Navigation – Plan du site
Contrepoint

Un artiste dans la cité : entretien avec Frédéric Flamand, directeur du Ballet National de Marseille

An artist in the city: a talk with Frederic Flamand, director of the National Ballet of Marseille
Boris Grésillon
p. 141-144

Texte intégral

1Frédéric Flamand est une figure importante de la danse contemporaine en Europe. Âgé de 60 ans, belge, il crée en 1970 avec son frère « Le Théâtre Laboratoire Vicinal », l’un des premiers groupes expérimentaux de théâtre dans le pays. Il monte de nombreux spectacles, d’abord avec des amis, et joue dans différents lieux alternatifs de Bruxelles. Il voyage dans le monde entier, en particulier aux États-unis. De retour à Bruxelles, il fonde « Le Plan K », une compagnie qui prend possession d’une ancienne raffinerie de sucre désaffectée dans la capitale belge. Les 4000 m² de friche sont transformés en un centre de création tous azimuts, qui fait rapidement parler de lui. Puis vient la consécration : dans un milieu réputé fermé, Frédéric Flamand est nommé à la tête du Ballet royal de Wallonie, à Charleroi. En 2003, il est nommé directeur de la Biennale de Danse de Venise. Enfin, depuis 2004, il dirige le Ballet National de Marseille, qui rassemble à la fois des danseurs de formation classique et des danseurs contemporains.

2Frédéric Flamand travaille volontiers avec des vidéastes, des musiciens, des auteurs, des architectes. Il se lance dans une collaboration au long cours avec de grands architectes, à qui il confie la scénographie de ses spectacles : Jean Nouvel, Thom Mayne (Silent collisions), Zaha Hadid (Metapolis – 2000 – puis Metapolis II – 2006), Dominique Perrault (La Cité radieuse, 2004). A travers ces associations aussi originales que fructueuses, F. Flamand mène ainsi une réflexion sur la place du corps dans la ville contemporaine, sur l’anonymat des « non-lieux » (Marc Augé) qui pèse sur l’inconscient des citadins des mégapoles, ou encore sur les « non-événements » de la ville événementielle. Ces productions touchent le spectateur et interpellent le géographe urbain. L’entretien dont nous citons fidèlement des extraits a été mené en juin 2006 au siège du Ballet national de Marseille.

3Les nouveaux quartiers de villes : Disneyland ou non-lieux ?

4Frédéric Flamand évoque ici son spectacle La cité radieuse, présenté sur la Potsdamer Platz rénovée, symbole du nouveau Berlin. Pour le chorégraphe de la ville, il s’agissait d’une expérience unique car le spectacle portait sur les « non-lieux » et fut donné dans un non-lieu par excellence, en plein air. A partir de cet exemple, F. Flamand développe une réflexion plus générale sur les villes faussement événementielles d’aujourd’hui, ainsi que sur la dichotomie grandissante entre art populaire et art élitiste.

Photo 1 : Frédéric Flamand (Crédits P. Pipitone)

Photo 1 : Frédéric Flamand (Crédits P. Pipitone)

5« C’était tout à fait extraordinaire, car s’il y a bien un non-lieu, c’est la Potsdamer Platz. C’est un Shopping center géant, complètement mort à minuit… il n’y a aucune vie… ou une vie complètement artificielle comme dans un espèce d’immense aéroport… C’est l’utopie du nouveau Berlin, avec le Sony-Center, les cafés italiens avec les terrasses, une espèce de folklore allemand. Oui je le vois comme un shopping-center. Et les rapports humains sont exactement comme dans un shopping-center, et comme dans un aéroport. 

6Donc le fait de jouer là était fascinant pour nous. En même temps on a dû dialoguer avec les gens du casino à l’arrière. Derrière l’immense maille de fer de Dominique Perraut, on voyait en transparence le casino, les gens (1000 personnes) qui sortaient de leur spectacle de music-hall. Finalement, tout cela était quelque part intégré dans le spectacle. C’était comme une espèce d’immense hallucination sur ces non lieux. C’était fabuleux de faire ça. ».

7« J’ai bien connu Berlin avant et après la chute du Mur, et il faut reconnaître qu’il y a eu une espèce de vide, il a fallu soudain construire, dans une espèce de panique architecturale, y compris n’importe quoi, dans un chaos contemporain, avec à la fois des choses belles et en même temps des choses d’une laideur incroyable, qui est celle de notre monde : on a ça un peu dans toutes les capitales du monde, à Toronto ou ailleurs ».

8« C’est vrai que la culture se remarginalise très vite, là-dedans. Elle s’échappe, assez naturellement d’ailleurs, elle sent que ce n’est pas le lieu où elle va pouvoir naturellement s’exprimer et on ne lui demande pas non plus de venir s’exprimer là : soyons clair, le spectacle sur la Potsdamer Platz, c’était une exception. C’était une idée folle de Nele Hertling directrice du Hebbel-Theater et grande figure de la danse contemporaine à Berlin une vision d’artiste extraordinaire. Sinon, la culture, là, ce sont ces comédies musicale qui ont d’ailleurs beaucoup de succès en Allemagne chez un certain public. Enfin, bon, ce n’est pas de l’art, c’est de l’animation culturelle, du divertissement. »

9« Tous ces lieux sont liés, parcs d’attraction, Disneyland… On voit une espèce de disneylandisation du monde, où l’art est en retrait. Heureusement il est encore très présent. Mais ce qui est dommage, finalement, c’est que la création artistique est de plus en plus élitiste : grands collectionneurs pour les arts plastiques, ouverture à Venise du Palazzo Grassi… on est quand même dans une dimension très élitiste de l’art. Donc il y a une espèce de dichotomie entre un art élitiste et un art soi-disant populaire mais qui est une marchandisation outrancière, qui est comme par hasard aussi lié à un certain type d’architecture ».

Sur Bruxelles, Berlin et les tendances de l’architecture contemporaine

10F. Flamand, qui travaille régulièrement avec de grands architectes, porte un regard critique sur l’urbanisme et l’architecture contemporains, qui pastichent le passé par peur de la modernité et remplissent les interstices urbains par peur du vide.

11« Bruxelles connaît une double évolution. Il y a tout un milieu culturel principalement flamand, qui s’installe à Bruxelles et qui revendique une identité. Puis il y a aussi une bruxellisation, qui est en fait l’européanisation de la ville et qui consiste en la démolition de la capitale. Ça a commencé avec les grandes artères. Vous avez vu, le quartier de l’Europe, c’est une architecture terrible. On est dans un non lieu. Moi j’ai adoré m’y promener vers minuit, ce sont des endroits où faire des films, ce sont des décors incroyables mais où il n’y a plus aucune vie sociale, le soir, des endroits où on a détruit toute une partie de la ville. Alors on essaye de remettre un certain nombre de commerces, d’habitations, etc…

12Le pire encore, c’est cette nostalgie du passé, où on recrée une architecture pseudo-flamande. On voit ça un peu partout dans le monde, du faux-vrai. C’est pire que tout, c’est ignoble ! Il vaut mieux encore la tabula rasa et une grande architecture contemporaine visionnaire, qui peut être extraordinaire aussi, que cette espèce d’architecture médiocre qui essaye de faire des compromis… avec la fausse brique – on ne sait pas si elle est en plastique – et tout le reste. Il y a ça et le façadisme qui sont très à la mode, et qui sont des choses assez abominables, en fait. Qu’est-ce qui restera de cela dans 20 ans ? »

13« Tout cela est lié aussi à la peur du vide, comme si on ne voulait rien laisser aux générations futures : le choix de décider de leur type de vie, d’architecture, de type de cohabitation. C’est comme à Berlin, avec d’un côté la reconstruction à l’identique de l’hôtel Adlon, de l’autre la destruction du Palais de la République et le projet de reconstruction de l’ancien château des Hohenzollern, qui n’évoque plus rien à personne, alors que tous les artistes se sont battus pour la réhabilitation du Palais du Peuple. C’était une utopie terrible aussi, mais on aurait pu imaginer, si on avait mis en place un comité à la fois politique et artistique, d’ouvrir une vraie réflexion… parce que c’est quand même, qu’on le veuille ou non, effacer tout un pan de l’histoire, la mémoire finalement. La peur de cette mémoire… et finalement c’est une fausse mémoire qu’on nous installe comme dans un Disneyland nouveau. Mais c’est le monde moderne, et c’est pour ça que le livre de Marc Augé sur les non lieux est tout à fait extraordinaire. C’est un bon résumé du monde d’aujourd’hui. Ça commence comme dans un film, vous avez quelqu’un qui prend l’avion, qui lit un magazine de mode, la température est régulée… on est dans un monde enrobé dans un rêve merveilleux de mondialisation, qui est en train de se réaliser de toutes façons. On n’est pas naïf ».

Marseille, ville-spectacle, ou de l’importance de la création

14Frédéric Flamand, passé des brumes de Charleroi au soleil de Méditerranée, ne cache pas sa fascination pour la cité phocéenne, pour sa lumière, son décor et ses habitants. Plus que la scène culturelle, c’est d’abord et avant tout la ville elle-même qui l’attire et l’inspire. Comme précédemment, en partant d’un exemple – ici la ville de Marseille –, le chorégraphe analyse plus généralement la place de l’art et de l’artiste dans la ville.

15« Je vais de temps en temps à des concerts, à des spectacles. Mais surtout, je marche beaucoup dans la rue. A la limite, je marche plus dans la rue que je vais systématiquement au spectacle tous les soirs. Oui parce que le spectacle, c’est la ville ; la galerie d’art, c’est la ville. On peut créer, on peut rêver à des spectacles en marchant… Je suis très proche de Perec pour ça, on crée son architecture, on crée sa ville dans la marche. Je suis un très grand marcheur, j’aime beaucoup ça. C’est une bonne manière de découvrir aussi Marseille, de faire des kilomètres et de voir aussi toute l’évolution de la ville, d’ailleurs qui change de mois en mois, on le voit bien. Donc il faut vraiment que la création soit aussi forte que ça. C’est un grand questionnement : comment faire en sorte que l’œuvre d’art, le spectacle ne soit pas un objet un peu aseptisé, qui soit séparé de la ville, mais une chose qui s’articule avec la ville : je crois que c’est très, très important. D’ailleurs, un de mes buts, c’est que le Ballet de Marseille, quand il voyage à l’extérieur, soit le ballet de Marseille. Je trouve que c’est un beau terme, la ville de Marseille, avec ses dynamiques, ses métissages, toutes ces énergies qui doivent être dans un spectacle de danse. C’est très important parce qu’on ne peut faire quelque chose d’universel qu’à partir du local dans lequel nous créons. Et l’intime de Marseille n’a rien à voir avec l’intime de Montpellier ou de Lyon. On est à un monde de ça, ici ».

16« A Marseille, il y a des choses qui n’ont pas encore toujours eu le temps de s’articuler de manière efficace, qui sont en devenir mais qui existent de manière très forte. Et ça c’est bien, c’est la force d’une ville…

17…qui devrait être en 2013 capitale culturelle européenne. Mais en espérant que mettre de l’ordre dans tout ça ne le détruise pas, parce qu’il y a quelque chose de très beau dans les choses qui sont en train de naître ; il y a une énergie, une force, et il faut être à l’écoute de tout cela. Mais bon, la création n’est pas quelque chose qu’on peut planifier comme une ville. C’est une chose qui surgit, on ne sait pas très bien pourquoi, qui envahit différents quartiers puis qui se déplace aussi très fort. C’est changeant, ce n’est pas une chose stable, on ne peut pas enfermer ça dans un bâtiment. C’est une chose vivante, c’est la force de la création. Et effectivement, à Marseille, il y a des hauts, des bas, il y a des gens qui viennent, qui repartent, mais en attendant, il y a un mouvement. C’est clair ».

Le rôle de la culture dans et pour la ville – Marseille capitale culturelle en 2013 ?

18Pour finir, Frédéric Flamand nous livre sa vision d’artiste à la fois sur les potentialités culturelles de Marseille et sur les atouts qu’une vraie métropole culturelle doit concentrer. Barcelone sert ici de modèle, en tous cas de référence, mais aussi, de manière plus inattendue, la ville de Lille, qui a réussi son pari en tant que capitale culturelle européenne en 2004. Pour que Marseille puisse recevoir à son tour ce prestigieux label en 2013, il faudra, selon Frédéric Flamand, qu’elle compte sur ses propres atouts, que son projet soit original et ne se laisse pas enfermer dans un simple emballage « marketing », enfin que la ville soit « audacieuse » et soutenue par le politique.

19NB : à l’heure où nous écrivons ces lignes, Marseille, au même titre que Lyon, Bordeaux et Toulouse, vient d’être retenu par un jury au titre de la présélection nationale. Il est frappant de constater que dans les cas de Marseille et de Lyon, la candidature rivale locale (Saint-Etienne en Rhône-Alpes et Nice en PACA) a été éliminée au profit de la capitale régionale. Il est fort possible qu’au dernier tour, tout se joue entre les deux métropoles du grand quart Sud-est, Lyon et Marseille. La sélection définitive, à l’issue de laquelle sera désignée la ville française hôte en 2013, aura lieu à la fin de l’année 2008.

20« Il y a un bouillonnement qui est loin d’être fini. Mais il manque de lieux, il y a encore plein de choses difficiles. Marseille est une ville très difficile. Elle a une qualité, c’est qu’elle n’est pas sophistiquée. La création n’est pas enfermée dans des galeries sophistiquées comme elle peut l’être dans d’autres grandes capitales, où elle est mise en vitrine de manière un peu aseptisée. Nous, nous travaillons encore à l’état brut des choses. C’est une chose très importante. C’est une qualité énorme, et c’est une liberté énorme aussi. (…)

21Les institutions culturelles ont aussi leur rôle à jouer. A partir du moment où l’institution n’est pas une enveloppe vide, où il y a un projet artistique… ça peut être quelque chose de très important, une institution. Bon, tout dépend de qui la dirige, quel est le projet artistique. Si c’est un projet académique, banal, qui n’a pas de vision, alors ce n’est pas intéressant, bien sûr. Il faut aussi de l’audace avec les institutions, et d’ailleurs c’est aussi comme ça que Marseille sera capitale culturelle de l’Europe, si elle l’est. Il s’agit d’avoir des points de vue très audacieux, des interactions entre les choses, de mettre la mémoire et la modernité en confrontation.

22Je crois que le politique doit jouer la carte d’une certaine audace pour Marseille. Parce que c’est l’image que Marseille donne à l’extérieur ; et le politique devrait comprendre que c’est cette image-là qui va donner sa force culturelle à Marseille. Je crois qu’ il faut regarder la réussite de Barcelone, qui a su mettre ses artistes les plus avant-gardistes – que ce soit dans le design, la peinture, la mode, les galeries, dans l’architecture, dans les constructions audacieuses, etc. – en avant. L’exemple de Barcelone n’est pas très loin. Regardez aussi la réussite de Lille 2004 (…)

23Donc, comment réussir au mieux ? Je trouve qu’on devrait demander plus leur avis à des artistes, à des personnalités artistiques, des gens qui ont une vision sur la ville, qui la défendent très bien, de manière très belle, avec les moyens qu’ils ont. On devrait aussi comprendre que la culture, ce n’est pas du marketing. C’est une chose démodée, quelque part, que parfois des élus peuvent… utiliser. Il y a alors un manque, il y a quelque chose de faux, et ça se perçoit aussi comme ça à l’extérieur… Bon il faut qu’il y ait un marketing autour de ça, mais il faut surtout qu’il y ait des idées artistiques claires, fortes, visionnaires. A partir de cela, on peut bâtir tout ce qu’on veut, comme marketing, comme image.

24Marseille a des atouts incroyables. La situation de la ville, un port important sur la Méditerranée en face de l’Afrique. Il y a aussi une réflexion à avoir par rapport à ça, dans un dialogue qui ne peut être que fructueux ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Frédéric Flamand (Crédits P. Pipitone)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2194/img-1.png
Fichier image/png, 194k
Titre Photo 2 :
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2194/img-2.png
Fichier image/png, 230k
Titre Photo 3 :
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2194/img-3.png
Fichier image/png, 475k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Grésillon, « Un artiste dans la cité : entretien avec Frédéric Flamand, directeur du Ballet National de Marseille », Géocarrefour, Vol. 82/3 | 2007, 141-144.

Référence électronique

Boris Grésillon, « Un artiste dans la cité : entretien avec Frédéric Flamand, directeur du Ballet National de Marseille », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 26 mars 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/2194 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2194

Haut de page

Auteur

Boris Grésillon

Maître de Conférences
Université de Provence
UMR Telemme
Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme
5, rue du Château de l'Horloge - BP 647
13094 Aix-en-Provence Cedex 2, France

Tel : 06 50 32 41 33
boris.gresillon@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page