Navigation – Plan du site
Articles

Cardiff veut lier développement et grands événements1

Cardiff seeks to link development and major events
Pierre Gras

Résumés

La mutation de Cardiff, au Pays de Galles est aussi spectaculaire qu’ambivalente. Cette ancienne cité portuaire, touchée de plein fouet par la crise du charbon et de l’acier dans les années 1980, est en pleine renaissance économique et urbaine. Elle s’est appuyée sur la transformation complète de ses docks et sur un événement sportif majeur : la Coupe du monde de rugby. Pour autant, elle reste en attente d’innovation et de créativité en matière éducative et culturelle. À l’image de la lecture publique ou de la politique d’art public initiée dans les années 1990, le succès de cette démarche de régénération urbaine dans le domaine culturel repose sur les choix à long terme que les autorités locales, de plus en plus enclines à assumer leur destin loin de Londres, seront amenées à formuler en s’appuyant sur des événements fédérateurs qui restent à inventer.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pierre Gras, journaliste, consultant, enseignant vacataire à l’École nationale des travaux publics de l’État et à l’Institut d’urbanisme de Lyon, dirige la collection « Carnets de ville » qu’il a créée en 2002 aux éditions L’Harmattan. Il collabore régulièrement à la revue Urbanisme, pour laquelle il a enquêté à Cardiff en 2006.

Texte intégral

  • 1  Photos illustrant cet article : © Serge Mouraret

1S’interroger sur le potentiel de développement d’une ville à partir de sa capacité à organiser de « grands événements », c’est analyser son parcours historique, prendre en compte son identité culturelle dans toute sa diversité et étudier ses principaux atouts dans la rude compétition entre les villes qui caractérise la mondialisation des échanges. Dans sa fameuse analyse sur la « classe créative », Richard Florida a cherché à montrer à quel point « les initiatives des gens créatifs, qui choisissent d’habiter des localités où règnent la diversité, la tolérance et l’ouverture aux nouvelles idées, sont à la source de toute croissance économique régionale » (Florida, 2002). La « politique événementielle » s’inscrit dans cette perspective qui, bien que controversée, guide de plus en plus les stratégies politiques des métropoles. Le cas de Cardiff, métropole de second rang, mais très active dans ce domaine, nous paraît éclairant pour évaluer les potentiels et les atouts d’un territoire, mais aussi les limites d’une stratégie associant développement et grands événements.

Tourner la page de la désindustrialisation

  • 2  Cardiff n’est devenue officiellement capitale du Pays de Galles, qui n’était pas encore une entité (...)
  • 3  1 500 sociétés étrangères se sont implantées au Pays de Galles ces dernières années et plus de 80 (...)

2La capitale du pays de Galles, l’une des plus jeunes d’Europe2, est depuis quelques années en pleine « renaissance » (Colomb, 2006). Aux alentours de la gare centrale, les immeubles de bureaux ont poussé, comme pour rappeler que Cardiff a su tourner la page de la désindustrialisation et adopter avec énergie les standards de la « nouvelle économie » : commerce électronique, pôles logistiques, industries de la communication et de la culture3.... Et le Millenium Stadium se dresse, massif, au cœur du nouveau dispositif urbain. Pour qui garde en mémoire la réalité du Pays de Galles au cours des décennies précédentes, la mutation de la ville (320 000 habitants) est aussi surprenante que manifeste. Son centre-ville très actif, en partie piétonnier et relativement diversifié, comportant une offre commerciale stimulante – placée sous surveillance vidéo 24 h/24 –, n’a rien à envier aux autres cités britanniques. Cette transformation s’accompagne d’une floraison d’objets architecturaux juxtaposés qui vont, à Cardiff Bay par exemple, d’une église norvégienne en bois au high-tech le plus rutilant. En outre, la ville dispose d’un ensemble de voies de communication modernes et des transports publics de bon niveau.

3Cette mutation ne ressemble pourtant pas à un long fleuve tranquille, bien que l’on puisse qualifier ainsi l’étroite Taff River qui traverse la ville avant de rejoindre l’océan, depuis que le barrage de Weir Locks a domestiqué les grandes marées et transformé la baie en « lac des cygnes ». Les activités d’entertainment chères aux Anglo-saxons semblent avoir définitivement policé l’ancienne rudesse du port dont ne témoignent que de rares traces anecdotiques, comme la présence d’un bateau-phare et de quelques estacades. En apparence au moins, il ne reste rien du passé industriel de Cardiff, hormis les quelques équipements portuaires dispersés le long du Queen Alexandra Dock. Ici, une voie ferrée le long d’un bassin à écluses, là quelques poulies rouillées, plus loin d’anciens équipements de déchargement du charbon ou les restes d’un sémaphore et, juste à l’entrée du port, posée ostensiblement à portée du touriste, une haute grue repeinte en bleu et noir, désormais immobile…

Un pur produit de la révolution industrielle

4Au début du XVIIIe s., Cardiff n’était qu’un petit village, commune de province dominée par la ville-port voisine de Swansea. La ville proprement dite est un pur produit de la révolution industrielle qui en fit le numéro Un mondial de l’exportation de charbon, grâce à la réalisation d’une voie d’eau, le Glamorganshire Canal (1794), et d’une ligne de chemin de fer, le Taff Vale Railway (1840), tous deux dédiés au transport du minerai depuis les vallées industrielles du sud du Pays de Galles. La croissance de la métallurgie et de l’exploitation du charbon fut le principal catalyseur du développement des équipements portuaires : virent ainsi le jour le Bute West Dock en 1839, suivi par le Bute East Dock en 1855, le Roath Basin en 1874, le Roath Dock en 1887 et enfin le Queen Alexandra Dock en 1907. Pendant toute cette époque, Butetown et la baie de Cardiff constituèrent le point d’arrivée d’une communauté cosmopolite de marins et de dockers venus du monde entier, attirés par la notoriété nouvelle du port. Certains historiens évoquent la présence d’une centaine de nationalités parmi les plus « exotiques », au sein desquels les Gallois se trouvèrent souvent minoritaires, d’où le surnom de « Tiger Bay » qui fut donné à la baie de Cardiff. Ce kaléidoscope de pionniers contribua à l’édification des docks, mais aussi à la construction d’une solide place maritime et financière. À l’aube de la Première guerre mondiale, en 1913, l’exportation de charbon depuis le port de Cardiff atteint un niveau exceptionnel, avec 13 millions de tonnes. Le Coal Exchange, où businessmen, armateurs et financiers croisent leurs destins, fixe les prix du marché et dicte alors sa loi dans le monde.

Photo 1 : Le secteur de la gare centrale accueille de nombreux immeubles de bureaux.

Photo 1 : Le secteur de la gare centrale accueille de nombreux immeubles de bureaux.

5Le déclin du port se manifeste pourtant assez tôt, dès lors que l’extraction de la houille n’est plus aussi stratégique pour le gouvernement de Londres, dont la suprématie internationale est battue en brèche par les États-Unis. Après la Seconde guerre mondiale, la demande de charbon s’effondre et la plupart des pays développés parviennent à reconstituer leur industrie métallurgique. Le commerce par conteneurs supplante celui des matières premières et, dès 1960, l’exportation de charbon cesse pratiquement. En 1978, les aciéries East Moors ferment leurs portes et laissent sur le carreau 3 200 ouvriers. L’économie de Cardiff s’écroule. Au début des années 1980, le secteur des docks est un espace abandonné, jugé dangereux, où le taux de chômage est l’un des plus élevés de Grande-Bretagne.

Un ambitieux programme de régénération urbaine

  • 4  Il s’agit, outre la Cardiff Harbour Authority, de la Welsh Development Agency, du Vale of Glamorga (...)

6C’est avec l’énergie du désespoir que la ville cherche à se relever, avec l’appui du programme de régénération urbaine (Urban Development Program) lancé par le gouvernement britannique en direction des quartiers déshérités des centres-villes (Baert, Werner, 1998). Créée en avril 1987, la Cardiff Bay Development Corporation est chargée d’une mission de « régénération » d’environ 1 100 hectares de terrains et de bâtiments désaffectés, avec l’objectif de « réunir le port et la ville » grâce à un effort d’investissement, sans précédent au Pays de Galles, de 2,4 milliards de livres (3,6 milliards d’euros), dont la moitié émanera du secteur privé. Le secrétariat d’État chargé du Pays de Galles, qui administre alors la région, se donne dix ans pour y parvenir. Les résultats vont dépasser ses espérances puisque le 31 mars 2000, lorsque la société de développement remet les clés de l’opération à la Ville de Cardiff et à plusieurs agences ou institutions dédiées4, pas moins de 4 800 logements et de 17 000 emplois ont été créés, ainsi qu’un million de mètres carrés d’activités et 80 hectares d’espaces publics.

Photo 2 : Le Millenium, un grand équipement sportif et commercial de centre-ville.

Photo 2 : Le Millenium, un grand équipement sportif et commercial de centre-ville.

7La construction de logements en copropriété le long de l’Atlantic Wharf, le programme de bureaux Crickhowell House – qui accueille désormais l’Assemblée nationale galloise et dont l’architecture originale est due à Sir Richard Rogers –, le centre commercial et de loisirs de Mermaid Quay constituent les fers de lance de la nouvelle image du port. L’intérêt de ces projets de renouvellement urbain tient moins à leur forme, plutôt stéréotypée, en dehors de quelques bâtiments emblématiques, qu’à leur rythme soutenu et à leur capacité à ne pas faire de vagues. Quartiers résidentiels sans véritable mixité fonctionnelle, parcs déserts en bord de fleuve ou de docks, équipements commerciaux flambant neuf, cafés et restaurants en veux-tu en voilà : le changement de paysage est évident et paraît accepté par la population – qui n’avait guère le choix. Les quartiers périphériques ne semblent pas poser d’insurmontables problèmes, alors même que la cohabitation ethnique y est de rigueur. Les autorités locales soulignent le fait que la population est étroitement associée au dispositif, même s’il est clair que les emplois offerts par le tourisme, les services ou la « nouvelle économie » ne sont guère destinés aux anciens mineurs ou aux dockers au chômage. Mais une seconde étape s’imposait : reconquérir le centre-ville.

Le levier de la Coupe du monde de rugby

  • 5  Pour la petite histoire, le Pays de Galles fut éliminé en quarts de finale, devant son public, au (...)

8Celui-ci va connaître à son tour une transformation majeure, grâce à un événement décisif, la Coupe du monde de rugby, que le Pays de Galles doit accueillir en octobre-novembre 1999 avec quelques-uns de ses voisins. En 1991, Cardiff avait déjà accueilli la première édition de cette compétition, mais les équipements locaux avaient montré leurs limites. Dès 1995, la décision est prise de transformer le mythique Arms Park, créé en 1848 (mais on y jouait alors, influence anglaise oblige, au cricket) et où se produit l’équipe galloise de rugby, en véritable « machine sportive ». Les travaux sont engagés en 1997 et dotent la ville, dans les délais impartis, du Millenium Stadium (72 500 places), l’un des stades les plus modernes au monde, doté d’un toit rétractable et de deux pelouses interchangeables en moins de vingt-quatre heures. Les cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que la finale de la compétition s’y déroulent5. Tout le quartier alentour est rénové d’un même geste : les berges de la Taff River sont transformées d’un côté en estacade et de l’autre en promenade plantée ; le stade lui-même est flanqué d’équipements commerciaux et de loisirs ; les espaces publics sont réaménagés et signalisés grâce à une série de pylônes aériens et à des jeux de lumière. Cardiff Centre vit à son tour l’expérience d’une nouvelle attractivité à l’occasion de grands événements sportifs (rugby, football et même boxe) et de concerts géants, comme ceux de Tina Turner ou de Robbie Williams, qui mobilisent les foules.

Une dynamique de concurrence territoriale

Photo 3 : La Bibliothèque publique met en scène la démocratisation de la culture.

Photo 3 : La Bibliothèque publique met en scène la démocratisation de la culture.

9Ce choix n’est pas indifférent dans le contexte où se trouve placée la ville. Edmond Hervé, le maire de Rennes, qui connaît bien Cardiff, fait un parallèle entre les politiques de développement poursuivies les villes d’Europe occidentale : « Toutes les grandes villes de l’Arc atlantique (…) ont fait le pari de la culture. C’est vrai pour Glasgow ou pour Cardiff – notamment son volet sportif de la culture avec, au centre-ville, le stade de rugby très moderne, cœur qui dynamise le centre et les friches portuaires et industrielles ». « Je suis convaincu, poursuit l’édile, que la culture, au sens très général du terme (dans la culture, j’inclus aussi tout ce qui concerne la formation et le sport), est l’énergie principale des collectivités. Les territoires qui, demain, compteront seront ceux qui pourront proposer à leur population des sources de connaissance, de savoir, bref, des sources de culture. Je considère que la culture, en termes de formation, de loisirs, de capacité à échanger et à se comprendre, c’est l’énergie d’aujourd’hui et de demain. Vous ne retiendrez jamais des ingénieurs, des cadres, des enseignants, des étudiants, s’il n’y a pas une force culturelle »(Lucas, 2006, p. 54).

10Au-delà de la nécessité d’offrir des services culturels suffisamment riches, il s’agit de « véhiculer l’image d’un symbole fort auprès des territoires voisins », car « cela répond à la représentation concurrentielle entre territoires qui pousse à la spécification et à l’innovation ». L’élu reconnaît qu’il est difficile d’« évaluer précisément les externalités positives dues à des produits immatériels » comme les grands événements, le rayonnement international ou l’économie de la connaissance. Mais il ne doute pas qu’il s’agisse là d’éléments essentiels dans cette dynamique de « concurrence territoriale ».

  • 6  Glasgow en 1990, Dublin en 1991, Cork en 2005 et Liverpool pour 2008 ont ainsi été choisies comme (...)

11Pour en revenir à Cardiff, il n’est pas étonnant que ce qui nous intéresse – d’un point de vue plus continental ou extérieur aux contingences de l’économie post-industrielle telles qu’elles s’expriment dans les villes de l’Arc atlantique – paraisse en définitive banal dans les pays où s’exerce habituellement cette relecture culturelle des capacités de développement d’un territoire. Outre Glasgow, de nombreuses métropoles britanniques revendiquent ou élaborent en effet des stratégies voisines en matière de redynamisation urbaine reposant sur la culture et les grands événements : c’est le cas, en Angleterre, de Bristol, de Leeds ou de Liverpool (qui sera capitale européenne de la culture en 2008), en Irlande, de Dublin et de Cork (capitale européenne de la culture en 2005), ou encore, au Pays de Galles même, de Swansea. Du reste, jusqu’à une époque récente, les efforts de Cardiff pour émerger dans le peloton de tête des « cités culturelles » ont échoué, alors que ses principales rivales du Royaume-Uni ont trouvé leur place dans le dispositif des Villes européennes de la culture6. Le choix de la dominante sportive éclaire donc certainement les objectifs poursuivis, même s’il n’est pas sans conséquence sur les résultats obtenus en matière d’« image culturelle » (Cooke, 2005).

Glasgow vs Cardiff ?

12Dans le cas de Glasgow, les conditions initiales n’étaient pourtant guère différentes de celles de la capitale galloise. « Engagé dans un scepticisme général, rappelle Anne-Marie Autissier, auteure d’un rapport consacré aux villes européennes de la culture à la demande de la Commission européenne, l’événement ‘’Ville européenne de la culture’’ avait gagné une notoriété inattendue avec la désignation de Glasgow en 1990. Les raisons de cette réussite tiennent – comme souvent – à la coïncidence entre le volontarisme d’une ville décidée à ‘’retourner son image’’, à la relative cohésion locale et régionale autour du projet, ainsi qu’à la problématique culturelle embrassée par Glasgow, tout comme son mode d’organisation. ‘’Ah ! Glasgow !’’, soupirent les hommes politiques… » (Autissier, 2005).

13

Photo 4 : La Baie de Cardiff regroupe diverses fonctions administratives et culturelles.

Photo 4 : La Baie de Cardiff regroupe diverses fonctions administratives et culturelles.
  • 7  82 % des fonds nécessaires auraient été dégagés par l’administration locale, le reste par l’Union (...)

14À l’aube des années 1980, Glasgow n’était pas moins sinistrée que Cardiff. L’industrie textile et les chantiers navals, qui avaient fait sa réputation internationale – mais qui réservaient aux populations ouvrières des conditions de vie et de logement plus que précaires –, sont en pleine déliquescence dès le milieu des années 1970. Leur effondrement va ramener en moins de dix ans la part de l’emploi industriel à 15 %, contre 75 % aux activités de services. Mais en 1980-1981, l’Agence écossaise de développement, chargée de sauver ce qui pouvait l’être, s’efforce de conjuguer nouvelles sources d’emploi et effervescence culturelle, avec l’excentrique collection Burrell, le Festival des jardins ou le Mayfest, événement festif de grande qualité qui va contribuer au « renouvellement d’image » idéalement recherché. Elle soutient également des projets culturels diversifiés, allant de l’expression des communautés aux initiatives plus classiques des institutions de prestige comme l’Opéra national ou le Ballet d’Écosse. Et lorsqu’en 1986, Glasgow entre dans la compétition formelle pour le titre de « Ville européenne de la culture », la ville ne doute pas que sa nouvelle image de marque lui permettra de l’emporter sur ses concurrentes. Elle construit sa candidature sur l’expérience récemment acquise en matière interculturelle, mixant habilement tourisme, éducation, culture et développement économique. Et elle l’emporte devant Édimbourg, Bath, Bristol, Cambridge, Cardiff, Leeds, Liverpool et Swansea. On connaît le bilan culturel, touristique et urbain de l’événement : les initiatives impulsées par The Glasgow Action bénéficient d’heures entières de télévision, en Grande-Bretagne comme à l’étranger, et la fréquentation touristique augmente de 50 % en quelques années. Un rapport établi en 1994 et portant sur les dix premières années de fonctionnement de l’initiative « Villes européennes de la culture » fait apparaître un bilan moins favorable. Mais, en dépit de la faible part des financements hors administration locale7 et des difficultés persistantes en matière d’emploi (la plupart des postes de travail créés pendant la « période événementielle » étaient précaires), le rapport comparatif entre coûts et bénéfices est jugé positivement.

Le projet Millenium : un bilan mitigé

  • 8  Le secteur touristique représente environ 8 % du PIB gallois. Le nombre d’emplois dans le tourisme (...)

15Le cas de Cardiff tranche avec ce résultat « globalement positif » sans que l’on puisse véritablement y déceler les causes manifestes d’un échec. Le bilan des manifestations et des grands événements organisés autour du Millenium Stadium et de la transformation de Cardiff Bay est en effet loin d’être négligeable. La mutation économique et urbaine du port est spectaculaire, celle du centre-ville significative. La bonne santé économique de la ville ne fait pas de doute. Les séjours touristiques ont décuplé et leur amplitude a augmenté8. Outre la dimension de leadership économique et commercial au Pays de Galles, trois grandes fonctions sont ou seront à l’avenir assurées sur le port : la représentation politique (avec le Parlement gallois), la culture (dont le déjà célèbre Wales Millenium Centre, ouvert en novembre 2004, est devenu le temple) et enfin l’« excellence sportive » qui, au-delà du seul rugby, s’ouvre au monde à travers un vaste projet d’aménagement des dernières friches portuaires.

16Le coût de cette nouvelle opération s’élève à 700 millions de livres (1 milliard d’euros) sur sept ans : un immense « village sportif » avec piscine olympique, patinoire, piste de ski artificielle, hôtels et résidences touristiques, restaurants, casino… et une marina. Il s’agit d’un des plus importants projets de développement urbain en Europe, susceptible de créer 3 000 emplois à temps plein ou partiel, comme l’expliquent ensemble le conseil municipal et les autorités portuaires. Le leader politique du Cardiff Council, Rodney Berman, un libéral-démocrate qui a succédé à une longue période de pouvoir travailliste en 2004, a pris la direction des opérations et confié au groupe privé Taylor Woodrow le soin d’engager l’aménagement du site. Le nivellement du sol et la réalisation d’une promenade littorale de 13 km sont en cours, mais l’opération anticipe la planification complète des équipements. L’autorité portuaire négocie également avec des opérateurs privés le développement d’un service plus complet de navettes à travers la baie et sur les rivières Taff et Ely. Le volet promotionnel n’est pas absent : « Cardiff est une ville vivante et cosmopolite, fière de son riche passé, de son histoire, et passionnée par les défis de l’avenir, affirme avec emphase l’autorité portuaire. La ville a l’ambition de devenir l’une des capitales régionales les plus dynamiques en Europe, incluant les vallées et l’espace rural gallois dans de nouveaux partenariats dynamiques. Cardiff veut être reconnue comme le meilleur endroit pour vivre et travailler de tout le Royaume-Uni. »9

L’éducation et la culture, parents pauvres de l’approche événementielle ?

  • 10  The Regeneration Institute est issu d’un partenariat entre The School of City and Regional Plannin (...)
  • 11  http://ec.europa.eu/regional_policy/urban2/urban/audit/ftp/yearbook/royaume-uni.pdf

17Au-delà des progrès du marketing territorial au Pays de Galles, les retombées de ces investissements semblent pourtant difficiles à discerner dans un certain nombre de domaines, parmi lesquels l’éducation et la culture. Dans leur « bilan prospectif » intitulé Capital Cardiff 1975-2020 ; Regeneration, Competitiveness and The Urban Environment, publié sous l’égide du Regeneration Institute10, un groupe d’universitaires se livre à une analyse documentée de la période (Hooper, Punter, 2006). Il dresse le portrait contrasté du redressement d’une ville, décrivant les « ups and downs » (les hauts et les bas) des décisions prises par les leaders des autorités locales au cours des trente dernières années (1975-2005). Cette étude critique montre ainsi que le manque de continuité des stratégies poursuivies par les autorités locales – avant, mais aussi depuis la dévolution – a longtemps contribué à l’inefficacité des politiques publiques. L’analyse se focalise sur le « retour à la compétitivité » d’un territoire marginalisé et sur les ressorts de sa nouvelle « attractivité ». La réussite de la politique événementielle et d’image est saluée, en particulier au plan économique. Le nombre de résidents actifs s’est en effet accru de 19 % et le chômage a baissé. Mais plusieurs « points noirs » persistent, pointés dans le cadre de l’audit des villes mené par la Commission européenne11, parmi lesquels la part de chômeurs de moins de 25 ans, la proportion minoritaire d’élèves achevant leur scolarité obligatoire en ayant atteint le niveau minimum d’instruction ou encore le faible taux de participation aux élections municipales.

  • 12  Cf. Public Art in Cardiff Bay; Cardiff 2005, Centenary Year (1905-2005), plaquette éditée par la C (...)
  • 13  Cf. A guide To The Visual Arts in Cardiff, édité dans le cadre de la candidature de Cardiff au sta (...)
  • 14 Public Art in Cardiff Bay, op. cit

18En contrepoint de ce bilan contrasté, l’une des dimensions intéressantes de la démarche galloise, moins étudiée, touche à la place de l’art dans la cité. Elle va au-delà de la présence systématique de la sculpture et de l’art contemporain dans les espaces publics et au sein de certains bâtiments12, du développement des galeries, liée en particulier à l’émergence des « arts visuels »13. Dix-huit œuvres d’art, sculptures, fontaines ou installations, dont la thématique est fortement maritime (« Wife on the Ocean Wave », « Ship in a Bottle », « Deep navigation », « Cargœs », etc.), ont ainsi été réalisées sur le site de Cardiff Bay. Les autorités locales ne font pas mystère de leurs intentions : « L’art public peut être un puissant mécanisme de transmission du patrimoine et de l’histoire d’un lieu. L’implantation d’œuvres d’art à Cardiff Bay établit un rapport dans le temps et dans l’espace avec le site et l’identité particulière de la baie. Elle leur donne une personnalité unique et un fort sentiment d’urbanité. La plupart des œuvres ont été réalisées par des artistes installés dans le sud du Pays de Galles et elles sont accessibles au public en permanence »14. Sur Bute Street, la voie principale qui mène du centre-ville à Cardiff Bay, via la bibliothèque publique dont la façade est, en soi, un acte de foi, les activités artistiques accompagnent les mutations et la gentrification en cours de l’ancien quartier portuaire. Un manifeste identitaire situé à un jet de pierre d’un quartier multiethnique que l’on qualifierait de « sensible » de l’autre côté du Channel, mais qui ne semble guère bénéficier d’une attention particulière.

Des « actions-phares » créatives, mais à impact limité ?

19Les actions phares en matière artistique soutenues par le Cardiff Bay Art Trust, créé dans les années 1990 dans la foulée des démarches de régénération urbaine, ont contribué à établir un climat favorable aux initiatives créatives. Le traitement-mise en lumière d’une usine de déchets implantée à l’est de la baie par l’artiste hollandais Theo van Westen a donné le ton à l’époque. Une cinquantaine d’interventions ont été financées sur la base d’une sorte de 1 % artistique dégagé sur l’ensemble des investissements (Masboungi, 2004, p. 60-61). Et les formes d’expression culturelle sont en renouvellement : les « performances » de jeunes artistes gallois ont ainsi été célébrées dans la presse et l’édition nord-américaines (Martel, 2004).Le design et l’architecture contemporaine – dont les figures de proue sont, outre le Wales Millenium Centre, le Saint-David’s Hotel et le Techniquest, sorte de Cité des sciences et des technologies – ont le vent en poupe (Cherry, 2003). Mais, en dehors des élites galloises, ils ciblent une clientèle en grande partie extra-locale et internationale. Les Anglais et, d’une manière générale, les Britanniques, sont en effet de plus en plus nombreux à se rendre à Cardiff le temps d’un week-end, parfois pour chercher une « atmosphère » qui leur manque dans leurs propres centres-villes, mais aussi et surtout pour faire du business. Les liens avec des cités à la mode comme Bristol, située à une demi-heure de train, Liverpool ou Manchester, plus proches du nord du Pays de Galles, se renforcent et contribuent à développer localement les industries culturelles dont ces villes sont aujourd’hui le fer de lance en Angleterre (hors Londres). Depuis Twin Town (1997), de Kevin Allen, qui décrit Swansea avec un humour ravageur, un cinéma d’auteur, accompagné par la présence de jeunes créateurs vidéo, commence en effet à émerger.

20Mais le financement public de la culture reste peu développé au Pays de Galles. Atavisme d’une région jadis considérée avec condescendance par les autres Britanniques comme étant peuplée d’éleveurs incultes (Parker, 2005) ? Prudence des politiques pour qui le développement local doit répondre en priorité à la question de l’emploi, et non encourager l’expression d’une créativité débridée ? Vision idéologique d’une croissance mue principalement par l’investissement privé et ses retombées médiatiques ?En tout cas, le résultat est clair : la demande sociale semble se porter davantage vers l’offre de loisirs marchands. Un équipement de centre-ville tel que le Millenium Stadium, qui associe stade, cinéma, commerces, bars et restaurants, y répond efficacement. L’ingéniosité et le volontarisme avec lesquels les pouvoirs publics et les acteurs locaux ont imaginé et construit la régénération urbaine de Cardiff pourraient inciter les décideurs, les premiers résultats étant acquis, à approfondir le champ de l’action culturelle. Car il y a loin de la coupe aux lèvres pour que cette nouvelle étape se traduise par une politique de développement culturel tournée vers l’ensemble de la population. Avec une pointe de nationalisme, tempérée par l’intégration européenne, celle-ci se tourne vers le sport. Et le pub crawl du vendredi soir, qui consiste à « visiter » le plus grand nombre possible d’estaminets entre la fermeture des bureaux et celle des dits établissements, semble parfois constituer la monoactivité « culturelle et sportive » de nombre de jeunes rencontrés au fil des soirées de Saint-Mary’s Street ou de Mill Lane…

Privilégier le consensus culturel ou l’innovation ?

21À Cardiff, comme ailleurs en Europe – mais avec d’autant plus de force que les moyens sont souvent comptés –, des voix s’élèvent pour soutenir ou relancer des initiatives existantes, impulsées par les professionnels de la culture. L’effervescence festive, qui donne lieu généralement à un franc succès public, risque en effet de n’être que le bel arbre qui cache la forêt de la banalisation. Comme le souligne Anne-Marie Autissier, cette préoccupation événementielle « ne doit pas oblitérer le travail de terrain lent et peu spectaculaire sans lequel une vie culturelle ne peut durablement se développer ». A l’instar du statut convoité de ville européenne de la culture, l’existence de « pointes festives » émergeant d’une moyenne relativement faible ou simplement linéaire peut accréditer le pessimisme de certains observateurs selon lesquels cette démarche « ne change rien aux conditions sociales, mais les remplace par une illusion ou une image dédoublée de la ville, l’une consacrée aux voyages d’affaires, aux week-ends et aux amateurs d’art, l’autre faite de gens qui l’habitent » (Jones, 2001). Ce risque, réel ou fantasmé, n’est-il pas à mesurer à l’aune des ambitions politiques affichées depuis plusieurs années ?

  • 15  Il s’agit des villes ou entreprises publiques de Galway (Irlande), Leipzig (Allemagne), Palerme (I (...)
  • 16  http://ec.europa.eu/regional_policy/innovation

22Consciente de ce risque, la ville de Cardiff s’est associée à trois autres agglomérations ou régions dans le cadre d’un réseau européen intitulé CIED (Innovation culturelle et développement économique)15. Celui-ci s’attache à « définir des démarches innovantes permettant d’assurer, à travers la préservation du patrimoine culturel des régions périphériques européennes et sa mise en valeur, le développement économique de ces territoires ». Parmi les quatre objectifs avancés, l’un d’entre eux – « favoriser l’émergence d’un véritable consensus culturel comme fondement de la prise de décision » – paraît particulièrement adapté au cas de Cardiff. L’initiative retenue par la capitale galloise dans le cadre de ce programme européen consiste en effet à organiser la gouvernance (même si, en l’espèce, le mot lui-même n’est pas utilisé) autour du projet de transformation du Coal Exchange de la baie de Cardiff en « pôle multimédia » pour développer l’emploi local et régional. Il s’agit de faire de ce quartier le support d’une « nouvelle étape de développement » en favorisant une « étroite interaction » entre la Cardiff Bay Development Corporation, le Forum d’affaires de la baie de Cardiff et le groupe d’utilisateurs privés du centre multimédia de quartier (Cardiff Bay Multimedia). Mais l’élaboration, avec les autres partenaires européens, d’un classique « Guide des bonnes pratiques », « gage d’un transfert de savoir-faire au bénéfice des membres du réseau et d’autres collectivités territoriales périphériques européennes »16, sera-t-elle de nature à réellement innover dans ce domaine ? L’avenir le dira.

Le multiculturalisme et la « culture populaire », deux atouts

23Les potentialités de Cardiff ne sont pas négligeables au regard de ces enjeux. D’une part, en raison du multiculturalisme existant de longue date à Cardiff, le thème de la diversité culturelle paraît approprié pour développer des initiatives à dimension internationale. Chaque communauté pourrait avoir à cœur de valoriser son patrimoine ou son héritage culturel grâce à des moyens techniques liés à la « culture numérique », sans ignorer pour autant la possibilité de transcender collectivement ces héritages dans l’espace public par des événements festifs davantage « métissés » qui se répandent en Europe, comme la Zinneke Parade à Bruxelles, la Fiesta des Suds à Marseille ou le Défilé de la Biennale de danse à Lyon.

24D’autre part, la mobilisation de la « culture populaire » – associée dans toute la Grande-Bretagne au cocktail musique-pub-sport –, capable de mobiliser des dizaines de milliers de jeunes (et de moins jeunes) en l’espace de quelques heures, pourrait être abordée de manière plus active au regard de la dominante marchande de ces activités. Elle pourrait prendre la forme d’initiatives élargissant ce champ restreint à d’autres formes culturelles vivantes auxquelles le multimédia apporterait une touche de modernité. La générosité de certains espaces publics, tant en centre-ville (parcs et jardins, rues piétonnes, berges) que sur l’ancienne zone portuaire (places publiques, friches urbaines ou anciens docks), offre dans ce domaine toute une palette de possibles que seule l’humidité du climat peut, à certaines saisons, fortement contrarier ! Mais, dans les deux cas, ces potentialités doivent être évaluées avec les acteurs impliqués dans l’action sociale ou culturelle, et l’initiative ne peut être laissée aux seuls acteurs privés, la gratuité de ce type d’activités étant de moins en moins inscrite dans la culture dominante.

Choisir entre marchandisation et sensibilisation culturelle ?

  • 17  Le gallois a été reconnu comme langue officielle, au même titre que l’anglais, en 1967. Depuis 199 (...)

25Enfin, le nouvel essor de la langue galloise, qui accompagne l’autonomisation croissante des institutions politiques vis-à-vis de l’Angleterre, doit aussi être pris en compte17. Il pourrait apparaître à première vue comme un facteur « identitaire » excluant pour ceux qui ne pratiquent pas convenablement le welsh speaking – dont l’humour bourru n’est pas la moindre caractéristique. Mais il pourrait constituer un vecteur supplémentaire d’attractivité pour la diaspora galloise (présente aux États-Unis, au Canada, en Australie et dans tout le Royaume-Uni) et un facteur de rayonnement en Europe continentale, à la manière du Catalan pour Barcelone dans les années 1990. Ce que le sport est capable de réaliser autour des performances – pourtant perfectibles – de l’équipe galloise de rugby, la culture ne peut-elle y parvenir autour d’autres événements publics éphémères ?

  • 18  À l’instar du Cardiff Summer Festival, manifestation traditionnelle qui a lieu à la fin du mois de (...)

26Ambivalente aujourd’hui, car elle ne semble pas vouloir trancher entre une tendance à la marchandisation et la recherche d’une adéquation entre la forte identité galloise et l’espace culturel mondial, cette logique événementielle n’interdit pas d’imaginer de nouvelles perspectives pour les initiatives que la Ville de Cardiff aurait capacité à générer ou à accompagner. Cela passe assurément par une politique publique plus volontariste, plaçant l’utilisation gratuite et festive de l’espace public au centre de ses préoccupations18 et concentrant ses efforts sur des objectifs de sensibilisation culturelle à moyen et long terme en direction de l’ensemble des communautés, d’origine galloise ou non. À l’image de la lecture publique, l’une des plus anciennes formes de démocratisation culturelle en Grande-Bretagne, ou de la politique d’art public, plus récente, le succès de ce type d’approche repose sur les choix que les autorités locales – au premier rang desquelles la municipalité –, de plus en plus enclines à assumer leur destin loin de l’ombre de Londres, seront amenées à formuler au cours des prochaines années, en s’appuyant sur des événements fédérateurs qui restent à inventer.

Haut de page

Bibliographie

ABALAIN H., 2000, Le Pays de Galles, identité et modernité, Brest, Armeline, 300 p.

AMBROSINO C., ANDRES L, 2006,Les « cultural clusters » et la mutabilité urbaine : comparaison franco-britannique (actes du colloque « L’économie culturelle et ses territoires »), Département de géographie, Université Toulouse Le Mirail, np.

AMBROSINO C., FILIATRAULT O., LEFEBVRE S., 2004, Les districts artistiques et culturels ; un état des lieux, rapport pour le Service de développement économique et de développement urbain de la Ville de Montréal, 164 p.

AUTISSIER A.-M., 2005, Capitales européennes de la culture, IEE, rapport pour la Commission européenne, 40 p.

BAERT Th., WERNER M., 1998, Régénération urbaine, un défi européen (11e Conférence annuelle des Eurocités à Lille), Urbanisme, hors série n°10, 32 p.

CHERRY M., 2003, Modern Architecture in Wales: A Review, Cardiff, The Old Library, 140 p.

COLOMB C., 2006, Le New Labour et le discours de la « renaissance urbaine » au Royaume-Uni ; vers une revitalisation durable ou une gentrification accélérée des centres-villes britanniques ?, Sociétés contemporaines, n°63, p. 15-37.

COOKE P., 2005, Cardiff, Capital of Wales and City of Culture: Comparisons and Contentions for the Centennial, Regional Industrial Research, Report 42, CASS, Cardiff University, np.

FLORIDA R., 2002, The Rise of The Creative Class, and How it’s transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Basic Books, 420 p.

FLORIDA R., STOLARICK K., 2005, Creativity and Connectivity : Understanding The Positive Effects of Connections / Montréal, ville de convergences créatives (trad. fr.), document de synthèse, Montréal, Catalytix, 20 p.

GRAS P., 2007,Repérages créatifs à Cardiff, in Créa-cité, l’innovation urbaine en débat, Urbanisme, hors série n°31, p. 58-61.

HOOPER A., PUNTER J. et alii,2006,Capital Cardiff 1975-2020 ; Regeneration, Competitiveness and The Urban Environment, Cardiff, The Regeneration Institute, 352 p.

JONES J., 2001, Le rêve post-industriel des villes de culture, Culture Europe n°33.

JONES M., LEYDIER G., 2006, La dévolution des pouvoirs à l’Écosse et au Pays de Galles, Paris, Armand Colin (coll. CAPES-Agrégation), 180 p.

LANDRY Ch., 2000, The Creative City; A Toolkit for Urban Innovators, Londres, Comedia/Earthscan Publications, 330 p.

LE DISEZ J.-Y., 2006, Une aventure galloise ; portrait d’une petite nation solidaire ? Spezet, Coop Breiz, 256 p.

LUCAS A., 2006, De la culture d’agglomération à l’agglomération culturelle ; Rennes métropole et l’équipement culturel des Champs Libres, mémoire de fin d’études, IEP Rennes, sous la dir. de Ph. Leroy, 84 p.

MARTEL R. (dir),Rencontre internationale d'art performance 2004, Québec, Intervention, 36 p. (Ce document présente une sélection d'artistes émergents de Cardiff et un cahier couleur de huit pages illustrant le travail des « performeurs ».)

MASBOUNGI A. (dir.), 2004,Penser la ville par l’art contemporain, Paris, Ministère de l’Équipement/Éditions de La Villette (coll. Projet urbain), 112 p.

MST ENVAR (2e ANNÉE), AGENCE DE DEVELOPPEMENT ET D’URBANISME DE LILLE METROPOLE,1998,La régénération urbaine en Grande-Bretagne ; l’exemple de quatre eurocités : Cardiff, Birmingham, Manchester, Glasgow, Lille, Adulm, pag. multiple.

PARKER M., 2005, Neighbours from Hell ? English Attitudes to the Welsh, Talybont, Y Lolfa, 176 p.

SCOTT A., 2000, The Cultural Economy of Cities, Londres, Sage Publications, 256 p.

WILLIAMS J., 2006, Cardiff Dead, Paris, 10/18 (coll. Domaine étranger), 390 p. (Un polar atypique dans lequel l'auteur dresse le portrait d'une ville et d'une génération ravagées par les années Thatcher.)

Haut de page

Notes

1  Photos illustrant cet article : © Serge Mouraret

2  Cardiff n’est devenue officiellement capitale du Pays de Galles, qui n’était pas encore une entité politique à part entière, qu’en 1955. En 1999, après un referendum favorable à l’autonomie administrative, les pouvoirs du Secrétaire aux affaires galloises, membre du gouvernement de Londres, ont été déférés à une assemblée installée à Cardiff, pour ce qui concerne la santé, l’éducation, la culture et l’industrie, notamment. C’est ce qu’on appelle la « dévolution ».

3  1 500 sociétés étrangères se sont implantées au Pays de Galles ces dernières années et plus de 80 000 personnes travaillent à l’exportation.

4  Il s’agit, outre la Cardiff Harbour Authority, de la Welsh Development Agency, du Vale of Glamorgan Council et du Countryside Council for Wales.

5  Pour la petite histoire, le Pays de Galles fut éliminé en quarts de finale, devant son public, au Millenium Stadium, par l’Australie, vainqueur final de la compétition devant la France.

6  Glasgow en 1990, Dublin en 1991, Cork en 2005 et Liverpool pour 2008 ont ainsi été choisies comme « villes européennes de la culture ».

7  82 % des fonds nécessaires auraient été dégagés par l’administration locale, le reste par l’Union européenne et des partenaires privés.

8  Le secteur touristique représente environ 8 % du PIB gallois. Le nombre d’emplois dans le tourisme s’est accru de 12,4 % depuis le début des années 1990.

9  www.cardiffharbour.com

10  The Regeneration Institute est issu d’un partenariat entre The School of City and Regional Planning et The School of Social Sciences, basées sur le campus de l’Université de Cardiff. Cet institut multidisciplinaire a pour objectif de valoriser les « bonnes pratiques » dans le champ de la régénération urbaine et de constituer un centre de ressources pour les chercheurs et leurs partenaires locaux. Il a également pour but de faciliter l’aide à la décision sur la base d’une expertise permettant aux communautés locales de « déterminer par elles-mêmes les voies d’un futur meilleur » (« A vibrant and cohesive future »).

11  http://ec.europa.eu/regional_policy/urban2/urban/audit/ftp/yearbook/royaume-uni.pdf

12  Cf. Public Art in Cardiff Bay; Cardiff 2005, Centenary Year (1905-2005), plaquette éditée par la Cardiff Harbour Authority.

13  Cf. A guide To The Visual Arts in Cardiff, édité dans le cadre de la candidature de Cardiff au statut de « ville européenne de la culture » pour 2008.

14 Public Art in Cardiff Bay, op. cit

15  Il s’agit des villes ou entreprises publiques de Galway (Irlande), Leipzig (Allemagne), Palerme (Italie) et Volos (Grèce), cette dernière étant leader du réseau.

16  http://ec.europa.eu/regional_policy/innovation

17  Le gallois a été reconnu comme langue officielle, au même titre que l’anglais, en 1967. Depuis 1999, les écoles publiques offrent trois options aux élèves : gallois première langue, anglais première langue ou anglais seul. 18 % des élèves du primaire et 12 % de ceux du secondaire choisissent la première option. On parle davantage gallois dans le nord que dans le sud du pays de Galles.

18  À l’instar du Cardiff Summer Festival, manifestation traditionnelle qui a lieu à la fin du mois de juillet et au début d’août et qui constitue une expérience unique en son genre, associant carnaval, feux d’artifice et défilés costumés. Tous les spectacles sont gratuits.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Le secteur de la gare centrale accueille de nombreux immeubles de bureaux.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2196/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre Photo 2 : Le Millenium, un grand équipement sportif et commercial de centre-ville.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2196/img-2.png
Fichier image/png, 175k
Titre Photo 3 : La Bibliothèque publique met en scène la démocratisation de la culture.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2196/img-3.png
Fichier image/png, 185k
Titre Photo 4 : La Baie de Cardiff regroupe diverses fonctions administratives et culturelles.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2196/img-4.png
Fichier image/png, 355k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gras, « Cardiff veut lier développement et grands événements », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2196 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2196

Haut de page

Auteur

Pierre Gras

journaliste, consultant
Enseignant vacataire à l’École nationale des travaux publics de l’État et à l’Institut d’urbanisme de Lyon
Tel/fax : 04 78 39 60 88
grasp@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org