Navigation – Plan du site
Tribune libre

Lyon, le confluent et l’esprit des lieux

Lyon, the confluence and the spirit of place
Jacques Bethemont
p. 165-167

Texte intégral

1Confluent : lieu ou deux cours d’eau se rejoignent. Bien qu’exacte, cette définition qui s’applique aussi bien à l’Amazone qu’au premier ruisseau venu, s’avère par trop simpliste. Il faut pour la rendre opérationnelle et comprendre la signification des lieux, en l’occurrence le confluent lyonnais, prendre en compte d’une part les avantages et les contraintes qui agissent tant à l’échelle du site de confluence, qu’à l’échelle des trois axes fluviaux qui commandent ce site, d’autre part l’action des hommes sur ce site ou à partir de ce site.

Un site difficile, un axe majeur, un carrefour à l’échelle de l’Europe

2Reconnaissons-le d’entrée de jeu : à l’état naturel, le site de confluence lyonnais est à la fois majestueux et difficile. Majestueux avec son encadrement de collines. Difficile quand, selon les saisons, les courants s’inversaient entre Saône et Rhône, creusant ici et déposant là, de sorte que ce qui devait devenir la presqu’île lyonnaise n’était fait que de chenaux instables enserrant des îles aux rives incertaines. Témoignent de cette instabilité, les sites urbains romains, le forum et l’autel des Trois Gaules occupant les hauteurs de ce qui serait plus tard Fourvière et la Croix-Rousse, cependant que les nautes et le petit peuple gaulois restaient confinés entre les basses pentes et les laisses de crue des Terreaux ou de la rive droite de la Saône. Par la suite, l’abbaye d’Ainay fut fondée sur une île en aval de laquelle des brotteaux subsistèrent jusqu’aux travaux de Perrache. En rive gauche du Rhône, l’occupation humaine fut longtemps limitée à la chaussée de la Guillotière, alors que l’espace compris entre le fleuve et la Rize, n’était guère qu’une suite de pâtures inondables, terrain de chasse ou de jeux, espace de liberté voué aux écarts petits et grands, guinguettes de Morand ou massacres de 1793. Toute l’histoire de l’urbanisme lyonnais tourne autour de ce quadruple problème : desserrer l’étau des collines, assurer la liaison entre la ville haute des collines et la ville basse du fleuve, conquérir l’espace plan de la mésopotamie en repoussant le site de confluence vers l’aval, accéder à la rive gauche du Rhône et la mettre, dans la mesure du possible, à l’abri des risques d’inondation. Il faudra des siècles pour réaliser ce programme qui reste ouvert à ce jour.

3C’est donc moins le site que l’abondance des eaux et le tracé des trois vallées, deux à l’amont, une à l’aval, qui ont fait la fortune de Lyon. A l’amont un torrent alpin, violent, à peine assagi par la traversée du Léman et l’apport de l’Ain, avec de hautes eaux d’été et des étiages d’hiver. Ce torrent est à la fois grossi et calmé par la Saône, rivière atlantique aux eaux lentes, alimentées pour l’essentiel par des pluies de saison froide. Le régime du fleuve né de la confluence du torrent et de la rivière, sans être une merveille de régularité, n’en est pas moins équilibré, les étiages et les crues de l’un et de l’autre, se compensant au fil des saisons. Pourtant, confluence n’est pas fusion et, bien au-delà de la Mulatière, ce sont deux veines d’eau bien distinctes qui roulent vers l’aval : en hiver, eaux claires du Rhône et eaux brunes de la Saône ; en été, eaux d’un vert profond de la Saône et eaux grises du Rhône.

4Bien que l’abondance des eaux constitue un atout dans la configuration du site lyonnais, atout valorisé dès l’époque des nautes romains et jusqu’à nos jours, elle compte moins dans la fortune de la ville, que le tracé nord-sud de l’axe qui court de la Méditerranée jusqu’aux seuils commandant l’accès aux bassins de la Seine et du Rhin. Les deux branches de ce « chemin des nations » selon l’heureuse formule d’Elisée Reclus s’articulent autour du site de confluence lyonnais et ont de tout temps, facilité aussi bien les échanges que les invasions entre les pays de l’Europe du nord et les pays méditerranéens. Certes, la branche amont du Rhône constitue une voie de moindre importance dans le contexte actuel, mais Lyon est aussi un carrefour ouvert en direction des cluses alpines et de l’Italie. Ce schéma à la fois fluvial et routier a commandé la fortune de Lyon, ville de confluence et ville carrefour. Il reste d’actualité, tant avec le percement du tunnel de base sous le Montcenis, qu’avec le problème récurrent de la liaison fluviale Méditerranée-mer du Nord.

L’espace créé

5Tout site de confluence étant soumis au principe d’instabilité hydro morphologique, le parti d’aménagement le meilleur est souvent le plus simple. En témoignent quelques exemples, à commencer par celui de Saint-Louis (Missouri) fondée et demeurée sur la rive gauche du Mississippi, en aval d’un site de confluence trop vaste et trop instable pour se prêter à une quelconque appropriation avec, pour seul aménagement, perdu dans un  fouillis de lianes et oublié, un monument modeste, commémorant l’expédition de Lewis end Clarke. Plus au nord, au confluent de l’Allegheny et de la Monongahella, le site originel du fort Pitt est devenu une simple pelouse, bien entretenue mais laissée aux inondations, cependant que le CBD  de Pittsburgh s’est développé en arrière sur une terrasse fluviale. En Allemagne, Mayence, née et grandie au confluent de la Moselle et du Rhin a transformé la pointe de confluence en un gigantesque piédestal supportant la statue colossale de l’Empereur Guillaume Ier guidé par la victoire, piédestal et statue qui symbolisent la victoire de 1870 et la réunion dans le premier Reich, de la Hesse, du Palatinat et de la Rhénanie. Derrière ce monument, un Stadtgarten inondable en hiver mais très animé aux beaux jours (vin  blanc pour les Rhénans, bière pour les Prussiens, Saxons et Bavarois, orchestres folkloriques et chants du genre Warum ist es am Rhein so schön). Et Lyon ?

6Les cartes anciennes, entre autres le plan scénographique de 1545, dressent le tableau d’un espace discontinu et inachevé. La place Bellecour comble le vide entre les quartiers amont, Terreaux, Cordeliers, Jacobin, et aval, Ainay pour l’essentiel. Le futur quartier de Perrache n’est encore qu’un agrégat d’îlots instables et la rive gauche est vide en dehors de la chaussée de la Guillotière, reliée à la ville par un pont. Le site lyonnais ne prendra sa configuration définitive qu’avec d’une part l’érection du quai Saint-Clair et la construction de la digue de Grand-Camp qui permettront l’occupation de la rive gauche, d’autre part l’œuvre de Perrache qui prolongera l’espace urbanisé au-delà de l’île d’Ainay. Les quais ainsi édifiés côté Rhône et côté Saône n’enserraient initialement qu’un espace en creux qu’il a fallu remblayer avant de l’occuper : un travail considérable, retardé par des difficultés financières, puis par la Révolution. Un espace maudit ?

7De fait, une fois les travaux de remblai à peu près achevés, l’espace comblé s’avéra difficile à occuper. Il y eut sous le premier Empire, un projet portant sur la construction d’un palais du Roi de Rome, suivi sous la restauration d’un projet de cimetière romantique. Par la suite, quelques usines chassées de la ville occupèrent un temps les lieux, avant d’être relayées par un bassin fluvial facilitant le passage entre Saône et Rhône. Las, ce bassin fut tôt comblé par des alluvions, cependant que la construction de la gare de Perrache instaurait une coupure entre la ville et la pointe de la presqu’île, césure renforcée au XXe siècle par le passage de l’autoroute et l’insertion du Centre d’échanges. L’espace au-delà des voûtes qui couraient sous la gare, fut donc voué aux besognes et fonctions utilitaires : prison, triage et ateliers du rail, puis tri postal et enfin marché  de gros, cependant que les quais du Rhône en rive droite étaient asservis à l’autoroute du Sud.

  • 1  Entre le quai de Perrrache et la rue Delandine, avec chaufferie, douches et buanderies collectives (...)

8On ne peut pour autant évoquer un gâchis dévaluant un espace durement gagné sur les caprices du fleuve. En dépit de ses multiples avatars et de sa réputation vergogneuse, le quartier de Perrache au-delà des voûtes est devenu au fil des ans, un quartier bien typé, occupé pour l’essentiel par des postiers,  des cheminots, des électriciens-gaziers et des gendarmes, le tout formant une communauté socialement homogène et riche de solidarités multiples. On y trouve même un groupe d’immeubles collectifs datant de l’entre-deux guerres1, qui mériterait d’être préservé au titre patrimonial.

9Longtemps utilitaire, besogneux et même marginal dans sa partie aval qui participe des avatars des bords de l’eau avec son cortège de prostituées, le quartier subit actuellement une mutation, d’abord amorcée avec l’aménagement de l’ouvrage de Pierre-Bénite par la Compagnie Nationale du Rhône et la consolidation résultante de la pointe sud de la presqu’île. Par la suite, la création d’un port de plaisance puis l’arrivée du tramway à Montrochet, ont constitué les prodromes de futurs bouleversements. Le vaste chantier en cours, complété par le réaménagement des quais du Rhône en rive gauche, fait de Lyon une ville laboratoire en matière d’urbanisme dit postindustriel. Mais il s’agit là d’une œuvre de longue haleine qui ne sera achevée que lorsque le centre d’échange de Perrache aura été éradiqué, l’autoroute enterrée et son prolongement jusqu’à la Mulatière transféré on ne sait trop où. Sans qu’il soit question d’entrer ici dans une analyse urbaine, il convient d’observer que depuis le début du XIXe siècle, le quartier n’a jamais cessé d’être remodelé de façon plus ou moins heureuse et qu’il semble en passe d’accéder enfin au stade d’une pleine intégration au centre urbain, avec cette touche de gentrification à laquelle aspirèrent en vain ses premiers promoteurs. Un tel cas de mobilité dans la morphologie et les fonctionnalités d’un vaste quartier urbain est assez rare pour retenir l’attention.

10L’analyse du projet urbanistique n’en pose pas moins quelques problèmes avec des choix multiples entre réalisations élitistes (marina, théâtre de verdure), édilitaires (l’Hôtel de région), fonctionnelles (siège rédactionnel du journal Le Progrès), résidentielles (partage entre immeubles de haut standing et HLM), culinaire (Nicolas le Bec), maintien ou création de nucléi commerciaux. Certains choix prêtent à discussion, notamment le transfert des prisons vers une lointaine périphérie. Certes, rien de moins décoratif qu’une prison ; du moins la proximité de la gare de Perrache facilitait-elle les rapprochements des détenus et de leurs familles.

L’esprit des lieux

11Le site de confluence n’est pas la simple combinaison de deux eaux. Celles-ci entraînent avec elles les richesses, l’esprit et les symboles des pays qu’elles drainent. Entre Rhône et Saône, la presqu’île lyonnaise entendue au sens large et englobant la totalité de la ville, subsume les herbages et les vignobles du Val de Saône et de ses coteaux entre Bourgogne et Beaujolais, les étangs de la Dombes, les vertes forêts du Jura, les alpages savoyards, la mélancolie des Terres froides du Dauphiné, les vents et les vins du couloir rhodanien. A plus large échelle, y convergent les routes qui viennent de la Méditerranée et du Proche-Orient, celles qui vont vers l’Europe centrale et la mer du Nord, celles qui traversent les Alpes. L’air même et les humeurs du temps, viennent d’un bord à l’autre de l’horizon, de sorte que le climat lyonnais voit se succéder des nuances qui évoquent tour à tour l’Europe centrale avec ses excès thermiques, le monde atlantique avec ses douceurs humides et même la Méditerranée quand souffle le vent du sud. Dans ses meilleures traditions, la cuisine lyonnaise est à l’image de cette diversité, et dans les bouchons, les Côtes du Rhône rivalisent avec le Beaujolais et les arômes verts des vins de Savoie, la daube provençale affronte la daube bourguignonne, cependant que la crème et l’huile d’olive se partagent les faveurs des cuisiniers. L’histoire et les traditions de la ville vont dans le même sens. Vers le nord, la statue de l’Homme de la roche témoigne d’un tropisme suisse et allemand, vers le sud la Pierre-Bénite évoque le temps des décizes et vers l’est, le pont de la Guillotière est l’héritier moderne du vieux pont qui ouvrait la route des Alpes et de l’Italie.

12Le temps et l’espace de la confluence ont donc fait la fortune de Lyon et ce constat reste d’actualité avec les relances plus ou moins heureuses des grands chantiers qui s’ordonnent autour du carrefour lyonnais, équipement hydroélectrique de la vallée, futur tunnel de base alpin, carrefour autoroutier inachevé, projet de liaison Méditerranée-Mer du Nord, voué aux gémonies mais qui redeviendra d’actualité. Quoiqu’on fasse et d’une époque à l’autre, les évènements et les flux - flux d’hommes aussi bien que de capitaux et d’initiatives - s’ordonnent autour et en fonction du confluent et du carrefour lyonnais, et ce constat rend à cette presqu’île trop longtemps marginalisée mais enfin réinventée, toute sa valeur symbolique. Sans doute les édiles lyonnais ont-ils pris la mesure de cette valeur quand ils ont choisi d’implanter le futur hôtel de la Région Rhône-Alpes au sud de la presqu’île, lointaine réminiscence  de la période faste où l’Autel des Trois Gaules ornait les pentes de la Croix-Rousse.

13Lyon aurait donc enfin trouvé son lieu de mémoire, non pas replié sur l’une ou l’autre colline, celle qui travaille ou celle qui prie, mais ouvert sur de vastes horizons. Il ne suffit pourtant pas d’un Hôtel de Région pour exprimer pleinement l’esprit des lieux. Il y faudrait également quelques jalons témoignant à la fois du passé et de la continuité de la trajectoire lyonnaise dans l’espace et le temps.

14L’un de ces jalons pourrait être la Pierre-Bénite. En son temps, elle marquait le terme initial des décizes et les mariniers se recueillaient devant elle en appelant les courants propitiatoires. Elle était et elle reste le symbole de cette navigation qui a fait la fortune de Lyon. Il est vrai qu’elle évoque des temps révolus et qu’elle a bien failli disparaître dans les bouleversements causés par les travaux d’aménagement de la Compagnie nationale du Rhône. Faute de pouvoir respecter le lieu d’implantation originel, celle-ci découpa la pierre et la réimplanta au pied de la centrale de Pierre Bénite. Par la suite, elle fut récupérée par la commune éponyme et se trouve maintenant dans l’arrière cour de la mairie. Peu visible, partiellement mutilée après l’arrachage de la croix qui y était incrustée, elle n’est pas vraiment mise en valeur. Dûment restaurée, sa place ne serait-elle pas à l’extrême pointe du site de confluence ouvert sur le fleuve et la rivière ?

15Un peu en amont de ce site potentiel d’implantation, un musée dit des confluences est en voie de construction. Mais confluence doit s’entendre en l’occurrence de façon on ne peut plus symbolique et vague, sans aucun rapport avec l’esprit des lieux. Ce musée servira de relais au vieux Muséum et sera le support  de manifestations qui ne manqueront sans doute pas d’intérêt, qu’il s’agisse des Inuit, des Papous ou des Indiens Achuar, du déluge ou du changement climatique sans parler de la lune et des étoiles. Tout cela est bel et bon mais n’exprime nullement l’esprit du lieu. Ne peuvent symboliser cet esprit, que des objets et des manifestations qui se rapportent au fleuve, à l’axe et au carrefour qui ont fait la ville et modelé de plus vastes espaces. N’y a-t-il donc pas de place sur ce site de confluence pour ce qui a trait à cette confluence ? C’est ici que devraient être conservées les barques tirées du fleuve, depuis la pirogue jusqu’aux naves exhumées sous le quai Fulchiron. C’est ici que devraient figurer les maquettes préservées ou reconstituées de tout ce qui a navigué sur les trois eaux, depuis les fustes et les radeaux savoyards jusqu’aux cargos fluviomaritimes, en passant par les convois tirés par les équipages, les bateaux mus par des roues à aubes et les toueurs dont le dernier pourrit du côté de Valence. C’est ici que devraient figurer les souvenirs évoquant le temps des foires de Lyon, des banquiers italiens et allemands qui firent la fortune de la ville à l’époque de la Renaissance, des soyeux qui étaient en relation avec l’Orient. C’est ici que devraient être rassemblées les images du fleuve à diverses époques. C’est ici que devraient être collectés les outils des mariniers (l’ense et la traille) et des pêcheurs (le verveux et le vire-vire). Bref, c’est ici que devrait être édifié ce Musée de la confluence qui serait aussi ce musée du Rhône, esquissé ici ou là, à Serrières ou à Tournon, en cours de réalisation à Givors avec un programme qui n’intègre pas la notion de confluent, mais qui n’aura été à Lyon qu’un musée imaginaire, sans doute jamais réalisé.

16Il existe au-delà des voûtes de Perrache, une longue tradition d’erreurs urbanistiques ou monumentales qui semblent inhérente au lieu. Le réaménagement en cours aurait pu mettre fin à une longue séquelle d’approximations et d’aberrations. Il serait regrettable que le musée dit des confluences figure le dernier maillon de cette malheureuse suite.

Haut de page

Notes

1  Entre le quai de Perrrache et la rue Delandine, avec chaufferie, douches et buanderies collectives, témoins d’une époque révolue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Lyon, le confluent et l’esprit des lieux », Géocarrefour, Vol. 82/3 | 2007, 165-167.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Lyon, le confluent et l’esprit des lieux », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 27 mars 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2212 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2212

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page