Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Quelle ville voulons-nous ?, de Michel Thiollière

Stéphane Merle
Référence(s) :

Quelle ville voulons-nous ?, THIOLLIERE M., 2007, Paris, Autrement, coll. Acteurs de la société, 192 p.

Texte intégral

1Michel Thiollière est maire de Saint-Etienne depuis 1994 : il nous fait part dans cet ouvrage de ses réflexions sur la ville du XXIe s., non seulement à partir de son expérience d’élu local mais aussi à partir de ses lectures et des regards d’experts – principalement des architectes – qu’il a côtoyés dans le suivi des projets d’aménagement (stéphanois ou non). Agrémenté de citations d’acteurs internationaux de la gestion urbaine, de références multiples aux grandes métropoles mondiales (avec une inclination anglo-saxonne peut-être liée au statut de l’auteur, ancien professeur d’anglais) et de récits d’expériences stéphanoises, l’ouvrage balaie les grands enjeux de l’aménagement urbain. De l’habitat à l’environnement en passant par les transports ou le renouvellement urbain, l’auteur inscrit sa réflexion dans les retours d’expériences en alternant le cas stéphanois avec celui d’autres villes de France et du monde, le tout en huit chapitres équilibrés, auxquels s’ajoute un chapitre subsidiaire de neuf propositions pour les villes de demain et une conclusion en forme de plaidoyer pour les villes du XXI e s.. Quelques digressions donnent parfois l’impression d’un mélange manquant de cohérence. Toutefois, même si les exemples qui servent la démonstration sont peu développés, il s’agit autant d’une critique franche des erreurs de la gestion urbaine (depuis le poids des discours misérabilistes et caricaturaux sur les inégalités sociales jusqu’à l’action de l’Etat entre désengagement et rigidité administrative) que d’un plaidoyer pour l’autonomie de l’action publique locale. Au-delà de la réflexion sur la fonction de maire, le mot d’ordre de M. Thiolllière est de « faire confiance à la France des villes ». Le lecteur ressent très fortement l’attachement de l’auteur à l’urbanité, à ce qui fait intrinsèquement la ville (d’où les rappels sur les origines de la ville et sur les fondements de l’organisation urbaine). L’appartenance politique de M. Thiollière au Parti radical ne transparaît pas directement, mais son engagement personnel justifie sa conviction que « si le politique ne peut pas tout, il peut faire beaucoup ». Sa réflexion est aussi celle d’un citoyen, d’un usager des villes, d’où cette sensibilité et ce soin porté aux espaces publics.

2Pour M. Thiollère, l’aventure et le destin urbains sont à prendre en main. Il place l’ambition des villes au cœur de ses préoccupations : marqué par le contexte de la concurrence inter-urbaine et par son expérience stéphanoise, celle d’une ville post-industrielle en voie de redynamisation par l’action publique locale, il fait souvent référence à ses combats menés sur le terrain, avec parfois une tendance à justifier son action politique. En dehors de cette posture propre à l’élu, son analyse du poids et du rôle de la fête en ville montre à quelle point celle-ci peut être un moyen de faire exister la ville. Face à la crainte de la ville endormie (en déprise démographique), la fête – ou plutôt les fêtes (des fêtes populaires de quartier aux cérémonies officielles) doit permettre aux villes dites convalescentes de « retrouver le moral » et surtout un pouvoir de séduction. En tant qu’événement, la fête est plus un moyen qu’une finalité, celui de la reconquête d’une fierté locale : « la dynamique de l’événement compte davantage que l’événement » nous dit l’auteur. Et elle occupe une place de choix dans la gestion urbaine : ainsi, « fêter la ville » constitue la première des neuf propositions de fin d’ouvrage, ce qui exige d’après M. Thiollière vision, conviction et action. D’ailleurs, il fait référence aux politiques ambitieuses en matière d’animation et de renouvellement des images de la ville par la fête et/ou la culture, dans un contexte post-industriel susceptible de constituer un ou des modèle(s) d’aménagement pour Saint-Etienne. Le tableau des politiques urbaines de la fête va de la transformation progressive des villes de la Ruhr jusqu’à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver par Turin. Pourtant, l’écart de temporalité entre l’événement, sportif ou culturel, et le temps long des politiques de requalification urbaine n’est pas vraiment pris en compte par l’auteur : seule reste l’idée que la fête peut n’être qu’un moment dans l’histoire de la transformation urbaine, sans répétition. Et cela même si, face au bilan mitigé des Transurbaines, les fêtes populaires régulières ont démontré leur succès, à l’image de la Fête du livre. Justement, M. Thiollière pose un regard critique sur les Transurbaines stéphanoises. Cette fête de la ville éphémèrement instaurée en juin 2005, non sans audace sur le plan artistique (comme cette journée en jaune dans la ville des Verts…), visait à montrer une ville en chantier, en mouvement. La fonction de maire mobilise ici aussi sa réflexion : malgré le déficit d’adhésion populaire avant la fête, comme durant la préparation de la Coupe du Monde de football 1998, les gestionnaires de la ville (c’est-à-dire les élus) en partenariat avec les artistes ou les architectes se doivent de convaincre les habitants. D’où le rappel de la candidature stéphanoise au titre de capitale européenne de la culture pour 2013 et du statut plus durable de capitale du design. Sur ce dernier point, c’est justement le succès d’une fête, la Biennale du Design organisée à Saint-Etienne depuis 1998, qui a enclenché une dynamique plus globale de la politique urbaine stéphanoise. Le projet de Cité du Design est censé incarner une nouvelle ambition pour la ville. Alors que la Coupe du Monde de football 1998 a confirmé l’image de ville sportive, autour du football et de la mobilisation populaire, le processus inverse est en marche pour le design : ceci doit enrichir notre réflexion sur les effets durables de l’éphémère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Merle, « Quelle ville voulons-nous ?, de Michel Thiollière », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 26 mars 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2213

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page