Navigation – Plan du site
Articles

L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes

Events as a mean of legitimising urban development projects: the spatial and temporal control of events at Lille and Genoa
Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot

Résumés

À partir des événements organisés à Gênes et Lille, notamment l’année « Capitale Européenne de la Culture » en 2004, cet article vise à interroger les modalités de légitimation politique liées à l’organisation de l’événement urbain. L’événement constitue un outil de gouvernance territoriale, par-delà la diversité des objectifs des acteurs mobilisés. Le temps festif ne constitue qu’une des dimensions temporelles de l’événement urbain, qui s’appuie sur l’attente, l’urgence, la volonté de durer et la mise en récit pour légitimer les actions menées. Cette maîtrise de temporalités permet une maîtrise de l’espace et la construction d’un projet urbain, qui s’appuie sur une vision de la ville, que l’événement urbain est appelé à renforcer.

Haut de page

Texte intégral

1La concurrence entre les villes, accélérée dans le contexte de la restructuration économique du capitalisme avancé des dernières décennies du XXe s., s’est exprimée au niveau spatial au travers de plusieurs aménagements urbanistiques visant à souligner leur caractère singulier. La « singularisation » urbaine se concrétise d’emblée par un ensemble de mesures visant à faciliter l’installation et le développement des investisseurs (mesures fiscales, approches « business friendly », offre de locaux adéquats, requalification des paysages sinistrés et abandonnés par l’industrie) mais c’est in fine par des actions qui concernent le « capital symbolique » qu’elle apparaît le mieux. La concurrence entre les villes et les territoires s’est ainsi farouchement exprimée par l’intermédiaire de projets à haute valeur ajoutée et à fort potentiel d’image, sensés apporter aux villes renommée, supplément d’âme et impact médiatique.

2Les méga-événements (Hiller, 2000), tels que les Jeux olympiques, le G8, le Mondial de football, ou, à un degré moindre, la désignation de capitales européennes de la culture font aujourd’hui l’objet de demandes de mieux en mieux formulées, mais aussi de plus en plus agressives (Hall, 1992). Ils visent à positionner la ville-hôte dans le réseau des villes mondiales pour y attirer les investisseurs, à mener à bien de grandes transformations urbaines grâce à de nouvelles infrastructures, à créer du consensus et à mobiliser une part non négligeable de la population urbaine autour d’une certaine conception de l’intérêt général. Plusieurs faits nous incitent à penser que nous sommes devant des faits nouveaux et toujours en plein développement. Lorsqu’on examine combien a été dure la compétition entre les villes candidates aux JO de 2012 (et ce qu’elle a représenté en termes de montage de dossier et de lobbying) on réalise qu’on est effectivement très loin de la situation de 1984 où seule Los Angeles s’est portée candidate. Depuis, le nombre des villes qui candidatent ne fait qu’augmenter (Gravari-Barbas, 2007).

3Ces événements, conçus comme des véritables outils de promotion, se situent aux antipodes de festivités « spontanées ». Il s’agit, au contraire, d’événements décrétés, décidés plusieurs années avant leur déroulement et susceptibles d’être « consommés » ou d’avoir des impacts plusieurs mois, voire des années, après leur fin. Leur analyse doit ainsi prendre en compte « l’épaisseur » temporelle de leur déroulement, l’avant et l’après fête, d’autant plus que ce sont ces dimensions qui permettent de saisir pleinement l’implication, le positionnement et le rôle des différents acteurs qui les portent.

  • 1  « les méga-événements peuvent être analysés comme des instruments du gouvernement urbain ou au ser (...)
  • 2  « [l’événement] fonctionne comme un monument, appuyant et renforçant le pouvoir établi ».

4En effet, les événements urbains entretiennent en effet un lien avec la légitimation politique : « megaevents can be analyzed as tools of government policy or ideologies »1 (Hiller, 2000, p. 439). Selon Bonnemaison (1990), l’événement « functions like a monument, supporting and reinforcing the image of established power »2. Cette légitimation politique est dans cette optique transitive : en justifiant l’événement urbain on légitime la transformation qu’il permet de mettre en œuvre. La question de la légitimité politique est donc essentielle pour comprendre la mise en place des événements urbains, et elle se traduit par différentes dimensions : elle concerne le projet urbain et les aménagements réalisés pour l’événement qui, dans certains cas, transforment la ville en profondeur ; elle concerne aussi le discours et les valeurs liés à l’événement urbain ; enfin, et en retour, l’événement urbain contribue à la légitimation des acteurs qui l’ont porté et organisé.

5Cette légitimation peut être à la fois inclusive et exclusive : autant les événements fonctionnent comme des éléments légitimant des acteurs en place et par extension des décisions que prennent ceux-ci par rapport à tel ou tel aspect de l’espace urbain, autant ils peuvent fonctionner comme des éléments légitimant l’exclusion de certains groupes sociaux (Atkinson et Laurier, 1998).

6Nous vérifierons les modalités de cette légitimation en étudiant la mise en place, l’organisation et l’instrumentalisation des dimensions spatiales et temporelles des événements. Nous croiserons pour cela l’analyse des implications spatiales des événements (lieux de déroulement et aménagements relatifs), globalement plus favorisées par les géographes, avec les implications temporelles (temps du déroulement, gestion de l’avant-événement et de l’après-événement, etc.). On mettra en évidence la complexité croissante de la gestion des événements et les différentes configurations de leur gestion dans le temps en fonction des différents acteurs qui sont impliqués. L’objet de cet article n’est donc pas d’insister, comme cela a été fait dans des travaux antérieurs, sur l’inscription spatiale des événements festifs (Gravari-Barbas, 2000 ; Gravari-Barbas, Veschambre, 2005). Les aménagements spatiaux ne seront, par conséquent, abordés que comme support de la démonstration consacrée aux modes de légitimation, par le temps et l’espace, des événements urbains.

  • 3  En dépit de son caractère privatif et d’un accès restreint aux lieux de déroulement du sommet, le (...)

7Le texte s’appuie sur l’analyse des événements organisés dans deux villes, Gênes et Lille, capitales européennes de la culture en 2004. L’analyse de Gênes porte sur les événements organisés dans le cadre de l'exposition Colombiane de 1992, du G83 en 2001 et de Genova 2004. Celle de Lille s’appuie sur la candidature de la ville aux JO de 2004, sur Lille 2004 et sur Lille 3000. Bien au-delà de l’analyse de ces deux villes, par définition rapide dans le cadre d’un bref article, il s’agit de poser un ensemble de questions plus larges susceptibles de concerner un grand nombre d’événements festifs urbains.

L’événement urbain en tant qu’expression spatio-temporelle d’une multitude d’acteurs

8Contrairement à ce que laisse supposer la présentation des événements dans la presse (« Lille » est candidate aux JO, ou « Gênes » accueille le G8), l’événement urbain n’est pas l’émanation simple de la ville mais est soutenu par des acteurs locaux, des groupes sociaux, des porteurs de projets qui ont leurs objectifs propres. Ceux-ci entrent souvent en conflit avec les objectifs ou les valeurs d’autres acteurs ou groupes sociaux. La représentation de la ville organisatrice, faussement consensuelle, doit par conséquent être mise en perspective par l’identification des acteurs qui organisent l’événement urbain, et les objectifs et principes qui sous-tendent leurs actions.

9Les municipalités de Lille et de Gênes sont certes présentées comme l’acteur exerçant un leadership sur les conduites des événements. Ceux-ci mobilisent toutefois de nombreux autres acteurs, sous forme de partenaires, de financeurs et mécènes ou de participants (les habitants et touristes). L’analyse et la prise en compte des coalitions permettent de saisir les accords, souvent illustrés par des structures d’organisation avec des représentants des différents acteurs, mais aussi les divergences d’objectifs et les conflits.

Les événements, outils de gouvernance territoriale

  • 4  Mémo sur Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture LE BILAN DE LILLE 2004 · Technique et enjeux (...)

10Dans le cas de Lille 2004 (capitale européenne de la culture), événement culturel qui a regroupé environ 2200 manifestations dont plus du tiers pour la seule ville de Lille, il s’agissait, dès l’origine du projet, « de faire de l’année 2004 un véritable laboratoire national de l’innovation en mettant en jeu, une année entière et à l’échelle d’un territoire, une autre façon de vivre la culture dans ses relations à l’éducation, aux sports, au cadre de vie, aux transports et à l’aménagement du territoire, aux pratiques urbaines et aux nouvelles solidarités»4.

11La place de la municipalité et la personnalité du maire, Martine Aubry, ont été prédominantes dans la mise en place du dispositif de Lille 2004. À travers celui-ci, Martine Aubry a tenté de renouveler « l’appréhension de la scène politique locale en tant que lieu de concertation pertinent entre des acteurs et des arènes d’horizons divers et a mis en scène sa centralité dans cet espace où elle endosse un rôle de médiateur » (Lefebvre, 2004).

  • 5  Laurent Dréano cité dans Libération, mercredi 16 mars 2005, en page Culture, « Après un an de fête (...)

12De leur côté les conseils généraux et régionaux et la communauté urbaine de Lille ont également joué un rôle important. Deux cas de figures peuvent être remarqués : profiter de Lille 2004 pour affirmer de façon plus marquée des particularités territoriales, ou s’associer à l’évènement pour affirmer une cohérence territoriale. Dans les deux cas, il semblerait que « l’évènementiel qu’était Lille 2004 crée les conditions d’un travail structurant sur le long terme » en termes de collaboration entre les villes dans la métropole5. Ainsi, le projet de Lille 2004 a dès le départ été étendu à la métropole et aux villes de la Région Nord-Pas-de-Calais, y compris aux villes belges du versant transfrontalier (Autissier, 2006).

  • 6  La surintendance (soprintendenza) est une émanation du ministère des Biens et Activités Culturels, (...)

13À Gênes, les événements urbains sont également conduits par des structures multipartenaires, associant les différents échelons publics et d’autres acteurs dans des structures de coopération, manifestant la mise en place d’une coalition. Pour l’Expo de 1992, l’Ente Colombo rassemble la région, l’autorité portuaire et la commune, rejoint ensuite par la Chambre de commerce et l’Université. En 2001 un comité associe la municipalité, la surintendance6 et des représentants du gouvernement italien. Enfin, en 2004, les décisions sont prises par un comité directeur regroupant différents acteurs publics.

  • 7  Loi spéciale n°373 pour les Colombiane de 1992 (Rodrigues Malta, 1994), loi spéciale n°149 en juin (...)

14Les États respectifs jouent souvent un rôle important. Pour l’Expo de 1992, le G8 et Genova 2004, des fonds exceptionnels (300 millions d’euros pour l’Expo, 45 millions d’euros pour le G8 et 30 millions pour Genova 2004) ont à chaque fois été débloqués, à la faveur d’une loi nationale7. Malgré la mise en avant des acteurs locaux, c’est d’ailleurs l’État qui est garant de la candidature : le lieu du G8 a été choisi, comme Naples auparavant, par le gouvernement italien ; la désignation de la ville comme capitale européenne de la culture dépend également, à l’époque, de l’État qui transmet la candidature à la Commission européenne. En retour, l’État a pu conditionner son apport à certaines décisions.

  • 8  L’étude d’événements urbains dans d’autres villes indique souvent un processus similaire : la Cult (...)

15L’organisation des événements est confiée, à Gênes et Lille, à une structure créée ad hoc8, qui regroupe ou est l’émanation des différents acteurs associés. Pour les Colombiane de 1992, le G8 et Genova 2004 des instances de coordination politique ont été créées, réunissant les dirigeants des institutions impliquées, par exemple Ente Colombo pour préparer 1992 (Rodrigues Malta, 1994, p. 168), et pour 1992 et 2004 des structures opératives pour la conduite de l’événement. Genova 2004 srl est une entité de droit privé, constituée par des fonds publics, présidée par une personne issue du secteur privé, dont la mission est d’assurer l’organisation des manifestations et la communication de Genova 2004 (Jacquot, 2005).

  • 9  Les maires et les présidents des Conseils Généraux et de la Région
  • 10  Les partenaires officiels (ACCOR, Carrefour) ou les fournisseurs officiels (Renault, Coca-Cola, et (...)

16Lille capitale culturelle s’est également appuyée sur une structure ad hoc, l’association Horizon Lille 2004, transformée en Lille 2004, présidée par Mme Aubry. Lille Horizon 2004 a été construite sur le modèle du Comité Grand Lille avec, à sa tête, un collège de décideurs économiques, un collège de personnalités et un collège d'élus politiques. Son organigramme regroupait plus d’une centaine de membres, influents à la fois sur le plan politique9 et économique10.

17Les événements urbains fonctionnent ainsi comme facteurs catalyseurs dans la création, dans la formalisation ou dans l’approfondissement de nouvelles alliances au niveau local ou régional. Il convient ainsi de les prendre en compte dans l’analyse de la gouvernance urbaine. La théorie des coalitions d’acteurs, orientées vers la réalisation d’un « agenda urbain » (Di Gaetano, Klemanski, 1999), semble de prime abord pertinente pour analyser ces partenariats et actions. Toutefois, si l’on considère les motivations de chaque acteur, des objectifs divergents apparaissent, au-delà de cette unité mise en scène.

Les événements urbains, marqueurs d’approches spatiales et temporelles différenciées

18Cette pluralité d’acteurs peut en effet se traduire par des options divergentes. Dans le cadre de Lille 2004, plusieurs voix se sont élevées pour signaler des divergences de vue avec la vision de la culture des organisateurs et son inscription spatiale et temporelle. Des collectifs d’artistes notamment ont été particulièrement virulents vis-à-vis d’une approche événementielle de la culture.

19Le choix des manifestations et des programmations est souvent associé à un sens politique et historique ou territorial, comme par exemple pour l’année Capitale Européenne de la Culture à Gênes. Giani Plinio, le vice-président de la région Ligurie, s’oppose à la programmation d’un concert de Manu Chao, chanteur alter-mondialiste identifié comme facteur de divisions. Sans en faire une condition, le chef de l’Etat italien insiste début 2003 pour que soient intégrés des éléments rappelant le Risorgimento et donc l’Unité italienne. A l’inverse, les manifestations portées par la commune concernent l’histoire locale et les liens que la ville a tissés avec le monde : échanges commerciaux, migrations. Les manifestations peuvent donc mettre en scène différentes échelles d’inscription de la ville dans un espace plus vaste. Dans ces exemples apparaît le lien entre les logiques de légitimation d’un acteur et la façon dont sont utilisés l’espace et le temps. Un événement sur le Risorgimento conforte la présence étatique, tandis que la mise en scène du glorieux passé génois donne plus de crédibilité au discours actuel de la municipalité sur la place de Gênes en Méditerranée et son rôle dans le dialogue multiculturel.

  • 11  Le autorisées de Gênes est en même temps devenu une date symbolique du mouvement alter-mondialiste (...)

20Cette différenciation des objectifs des acteurs est importante dans la compréhension du G8 à Gênes en 2001. Il s’agit d’un événement au fonctionnement particulier : la réunion des chefs d’Etat a eu lieu dans le centre historique, bouclé et fermé aux manifestants, devenu écrin de la réunion, dont l’organisation et la finalité sont liées à l’Etat. Toutefois, la commune revendique aussi une part de responsabilité dans la mesure où abstraction faite du sommet lui-même, le G8 a entraîné une mobilisation importante de financements étatiques pour des restaurations d’édifices et réhabilitations d’espaces publics au sein de la ville, selon un programme co-défini par la ville11.

21Si les municipalités se présentent comme les « orchestrateurs », plusieurs décisions dépendent in fine des financeurs des événements organisés. Ceux-ci sont divers, de même qu’est divers leur degré d’implication dans les décisions prises. Les acteurs privés sont également mobilisés. Ainsi, la restauration des façades des palais des Rolli à Gênes pour 2004 a été financée pour moitié par les propriétaires, incités par des aides publiques ordinaires (au titre de la protection du patrimoine) et extraordinaires (loi 166/2002 dédiée au financement de Genova 2004).

  • 12  Laurent Dréano cité dans « L’effet fierté », Libération des 11 et 12 décembre 2004, supplément « V (...)

22Les partenaires privés associés à Lille 2004 dans un premier temps et à Lille 3000 par la suite, en ont profité pour asseoir, via le mécénat, souvent peu important rapporté aux tarifs usuels de la publicité, leur présence dans la ville et dans les futurs projets urbains. Comme le souligne F. Michelot (2005, p. 39-40), « un souci majeur a été concédé aux partenariats d’entreprises, Martine Aubry mettant alors fortement en valeur ses réseaux dans le monde patronal ». Martine Aubry a aussi largement profité de Lille 2004 pour nouer des relations avec de nombreux acteurs de la société locale, qu’ils soient commerçants, associatifs des quartiers, ambassadeurs »12. Ces différents acteurs, auxquels il faut rajouter les artistes, mais aussi les habitants, ne se rangent par conséquent pas de manière consensuelle derrière « Lille » ou « Gênes », en tant qu’appellation organisatrice générique. Chaque type d’acteur non seulement produit, à travers sa participation à l’événement, sa légitimité sur les espaces urbains, de manière complémentaire (« partenariats ») ou opposée, mais aussi fait sa propre lecture de la temporalité qui lui est nécessaire pour le faire : inscription dans la durée ou « coup de projecteur » rapide. Les événements urbains représentent ainsi un moyen de légitimation des différents acteurs présents sur la scène urbaine : ils visent non seulement à positionner la ville dans le contexte urbain régional, national ou international, mais aussi à produire un discours valorisant à usage interne. Dans les deux cas, ils nécessitent et impliquent le maniement du temps et de l’espace de leur déroulement. L’inscription temporelle et l’inscription spatiale sont ainsi les deux dimensions qui concrétisent conjointement la projection de la ville dans un avenir prometteur. Le maniement de ces deux dimensions permet d’asseoir et de légitimer des projets en argumentant sur l’urgence ou sur l’opportunité spatiale.

L’événement, outil de maîtrise du temps urbain

23L’événement urbain semble être le temps de l’éphémère. Il n’arrive qu’une fois, est limité dans le temps, encadré généralement par des festivités qui en marquent le début et la fin. Constitue-t-il, à l’instar de la fête, une parenthèse de la vie urbaine ? L’examen de plusieurs grands événements urbains récemment produits nous incite toutefois à constater que les acteurs locaux cherchent de plus en plus à pérenniser les effets événementiels (Gravari Barbas, Veschambre, 2005). Tout d’abord, leur aspect « euphorique » est susceptible de donner l’impression aux habitants, mais aussi aux visiteurs actuels et potentiels, que la ville en question est projetée dans un état de liesse permanent. Les événements contribuent à la création d’une réalité de « ville festive », traduite par le glissement progressif de la ville-support d'événements festifs ponctuels (ce qui a toujours été le cas dans la ville traditionnelle) vers la ville festive, dans laquelle l'ambiance et l'esthétique de la fête transcendent la conception, la planification et l'aménagement urbains (Gravari-Barbas, 2000). Ceci implique également la pérennisation des investissements événementiels et festifs qui, dans le contexte actuel marqué par la concurrence entre les villes, se font de plus en plus conséquents. Les événements sont ainsi liés dans de nombreux cas à un projet global de transformation de la ville, par exemple à Barcelone (Rodrigues-Malta, 1999) ou à Lisbonne avec l’Exposition internationale 1998 et la création de nouvelle centralité avec le Parc des Nations (Carrière, Demazière, 2002).

  • 13  Ce terme et l’identification des registres practico-temporels sont inspirés des travaux de Koselle (...)

24La légitimation des acteurs locaux porteurs d’événements urbains s’exprime ainsi par le travail effectué sur la dimension temporelle des événements : les faire attendre ou les faire durer permet de profiter encore plus pleinement de leur caractère (réputé) éphémère. Cela permet en effet d’argumenter sur le caractère urgent d’un tel aménagement, sur la nécessité de prendre telle décision, sur le caractère impératif d’un tel aménagement urbain. L’événement peut ainsi être approché comme un outil de maîtrise du temps urbain par les acteurs locaux, qui impose les priorités de l’aménagement et de la planification. Cette maîtrise du temps se traduit par quatre dimensions13. Avant sa réalisation, l’événement est un futur qui commande le présent, par deux registres practico-temporels : l’attente et l’urgence ; après l’événement il s’agit de capitaliser sur ce dernier, et de l’introduire comme élément de l’histoire de la ville et de ses transformations.

Construire l’attente et gérer l’urgence

25Construire l’attente, c’est « faire l’événement », en préparant la ville par la mobilisation générale. La candidature à l’événement est mise en scène dans la presse, en en décrivant les impacts positifs pour la ville. Le désir de l’événement et de ses effets est suscité. À Gênes, le titre du plan stratégique de la ville, élaboré par la municipalité en 1999, contient la date de 2004, façon de signifier que l’année Capitale européenne de la culture produira un changement général. La ville avant l’événement est déjà balisée : les logos sont présents, des affiches rappellent aux citadins son imminence, dans la presse les responsables rappellent les effets positifs attendus.

26Une fois l’organisation de l’événement acquise, l’attente se déplace vers les différents « grands moments » qui le scandent et le rythment. Lille 2004 a ainsi été organisée en trois saisons différentes qui ont permis de découper le temps long et de proposer des repères temporels intermédiaires. Lorsque l’événement est fini, c’est vers un événement futur que les organisateurs déplacent l’attente, dans un réflexe de « survie » des structures organisatrices dont l’existence même est subordonnée à l’événement.

27L’exemple de Lille 3000 est en ce sens intéressant : pour ouvrir de nouveau « l’horizon fini » de Lille 2004 une fois l’événement consommé, la présidente de Lille 2004, Martine Aubry, a lancé un événement qui n’hésite pas à se projeter vers le 3e millénaire. Ce registre temporel « excessif » a toutefois été complété par un deuxième, plus court et régulier, qui consiste à proposer une programmation événementielle tous les deux ans. L’année 2006 a eu comme thème l’Inde. L’arrivée de l’Inde à Lille a été annoncée longtemps à l'avance : des affiches roses ont couvert la ville, annonçant l’arrivée des « Bombaysers », des éléphants, des artistes, des événements divers. À peine celle-ci finie a commencé à être construite l’attente de 2008 consacrée à l’Europe orientale.

28L’attente des événements se transforme en urgence dès lors que l’on prend conscience de la rapidité de l’échéance, comparée aux préparatifs à mener. L’urgence impose alors de dépasser les clivages entre acteurs, de régler au plus vite les problèmes et de mettre en place une structure de gestion flexible. Elle donne du crédit à la nécessité de la mobilisation rapide de financements.

29Les structures de gestion au quotidien de l’événement sont créées dans le but de répondre à l’urgence. Le modèle de ces comités de pilotage est l’entreprise privée : en effet, le comité en adopte la structure juridique, ses membres sont souvent issus du monde privé et du spectacle (publicité, médias, programmation culturelle) et sa conception du travail se construit en décalage par rapport à celle des institutions publiques qui lui ont donné naissance : revendication des horaires libres, de la mobilisation de chacun…

30Ainsi, selon le président de Genova 2004 Vincenzo Fontana, ce fonctionnement de type privé a été un élément positif car il a permis une action plus rapide et une gestion du temps de travail plus adaptée à la forme même d’un événement, alors que les structures publiques auraient été facteur de ralentissement. L’événement et son urgence imposent donc des règles de fonctionnement différentes, y compris dans les modalités d’organisation du travail. Cela pose aussi un ensemble de questions sur les choix opérés et sur leur légitimité démocratique.

  • 14  Celui-ci détient encore une part minoritaire (10%) du capital de la société fondée en 1995 pour la (...)
  • 15  « Les célébrations colombiennes ont détruit les quais que Christoph Colomb avait connus » (entreti (...)
  • 16  Le débat ne relève pas d’une opposition tranchée entre patrimonialisation et développement : les r (...)

31L’urgence est aussi la justification des travaux qui se chevauchent malgré les efforts de coordination des interventions. L’urgence affirmée des transformations à mener permet d’aller outre un certain nombre d’oppositions aux transformations, concernant les éléments patrimoniaux ou les usages de ces espaces. Les Colombiane de 1992 à Gênes ont marqué la réappropriation urbaine du vieux port, qui dépendait auparavant de l’autorité portuaire de Gênes14. Mais, sans l’événement urbain, sa transformation n’aurait pas été aussi rapide. Les aménagements programmés ont lieu dans un espace ancien, qui contient des vestiges médiévaux. Or le plan prévoit la construction d’un passage souterrain pour les voitures, sur un espace comblé au XIXe s. Sous les remblais se trouvent les structures portuaires médiévales de Gênes. Cette découverte d’éléments archéologiques aurait dû entraîner un délai supplémentaire dans les travaux, voire des remises en cause, car la Surintendance aux Biens archéologiques doit effectuer des fouilles. Des universitaires et l’association Italia Nostra se mobilisent. Selon Ennio Poleggi, historien local, actuel instigateur de la candidature Unesco, et opposant à la destruction, « le celebrazioni Colombiane hanno distrutti i punti che Colombo ha visto15 ». Ainsi cet argument, repris par la presse à l’époque, est une façon de dénoncer l’instrumentalisation du thème de l’événement (la célébration de la découverte de l’Amérique par Colomb) à des fins de maîtrise de l’espace16. L’urgence est bien ici une façon d’imposer un projet urbanistique contesté, qui passe malgré la mobilisation d’universitaires respectés (E. Poleggi devient adjoint au centre historique l’année qui suit l’Expo). Ainsi, l’urgence et la nécessité de maîtriser le temps ont pour résultat la maîtrise de l’espace.

Capitaliser sur l’événement

32Une fois l’événement terminé, l’objectif est de le faire durer, d’en prolonger les effets, de démontrer que celui-ci n’a pas été vain, éphémère, autrement dit de capitaliser sur l’événement. Le succès d’un événement se mesure sur le long terme.

33Après une période d’effervescence, celle des rythmes imposés par l’événementiel, le retour aux rythmes urbains normaux est à la fois recherché et redouté. Souvent, les villes organisatrices de grands événements, dans lesquelles des groupes d’acteurs ont été « formés » à la mise en place et à la gestion des temps événementiels, recherchent une certaine exploitation des savoir-faire et de l’expertise acquise. En Méditerranée, Barcelone, forte de l’expérience des Jeux olympiques, a très tôt exporté son savoir-faire (Velut et Robin, 2005), et la municipalité de Gênes tente à présent de l’imiter (Jacquot, 2007).

34Dans le cas de Lille, trois événements se succèdent dans le temps par un jeu d’appel mutuel : Lille 2004 semble être un « produit » de la candidature, non aboutie, aux JO de 2004, lancée dès 1994. Dès cette date, le Comité Grand Lille avait en en effet souhaité affirmer le caractère métropolitain de Lille autour d’un grand événement, dans l’objectif de développer la notoriété internationale de la métropole lilloise. L’énergie dégagée, la mobilisation mise en œuvre, l’expertise acquise et l’expérience développée dans les TIC seront recyclées dans le projet de Lille 2004, capitale européenne de la culture. Lille 3000 est à son tour le produit de Lille 2004 : « dans tous les cas l’avenir de Lille 2004 ne laissait personne indifférent, ni pour les habitants pour qui, après un an de fêtes, il n’existerait plus rien, si ce n’est « une culture en panne », ni pour les structures culturelles, ni pour le paysage politique local qui s’est redessiné en partie autour d’une gouvernance culturelle atypique.

  • 17  Un numéro d’appel unique (réservation, informations touristiques), un espace unique (pour la bille (...)
  • 18  Lille 3000 est en effet créée à l'initiative de la présidente de Lille 2004, Martine Aubry. Seul l (...)

35Pour répondre à cette attente, l’association « Lille 3000 » a pris le relais de « Lille Horizon 2004 » afin de continuer à tracer un projet pour Lille autour de la culture et pour se projeter de nouveau à travers lui dans le temps futur. L’association « Lille 3000, porte d’entrée vers les mondes du futur » organise ainsi un événement de portée internationale tous les deux ans afin de pérenniser les savoirs faire accumulés et les services17 qui ont bien fonctionné au cours de l’année 2004. Le choix de la thématique indienne a été marqué par la volonté de fête « populaire » mais aussi par le souci de conserver le crédit international de la destination. Les trois événements (candidature aux JO, Lille 2004 et Lille 3000) sont ainsi l’émanation du Comité Grand Lille, club de décideurs de la région, même si les acteurs se différencient de l’un à l’autre18. Ces derniers pérennisent leur présence et leur action par l’intermédiaire d’un cumul d’événements.

  • 19  De janvier à fin septembre 2005 416141 touristes passent au moins une nuit dans une structure hôte (...)

36À Gênes la critique des Colombiane a concerné l’absence de réflexion sur l’après Expo. Les transformations urbanistiques ont été accomplies mais sans plan de valorisation après l’événement, si bien que les édifices réhabilités se trouvaient pour certains sans affectation, par exemple les entrepôts di Cotone, dont l’usage est défini en 1995 avec la création de Porto Antico Spa, ou l’aquarium qui périclite après l’Expo avant sa reprise en main par Costa Spa. Aussi Genova 2004 a été pensé avec le but d’une pérennisation de ses effets. Genova 2004 a été un succès en termes de fréquentation, mais tous les acteurs sont unanimes : il faut juger de l’efficacité également sur les chiffres de 2005. Ils sont inférieurs à ceux de 2004 mais bien supérieurs à ceux de 2003, preuve que Genova 2004 a lancé une dynamique positive19, comme l’expliquait en entretien Bruno Gabrielli. L’évaluation de l’événement porte donc sur l’après-événement, sur la pérennisation de ses effets. De la même façon, lorsqu’on demande aux acteurs génois de comparer Lille et Gênes, ils font référence souvent aux approches différentes concernant cette gestion du temps. Selon eux, Lille aurait beaucoup plus misé sur le spectaculaire en 2004, mais Gênes a investi dans des infrastructures appelées à durer. En forçant le trait, Lille et Gênes représenteraient la version moderne de ce conte consacré à la gestion du temps qu’est celui de la cigale et la fourmi.

37On observe que, de même qu’à Lille, l’événementiel semble être devenu une fin en soi. Après 1992, 2001 et 2004, la commune de Gênes souhaite poursuivre l’« urbanisme événementiel », nom donné à l’ouvrage sur Gênes, coordonné par A. Masboungi (2004) et réalisé avec la participation forte des acteurs locaux. Le titre reflète en effet bien les conceptions du développement urbanistique de l’équipe municipale actuelle, notamment de l’adjoint à l’urbanisme et au centre historique, Bruno Gabrielli, pour qui les événements urbains représentent le moyen de financer des interventions urbanistiques qui font partie d’une vision d’ensemble de ce que doivent devenir le centre historique et le port ancien. Il était envisagé d’organiser un nouvel événement en 2006, pour commémorer les 500 ans de la mort de Christophe Colomb, pour poursuivre cet urbanisme événementiel, moyen de capter des financements qui font défaut à la commune.

Intégrer l’événement à l’histoire urbaine

38Enfin, le dernier registre de cette maîtrise du temps concerne la façon d’intégrer l’événement à l’histoire de la ville. Teixeira (1998) interroge la dimension temporelle de l’événement urbain : l’événement urbain est lié à la fois au futur et au passé, car « ces événements majeurs ont la double valeur de faire coupure et de faire origine, leur narration est même devenue constitutive d’une nouvelle identité de la communauté et de chaque individu » (Teixeira, 1998, p. 331). Il y a donc un rapport étroit entre l’événement dans sa dimension urbanistique et sa mise en récit, qui lui donne une dimension temporelle excédant le temps de l’éphémère. En effet, l’événement urbain est conçu pour durer, pour capitaliser. Le terme « narration » permet également de lire l’événement comme un récit, en y décelant les structures temporelles sous-jacentes, et notamment la façon dont la perspective de l’événement sert à la réorganisation de la ville, en accordant un surcroît de légitimité à certains projets.

  • 20  1984 correspond à une date charnière dans l’histoire de la ville, période d’intenses réflexions su (...)

39Le passé est reconstruit une fois l’événement terminé, en gommant le temps des préparations : l’événement est pensé comme événement isolé, éventuellement comme début d’une nouvelle ère, par exemple l’année Capitale européenne de la culture à Glasgow en 1990 (Mooney, 2004), ce qui légitime a posteriori également les acteurs et leur démarche. À Gênes, l’aménagement des quinze dernières années est reconstruit à partir des trois événements qui ont eu lieu : dans les récits, la lenteur des travaux et les transformations sur le long terme sont oubliées et les dates de chaque changement sont invariablement celles des événements, quand bien même il y aurait des décalages. L’histoire urbaine récente est pensée comme une suite de pleins et creux. Ainsi l’événement urbain devient un nouveau repère temporel, il permet une scansion du temps. L’événement en soi instaure un avant et un après dans le discours de la ville, il signifie parfois une nouvelle ère, comme l’Expo de 1992 à Gênes qui marque symboliquement le début de la reconversion de Gênes vers le tourisme culturel et du réinvestissement des espaces centraux, alors que cette stratégie est visible dès 198420. Les événements organisent le récit de la reconstruction de la ville, en constituent les points saillants.

La maîtrise du temps festif est un outil de maîtrise de l’espace

40La maîtrise du temps peut être perçue comme un outil de maîtrise de l’espace (Monnet, 1996). L’événement urbain a lieu dans des espaces spécifiques mais se faisant engage une redéfinition des rapports entre centres et périphéries, autrement dit l’événement urbain implique une vision de la ville qu’il vient conforter.

41De plus, les espaces de l’événement apparaissent comme des espaces difficiles à s’approprier et transformer sans cette impulsion et cette légitimité donnée par l’urgence.

42Ainsi, cette maîtrise du temps urbain est bien un vecteur de maîtrise de l’espace et de ses transformations.

L’événementiel comme élément concrétisant la vision de la ville

43L’organisation de l’événement urbain traduit une vision de la ville et de sa configuration spatiale : l’événement urbain est-il organisé dans un espace appelé à faire centre ou au contraire organisé à la périphérie ? Prend-il place dans un endroit unique ou au contraire est-il éclaté dans des lieux multiples ? Nous avons donc une double opposition concernant la spatialisation de l’événement : centre / périphérie et unité / multiplicité, qui traduit des projets de ville différents.

Figure 1 : Les événements urbains à Gènes au sein de la commune et au centre

Figure 1 : Les événements urbains à Gènes au sein de la commune et au centre
  • 21  Voir le Secolo XIX, quotidien de la région Ligurie, le 1/11/2004

44Les événements urbains à Gênes ont été essentiellement organisés sur deux espaces : le port ancien, abandonné par l’activité portuaire, et le centre historique. Ces deux espaces représentent dans les années 1980, et surtout 1990, des objectifs prioritaires de l’aménagement urbain et les événements urbains ont été les occasions assumées de mener ces projets. En effet, l’Etat italien est à chaque fois engagé sur ces trois événements et garantit des financements exceptionnels, que la commune seule n’aurait pu conduire. L’événement est ici créateur de centralité (avec l’Expo de 1992), puis instrument de renforcement de cette centralité (G8 et Genova 2004). Les opposants aux projets ont fait valoir la contradiction entre le discours affirmant que Genova 2004 profiterait à l’ensemble de la ville et la forte concentration des investissements dans le centre (fig. 1). Des associations de commerçants de quartiers périphériques ont ainsi réclamé une plus grande participation à l’événement21, tandis que des comités d’habitants de périphéries ont critiqué la faible utilité des quelques opérations menées là pour Genova 2004.

  • 22  Ainsi l’intervention massive dans les années 1980 dans le quartier médiéval de Pré est aujourd’hui (...)

45Toutefois, à l’échelle de cette nouvelle centralité, il y a multiplicité de lieux événementiels : pour Gênes 2004 les lieux les plus mobilisés ont été les espaces du Porto Antico, le Palazzo Ducale, le complexe muséal dans les palais de la rue Garibaldi, et le musée de la mer inauguré en 2004. L’espace de l’événement est ainsi constitué de lieux éclatés au sein du centre historique et port ancien (fig. 1). Il y a là congruence avec la conception de la réhabilitation urbaine. En effet, contrairement aux projets des années 1980 qui consistaient en une intervention massive dans un quartier22, la commune intervient désormais de façon plus dispersée, sur des édifices ciblés, par exemple le palais ducal en 1992 ou les palais des Rolliet l’espace portuaire de la Darsena pour Genova 2004, en tentant de provoquer, de la part du secteur privé, un mouvement de réhabilitation qui fasse tache d’huile et permette finalement une transformation globale. La spatialisation des manifestations de Genova 2004 est donc en adéquation avec cette conception du traitement urbanistique, basée sur une reproduction au sein même des espaces centraux de la différenciation centre /périphérie (Fusero, 2005).

46À Lille (fig. 2), le centre-ville a aussi été utilisé pour accueillir les manifestations phares de la programmation de la capitale européenne. Ont été mobilisés notamment les principaux lieux d’exposition ainsi que les espaces publics centraux. Toutefois, la volonté d’associer les villes de périphérie lilloise a conduit à un « éparpillement » de lieux, exprimé essentiellement par l’intermédiaire de « maisons Folie », « lieux de fête qui rassemblent artistes et habitants », implantées dans des lieux de forte valeur symbolique. Elles sont en effet pour la plupart installées dans d’anciennes friches industrielles, dans des quartiers souvent « populaires ». Douze lieux du territoire métropolitain et de l’euro-région, anciennes usines ou lieux de patrimoine, ont ainsi été implantés, rénovés ou réhabilités (maison Folie de Wazemmes, Moulins, la Condition Publique de Roubaix…). Elles sont emblématiques de l’activité du quartier dans lequel elles se situent : anciennes usines à Lille et Roubaix, couvent à Tourcoing, ferme à Villeneuve d’Ascq, monument historique à Maubeuge (Michelot, 2005, p. 48).

Figure 2 : Lille, la structure urbaine

Figure 2 : Lille, la structure urbaine

47Malgré leurs problèmes actuels de fonctionnement, ces maisons Folie sont devenues des lieux de création et d’expositions, figures désormais pérennes de l’agglomération lilloise. Ce sont ces mêmes maisons Folie qui ont accueilli les manifestations de Lille 3000.

48L’événement apparaît ainsi comme une vision « condensée » dans le temps de la ville à venir et est symptomatique des lieux et espaces que les acteurs locaux cherchent à mettre en valeur. La concentration des espaces génois contraste ainsi fortement avec la distribution des espaces lillois, phénomène non réductible aux spécificités métropolitaines des deux villes.

Une maîtrise de l’espace par l’événementiel

49L’événement urbain est également l’occasion de manifester la maîtrise de l’évolution d’un espace, surtout lorsque l’action de pouvoirs publics y est contestée.

50Les limites communales actuelles de Gênes résultent de l’annexion en 1874 et 1926 de 24 commune (Poleggi, Cevini, 2003), mais ayant chacune gardé leurs particularités. Les plus périphériques demandent leur indépendance, notamment l’ancienne commune de Nervi, avec une population plus aisée et tournée vers un tourisme balnéaire et culturel. Or il s’agit du seul lieu en dehors du centre de la ville où ont été organisées des manifestations d’envergure durant l’année Genova 2004, façon de marquer l’appartenance territoriale de Nervi à Gênes (en 2003 le conseil communal génois refuse la sécession communale), et de donner de la cohérence au discours sur la « ville polycentrique » (Gazzola, 2003).

51L’événement permet également de mettre en place des règles nouvelles de gestion des espaces. Porto Antico Spa est responsable de la gestion des espaces créés par l’Expo 92. Or cette structure, au départ constituée pour la conduite des transformations, devient un organisme de gestion après l’Expo, contesté par une partie des habitants. En effet, bien qu’espace public, la zone Porto Antico est soumise à des règles spécifiques, patrouillée par des vigiles et fermée par des grilles le soir. Les vendeurs ambulants à proximité n’y placent pas leurs étals. L’événement a donc, par les dispositions particulières adoptées, entraîné la mise en place de règles différentes de gestion de l’espace et de l’espace public, ce qui rejoint l’hypothèse de Judd (2003) sur la formation de bulles au sein des villes à la faveur des aménagements touristiques, ici via l’événement urbain.

52L’événement fonctionne comme un facilitateur des projets à venir (Hugues, 1999), même si ceux-ci ont peu de rapport avec la nature de l’événement. Lille 2004 a ainsi permis de proposer aux habitants de nouveaux aménagements urbains, parfois d’ailleurs totalement déconnectés de visées artistiques. La Halle de glisse, construite dans Lille-Sud est ainsi présentée comme « temple de la glisse », « dédié aux nouveaux sports ». La culture a donc été utilisée en tant que justificatrice d’un remodelage urbanistique beaucoup plus large auprès des habitants.

53L’événement sert bien à un projet de maîtrise de l’espace, conforme à une vision de la ville.

Conclusion

54Les événements urbains à Gênes et Lille, porteurs de projets artistiques et culturels, tournés vers des opérations de marketing urbain destinées à changer l’image de la ville, ont affiché l’éphémère et le festif.

55Toutefois l’étude des modalités de mise en place de ces événements laisse également apparaître des mouvements qui s’inscrivent plus durablement sur le territoire urbain.

56L’événement au sens où l’utilisent les historiens est aussi ce qui fait date, en ayant transformé une situation. Des géographes ont utilisé ce concept en évoquant des « événements spatiaux » qui sont une « modification durable de l’organisation spatiale » (EPESS, 2000, p.194). En ce sens, par la vision de la ville qu’il porte, l’événement urbain aspire à être un événement spatial.

57Or l’événement ne se suffit pas à lui-même, il doit être replacé « dans un système complexe d'échelles spatiales et temporelles » (Ozouf-Marignier, Verdier, 2000, p. 218). Il faut donc postuler une épaisseur temporelle plus large à l’événement urbain, ce qui nous a amené à étudier quatre registres temporels : l’attente, l’urgence, la volonté de capitaliser et la mise en récit, qui permettent de légitimer les actions menées pour la préparation de l’événement urbain. Cette maîtrise du temps, visible à Lille comme à Gênes, est un instrument de maîtrise de l’espace, permettant de conduire certains projets controversés, mais en retour aussi de légitimer les acteurs et leur vision de la ville, en modifiant les rapports entre centre et périphérie. À Gênes l’urbanisme événementiel (Masboungi, 2004) a entraîné une focalisation de l’intervention culturelle sur les espaces centraux réhabilités, port et centre historique, les instaurant en espace vitrine de la ville. À Lille, l’événement urbain a permis de consolider les périphéries lilloises.

58L’événement urbain, replacé dans le cadre d’une étude de la gouvernance urbaine, est donc lié aux modalités de légitimation des actions sur l’espace dans les cas de Gênes et Lille. Il est en ce sens une modalité de gestion du temps de l’éphémère pour construire un projet urbain d’envergure.

Haut de page

Bibliographie

ATKINSON, D., LAURIER E., 1998, A sanitised city ? social exclusion at Bristol’s 1996 International Festival of the Sea, Geoforum, Vol. 29, p. 199-206.

AUTISSIER A.-M., 2006, La coopération culturelle des régions européennes, avancées et limites, texte présenté aux Rencontres Interrégionales, Régions et diversité culturelle : une dynamique européenne et mondiale », Lyon, les 28 et 29 septembre,

 http://www.mondialisations.org/php/public/art.php?id=24766&lan=FR

BEGOSSI F., 2005, Genova 2004, un viaggio lungo un anno, Genova 2004 srl, Skira, Milan, 137 p.

BONNEMAISON, S. 1990, City policies and cyclical events, Celebrations : urban spaces transformed, Design Quaterly 147, MIT, Cambridge, p. 24-32.

CARBONARA G., 2001, Un bilancio positivo, Arkos, Speciale G8, Genova, anno 2, n.1, 2001, p. 6-10

COMUNE DI GENOVA, 2002, Piano della città di Genova, Dalla conferenza strategica al 2004, 2010, 3 tomes

DI GAETANO A., KLEMANSKI J., 1999, Power and city governance, Comparative perspectives on urban development, University of Minnesota Press, Minneapolis, 328 p.

DREANO L., Lille 2004 ou la culture comme moteur de transformation d’un territoire, www.lille2004.com

EPEES, 2000, Evénement spatial, L'espace géographique, L'événement spatial en débat, n° 3, p. 193-199.

FUSERO P., 2005, Genova, periferie e centri storici, dietro le quinte della capitale europea della cultura, Sala Editori, Pescara, 79 p.

GABRIELLI B., 2004, La rinascita di Genova città européea della cultura 2004, Dans Arkos Dossier, Genova Capitale Europea della Cultura, le opere di rinnovamento della città, 8/2004, Nardini editore, p. 5-7.

GAZZOLA A., 2003, Trasformazioni urbane, Società e spazi di Genova, Liguori editore, Napoli, 199 p.

GRAVARI BARBAS M., 2000, La ville festive. Espaces, expressions, acteurs, Université d’Angers, 322 p.

GRAVARI BARBAS M., VESCHAMBRE V., 2005, S’inscrire dans le temps et s’approprier l’espace : enjeux de pérennisation d’un événement éphémère. Le cas du festival de la BD à Angoulême, Les Annales de géographie, p. 285-306.

GRAVARI-BARBAS M., 2007, The 2004 Olympic games in Athens. A critical analysis of the city’s (re)positioning on the Global map, in Quoqing Du, Tourism and Urban Transformation, Rikkyo University Press, p. 3-28.

HALL C.M., 1992, Halmark Tourist Events, Impacts, Management and Planning, Belhaven Press

HILLER H., 2000, Mega-Events, Urban, Boosterism and Growth Strategies, an analysis of the objectives and legitimations of the Cap Town 2004 Olympic Bid, International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 24, N°. 2 June 2000, p. 439-458

HUGHES G. 1999 : Urban revitalisation : the use of festive time strategies, in Leisure studies, n°18, p. 119-135.

JACQUOT S., 2005, Politiques patrimoniales et politiques urbaines dans le centre historique de Gênes : quelles cohérences ?, dans ESO, n°23, Patrimoine et développement durable, les villes face au défi de la gouvernance territoriale, p. 29-37

JACQUOT S., 2007, Pour une définition relationnelle des termes Nord et Sud : Gênes et Valparaiso, Autrepart, n°41, On dirait le Sud, IRD, Armand Colin, Paris, p. 181-194

JACQUOT S., 2007, Enjeux publics et privés du réinvestissement des espaces historiques centraux, une étude comparée de Gênes, Valparaiso et Liverpool, Thèse de doctorat, Université d’Angers

JUDD D. R., 2003, El turismo urbano y la geografia de la ciudad, Eure, Santiago de Chile, Vol. XXIX, p. 51-62

KOSELLECK R., 2005 (1979), Le futur passé, Contribution à la sémantique des temps modernes, éditions de l’EHESS, Paris, 334 p.

Lille 2004, indicateurs, brochure éditée par l’association « Lille Horizon 2004 », mars 2005 MASBOUNGI A. (dir.), 2004, Penser la ville par les grands événements : Gênes, éditions La Villette, 114 p.

MICHELOT, F., 2005 , Le bilan de Lille 2004, Technique et enjeux d'une évaluation de politique publique culturelle, Mémoire préparé sous la direction de M. Rémi LEFEBVRE, Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales, Université de Lille II

MONNET J., 1996, Espace, temps et pouvoir dans le Nouveau Monde, ed. Anthropos, Paris, 460 p.

MOONEY G., 2004, Cultural policy as urban transformation ?, Critical reflexions on Glasgow, European City of Culture 1990, Local Economy, Vol. 19, n°4, p. 327-340

OZOUF-MARIGNIER M-V., VERDIER N., 2000, L'événement : un objet historique à emprunter, L'espace géographique, L'événement spatial en débat, n°3, p. 218-223

PITTARELLO L., 2001, Molti lavori per un complessivo intervento di restauro urbano, Arkos, Speciale G8, Genova, anno 2, n°1, 2001, p.11-17

PITTARELLO L., 2004, Gli interventi sulla città storica, Arkos Dossier, Genova Capitale Europea della Cultura, le opere di rinnovamento della città, 8/2004, Nardini editore, p. 8-11.

POLEGGI E., CEVINI P., 2003 (1989), Genova, ed. Laterza, Bari, 290 p.

PORTO ANTICO, 2004, Porto Antico 10 anni, Porto Antico Spa, Genova, 120 p.

RODRIGUES MALTA R., 1994, Trois destins italiens : Gênes, Naples, Trieste, in CHALINE C., Ces ports qui créèrent des villes, L'Harmattan, p. 131-198.

RODRIGUES MALTA R., 1999, Villes d’Espagne en régénération urbaine. Les exemples de Barcelone, Bilbao et Madrid, Annales de géographie, n°608, p. 397-419.

TEIXEIRA D., 1998, L'événement exceptionnel comme instrument de transformation urbaine, discours, projets et réalités à Barcelone, Gênes, Séville et Lisbonne, in HAUMONT N. (dir.), L'urbain dans tous ses états, faire, vivre et dire la ville, L'Harmattan, Paris, p. 329-342.

VALLAT C., MARIN B., BIONDI G., 1998, Naples, Démythifier la ville, L'Harmattan, Paris, 362 p.

VELUT S., ROBIN S., 2005, Entre Barcelone et Porto Alegre : la gestion municipale à Montevideo et Rosario, Géocarrefour, Vol. 80, n°3, p. 207- 214.

Haut de page

Notes

1  « les méga-événements peuvent être analysés comme des instruments du gouvernement urbain ou au service des idéologies ».

2  « [l’événement] fonctionne comme un monument, appuyant et renforçant le pouvoir établi ».

3  En dépit de son caractère privatif et d’un accès restreint aux lieux de déroulement du sommet, le G8 est considéré comme un événement urbain. En effet, la ville de Gênes a été choisie par le gouvernement car le G8, sommet très médiatisé, est perçu comme une façon d’assurer la promotion de la ville et d’y conduire de grandes transformations urbaines, à l’instar de ce qui a été fait à Naples pour le sommet du G7 (Vallat, Marin, Biondi, 1998). La violence et la mort d’un manifestant lors de ce sommet ont été disjoints par la municipalité des transformations urbanistiques et de la médiatisation internationale de la rencontre elle-même : le G8 se laisse saisir dans ses conditions formelles comme un événement urbain du point de vue de l’action publique.

4  Mémo sur Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture LE BILAN DE LILLE 2004 · Technique et enjeux d'une évaluation de politique publique culturelle · p. 45.

5  Laurent Dréano cité dans Libération, mercredi 16 mars 2005, en page Culture, « Après un an de fête, Lille a la gueule de bois », p. 33

6  La surintendance (soprintendenza) est une émanation du ministère des Biens et Activités Culturels, chargée de la conduite de la politique de protection du patrimoine, présent dans chaque région

7  Loi spéciale n°373 pour les Colombiane de 1992 (Rodrigues Malta, 1994), loi spéciale n°149 en juin 2000 pour le autorisées et loi 166/2002 pour Genova 2004.

8  L’étude d’événements urbains dans d’autres villes indique souvent un processus similaire : la Culture Company à Liverpool pour l’année capitale Européenne de la Culture (Jacquot, 2007), Athènes 2004 pour les Jeux Olympiques.

9  Les maires et les présidents des Conseils Généraux et de la Région

10  Les partenaires officiels (ACCOR, Carrefour) ou les fournisseurs officiels (Renault, Coca-Cola, etc.).

11  Le autorisées de Gênes est en même temps devenu une date symbolique du mouvement alter-mondialiste, acteurs non désirés de cet événement, laissés à l’extérieur du centre historique institué en « zone rouge » fermée par des grilles. La répression controversée de ces manifestations met ainsi la commune dans l’obligation de se distinguer de l’action de l’Etat, illustrant cette pluralité d’acteurs impliquée par l’événement urbain.

12  Laurent Dréano cité dans « L’effet fierté », Libération des 11 et 12 décembre 2004, supplément « Villes » (Michelot, 2005, p.48-49)

13  Ce terme et l’identification des registres practico-temporels sont inspirés des travaux de Koselleck portant sur les caractéristiques historicisées des différentes expériences temporelles et de leurs structures (Koselleck, 2005)

14  Celui-ci détient encore une part minoritaire (10%) du capital de la société fondée en 1995 pour la gestion de ces espaces, Porto Antico Spa (Porto Antico, 2004)

15  « Les célébrations colombiennes ont détruit les quais que Christoph Colomb avait connus » (entretien 2006).

16  Le débat ne relève pas d’une opposition tranchée entre patrimonialisation et développement : les réalisations de l’Expo 92 mettent en avant dans une certaine mesure des éléments du patrimoine historique et portuaire. Toutefois, la patrimonialisation et les travaux d’archéologie portuaire sont dans ce cas liés à un impératif d’aménagement. Le même type d’enjeu réapparaît dans les aménagements portuaires ultérieurs, à la Darsena notamment.

17  Un numéro d’appel unique (réservation, informations touristiques), un espace unique (pour la billetterie), le maintien de pass avec le transport inclus et des visites guidées sur le thème des métamorphoses de la ville.

18  Lille 3000 est en effet créée à l'initiative de la présidente de Lille 2004, Martine Aubry. Seul le département et la ville ont soutenu l’événement, resserré sur la ville de Lille et non plus sa métropole. Le ministère et la région se sont également désengagés. La composition des partenaires s’est également trouvée modifiée (Carrefour a ainsi été remplacé par Auchan …) Les moyens financiers des deux événements ne sont d’ailleurs pas comparables, le budget de Lille 3000 étant bien inférieur de celui de Lille 2004. Les 3M € d’excédent de Lille 2004 ont d’ailleurs profité à Lille 3000.

19  De janvier à fin septembre 2005 416141 touristes passent au moins une nuit dans une structure hôtelière de Gênes, soit moins qu’en 2004 dans la même période (451681) mais plus qu’en 2003 (384694). Entre 2003 et 2005 cela correspond à une hausse de 8%, contre 3,3% entre 2001 et 2003 (chiffres du bureau de la statistique de la municipalité de Gênes).

20  1984 correspond à une date charnière dans l’histoire de la ville, période d’intenses réflexions sur le devenir économique génois dans le contexte du désengagement de l’Iri alors dirigé par Romano Prodi. Des colloques sont organisés par les partis politiques et les acteurs locaux. L’option d’un développement touristique conséquent dans les espaces centraux apparaît progressivement à ce moment, comme l’illustre l’étude de la presse locale (Jacquot, 2007), bien que la récupération des espaces portuaires centraux ait été envisagée dès les années 1970.

21  Voir le Secolo XIX, quotidien de la région Ligurie, le 1/11/2004

22  Ainsi l’intervention massive dans les années 1980 dans le quartier médiéval de Pré est aujourd’hui analysée comme un échec, les expropriations et la durée des travaux ayant déstructuré ce quartier populaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les événements urbains à Gènes au sein de la commune et au centre
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2217/img-1.png
Fichier image/png, 348k
Titre Figure 2 : Lille, la structure urbaine
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2217/img-2.png
Fichier image/png, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, « L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2217 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2217

Haut de page

Auteurs

Maria Gravari-Barbas

Professeur
Université d’Angers
Carta, UMR 6590 CNRS Espaces géographiques et Sociétés,
maria.gravari-barbas@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Sébastien Jacquot

ATER
Université d’Angers
ESTHUA / UMR ESO
Tel : 0870644949 / 0670578655
sebastien.jacquot@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org