souvent un espace de l’exception, de l’extra-ordinaire, espace où précisément peuvent s’exprimer de puissantes manifestations d’ordre symbolique même si elles se déroulent dans de courtes durées.

3Nos sociétés, à cet égard, ont pris quelques distances avec les formes traditionnelles de la synchronisation sociale qu’opéraient les temps et les rythmes de la famille, ceux du travail, et, précisément sur le plan symbolique, du religieux. Ces modes de synchronisation, c’est-à-dire de production d’une cohésion sociale et de la perception collective d’une contemporanéité, s’établissaient, le plus souvent, sous la forme d’un temps reproductif et cyclique ponctué d’événements récurrents.

4Alors, si ces formes traditionnelles tendent à s’estomper, quels sont aujourd’hui les temps qui émergent pour synchroniser à la fois nos pratiques sociales et servir de référence à l’action publique et collective ?

5Sans doute la thématique mémorielle et les formes de patrimonialisation de plus en plus extensives constituent-elles de nouvelles formes de partage dans la longue durée mais l’hypothèse centrale de l’ensemble de contributions rassemblées ici consiste plutôt à interroger des formes de temporalités urbaines de l’éphémère condensées à travers l’idée de « ville événementielle » et à en affirmer – parfois de manière critique - l’efficacité synchronisatrice au côté de temporalités plus longues.

Une nouvelle figure de la ville

6Cette ville événementielle qui constitue l’objet de ce numéro, c’est celle que l’on voit émerger, de manière de plus en plus régulière, à partir des années 1980 et ceci autant au plan national qu’international. Le terme de ville événementielle pourrait désigner alors la manière dont les villes tendent à se positionner, sans intermédiaire, comme porteuses d’un projet urbain spécifique et actrices dans une concurrence inter-métropolitaine. Les formes que prennent ces positionnements sont variées mais s’organisent le plus souvent autour de la réalisation de grands événements sportifs, politiques, artistiques et culturels à vocation internationale mais aussi dans la promotion d’une image globale.

  • 1  Elles sont attestées dès le XIIe s. avant notre ère en Chine, par exemple (Poirier, 1958).
  • 2  Sauf la foire de Nijni-Novgorod, fondée en 1554 mais qui perdurera jusqu’au XIXe s.

7On pourrait, bien sûr, objecter que des manifestations de cet ordre existent depuis déjà bien longtemps. Ainsi, par exemple et dans l’ensemble du monde, les foires remontent à l’Antiquité1. Elles se tiennent à échéance régulière dans de grands centres, constituent l’occasion de réjouissances, événements rassembleurs ayant souvent une audience bien au-delà de leur pays. À leur dimension de rencontres commerciales viennent souvent s’adosser l’organisation de fêtes religieuses et profanes telles, dans la Grèce ancienne, les fêtes religieuses et les jeux gymniques de Delphes, Délos, Corinthe ou Olympie. De la même manière, dans le monde romanisé, l’Europe médiévale puis à l’époque de la Renaissance, de telles manifestations persistent. Elles déclineront jusqu’à disparaître à la fin du XVIIIe s.2, remplacées par de nouvelles formes d’échanges internationaux plus adaptés aux conséquences de la révolution industrielle.

8Cette rupture dans les formes doit s’analyser cette fois du côté d’une volonté publique des États à l’origine de l’émergence d’événements urbains. Ceux-ci vont prendre la forme de grandes expositions artistiques et industrielles, dans un premier temps à l’échelle nationale. Dans la première moitié du XIXe s., même si elles se tiennent dans des villes et en tirent leur nom, ces expositions ont surtout vocation, au-delà des exhibitions techniques, industrielles et artistiques, à faire état de la puissance économique, militaire  et coloniale.

  • 3  « Une exposition est une manifestation qui [...] a un but principal d’enseignement du public, fais (...)

9C’est, en fait, en Angleterre, et dans une pleine logique du libre-échange, qu’une nouvelle notion va apparaître : celle d’exposition universelle avec « The Great Exhibition of the Works of Industry of All Nations », en 1851 à Londres. À partir de la seconde moitié du XIXe s., les expositions universelles représentent des enjeux politiques et symboliques forts en mettant en perspective, comme vitrine industrielle et technologique, le savoir-faire des différentes nations3 et en se présentant comme un lieu, pacifique, de confrontation des identités nationales. La compétition y est omniprésente, notamment sous forme de concours et de réalisations architecturales exemplaires dont on connaît la force symbolique tels que la tour Eiffel à Paris, l'Atomium à Bruxelles, la Biosphère à Montréal. Mais, d’une certaine manière, même s’il est fortement marqué symboliquement par ces réalisations, le territoire urbain est plus le dépositaire d’un savoir-faire national qu’identifié en tant que tel. D’ailleurs, ces expositions universelles sont souvent l’occasion pour les villes qui les accueillent de mettre en place des grands projets d’urbanisme et d’infrastructures tels que les constructions ou extensions de métro (Paris en 1900, Montréal en 1967 ou encore Lisbonne en 1998).

10De fait, l’évolution vers la ville événementielle se marque à la fois par un effacement progressif, celui de l'idée universaliste de progrès mais aussi de la dimension d’autocélébration des États-nations qui organisent ces expositions, et par une émergence, celle de formes plus spectaculaires avec l’apparition de grands événements mondiaux et leur possible médiatisation.

11Ce que signifie l’apparition de la ville événementielle, c’est donc le passage d’une visibilité internationale des villes comme représentantes des États-nations, à une présence des villes, sans intermédiaire, dans une logique de concurrence internationale et interurbaine. Le contexte d’une certaine généralisation de cette ville événementielle doit alors s'interpréter au regard de mutations convergentes concernant tout autant des registres sociaux qu'économiques, politiques ou spatiaux.

12À ce titre, il convient sans doute de relever les évolutions qui concernent une ville de plus en plus « immatérielle », des formes de compétitions économiques qui se déclinent du local au global, des relations sociales soumises à une individualisation croissante amenant au constat d'un lien social en crise, une tension entre formes de repli communautaire et diversité culturelle.

13En effet, si longtemps la ville a été résumée à la forme matérielle et physique de son site, de ses infrastructures ou de son bâti, ce sont aujourd’hui tout autant les savoir-faire, les réseaux et ce qui constitue « l’intelligence collective » du territoire qui participent de sa caractérisation. La perception des territoires, d’une certaine façon, ne repose plus sur une seule logique du stock mais aussi sur celle des flux et de la ressource humaine.

14De la même manière, les thématiques du développement économique local, prises dans le double jeu de l’attractivité et de la concurrence, ne peuvent plus reposer sur la seule proposition matérielle d’une offre comme pouvait l’être celle des zones d’activités. Il s’agit bien aujourd’hui de repenser ce développement économique à travers une action collective complexe qui mêle valorisation des réseaux, services apportés aux entreprises, innovation économique et sociale, marketing territorial ou urbain, appui à un environnement de la créativité (formation, recherche), voire mise en œuvre de nouvelles formes de gouvernance locale.  

15Au côté de cette complexité croissante du développement économique, les tendances d’évolution des sociétés vers un individualisme croissant changent également la donne quant aux réponses qu’apporte l’action publique à la demande économique et sociale des citadins. À ce titre, la diversification de l’offre de service et la généralisation de son adaptabilité constituent des formes de ciblage de publics, voire de personnalisation, en rupture avec des réponses homogènes préalables définies par les cadres collectifs anciens.

16La question de la reformulation des identités collectives est enfin un autre paramètre à prendre en compte. Les villes contemporaines sont prises dans une tension entre tentation d’un repli communautaire face aux assauts de la mondialisation et volonté d’ouverture à la diversité culturelle. Fondées sur des formes identitaires nées de l’homogénéité, les villes sont amenées à s’inventer et à se forger « de nouvelles identités, à partir des éléments disparates et parfois conflictuels des patrimoines de leurs habitants », sorte d’exercice de « refondation collective » (Belliot, 2006) basées sur l’altérité où les logiques événementielles, par la dimension symbolique qu’elles recèlent, sont très amplement mobilisées.

Dynamiques économiques et mutations de l’action territoriale

17C’est donc à partir de ces quelques attendus qu’a été formulée la problématique de ce numéro sur la ville événementielle. Deux approches y ont été particulièrement privilégiées. La première a concerné l’analyse de la relation pouvant potentiellement exister entre dynamiques économiques, développement urbain et substrat culturel des villes. On connaît les travaux controversés de Richard Florida (2002) sur les travailleurs du savoir et les facteurs d’attractivité de la main-d’œuvre technologique dans les grandes villes en terme de « villes créatives » et le succès que ce propos a pu avoir, notamment outre-atlantique. Dans des termes certes différents, le discours politique semble souvent entériner certaines de ces hypothèses. À cet égard, et pour ne prendre que l'exemple français (Lille 2004, ou les villes candidates au titre de Capitale européenne de la Culture), les grands événements urbains et les formes de « médiatisation » patrimoniale ne relèvent-ils pas de stratégies de valorisation où les arts et la culture peuvent sembler soumis à des formes d'instrumentalisation au seul service de l'attractivité des agglomérations ?

18Pourtant, comme l'énonce Alain Bourdin, « l’idée d’une interaction entre des acteurs de l’économie, de l’activité intellectuelle et de la création culturelle est au moins digne d’intérêt » (Bourdin, 2005). Il s'agit donc ici d'explorer, dans le cadre des villes conçues comme nouveaux territoires culturels, le rôle que les acteurs de la création et de l'innovation peuvent avoir en termes de dynamiques économiques et de développement urbain.

19La seconde approche privilégiée ici porte sur les mutations de l'action publique et collective territoriale. Elle interroge ce qui semble être une triple injonction, celle qui suppose tout à la fois de maintenir la cohésion tout en s'ouvrant à la diversité, de soutenir le développement endogène dans une volonté de renforcer le lien social et de vouloir valoriser la ville de manière externe pour s'inscrire dans les logiques concurrentielles.

20La première injonction concerne la nécessité de maintenir à la fois la cohésion sociale et d’accueillir la diversité. Cette tension peut particulièrement se lire à travers les thématiques du développement dans toutes leurs formes : développement local, économique, social, voire culturel, où apparaît la sortie d’un certain modèle unitaire de l'action publique et la reconnaissance, de fait, de hiérarchies territoriales et d’une diversité de publics. Pour autant, la nécessité de préserver des formes de cohésion devient un nouvel impératif face à ces logiques de diversification et d’éclatement.

21La seconde injonction suppose de soutenir le développement endogène dans une volonté de renforcer le lien social. À cet égard, chaque ville dispose de ressources endogènes : sa géographie et son histoire, sa population et sa culture, son économie... Ces potentialités territoriales constituent une des bases sur lesquelles peut s'appuyer tout autant un développement qu'une identité collective propre à le soutenir. Ainsi les villes sont amenées à étayer le tissu associatif et culturel dans l'optique de maintenir le lien social, à appuyer les initiatives et les cultures urbaines, à créer des événements rassembleurs générateurs d'un potentiel identitaire.

22Une troisième injonction, dans une relation externe cette fois, suppose de vouloir valoriser la ville pour l'inscrire dans les logiques concurrentielles au risque d'un certain élitisme et à travers les thématiques de l’image et du rayonnement de la ville. La question centrale est alors de savoir comment se positionner face à la multiplicité des registres territoriaux, dans une perspective à la fois nationale et européenne (voire internationale).

23L’action publique locale contemporaine est ainsi prise dans cet ensemble de tensions qu’elle doit résoudre : développer ses territoires à partir de leurs ressources endogènes, se positionner face à d’autres territoires partenaires ou concurrents, maintenir la cohésion sociale.

Formes et ressorts de la ville événementielle

24Les articles rassemblés dans ce numéro abordent ces problématiques sous deux grands angles. Le premier interroge les formes selon lesquelles la ville devient « événementielle ». Le second met en évidence les ressorts, créatifs, de cette transformation. Par ailleurs, les différentes approches développées par les auteurs permettent de faire un tour d’horizon européen qui nous met à distance d’une vision trop hexagonale.

25Sous le premier angle, qui concerne les formes qu’adopte la ville événementielle, les articles présentés couvrent deux dimensions. La première concerne la diversité des formes spectaculaires mises en œuvre et la manière dont l’événement peut participer d’une visibilité et d’une médiatisation. On peut, dans un premier temps en recenser cinq.

26L’événement, ce peut être, d’abord, la fête sous toutes ses formes, fête dont le rôle aujourd’hui semble devenir, ainsi que le souligne Benjamin Pradel, celui « d’un outil permettant de réinventer les espaces publics et d’utiliser leur pouvoir d’incarner la société et de provoquer la rencontre ». Mais c’est également le foisonnement festivalier qui semble, en particulier en France, caractériser cette ville événementielle. Céline Barthon, Isabelle Garat, Maria Gravari-Barbas et Vincent Veschambre nous montrent, à cet égard, que bien que « rarement initiés par les pouvoirs publics, les festivals sont systématiquement rattachés à leur action en raison de la plus value de notoriété qu’ils procurent ».

  • 4  Année où vont se dérouler, pour la première fois, des Jeux olympiques d’été et d’hiver, respective (...)

27Mais, d’une certaine manière, ce sont souvent de grands événements sportifs tels que ceux des jeux olympiques, notamment avec le tournant médiatique de 19924, qui vont alimenter cette logique de la mise en évidence événementielle de villes au plan international. Pierre Gras, évoquant Cardiff, montre comment « cette ancienne cité portuaire, touchée de plein fouet par la crise du charbon et de l’acier dans les années 1980, […] en pleine renaissance économique et urbaine […] s’est appuyée sur la transformation complète de ses docks et sur un événement sportif majeur : la Coupe du monde de rugby ».

28De la même manière, de grands événements internationaux, tels que des rassemblements de chefs d’État (le G8 à Gènes), ou encore des formes de labellisation européenne ou internationale (Capitales européennes de la Culture ou inscription au Patrimoine mondial par l’UNESCO, par exemple), constituent des formes majeures de cette ville événementielle. Ainsi, comme le soulignent Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, à partir des événements organisés à Gênes (l'exposition Colombiane de 1992, le G8 en 2001 et Genova 2004, Capitale européenne de la culture) ainsi qu’à Lille (candidature aux JO, Capitale européenne de la culture en 2004 et Lille 3000), ces manifestations permettent « d’interroger les modalités de légitimations politiques liées à l’organisation de l’événement urbain » mais aussi « d’affirmer de façon plus marquée des particularités territoriales, ou [de] s’associer à l’évènement pour affirmer une cohérence territoriale ».

  • 5  Voir également les analyses de B. Grésillon sur Berlin (2002).

29Enfin, la présence d’une « szene » artistique alternative, comme la nomment les Allemands, constitue une autre modalité de la ville événementielle, peut-être moins visible mais néanmoins remarquable, qu’évoquent Frédéric Flamand et Boris Grésillon à propos de Berlin, de Bruxelles ou de Marseille5. Elsa Vivant y fait aussi écho, en étudiant l’activité « d’artistes off, qui véhiculent des représentations singulières de créativité et de transgression, [qui] est utilisée aujourd’hui pour animer des quartiers et progressivement en changer l’image ». À ce titre, ces formes participent également pleinement de la ville événementielle. Mais une autre manière de saisir cette dernière consiste à s’intéresser à l’ancrage dans la durée des actions, en particulier d’aménagement, qui accompagnent fréquemment - semble-t-il - la dimension plus spectaculaire.

30Les exemples développés soulignent l’enjeu de la reconquête de territoires et de la renaissance économique et urbaine, notamment à travers les friches portuaires (Gras), ou bien avec l’appui à la mise en œuvre de lieux alternatifs. Ces actions participent, au côté de l’événement, d’un projet urbain qui, comme le notent Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, « s’appuie sur une vision de la ville, que l’événement urbain est appelé à renforcer ».  

31Le second angle sous lequel l’ensemble des contributions peut être analysé concerne, cette fois, non les formes de cette ville événementielle mais ce qui motive son avènement. Un premier registre est celui des ressorts économico-politiques.  

32Une des motivations, présente dans quelques-uns des articles, est celle d’une réaction à la crise économique. Ainsi, parlant de Cardiff, Pierre Gras souligne que « c’est avec l’énergie du désespoir que la ville cherche à se relever, avec l’appui du programme de régénération urbaine (Urban Development Program) lancé par le gouvernement britannique en direction des quartiers déshérités des centres-villes ». À l’échelle de villes petites ou moyennes, comme à travers les exemples de Lorient, Angoulême, Aurillac ou Saint-Malo (Barthon, Garat, Gravari-Barbas, Veschambre), la dimension économique et ses relations au tourisme sont plus particulièrement présentes. Il s’agit plutôt d’une logique de diversification économique qui « permet soit de renouveler et d’amplifier le fonctionnement touristique du lieu, soit de diversifier les activités ».

33Ces motivations économiques sont également politiques et impliquent des questions de gouvernance territoriale dans la mesure où « les événements urbains fonctionnent […] comme facteurs catalyseurs dans la création, dans la formalisation ou dans l’approfondissement de nouvelles alliances au niveau local ou régional » (Gravari-Barbas, Jacquot). Mais, plus globalement, la dimension de l’action publique locale est transversale à l’ensemble des articles.

34Céline Barthon, Isabelle Garat, Maria Gravari-Barbas et Vincent Veschambre nous rappellent qu’investir dans un festival contribue à rendre visible l’action politique. Cette question de la légitimité de l’action politique est aussi soulevée dans l’article sur Gènes et Lille, où elle est présentée comme « essentielle pour comprendre la mise en place des événements urbains ». Elle s’y « tradui[sai]t par différentes dimensions : elle concerne le projet urbain et les aménagements réalisés pour l’événement, qui dans certains cas transforment la ville en profondeur ; elle concerne aussi le discours et les valeurs liés à l’événement urbain ; enfin, et en retour, l’événement urbain contribue à la légitimation des acteurs qui l’ont porté et organisé ».

35Enfin, que ce soit à travers l’analyse de l’appui aux scènes off (Vivant) ou dans celles des événements parisiens et bruxellois (Pradel), il s’agit bien d’inscrire ces dimensions « dans le cadre de politiques urbaines et culturelles vis[ant] à produire une certaine image de la ville, marquée par les thématiques de création et de l’inventivité » (Vivant) ou « au service de la valorisation des villes centres comme lieu principal de l’identité métropolitaine » (Pradel).

Haut de page

Bibliographie

BELLIOT M., « Villes créatives ». Aux sources de l’innovation et de la créativité urbaines, XXVIIe Rencontre FNAU de Dunkerque, 15 et 16 novembre 2006,

http://www.fnau.org/UFichiers/RencontresFnau/27RencDunk/Problematique12juin2006.doc

BOURDIN A., septembre-octobre 2005, La “classe créative” existe-t-elle ?, Revue Urbanisme n°344.  

FLORIDA R., 2002, The Rise of the Creative Class. And How it’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, Basic Books, New York.

GALOPIN M., 1997, Les expositions internationales au XXe siècle et le Bureau International des Expositions, Paris, L’Harmattan.

GRESILLON B., 2002, Berlin, Métropole Culturelle, Belin, Coll. Mappemonde, Paris.

POIRIER R., 1958, Des Foires, Des Peuples, Des Expositions, Plon, Paris.

Haut de page

Notes

1  Elles sont attestées dès le XIIe s. avant notre ère en Chine, par exemple (Poirier, 1958).

2  Sauf la foire de Nijni-Novgorod, fondée en 1554 mais qui perdurera jusqu’au XIXe s.

3  « Une exposition est une manifestation qui [...] a un but principal d’enseignement du public, faisant l’inventaire des moyens dont dispose l’homme pour satisfaire les besoins d’une civilisation et faisant ressortir dans une ou plusieurs branches de l’activité humaine les progrès réalisés ou les perspectives d’avenir » (Galopin, 1997).

4  Année où vont se dérouler, pour la première fois, des Jeux olympiques d’été et d’hiver, respectivement à Barcelone et Albertville.

5  Voir également les analyses de B. Grésillon sur Berlin (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chaudoir, « La ville événementielle : temps de l'éphémère et espace festif », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 26 mars 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2301

Haut de page

Auteur

Philippe Chaudoir

Université Lumière - Lyon 2
CNRS UMR 5600 Environnement-Ville-Société
Institut d'Urbanisme de Lyon
14, Avenue Berthelot
69007 LYON
Tél : (33) 04 78 72 13 06
Fax : (33) 04 78 61 08 63
Philippe.Chaudoir@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page