Navigation – Plan du site
Articles

Mettre en scène et mettre en intrigue : un urbanisme festif des espaces publics

Making cities attractive and intriguing: the festive urbanism of public places
Benjamin Pradel
p. 123-130

Résumés

Pendant longtemps, la centralité géographique et l’accumulation de fonctions ont expliqué la forte fréquentation des centres villes. Aujourd’hui, la dispersion de ces fonctions et l’augmentation des mobilités affaiblissent leur unicité. C’est alors l’animation des villes, en tant que signal de l’urbanité, qui devient le nouvel enjeu de la concurrence urbaine. La fête, par son pouvoir de rassemblement, devient ainsi un outil de politique urbaine : en valorisant symboliquement les territoires et en retravaillant pratiquement les principes de l’urbanisme fonctionnel des années 1970. Renouvelée autour de la symbolique festive, l’action urbaine met en scène l’espace et le temps des centres villes pour proposer des « supports d’usage » en attente d’être validés par la pratique collective.

Haut de page

Texte intégral

1Le siècle de l’urbanisme purement fonctionnel et définitif est révolu. Le principe d’attraction gravitaire qui prévalait dans l’implantation des fonctions urbaines s’affaiblit face à l’augmentation des possibilités d’arbitrage entre les contraintes temporelles et les distances à parcourir. L’essor des mobilités et des technologies de localisation dans le temps et l’espace – du GSM au GPS – permet une plus grande individuation des modes de vie par la démultiplication des possibilités de choix. Associée au processus d’étalement urbain, cette évolution entraîne un accroissement des concurrences territoriales pour capter les flux matériels (biens, personnes) et immatériels (information, image). Dès lors, la centralité des villes historiques ne suffit plus à leur assurer automatiquement le premier rôle dans une nappe urbaine sans lieu ni borne. Dans le champ de l’urbanisme on assiste alors à un double processus de revalorisation des centres : aux côtés des logiques hard de patrimonialisation ou d’élévation d’œuvres architecturales remarquables, apparaissent des logiques soft de réversibilité fonctionnelle des espaces dans une volonté de stimulation ponctuelle de la vie sociale. Ces actions conjoncturelles cherchent à capter les usages et animer les territoires en aménageant la ville sur le mode de la flexibilité fonctionnelle pour répondre à la complexification des logiques citadines. Cet urbanisme affinitaire propose des espaces temporaires à valider plus qu’il n’impose des fonctions pérennes. On s’attachera ici à démontrer ce renouvellement de l’acte urbanistique autour de la valorisation des usages et à décrypter ses modalités d’action, ses compétences et ses outils.

2Ce type d’intervention urbaine est encouragé par le glissement des référentiels de la concurrence intra et interurbaine. Les villes sont entrées dans une économie des signes où la dimension symbolique des espaces constitue une valeur principale (Urry, 1994). On parle alors d’un « marketing urbain » dans lequel l’imaginaire devient un construit à exporter, et l’animation un indice de vitalité des territoires. Or, les transformations temporaires de l’organisation urbaine participent de l’image d’une ville en mouvement contre celle d’une ville « carte postale » et ajoutent un « supplément d’âme » aux fonctions urbaines traditionnelles. Les ambiances et la qualité des modes de vie affichée dans l’espace public doivent ainsi spécifier des territoires et polariser les mobilités – ici touristiques ou ludiques. Le renouvellement et la multiplication des fêtes urbaines depuis le milieu des années 1990 illustrent cette dynamique nouvelle. La fête permet le déploiement rapide d’images affinitaires provoquant l’usage massif des lieux bâtis. Ses symboles sont convoqués pour inventer et ambiancer des espaces-temps publics inédits sur le mode de l’éphémère. Retravaillée dans ses rituels et ses thèmes (Di Méo, 2005), la fête comme symbole se mue en « opération d’animation » au service de l’organisation de la ville. La subversion des fonctions urbaines remplace la transgression festive, l’organisation politique de la fête norme son accessibilité, les interventions artistiques deviennent les cautions d’une pratique, qui, éphémère par nature, s’allonge à n’en plus finir. La fête permet de déployer des aménagements vecteurs d’aménités nouvelles, autant matérielles qu’immatérielles, pour réédifier les espaces publics centraux. Quelles sont les aménités symboliques développées par cet urbanisme temporaire ? Comment sont-elles déployées et comment s’articulent-elles avec la ville existante ?

3La politique urbaine se réorganise autour d’une logique d’offre d’usages et d’ambiances. Ce changement est au centre de la réflexion sur le renouvellement des villes centres (Zukin, 1995). Il réaffirme la vocation des espaces publics à unifier la ville avec son corps social et produit une double intervention, à la fois sur l’urbs et sur la civitas. Les espaces publics redeviennent le sujet-objet de l’action urbaine. Les analyses en termes d’actions artistiques ont largement insisté sur cette dimension (Chaudoir, 2000), mais le spectacle de rue est finalement peu utilisé dans les événements que nous étudierons. Ces derniers reposent d’abord sur l’invention politique d’un lieu grâce à des aménagements normés, sur le long terme, dans un espace où l’inattendu est construit institutionnellement à l’échelle de la ville plus qu’induit par des interventions ponctuelles à l’échelle de la rue. C’est de l’invention technique d’une scène urbaine normée dont nous parlons plus que des pratiques commandées qui peuvent lui servir de caution pour exister (Aventin, 2007). Ainsi le résultat de l’hybridation de la fête et de l’urbanisme peut s’aborder de deux façons : soit dans une logique déductive d’apparition et de disparition « d’ordres locaux contextuels » (Bourdin, 2007, p.38) ; soit par une approche en termes de lieux publics temporaires proposés et travaillés d’en haut. Comment l’organisation de ces espaces se nourrit-elle des aménités morphologiques et historiques de la ville traditionnelle pour devenir des lieux à part entière ?

4Pour illustrer nos propos, nous avons choisi Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver à Bruxelles parce qu’ils semblent constituer des objets urbains inédits. Ce type de créations municipales se multiplie depuis 2002. Il questionne autant la fête que l’espace public et forme un corpus particulier circonscrit par 7 critères : une invention municipale après 1995, une inscription dans le réseau viaire ouvert, une cyclicité annuelle, une thématisation, une gratuité d’accès et un déroulement de plus de 15 jours. Des plages urbaines estivales aux modalités variées s’observent également à Berlin, Tokyo, Budapest, Rome, Toulouse ; des opérations hivernales réunissant marché de Noël et patinoire de plein air se retrouvent à Berlin, Londres, Paris, Amiens, Nîmes. C’est le processus d’élaboration de ces territoires et les dimensions spatiotemporelles de leur inscription dans la ville qu’il nous faut interroger. Nous allons montrer que par sa capacité à marquer l’articulation entre un temps et un espace, l’acte festif est à l’origine de la stimulation d’un urbanisme d’usage, travaillant la ville par la scénarisation des temps sociaux et la mise en scène de l’espace. Cet urbanisme particulier donne naissance à des espaces publics temporaires réaffirmés en tant que lieux collectifs sur le mode de l’utopie.

Photo 1 : Paris-Plage

Photo 1 : Paris-Plage

Encadré méthodologique

La définition de l’objet de recherche à Paris est le fruit d’un dépouillement de trois ans de Pariscope. Un premier corpus réunissant 23 événements a été établi sur six critères puis étendu à la ville de Bruxelles pour introduire une dimension comparative à l’analyse. Cet article se base sur un travail de terrain spécifique à Paris Plage et Plaisirs d’Hiver comprenant 3 éléments : une enquête de 2000 questionnaires peu exploitée ici ; une dizaine d’entretiens avec différents acteurs impliqués dans ces opérations ; plusieurs phases d’observation participante d’une semaine sur chaque lieu.

La fête pensée comme action urbanistique.

5À l’urbanisme de conquête, qui prévalait dans les années 1970, s’est substitué un urbanisme de reconstruction de la ville sur elle-même. Mais les modifications des centres urbains à forte densité se font avant tout par l’adaptation à des manières de vivre de plus en plus diversifiées et complexes. Les enjeux de l’action urbaine ne sont plus seulement ceux de la croissance quantitative, mais ceux d’une amélioration qualitative de la vie urbaine qui passe notamment par une réflexion sur les espaces publics. Car face à une ville qui mue aussi bien dans sa forme que dans ses fonctions et ses usages, l’aménagement urbain traditionnel doit s’adapter en intégrant une dimension évolutive. Ainsi, la tradition d’anticipation des conduites sociales de l’espace qui est de moins en moins confirmée par les pratiques habitantes entraîne un trouble de l’urbanisme (Dupuis, 1991), un désarroi des aménageurs (Péraldi, 1988). Au fonctionnalisme matérialiste de l’urbanisme traditionnel - le hard - doit s’ajouter une réflexion sur les services offerts par l’utilisation de ces fonctionnalités matérielles - le soft : « D’objectifs en termes de stricte création de biens matériels contribuant à accroître cumulativement le patrimoine capitalisé de la ville, l’aménagement urbain se voit attribuer des objectifs en termes de création de supports d’usages » (Beaufils, Janvier, Landrieu, 1999, p. 49). Peu à peu, aux cotés de la création de fonction, la stimulation du social entre dans les objectifs d’un urbanisme qui se fait « acuponcture urbaine » selon l’expression de Roland Castro. Le travail de la ville se fait thérapeutique, ciblé dans le temps et dans l’espace public et recherche une validation par l’usage collectif. Apparaît alors un urbanisme des modes de vie (Masboungi, Bourdin, 2004), un chrono-urbanisme ou encore un urbanisme de stimulation (Ascher, 1997). L’urbanisme traditionnel élargit ses compétences et se débarrasse en partie de ses oripeaux fonctionnalistes. Il s’ouvre à des réflexions en termes d’ambiances et enrichit ses approches par un travail sur la dimension immatérielle des lieux construits afin d’en susciter les usages espérés. Dans cette perspective, les opérations d’animation, en tant qu’aménagements temporaires transfigurant la réalité sociale et urbaine, deviennent un des instruments et un des moteurs de la redéfinition de l’acte urbanistique.

  • 1  Jean-Christophe Choblet, scénographe de Paris-Plage, entretien réalisé le 23/11/2006.
  • 2  Olivier Marette, coordinateur au Bureau des Grands Evénements de Bruxelles, entretien réalisé le 1 (...)

6L’événement est donc utilisé comme un complément d’âme qui stimule le rassemblement et active l’acte urbanistique. Il permet de « travailler sur les fonctions et usages d’un espace, les tordre ou les transformer […] leur donner une temporalité possible »1. L’urbaniste Jean-Pierre Charbonneau préconise même de penser l’aménagement des espaces publics pour rendre possible leur envahissement dans un esprit de « confiance attentive ». L’usage collectif d’un lieu devient une finalité à faire advenir par une réflexion sur sa morphologie et son statut. La fête en tant qu’inductrice de densité humaine entre alors dans cette dynamique. Dans « Plaisirs d’Hiver il y a une volonté politique affichée de conquête de quartiers un peu oubliés »2. L’acte festif suscite ainsi le réinvestissement collectif d’espaces publics peu fréquentés au quotidien et s’articule à une politique de rénovation des logements et de dynamisation du tissu commercial. Les rues de Bruxelles menant au cœur du quartier Sainte-Catherine sont barrées et fléchées ; l’éclairage rouge de Noël fait le lien avec la Grand-Place du centre-ville ; les chalets de Noël aux carrefours forment des charnières entre les différents lieux et orientent la déambulation. L’aménagement temporaire change le regard des habitants sur un quartier en cours de rénovation. Cette réflexion peut s’appliquer aussi pour Paris-Plage. Le deuxième site de l’opération, apparu en 2006, est situé sous la nouvelle passerelle Simone de Beauvoir, devant la récente piscine flottante Joséphine Baker et relié par une piste cyclable temporaire au « site historique » des voies sur berges. L’extension de l’opération correspond à une volonté politique d’incrémenter la fréquentation de ces équipements et de la voirie requalifiée pour l’occasion. Elle accompagne et médiatise aussi la constitution d’une vaste zone à dimension culturelle et ludique qui rassemble deux cinémas multiplex, la Cinémathèque française, le Palais omnisport de Paris-Bercy, la Bibliothèque nationale de France et Bercy-Village. La fête impulse l’usage des nouveaux équipements par des installations temporaires pensées en articulation avec la morphologie et la vocation des lieux.

Photo 2 : Plaisirs d’hiver

Photo 2 : Plaisirs d’hiver
  • 3  O. Marette. entretien cité.
  • 4  B. Gouyette. entretien cité.

7La fête permet donc de poser un regard nouveau sur des espaces publics longtemps considérés comme des résidus de l’acte architectural. Après des décennies d’un urbanisme considérant les espaces publics comme le support des flux motorisés, l’urbanisme soft lesreconnaît comme des lieux de construction de l’urbanité. Car historiquement, c’est à l’espace public qu’a été confiée la mission d’accueillir le rassemblement en tant que synecdoque de la société démocratique et lieu privilégié de l’interaction sociale. Il supporte le changement – les festivités révolutionnaires du XVIIIe s. ; précipite l’identité collective – les célébrations de la Nation par ses victoires militaires ; célèbre les pouvoirs – les entrées solennelles dans la ville de Rome sous le règne d’Auguste ; renverse les codes sociaux – les charivaris chers à Flaubert ; supporte la protestation – les manifestations partisanes. Les espaces publics et leur capacité à accueillir l’urbanité deviennent une ressource valorisable comme support des transformations des villes dont le cadre bâti est déjà construit à plus de 80% (Ascher, 2001). « Les vrais espaces événementiels c’est en « indoor » dans un espace d’exposition mais ça n’a pas vraiment la même magie. Là on utilise les potentialités de rassemblement de l’espace public même si on transforme un peu l’endroit3». Les espaces publics forment la scène du théâtre urbain dont le caractère ouvert constitue à lui seul un élément valorisable. Ils deviennent les sujets même de la fête, par les usages inédits et la densité qu’ils accueillent, par leurs transformations qui fait spectacle et la centralité toujours possible qui se réifie en leur sein. Les berges de Seine, considérées comme un espace public médiocre par la municipalité de Paris, voient alors augmenter leur « niveau de qualité en y apportant finalement des éléments de perturbation ». Or pour la ville, un « des indicateurs de la mesure de la qualité, c’est l’utilisation en quantité des espaces4 ».

  • 5  J-C. Choblet. entretien cité.
  • 6  J-C. Choblet. entretien cité.
  • 7  Stéphane Chave, responsable de la Délégation Générale de l’Evénementiel et du Protocole à la Mairi (...)

8Pour travailler l’usage, de nouvelles compétences apparaissent. Paris-Plage est pensé par son concepteur comme un « outil pour aider les gens à adhérer à un espace qui ne portait pas ça jusqu’à maintenant5». Il s’agit de jouer, comme le préconisait Henri Lefebvre (1970), sur les signes de l’urbain que sont finalement les signes du rassemblement : à la fois ce qui permet physiquement la densité (la rue, la place, le sol, etc.) et ce qui la stipule (sièges, lumières, scène, ambiance, etc.). La morphogenèse des espaces publics n’est donc plus le seul fait des professionnels de l’urbanisme. Paysagistes, metteurs en scène, sociologues mais aussi artistes intègrent des projets urbains via la constitution d’équipes pluridisciplinaires afin de « comprendre, de projeter ce qui pourrait se passer à partir du moment où on change la donne dans l’espace6 » Ainsi, depuis peu, il y a « une technicité qui se met en place, il y a des gens de plus en plus performants, de plus en plus compétents, sur des niches7 ». Par touches successives et ajustements d’une année à l’autre aux usages observés, l’invention de ces lieux implique des savoir-faire et des modes de coordination nouveaux. À Plaisirs d’Hiver, des marchés publics très normés incitent les entreprises à inventer du mobilier urbain inédit qui doit s’adapter à l’espace et supporter des utilisations multiples et pas toujours prévues. À Paris-Plage, les services municipaux sont à l’origine de tous les aménagements et modules, mobilisant différentes compétences : ébénisterie, ferronnerie, électricité etc. Dans les deux cas, des coordinateurs, stewards et régisseurs assurent une veille technique pour faire face à des dégradations subites ou à des ajustements organisationnels. Ces espaces fortement fréquentés vivent plus intensément et la moindre faille, par exemple dans la gestion des foules, peut tourner à l’accident. Sans qu’aucun corps de métier ne soit vraiment constitué, ces espaces publics temporaires font appel à une pluralité d’acteurs et cristallisent des modes d’intervention qui élargissent les compétences techniques et théoriques de l’urbanisme traditionnel.

9De nouveaux répertoires d’action apparaissent, portant sur un double enjeu : travailler le temps et l’espace pour signifier le rassemblement et donner corps à une ville éphémère.

La mise en intrigue du temps pour construire l’espace.

10La mise en intrigue du temps est un instrument de modification de la réalité urbaine. Elle consiste à souder le déroulement de péripéties diverses et d’événements inattendus en utilisant les ressources que possède le récit pour faire tenir ensemble des temps hétérogènes (De Coninck, 2002). Elle construit une ligne rouge de l’action individuelle et collective. Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver sont des temps aménagés par l’institution politique sur la base d’une « identité narrative » pour reprendre le concept de Ricœur. Ils utilisent des images d’Épinal qu’ils vont peu à peu incarner en exploitant trois formes de temporalités : la rareté, la cyclicité, la journée.

Photo 3 : Marché de Noël

Photo 3 : Marché de Noël
  • 8  S. Chave. entretien cité.
  • 9  J-C. Choblet. entretien cité.

11Tout d’abord, la fête est toujours limitée dans le temps. Cette rareté temporelle, soubassement de l’événement, polarise les publics en proposant un « ici et maintenant » accessible face à un « ailleurs et plus tard » inexistant. Sur le mode de l’irréductibilité temporelle, la rareté participe de la valeur des espaces urbains dans une logique de concurrence entre différentes offres d’usage à différents endroits : « si on ne détournait pas le lieu […] sur une période relativement courte, cela n’aurait pas le même impact, c’est sûr, le même succès8». Louis XIV avait bien compris, en inventant le jardin éphémère à Versailles, qu’en transformant furtivement l’espace, il arrêtait le temps et mobilisait l’attention de la cour. Ainsi, l’éphémère devient un déclencheur des usagesqui fait « que les gens adhèrent tout en étant quand même contents que ça disparaisse et contents de le retrouver9». Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver sont devenus des rendez-vous avec un espace public éphémère et inscrit dans une saison. L’outil fonctionne si bien qu’en à peine cinq ans d’artifices et malgré l’inexistence de tradition locale, Bruxelles a détrôné le marché de Noël de Liège, le plus vieux de Belgique, en termes de fréquentation et de consommation. La paradoxale « subversion organisée » de l’espace public peut alors être analysée comme un possible instrument permettant de susciter de la concentration sociale par la valorisation d’une certaine rareté temporelle à l’échelle annuelle. Mais on soulignera tout de suite que leur durée d’existence d’un mois les éloigne fortement de la forme traditionnelle de la fête, ne s’étalant que sur quelques jours.

12Cette rareté est donc relative. Elle se combine avec une cyclicité qui fonctionne sur le mode de la programmation pluriannuelle et inscrit ces espaces dans le temps long. Depuis plus de cinq ans, Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver constituent des marquages institutionnels du temps de la cité sur le mode des saisons. À l’image des fêtes calendaires traditionnelles, ces opérations produisent un effet de discontinuité entre l’ordinaire du travail et l’extraordinaire de la vacance. Pour s’affirmer comme des repères collectifs, l’espace fait écho à un faisceau de symboles temporels fédérateurs. En été, la plage renvoie pêle-mêle aux congés payés, au tourisme de masse, à une société qui se synchronise sur ses autoroutes, à une capitale qui se vide, à un pourtour méditerranéen qui se remplit, et au temps où une ligne de train appelée Paris-Plage serpentait le long de la Seine, chargée d’estivants. En hiver, marché de Noël et patinoire renvoient à une tradition du nord de l’Europe que Bruxelles n’a jamais vraiment connue, aux promenades en famille et au vin chaud des montagnes, à la vie nocturne et au 25 décembre qui fait de l’acte d’achat un puissant synchronisateur social. Le cycle des saisons permet de mobiliser un imaginaire diffus. Il crée une valeur temporelle partagée à intervalle régulier qui fait sens malgré l’artificialité de l’événement. Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver se parent ainsi d’une « épaisseur » temporelle fédératrice sur laquelle la scénographie va s’appuyer. Elles participent d’une autre forme de temporalité en illustrant le changement de saison à l’image d’autres opérations. À Bruxelles, le calendrier événementiel s’articule autour des quatre saisons avec « Place au Printemps ! » tourné vers les pratiques artistiques, « Plaisirs d’été » réunissant les activités estivales, « Automne Maïs » plate-forme de création actuelle et Plaisirs d’Hiver. À Paris, pour ne citer que quelques exemples, le Festival du Printemps des Rues prépare la Fête de la Musique le jour du solstice d’été et celle des Vendanges de Montmartre en automne répond à Paris sur Glace en hiver.

  • 10  J-C Choblet. entretien cité.
  • 11  CHOBLET J.C., THOMAS V., 2003, Le temps retrouvé, Paris-Plage l’échappée belle, les acteurs : le p (...)
  • 12 La Tribune de Bruxelles du 14/12/2006, n°201, p. 6

13Enfin, c’est à l’échelle de la journée que l’on observe l’émergence, organisée ou non, d’une trame narrative isolant l’espace des rythmes quotidiens de la ville. À Paris-Plage, la mise en intrigue est le fait d’un scénographe et d’un metteur en scène. Elle agit sur les fonctions de l’espace et permet de « donner de nouvelles habitudes de fréquentation selon les moments de la journée10». L’histoire est écrite en fonction de la course du soleil qui change la physionomie lumineuse des quais pendant la journée. La division de l’espace se rapporte à des pratiques scénarisées : « la matinée se termine sur les plages à l’heure où les rayons du soleil chauffent les corps […] Déjà le milieu de la journée, au-dessus l’horloge de l’Hôtel de Ville sonne douze coups, c’est le partage de midi, le temps de la convivialité, de l’échange, autour d’une partie de pétanque et d’un pique nique.[…] L’entrée dans l’après-midi se fait en douceur, c’est le temps de la sieste. » (V. Thomas, J.C. Choblet, 2003)11. Cette narration participe de l’identité renouvelée du lieu. En convoquant des usages associés à un temps cosmologique elle transforme en « lenteur » l’idée de « vitesse » associée habituellement aux quais livrés aux flux automobiles. A contrario, Plaisirs d’Hiver ne bénéficie pas d’une scénographie professionnelle. Néanmoins, l’événement est pensé comme un parcours à sens unique le long duquel les activités sont disposées comme autant d’étapes segmentant la journée. Par exemple, le cycle horaire du spectacle lumineux installé sur la Grand-Place joue un rôle de métronome. De plus, l’imaginaire des fêtes de fin d’année suffit à produire un scénario. « Manège, grande roue, patinoire, jouent leur partition… Et cependant point de lassitude. […] Il est temps de retrouver son âme d’enfant ! Et rien de tel que de se perdre dans les chalets […] Lassés du vent ? C’est le moment propice pour une dégustation de bière de Noël12. » Enfin, la nuit illuminée est à elle seule une narration, celle de Noël, celle de la victoire de la lumière sur les ténèbres. Le centre de Bruxelles pourtant peu fréquenté le soir est investi par une foule dense durant cette période où la nuit est chargée de symboles. Le temps ainsi travaillé propose une nouvelle identité aux espaces étudiés.

  • 13  Echantillon de 2000 personnes ayant visité Paris Plage, interrogées entre le 26 juillet et le 19 a (...)

14Mais cette identité temporelle n’est pas totalement hermétique aux temporalités de la ville du quotidien. À Plaisirs d’Hiver, l’organisation temporelle intègre les contraintes d’accessibilité au site pour les services de la ville. La fermeture matinale permet l’entretien des lieux par les services propreté et préserve les tournées postales, le nettoyage des rues adjacentes ou les livraisons pour les commerces. Plaisirs d’Hiver prend également en compte les mobilités quotidiennes. L’absence de clôture permet aux flux piétons quotidiens de traverser le site ; son organisation préserve l’accès motorisé aux restaurants de vente à emporter situés à proximité qui doublent leur chiffre d’affaire à Noël et les bouches de métro, au cœur du marché, sont décorées et restent accessibles. Ces espaces-temps ne sont donc pas imperméables aux rythmes de la ville qui travaille. En symbolisant les vacances, ils deviennent même des lieux privilégiés pour les travailleurs en pause. Ainsi, 51% des visiteurs de Paris-Plage sont en situation de travail et forment un public d’habitués, fidèle à l’événement d’une année sur l’autre. Très présents à midi et après 18 heures, ils cherchent à se restaurer et se reposer entre « collègues » en restant sur place durant moins de deux heures13. Enfin, certaines pratiques collectives propres à la période débordent les scénarios de fréquentation construits par anticipation. L’espace public temporaire créé dans les interstices de la ville n’arrive pas à absorber la foule lorsque le signal du week-end conjugué au beau temps, aux vacances scolaires, à la fin des examens universitaires et à l’urgence de trouver un cadeau de Noël déclenche une synchronisation des pratiques commerciales et familiales d’une grande partie des Belges. Dans ce cas, on est bien devant un espace public nouveau car attirant plus de public que la ville du quotidien ne peut en absorber dans ses éléments inamovibles.

15Si la mise en intrigue permet de donner rapidement une identité temporelle à l’espace, elle se réifie aussi dans les aménagements théâtralisant la ville des saisons.

La mise en scène de l’espace pour réifier un temps collectif.

16La mise en scène de l’espace est entendue comme l'agencement des différents éléments urbains (éclairage, mobilier, support d’activité, modes de transport, végétaux, etc.) sur un périmètre délimité en vue de l’organisation d’une représentation, ici, de la ville et de ses habitants. Ce processus homogénéise l’espace et y réifie un temps partagé. Cette relocalisation fantasmagorique par la mise en scène de la ville est construite sur l’idée de rupture cognitive avec le quotidien et entre dans une dynamique de projet.

  • 14  S. Chave. entretien cité.
  • 15  J-C. Choblet. entretien cité.
  • 16  Nicolas Tourette, directeur artistique de Paris-Plage 2005. L’Humanité du 23/07/2005, www.humanité (...)
  • 17  J-C. Choblet. entretien cité.
  • 18  J-Choblet. entretien cité.
  • 19  B. Gouyette. entretien cité.

17La création de Paris-Plage a comme point de départ une volonté politique de revaloriser les quais de Seine. Une fois l’espace identifié, l’équipe municipale recrute un scénographepour « imaginer l’espace, l’organiser, le redessiner, le recolorer, peut être l’esthétiser sur un thème précis14». L’idée est alors de créer une « échappée urbaine15» en délimitant « à l’intérieur même du milieu urbain, un espace de détente isolé [par] une véritable coupure avec la ville »16. Les enjeux sont alors inscrits dans un cahier des charges et « à partir de tout ça, un contenu, une analyse, une commande, il y a une première écriture qui commence à arriver au sens littéral17». Cette trame narrative guide la recherche des éléments pratiques et symboliques afin de constituer « un jeu de mécano qui va permettre aux gens de croire à l’espace et donc se mettre en maillot de bain par exemple18 ». Car la mise en scène repose avant tout sur l’idée d’un visiteur-acteur dont le rôle est d’activer le décor créé pour lui. Pour que le spectateur d’en haut des quais devienne l’acteur de ce théâtre estival, la rupture de cadre est mise en scène par des écrans minéraux et végétaux le long des rampes d’accès qui fonctionnent comme des sas où le pas se ralentit. Une fois entré, le public est immergé dans un environnement qui accumule « des icônes et des symboles qu’on ne trouve jamais ensemble [mais] qui renvoient sur tout un univers des plages françaises voire extra françaises19». Le littoral est symbolisé par des cabines de plage normandes, bleues et blanches, qui côtoient des palmiers destinés à rythmer une promenade méditerranéenne agrémentée de lampions façon guinguette de la Marne et des végétaux tropicaux (palmiers, bambous, jasmin, tiaré) répondent aux platanes parisiens et aux plages de pelouse. Le climat estival est symbolisé par des parasols géants ouverts qui évoquent le soleil même par temps nuageux ; des oriflammes disposées le long de la Seine qui donnent prise au vent « marin » ; du sable qui rappelle la plage ; des douches, fontaines et brumisateurs qui introduisent la fraîcheur de l’eau. Les terrasses de bord de mer sont recréés grâce aux chaises, bancs, transats, tables et meubles de jardin qui se distinguent du mobilier parisien par le caractère provisoire de leur ancrage au sol. Ce dépaysement est renforcé par certaines activités (pétanque, beach-volley, beach-soccer, shiatsu, danses folkloriques) ou par la lumière diffusée par des lampadaires recouverts de gélatines bleues ou vertes. Le site, effacé sous un imaginaire extra-urbain, devient un espace public temporaire, signifié comme tel pendant un mois.

  • 20 La ville de Bruxelles présente Plaisirs d’Hiver, Ville de Bruxelles, Plaisirs d’hiver 2005, confére (...)
  • 21  B. Marette. entretien cité.

18Pour Plaisirs d’Hiver, la mise en scène est avant tout un vecteur commercial et la symbolique hivernale un moyen d’homogénéiser la communication gérée par une entreprise privée. L’iconographie de 2004 et 2005 enfermait la ville dans une boule à neige et celle de 2006 utilisait des boots, moufles, et sous vêtements en laine blanche pour symboliser la période. Cependant, le marché de Noël constitue un symbole à lui tout seul. D’abord par son offre commerciale surveillée. Certes, les objets cadeaux sont hétéroclites mais les spécialités culinaires et artisanales dont la consommation est rattachée aux fêtes de fin d’année (croustillons belges, vin chaud et gaufres, huîtres et spiritueux, décorations de Noël, bonnets, fourrures, etc.) permettent de recoller au thème. Ensuite, par ses 240 chalets qui font naître de nouvelles rues sur les places agrémentées de rangées de sapins, de tables et de chaises, de lumières et d’odeurs de Noël, de musiques traditionnelles et de fausse neige. Enfin, le marché accueille des aménagements thématiques : deux patinoires, deux manèges anciens, un arbre de Noël géant et sa crèche, un spectacle son et lumière projetant sur les façades des cerfs stylisés, des berlingots et des flocons géants. Si cette ambiance de Noël participe à déclencher l’acte d’achat, elle a comme autre objectif d’amplifier la pratique de certains lieux centraux en « transformant le cœur de Bruxelles en un parcours enchanteur20». La mise en scène utilise ainsi la lumière pour « créer à la fois une ambiance et un trait d’union lumineux, visible, fléché, balisé entre les lieux de l’événement21 ». Plus qu’un symbole de Noël, la lumière devient un aménagement qui unifie l’espace et découpe une frontière dans la ville. Les lampadaires sont recouverts de gélatines de couleurs ; des poteaux de 6 mètres portent des projecteurs éclairant de rouge et de mauve le sol et les façades sur les places ; des totems et panneaux signalétiques éclairés de l’intérieur balisent le parcours fermé par des arches projetant la même ambiance rouge dans les rues qu’elles enjambent. Enfin, la musique diffusée sur le parcours renforce la clôture de l’espace en créant une frontière sonore. L’opération construit ainsi un espace-temps public découpé dans le réseau viaire de Bruxelles. La superposition de couches lumineuses, sonores et urbanistiques crée une réalité modifiée, multisensorielle, s’appuyant sur les propriétés physiques de l’espace public.

  • 22  Bureau des Grands Evénements de Bruxelles.

19Car la ville du quotidien joue un rôle dans sa propre transfiguration. Elle imprime ses exigences à l’identité de cet espace public temporaire, à l’image d’un voile qui épouserait les formes de la surface sur laquelle il est déposé. Premièrement, le statut juridique de l’espace peut poser problème. À Bruxelles, la Grand-Place classée au patrimoine mondial ne peut accueillir ni aménagement pérenne, ni publicité. L’opération étendue alors hors de la place rencontre cependant d’autres contraintes similaires à d’autres endroits. L’implantation de la patinoire enfant sur une fontaine classée du XIXe s. a dû se faire en collaboration étroite avec les services de protection du patrimoine de la ville. À Paris également, le classement des quais de Seine rendant impossible toute publicité, la municipalité peine à trouver des financements privés à mesure que Paris-Plage perd en couverture médiatique. De plus, l’interdiction de modifier durablement les lieux rend impossible l’installation d’un réseau d’eau ou d’électricité réutilisable d’une année sur l’autre. Deuxièmement, le mobilier urbain inamovible dicte ses exigences. Sur la place du Marché aux poissons de Bruxelles, faute de pouvoir être déplacées, les statues sont emballées dans des caissons, les bassins sont comblés, les lattes des bancs enlevées et les potelets en pierre qui jalonnent la place se transforment en pieds de table dans la brasserie sous chapiteau montée pour l’occasion. Cependant, l’espace du quotidien est aussi transformé et l’événement se fait urbanisme. A Bruxelles, le réseau électrique de la Place Sainte-Catherine a été refait à la demande du BGE22 avec augmentation du voltage pour les manèges, enterrement des câbles et multiprises camouflées par des trappes en faux pavés. En outre, une demande de mobilier urbain escamotable est en cours pour la prochaine édition. Enfin, les choix urbanistiques de la ville du passé ressurgissent dans l’élaboration de ces nouveaux espaces. À ce titre, l’exemple de Paris-Plage est parlant puisqu’il aurait été interdit si le projet d’élévation des voies sur berge de la rive droite dans les années 1970 n’avait pas été stoppé par André Malraux. L’édifice se préparait dans la logique fonctionnaliste à un grand exhaussement avec cuvelage de béton à mi-hauteur entre quai et berge. La concession d’une voie inondable faite par la vision fonctionnaliste à la vision patrimoniale qui souhaitait conserver les quais en l’état, permet aujourd’hui à l’ouvrage de satisfaire d’autres usages (Gourdon, 2001). Entre résistances et atouts des espaces historiques, les mises en scène déploient leurs artifices pour faire émerger, sur la ville du quotidien, des espaces publics attractifs.

20Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver dessinent à différentes échelles de temps des espaces publics à l’identité inédite. Les techniques de mise en scène et de mise en intrigue deviennent des outils urbanistiques travaillant la morphologie et les usages des lieux. Mais au-delà, d’autres éléments permettent d’interroger le caractère public de ces espaces, dans un parallèle avec la ville du quotidien.

Plaisirs d’Hiver et Paris-Plage, des espaces publics spécifiques ?

21Pour son concepteur, Paris-Plage est « un lieu d’équité sociale, un lieu de rassemblement ou d’individualité, tu peux être le cul sur ton transat et être tranquille, et de confort, parce que ça c’est très très important, et de qualité, de propreté23 ». Ces caractéristiques dessinent un espace public amélioré rejoignant l’idéologie qui sous-tend l’aménagement des « espaces civilisés » parisiens. L’objectif affiché est de retrouver une qualité de vie qui mêle les notions d’usages et de paysage et de développer la convivialité par des aménagements temporaires24. L’hybridation des actions sur l’urbs et la civitas structure donc la réflexion politique. L’espace public de l’urbanisme fonctionnaliste devient une référence à dépasser dans la fête, ou tout du moins à réédifier de manière alternative. Mais pour ce faire, les choix réglementaires appliqués à ces territoires temporaires interrogent parfois la notion même d’espace public. Ainsi, si les voies sur berges sont considérées à Paris comme un espace public sans qualité, certains points d’organisation de Paris-Plage questionnent son statut public affirmé. On relève ainsi l’existence d’un règlement intérieur qui interdit entre autre le string, le monokini et le naturisme, les arts de la rue non programmés ou encore les revendications à caractère commercial, politique ou syndical. Néanmoins, dans les faits, tous les spectacles hors cadre ne sont pas réprimés et les manifestions de Greenpeace ou des écologistes bretons du Trégor qui ont eu lieu en 2005 valident la symbolique « naturelle » du site. Par ailleurs, une partie de la sécurité a été confiée en 2007 à un opérateur privé. La fouille des sacs à l’entrée tout comme l’interdiction des mobilités motorisées - élément pourtant fondateur de l’opération - ou le délogement des SDF du site interrogent l’accessibilité de l’espace. À l’inverse, d’autres éléments permettent d’analyser Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver comme des « super espaces publics ».

  • 25  S. Chave. entretien cité.
  • 26  B. Gouyette. entretien cité.
  • 27  Sondage TNS-SOFRES, Op. cit.

22Un des fondements du succès de ces opérations repose sur la gratuité et la libre entrée et sortie du site. Si les animations et l’accès sont gratuits à Plaisirs d’Hiver, à Paris-Plage, toutes les activités proposées, encadrées ou non par des professionnels, le sont également. Cette gratuité érigée en signe fort d’un acte politique au service de tous questionne en retour la privatisation mais aussi la gestion des espaces publics du quotidien. Ainsi, des services à vocation publique sont calibrés spécifiquement pour ces espaces. La propreté est gérée par des équipes d’entretien rattachées aux opérations : elles vident les 120 réceptacles à tri sélectif de Paris-Plage, les 200 poubelles amovibles de Plaisirs d’Hiver et veillent en permanence à la propreté du sol. L’entretien des sanitaires temporaires est confié à Paris à une entreprise privée. La sécurité est assurée aussi par une organisation spécifique. À Paris-Plage, on relève la présence de quatre postes de secours de la Croix-Rouge et deux commissariats de police logés dans des baraquements modulaires de couleurs vives pour être repérables. À Plaisirs d’Hiver, un poste de secours, une antenne de police et plusieurs stewards urbains gèrent les publics. Enfin, des services à dimension publique prennent place sur les lieux. Durant les deux événements, on relève la présence de bureaux de poste temporaires et de points d’information et d’orientation. Paris-Plage propose également une bibliothèque de prêt gratuit et un réseau d’eau temporaire géré par Eau de Paris. L’offre de services est tellement conséquente « qu’il vaut mieux avoir un arrêt cardiaque, se faire voler son sac à main ou perdre son môme sur Paris-Plage que n’importe où ailleurs dans Paris25».Ces espaces publics s’avèrent également spécifiques par certaines caractéristiques moins quantifiables. Centraux et bien desservis par les transports urbains, ils proposent une architecture et un paysage classés, vierges de toute pollution visuelle publicitaire. Cette qualité est rehaussée à Paris-Plage par l’ensoleillement exceptionnel du site tout au long de la journée et par une présence végétale supérieure à la moyenne des rues de Paris renforçant « le paysage naturel par la création de paysages éphémères sur le mode du végétal26.» Ainsi paysagé, le site dialogue avec la politique de réduction de la pollution automobile à Paris. La formule fonctionne puisque 78% des visiteurs s’y rendent à pied ou en transports en commun27 loin des scores habituels de ces modes de déplacement à Paris. Enfin, ces mobilités participent de la convivialité des lieux en provoquant des rencontres en face à face. L’interaction sociale est aussi favorisée par les activités proposées (sport et danses collectives, patinoires), le mobilier urbain (hamac pour deux, tables de pique-nique collectives), l’organisation de l’espace (contacts rapprochés favorisés par l’exiguïté des plages de sable ou la distance entre les rangées de chalets) ou les occasions de rassemblements (foule dense devant les concerts, sous les brumisateurs, autour des animations de rue).

23Le statut spécifique des espaces temporaires permet de souligner leur unicité dans l’organisation du réseau viaire et public. Ces lieux sont plus que des mises en ordre contextuelles, ils ont une identité statutaire, temporelle et spatiale qui leur est propre.

De la fête à la construction sociale de la centralité

24Paris-Plage et Plaisirs d’Hiver sont les outils privilégiés d’une politique urbaine au service de la valorisation des villes centres comme lieu principal de l’identité métropolitaine. La ville événementielle est une construction normée et technique de lieux publics reposant sur l’articulation entre l’immatérialité des ambiances et la matérialité des espaces. Elle travaille le renouvellement des centres sur le mode de la subversion programmée et cyclique des usages. Si Plaisirs d’Hiver est un rendez-vous commercial (marché, sponsors, rentabilité), Paris-Plage s’inscrit dans une perspective plus sociale (mixité, vacances, gratuité). Institutionnalisés, ces événements sont critiquables lorsqu’ils sont mis en perspective avec la fête spontanée, populaire et fortement identitaire. Néanmoins, leur succès de fréquentation et leur multiplication dans plusieurs cœurs de métropoles montrent qu’ils constituent le pendant d’une société urbaine qui cherche à se réinventer, tant dans ses espaces que dans les symboles de ses modes de vie.

25Ces espaces temporaires interrogent ainsi l’espace public du quotidien. Par le rassemblement qu’ils instaurent, ils lui demandent s’il n’aurait pas perdu sa qualité première de synecdoque de la vie sociale et démocratique. Par l’identité mouvante qu’ils lui confèrent, ils atténuent sa muséification, questionnent son homogénéisation formelle et fonctionnelle, interrogent le développement de logiques privatives et sécuritaires, notamment dans les quartiers centraux. En convoquant l’image d’une ville recentrée, dense et contiguë dans ses espaces collectifs par une approche modulaire des lieux publics, ces opérations cherchent à augmenter la fréquentation et l’urbanité des villes centres. L’usage collectif et diachronique des espaces publics participe à la recomposition de la centralité en actualisant la formule de Lefebvre : « Que n’importe quel point puisse devenir central, c’est le sens de l’espace-temps urbain. » (Lefebvre, 1970, p. 156). En formant un réseau dans le temps et dans l’espace, ce type d’opération élargit l’imaginaire de la centralité urbaine et permet d’associer aux analyses souvent figées de la centralité, une dimension plus conjoncturelle et sociale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ASCHER F., 1997, Du vivre en juste à temps au chrono-urbanisme, Les Annales de la Recherche Urbaine, n°77, p. 113-122.

ASCHER F., 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, L’Aube éditions/DATAR, 100 p. 

AVENTIN C., 2007, Les arts de la rue pour observer, comprendre et aménager l'espace public, Institut de Géographie de Reims, n°123, dossier « Art et espace », Reims, Département de géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne. 10 p. 

BEAUFILS M-L., JANVIER Y., LANDRIEU J., 1999, Aménager la ville demain : une action collective, Saint-Étienne, L’Aube/SECPB, 78 p. 

BOURDIN A. (dir), 2007, Mobilité et écologie urbaine, Paris, Descartes & Cie, 283 p. 

CERTU, 2006, La place et le rôle de la fête dans l’espace public, Lyon, Ed. Jouve, Coll. Débat, n°30, p. 23-28.

CHAUDOIR p., 2000, Discours et figures de l’espace public à travers les « arts de la rue », Paris, L’Harmattan, 318 p. 

DE CONINCK F., 2002, Une mise en intrigue instable de temporalités hétérogènes, Temporalistes, septembre, n° 44, en ligne, www.sociologics.org/temporalistes.

DI MEO G. (dir.), 2005, Le renouveau des fêtes et des festivals, Annales de Géographie, n°643.

GOURDON J-L., 2001, La rue. Essai sur l´économie de la forme urbaine, La Tour d´Aigues, éditions de l´Aube, 285 p.

GWIAZDZINSKI L., (dir.) 2002, La ville 24 heures sur 24, Paris, L’Aube/Datar, 253 p. 

DUPUIS G., 1991, L’urbanisme des réseaux, théorie et méthode, Paris, Armand Colin, 200 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LEFEBVRE H., 1970, La révolution urbaine, Paris, Gallimard, p. 155-180.
DOI : 10.3406/espat.1992.3846

MASBOUNGI A., BOURDIN A.,2004, Un urbanisme des modes de vie, Paris, Editions Le Moniteur, 95 p.

PERALDI M., 1988, Le désarroi des aménageurs, Diagonal, n°74, octobre.

LASH S., URRY J., 1994, Economies of Signs and Space (Theory, Culture & Society), Londres, Sage Publications, 368 p.

ZUKIN S., 1995, The Cultures of Cities, Oxford, Blackwell Publishers, 313 p. 

Haut de page

Notes

1  Jean-Christophe Choblet, scénographe de Paris-Plage, entretien réalisé le 23/11/2006.

2  Olivier Marette, coordinateur au Bureau des Grands Evénements de Bruxelles, entretien réalisé le 12/05/2006.

3  O. Marette. entretien cité.

4  B. Gouyette. entretien cité.

5  J-C. Choblet. entretien cité.

6  J-C. Choblet. entretien cité.

7  Stéphane Chave, responsable de la Délégation Générale de l’Evénementiel et du Protocole à la Mairie de Paris. Entretien réalisé le 06/11/2006.

8  S. Chave. entretien cité.

9  J-C. Choblet. entretien cité.

10  J-C Choblet. entretien cité.

11  CHOBLET J.C., THOMAS V., 2003, Le temps retrouvé, Paris-Plage l’échappée belle, les acteurs : le public, communication personnelle de B. Gouyette.

12 La Tribune de Bruxelles du 14/12/2006, n°201, p. 6

13  Echantillon de 2000 personnes ayant visité Paris Plage, interrogées entre le 26 juillet et le 19 août 2004 sur le lieu de l'opération. Enquête TNS/Sofres, Mairie de Paris.

14  S. Chave. entretien cité.

15  J-C. Choblet. entretien cité.

16  Nicolas Tourette, directeur artistique de Paris-Plage 2005. L’Humanité du 23/07/2005, www.humanité.fr

17  J-C. Choblet. entretien cité.

18  J-Choblet. entretien cité.

19  B. Gouyette. entretien cité.

20 La ville de Bruxelles présente Plaisirs d’Hiver, Ville de Bruxelles, Plaisirs d’hiver 2005, conférence de presse 21/11/05. Communication personnelle d’Olivier Marette, non publiée.

21  B. Marette. entretien cité.

22  Bureau des Grands Evénements de Bruxelles.

23  J-C. Choblet. entretien cité.

24 www.paris.fr/portail/deplacements consulté le 9 mai 2007.

25  S. Chave. entretien cité.

26  B. Gouyette. entretien cité.

27  Sondage TNS-SOFRES, Op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Paris-Plage
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2177/img-1.png
Fichier image/png, 450k
Titre Photo 2 : Plaisirs d’hiver
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2177/img-2.png
Fichier image/png, 396k
Titre Photo 3 : Marché de Noël
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/2177/img-3.png
Fichier image/png, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Pradel, « Mettre en scène et mettre en intrigue : un urbanisme festif des espaces publics », Géocarrefour, Vol. 82/3 | 2007, 123-130.

Référence électronique

Benjamin Pradel, « Mettre en scène et mettre en intrigue : un urbanisme festif des espaces publics », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 11 décembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/2177 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.2177

Haut de page

Auteur

Benjamin Pradel

Doctorant en urbanisme et aménagement du territoire. 
Laboratoire Ville Mobilité Transports (LVMT),
Unité mixte de recherche – T9403 : Université Paris-Est, Université Marne-la-Vallée, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité.
19 rue Alfred Nobel, Cité Descartes, Champs-sur-Marne
F-77455 Marne-La-Vallée cedex 2
01.64.15.21.35
pradelb@enpc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page