Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Stéphane Ghiotti, Les territoires de l’eau

Yves-François Le Lay
p. 264
Référence(s) :

Stéphane Ghiotti, 2007, Les territoires de l’eau. Gestion et développement en France, Paris, CNRS Editions, 246 p.

Texte intégral

  • 1  Les divers travaux de R. Laganier recèlent des formules proches ("eau territoire"). Voir par exemp (...)

1 Cet ouvrage procède d’une thèse de doctorat soutenue en 2001 à l’Université Grenoble I. Néanmoins, la notion de "territoire de l’eau" est plus récente. Plusieurs séminaires ou publications y font référence au début des années 200011. Son intérêt est de combiner les dimensions naturelle et socialisée de l’espace. Depuis, Stéphane Ghiotti l’a reprise à son compte, restreignant toutefois son questionnement aux espaces ruraux français et plus particulièrement aux montagnes méditerranéennes dont les spécificités peuvent entraver les généralisations. Ses exemples de prédilection – l’Ardèche, le Doux et le Buëch – concernent trois cours d’eau à charge grossière.

2 L’auteur adopte une approche essentiellement politique, administrative, gestionnaire et institutionnelle. Il jauge le rôle de l’Etat à travers un corpus de textes législatifs, réglementaires et procéduraux. "Ils ont fait l’objet d’une lecture systématique, contrairement à l’approche nord-américaine où les recherches relèvent beaucoup plus d’une entrée par la société civile (associations, habitants...)" (p. 15). De fait, la bibliographie est francophone et même française. Les contrats de rivière, les SAGE et les dossiers de développement territorial servent également de matériel pour analyser les motivations des acteurs territorialisés, le financement et la mise en œuvre des programmes. Davantage que les "territoires de l’eau", S. Ghiotti étudie la construction et l’administration des territoires de la gestion des ressources en eau et des milieux aquatiques dont les acteurs (institutions, groupes sociaux, collectivités locales) interviennent selon des échelles et des projets divers.

3 Publiant sur la question depuis 1999, S. Ghiotti fait du bassin versant à la fois un cadre de référence et un objet de recherche. Ce choix est soutenu par l’évolution de la littérature scientifique qui restitue désormais aux systèmes fluviaux leurs dimensions longitudinale, transversale, verticale et temporelle. De même, depuis 1964, les Agences financières puis les Agences de l’eau ont repoussé l’espace de gestion aux lignes de partage des eaux. S. Ghiotti prend le parti de considérer l’eau comme un enjeu : cet élément est pourvu d’une charge sensible positive et d’une propension à subir des dommages. Si la conquête et la maîtrise de l’eau ressource sont abordées pour souligner les implications économiques et marchandes, l’aménagement environnemental de l’eau milieu et la gestion de l’eau territoire procèdent de l’émergence de nouvelles questions qui ont suscité l’élargissement du linéaire fluvial aux territoires ruraux, mais aussi urbains. L’auteur exerce un regard diachronique pour montrer comment la gestion territoriale des ressources en eau s’est progressivement organisée depuis le XVIIIe siècle. Fidèle à une approche multiscalaire, il indique que la reconnaissance institutionnelle du bassin procède d’une volonté décentralisatrice et régionaliste, de la privatisation et de la marchandisation du secteur de l’eau, de la construction européenne et de l’internationalisation de la gestion de l’eau.

4 S. Ghiotti décrypte efficacement les luttes pour le contrôle de l’eau et des territoires. La question de la multifonctionnalité des ressources en eau est cruciale. Ainsi l’Ardèche profite-t-elle non seulement d’un tourisme de masse lié à l’eau dans les gorges, mais encore d’un tourisme vert et diffus – à base patrimoniale, culturelle, environnementale et pédagogique – à l’amont. L’irrigation est désormais effectuée non seulement au moyen des techniques gravitaires, mais aussi de pompages et de lacs collinaires. Il importe de concilier agriculteurs, pêcheurs et industriels. En outre, les riverains exigent d’être protégés des inondations, alimentés en eau potable et de vivre dans un cadre de vie de qualité dont les nuisances et pollutions sont atténuées. Les usagers de l’eau contribuent à réduire la capacité auto-épurative de la rivière, ce qui pose le problème de la pression sur la ressource. Dans le même temps, la déprise a gagné maintes parcelles inondables et les propriétaires riverains négligent l’entretien du lit et des berges. S. Ghiotti éclaire les mutations des jeux d’acteurs et des formes d’action publique : la gestion de la ressource en eau par filière d’usage cède du terrain à la gestion durable, globale et intégrée des milieux aquatiques.

5 L’auteur évalue l’adéquation du bassin versant comme cadre d’intervention. Les territoires de la gestion de l’eau et ceux du développement territorial peuvent donner au bassin versant un rôle de plate-forme d’articulation, de territoire de régulation entre différents projets : les Contrats de rivière, les Contrats montagne, les Contrats globaux de développement ou encore les Contrats de pays. La gestion par bassin versant témoigne du passage d’une organisation locale du partage de l’eau entre usagers qui était conduite selon des principes communautaires à un partage de la ressource entre différents usagers qui est réalisé dans le cadre d’une politique d’aménagement et de développement territorial. Néanmoins, à la différence du département et de la région, le bassin versant n’a pas de légitimité politique. Le contrôle démocratique des politiques territoriales ne va pas de soi. De plus, si les acteurs ambitionnent de gérer la qualité de l’eau, les zones humides ou la lutte contre les inondations, ils ne dépassent que difficilement le thème de l’allocation et de l’utilisation des ressources.

6 Basées sur un corpus administratif, les analyses semblent un peu désincarnées. Bien que S. Ghiotti ait mené des campagnes d’entretien auprès des acteurs et décideurs, il peine à restituer les relations de conflictualité et de solidarité qui unissent temporairement ou durablement les riverains, par exemple à la faveur d’une dénonciation du prix de la distribution et de l’assainissement de l’eau ou suite aux dommages occasionnés par le débordement d’un cours d’eau. Tensions, conflits mais aussi soutien mutuel favorisent l’émergence de véritables territoires l’eau. Au total, cette approche institutionnelle a pourtant le mérite de mettre en valeur le partage des pouvoirs et des connaissances, ainsi que les luttes politiques et scientifiques pour l’appropriation de la ressource et de sa gestion. L’Etat conserve un rôle moteur par le biais de son action législative et réglementaire, par sa capacité d’expertise ou encore par certains cadres territoriaux de gestion (le département notamment). Les collectivités et le secteur public gagnent néanmoins en influence grâce à la reconnaissance des bienfaits d’une gestion négociée.

Haut de page

Notes

1  Les divers travaux de R. Laganier recèlent des formules proches ("eau territoire"). Voir par exemple : Laganier R. et Davy L., 2000, "La gestion de l'espace face aux risques hydroclimatiques en région méditerranéenne", in Bravard J.-P. (dir.), Les régions françaises face aux extrêmes hydrologiques. Gestion des excès et de la pénurie, Paris, SEDES, p. 15-38. Le 15 mars 2003, J.-P. Bravard et R. Pourtier consacraient à ce thème une séance de l’Association de géographes français. D’où cette publication en septembre 2003 : Bravard J-P. et Pourtier R., 2003, "Les territoires de l’eau", Bulletin de l’Association de Géographes Français, 3, p. 239-241. Une journée d’études s’est tenue sur "Les territoires de l'eau" en mars 2004, à l’Université d’Artois à Arras. Elle est à l'origine du Dossier 6 de la revue en ligne Développement Durable et Territoires (http://developpementdurable.revues.org/sommaire1429.html). Un séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires" s’est tenu à Montpellier les 27-28 et 29 mai 2004. Il a donné lieu à la production suivante : Olivier A. et Arrus R., "Les « territoires » de l’eau", Cybergeo, mis en ligne le 16 octobre 2004, modifié le 15 février 2007 (http://www.cybergeo.eu/index1249.html).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves-François Le Lay, « Stéphane Ghiotti, Les territoires de l’eau », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 264.

Référence électronique

Yves-François Le Lay, « Stéphane Ghiotti, Les territoires de l’eau », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 20 mars 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2258

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org