Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

La Métropole Parisienne, Centralités, inégalités, proximités, Saint-Julien Th., Le Goix R. (dir.), 2007, Paris : Belin, 333 p.

Bruno Moriset
p. 164

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif de très bonne facture, comme c’est l’usage chez l’éditeur, porte la « griffe » de l’UMR Géographie-cités et de ses responsables. Ceci se traduit par la bonne tenue d’ensemble de l’ouvrage, la qualité de l’écriture, la rigueur des raisonnements, et, évidemment, la maîtrise des méthodes d’analyse statistique et de représentation graphique et cartographique.

2Assembler treize contributions est toujours un exercice périlleux, en l’occurrence réussi. Le regroupement des articles en trois parties – centralité, inégalité, proximité – est pertinent et sert bien la problématique d’ensemble de l’ouvrage, qui est de montrer que la conception d’une métropole parisienne centralisée et monocentrique est largement dépassée.

3L’ouvrage montre que l’espace parisien au sens large est parcouru par des plans de clivage, des fractures, des gradients, des dynamiques. Ces phénomènes se situent dans une grande diversité de « champs » : l’emploi, les mobilités, les revenus, le foncier et l’immobilier, l’éducation scolaire et universitaire, le tourisme, la délinquance… Ils se combinent et se recoupent diversement, en fonction de plusieurs échelles, pour constituer un système de plus en plus complexe.

4Le chapitre 1 montre la multiplicité et les spécialisations diverses des pôles d’emplois de la métropole. Cette analyse est à relier à celle du chapitre quatre qui montre à travers l’étude des mobilités la tendance vers une fragmentation spatiale du grand marché de l’emploi parisien. Il y a là une forme de paradoxe : l’étalement spatial et la multipolarité annuleraient une partie de l’effet de taille – importance, diversité et fluidité du marché du travail – qui est une des raisons d’être de la très grande ville. Mais le propos doit être nuancé. En comparant cadres et ouvriers, l’auteur montre que cette fragmentation est surtout marquée pour ces derniers, qui encourent davantage le risque d’être exclus du marché du travail par manque de mobilité. Mais leurs effectifs sont en baisse constante. Les cadres sont moins concernés par ce problème. Or, comme le souligne le chapitre 6, ce sont plus que jamais les emplois supérieurs qui caractérisent la métropole.

5Le chapitre 2 rappelle que Paris est l’une des toutes premières – si ce n’est la première – villes touristiques du monde. Le tourisme joue en effet un rôle essentiel dans la métropolisation – et aussi la globalisation – des grandes villes mondiales. Avec le risque d’une muséification des quartiers hypercentraux. Autre activité, plus que jamais essentielle pour les grandes métropoles, l’enseignement supérieur et la recherche. Le chapitre 3 consacré à la géographie des 17 universités parisienne ne manque pas de saveur, en cette période de grandes manœuvres autour de l’autonomie et du regroupement des établissements. Sans surprise, le territoire des universités d’Ile de France reflète les clivages socio-spatiaux de la région capitale, la part des troisièmes cycles étant plus importante au centre, celle des premiers cycles prépondérante en périphérie. Toutefois, l’auteur a bien perçu la nécessité d’une analyse plus fine. Par exemple, les universités de la grande couronne ont su développer des formations professionnelles de troisième cycle de qualité, qui attirent plus d’étudiants extérieurs que celles des établissements centraux.

6Les chapitre 5 à 8 analysent sous différents angles l’inscription spatiale des disparités sociales, qui s’expriment sous la forme de précarités de toutes natures, ou de dynamiques liées à la carte scolaire. Parmi les éléments remarquables, on notera la finesse des « mailles » de l’hétérogénéité, qui voient cohabiter, ou n’être séparées que par de très faibles distances, des catégories fortement opposées.

7Les chapitres 9 à 12 apportent un éclairage sur les différentes formes d’aménagement et d’appropriation de l’espace, qui relèvent de mécanismes individuels ou collectifs, d’initiative privée ou publique. Le chapitre 9 sur les enclaves résidentielles – peut-être le meilleur de l’ouvrage – associe très heureusement les dimensions descriptives et explicatives, et possède une vraie force de démonstration, qui renouvelle la vision stéréotypée que l’on peut avoir du phénomène des « enclosures » urbaines. Le chapitre 12 bouleverse quelque peu les idées reçues sur les villes nouvelles, en montrant l’existence, jusqu’à un certain degré, de la stabilité transgénérationnelle et des phénomènes d’enracinement.

8Ces chapitres de la troisième partie, qui utilisent des techniques qualitatives, et mettent en scène des individus et des espaces « réels » – pas uniquement des agrégats statistiques – ont aussi le grand mérite d’atténuer l’effet de distanciation et de dématérialisation apporté par la lecture des deux premières parties (et aussi du dernier chapitre) de l’ouvrage. Le livre privilégie clairement la dimension descriptive et exploratoire. Il a valeur de constat. Mais on aurait apprécié un effort d’interprétation plus soutenu, notamment dans les conclusions, qui sont en général très courtes, et laissent souvent le lecteur sur sa faim (que faire de cette géographie de la délinquance dans le métro parisien ?).

9Par ailleurs, on peut regretter que cet ouvrage ne donne pas plus d’importance au rôle joué par le système productif – en deux mots, le capital et les entreprises – sauf d’une manière indirecte, et d’une façon parfois rapide ou hasardeuse, comme le chapitre 6 qui attribue l’évolution des CSP dans la métropole parisienne à la « globalisation », sans que le sens de ce mot ne soit précisé ou appuyé par des références précises. La métropolisation et la mondialisation de l’économie ne sont pas des deus ex-machina. Le sujet, appliqué à Paris, aurait sans soute mérité un chapitre à part entière.

10Pour reprendre la terminologie de Pierre Bourdieu (qu’on aurait aimé voir cité dans cet ouvrage), la capitale ne peut être pensée efficacement que comme le lieu de l’accumulation – et de la reproduction – du capital sous ses différentes espèces, financier et culturel. Les notions de « profits ou rentes d’occupation » et autres « effets de lieux » permettent de comprendre les ségrégations socio-spatiales, les processus de gentrification, les géographies de la précarité, les stratégies d’évitement scolaire, la constitution des enclaves privées. Comme l’écrit Bourdieu, la commune ou le quartier « chic » fonctionnent par effet de club, c’est à dire par l’exclusion, en concentrant les individus situés dans les pôles positifs des différents champs, la proximité dans l’espace géographique permettant à la proximité dans l’espace social de fournir tous ses effets, et réciproquement.

11Finalement, la publication de cet ouvrage vient à point, alors que le débat politique enfle sur l’avenir de la métropole parisienne, tant sur le plan des institutions (vers la réalisation d’un « Grand Paris » ?) que sur celui des voies réelles de l’aménagement (révision du SDRIF) – les deux aspects étant liés. Elus et aménageurs doivent-ils s’accrocher à une vision radio-concentrique qui semble périmée ou entériner la multipolarité ? Alors qu’on ne cesse d’évoquer la compétition qui ferait rage entre les grandes métropoles du monde, comment assurer la compatibilité entre équité sociale et efficacité économique ? Ce livre constitue à n’en pas douter un apport précieux pour les décideurs, confrontés à la complexité croissante du territoire de la métropole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Moriset, « La Métropole Parisienne, Centralités, inégalités, proximités, Saint-Julien Th., Le Goix R. (dir.), 2007, Paris : Belin, 333 p. », Géocarrefour, Vol. 82/3 | 2007, 164.

Référence électronique

Bruno Moriset, « La Métropole Parisienne, Centralités, inégalités, proximités, Saint-Julien Th., Le Goix R. (dir.), 2007, Paris : Belin, 333 p. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 04 mars 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2214

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page