Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Urban Heritage and the politics of the Present, Fawaz Mona (ed)

Maud Moussi
Référence(s) :

Fawaz M. (ed), Urban Heritage and the politics of the Present, 2006, American University of Beirut, 127 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage correspond aux actes de la conférence tenue en 2005 des City Debates, rendez-vous annuel de la réflexion urbanistique au Liban organisé par l’Université américaine de Beyrouth. Il est publié sous la responsabilité de Mona Fawaz. Les onze articles se saisissent de la question du patrimoine et de patrimonialisation au Moyen Orient. Des praticiens et universitaires analysent des situations dans lesquelles la préservation du patrimoine, mise sur l’agenda des politiques publiques, est en prise avec des enjeux territoriaux au Liban, Syrie, Jordanie, Yémen, Turquie et Israël.

2L’ensemble évite de réduire la question de la mise en patrimoine dans ces pays à une stricte importation d’un concept européen et n’étudie la temporalité de la construction de la notion de patrimoine que de manière très périphérique.

3La seule perspective proprement historique est adoptée par Sylvia Shorto pour présenter l’exemple singulier d’Ain Sofar au Liban. Ce centre d’estivage pour Beyrouthins constitue un cas original de protection non planifiée du tissu. C’est ici le cachet aristocratique spontanément promu par les politiques municipales dès le XIXème siècle qui entraîna une préservation par défaut, anticipant toutes les initiatives menées dans le Moyen Orient.

4La publication collective retient justement ce spectre des contingences locales comme objet d’étude. Elle entreprend sinon la comparaison, au moins un rapprochement de la sémiotique de projets tels que le programme Cultural Heritage and Urban Development (Nabil Itani) et la reconstruction du centre ville de Beyrouth menée par Solidere, la société de reconstruction du centre-ville, le projet Abdali à Amman. Si Rami Farouk Daher met en évidence un certain mimétisme entre ces deux derniers projets, qualifiés de Neoliberal urban restructuring (p.48), il relève cependant des dynamiques d’investissements publics très différentes. On notera au passage l’urgence d’une réflexion sur le rôle de l’Etat et les différentes modalités de son implication : coercition, absence aménagée, organisation de son propre désengagement…

5Mais tous les articles soulèvent essentiellement la tension entre standards d’intervention internationaux et contingences locales qui rarement se conforment et le plus souvent se confrontent, postulant ainsi qu’une dimension antagoniste caractériserait l’action publique patrimoniale dès lors qu’elle s’actualise sur un territoire.

6Les cas des quartiers péricentraux de Beyrouth (Oliver Kögler), des centres d’Amman et Beyrouth, de Tripoli (Howayda Al Harithy) sont constitués ici en exemples in vivo de la rencontre entre forces globales et demande locale.

  • 1  VOLAIT M., 1999, Colonisation, mondialisation et patrimonialisation de l’espace bâti dans les vill (...)

7Les interventions « cosmétiques » des instances internationales sont quasiment unanimement stigmatisées ainsi que les expériences touristiques archétypales qui sont présentées comme leurs corollaires. D’ailleurs, l’intimité des trajectoires du tourisme et du patrimoine dans ces pays, déjà mis en exergue par Mercedes Volait1 par exemple, est ici patente.

8Howayda Al Harithy insiste sur les implications normatives de l’ « icône glacée » que serait le label patrimoine mondial. Dans chaque situation présentée, la qualification patrimoniale est littéralement performative. La labellisation patrimoine mondial ou l’éligibilité à un programme Banque Mondiale consacrent de nouveaux codes et conventions régissant les pratiques et discours sur l’urbain. Elles altèrent le système local de dispositions, tel que le souligne Abdulhay Sayed (p.127) en reprenant une posture de Bourdieu. Les effets sur l’économie urbaine (pour les villes de Shibam-Yémen et d’Alep-Syrie) sont justement décrits par Omar Abdulaziz Hallaj qui tente de les modéliser en des cycles quasi schumpétériens de dévalorisation-revalorisation de territoire.

9Ce qui paraît en jeu, c’est bien la redistribution symbolique des valeurs entre territoires sacralisés et territoires déclassés.

10Les intervenants brocardent la perversion des paradigmes de la mise en valeur patrimoniale par une logique de marché globale et invoquent une approche participative, intégrée et compréhensive. Oliver Kögler prône une approche patrimoniale raisonnée des quartiers péricentraux de Beyrouth et Howayda Al Harithy plaide pour une remise au cœur des procédures des acteurs locaux et municipaux. L’entreprise de réhabilitation des actions internationales d’Omar Razzaz fournit ici un contrepoint. Il tente de déconstruire les visions angéliques du « tout local » en arguant de l’apport positif des instances transcendantes et notamment l’introduction du paradigme de public good (p.43). Ces propensions à l’invocation, à la prise de position d’ordre militant, se révèlent être une tendance lourde du traitement universitaire de la question patrimoniale au Proche Orient.

11Les études saisissent par ailleurs le patrimoine non comme un simple artefact, mais comme un porteur de valeurs immatérielles. Sylvia Shorto résume bien cette ligne épistémologique latente en montrant que, pour comprendre substantiellement l’attachement à telle typologie constructive, il faut étudier le spectre d’interprétations de ce signifié, une diversité qui informe et actualise la notion d’héritage culturel.

12Mais Ayfer Bartu Candan note que les différentes identités historiques d’Istanbul ne sont pas pareillement honorées et qu’il est donc essentiel d’analyser les processus de domination de certaines interprétations sur d’autres. L’illégitimité ou la noblesse de tel ou tel pan de l’histoire, selon le ressenti des contemporains, est le principal critère de patrimonialisation.

13On consent qu’une telle qualification du passé soit éminemment mouvante et contingente. Le quartier stambouliote de Pera offre un exemple saisissant. Son architecture « levantine » est menacée par la nostalgie de l’empire Ottoman et de son unité organique mais est aussi susceptible d’être réhabilitée car elle demeure un symbole du premier capitalisme du XIXème siècle, plus « vertueux » que le second. La ville de Shibam au Yémen (Omar Abdulaziz Hallaj) constitue un autre signifié contesté: un temps un symbole de féodalité encombrant pour l’Etat qui l’a intentionnellement soumis à la dévaluation, il est désormais classé patrimoine mondial et détenteur d’une plus-value redoutable.

14Dans les épisodes de patrimonialisation relatés, l’élection au statut de patrimoine est ainsi dépendante de critères transcendant la simple appréciation artistique. Les débats ne se jouent pas seulement entre critères d’ordre doctrinal et académique ou entre architectes modernistes iconoclastes et architectes conservateurs iconodoules.

15Simone Ricca expose comment les enjeux techniques de la protection patrimoniale sont absorbés par la dimension politique. La patrimonialisation d’un quartier ancien de Jérusalem constitue pour lui un message non équivoque : l’invocation d’une antériorité au service d’un projet politique. Cette réflexion a déjà été menée par ailleurs sur l’archéologie mais l’auteur renouvelle cette posture en décrivant l’invention adhoc et délibérée d’un style traditionnel juif néoriental et pasticheur. Censé manifester une continuité d’occupation, il paraît assigné par les autorités à une mission de légitimation pendant qu’ailleurs, dans la ville nouvelle, la planification rationnelle manifestait la réalisation d’un nouvel Etat juif.

16La charge idéologique ou politique des tissus urbains supports de patrimonialisation est ainsi presque systématiquement et heureusement investie. L’ouvrage fait ainsi une différence décisive entre history et heritage, ce dernier renvoyant à une interprétation partisane du passé, susceptible d’appropriation et donc de patrimonialisation. En cela, il s’agit d’un des rares projets qui tente un traitement conjoint des différentes initiatives de patrimonialisation observables dans cette région.

Haut de page

Notes

1  VOLAIT M., 1999, Colonisation, mondialisation et patrimonialisation de l’espace bâti dans les villes du Monde Arabe in DAVIE M.F., AKL Ziad, Questions sur le patrimoine architectural et urbain au Liban, Paris-Beyrouth, ALBA-URBAMA, p. 29-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Moussi, « Urban Heritage and the politics of the Present, Fawaz Mona (ed) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 04 avril 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2215

Haut de page

Auteur

Maud Moussi

EMAM/CITERES, Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org